L’attaque d’Occident

En mai et juin, Sciences Po dévoile des documents inédits sur les événements de mai 68 survenus dans ses murs. Photos, témoignages, archives… L’ambition de cette série d’articles est de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et de comprendre la parole de 68 autant que son contenu. Quatrième opus avec le seul moment violent des événements de mai 68 à Sciences Po : le 20 mai, un commando attaque l’école.

Vingt à trente étudiants casqués et armés de matraques

Le lundi 20 mai 1968, alors que l’occupation bat son plein et que le pouvoir étudiant s’institutionnalise, un groupe pénètre par effraction dans les locaux de la rue Saint-Guillaume. Seul épisode violent des deux mois révolutionnaires à Sciences Po, cette « attaque » perpétrée par un « commando armé » est bien documentée : unanimement condamnée par le Conseil étudiant comme par la direction, ces « violences » ont été relatées par la presse et par de nombreux témoins.

Le 20 mai, sur le coup de 14h30, vingt à trente étudiants, casqués et armés de matraques, de grenades, de boulons et de boucliers, font irruption dans Sciences Po occupée par la rue des Saints-Pères et la rue Saint-Guillaume, tentent de bloquer l’entrée du 27, d’en faire évacuer le hall, la bibliothèque et l’amphi Boutmy, détruisent affiches, stands, tables, chaises et vitres, et blessent au passage trois personnes – deux étudiants et un appariteur qui essayaient d’intervenir. Les étudiants occupants expulsent, avec l’aide des appariteurs et des membres de la direction et du corps enseignant présents sur les lieux, ces « casseurs » et en retiennent certains prisonniers, avant de les remettre à la police.

Occident, ancêtre du Groupe Union Défense (GUD)

Très vite les responsabilités sont établies : le commando fait partie du mouvement Occident, groupuscule d’extrême droite fondé en 1964 par des étudiants et lycéens déçus par la Fédération des étudiants nationalistes (FEN) qu’ils trouvent trop modérée dans ses actions. Ce mouvement, synthèse de l’Action française des années 1930, de l’anticommunisme de guerre froide et de l’Algérie française, a marqué la fin des années 1960 par ses actions violentes et les affrontements réguliers qui l’oppose aux militants anarchistes, communistes, socialistes et d’extrême gauche. Fin octobre 1968, le mouvement qui compte plusieurs centaines de membres est dissout par le ministère de l’Intérieur, à la suite de la multiplication des échauffourées avec les militants de gauche. De ses cendres renaissent des mouvements d’étudiants nationalistes: le GUD, Ordre Nouveau ou l’Action nationaliste qui se présente aux élections étudiantes de l’IEP en 1969.

L'attaque d'Occident dans les archives de Sciences Po (diaporama)

L’extrême droite à Sciences Po

En effet, les statuts de l’Institut promulgués en janvier 1969 transforment la gouvernance de Sciences Po. Le nouveau Conseil de direction, composé de représentants étudiants, enseignants et de personnalités extérieures, et la nouvelle Commission paritaire étudiants/enseignants, sont désignés à l’issue d’élections où s’affrontent différentes listes étudiantes au scrutin proportionnel. Sur les sept listes en présence, l’Action nationaliste dont les mots d’ordre sont l’anti-gaullisme, l’anti-libéralisme, l’anti-communisme et le nationalisme, la lutte contre la « pagaille » et « l’anarchie », la « démagogie » et la « modération », la « décadence » et le « cosmopolitisme internationaliste », obtient 177 voix en février 1969 (et aucun siège), après une campagne émaillée d’incidents entre étudiants nationalistes et étudiants antifascistes, qui met à l’épreuve le tout nouveau règlement des libertés politiques et syndicales.

Dossier documentaire réalisé par Marjorie Ruffin, archiviste à la Mission Archives et Marie Scot, historienne au Centre d’histoire de Sciences Po. Texte de Marjorie Ruffin et Marie Scot.

Tous les épisodes de “Ça s’est passé en 68” :

Abonnez-vous à notre newsletter

Enseigner l’écriture

Enseigner l’écriture

Après Kamel Daoud, Marie Darrieussecq sera la prochaine titulaire de la chaire d’écrivain en résidence de Sciences Po. L’auteure et psychanalyste est notamment lauréate du prix Médicis pour Il faut beaucoup aimer les hommes. Elle débutera ses enseignements auprès des étudiants de Sciences Po en septembre 2019.  

Lire la suite
Les coulisses du Grand Oral

Les coulisses du Grand Oral

Du discours de politique générale devant l'Assemblée nationale aux émissions de télévision, le “grand oral” a la cote et sera bientôt partie intégrante du nouveau Bac. Né à Sciences Po, le “Grand O” a, tout comme l’institution, profondément évolué au cours des dernières années. Qu’attend-on des étudiants en 2019 ? Loin du concours d’éloquence et des effets de manche, reportage dans les coulisses de ce rite de passage.

Lire la suite
Relations internationales : un pied dans le grand bain

Relations internationales : un pied dans le grand bain

Sciences Po pour les Nations Unies est une association qui rassemble des étudiants passionnés de relations internationales et de diplomatie. Forte de son succès, elle a récemment vu trois de ses membres (Antoine Da Col, Roland Martial et Mounia El Khawand) être primés au WorldMUN. Rencontre avec sa présidente, Eve de Seguins Pazzis, et sa vice-présidente, Chloé Bernard, étudiantes en master. 

Lire la suite
L’Allemagne, le pays où les hauts fonctionnaires se forment à l’université

L’Allemagne, le pays où les hauts fonctionnaires se forment à l’université

Par Cornelia Woll (CEE). Le débat sur la suppression de l’École nationale d’administration est d’autant plus vif qu’il se situe à la convergence de plusieurs enjeux : principes de la méritocratie, ascension sociale, fonctionnement de l’administration publique, réseaux d’influence et rentes professionnelles que procurent les grands corps. D’autres modèles existent chez nos voisins. Une comparaison avec l’Allemagne éclaire le rôle que peut jouer l’université dans la formation de la haute fonction publique.

Lire la suite
En classe avec Kamel Daoud

En classe avec Kamel Daoud

Initiative originale visant à renforcer l'expression créative des étudiants, la première chaire d'écrivain en résidence de Sciences Po a été lancée en février dernier. Pendant un semestre, le premier titulaire de la nouvelle chaire, Kamel Daoud, a enseigné aux étudiants. Qu’apprend-on lors des classes dispensées par l’écrivain, telles que “L’écriture à rebours" et "L’écriture, la lecture et la construction du sens" ? Retour en vidéo sur une expérience inédite dans le paysage universitaire français.

Lire la suite
Les universités veulent peser sur l'agenda politique

Les universités veulent peser sur l'agenda politique

Une alliance internationale regroupant plus de 45 universités de référence mondiale a été lancée ce 5 juin 2019 à Paris, au cours d’une conférence de presse qui s’est tenue à Sciences Po en présence de la ministre française de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, Frédérique Vidal. Baptisé U7, ce regroupement d’universités prestigieuses a pour objectif d’aborder les défis mondiaux majeurs.

Lire la suite
Énergies renouvelables : comment soutenir les projets citoyens ?

Énergies renouvelables : comment soutenir les projets citoyens ?

Par Andreas Rüdinger (IDDRI). Le développement des énergies renouvelables (ENR) représente l’un des piliers de la stratégie française de transition énergétique. Afin d’atteindre les objectifs ambitieux fixés à l’horizon 2030 – soit 32 % d’énergie renouvelable dans la consommation finale d’énergie, 40 % pour l’électricité –, la nouvelle Programmation pluriannuelle de l’énergie indique qu’il faudra doubler les capacités d’énergies renouvelables électriques installées entre 2017 et 2028 dans l’Hexagone.
Lire la suite

Climat : est-il déjà trop tard ?

Climat : est-il déjà trop tard ?

On parle sans cesse du changement climatique mais comment joindre les actes à la parole ? Sébastien Treyer directeur général de l’Institut du développement durable et des relations internationales, l’IDDRI, explique le rôle de chacun dans la bataille pour sauver la planète. 

Lire la suite
Les élections européennes métamorphosent le clivage gauche-droite

Les élections européennes métamorphosent le clivage gauche-droite

Par Luc Rouban (CEVIPOF). Dès le soir du 26 mai, le premier ministre Édouard Philippe est intervenu pour expliquer que, contrairement à ce que disaient les spécialistes, selon lui, le clivage gauche-droite était définitivement mort et que les élections européennes avaient entériné le nouveau clivage entre progressistes et nationalistes sur lequel Emmanuel Macron avait bâti toute la campagne de La République en marche (LREM) en 2017.

Lire la suite