"La guerre m'a fait oublier bien des choses..."

Au milieu de la Première guerre mondiale, alors que la France connaissait une hécatombe sans précédent, ont été créés des enseignements spéciaux pour les officiers blessés au front. Œuvre patriotique, ces enseignements eurent lieu à l’École libre des Sciences politiques - le premier nom de Sciences Po - alors dirigée par Eugène d’Eichthal, de 1916 à 1920. Une promesse d’avenir pour ces hommes qui sortaient de l’horreur.

Pour de nombreux appelés et engagés, grièvement atteints de blessures de guerre et de ce fait réformés de l’Armée, cet enseignement préparant à des carrières "industrielles ou commerciales", fut considéré comme une chance de pouvoir poursuivre une vie professionnelle après la guerre.

Les enseignements étaient réservés aux officiers sortis de l’École polytechnique, de l’École navale ou de l’École militaire spéciale Saint-Cyr. D’une durée d’un an, sanctionnés par un diplôme, ils comprenaient des cours obligatoires sur les sujets suivants : "organisation économique", "banques et crédit", "méthodes comptables et bilans", "législation ouvrière", plus deux cours réguliers de l’École et la participation à des conférences de méthode. Pour candidater, les officiers devaient être âgés entre 22 et 30 ans et ils devaient connaître une langue étrangère. Les candidats étaient invités à écrire directement au directeur de l’École une lettre de motivation. Ces lettres, témoignages d’hommes éprouvés par des mois passés dans l’horreur des tranchées, sont très émouvantes.

Des témoignages très émouvants

Le 4 septembre 1917, le capitaine Vauthrin s’adresse à Eugène D’Eichthal : "Monsieur le Directeur, J’ai l’honneur de vous demander de vouloir bien m’autoriser à suivre les cours spéciaux (pour officiers blessés), pendant l’année 1917-1918. Atteint, au cours de la bataille de la Marne, d’une grave blessure à la cuisse gauche qui me met dans l’impossibilité de continuer mon service dans l’armée active, je serais heureux d’acquérir les connaissances nécessaires pour entrer éventuellement dans une carrière industrielle ou commerciale… ".

Le 26 septembre 1919, le sous-lieutenant Berge, du 42e Régiment d’Infanterie, écrit : "Monsieur, Je vous adresse une demande à l’effet d’être autorisé à m’inscrire aux Cours Spéciaux de l’École des Sciences Politiques. Je suis amputé de la cuisse gauche depuis le 25 août 1916 à la suite d’une blessure par obus du 24 août 1916. Mes titres universitaires se bornent aux deux baccalauréats de l’enseignement secondaire. En 1914 je me préparais à l’École Polytechnique. J’avais un an de préparation (mathématiques spéciales prép). La guerre a interrompu mes études, ou plutôt, je les ai interrompues en m’engageant. J’ai présenté aux baccalauréats d’allemand et d’anglais. Mais la guerre m’a fait oublier bien des choses. J’ai l’intention de me mettre sérieusement à l’anglais et si possible à l’espagnol. Enfin je ne rentre pas dans vos limites d’âges, j’ai 21 ans seulement depuis juin dernier…

Mon image

80 officiers diplômés entre 1916 et 1920

Il y eu peu d’inscrits lors de l’année scolaire 1916-1917, du fait du manque de publicité et parce que les officiers étaient retenus loin de Paris, dans des centres de soins et de rééducation en province. Les journaux de 1916 avaient tout de même relayé l’information et l’on trouve dans les archives des coupures de presse en provenance du Gaulois, des Débats et du Temps, journal qui intitule son article du 5 novembre 1916 "Une innovation intéressante". En 1917, une campagne de publicité est réalisée auprès des gares ferroviaires et des hôpitaux de France. Le 20 septembre 1917, le Commissaire technique du Réseau des Chemins de fer du Nord écrit une lettre très enthousiaste au Secrétaire Général de l’École : " J’ai l’honneur de vous informer qu’en raison du but patriotique de l’œuvre dont il s’agit, nous nous faisons un plaisir de vous accorder cette autorisation, et je vous prierai de me faire adresser dans ce but deux exemplaires de cette affiche pour notre gare de Paris".

Au final, entre l’année scolaire 1916-1917 et l’année 1919-1920, ils furent un peu moins de quatre-vingt officiers à être diplômés de l’École libre des Sciences politiques, aptes ainsi à poursuivre leur vie professionnelle à des postes importants dans l’après-guerre.

À lire aussi :

Abonnez-vous à nos newsletters !

L’argent des ménages, un objet politique

L’argent des ménages, un objet politique

États-Unis, 2008  : des panneaux “For Sale” poussent aux portes de milliers de pavillons, devenant le symbole du surendettement - quasi forcé - des ménages. Mais la crise des subprimes, aussi scandaleuse qu’elle soit, cache une vérité plus durable : celle des foyers qui s’endettent pour se soigner, des étudiants empruntant pour payer leurs études et dont la dette équivaut aujourd’hui à 75% du PIB états-unien. Si, en France, l’État-providence protège encore de tels phénomènes, il n’en reste pas moins que la question se pose. Désireux d’y répondre, les pouvoirs publics mettent en place de nouvelles politiques de l’argent. Quelles sont-elles et que nous disent-elles de l’État et de la société ? Analyse par Jeanne Lazarus, sociologue de l’argent, chargée de recherche CNRS au Centre de sociologie des organisations.

Lire la suite
Stiglitz et Zelizer, docteurs honoris causa

Stiglitz et Zelizer, docteurs honoris causa

La sociologue Viviana Zelizer et l'économiste Joseph Stiglitz se sont vus décerner le titre de docteur honoris causa de Sciences Po, au cours d'une émouvante cérémonie le mercredi 13 novembre 2019. Cette distinction récompense les deux chercheurs ; la première en tant que fondatrice de la sociologie économique et le second comme figure de la nouvelle économie keynésienne. Ces précieux apports à leurs disciplines respectives ont été soulignés lors des éloges prononcés par Jeanne Lazarus et Jean-Paul Fitoussi.

Lire la suite
En chantier

En chantier

A la rentrée 2021, Sciences Po verra le déménagement d’une partie de ses activités sur le site du 1, place Saint-Thomas d’Aquin à Paris : l’ancien hôtel de l'Artillerie aura achevé sa mue pour devenir le coeur du futur campus parisien. Mais, pour le moment, le lieu est le terrain de jeu des pelleteuses et des hommes de l’art. Notre photographe, Martin Argyroglo, s'est baladé sur le chantier.

Lire la suite
150 étudiants de Sciences Po au Paris Peace Forum

150 étudiants de Sciences Po au Paris Peace Forum

Du 11 au 13 novembre 2019, se tient à Paris la deuxième édition du Paris Peace Forum. Initié par le président Emmanuel Macron et co-organisé par 8 membres fondateurs dont Sciences Po, ce forum réunit de nombreux acteurs de la gouvernance mondiale. 30 chefs d’État et 150 étudiants de l’École des affaires internationales de Sciences Po (PSIA) ont répondu présents.

Lire la suite
Quels financements publics pour les énergies renouvelables en France ?

Quels financements publics pour les énergies renouvelables en France ?

En France et dans le monde, le développement des énergies renouvelables électriques s’est jusqu’à présent largement appuyé sur des mécanismes de soutien public. Ces mécanismes financent généralement la différence entre la rémunération de leur production sur le marché de l’électricité et le prix cible garanti par l’État au producteur renouvelable. Alors que la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) vise à multiplier par trois les capacités de production éoliennes et photovoltaïques en dix ans et que, dans le même temps, les coûts de production de ces technologies sont amenés à baisser, quel besoin de financement public pour les énergies renouvelables électriques peut-on anticiper ?

Lire la suite
Joseph Stiglitz, l'économie contre les inégalités

Joseph Stiglitz, l'économie contre les inégalités

Joseph Stiglitz, prix Nobel d'économie, séjourne ce semestre d'automne à Sciences Po, partageant à cette occasion ses travaux avec les étudiants et les chercheurs de l'établissement. L'économiste se livre ainsi sur son parcours et sa carrière, mais aussi sur ses inspirations, ses rapports à l'œuvre de Keynes et ses convictions pour de meilleures politiques publiques, luttant de manière efficace contre les inégalités.

Lire la suite

"Sciences Po, c'est le Harvard français"

La Mastercard Foundation, en partenariat avec Sciences Po, attribue des bourses qui permettent d’accompagner et de former des étudiants du continent africain talentueux et engagés. Témoignages d'étudiants bénéficiaires de ce dispositif.

Lire la suite
Make it Work : Sciences Po s'engage pour le climat

Make it Work : Sciences Po s'engage pour le climat

Suite à l’annonce de Frédéric Mion, en mars 2019, Sciences Po s’engage pour le climat à travers un ensemble d’initiatives éco-responsables regroupées sous le programme “Climate Action: Make it Work”. Programme événementiel dédié, audit des enseignements, plan d'action écoresponsable, consultations en ligne : toutes les communautés de Sciences Po sont invitées à devenir des acteurs engagés pour mener la transition écologique.

Lire la suite
Eric Vinson : “Le droit de croire ou de ne pas croire”

Eric Vinson : “Le droit de croire ou de ne pas croire”

Destinée aux ministres du culte, aux cadres des communautés religieuses et aux professionnels travaillant autour du fait religieux et de la laïcité, “Emouna” est une formation unique dans le paysage universitaire français. Ce programme propose en effet à ses étudiants de découvrir l’environnement politique et institutionnel qui entoure les pratiques religieuses, la laïcité et les différentes religions. Le tout, dans une perspective interdisciplinaire et non-confessionnelle. Qu’est-ce qu’un programme laïque sur les religions ? Qu’y apprend-on ? Depuis 2018, Eric Vinson, spécialiste du fait religieux et de la laïcité, est le responsable pédagogique de cette formation. Il nous explique le sens d’Emouna.

Lire la suite
Nicolas Mathieu : “J’aime la littérature réaliste et cruelle”

Nicolas Mathieu : “J’aime la littérature réaliste et cruelle”

Prix Goncourt 2018 pour son livre Leurs enfants après eux, qui prenait pour sujet la jeunesse désoeuvrée de l’est de la France, Nicolas Mathieu était l’invité de Sciences Po ce 23 octobre 2019. Abordant les sujets de ses inspirations littéraires, de la reproduction des élites ou encore de la politique, l’écrivain s’est prêté au jeu de l’interview vidéo.

Lire la suite