Auteur(s): 

Observatoire International du Religieux

Date de publication: 
Septembre 2017

L’élection présidentielle du 15 octobre 2017 au Kirghizstan est perçue comme un test important pour évaluer la solidité d’une transition démocratique unique à l’échelle des républiques d’Asie centrale, caractérisées par l’autoritarisme. Le président sortant, Almazbek Atambaev, arrivé au pouvoir suite à la révolution de 2010, ne peut pas se représenter, car la constitution impose un mandat unique de six ans. La gestion du fait religieux a représenté l’un des axes majeurs de sa présidence.

Auteur(s): 

Dzianis Melyantsou, Senior Analyst, Belarusian Institute for Strategic Studies

Date de publication: 
Septembre 2017
Illustration

Veyshnoria (Viejšnoryja) is a fictitious state, invented for the purposes of the Russian-Belarusian strategic military exercise “Zapad-2017”. For the first time the legend of the exercises became available to the public during the briefing done by the head of the General Staff of Belarus Major-General Oleg Belokonev on August 29, 2017. According to the legend, the union of Belarus and Russia (the Northern) is opposed by three fictitious states - Lubenia (situated on the part of Poland), Vesbaria (in Lithuania and Latvia) and fictitious, which is located in the North-West of Belarus.

Auteur(s): 

Observatoire International du Religieux

Date de publication: 
Septembre 2017

Comment le fait religieux interesse-t-il aujourd'hui l'environnement de nos forces ?

Interventions du matin – Balard, amphithéâtre Valin (9h30 – 12h30)

Introduction au colloque

Eric  Germain  (chargé  de  projet  fait  religieux  et  laïcité,  DGRIS,  ministère  des  Armées)
Philippe  Portier  (directeur  d’études  à  l’EPHE,  directeur  du  GSRL)

Auteur(s): 

Alain Dieckhoff, Directeur du CERI, Directeur de recherche, CNRS
Philippe Portier, Directeur du GSRL, Directeur d’études EPHE

Date de publication: 
Septembre 2017

Chers lecteurs,

Auteur(s): 

Stéphane Lacroix, CERI/Sciences Po

Date de publication: 
Août 2017

Les Frères musulmans connaissent aujourd’hui la crise la plus profonde de leur histoire presque centenaire. Depuis le coup d’Etat du maréchal (alors général) Abdel Fattah al-Sissi, ils sont pourchassés et jetés en prison par milliers en Egypte. Ils avaient déjà fait face à une répression similaire dans les années 1950 et 1960, sous le gouvernement de Gamal Abdel Nasser. A cette époque, des milliers d’entre eux avaient trouvé refuge dans les pays du Golfe, scellant avec ces derniers une alliance qui allait perdurer pendant des décennies.

Auteur(s): 

Laurent Bonnefoy, CNRS, CERI/Sciences Po

Date de publication: 
Août 2017

Avant de déboucher sur une guerre, la dynamique révolutionnaire yéménite entamée en février 2011 avait un temps placé le parti al-Islah, branche locale des Frères musulmans, en position de force. La capacité de mobilisation des islamistes durant le soulèvement avait donné à celui-ci sa masse critique, permettant de mobiliser des militants, des fonds et une logistique. In fine, c’est grâce à son action que le Président Ali Abdallah Saleh avait été démis après 33 années de règne.

Auteur(s): 

François Burgat, CNRS, IREMAM

Date de publication: 
Août 2017

Le « printemps arabe », inauguré le 14 janvier 2011 par la déroute du président tunisien Zine El-Abidine Ben Ali, a fait inopinément entr’apercevoir dans la région la fin d’un long “hiver autoritaire”. La dynamique protestataire était initialement caractérisée par l’absence d’encadrement de la part des oppositions partisanes préexistantes et l’usage de mots d’ordre (“dignité”, “liberté”, “dégage”) dont aucune d’entre elles ne pouvait revendiquer le monopole.

Auteur(s): 

Alain Dieckhoff, Directeur du CERI, Directeur de recherche, CNRS
Philippe Portier, Directeur du GSRL, Directeur d’études EPHE

Date de publication: 
Août 2017

Chers lecteurs,

Nous sommes heureux de vous présenter ce dixième bulletin de l’Observatoire couvrant les mois de juillet et d’août. Ce numéro double est consacré à l’évolution des Frères musulmans au Moyen-Orient et rassemble les éclairages de trois chercheurs français ayant à cœur de combiner un fort ancrage sur le terrain et une appréhension fine des dynamiques observées.

Auteur(s): 

Damien Simonneau, post-doctorant, Centre Emile Durkheim – Sciences Po Bordeaux

Date de publication: 
Juin 2017
Illustration

A Tucson en Arizona, comme ailleurs aux Etats-Unis, des organisations se mobilisent depuis l’élection de Donald Trump pour s’opposer à l’augmentation des expulsions de migrants non autorisés, prévue par l’administration fédérale. Parmi elles, les congrégations religieuses sont à la pointe, conformément à leur tradition d’hospitalité envers les migrants latinos, expérimentée depuis le mouvement « Sanctuaire » des années 1980.

Auteur(s): 

Sébastien Fath, chargé de recherche au GSRL

Date de publication: 
Juin 2017

"Heureux comme Dieu aux Antilles" ? L'espace religieux des Caraïbes est marqué par des taux de pratique bien supérieurs à ceux de la métropole. Les Caribéens francophones prient, croient, vont volontiers à l'église. En matière de christianisme, le catholicisme est majoritaire, mais le protestantisme de type évangélique (accent sur la conversion et les associations militantes) est en croissance. Il y est surreprésenté par rapport à l'hexagone. On peut estimer les effectifs protestants aujourd'hui à 45.000 en Martinique et 70.000 en Guadeloupe.

Retour en haut de page