“A Sciences Po, on apprend l’engagement”

A peine diplômés de Sciences Po, Sophie Briante Guillemont et Hugo Ferrer ont créé une start-up inédite : ils accompagnent les candidats aux élections législatives en imaginant de A à Z leur campagne électorale. De la stratégie de communication au management de l’équipe de campagne. Rencontre.

Vous êtes la première start-up qui propose de concevoir, de planifier et de gérer des campagnes électorales de A à Z. C’est-à-dire?

Hugo Ferrer : Nous offrons deux axes de travail : d’un part du conseil, de la stratégie et de l’analyse et d’autre part de la communication, que l’on pourrait apparenter à du marketing politique. Nous proposons aux candidats d’intervenir soit globalement, soit de façon précise sur l’un de ces domaines d’expertise, cela dépend de leurs demandes : c’est un véritable accompagnement.

Sophie Briante Guillemont : On fait du sur mesure en fonction des candidats, de leur personnalité, de leur campagne, de leurs réseaux… Nos campagnes seront très différentes, en fonction du candidat pour qui nous travaillerons.

Qu’est-ce qui vous a séduit dans les campagnes électorales ?

S. B.G. : L’objectif c’est d'innover, en bref, de ne pas avoir l’impression que l’on fait la même campagne tous les cinq ans. En ce moment on commence à travailler sur les élections législatives avec des candidats de terrain qui ont envie de faire plus que du tractage sur les marché. 

H.F. : Il faut aussi savoir qu’il y a beaucoup d’élections, et que toute campagne est politique. Par exemple le bâtonnier de Paris, les présidents de CHU, sont élus, il y a aussi des élections internes dans les entreprises. Certaines élections ne sont pas publiques mais nécessitent des campagnes, nous sommes donc ouverts à toute proposition.

Vous vous êtes rencontrés sur les campus de Poitiers puis avez fondé votre Start-Up une fois en Master à Paris. Pourquoi avoir choisi de vous associer l’un avec l’autre ?

S. B.G. : Nous sommes amis de longue date. On avait fait des campagnes chacun de notre côté, dans des partis politiques différents et on en est arrivés aux mêmes conclusions sur les insuffisances dans ce domaine. On a donc décidé de réfléchir ensemble à ce que l’on pouvait apporter de nouveau. C'est aussi très facile de créer une boîte avec Sciences Po : on nous forme constamment à mener des projets, et fonder une start-up demande la même charge de travail que si l’on est stagiaire dans une banque par exemple.

Vous avez choisi deux masters différents : Sophie, vous êtes à l'École d’affaires publiques de Sciences Po et Hugo vous avez choisi  le Master Finance et Stratégie. En quoi ces deux formations vous aident-elles à atteintre les objectifs de votre start-up ?

S. B.G. : Je pense que l’alliance entre les Master d’Affaires Publiques et Finance et Stratégie est clairement pertinente pour notre projet. On est complémentaires au sein de la start-up : je fais du droit électoral, du conseil politique comme j’ai étudié cela en Master et Hugo s’occupe de la partie marketing politique.

H.F. :  De façon générale notre start-up c’est un business en politique, et pour monter un business il faut avoir à la fois une compétence financière et une compétence politique. Et au-delà de notre complémentarité en termes de profil, notre association est née du fait que nous sommes tous deux “ des Sciences Po”

Pendant vos études à Poitiers, Hugo, vous avez dirigé la campagne des municipales de la candidate UDI-UMP ; Sophie, vous avez travaillé pendant 7 mois au sein du cabinet de Myriam El Khomri, alors adjointe au Maire de Paris. Pourquoi était-ce important pour vous de vous engager dans la vie politique locale ?

H.F. : Pour l’impact. On ne fait pas Sciences Po parce que l’on veut avoir un impact macro-écoconomique sur les choses. S’engager pour la politique locale, cela veut dire avoir un impact microéconomique sur une dizaine de personnes : ton action de tous les jours est tangible et influe sur tout ce qu’il se passe. Dans les gros cabinets de conseil, au contraire, l’impact n’est pas vraiment là : on ne peut pas voir les conséquences de notre travail. C’est donc fondamental pour moi de faire des choses au niveau local : sortir de Paris, aller sur le terrain et partir de la base.

Quels sont vos objectifs professionnels pour la suite ?

H.F. : On veut continuer à faire ce que l’on aime : avoir un peu d’impact, et justifier ce qui était écrit dans l’amphi lorsqu’on était entrés dans l’amphithéâtre Bolivar du campus de Sciences Po à Poitiers : “Le monde a besoin d’esprits libres”. Cela résume un peu Sciences Po : que notre objectif professionnel soit quelque chose que l’on aime faire et qui impacte notre monde.

S. B.G. : Oui, on veut développer notre boîte et continuer à faire des choses qui ne sont pas forcément de la politique mais aussi travailler dans le social ou le milieu associatif.

Liens utiles

 

 

Imaginer le monde d'après la crise

Imaginer le monde d'après la crise

Depuis le 27 avril 2020, Sciences Po mène aux côtés de TF1, de Bluenove et Cognito une grande consultation en ligne intitulée “Notre nouvelle vie”. Son objectif : faire émerger des propositions pour répondre aux conséquences sociétales, économiques et démocratiques de la crise du Covid-19. Originale dans sa forme, la consultation a déjà réuni plus de 58 000 réponses émanant de 5 100 participants. Il est possible de débattre de cinq thématiques jusqu'au 24 juin. Explications détaillées avec Olivier Duhamel, Président de la FNSP et Yann Algan, doyen de l'École d’affaires publiques de Sciences Po. 

Lire la suite
Pour une stratégie universitaire européenne face à la crise

Pour une stratégie universitaire européenne face à la crise

En 2019, huit institutions de rang mondial en sciences sociales, humanités et management*, s’appuyant sur des liens déjà solides, ont décidé de s’unir pour créer “CIVICA, l’Université Européenne des Sciences Sociales”. Préfigurant les contours de l’université du futur, reposant à la fois sur une vision stratégique de long terme et sur des activités concrètes à l’attention des étudiants, du corps professoral, des équipes et du grand public, CIVICA a vocation à proposer des réponses innovantes aux grands défis du monde contemporain et à assurer la promotion des valeurs civiques européennes.

Lire la suite

" La pauvreté commence à l'enfance "

Les infos passent, les idées restent. Dans FOCUS, la série vidéo de Sciences Po, un chercheur ou un enseignant aborde son domaine sous un angle inattendu. En trois minutes, FOCUS offre une réflexion hors des sentiers battus sur les questions qui animent le débat public et propose des perspectives pour comprendre et pour agir.

Lire la suite
Coronavirus : la réponse économique

Coronavirus : la réponse économique

Comment sortir d'un confinement marqué par le choix stratégique fort du chômage partiel ? La dette française est-elle soutenable ? Quels sont les effets de la crise sur l’emploi ? Et que feront les Français de l’épargne conséquente accumulée ces derniers mois ? Éléments de réponse avec Philippe Martin, Professeur au sein du Département d’économie de Sciences Po. 

Lire la suite
Le campus de Nancy fête ses vingt ans !

Le campus de Nancy fête ses vingt ans !

À la rentrée de l’année 2000, 42 étudiants rejoignaient le premier campus régional de Sciences Po, inauguré par Richard Descoings, et dont l’ouverture précéderait celle des sites de Reims, du Havre, de Poitiers, de Dijon et de Menton. Ce campus accueille aujourd’hui 300 étudiants (dont plus de la moitié sont internationaux) pour les deux premières années d’un bachelor avec une spécialisation géographique sur l’Europe et l’espace franco-allemand. En 20 ans, plus de 2000 étudiants sont passés par ce campus. 

Lire la suite

"Le romantisme de l'Amérique latine"

L’Amérique Latine, continent des écrivains, de la passion et des révolutions ? Oui, mais pas seulement ! Avec le cours “Relations Internationales en Amérique Latine”, Kevin Parthenay invite les étudiants du campus de Poitiers à poser un regard neuf sur ce continent qui, loin de jouer les seconds couteaux, est en fait au coeur des dynamiques mondiales. 

Lire la suite

" C'est toi qui t'occupes des enfants aujourd'hui ? "

En période de confinement, les uns sont-ils “plus égaux que les autres” ? La Chaire pour l’Entrepreneuriat des Femmes à Sciences Po, en coopération avec Ipsos, a mené l’enquête auprès de 1000 actifs constituant un échantillon national représentatif de la population active âgée de 18 ans et plus en France. Cette enquête nous livre une image contrastée : si les femmes ont été plus durement touchées par l’inactivité professionnelle que les hommes, elles sont aussi 30% dans les couples hétérosexuels à avoir constaté une meilleure répartition des tâches domestiques, et 24% à avoir ressenti une hausse de leur satisfaction générale (contre 19% des hommes). Quelles perspectives cela dessine-t-il pour l’avenir ? Quelques jours avant la publication d’un document de travail portant sur l’analyse des données de l’enquête, Anne Boring, directrice de la chaire, nous livre ses premières conclusions. 

Lire la suite
Drôle d'économie !

Drôle d'économie !

Les personnes dotées de grands pieds sont-elles meilleures en orthographe ? Quel rapport entre le PIB, le réchauffement climatique et une crosse de hockey ? Peut-on mesurer le Bonheur National Brut ? Questions bizarroïdes et réponses tout en couleurs : c’est la marque de fabrique d’Econofides, un projet qui a pour ambition de redonner le goût de l’économie aux élèves de lycée par le biais d’une pédagogie interactive, narrative et ludique. 

Lire la suite
Sciences Po soutient Fariba Adelkhah, condamnée à 6 ans de prison

Sciences Po soutient Fariba Adelkhah, condamnée à 6 ans de prison

Le samedi 16 mars 2020, Sciences Po a appris la condamnation de Fariba Adelkhah, chercheuse au CERI, par la 15e chambre du tribunal de Téhéran. Détenue depuis près un an dans la prison d'Evin, Fariba s'est opposée à une libération conditionnelle en échange de l'arrêt de ses recherches. Elle a été condamnée à six ans de prison, la peine la plus lourde qu'elle encourait. 

Lire la suite