Page d'accueil

 

Elections au Brésil : bouleversements sociaux sans réalignements politiques (1/2)

elections bresil

Par Olivier Dabène

A l’issue d’une campagne électorale aux multiples rebondissements, le premier tour des élections brésiliennes du 5 octobre 2014 a rendu un verdict conforme aux équilibres politiques du pays depuis vingt ans. Le deuxième tour de la présidentielle opposera le 26 octobre le Parti des Travailleurs (PT) au Parti de la Social Démocratie Brésilienne (PSDB), comme lors des cinq précédentes élections. La troisième voie qu’a tenté d’incarner Marina Silva n’a finalement pas séduit au-delà des 20% qu’elle avait déjà obtenus en 2010.

Dilma Rousseff, la présidente sortante du PT candidate à la réélection, et surtout Aécio Neves, le candidat du PSDB, reviennent pourtant de loin... 

Pour en savoir plus

L’Amérique centrale aux urnes (2011-2014)

Marathon électoral et malaise démocratique
par Kévin Parthenay


L’histoire contemporaine de l’Amérique centrale est celle d’une insertion politique et économique internationale à grande vitesse, entachée toutefois d’une fragilité démocratique certaine. Entre 2011 et mai 2014, chacun des Etats de la région a organisé un scrutin présidentiel. L’isthme centraméricain a dû choisir entre la continuité et le changement alors que les gouvernements sortants promouvaient l’accélération du libre-échange dans la région,un sujet traditionnellement clivant.

Pour en savoir plus

Article
2010
Brésil, l’éveil d’un nouveau géant pétrolier, par Edmilson Mouthinho dos Santos
La découverte de grands gisements de pétrole dans les couches rocheuses, sous le sel (présel) des bassins sédimentaires offshore, s’avère une vraie « surprise pétrolière » pour le Brésil. Le pays se trouve au seuil d’un bond extraordinaire dans sa production de pétrole ; c’est l’éveil d’un nouveau géant pétrolier dans l’Atlantique Sud.
Ouvrage
Novembre 2013
La Turquie, d'une révolution à l'autre
Cet ouvrage fondamental brosse le portrait d’un acteur devenu incontournable dans sa région et au-delà, et questionne l’expérience turque, souvent citée comme source d’inspiration pour appréhender les sociétés arabo-musulmanes.
Etude du CERI
2013
Le Congrès des Etats-Unis : une assemblée incontrôlable ?, François Vergniolle de Chantal
Le Congrès des Etats-Unis est l’assemblée législative la plus puissante au monde. Son autonomie et ses pouvoirs rendent impossible toute prétention impériale durable de la présidence. Cette configuration institutionnelle, rendue extrêmement coûteuse par la polarisation actuelle, n’en est pas moins un équivalent fonctionnel au droit de vie ou de mort sur les exécutifs dont les Parlements européens disposent en théorie.
Sites thématiques
Contributions scientifiques des chercheurs du CERI
newsletter
revue de presse
découvrez la dernière
archives
newsletter
revue de presse

Research Group on Theories of International relations

 

With: Darrel Moellendorf, Professor, Goethe-Universität (Frankfurt) and principal investigator of "Normative Orders"

 

Discussant: Margaux Le Donné, Sciences Po

 

Academic Coordinator: Ariel Colonomos, Senior Research Fellow, CNRS

 

http://blogs.sciences-po.fr/recherche-theories-relations-internationales/

 

The seminar will take place at Sciences Po's Doctoral School

199 Blvrd Saint Germain 75007 Paris

Third Floor


mit
Just Savings for Climate Change Mitigation: Intergenerational Equality versus Discounted Utilitarianism 13/11 Pour plus d'informations

Research Group on Theories of International relations

 

With: Monica Serrano, Professor of International Relations, Colegio de Mexico.

 

Discussant: Pierre Hassner, Associate Fellow at CERI-Sciences Po

 

Academic Coordinator: Ariel Colonomos, Senior Research Fellow, CNRS

 

http://blogs.sciences-po.fr/recherche-theories-relations-internationales/

 

CERI-Sciences Po

56, rue Jacob 75006 Paris

Salle Jean Monnet


ser
The International Politics of Human Rights and the R2P Cause 27/10 Pour plus d'informations

 

with

 

Prof. Rosemary Foot, Oxford University – St Antony’s College

 

 

Discussant: Guibourg Delamotte, INALCO

 

 

 

Much like the study of China itself, theorists of power transition have lately experienced a resurgence of interest in their arguments. As China is emerging as the world’s largest economy (in purchasing power parity terms), with the second largest military budget, and has become more assertive internationally under a more centralized leadership, the picture painted is one of growing morbidity: conflict between China, the putative rising dissatisfied power, and the United States, the declining hegemon, has allegedly become probable. This paper critiques these arguments. However, its main aim is to consider the restraints on conflict that generally are given insufficient attention in power transition approaches that deal with the Sino-American relationship. Prof. Rosemary Foot argues that historical awareness among leaders, state agency, the complex economic trends that are central to our understanding of this hybrid world order, together with the domestic preoccupations of these two central protagonists are among the factors that need to be examined more closely. While these factors certainly do not guarantee a cooperative relationship between China and the United States in an era of change, they do impose forms of restraint.

 

Responsable scientifique : Hugo Meijer, King’s College London, docteur associé au CERI

 

CERI-56 rue Jacob, 75006 Paris / Salle Jean Monnet

INSCRIPTION OBLIGATOIRE (ci-dessous)

Constraints on Conflict in the China-US Relationship: Contesting Power Transition Theory 10/02 Pour plus d'informations