"Cette crise affecte tous nos sujets de recherche" : 3 questions à Guillaume Plantin, Directeur scientifique

Comment gouverner en temps de pandémie ? Comment continuer à faire société quand la distanciation sociale s’impose ? Peut-on préserver à la fois l’économie et la vie des citoyens ? Familière des enjeux amplifiés par la pandémie, la communauté académique de Sciences Po a répondu sans attendre à l’impératif d’en saisir les impacts politiques, économiques et sociaux, sur le court terme et sur la longue durée. 

La communauté scientifique de Sciences Po a pu très rapidement développer des analyses de fond sur les multiples facettes de la pandémie : comment concilier travail de recherche et réactivité “à chaud” ?

Guillaume Plantin : Le choc sans précédent de la crise du Covid-19 a donné lieu à des réactions immédiates au sein de toutes les disciplines dans toutes les grandes universités de recherche. Un très grand nombre de chercheurs en sciences humaines et sociales ont mis leur expertise au service de la production rapide d’une analyse des implications de la crise et de propositions pour sa gestion. Je me réjouis que les universités de recherche aient su ainsi se mettre au service de la communauté et démontrer leur utilité sociale dans un contexte global de remise en cause de la démarche scientifique et des libertés académiques. 

Certes, ces contributions à chaud n’ont pas toutes la rigueur et le caractère innovant de la recherche en régime de croisière. Mais la construction rapide d’un cadre intellectuel de fortune pour penser les développements immédiats de la crise fait partie des missions de la recherche. Sciences Po a pleinement pris sa part dans cet effort. Tous les centres de recherche et toutes les disciplines ont fourni leur éclairage. De l’organisation du système de santé à la mise en perspective historique en passant par l’action publique et les dynamiques socio-économiques, je ne vois pas un seul recoin de notre expertise qui n’ait été mobilisé dans cette première réponse.

Outre le capital de savoir qui a été mobilisé, de nouveaux projets de recherche ont été développés...

G. P. : Comment le confinement affecte-t-il les dynamiques d’inégalités, la perception des politiques publiques, ou la légitimité des dirigeants politiques ? À la suite d’analyses à chaud fort utiles, il n’y aura pas de réponse en profondeur à ces questions sans le préalable qui consiste à collecter des données. La tradition très empirique de la recherche à Sciences Po et le rôle qu’y jouent les enquêtes nous placent en bonne position pour mener cet effort. Plusieurs équipes ont d’ores et déjà obtenu des financements significatifs pour des projets fondés sur la production et l’exploitation de bases de données inédites, tels que ceux de l’OSC/CDSP et du Cevipof.

Mais la production de données n’est que la première étape de ces initiatives qui vont, je n’en doute pas, en irriguer beaucoup d’autres. Les données ne parlent jamais d’elles-mêmes. Il y aura également lieu de construire et de tester les cadres théoriques qui permettent d’extraire tout le contenu informationnel des données de manière rigoureuse. À cet égard, compte tenu de la magnitude du choc Covid-19, j’anticipe que le besoin d’interdisciplinarité se fera encore plus pressant. Là encore, notre longue tradition de dialogue entre les cinq disciplines de Sciences Po nous permettra, je l’espère, de tirer le meilleur parti de cette masse de données brutes que nous sommes en train d’accumuler.

La crises actuelle et ses suites pourraient-elles donner de nouvelles inflexions aux recherches conduites à Sciences Po ?

G. P. : Nos recherches vont évoluer parce que leurs objets vont le faire. Un scénario probable est la persistance des tendances qui sont d’ores et déjà au cœur des préoccupations de notre faculté. Érosion démocratique, polarisation économique, sociale et politique des sociétés occidentales, ces défis restent intacts et les moyens que nos sociétés peuvent y consacrer sont diminués par la mise sous coma artificiel de nos activités. Le tournant du numérique a manifestement connu une accélération sans précédent. L’apparition de pandémies de type Covid-19 n’est par ailleurs manifestement pas un choc purement exogène, comme pourrait l’être une chute de météore, à l’heure de l’anthropocène. 

Tous les sujets, même les plus “classiques”, tels que l’évolution de l’ordre international, seront profondément affectés. Dans mon domaine de recherche, les banques centrales sont devenues de facto des acteurs de premier plan de la politique fiscale. Comment dès lors penser leur indépendance dans des régimes démocratiques ? Enfin, les contraintes de distanciation sociale vont également affecter les pratiques de la recherche en matière de diffusion et de confrontation des idées comme elles ont déjà bouleversé les pratiques pédagogiques. Ces chantiers formidables font écho à ceux auxquels notre pays faisait face lors de la création de Sciences Po il y a près de 150 ans. 

En savoir plus 

Un corps sain dans un esprit sain

Un corps sain dans un esprit sain

Rediffusion : cet article a été initialement publié en avril 2015.

Rénovateur du mouvement olympique et refondateur des Jeux Olympiques à Athènes en 1896, Pierre de Coubertin a assidument fréquenté les bancs de la toute jeune École libre des sciences politiques en auditeur libre de 1884 à 1886 et s’est fait le fervent ambassadeur de l’École à travers le monde. 

Lire la suite
Jeux Olympiques : 6 athlètes de Sciences Po concourent à Tokyo !

Jeux Olympiques : 6 athlètes de Sciences Po concourent à Tokyo !

Dès le 23 juillet, ils représenteront leurs équipes à Tokyo … mais aussi un peu Sciences Po ! Six athlètes sélectionnés pour les Jeux Olympiques et Paralympiques de 2021 sont étudiants au sein du Certificat pour sportifs de haut niveau. Et pour la troisième occasion, le drapeau français sera porté par un alumnus de ce programme de Sciences Po : Stéphane Houdet sera l’un des porte-drapeaux de la délégation française, après Teddy Riner aux Jeux Olympiques et Michaël Jérémiasz aux Jeux Paralympiques de Rio en 2016.

Lire la suite
Angèle Paty : en “bikepacking” de Montpellier aux Îles Shetland

Angèle Paty : en “bikepacking” de Montpellier aux Îles Shetland

45 jours, 4 pays, 2500 kilomètres - et tout ça, à vélo : Angèle Paty, ancienne étudiante du programme Europe-Amérique du Nord sur le campus de Reims, s’est lancé un défi de taille. Après une troisième année à l’université Saint Andrews malheureusement amputée à cause de la crise sanitaire, elle monte le projet SAORSA - “liberté” en gaélique écossais. L’étudiante décide de retourner en Écosse en ralliant les îles Shetland depuis sa ville natale de Montpellier, toute seule, à la force de ses jambes. Nous avons pu lui poser quelques questions avant son départ.

Lire la suite
Que deviennent nos diplômés 2019 ?

Que deviennent nos diplômés 2019 ?

Les résultats de l’enquête jeunes diplômés 2021 portant sur la promotion 2019 révèlent une attractivité toujours aussi forte des étudiants de Sciences Po auprès des employeurs, avec 9 diplômés sur 10 en activité professionnelle. Malgré un marché de l’emploi en tension, 82 % ont trouvé leur premier emploi en moins de 6 mois, et près des ¾ occupent un emploi stable. Ils sont toujours aussi nombreux (37 %) à travailler à l’étranger dans 84 pays. Découvrez tous les résultats de notre enquête !

Lire la suite
Découvrez la saison 2 de notre série vidéo FOCUS !

Découvrez la saison 2 de notre série vidéo FOCUS !

Les infos passent, les idées restent. Dans FOCUS, la série vidéo de Sciences Po, un chercheur ou un enseignant aborde son domaine sous un angle inattendu. En trois minutes, FOCUS offre une réflexion hors des sentiers battus sur les questions qui animent le débat public et propose des perspectives pour comprendre et pour agir.

Lire la suite
Commissaires de police 2021 : 78 % des admis issus de Sciences Po !

Commissaires de police 2021 : 78 % des admis issus de Sciences Po !

Depuis sa création en 2012, la classe préparatoire aux concours de police et de gendarmerie de l’École de droit de Sciences Po s’affirme chaque année comme l’une des meilleures préparations aux métiers de la sécurité. Cette année, sur les 27 postes ouverts au concours externe de commissaire de police, 21 places sont occupées par nos étudiants. Félicitations !

Lire la suite
Admissions post-bac 2021 : qui est entré à Sciences Po via la voie générale sur Parcoursup ?

Admissions post-bac 2021 : qui est entré à Sciences Po via la voie générale sur Parcoursup ?

Pour sa première campagne se déroulant intégralement sur Parcoursup, Sciences Po a enregistré près de 12 000 candidatures issues de la voie générale, soit plus du double par rapport à 2020. Avec une sélectivité record, la campagne a attiré davantage de boursiers, issus de lycées beaucoup plus divers, sur l’ensemble du territoire. Premier bilan intermédiaire de cette campagne d’admission exceptionnelle. 

Lire la suite
Sciences Po, université 3 étoiles pour le Français langue étrangère

Sciences Po, université 3 étoiles pour le Français langue étrangère

Sciences Po a obtenu le renouvellement du label Qualité Français langue étrangère avec la note maximale, celle des trois étoiles. Ce label reconnaît la qualité des formations en Français langue étrangère (FLE), le professionnalisme et l’implication des enseignants et des personnels, la qualité des procédures, ainsi que les conditions dans lesquelles sont accueillis les étudiants. 

Lire la suite
Qui sont nos diplômés 2020 et 2021 ?

Qui sont nos diplômés 2020 et 2021 ?

Des étudiants brillants, engagés et résilients : à l’issue de deux années de scolarité bousculées par la crise sanitaire, les promotions 2020 et 2021 se verront remettre leurs diplômes de fin de Master entre le 23 et le 30 juin 2021. Plus de 5000 nouveaux diplômés seront célébrés dans plusieurs cérémonies très attendues, organisées dans le meilleur respect des restrictions sanitaires et valorisant la participation de chacun. Qui sont les étudiants des promotions 2020 et 2021 ? Découvrez leurs profils.

Lire la suite
Natacha Valla :

Natacha Valla : "La transformation et la transition sont devenues les bases de la vie professionnelle"

L'École du management et de l'innovation (EMI) de Sciences Po a pour vocation de favoriser une "prospérité inclusive". De la finance aux industries créatives, des grandes multinationales aux start-ups en herbe, ses promotions forment les acteurs économiques de demain.

Sa Doyenne Natacha Valla nous présente les innovations, débouchés, profils, perspectives d’avenir et projets pédagogiques de l’École, dans un monde en constante mutation.

Lire la suite