Soutiens

 

 


8 mars 2022 : 
Politistes dans la Cité #14- Épisode spécial : Fariba Adelkhah par Béatrice Hibou
Ce quatorzième épisode de Politistes dans la Cité est un peu particulier, puisqu’il est consacré à une chercheuse qui n’est pas là pour parler d’elle. Cette chercheuse, c’est Fariba Adelkhah, une anthropologue franco-iranienne, connue pour ses travaux sur l’Iran et l’Afghanistan. 



4 mars 2022 : Le comité de soutien de Strasbourg se rassemble pour les 1000 jours de détention de Fariba.    

1er mars 2022 : 1 000 jours de détention pour Fariba Adelkhah

1000 jours de détention: rejoignez-nous le 1er mars ! VIDEO

Il y a 1000 raisons de s’intéresser à Fariba Adelkhah et à ses travaux, pas une seule de la maintenir en prison

Pour ceux qui n’ont pu être présents le 1er mars devant la Mairie de Paris Centre pour les 1000 jours de détention de Fariba, voici les mots prononcés par Sandrine Perrot pour le Comité de soutien.
Je voudrais tout d’abord tous vous remercier au nom du Comité de soutien de Fariba pour votre présence ici aujourd’hui, malgré vos emplois du temps chargés, malgré les vacances. Nous savons tous combien c’est important d’être là. Merci aussi à la Mairie de Paris centre et en particulier à Marie-Christine Lemardeley, adjointe à l’enseignement supérieur de la Mairie de Paris et à Ariel Weil, le maire (à travers son adjointe) pour avoir initié ce rassemblement pour les 1000 jours de détention de Fariba. Merci bien sûr à Mathias Vicherat et la direction de Sciences Po, ainsi qu’à Laurence Bertrand-Dorléac, présidente de la FNSP pour être chaque fois présents lors de ces rassemblements.
1000 jours de détention, c’est à l’évidence 1000 jours de trop. D’autant plus quand depuis janvier, Fariba est à nouveau derrière les barreaux de la prison d’Evin après avoir passé plus d’une année en résidence surveillée.
Nous sommes donc à nouveau dans un cycle où les informations sur ses conditions de détention à Evin, sur sa santé ou son moral sont rares et où la situation sanitaire au sein de la prison nourrit nos inquiétudes.
Le retour à la routine imposée du quarter des femmes à la prison d’Evin est certes plus rassurant que s’il était comme dans les premiers mois de détention de Fariba dans le quartier des Pasdaran. Mais il a le goût plus qu’amer d’une ré-incarcération, basée, à nouveau, sur de fausses accusations. La routine ne doit laisser place ni à l’habituation, ni à la banalisation.
Fariba, on le sait, saura se créer des espaces de liberté dans cet univers carcéral oppressant et souvent kafkaïen mais notre soutien continu est plus que jamais essentiel pour Fariba, pour la liberté académique qui, ne l’oublions pas, concerne aujourd’hui l’Iran mais nous concerne tous, sur tous les continents. L’arrestation d’universitaires russes, ukrainiens, biélorusses le montre aujourd’hui encore, sans oublier nos collègues turcs, chinois, égyptiens et de tant d’autres pays foulant sans vergogne les libertés universitaires et l’esprit même du savoir.
Restons donc vigilants et unis derrière Fariba, à ses côtés, jusqu’à sa libération.
Nous le savons, continuons de le faire savoir: il y a 1000 raisons de s’intéresser à Fariba et à ses travaux, pas une seule de la maintenir en prison.

Sandrine Perrot pour le comité de soutien

Vidéo de Thomas Arrivé, à voir ICI

Contre la peur et pour les libertés #FreeFariba
Raphaëlle Rémy-Leleu
Conseillère de Paris - Porte-parole d'EELV en Île-de-France

.   .  .  .  

24 février 2022 :  Fariba et Le Grand Atlas 2022 de Frank Tétart, Dossier spécial : Les libertés en danger ?


14 février 2022 : Message de soutien de Marie-Christine Lemardeley, adjointe à la Maire chargée de l’Enseignement supérieur, de la Vie étudiante et de la Recherche, à la mairie de Paris, exprime son soutien à Fariba sur Twitter.  Cliquez sur l’image pour écouter son message.

Février 2022 : Des étudiants de l’Ecole de la Recherche de Sciences Po en soutien à Fariba: Apprendre en apprenant avec elle



Des étudiants du cours de “Méthodes qualitatives” du Master Recherche en Science politique ont discuté des travaux de Fariba et de ses méthodes d’enquête. Sa pratique du terrain, centrée sur l’intime, ouverte à l’imprévu et éminemment réflexive, en a inspiré plus d’un, tout comme sa capacité à repérer le politique là où on l’attendrait le moins, dans l’ordinaire des situations, dans la routine de la vie quotidienne. Son écriture vive, précise, et parfois drôle, invite à sortir des sentiers battus de la prose académique standardisée pour donner à voir le monde social dans toute sa subtilité. Son emprisonnement injustifié a conduit ces futurs chercheurs et chercheuses à réfléchir aux risques de l’enquête en sciences sociales et à la nécessité de protéger la recherche. Son courage est un modèle pour celles et ceux qui reprendront bientôt le flambeau. Apprendre en apprenant avec elle…


11 février 2022 :
 EASA calls for the release of Dr. Fariba Adelkah



8 février 2022 : L’université Paris 8 affiche à nouveau son soutien à Fariba.

Février 2022 : Sandrine Perrot walks us through what happened to Fariba, her background, the conditions she’s being held in, her health issues as well as her unfair trial and sentence. Sandrine also talks about how the Free Fariba Support Committee was created, the toll Fariba’s imprisonment has taken on her loved ones, what the French government and European Union can do to free Fariba as well as how journalists and the public can help.

Watch the VIDEO

1er février 2022 : Vidéo de Tanguy Garrel-Jaffrelot, AJ+. A voir ICI

Février 2022 : Deux ans après son appel à solidarité, le conseil d’administration de l’Inalco réitère son soutien à notre collègue Fariba Adelkhah, prisonnière scientifique.

27 janvier 2022 : Vidéo de Mathias Vicherat, directeur de Sciences Po, pour la libération de Fariba. A voir ICI

21 janvier 2022 : Communiqué “Solidarité de France Universités avec Fariba Adelkhah”
France Universités, réunie ce jeudi 20 janvier 2022 en assemblée plénière, dénonce la mesure de réincarcération prise par les autorités iraniennes à l’encontre de Fariba Adelkhah.
Elle déplore une décision qui ajoute à l’arbitraire entachant dès son origine une procédure menée au mépris de la liberté individuelle et de la liberté académique.
Elle demande instamment que cette mesure soit annulée dans les meilleurs délais pour que Fariba Adelkhah retrouve la liberté et puisse reprendre ses recherches auprès de ses collègues.
Elle exige aussi la libération immédiate de deux étudiants, Ali Younesi et Amirhossen Morabi.

19 janvier 2022 : “Il faut rendre sa liberté à Fariba Adelkhah !”, Communiqué SNPTES/UNSA
Nous avons appris avec consternation et colère la semaine dernière que l’anthropologue Fariba Adelkhah avait été réincarcérée en Iran, avec pour motif officiel, le non-respect des règles de son assignation à résidence. Prisonnière du régime iranien depuis juin 2019, condamnée à 5 ans de prison, elle était depuis octobre 2020 sous contrôle judiciaire avec un bracelet électronique et un contrôle strict de ses déplacements.
L’UNSA Éducation condamne avec fermeté cette nouvelle incarcération et demande au Président de la République Emmanuel Macron d’agir rapidement pour obtenir la libération définitive de Fariba Adelkhah. Elle n’a en effet commis aucun crime et demeure détenue par l’Iran pour des raisons qui n’ont rien à voir avec son travail. Chercheuse reconnue internationalement pour ses travaux  d’anthropologie, Fariba Adelkhah subit la répression du pouvoir iranien, sans aucun fondement.
Au-delà de cette exigence de justice, il s’agit de défendre le principe d’une recherche scientifique, libre et indépendante, qui ne doit pas être soumise au bon vouloir de tel ou tel régime politique dans le monde. À travers son exemple, c’est toute la recherche française à l’étranger qui est mise en danger. Il faut obtenir sans délais sa libération : l’UNSA Éducation appelle à soutenir toutes les initiatives qui iront dans ce sens. 
Solidarité avec Fariba Adelkhah !

18 janvier 2022 : Iranian Authorities Send Iranian-French Researcher Back to Prison”, Human Rights Watch
Iranian authorities reincarcerated prominent French-Iranian prominent academic Fariba Adelkhah, the Fariba Adelkhah Support Committee reported on January 12. In October 2020, authorities had released Adelkhah, who had been detained in Evin prison since July 2019, to house arrest with an electronic tag.
The Iranian authorities have claimed that Adelkhah had failed to comply with the rules of her house arrest without providing any additional details. In June 2020, an Iranian court upheld a 5-year prison sentence against Adelkhah, an anthropologist at the Sciences Po university, on vague national security charges.
Adelkhah’s case is one of the several known instances of Iranian dual nationals who are detained in Iran on vaguely defined national security charges with authorities failing to provide any convincing evidence for their charges. Human Rights Watch has documented the pattern of Iranian authorities’ targeting of foreign and dual nationals with unfounded charges and using them as bargaining chips in negotiations with western countries.
The reimprisonment of Fariba Adelkah once again shows the cynicism and cruelty of this policy. Authorities should immediately release her. 

18 janvier 2022 : Sciences Po Strasbourg exprime son soutien à Fariba
Fariba Adelkhah, ancienne étudiante de l’Université de Strasbourg, anthropologue directrice de recherche au CERI Sciences Po, vient d’être brutalement réincarcérée à Téhéran. Arrêtée le 5 juin 2019, condamnée à cinq années de prison sur la base d’accusations fallacieuses, elle avait vu sa peine convertie en assignation à résidence à son domicile en octobre 2020, pour raisons de santé.
Cet épisode déplorable et dramatique rappelle la menace qui pèse sur la liberté de la recherche et sur les chercheurs et chercheuses, transformés en prisonniers scientifiques pour avoir exercé leur métier en toute rigueur et indépendance.
Son combat est le nôtre. Free Fariba ! Voir ICI

18 janvier 2022 : Le recteur de l'université de Genève Yves Flueckiger condamne la décision de réincarcération de Fariba Adelkhah, anthropologue directrice de recherche au CERI et docteure honoris causa de l'université de Genève.

17 janvier 2022 : Motion de l'université de Lyon 2 en soutien à Fariba

16 janvier 2022 : De l’art de justifier l’injustifiable, communiqué du Comité de soutien à Fariba Adelkhah 
Comme il fallait s’y attendre le pouvoir “judiciaire” iranien prétend justifier la réincarcération de notre collègue par son prétendu non respect des règles de son assignation à résidence. Son avocat récusera point par point ces accusations infondées. Car Fariba Adelkhah a fondamentalement respecté les limitations apportées à sa liberté de circulation, autant qu’il est possible de se conformer à une dizaine de pages de stipulations kafkaïennes, sans compter les dysfonctionnements réguliers et connus de son bracelet électronique et la non communication à la société privée de surveillance des autorisations dérogatoires qui lui avaient été chichement accordées, par exemple pour se rendre sur la tombe de ses parents. Lire la suite

13 janvier 2022 :
 Emmanuel Macron juge « totalement arbitraire » la réincarcération de Fariba Adelkhah en Iran 
Emmanuel Macron a dénoncé jeudi la réincarcération « totalement arbitraire » en Iran de la chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah, qui était aux arrêts domiciliaires depuis octobre 2020 après avoir été arrêtée en juin 2019 et condamnée à cinq ans de prison pour atteintes à la sécurité nationale. « Cette incarcération ne repose sur absolument aucun élément. Il s’agit bien d’une prisonnière scientifique (…) La France tout entière est mobilisée pour sa libération », a déclaré le président français au début d’un discours devant les présidents d’université à Paris jeudi 13 janvier.

12 janvier 2022 : Fariba Adelkhah a été subitement et dans des circonstances qui restent opaques réincarcérée à Téhéran. Ce nouveau coup de force des autorités iraniennes nous révolte et nous émeut.  
Collègues et amis de Fariba au CERI, nos pensées vont vers elle dans cette épreuve à laquelle elle est, une fois de plus, soumise. Depuis son arrestation le 5 juin 2019, Fariba nous a impressionnés par son courage et sa résilience, au cours de sa première détention à la prison d'Evin, sa grève de la faim, son procès et sa condamnation. Son assignation à résidence en octobre 2020 nous a fait entrevoir la possibilité d'un allègement de sa peine, voire d'une libération anticipée. Cette perspective est aujourd'hui balayée par sa réincarcération.


Notre inquiétude va de pair avec notre indignation devant l'arbitraire du pouvoir iranien que nous continuons à dénoncer, aux côtés du Comité de soutien à Fariba. Mais jamais nous ne cesserons de lutter pour sa libération inconditionnelle et son retour parmi nous. 

Un rassemblement a été organisé jeudi 13 janvier à 16h devant le siège de Sciences Po au 27 rue Saint-Guillaume, Paris 6e.

La direction du CERI

     

.   
  

.    

     

     

 


Photos de Thomas Arrivé, Richard Banégas, Laurent Gayer et Corinne Deloy

13 décembre 2021 : Le magazine de l'Association française de science politique consacre son premier numéro aux libertés académiques en France et ailleurs. Il est dédié à Fariba Adelkhah, privée de liberté depuis juin 2019.







2 novembre 2021 :
 Le festival Nouvelles images persanes de Vitré a manifesté son soutien à Fariba Adelkhah en lisant son poème, Le Silence, en ouverture de son édition 2021. Merci à Laurent Garreau, organisateur du festival, à Agnès Devictor, présidente du jury et aux bibliothécaires du pays de Vitré pour leur engagement aux côtés de Fariba et du combat pour la liberté qu’elle incarne.Ecoutez l'enregistrement ICI


27-28 octobre 2021 :
Passage de La caravane des libertés scientifiques à Turin. Deux jours de débat sur la liberté scientifique et méthodologique à l’université de Turin et au Politecnico de Turin.

      

    


29 septembre 2021 : 
Roland Marchal revient sur son arrestation, son parcours académique, la manière dont il fut traité par les Gardiens de la Révolution pendant sa détention et sur son expérience à la prison d’Evin.
Podcast

21 septembre 2021 : Pas de Quartiers reçoit Roland Marchal pour évoquer la situation de Fariba Adelkhah, Groupe Louise Michel
Ecoutez le podcast

11-19 septembre 2021 à Chabeuil (26120)  : Exposition en hommage à Fariba : « Femmes d’Iran », photographies de Gérard Devaux

9-10 septembre 2021: Fariba était présente dans toutes les pensées des PIAFs lors du colloque final de leur programme de recherche sur La vie sociale et politique des papiers d’identification en Afrique. Leurs membres ont saisi cette occasion pour exprimer à nouveau et inlassablement leur soutien sans faille et à Fariba, leur collègue, et amie. La lutte continue !

22 juillet 2021 : La ville de Nancy  s'associe à la campagne de soutien en faveur de la libération de Fariba Adelkhah, arrêtée par les autorités iraniennes pour menace à la "sûreté nationale" et "propagande" contre la République islamique
Lire l'article



5 juin 2021: Deux ans de détention pour Fariba Adelkhah

Lire notre article
Regarder la vidéo réalisée par Stéphanie Samper

La Mairie de Paris a accroché une banderole pour marquer son soutien au combat de Fariba et demander sa libération immédiate ainsi que celle de tous les chercheurs emprisonnés.

5 mai 2021 :
700e jour de détention our Fariba Adelkhah


25 avril 2021 : Joyeux anniversaire chère Fariba !

        

24 avril 2021 : Dédicace à Fariba dans La Liberté académique, Enjeux et menaces, Université de Bruxelles, avril 2021.
Merci à Vanessa Frangeville, Aude Merlin, Sfeir Jihane, Pierre-Etienne Vandamme qui ont dirigé cet ouvrage collectif pour leur dédicace à Fariba, mais aussi à Ilham Tohti, Iouri Dmitriev et à tous les autres prisonniers scientifiques….


20 mars 2021 : Bon Norouz de la part de Fariba

15 mars 2021 : Sauvons la liberté académique : Fariba Adelkhah, une voix essentielle par Corinne Bonnet, Claire Judde de Larivière, Mathieu Grenet.
Un texte, initialement publié sur le blog Exploreur de l’université de Toulouse, que l’équipe de Carnets de Terrain a relayé pour rappeler son soutien à Fariba Adelkhah, mais aussi parce qu’il rappelle des principes fondamentaux de la recherche en sciences sociales.

14 mars 2021 : En collaboration avec le comité de soutien, Critique internationale, dont Fariba a été membre fondatrice en 1998, a souhaité rendre hommage à ses travaux, à son courage et à son engagement. Intitulé « Écrits d’avant prison. Pour la libération de Fariba Adelkhah », le dossier du n° 90 de la revue réunit quatre textes de notre collègue qui ont été déjà publiés. Ces « morceaux choisis » d’une œuvre au long cours font entendre une voix singulière. 
Lire le texte de Béatrice Hibou Fariba Adelkhah, ou les mille et une frontières du terrain anthropologique
Lire l'éditorial de la revue Liberté pour Fariba Adelkhah
Voir le numéro de Critique internationale.

Janvier 2021 : Deux banderoles en soutien à Fariba Adelkhah, demandées par la Mairie de  Strasbourg, ont été installées sur la façade de l’Hôtel de ville.

15 décembre 2020 : Fariba Adelkhah a été désignée "Femme scientifique de l'année" et a reçu le Prix Irène Joliot-Curie 2020 créé par le ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation destiné à promouvoir la place des femmes dans la recherche. Lire ICI

"Fariba Adelkhah est devenue le symbole même de l’engagement intellectuel, physique et personnel. En payant de sa liberté son engagement scientifique, elle a rappelé, en creux, la force politique de la recherche et désigner les libertés académiques le bien le plus précieux qu’elle ait trouvé en France en poussant la porte de ses universités et laboratoires. Elle a fait de sa personne même un vibrant manifeste en faveur de l’indépendance d’esprit et de la résistance de la pensée ». Ecoutez Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation ICI

10 décembre 2020 : En ce jour qui commémore les droits de l'Homme, une pensée bien évidemment pour Fariba Adelkhah, toujours privée de liberté. Une pensée pour elle, mais aussi pour toutes les autres prisonnières et tous les autres prisonniers scientifiques, en Iran et de par le monde. Comment mieux exprimer la justesse de ce combat pour la liberté scientifique et les droits de la recherche que par un poème de Fariba elle-même ?
Vous pouvez le lire ici en français
et là en persan
Vous pouvez aussi l'écouter, lu par la comédienne Fanny Poujade que nous remercions chaleureusement

16 novembre 2020 : Relire Fariba Adelkhah : sur la route de Téhéran à Damas Hélène Le Bail et Hélène Thiollet nous font découvrir ou redécouvrir un ouvrage de Fariba : Les mille et une frontières de l’Iran : quand les voyages forment la nation (2012, Karthala) dans le numéro de Cogito, le magazine de la recherche publié au mois de novembre

13 novembre 2020 : Publication de Pas de recherche sans liberté ! Pour Fariba Adelkhah, prisonnière scientifique, un texte de Corinne Bonnet, Claire Judde de Larivière, enseignantes-chercheuses à l’Université Toulouse – Jean Jaurès, et Mathieu Grenet, enseignant-chercheur à l’Institut national universitaire Champollion

15 octobre 2020 : Chaîne humaine entre Sciences Po (27 rue St Guillaume) et le CERI (56 rue Jacob) en soutien à Fariba


22 septembre 2020 : Réponse de Jean-Yves Le Drian, ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, à une question posée au gouvernement à l'Assemblée nationale.Lire.

5 juin 2020, un an d'emprisonnement pour Fariba
Regardez la vidéo du portrait réalisé par le plasticien Stéphane Tretz en soutien à Fariba
Soutien de Sciences Po à Fariba
Liberté pour Fariba, liberté pour la recherche, lire le texte d'Alain Dieckhoff

Affichage du portait de Fariba sur l'Hôtel de ville de Paris
Regardez la vidéo

Soutien de Shirin Ebadi, Prix Nobel de la Paix à lire et à écouter ICI

4 juin 2020 : lire la tribune de Roland Marchal dans Le Monde La soumission accrue de la justice iranienne aux gardiens de la révolution renforce son arbitraire
Lire le texte de Béatrice Hibou publié sur The Conversation Pourquoi le combat de Fariba Adelkhah est le combat de tous

Enfin disponible en librairie (et en ligne sur CAIRN), le livre Pour Fariba Adelkhah et Roland Marchal. Chercheurs en périls publié par les Presses de Sciences Po.
Lire l'entretien sur cet ouvrage.

25 avril 2020 : Frédéric Mion, Olivier Duhamel, Roland Ries, Anne Hidalgo et Jean-Yves Le Drian souhaitent un joyeux anniversaire à Fariba.
Voir la carte d'anniversaire Ici.

18 avril 2020 : 23 sociétés savantes appellent l'attention du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères et du Premier ministre sur l'emprisonnement de Fariba. Lire

11 mars 2020 : Publication dans Le Monde d'une Adresse au Guide de la Révolution de la République islamique d’Iran, Ali Khamenei par les collègues et amis de Fariba et Roland

2 mars 2020 : Fariba Adelkhah devient docteur honoris causa par l'université de Genève

27 février 2020 : Dominique Gros, maire de Metz depuis 2008, a fait adopter une motion de soutien aux scientifiques Fariba Adelkhah et Roland Marchal par son conseil municipal

16 février 2020 : Read the tribute to Roland Marchal detained in Iran since June 2019. We write about the field researcher, the specialist of armed conflicts, the public intellectual, the expert in UN meeting

14 février 2020 : la section 38 du CNRS demande la suspension immédiate de la coopération académique avec l'Iran. Lire

5 février 2020 : la section 40 du CNRS demande la suspension immédiate de la coopération académique avec l'Iran. Lire

 

SOUTIEN DU CERI

L’incarcération en Iran de notre collègue Roland Marchal a été rendue publique, après celle de Fariba Adelkhah, révélée au mois de juillet.

Deux universitaires, chercheurs de grande renommée, citoyens français, sont aujourd’hui en prison à Téhéran.

Fariba, anthropologue, a rejoint le CERI en 1993 ; Roland, sociologue au CNRS, en fait partie depuis 1997. Notre laboratoire est ainsi doublement frappé, ce qui constitue, à notre connaissance, un fait sans précédent.

Les membres du CERI assurent  Fariba et Roland de leur indéfectible et amical soutien dans la difficile épreuve qu'ils endurent et partagent l’inquiétude de leurs familles.

Ils dénoncent avec force cette atteinte manifeste et scandaleuse à la liberté de la recherche par les autorités iraniennes, dans le cas de Fariba et Roland comme dans le cas des autres chercheurs détenus en Iran, quelle que soit leur nationalité.  

Ils demandent à la communauté scientifique française, européenne et internationale, toutes disciplines confondues, de suspendre les coopérations en cours avec l’Iran, en signe de solidarité et de protestation.

16 octobre 2019

SOUTIEN DE SCIENCES PO À FARIBA ADELKHAH ET ROLAND MARCHAL 

Vous venez sans doute d’être informés par la presse de la détention en Iran de notre collègue Roland Marchal, directeur de recherche CNRS au CERI.

Pour des raisons de sécurité, les autorités françaises n'avaient pas encore révélé la nouvelle de son arrestation et nous avaient demandé de respecter cette consigne de discrétion.

L’incarcération arbitraire, scandaleuse et révoltante, de Roland Marchal, s'ajoute à celle de Fariba Adelkhah.Nous sommes en contact avec le centre de crise et de soutien du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères qui nous informe de leur santé, du suivi de la procédure judiciaire et des actions menées pour assurer leur défense.

Soyez assurés qu’avec l’aide des autorités publiques françaises, nous mettons tout en œuvre pour apporter à nos collègues assistance et soutien.

Toute la communauté de Sciences Po adresse à Fariba Adelkhah, à Roland Marchal et à leurs proches un message d’affection et de solidarité.

Olivier Duhamel, Président de la Fondation nationale des sciences politiques
Frédéric Mion, Directeur de Sciences Po

16 octobre 2019



PROTESTATION DU CNRS

Le CNRS proteste vigoureusement contre l’arrestation et la détention de Roland Marchal, directeur de recherche CNRS, retenu depuis plusieurs mois en Iran. Il suit avec une très grande attention les actions menées par le gouvernement français et en particulier le Ministère de l’Europe et des Affaires Etrangères (MEAE) pour obtenir sa libération. Le CNRS apporte à Roland Marchal la protection fonctionnelle due à tous les agents de l’organisme.

Roland Marchal, dont les travaux portent sur l’économie et les conflits dans l’Afrique sub-saharienne, se rendait en Iran pour rejoindre Fariba Adelkhah, anthropologue franco-iranienne, également détenue depuis le mois de juin.

Le CNRS a demandé à tous les chercheurs et chercheuses de suspendre toute mission en Iran.

7 octobre 2019

Communiqué du ministère des Affaires étrangères sur la situation de Roland Marchal (16 octobre 2019)

Communiqué du Conseil scientifique du CNRS et du Comité d'éthique du CNRS (25 octobre 2019)

 

Création du Comité de soutien à Fariba Adelkhah et Roland Marchal

Un Comité international de soutien issu d’un réseau européen déjà existant, le Reasopo, réseau dont Fariba et Roland sont des membres fondateurs a été créé le 17 octobre 2019. Il vise à donner une résonance internationale au soutien déjà exprimé par la communauté académique de Sciences Po et les institutions académiques françaises ...Lire la suite

21 décembre 2019
200e jour de détention pour nos deux collègues emprisonnés en Iran

Leurs collègues et amis leur expriment leur soutien. Frédéric Mion, directeur de Sciences Po

Frédéric Mion, directeur de Sciences Po

Retrouvez tous les messages et les vidéos de soutien sur le blog Fariba Adelkhah & Roland Marchal Support Committee

 

AUTRES SOUTIENS

- Les Présidentes et les Présidents des conseils scientifiques des Unités mixtes des instituts français de recherche à l’étranger (UMIFRE) ont adopté le 21 février une motion appelant à la suspension de toute coopération académique institutionnelle avec l’Iran.

- Soutien de l'Université libre de Bruxelles Prisonniers scientifiques en Iran: l’ULB affirme son soutien à Fariba Adelkhah, Roland Marchal, Kilye Moore-Gilbert, Ahmadreza Djalali, 11 février 2020

- Soutien du CCFD-Terre solidaire, 11 février 2020

- Soutien de la Fondation de la maison des sciences de l'homme, 5 février 2020

- 28 janvier 2010 : Le Laboratoire SAGE (Sociétés, Acteurs et Gouvernement en Europe) réuni en Assemblée générale extraordinaire le 22 janvier 2020, exprime sa solidarité avec Fariba Adelkhah et Roland Marchal. Elle et il ont été arrêté·es en Iran en juin 2019 et sont depuis incarcéré·es dans la prison d’Evin, au nord de Téhéran. Lire

- 16 janvier 2020 : Le CNRS demande la libération immédiate des chercheurs emprisonnés en Iran. Lire le communiqué de presse

- Dans sa Résolution du 19 décembre 2019 sur la repression violente des récentes manifestations en Iran (2019/2993(RSP)), le Parlement européen "demande instamment aux autorités iraniennes de libérer immédiatement Roland Marchal et Fariba Adelkhah, ainsi que tous les défenseurs des droits de l’homme qui ont été emprisonnés et condamnés pour avoir simplement exercé leurs droits à la liberté d’expression, à la liberté d’association et à la liberté de réunion pacifique."

- Le comité de rédaction et l'association des chercheur·e·s de Politique africaine, 27 novembre 2019

- L'EHESS, 29 octobre 2019

- L'Association des chercheurs en politique africaine (ACPA), 16 octobre 2019

Les Afriques dans le monde (LAM), 17 octobre 2019

GIS "Afrique", 17 octobre 2019

- Fonds d'analyses des sociétés politiques (FASOPO), 16 octobre 2019

Les enseignants-chercheurs de Sciences Po, 17 juillet 2019

L'Association française de science politique (AFSP), juillet 2019

Retour en haut de page