La nation, meilleure arme contre les nationalismes ?

Dans un monde de plus en plus globalisé, la nation est-elle condamnée ? “Les nations ne disparaissent pas, au contraire !” répond Gil Delannoi, chercheur au Centre d’études politiques de Sciences Po (CEVIPOF), dans son dernier ouvrage La nation contre le nationalisme (éd. PUF). Selon lui, non seulement les nations restent incontournables mais elles seraient même devenues l’un des meilleurs remparts contre les nationalismes. Interview.

En quoi la nation est-elle un rempart démocratique contre les nationalismes ?

Je suis parti d’un étonnement. Depuis les années 50, on a prédit la disparition des nations. Or rien de tel ne se produit. Les nations évoluent, comme toutes choses, mais ne disparaissent pas. Tout au contraire, les tentatives de suppression ou de marginalisation des nations provoquent des résistances. Vu des autres continents, le thème postnational est perçu comme une croyance provinciale propre à quelques pays d’Europe. Même en Allemagne, où ce mot connut un succès dans les années 80, l’idée postnationale semble bien affaiblie depuis la réunification. La tentative d’effacement des nations aboutit à l’inverse du résultat souhaité. Il en résulte un nationalisme colérique, impuissant mais potentiellement destructeur. La nation est un lieu et un facteur d’équilibre capable, dans le meilleur des cas, de résister aux effets destructeurs du postnational et du nationalisme. Trois arguments demeurent en faveur du projet national :

  • La nation est la seule forme de démocratie moderne ;
  • Elle est le seul lieu de solidarité instituée à ce jour (les riches, régions ou individus, paient pour les pauvres dans une nation, et non dans le monde globalisé) ;
  • Elle permet d’exercer un libre choix des destins collectifs.

L’idée de nation reste-t-elle pertinente à l’heure de la mondialisation ?

Lorsque les problèmes sont mondiaux, la coopération ne dépend pas du nombre d’acteurs mais de leur capacité à coopérer. Pour régler un problème mondial, 400 nations ne seraient pas meilleures que 100 ou 200 mais 10 empires surpuissants ne le seraient pas davantage. Il n’y a pas de taille efficace universelle, nationale ou infra ou supranationale, car c’est selon la nature du problème que l’échelle adéquate de la solution doit être trouvée : cela varie depuis l’échelon local jusqu’au mondial. La coopération planétaire était-elle meilleure quand le monde était partagé en deux blocs de guerre froide ?

La mondialisation semble irréversible aux acteurs à qui elle profite. Va-t-elle le rester éternellement ? On peut en douter, ne serait-ce que pour des raisons énergétiques, écologiques et climatiques.

Le « marché mondial » est plus fictif que les nations. Durant la crise mondiale de 2008 l’urgence du sauvetage fut possible le cadre national. Le système mercantiliste actuel profite à quelques gros acteurs (entreprises principalement) qui veulent échapper à la fois aux frontières et à l’impôt.

En tant que cosmopolite, je ne mets pas la nation au-dessus de tout, ni même en premier, mais je n’y vois aucune raison de se coucher devant les géants du commerce. L’exploitation des ressources et des individus ne devient pas admirable au seul prétexte qu’elle se déroule à l’échelle planétaire.

L’État-nation est aujourd’hui mise en cause ; à quelles époques a-t-il pleinement joué son rôle ?

L’État-nation a joué un rôle démocratique, toujours imparfait en effet, en s’opposant à l’impérialisme raciste nazi qui voulait en finir avec la nation politique héritée de la Révolution française, mais aussi en finir avec la nation culturelle allemande, puisque des citoyens très intégrés se sont vus rejetés puis exterminés sur des critères ethniques et biologiques. Par comparaison, les démocraties libérales et les pays communistes avaient un sens, limité mais réel, de l’égalité des nations dans un monde international. Les nazis préféraient la hiérarchie des races et les rapports de force. Les impérialismes nazi et japonais ont été vaincus par des États-nations attaqués et coalisés.

Si le principe des révolutions démocratiques nationales fut terni et parfois piétiné par le colonialisme, c’est néanmoins l’idéal de liberté politique que véhiculait la démocratie nationale qui s’est logiquement retourné contre la domination extérieure. L’ironie de l’histoire, après la création des nations démocratiques, est d’avoir permis à d’hypocrites dictatures de se réclamer de la souveraineté nationale en étouffant toute velléité de pratique démocratique par l’usage d’une propagande chauvine.

Les nations démocratiques ne se font pas la guerre. Elles ne se combattent pas par les armes. C’est une loi tendancielle non contredite à ce jour. Un monde de nations démocratiques serait donc nettement plus pacifique que le monde actuel. Par conséquent, est-il vraiment souhaitable de supprimer un tel type d’acteurs ? Entre nations pacifiques la compétition économique reste une source de conflit et de compromis et seuls des États sont en mesure de faire respecter ces compromis.

Le nationalisme est-il le mal absolu ? Quelle en est votre définition ?

En politique il n’existe ni mal ni bien absolus. On y trouve des choses exaltantes et d’autres répugnantes, mais l’éradication de tous les maux ainsi que le triomphe du bien n’y sont pas possibles. Ce sont des attitudes beaucoup plus dangereuses que le perfectionnement et le compromis. Ces attitudes messianiques contre le mal et pour le bien supposent dans la politique une perfection qui ne peut s’y trouver.

Si vous avez soif de perfection, détournez-vous de la politique. Il y a la musique, la poésie, la peinture, les mathématiques et d’autres activités où la perfection n’est pas une idée absurde. En politique, elle l’est. Non pas seulement parce que la stupidité, l’avidité, la partialité, l’hostilité sont inéliminables de la politique, mais parce que la réussite y dépend largement de la chance, du contexte, de la composition de multiples facteurs. Et puis cette réussite reste sujette à des disputes infinies sur l’interprétation de ce qui est réussi ou non.

La politique est un art très difficile précisément parce qu’il ne comporte guère de technique artistique ni de juste rétribution. Des bonnes intentions aboutissent parfois au pire. De certains maux naissent parfois des biens. Enfin, les conséquences des conséquences y sont impossibles à anticiper.

En politique et en morale, la quête de la perfection absolue a toujours abouti à des massacres – religieux, politiques, économiques, raciaux ou « civilisés ». On a fait la guerre, opprimé, entre États ou au sein d’un seul peuple, au nom de l’amour aussi bien que de la haine, en invoquant la vertu aussi souvent que la force, sous prétexte d’un bonheur supposé autant que d’un malheur inévitable, par croyance au progrès ou à la supériorité éternelle.

Je définis le nationalisme comme la tentative de faire coïncider davantage du politique et du culturel qui sont déjà en partie superposés. Cette définition nouvelle est l’approche la plus générale possible. Elle n’est pas trop vaste : ainsi tout ce qui est national n’y devient pas nationaliste. Elle n’est pas trop restreinte non plus : le fascisme n’y est pas tenu pour l’essence ou l’horizon de tout nationalisme. Une bonne définition est une définition qui doit convenir à un nationaliste comme à un anti-nationaliste, à un progressiste et à un traditionaliste, à gauche comme à droite, au passé et au futur. Ma  proposition passe par une critique des définitions les plus connues (Gellner, Anderson, Smith par exemple). Des éléments de ces anciennes définitions subsistent dans la mienne et d’autres sont rejetés. J’espère que la mienne est meilleure. Sinon, à quoi bon la présenter ?

Selon vous, quel avenir pour la nation ?

Rien n’indique une disparition ou un dépassement à court terme. L’usure, l’effritement sont possibles à moyen terme. L’évolution et le développement sont possibles aussi. Ces évolutions s’accompagneront de plus ou moins de nationalisme. Mais le scénario le plus plausible est celui d’un monde international plus démocratique et plus coopératif. Il semble légèrement optimiste en 2018.

L’Union européenne ne sera pas une super-nation fédérale. Il y a trop d’obstacles à ce scénario qui n’est d’ailleurs souhaité par quasiment personne. Pour se développer et non se désintégrer, il faut espérer qu’elle fonde une démocratie fédérative doté d’un vrai parlement et capable de vraies alternances. Les procédures démocratiques adéquates existent et sont connues. Les employer est d’abord une question de volonté.

D’un point de vue positivement européen qui est le mien, j’avoue avoir un peu de mal à concevoir comment on a pu penser après les cataclysmes politiques du XXe siècle, que la politique serait une fois pour toute exempte de passions, au point de devenir un simple problème technique à régler entre experts de bonne volonté.

Une fin des nations européennes, loin d’être un atout, risque d’être fatale à toute union de l’Europe. La Suisse fédérale aurait-elle été bâtie si on avait exigé la disparition de ses cantons ? Les États-Unis auraient-ils pu se construire sur l’effacement de la Pennsylvanie, du Texas et de la Californie ? Or, en Europe il s’agit de confédérer des puissances, des histoires nationales, des nations, grandes ou petites, beaucoup plus spécifiques et pesantes qu’un canton suisse ou un État des États-Unis. Une approche dogmatique de l’économie et l’approche postnationale sont aujourd’hui aussi pernicieuses pour l’Union européenne que les nationalismes inquiets et colériques qui, en partie, ont été produits par ces approches superflues.

Propos recueillis par Marcelle Bourbier (CEVIPOF)

Retrouvez La nation contre le nationalisme (éd. PUF) de Gil Delannoi à la librairie de Sciences Po et également en prêt à la bibliothèque de Sciences Po.

Aller plus loin

En savoir plus

Abonnez-vous à notre newsletter

Sir Austen Chamberlain, un alumnus so British

Sir Austen Chamberlain, un alumnus so British

Depuis sa création en 1872, Sciences Po a accueilli des milliers d’étudiants issus d’universités outre-Manche. Sir Austen Chamberlain, un diplômé de Cambridge promis à un brillant avenir dans la diplomatie européenne, fut parmi les tout premiers à y étudier. Célèbre pour son rôle dans les négociations des Accords de Locarno, pour lequel il reçut le prix Nobel de la paix, Austen Chamberlain occupa le poste de ministre des Affaires étrangères britannique pendant l’entre-deux-guerres de 1924 à 1929. Qu’a-t-il retenu de son passage à Sciences Po en tant qu’unique élève britannique de la promotion 1886, et comment ce séjour a-t-il forgé sa politique à une époque aussi charnière de l’histoire européenne ?

Lire la suite
“Retrouver le goût du partage démocratique”

“Retrouver le goût du partage démocratique”

Professeur à Sciences Po et ancien directeur du Centre d’études politiques de Sciences Po (Cevipof), Pascal Perrineau a été nommé le 17 janvier 2019 parmi les 5 garants du grand débat national. Comment envisage-t-il le débat ? Quels seront ses objectifs ? Réponse en vidéo.

Lire la suite
Livres : pourquoi Internet n'a pas tué le papier

Livres : pourquoi Internet n'a pas tué le papier

Par Dominique Boullier, Mariannig Le Béchec et Maxime Crépel. Les livres qui s’entassent dans votre bibliothèque sont-ils encore vivants ? Pourquoi les garder s’ils ne le sont plus ? Pourquoi l’attachement au livre imprimé ne se dément-il pas à l’heure du livre numérique ?

Lire la suite
“L’enquête révèle un paradoxe au sein de la société française”

“L’enquête révèle un paradoxe au sein de la société française”

Depuis 10 ans, le Baromètre de la confiance politique du Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF) mesure les niveaux de confiance accordés par les Français à leurs acteurs politiques, sociaux et économiques. Il révèle aussi les degrés de confiance personnelle et interpersonnelle : famille, voisins... et mesure les perceptions de l’avenir par les Français. À l’occasion de la parution de la 10e vague, entretien avec Martial Foucault, directeur du Centre de recherches politiques de Sciences Po.

Lire la suite
Et si vous étudiiez à Sciences Po cet été ?

Et si vous étudiiez à Sciences Po cet été ?

Vous êtes lycéen ou étudiant ? Vous souhaitez étudier les sciences humaines et sociales à Sciences Po le temps d'un été ? Les candidatures pour l’édition 2019 de la Summer School sont ouvertes, avec deux programmes distincts, l'un pour les étudiants, l'autre pour les lycéens. Voici ce qu’il faut savoir avant de déposer sa candidature.

Lire la suite
Italie : les clés de la popularité de Matteo Salvini

Italie : les clés de la popularité de Matteo Salvini

Par Michele Di Donato, Centre d'histoire de Sciences Po - En apparence spontanée et souvent même grossière, la communication de Matteo Salvini est coordonnée soigneusement et s'appuie sur un outil informatique très efficace. Il faut toutefois se garder de la tentation d’attribuer seulement à ces techniques la réussite de la communication de la Ligue. En effet depuis la crise de 2008, les partis qui proposent une distinction entre un « peuple » homogène et des « élites » corrompues, ont le vent en poupe un peu partout dans le monde.

Lire la suite
Concours juridiques : un palmarès 2018 brillant

Concours juridiques : un palmarès 2018 brillant

L’École de droit de Sciences Po confirme son excellent positionnement dans la préparation aux concours juridiques avec un taux de réussite de 45 % au concours 2018 de l’École Nationale de la Magistrature (ENM). Parmi les 180 étudiants de la classe préparatoire ayant présenté le concours, 79 ont été admis. Huit d’entre eux figurent dans les dix premiers du classement, et vingt parmi les trente premiers.

Lire la suite
Engagée pour les océans

Engagée pour les océans

À l’occasion de la Semaine des Océans à Sciences Po, nous avons rencontré Ève Isambourg, étudiante en 3ème année du Collège universitaire et activiste pour la protection des océans. Après deux ans sur les bancs du campus de Paris, Ève a consacré sa troisième année à l’étranger à mobiliser les esprits sur les questions océaniques autour du monde. Dernière étape de sa mission et non des moindres : une conférence devant l’ONU à New York.

Lire la suite
Le migrant est l’avenir du monde

Le migrant est l’avenir du monde

Par Bertrand Badie (CERI). Le débat sur la migration est stupéfiant et pourtant il dure, s’enlise et même s’encastre dans l’ordinaire de notre culture politique contemporaine. Il paralyse l’Europe qui en parle tout le temps, mais n’en délibère jamais. Il envahit les propagandes partisanes et s’impose comme une sorte de friandise électorale dont se délectent les populistes de tous poils, de droite et maintenant d’une certaine gauche. Il tétanise les gouvernements qui craignent que le respect de la vérité ou qu’un sursaut d’humanisme ne leur vaillent une chute dans les sondages.

Lire la suite
L’espionne qui venait de Sciences Po

L’espionne qui venait de Sciences Po

Jeannie de Clarens, née Rousseau, première de sa promotion en juillet 1940, entame au sortir de la rue Saint-Guillaume une carrière d’espionne-interprète exceptionnelle. À 23 ans, elle a offert aux Alliés un des renseignements les plus précieux de la Deuxième Guerre Mondiale. Une véritable héroïne de “l’armée des ombres”, à qui Sciences Po rend aujourd’hui hommage en baptisant un des ses amphithéâtres à son nom.

Lire la suite