Penser l’action multilatérale : un programme de recherche reconnu et soutenu par le CNRS

Par Frédéric Ramel et Guillaume Devin

"Il faut graver sur les frontispices du palais : je soutiens les forts et je réduis les faibles au silence sans effusion de sang". Les mots d’Einstein à l’égard de la Société des nations sont sévères. Ils participent d’une critique sans concessions à l’égard de ce que fut la première organisation intergouvernementale de sécurité à vocation universelle. Les Nations unies n’essuient pas de telles salves, elles qui ont contribué en partie à l’instauration d’une paix relative entre Etats depuis 1945. Néanmoins, l’esprit des années 1990 favorable à son regain d’investissement est aujourd’hui bien loin. Elles traversent une très grave crise qui présente au moins une triple dimension.

Pour en savoir plus