Master - Spécialité Sécurité et défense

Description et objectifs de la spécialité sécurité et défense

L'École d'affaires publiques forme, au sein de la spécialité Sécurité et défense, des spécialistes de haut niveau capables d'exercer des responsabilités stratégiques et opérationnelles dans le secteur public ou le secteur privé, grâce à une formation reposant sur une approche multidisciplinaire et approfondie des enjeux des politiques publiques de sécurité et de défense.

Le cursus permet aux étudiants d'acquérir une solide formation théorique dans les matières liées aux affaires publiques (droit, économie, analyse et évaluation politiques publiques, etc.), une connaissance fine des acteurs et enjeux actuels et futurs de la sécurité et de la défense (rapprochement entre la sphère publique et la sphère privée, continuum de sécurité, nouvelles menaces liées notamment à la cybersécurité, etc.), ainsi que des compétences professionnelles. 

À travers le Laboratoire d’Innovations publiques (Policy Lab), les étudiants de la spécialité participent à plusieurs exercices professionnalisants et innovants. 

 Ils expérimentent des situations nouvelles mêlant recherche et action, acteurs publics et privés :

  • une étude de sûreté d’un bâtiment ;
  • une simulation de crise ;
  • un hackathon sur les enjeux de la cybersécurité ;
  • une étude de cas.

Cours spécifiques de la spécialité sécurité et défense

  • Les défis de la lutte anti-terroriste
  • Finances publiques de la sécurité et de la défense
  • Révolution numérique et cybersécurité
  • Économie de la sécurité et de la défense
  • Politiques publiques de la défense
  • Politiques publiques du renseignement

Les cours sont dispensés par des enseignants-chercheurs et des praticiens reconnus pour leur expertise dans le domaine de la sécurité et de la défense (porte-parole et conseiller des ministères des Armées et de l’Intérieur, général d’armée, capitaine de frégate de la Marine nationale, directeur de la Préfecture de police de Paris, directeur financier de la gendarmerie, médecin sapeur-pompier, directeur des affaires publiques d’industriels de l’armement, directeur sûreté de grands groupes, DG du Campus Cyber, etc.).

Maquettes pédagogiques des masters, spécialité sécurité et défense

Master politiques publiques - Spécialité Sécurité et défense :

Master affaires européennes - Spécialité Sécurité et défense :

Ces Masters en 2 ans sont ouverts exclusivement en formation initiale et il est possible d’effectuer la deuxième année en contrat d’apprentissage.

DÉBOUCHÉS PROFESSIONNELS DE LA SPÉCIALITÉ SÉCURITÉ ET DÉFENSE

La spécialité Sécurité et défense prépare à des carrières tant dans le secteur public que dans le secteur privé. Les recrutements du secteur public se font via des concours administratifs auxquels l’École d’affaires publiques prépare, mais également sur contrats d’agents de l’État, notamment aux ministères de la Défense et de l’Intérieur. 

Dans le secteur privé les débouchés sont variés. Les directions sûreté des entreprises s’étoffent et leurs besoins vont croissant. Les entreprises de sécurité privée et les entreprises de services de sécurité et de défense (ESSD) sont également en plein essor et le besoin en cadres dûment formés aux enjeux de la sécurité et de la défense s’y fait sentir. Les cabinets de conseils sont également des recruteurs importants, notamment sur les questions de cybersécurité.

Consulter la page dédiée aux débouchés professionnels après la spécialité Sécurité et défense

TÉMOIGNAGES DE DIPLÔMÉS

Consultez les portraits de Mallaury Labarre, Fanny Cornet, Lucas Hassan et Benoît Mortgat.

Conseiller scientifique de la spécialité sécurité et défense

Guillaume Farde, Professeur affilié à Sciences Po

Guillaume Farde est docteur en sciences de gestion. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages relatifs aux enjeux de défense nationale et de sécurité intérieure. Le dernier, Le continuum de sécurité nationale, est paru en juin 2020, aux éditions Hermann.

Il est par ailleurs l’auteur d’articles consacrés à la sécurité intérieure analysée tant sous l’angle institutionnel que sous celui, plus politique, des contestations violentes. Plus récemment, Guillaume Farde s’est intéressé à l’étude du rapport de l’opinion publique aux forces de sécurité intérieure que sont la Police et la Gendarmerie nationales, les polices municipales et la sécurité privée. 

Enfin, Guillaume Farde est réserviste citoyen de la Gendarmerie nationale, membre du conseil d’orientation de l’Ecole des officiers de la Gendarmerie nationale (EOGN) et administrateur du fonds de dotation de la Garde républicaine.

contact

Responsable pédagogique : Anelise Nicolier

Assistante pédagogique : Stéphanie Berrebi

Retour en haut de page