L'aggravation de la précarité énergétique ? Réflexions sur la crise sanitaire

Entretien avec François Bafoil, Ferenc Fodor et Rachel Guyet

En matière de précarité ou de pauvreté énergétique, il est nécessaire de distinguer les différences existant quant à l’accès à l’énergie entre les pays développés et ceux qui sont en développement.
Dans ces derniers, la pauvreté énergétique se traduit par l’absence d’accès physique à l’énergie. Selon le rapport 2021 sur l’objectif de développement durable 7 Energie propre et d’un coût abordable, le nombre de personnes privées d’électricité est passé de 1,2 milliard en 2010 à 759 millions en 2019. Ceci sans compter les 2,6 milliards de personnes qui disposent de modes de cuisson traditionnels polluants en 2019 et qui peuvent être affectés de maladies respiratoires en raison des fumées qu’ils produisent. On estime même le nombre de décès prématurés en raison de la pollution intérieure du logement à 1,5 million par an. A ce problème d’accès physique aux infrastructures énergétiques s’ajoute celui du coût de l’énergie qui rend la consommation énergétique inabordable pour un grand nombre d’individus. La possibilité d’un accès physique à l’électricité n’est donc pas forcément synonyme d’un réel accès à ce service.  

Pour en savoir plus

Retour en haut de page