Une "mobile class" pour prendre la main sur le numérique

Sciences Po lance le 1er octobre son premier cours en “mobile class” : une application du cours “Enjeux sociopolitiques du numérique” entièrement conçue pour les smartphones. Objectif : se réapproprier l’innovation digitale grâce aux sciences sociales. Explications avec Dominique Boullier, professeur à Sciences Po et auteur de ce cours.

Pourquoi créer un cours sur smartphone ?

Dominique Boullier : Plus de la moitié de l’humanité possède un téléphone portable : c’est devenu le premier point d’entrée pour tous les contenus, y compris l’éducation. Nous voulions nous appuyer sur ce nouveau support, et proposer un cours pensé spécialement - et exclusivement - pour cet outil et ses usages. L’application “Enjeux sociopolitiques du numérique” ne sera d’ailleurs disponible que sur smartphone. Nous voulons proposer une véritable expérience de “mobile class” : une salle de cours qui tient dans la poche, avec son prof, sa leçon, ses étudiants et ses discussions.

À quoi ressemble cette “mobile class” ? En quoi ces contenus sont-ils spécialement adaptés aux smartphones ?

D. B. : L’accès à la classe est très simple : il s’agit d’une appli gratuite qui donne accès à huit “saisons” de cours. La première saison est accessible directement. Pour voir les suivantes, il suffit de s’inscrire avec une adresse e-mail. Chaque saison comprend six vidéos de 2 minutes 30 chacune et d’autres documents. Sur smartphone, l’attention des usagers est intermittente, interrompue par de nombreuses sollicitations. Nous avons composé avec ce régime d’attention particulier et calibré ces vidéos en conséquence.

Quelles règles avez-vous adoptées pour ces séquences vidéo ?

D. B. : Il faut compenser en intensité ce que l’on perd en durée d’attention : les vidéos du cours sont très rythmées, grâce au montage, à l’habillage sonore, aux documents visuels, à l’écriture. Dans chaque séquence, on s’efforce de faire passer un concept et trois exemples. Et croyez-moi, c’est plus difficile de réussir cela en 2 minutes 30 secondes qu’en une heure…

Mais que peut-on véritablement apprendre en 2 minutes 30 ?

D. B. : Les vidéos ne représentent qu’une partie de la mobile class. On va capter l’attention du public grâce à l’intensité des séquences vidéo, et la prolonger sur la durée grâce à l’activité coopérative qui se crée via l’application. Chaque usager du cours va rejoindre une équipe de six étudiants. À chaque saison de cours, les équipes vont devoir résoudre collectivement un “challenge”. Pour cela, les étudiants se rencontrent et échangent au sein de mini-forums sur l’application ou via d’autres plate-formes. La réponse à chaque challenge prend la forme d’un document produit collectivement car cela permet d’être actif et d’être soutenu dans son apprentissage

Pouvez-vous donner des exemples de ces challenges coopératifs ?

D. B. : Ils diffèrent en fonction du sujet abordé. Par exemple, on va se saisir d’un constat qui semble évident : “La révolution numérique”, et demander aux étudiants de prendre le contre-pied de cette idée et de produire deux avis opposés, et argumentés, sur ce concept. Un autre challenge consiste à demander aux équipes de décider ensemble de se passer d’une plate-forme (Google, Facebook, ou autre) pendant une journée, et de tirer les leçons de cette expérience. À travers ces défis ludiques, le cours souhaite amener les étudiants à se poser des questions sur des concepts et des usages numériques qui sont rarement interrogés. L’objectif est de sortir des lieux communs, de provoquer une mise à distance critique de ces outils, en montrant qu’il existe en réalité un pluralisme des usages et des solutions : tout ne va pas de soi.

C’est la raison pour laquelle ce cours s’adresse à des élèves qui entrent dans l’enseignement supérieur ?

D. B. : Oui, l’appli se destine en priorité à des jeunes qui viennent de terminer leurs études secondaires - et à leurs professeurs - mais je l’utilise aussi avec mes étudiants de première année de master, et certains des “challenges” proposés seront utilisées avec les professionnels de l’Executive master Digital humanities de Sciences Po. Pour les étudiants, tout ce qui relève du numérique paraît nouveau, évident. Ce cours cherche à remettre ces usages en perspective, à penser le digital au-delà du flot incessant d’idées reçues, du “buzz” à court terme. Les sciences sociales donnent les cadres pour sortir de cette “fatalité numérique”. Elles permettent de se réapproprier le digital dans ce qu’il a de politique. Il n’y a aucune raison que le numérique demeure l’apanage des experts : toutes les générations de citoyens doivent être en mesure de le comprendre et d’agir sur ses enjeux.

> Rejoignez le groupe Facebook de l'application (ouvert à tous)  

> Application gratuite “Enjeux sociopolitiques du numérique”, disponible sur l’App Store et sur Google Play 

> Lire le communiqué de presse du 1er octobre 2015

L’argent des ménages, un objet politique

L’argent des ménages, un objet politique

États-Unis, 2008  : des panneaux “For Sale” poussent aux portes de milliers de pavillons, devenant le symbole du surendettement - quasi forcé - des ménages. Mais la crise des subprimes, aussi scandaleuse qu’elle soit, cache une vérité plus durable : celle des foyers qui s’endettent pour se soigner, des étudiants empruntant pour payer leurs études et dont la dette équivaut aujourd’hui à 75% du PIB états-unien. Si, en France, l’État-providence protège encore de tels phénomènes, il n’en reste pas moins que la question se pose. Désireux d’y répondre, les pouvoirs publics mettent en place de nouvelles politiques de l’argent. Quelles sont-elles et que nous disent-elles de l’État et de la société ? Analyse par Jeanne Lazarus, sociologue de l’argent, chargée de recherche CNRS au Centre de sociologie des organisations.

Lire la suite
Stiglitz et Zelizer, docteurs honoris causa

Stiglitz et Zelizer, docteurs honoris causa

La sociologue Viviana Zelizer et l'économiste Joseph Stiglitz se sont vus décerner le titre de docteur honoris causa de Sciences Po, au cours d'une émouvante cérémonie le mercredi 13 novembre 2019. Cette distinction récompense les deux chercheurs ; la première en tant que fondatrice de la sociologie économique et le second comme figure de la nouvelle économie keynésienne. Ces précieux apports à leurs disciplines respectives ont été soulignés lors des éloges prononcés par Jeanne Lazarus et Jean-Paul Fitoussi.

Lire la suite
En chantier

En chantier

A la rentrée 2021, Sciences Po verra le déménagement d’une partie de ses activités sur le site du 1, place Saint-Thomas d’Aquin à Paris : l’ancien hôtel de l'Artillerie aura achevé sa mue pour devenir le coeur du futur campus parisien. Mais, pour le moment, le lieu est le terrain de jeu des pelleteuses et des hommes de l’art. Notre photographe, Martin Argyroglo, s'est baladé sur le chantier.

Lire la suite
150 étudiants de Sciences Po au Paris Peace Forum

150 étudiants de Sciences Po au Paris Peace Forum

Du 11 au 13 novembre 2019, se tient à Paris la deuxième édition du Paris Peace Forum. Initié par le président Emmanuel Macron et co-organisé par 8 membres fondateurs dont Sciences Po, ce forum réunit de nombreux acteurs de la gouvernance mondiale. 30 chefs d’État et 150 étudiants de l’École des affaires internationales de Sciences Po (PSIA) ont répondu présents.

Lire la suite
Quels financements publics pour les énergies renouvelables en France ?

Quels financements publics pour les énergies renouvelables en France ?

En France et dans le monde, le développement des énergies renouvelables électriques s’est jusqu’à présent largement appuyé sur des mécanismes de soutien public. Ces mécanismes financent généralement la différence entre la rémunération de leur production sur le marché de l’électricité et le prix cible garanti par l’État au producteur renouvelable. Alors que la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) vise à multiplier par trois les capacités de production éoliennes et photovoltaïques en dix ans et que, dans le même temps, les coûts de production de ces technologies sont amenés à baisser, quel besoin de financement public pour les énergies renouvelables électriques peut-on anticiper ?

Lire la suite
Joseph Stiglitz, l'économie contre les inégalités

Joseph Stiglitz, l'économie contre les inégalités

Joseph Stiglitz, prix Nobel d'économie, séjourne ce semestre d'automne à Sciences Po, partageant à cette occasion ses travaux avec les étudiants et les chercheurs de l'établissement. L'économiste se livre ainsi sur son parcours et sa carrière, mais aussi sur ses inspirations, ses rapports à l'œuvre de Keynes et ses convictions pour de meilleures politiques publiques, luttant de manière efficace contre les inégalités.

Lire la suite

"Sciences Po, c'est le Harvard français"

La Mastercard Foundation, en partenariat avec Sciences Po, attribue des bourses qui permettent d’accompagner et de former des étudiants du continent africain talentueux et engagés. Témoignages d'étudiants bénéficiaires de ce dispositif.

Lire la suite
Make it Work : Sciences Po s'engage pour le climat

Make it Work : Sciences Po s'engage pour le climat

Suite à l’annonce de Frédéric Mion, en mars 2019, Sciences Po s’engage pour le climat à travers un ensemble d’initiatives éco-responsables regroupées sous le programme “Climate Action: Make it Work”. Programme événementiel dédié, audit des enseignements, plan d'action écoresponsable, consultations en ligne : toutes les communautés de Sciences Po sont invitées à devenir des acteurs engagés pour mener la transition écologique.

Lire la suite
Eric Vinson : “Le droit de croire ou de ne pas croire”

Eric Vinson : “Le droit de croire ou de ne pas croire”

Destinée aux ministres du culte, aux cadres des communautés religieuses et aux professionnels travaillant autour du fait religieux et de la laïcité, “Emouna” est une formation unique dans le paysage universitaire français. Ce programme propose en effet à ses étudiants de découvrir l’environnement politique et institutionnel qui entoure les pratiques religieuses, la laïcité et les différentes religions. Le tout, dans une perspective interdisciplinaire et non-confessionnelle. Qu’est-ce qu’un programme laïque sur les religions ? Qu’y apprend-on ? Depuis 2018, Eric Vinson, spécialiste du fait religieux et de la laïcité, est le responsable pédagogique de cette formation. Il nous explique le sens d’Emouna.

Lire la suite
Nicolas Mathieu : “J’aime la littérature réaliste et cruelle”

Nicolas Mathieu : “J’aime la littérature réaliste et cruelle”

Prix Goncourt 2018 pour son livre Leurs enfants après eux, qui prenait pour sujet la jeunesse désoeuvrée de l’est de la France, Nicolas Mathieu était l’invité de Sciences Po ce 23 octobre 2019. Abordant les sujets de ses inspirations littéraires, de la reproduction des élites ou encore de la politique, l’écrivain s’est prêté au jeu de l’interview vidéo.

Lire la suite