Birmanie : des élections pour quoi faire ?

par Renaud Egreteau

Les Birmans seront appelés aux urnes dans quelques mois, cinq ans après l’organisation controversée des élections de novembre 2010.
Ce scrutin servira à désigner, pour la seconde fois depuis l'entrée en vigueur de la Constitution de 2008, les 498 députés du parlement national bicaméral ainsi que près de 670 parlementaires provinciaux, répartis dans quatorze assemblées régionales.
Les parlementaires des deux chambres réunies en congrès éliront ensuite, début 2016, le président de la République de l'Union birmane, ainsi que deux vice-présidents.
La date des prochaines élections législatives devrait être annoncée par la Commission électorale dans le courant du mois d’août.



Pour en savoir plus

La Roumanie après la bataille présidentielle : d’une victoire surprise à une présidence «pas à pas»

par Antonela Capelle-Pogăcean

La victoire surprise de K. Johannis à la présidentielle de 2014 a permis à la Roumanie d’améliorer durant quelques jours son image d’enfant à problèmes de l’Union européenne. Les thèmes de la corruption ou de la marginalisation des roms dont la mobilité est source de phantasmes et de rejet à l’Ouest auxquels est souvent rattaché Bucarest ont laissé la place dans les médias internationaux à des propos enthousiastes.

Pour en savoir plus

Etude du CERI
2000
Les Kurdes de Turquie : revendications identitaires, espace national et globalisation, par Gilles Dorronsoro
Le règlement de la question kurde suppose au moins d'un changement du système politique. La question kurde est révélatrice des courants d'opinion qui traversent la société, et qui ne sont pas tous porteurs d'une exigence démocratique. Le nationalisme turc, en particulier, qui reste la base de la socialisation politique des individus, se révèle difficilement compatible dans sa forme actuelle avec une société multiculturelle apaisée.
Dossier du CERI
2009
La Russie et ses frontières, vingt ans après l’éclatement de l’empire soviétique par Anne de Tinguy
La question des frontières joue depuis 1991 un rôle essentiel et ambivalent. D’un côté, celles-ci sont des traits d’union entre la Russie et le monde extérieur, un instrument de son ancrage et de son intégration à l’Europe et à l’Asie. D’un autre côté, elles ont lourdement pesé sur la redéfinition identitaire de la Russie et sur sa politique étrangère, en particulier à l’égard des Etats issus de son ancien empire. Vingt ans après l’éclatement de l’URSS, ce qui est généralement défini par les géographes comme une ligne limitant l'espace sur lequel s'étend la souveraineté nationale reste en Russie une notion complexe et confuse.
Etude du CERI
2014
Une décennie de pouvoir AKP en Turquie : vers une reconfiguration des modes de gouvernement ? par Elise Massicard
Fin 2012, l’AKP fêtait ses dix ans au pouvoir en Turquie. La portée de cet évènement dépasse le seul cadre du pays. Il s’agit en effet de la plus longue expérience du pouvoir d’un parti aux origines islamistes arrivé aux commandes de l’Etat par voie démocratique, et, à ce titre, d’un cas d’école pour les observateurs extérieurs, voire d’une source d’inspiration.
Sites thématiques
Contributions scientifiques des chercheurs du CERI
newsletter
revue de presse
découvrez la dernière
archives
newsletter
revue de presse

 

Séminaire INTEGRIM du groupe de recherche Migrations et mobilités du CERI

 

En partenariat avec MIGRINTER, Université de Poitiers

 

Forced migrations have usually been described as "spontaneous" migrations and analysed in terms of political and security constraints. But even refugee movements resulting from conflicts are often fashioned by previous migration flows and correlated network structures that are re-mobilized during the humanitarian crisis. Therefore, tracing a genealogy of mobilities in the Middle East will help better understand current forced migration processes and their connections with other forms of social organization built over time in a regional area (commercial mobility, family strategies, pilgrimage, etc.)
The distinction commonly made between forced migration and voluntary migration in the Middle East and elsewhere has already been criticized by a growing number of authors (Long: 2013, Richmond: 1994). In the case of the “refugee” category, a huge diversity of social, legal and economic statuses and personal backgrounds coexist within such a category (Malkki: 1995, Marx: 1990). Early attempts to build a general theoretical model of refugee issues have focused mainly on push factors to explain refugee movements (Kunz, 1973). Studies have also emphasized the role of international relations in the production of refugee flows (Loescher, 1990). If push factors as well as international politics are key issues for the understanding of refugee movements, little attention has so far been paid to dynamics generated by the refugees themselves. Seteney Shami (1993) suggests that "displacement often leads to labour migration as a coping strategy". But conversely, as will be shown, labour migration may also mould and structure forced displacement patterns of dispersion and settlement.
The questioning of the dichotomy between forced and voluntary migrations is even more interesting in the Middle East as neither Jordan, Lebanon Iraq nor Syria, are signatories of the Geneva Convention on Refugees. The refugee category (with the exception of Palestinians who are recognized as refugees in the state where they have their permanent residency) does not exist as such. There is often a confusion in the field of forced migration between legal categories (refugees, asylum seekers, etc.) and those related to the analysis of migration (Zetter, 2007). This project aims to re-examine the production of asylum categories in an area outside the Convention (Jordan and Lebanon) as well as a signatory country (Turkey) in relation to three unusual situations, those of Syrians, Iraqis and Palestinians from Syria.

 

 

Program to be confirmed

 

 

Foreword: Alain Dieckhoff, Sciences Po-CERI, CNRS

 

Introduction

Céline Cantat, MIGRINTER, CNRS, Université de Poitiers

Kamel Dorai, IFPO, Amman & MIGRINTER, CNRS, Université de Poitiers

Thomas Lacroix, MIGRINTER, CNRS, Université de Poitiers

Helene Thiollet, Sciences Po-CERI, CNRS

 


Morning: Refugees, a regional perspective

 

Dawn Chatty, Refugee Studies Center, University of Oxford

Displacement in the Middle East

 
Philip Marfleet, School of Law and Social Sciences (LSS),University of East London

Iraqi refugees


Afternoon:

 

Didem Danis, Galatasaray University, Istanbul

Syrian Refugees Turkey


Kamel Dorai, IFPO, Amman & MIGRINTER, CNRS, Université de Poitiers

Syrians in Jordan

 

Salim Salameh,

Syrians / Palestinians in Sweden

 

 

 

Responsables scientifiques:

Helene Thiollet (Sciences Po-CERI, CNRS),

Céline Cantat (MIGRINTER, CNRS, Université de Poitiers),

Kamel Dorai (IFPO, Amman & MIGRINTER, CNRS, Université de Poitiers),

Thomas Lacroix (MIGRINTER, CNRS, Université de Poitiers)

 

 

 

Sciences Po-CERI: 56,rue Jacob 75006 Paris (salle de conférences)


mobglob
Refugees and Asylum Seekers in the Middle East 24/09 Pour plus d'informations

 

Séminaire du Programme de recherche transversal Sociologie des pratiques diplomatiques du CERI


 

Volet "Multilatéralisme et Organisations Internationales"

 

Avec :

 


Jérôme Sgard, Sciences Po-CERI

 

 

Vincent Gayon, Université Paris Dauphine, IRISSO



Reponsables scientifiques : Guillaume Devin (Sciences Po-CERI), Marieke Louis (Sciences Po-CERI)

 

Sciences Po-CERI: 56, rue Jacob 75006 Paris/salle du conseil
Entrée libre dans la limite des places disponibles


lonelyban
Le Fonds Monétaire International et la crise des dettes souveraines 24/09 Pour plus d'informations

 

avec



Rick Doner, Emory University, Atlanta

 

 

Discutant : Francois Bafoil, Sciences Po-CERI/CNRS

 

 

Introduction et présidence : David Camroux, Sciences Po-CERI

 





Existing analyses of the middle-income trap highlight productivity slowdowns as key to stagnant growth and identify the need for better education and R&D.  But they largely ignore the political factors that block such policies.  To address this gap, we argue for 1) a deeper appreciation of the challenges inherent in upgrading  policies, 2) of the institutions required to address these challenges and, most critically, 3) of the structural divisions within business, labor and overall society that impede the coalitions necessary to develop strong institutions.   The presentation will explore these issues in the context of Thailand, a country commonly viewed as falling into the middle-income trap.

 

 

L'intervenant s'exprimera en anglais, et le débat se déroulera en français et en anglais.

 

Responsable scientifique : David Camroux, Sciences Po-CERI

CERI-56 rue Jacob, 75006 Paris / Salle de conférences

INSCRIPTION OBLIGATOIRE (ci-dessous)


sss
Thailand: The Political Economy of the Middle-Income Trap 3/09 Pour plus d'informations