“Le vélo, c’est un levier de développement sobre”

Diplômée de l’École urbaine, Camille Gaumont emploie aujourd’hui son énergie à élargir la place du vélo dans l’espace urbain gigantesque et dense de Plaine Commune, qui regroupe 9 villes au nord de Paris. Un moyen de concilier son expertise sur la ville, sa passion pour la bicyclette, et sa volonté d’agir concrètement pour la planète. Entretien.

Vous êtes “cheffe de projet vélo” à Plaine Commune, un établissement public qui regroupe 9 communes au nord de Paris. En quoi consiste ce travail ? 

Camille Gaumont : Je suis la référente vélo sur tout ce territoire, grand comme la moitié de Paris, et qui regroupe 430 000 habitants. Je m’occupe à la fois de la conception et de la mise en œuvre de la stratégie cyclable : concrètement, j’agis en maîtrise d’ouvrage pour faire réaliser les itinéraires cyclables. J’ai aussi un rôle d’accompagnement et de conseil auprès des villes du territoires, des aménageurs mais aussi parfois des entreprises qui veulent développer la pratique du vélo. Je travaille également avec les
associations - qui montent en puissance. Je dois coordonner une myriade d’acteurs impliqués dans la gouvernance du vélo : c’est un travail très transversal ! Le vélo sans réfléchir au partage de l’espace public, ça ne sert à rien : il faut aussi faire le lien avec le plan d’urbanisme, le plan énergie- climat, la politique biodiversité...Plaine Commune était parmi les pionnières en créant un Plan vélo en 2011 et un poste de Cheffe de projet vélo : la dynamique se développe aujourd’hui de plus en plus.

Vous vous êtes très tôt intéressée aux villes et à leur organisation, dès votre arrivée à Sciences Po…

C. G. : Oui, à tel point que j’ai fait deux masters sur la ville à Sciences Po ! J’étais intéressée par la sociologie urbaine dès le bachelor. En passant ma troisième année d’études à Berlin, j’ai eu l’occasion de creuser un peu plus le sujet de l’aménagement du territoire. Je voulais poursuivre mes études en conservant à la fois les sciences humaines et l’ancrage local, concret. D’où mon choix du master Stratégies territoriales et urbaines, qui touche plusieurs disciplines, et que j’ai complété ensuite par un an au sein du Cycle d’urbanisme, plus technique. 

Une fois diplômée, j’ai commencé à travailler dans le monde de l’aménagement du territoire en collectivités locales. À l’époque, la mode était aux éco-quartiers. J’ai fait un passage dans le privé comme consultante pour le Grand Paris, et je me suis de plus en plus intéressée aux modes de déplacements, car cela correspond à ce que j’aime : de l’interdisciplinaire, de la mise en réseau, la possibilité de faire évoluer les choses en profondeur, notamment sur le plan des émissions de carbone. Cet engagement au service de l’intérêt général et du climat est primordial pour moi : le domaine vélo permet d’agir de manière concrète et profonde dans la transition écologique. 

Au-delà de votre travail, le vélo représente-t-il un engagement personnel ?

C. G. : Oui bien sûr, je suis une adepte et une militante du vélo pour tous les déplacements, quotidiens et touristiques ! Ce que je trouve intéressant dans le vélo, c’est que c’est un levier de développement sobre : une technologie simple, qu’on connaît depuis longtemps, accessible à tous, et qui s’adapte facilement aux évolutions. Tout en ayant énormément de vertus ; pour se déplacer, faciliter l’échange social, rester en bonne santé, etc. Sur un territoire dynamique et jeune comme Plaine Commune, cela permet de travailler comme un pivot, avec des interlocuteurs très divers. Quand les postes dédiés au vélo ont commencé à fleurir, je me suis lancée. Dans mon travail actuel, j’adore pouvoir me déplacer à vélo sur tout le territoire ! 

Quels sont les défis les plus critiques à relever pour développer le vélo en zone urbaine ? La crise liée au Covid-19 va-t-elle changer la donne ? 

C. G. : Il est encore tôt pour le dire. Mais avec la crise sanitaire, les grèves, et les élections municipales, on peut dire que les conditions sont réunies pour que les politiques favorables au vélo s’accélèrent ! Sur un territoire très urbain et très “circulé”, il y a des défis majeurs à relever pour réussir à mettre tout le monde au vélo : d’abord, la sécurité des aménagements. Ensuite, le fait de posséder un vélo en état de marche, et de savoir en faire... Et enfin pouvoir stationner son vélo sans risque. Mais je vois à toutes les échelles une volonté de s’appuyer sur le contexte actuel pour s’emparer de ces défis : c’est prometteur. 

Que conservez-vous de votre parcours à Sciences Po ? 

C. G. : Je crois que la pluridisciplinarité, et l’exigence intellectuelle pour appréhender des sujets complexes, me servent beaucoup dans mon travail au quotidien ! Tout comme la capacité à développer une vision d’ensemble, à analyser les choses dans leur globalité. J’ai aimé aussi, à partir du master, combiner la dimension gouvernance avec un focus local et concret. Au sein du Cycle d’urbanisme, j’ai appris à travailler avec des gens plus “techniques” que moi : c’est très important pour la suite. En fait je n’ai qu’un seul regret : être arrivée trop tôt pour pouvoir suivre le double cursus sciences & sciences sociales en bachelor. J’aurais adoré ça ! 

L'équipe éditoriale de Sciences Po

Pour en savoir plus : 

Jeux Olympiques : 6 athlètes de Sciences Po concourent à Tokyo !

Jeux Olympiques : 6 athlètes de Sciences Po concourent à Tokyo !

Dès le 23 juillet, ils représenteront leurs équipes à Tokyo … mais aussi un peu Sciences Po ! Six athlètes sélectionnés pour les Jeux Olympiques et Paralympiques de 2021 sont étudiants au sein du Certificat pour sportifs de haut niveau. Et pour la troisième occasion, le drapeau français sera porté par un alumnus de ce programme de Sciences Po : Stéphane Houdet sera l’un des porte-drapeaux de la délégation française, après Teddy Riner aux Jeux Olympiques et Michaël Jérémiasz aux Jeux Paralympiques de Rio en 2016.

Lire la suite
Angèle Paty : en “bikepacking” de Montpellier aux Îles Shetland

Angèle Paty : en “bikepacking” de Montpellier aux Îles Shetland

45 jours, 4 pays, 2500 kilomètres - et tout ça, à vélo : Angèle Paty, ancienne étudiante du programme Europe-Amérique du Nord sur le campus de Reims, s’est lancé un défi de taille. Après une troisième année à l’université Saint Andrews malheureusement amputée à cause de la crise sanitaire, elle monte le projet SAORSA - “liberté” en gaélique écossais. L’étudiante décide de retourner en Écosse en ralliant les îles Shetland depuis sa ville natale de Montpellier, toute seule, à la force de ses jambes. Nous avons pu lui poser quelques questions avant son départ.

Lire la suite
Que deviennent nos diplômés 2019 ?

Que deviennent nos diplômés 2019 ?

Les résultats de l’enquête jeunes diplômés 2021 portant sur la promotion 2019 révèlent une attractivité toujours aussi forte des étudiants de Sciences Po auprès des employeurs, avec 9 diplômés sur 10 en activité professionnelle. Malgré un marché de l’emploi en tension, 82 % ont trouvé leur premier emploi en moins de 6 mois, et près des ¾ occupent un emploi stable. Ils sont toujours aussi nombreux (37 %) à travailler à l’étranger dans 84 pays. Découvrez tous les résultats de notre enquête !

Lire la suite
Découvrez la saison 2 de notre série vidéo FOCUS !

Découvrez la saison 2 de notre série vidéo FOCUS !

Les infos passent, les idées restent. Dans FOCUS, la série vidéo de Sciences Po, un chercheur ou un enseignant aborde son domaine sous un angle inattendu. En trois minutes, FOCUS offre une réflexion hors des sentiers battus sur les questions qui animent le débat public et propose des perspectives pour comprendre et pour agir.

Lire la suite
Commissaires de police 2021 : 78 % des admis issus de Sciences Po !

Commissaires de police 2021 : 78 % des admis issus de Sciences Po !

Depuis sa création en 2012, la classe préparatoire aux concours de police et de gendarmerie de l’École de droit de Sciences Po s’affirme chaque année comme l’une des meilleures préparations aux métiers de la sécurité. Cette année, sur les 27 postes ouverts au concours externe de commissaire de police, 21 places sont occupées par nos étudiants. Félicitations !

Lire la suite
Admissions post-bac 2021 : qui est entré à Sciences Po via la voie générale sur Parcoursup ?

Admissions post-bac 2021 : qui est entré à Sciences Po via la voie générale sur Parcoursup ?

Pour sa première campagne se déroulant intégralement sur Parcoursup, Sciences Po a enregistré près de 12 000 candidatures issues de la voie générale, soit plus du double par rapport à 2020. Avec une sélectivité record, la campagne a attiré davantage de boursiers, issus de lycées beaucoup plus divers, sur l’ensemble du territoire. Premier bilan intermédiaire de cette campagne d’admission exceptionnelle. 

Lire la suite
Sciences Po, université 3 étoiles pour le Français langue étrangère

Sciences Po, université 3 étoiles pour le Français langue étrangère

Sciences Po a obtenu le renouvellement du label Qualité Français langue étrangère avec la note maximale, celle des trois étoiles. Ce label reconnaît la qualité des formations en Français langue étrangère (FLE), le professionnalisme et l’implication des enseignants et des personnels, la qualité des procédures, ainsi que les conditions dans lesquelles sont accueillis les étudiants. 

Lire la suite
Qui sont nos diplômés 2020 et 2021 ?

Qui sont nos diplômés 2020 et 2021 ?

Des étudiants brillants, engagés et résilients : à l’issue de deux années de scolarité bousculées par la crise sanitaire, les promotions 2020 et 2021 se verront remettre leurs diplômes de fin de Master entre le 23 et le 30 juin 2021. Plus de 5000 nouveaux diplômés seront célébrés dans plusieurs cérémonies très attendues, organisées dans le meilleur respect des restrictions sanitaires et valorisant la participation de chacun. Qui sont les étudiants des promotions 2020 et 2021 ? Découvrez leurs profils.

Lire la suite
Natacha Valla :

Natacha Valla : "La transformation et la transition sont devenues les bases de la vie professionnelle"

L'École du management et de l'innovation (EMI) de Sciences Po a pour vocation de favoriser une "prospérité inclusive". De la finance aux industries créatives, des grandes multinationales aux start-ups en herbe, ses promotions forment les acteurs économiques de demain.

Sa Doyenne Natacha Valla nous présente les innovations, débouchés, profils, perspectives d’avenir et projets pédagogiques de l’École, dans un monde en constante mutation.

Lire la suite
Nouvelle direction de Sciences Po : la procédure de désignation est ouverte

Nouvelle direction de Sciences Po : la procédure de désignation est ouverte

La procédure de désignation de la nouvelle direction de Sciences Po a débuté le 9 juin 2021 avec la publication d’un appel public à candidatures au Journal Officiel et sur le site de l’institution. Le poste, qui porte à la fois sur les fonctions d’administration de la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP) et de direction de l’Institut d’études politiques (IEP), sera exercé sur un mandat de 5 ans, renouvelable deux fois. Les candidatures sont ouvertes jusqu’au 31 août.

Lire la suite