L’attaque d’Occident

En mai et juin, Sciences Po dévoile des documents inédits sur les événements de mai 68 survenus dans ses murs. Photos, témoignages, archives… L’ambition de cette série d’articles est de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et de comprendre la parole de 68 autant que son contenu. Quatrième opus avec le seul moment violent des événements de mai 68 à Sciences Po : le 20 mai, un commando attaque l’école.

Vingt à trente étudiants casqués et armés de matraques

Le lundi 20 mai 1968, alors que l’occupation bat son plein et que le pouvoir étudiant s’institutionnalise, un groupe pénètre par effraction dans les locaux de la rue Saint-Guillaume. Seul épisode violent des deux mois révolutionnaires à Sciences Po, cette « attaque » perpétrée par un « commando armé » est bien documentée : unanimement condamnée par le Conseil étudiant comme par la direction, ces « violences » ont été relatées par la presse et par de nombreux témoins.

Le 20 mai, sur le coup de 14h30, vingt à trente étudiants, casqués et armés de matraques, de grenades, de boulons et de boucliers, font irruption dans Sciences Po occupée par la rue des Saints-Pères et la rue Saint-Guillaume, tentent de bloquer l’entrée du 27, d’en faire évacuer le hall, la bibliothèque et l’amphi Boutmy, détruisent affiches, stands, tables, chaises et vitres, et blessent au passage trois personnes – deux étudiants et un appariteur qui essayaient d’intervenir. Les étudiants occupants expulsent, avec l’aide des appariteurs et des membres de la direction et du corps enseignant présents sur les lieux, ces « casseurs » et en retiennent certains prisonniers, avant de les remettre à la police.

Occident, ancêtre du Groupe Union Défense (GUD)

Très vite les responsabilités sont établies : le commando fait partie du mouvement Occident, groupuscule d’extrême droite fondé en 1964 par des étudiants et lycéens déçus par la Fédération des étudiants nationalistes (FEN) qu’ils trouvent trop modérée dans ses actions. Ce mouvement, synthèse de l’Action française des années 1930, de l’anticommunisme de guerre froide et de l’Algérie française, a marqué la fin des années 1960 par ses actions violentes et les affrontements réguliers qui l’oppose aux militants anarchistes, communistes, socialistes et d’extrême gauche. Fin octobre 1968, le mouvement qui compte plusieurs centaines de membres est dissout par le ministère de l’Intérieur, à la suite de la multiplication des échauffourées avec les militants de gauche. De ses cendres renaissent des mouvements d’étudiants nationalistes: le GUD, Ordre Nouveau ou l’Action nationaliste qui se présente aux élections étudiantes de l’IEP en 1969.

L'attaque d'Occident dans les archives de Sciences Po (diaporama)

L’extrême droite à Sciences Po

En effet, les statuts de l’Institut promulgués en janvier 1969 transforment la gouvernance de Sciences Po. Le nouveau Conseil de direction, composé de représentants étudiants, enseignants et de personnalités extérieures, et la nouvelle Commission paritaire étudiants/enseignants, sont désignés à l’issue d’élections où s’affrontent différentes listes étudiantes au scrutin proportionnel. Sur les sept listes en présence, l’Action nationaliste dont les mots d’ordre sont l’anti-gaullisme, l’anti-libéralisme, l’anti-communisme et le nationalisme, la lutte contre la « pagaille » et « l’anarchie », la « démagogie » et la « modération », la « décadence » et le « cosmopolitisme internationaliste », obtient 177 voix en février 1969 (et aucun siège), après une campagne émaillée d’incidents entre étudiants nationalistes et étudiants antifascistes, qui met à l’épreuve le tout nouveau règlement des libertés politiques et syndicales.

Dossier documentaire réalisé par Marjorie Ruffin, archiviste à la Mission Archives et Marie Scot, historienne au Centre d’histoire de Sciences Po. Texte de Marjorie Ruffin et Marie Scot.

Tous les épisodes de “Ça s’est passé en 68” :

Abonnez-vous à notre newsletter

“Protestas”, une websérie aux couleurs de l’activisme latino-américain

“Protestas”, une websérie aux couleurs de l’activisme latino-américain

En Amérique latine, l'année 2020 a été marquée  par d'immenses mobilisations en faveur d'une démocratisation profonde des régimes politiques et une modernisation des sociétés. Des mouvements qui ont su se réinventer pour s'adapter à la pandémie. C’est cette réinvention que raconte la websérie “Protestas”, née d’une collaboration entre journalistes et chercheurs de l’Observatoire politique de l’Amérique latine et des Caraïbes (OPALC/CERI Sciences Po). En huit épisodes, ces vidéos explorent l’infatigable créativité de ces mouvements sur le continent, et leurs résonances au-delà. Entretien avec Olivier Dabène, chercheur au CERI et président de l’OPALC, à l’occasion du lancement de la série. 

Lire la suite
Vous avez raté la Journée des masters ? Voici un programme de rattrapage

Vous avez raté la Journée des masters ? Voici un programme de rattrapage

Notre Journée des masters en ligne a rassemblé 8000 visiteurs le 28 novembre dernier ! Au programme, des sessions d'information et d'échange sur les programmes de master, les doubles diplômes, les débouchés, les procédures d'admissions et les possibilités de bourses et d'aide sociale. Retrouvez ci-dessous les présentations des différentes Écoles de second cycle. 

Lire la suite
À quoi servent les études de recherche ?

À quoi servent les études de recherche ?

“Notre travail, c’est d’établir des diagnostics sur le monde comme il va” : Pierre François, Doyen de l’École de la recherche (ex-École doctorale) revient sur les spécificités et les atouts de la formation à la recherche, vocation plus indispensable et plus exigeante que jamais à l’heure où la pandémie bouscule le fonctionnement routinier du social". 

Lire la suite
Lancement de la Chaire européenne sur le développement durable et la transition climatique

Lancement de la Chaire européenne sur le développement durable et la transition climatique

Le 25 novembre 2020, Sciences Po lance une nouvelle Chaire développement durable et transition climatique, pilotée conjointement par l'École d’affaires publiques et l'École des affaires internationales (PSIA). Dans la lignée du Green Deal européen, cette Chaire résolument transdisciplinaire vise à apporter de nouveaux éclairages à toutes les organisations soucieuses de faire progresser le développement durable selon le triple axe de la transition climatique, du développement économique et de l’inclusion sociale. Entretien avec son directeur, le Dr Shiv Someshwar, spécialiste des questions environnementales, professeur associé à Sciences Po et professeur invité de l’Université Columbia. 

Lire la suite
Vous avez raté la Journée portes ouvertes ? Voici un programme de rattrapage

Vous avez raté la Journée portes ouvertes ? Voici un programme de rattrapage

La Journée portes ouvertes 2020 du bachelor a rassemblé 12 000 visiteurs en ligne samedi 14 novembre dernier ! Si vous n'avez pas pu assister aux différents ateliers, voici quelques émissions à voir en replay qui vous permettront de savoir l'essentiel sur Sciences Po, son programme de premier cycle, et les nouvelles modalités d'admission. De quoi vous motiver pour oser Sciences Po !

Lire la suite
L'innovation dans tous ses États

L'innovation dans tous ses États

Comment réinventer les prisons de demain ? Comment décarboner les Jeux olympiques de 2024 ? Comment rendre le patrimoine du Domaine de Chantilly accessible aux générations futures ? Voici quelques-unes des questions soulevées par l’Incubateur des politiques publiques, un programme destiné aux étudiants de master de l’École d’affaires publiques de Sciences Po, mis à l'honneur dans le cadre du Mois de l’Innovation Publique de novembre 2020. 

Lire la suite
Histoire globale & internationale : un nouveau double diplôme Sciences Po / King's College

Histoire globale & internationale : un nouveau double diplôme Sciences Po / King's College

Sciences Po et King's College London, partenaires de longue date, renforcent leurs liens avec la création d'un double diplôme de master en histoire globale et internationale. Une formation unique qui combine l'expertise de deux des meilleurs centres européens d'études en histoire. Mario Del Pero, Professeur des universités à Sciences Po, directeur des études doctorales en histoire et artisan de ce double diplôme, répond à nos questions. 

Lire la suite
Migrations : découvrez le dernier numéro de Cogito, le magazine de la recherche

Migrations : découvrez le dernier numéro de Cogito, le magazine de la recherche

Les groupes sociaux ainsi que les individus se sont toujours déplacés, plus ou moins durablement. Ces mobilités diverses dans le temps et l’espace, sont marquées par la multiplicité de leurs motifs, de leurs trajectoires et de leurs répercussions. En découle l’impératif de les analyser avec une attention tout aussi plurielle. Les nombreuses recherches conduites à Sciences Po, en particulier  au sein du groupe Migration et Diversité répondent à cette exigence et visent à développer de nouvelles approches. Le dernier dossier de Cogito, le magazine de la recherche, présente un aperçu de leur richesse. 

Lire la suite