Avec Bertrand Badie, un "espace mondial du savoir"

Mise à jour 27 mars 2020 : Pas de confinement pour les idées ! Grâce à la plateforme Coursera, il redevient possible de suivre le MOOC incontournable et plébiscité de Bertrand Badie, "Espace Mondial". Le temps des études est celui d'une vie. #KeepLearning

22 000 fans : plus qu’un concert de Beyoncé à Bercy. C’est le nombre d’internautes qui ont suivi le cours en ligne de Bertrand Badie, en 2014 et 2015. Depuis un village de Saintonge, Rabat, La Réunion ou Mexico, au bureau, ou en faisant le ménage, ces étudiants de tous les âges et du monde entier ont plébiscité cette première édition du MOOC “Espace mondial”. Bonne nouvelle pour les accros, l’aventure redémarre sur la plate-forme Coursera, avec une nouvelle version internationale, multilingue, et à la demande.

En janvier 2014, Bertrand Badie, professeur de relations internationales à Sciences Po, s’installait dans un amphi un peu particulier : pour la première fois, son cours d’Espace mondial s’ouvrait à tous, gratuitement et en libre accès sur la plate-forme France Université Numérique (FUN) . En deux éditions, son cours a fait le tour du monde et passionné 22 000 internautes âgés de 15 à 85 ans. Une expérience de démocratisation du savoir inégalée pour Sciences Po, qui a redémarré depuis le 3 juin dernier dans une version internationale sur la plate-forme américaine Coursera.

Délivrée en anglais et bientôt sous-titrée en arabe, mandarin, français, portugais et espagnol, cette nouvelle leçon d“Espace mondial” a désormais la possibilité de s’adresser à un public encore plus vaste que celui, déjà très divers, de la première édition. Près de 15% des internautes qui ont suivi la première version en français résidaient en effet à l’étranger.

  • À la carte et en 6 langues : une nouvelle version enrichie encore plus accessible

Mexique, Brésil, Maroc, Sénégal, Chili, Madagascar, Chine, États-Unis...mais aussi le Var, l’Aquitaine rurale, le village de Sausset-les-Pins et la Nouvelle-Calédonie : les commentaires enthousiastes des “étudiants” virtuels dessinent les contours d’une “communauté d’intérêt intellectuel” - selon l’expression d’un des élèves -  qui se joue de toutes les frontières. Même pour ceux qui ne parlent pas couramment le français : “Je suis philippine et mon niveau de français est assez bas, raconte une des internautes, mais grâce aux sous-titres et aux fiches je pouvais comprendre et améliorer mon français en plus de ma connaissance de l’Espace mondial !”.

Avec cette nouvelle version multilingue sur Coursera, ce MOOC se donne ainsi les moyens d’aller encore plus loin dans ce qu’un autre internaute appelle “l’espace mondial du savoir”, qui a également aboli les distinctions de classe, d’âge, ou de statut social. Les témoignages font ainsi entendre la voix d’un ancien agriculteur de 56 ans, d’une étudiante en Côte d’Ivoire, d’une psychologue, d’un ingénieur, d’une créatrice textile aussi bien que d’un retraité qui se réjouit de “retourner sur les bancs de l’école” qu’il a “quittée à 16 ans pour aller à l’usine.

  • Un cours déclaré “d’utilité publique” par 22 000 internautes

Je me sens enfin la capacité de mieux comprendre notre monde et ses mécanismes”. “Bertrand Badie m’a affûté le regard.” “Vos cours nous aident à garder une certaine distance vis-à-vis de l’actualité” : au-delà de leurs différences, ces profils partagent avec une immense jubilation intellectuelle leur “chance” d’avoir accès à ce “cours d’utilité publique”, “passionnant et addictif”, selon l’expression d’un élève.

Ces fans étaient déjà nombreux à réécouter le cours “la nuit, quand toute la maison dort”, “en faisant le ménage” ou “à l’aube avant d’aller au travail”. Pour les anciens et les nouveaux “addicts” d’Espace mondial, cette nouvelle version anglaise disponible sur Coursera promet encore plus de flexibilité.  Avec un format plus court “à la demande”, toutes les séances ouvrent en même temps : chacun peut circuler dans le cours à sa guise et selon sa disponibilité. Autre bonus de cette nouvelle saison : plus de 200 cartes, diagrammes et photos viennent à l’appui des 9 h de vidéos, ainsi que de très nombreux textes, QCM et forums de discussion.

Ce cours d’histoire-géo mêlé de philo, de droit, de sciences humaines est un vrai cours d’humanité, et je suis pour sa mondialisation immédiate” : le souhait de cet étudiant est désormais exaucé sur Coursera !

(Publié le 29 juin 2015)

En savoir plus

Summer School 2021 : cultivez votre curiosité !

Summer School 2021 : cultivez votre curiosité !

Vous souhaitez étudier les sciences sociales à Sciences Po le temps d'un été ? Sciences Po, première université française en sciences sociales, ouvre ses portes à des étudiants venus du monde entier pour leur permettre de suivre des programmes d'études intensifs en sciences sociales. Voici ce qu’il faut savoir avant de postuler !

Lire la suite
Louis Schweitzer élu Président par intérim de la Fondation nationale des sciences politiques

Louis Schweitzer élu Président par intérim de la Fondation nationale des sciences politiques

15/01/2021 - Les membres du Conseil d’administration de la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP), réunis mercredi 13 janvier 2021, ont tenu à exprimer leur choc devant les faits dont est accusé M. Olivier Duhamel et la condamnation unanime qu’ils appellent de leur part. Ils ont souhaité en premier lieu exprimer leur soutien aux victimes de ces agissements criminels. Ils ont en outre pris acte de la gravité de la crise qui en résulte pour l’institution.

Lire la suite
Louis-Philippe Dalembert, nouvel auteur en résidence

Louis-Philippe Dalembert, nouvel auteur en résidence

Pour le premier semestre 2021, Louis-Philippe Dalembert succède à Maylis de Kerangal comme titulaire de la Chaire d'écrivain en résidence du Centre d'écriture et de rhétorique de Sciences Po. L'auteur haïtien a écrit une vingtaine de romans et recueils de nouvelles ou de poésie. Entretien. 

Lire la suite

2020 à Sciences Po : année inédite

2020 à Sciences Po : année inédite

Tout avait commencé normalement, par des amphis pleins, des visages attentifs, des couloirs bruissant de toutes les langues du monde, des agendas surchargés, des bonnes résolutions lancées. Puis 2020 a fait irruption dans l'histoire de nos vies, a vidé notre université de ses étudiants, de ses enseignants, de ses chercheurs, et de ses salariés. Mais jamais de son sens ni de sa mission : en 2020, tout Sciences Po a continué à apprendre, contre vents et marées. Retour en images sur une année pas comme les autres. 

Lire la suite
Notre campus du Havre en 3 minutes

Notre campus du Havre en 3 minutes

Amarré au bord d'un quai, ouvert sur la mer et l'horizon, le site de notre campus du Havre, à quelques minutes du centre-ville, accueille les élèves de premier cycle qui suivent la spécialisation Asie-Pacifique du bachelor de Sciences Po. Visite guidée en images !

Lire la suite
Saint-Thomas : le chantier de notre futur campus vu du ciel

Saint-Thomas : le chantier de notre futur campus vu du ciel

Pour ses 150 ans en 2022, Sciences Po ouvrira les portes de son nouveau site parisien, Place Saint-Thomas d’Aquin, à deux pas des bâtiments historiques de la rue Saint-Guillaume. Bâti au XVIIè siècle, ce lieu de patrimoine exceptionnel deviendra l’un des sites majeurs du futur campus parisien de Sciences Po. Pour le moment, sous les échafaudages, le 1, Saint Thomas poursuit sa transformation. En juillet 2020, nous avons pu filmer les rénovations en cours grâce à un drone : pour la première fois, découvrez le chantier vu du ciel !

Lire la suite
Conférences à voir en replay : notre best of 2020

Conférences à voir en replay : notre best of 2020

D'Esther Duflo à Thierry Marx, des municipales en France à la présidentielle américaine : l'année événementielle a Sciences Po a été, comme toutes les autres, d'une intensité exceptionnelle. Parmi les rares conséquences positives de la pandémie : organisés en ligne, la plupart de nos événements et conférences sont facilement accessibles en replay. De quoi continuer à s'ouvrir l'esprit à domicile, en attendant le retour des grands amphis.   

Lire la suite
Droits de scolarité : un barème plus équitable au service de l’égalité des chances

Droits de scolarité : un barème plus équitable au service de l’égalité des chances

Pour accroître son engagement de vingt ans pour l'égalité des chances, Sciences Po fait évoluer son dispositif de droits de scolarité progressifs, pour le rendre encore plus juste et plus adapté à chacun. Aux côtés des nouvelles modalités d’admission en première année, cette refonte rend possible les engagements de l’établissement en matière d’ouverture sociale, et permettra d’accueillir davantage d’étudiants aux revenus modestes et moyens. 

Lire la suite