Ça s'est passé en 68 à Sciences Po

Tout au long des mois de mai et juin, Sciences Po dévoile des documents inédits sur les événements de mai 68 dans ses murs. Photos, témoignages vidéos, documents d’archives… L’ambition est de "donner à lire mai 68 par quelques-unes de ses archives, de ces “traces écrites”"*. – de revenir aux sources, de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et dans sa contemporanéité. La mise à disposition de ces témoignages donne ainsi à voir la rhétorique et le style, les mots, les sigles et les slogans, le graphisme et la typographie de la parole de 68 autant que son contenu, permet d’en restituer la fraîcheur et le sérieux, la familiarité et l’étrangeté, les clichés et l’inédit, voire la "beauté".

PV, AG, notes… un pouvoir étudiant très “formaliste”

Mai 68 a été un événement prolixe sur le plan documentaire et Sciences Po (IEP-FNSP) n’a pas dérogé à la règle, bien au contraire. À l’habitus bureaucratique d’une administration qui consigne au jour le jour les événements, produit des chronologies et des notes, échange de la correspondance, a répondu assez paradoxalement une “administration” du pouvoir étudiant, caractérisée par la culture de l’écrit, un professionnalisme légaliste, voire un formalisme juridique – comme en témoignent les nombreux PV rédigés à l’occasion de chaque élection, de chaque vote de motions, de chaque assemblée générale, ainsi que les nombreuses notes élaborées par chaque commission thématique. Ce travail “administratif” n’a pas été exclusif de la production d’autres documents plus attendus : affiches, tracts, journaux et brochures.

Enseignants et chercheurs, témoins et acteurs des événements

Les enseignants de l’Institut d’études politiques (IEP) ont également été les témoins et les acteurs plus ou moins impliqués des événements : leur nombre (449) et leur statut de « vacataires » expliquent que leurs échanges se soient tenus à distance, sous forme de correspondance et soient ainsi parvenus jusqu’à nous. A contrario, les chercheurs des laboratoires de la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP), présents quotidiennement et collectivement au 27, rue Saint-Guillaume, ont laissé peu de traces écrites, en dépit de leur mobilisation inédite que seuls des entretiens nous permettent de reconstituer.

Mai 68 à Sciences Po vu d’ailleurs

L’État est remarquablement absent de la séquence mai-juin et n’entre en scène épistolairement qu’au début de l’été, lorsque s’ouvrent les négociations sur la révision du statut de Sciences Po. Enfin, le regard extérieur porté sur la révolution à Sciences Po est ici imparfaitement restitué par la mise à disposition de coupures de presse relatant les événements.

Retour en images sur Sciences Po occupée

Contrairement aux écrits (correspondance, PV, notes, tracts) foisonnants et bien archivés, les affiches et les banderoles ont été fort peu conservées. Par défaut, des photographies (rares également) donnent à voir, en noir et blanc ou en couleur, la scène sur laquelle se déroulent les événements : la rue Saint-Guillaume barrée d’une banderole « Sc.Po. dit non à la dictature gaulliste » et habillée d’affiches ; la Péniche, grand hall de circulation et de rassemblement et épicentre de l’occupation, recouverte d’affiches, tendue de banderoles et envahie de nombreux stands ; l’amphi Boutmy qui résonne des discours des AG a laissé de rares images ; quelques clichés témoignent du débordement de l’occupation étudiante dans les escaliers, les couloirs et salles de conférence du 27. Les documents que nous proposons ici sont donc variés par leur typologie en dépit de biais liés aux hasards et aux choix de conservation – on y trouve plus de textes que d’images, plus d’écrits de format administratif que d’affiches et de journaux.

Ça s’est passé en 68 à Sciences Po” se déploiera en plusieurs épisodes qui proposent des zooms sur les thèmes dominants et sur les principaux acteurs des événements. Durant les mois de mai et juin seront mis en ligne des dossiers documentaires portant sur :

Dossiers documentaires réalisés par Marjorie Ruffin, archiviste à la Mission Archives et Marie Scot, historienne au Centre d’histoire de Sciences Po.

* Pour reprendre les termes et la proposition formulée par Emmanuelle Loyer dans son ouvrage, Mai 68 dans le texte, Paris, Éditions Complexe, 2008, republié chez Flammarion en 2018 sous le titre L’événement 68. Retour aux sources.

En savoir plus

  • Les événements de 68 dans les archives de la Mission Archives de Sciences Po : chaque dossier est introduit par une présentation générale du contexte et de la thématique, et propose une sélection de documents bruts conservés à la Mission Archives de Sciences Po. La présentation des documents eux-mêmes se limite au strict minimum, compris dans la légende où figurent la date (entre crochets si la datation est incertaine), les auteurs s’ils sont connus, les sigles développés si nécessaire, la cotation et la source ; les coupes sont indiquées entre crochets ; certains noms ont pu être floutés pour préserver l’anonymat. La sélection opérée sur la masse documentaire disponible, les opérations de coupes et de floutage sont par essence insatisfaisantes et discutables. Nous invitons donc les lecteurs à prolonger ce retour aux sources par une consultation des archives à présent librement consultables… Rendez-vous à la mission.archives@sciencespo.fr
  • La Mission Archives de Sciences Po conserve également le fonds Ulysse Bellier constitué de dix entretiens et témoignages sur Mai 68 à Sciences Po, recueillis en 2016 et 2017 par Ulysse Bellier, étudiant de Sciences Po, à l’occasion de la rédaction d’un article paru dans le journal étudiant La Péniche.
  • D’autres témoignages réunis dans le fonds Des sources orales pour l’histoire de Sciences Po évoquent les événements de 1968.

Abonnez-vous à "Une semaine à Sciences Po", et recevez chaque vendredi le meilleur de Sciences Po

Abonnez-vous à Cogito, la lettre de la recherche à Sciences Po

L’argent des ménages, un objet politique

L’argent des ménages, un objet politique

États-Unis, 2008  : des panneaux “For Sale” poussent aux portes de milliers de pavillons, devenant le symbole du surendettement - quasi forcé - des ménages. Mais la crise des subprimes, aussi scandaleuse qu’elle soit, cache une vérité plus durable : celle des foyers qui s’endettent pour se soigner, des étudiants empruntant pour payer leurs études et dont la dette équivaut aujourd’hui à 75% du PIB états-unien. Si, en France, l’État-providence protège encore de tels phénomènes, il n’en reste pas moins que la question se pose. Désireux d’y répondre, les pouvoirs publics mettent en place de nouvelles politiques de l’argent. Quelles sont-elles et que nous disent-elles de l’État et de la société ? Analyse par Jeanne Lazarus, sociologue de l’argent, chargée de recherche CNRS au Centre de sociologie des organisations.

Lire la suite
Stiglitz et Zelizer, docteurs honoris causa

Stiglitz et Zelizer, docteurs honoris causa

La sociologue Viviana Zelizer et l'économiste Joseph Stiglitz se sont vus décerner le titre de docteur honoris causa de Sciences Po, au cours d'une émouvante cérémonie le mercredi 13 novembre 2019. Cette distinction récompense les deux chercheurs ; la première en tant que fondatrice de la sociologie économique et le second comme figure de la nouvelle économie keynésienne. Ces précieux apports à leurs disciplines respectives ont été soulignés lors des éloges prononcés par Jeanne Lazarus et Jean-Paul Fitoussi.

Lire la suite
En chantier

En chantier

A la rentrée 2021, Sciences Po verra le déménagement d’une partie de ses activités sur le site du 1, place Saint-Thomas d’Aquin à Paris : l’ancien hôtel de l'Artillerie aura achevé sa mue pour devenir le coeur du futur campus parisien. Mais, pour le moment, le lieu est le terrain de jeu des pelleteuses et des hommes de l’art. Notre photographe, Martin Argyroglo, s'est baladé sur le chantier.

Lire la suite
150 étudiants de Sciences Po au Paris Peace Forum

150 étudiants de Sciences Po au Paris Peace Forum

Du 11 au 13 novembre 2019, se tient à Paris la deuxième édition du Paris Peace Forum. Initié par le président Emmanuel Macron et co-organisé par 8 membres fondateurs dont Sciences Po, ce forum réunit de nombreux acteurs de la gouvernance mondiale. 30 chefs d’État et 150 étudiants de l’École des affaires internationales de Sciences Po (PSIA) ont répondu présents.

Lire la suite
Quels financements publics pour les énergies renouvelables en France ?

Quels financements publics pour les énergies renouvelables en France ?

En France et dans le monde, le développement des énergies renouvelables électriques s’est jusqu’à présent largement appuyé sur des mécanismes de soutien public. Ces mécanismes financent généralement la différence entre la rémunération de leur production sur le marché de l’électricité et le prix cible garanti par l’État au producteur renouvelable. Alors que la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) vise à multiplier par trois les capacités de production éoliennes et photovoltaïques en dix ans et que, dans le même temps, les coûts de production de ces technologies sont amenés à baisser, quel besoin de financement public pour les énergies renouvelables électriques peut-on anticiper ?

Lire la suite
Joseph Stiglitz, l'économie contre les inégalités

Joseph Stiglitz, l'économie contre les inégalités

Joseph Stiglitz, prix Nobel d'économie, séjourne ce semestre d'automne à Sciences Po, partageant à cette occasion ses travaux avec les étudiants et les chercheurs de l'établissement. L'économiste se livre ainsi sur son parcours et sa carrière, mais aussi sur ses inspirations, ses rapports à l'œuvre de Keynes et ses convictions pour de meilleures politiques publiques, luttant de manière efficace contre les inégalités.

Lire la suite

"Sciences Po, c'est le Harvard français"

La Mastercard Foundation, en partenariat avec Sciences Po, attribue des bourses qui permettent d’accompagner et de former des étudiants du continent africain talentueux et engagés. Témoignages d'étudiants bénéficiaires de ce dispositif.

Lire la suite
Make it Work : Sciences Po s'engage pour le climat

Make it Work : Sciences Po s'engage pour le climat

Suite à l’annonce de Frédéric Mion, en mars 2019, Sciences Po s’engage pour le climat à travers un ensemble d’initiatives éco-responsables regroupées sous le programme “Climate Action: Make it Work”. Programme événementiel dédié, audit des enseignements, plan d'action écoresponsable, consultations en ligne : toutes les communautés de Sciences Po sont invitées à devenir des acteurs engagés pour mener la transition écologique.

Lire la suite
Eric Vinson : “Le droit de croire ou de ne pas croire”

Eric Vinson : “Le droit de croire ou de ne pas croire”

Destinée aux ministres du culte, aux cadres des communautés religieuses et aux professionnels travaillant autour du fait religieux et de la laïcité, “Emouna” est une formation unique dans le paysage universitaire français. Ce programme propose en effet à ses étudiants de découvrir l’environnement politique et institutionnel qui entoure les pratiques religieuses, la laïcité et les différentes religions. Le tout, dans une perspective interdisciplinaire et non-confessionnelle. Qu’est-ce qu’un programme laïque sur les religions ? Qu’y apprend-on ? Depuis 2018, Eric Vinson, spécialiste du fait religieux et de la laïcité, est le responsable pédagogique de cette formation. Il nous explique le sens d’Emouna.

Lire la suite
Nicolas Mathieu : “J’aime la littérature réaliste et cruelle”

Nicolas Mathieu : “J’aime la littérature réaliste et cruelle”

Prix Goncourt 2018 pour son livre Leurs enfants après eux, qui prenait pour sujet la jeunesse désoeuvrée de l’est de la France, Nicolas Mathieu était l’invité de Sciences Po ce 23 octobre 2019. Abordant les sujets de ses inspirations littéraires, de la reproduction des élites ou encore de la politique, l’écrivain s’est prêté au jeu de l’interview vidéo.

Lire la suite