Auteur(s): 

Anne Le Huérou, université Paris Nanterre, ISP
Silvia Serrano, université Paris Sorbonne, Eur’Orbem

Date de publication: 
Octobre 2017
Illustration

ARGUN, CHECHNYA, RUSSIA - Aug 17, 2016: Muslims praying in Aymani Kadyrova Mosque in Argun, Chechnya, Russia.

L’évocation de l’islam en Tchétchénie est généralement associée à deux tendances. D’une part, il constitue un élément de mobilisation pour la rébellion qui s’est affirmée dès les années 1990 et a culminé avec la création d’un Emirat du Caucase, suivie d’un ralliement à l’Etat islamique de la plupart des groupes insurgés de Tchétchénie et des républiques voisines du Caucase du Nord. D’autre part, Ramzan Kadyrov, qui dirige la République de Tchétchénie depuis 2006, utilise l’islam comme un élément de légitimation de son pouvoir personnel.

Auteur(s): 

Observatoire International du Religieux

Date de publication: 
Septembre 2017

L’élection présidentielle du 15 octobre 2017 au Kirghizstan est perçue comme un test important pour évaluer la solidité d’une transition démocratique unique à l’échelle des républiques d’Asie centrale, caractérisées par l’autoritarisme. Le président sortant, Almazbek Atambaev, arrivé au pouvoir suite à la révolution de 2010, ne peut pas se représenter, car la constitution impose un mandat unique de six ans. La gestion du fait religieux a représenté l’un des axes majeurs de sa présidence.

Auteur(s): 

Marie Miran, maître de conférence à l’EHESS

Date de publication: 
Janvier 2017

Prélude : données géo-démographiques

La Côte d’Ivoire est un pays pluriconfessionnel : 42% de musulmans, 34% de chrétiens et une proportion non négligeable d’animistes. 72% des non-nationaux, représentant 24,2% de la population résidente, sont musulmans[fn]République de Côte d’Ivoire, Institut national de la Statistique, Recensement général de la population et de l’habitat 2014, Abidjan 2016.[/fn]. A la fin du 19e siècle, la présence de l’islam était limitée au nord soudano-sahélien, alors majoritairement animiste.

Auteur(s): 

Amandine Barb, Chercheuse post-doctorale

Date de publication: 
Novembre 2016

Si Donald Trump applique à la lettre ses promesses de campagne relatives aux rapports entre l'État et la religion, il est probable qu'il ne restera plus, dans quatre ans, que quelques pans du fameux « mur de séparation » cher à Thomas Jefferson et qu'est censé garantir le Premier Amendement à la Constitution. Adopté en 1791, celui-ci prévoit que « le Congrès ne pourra faire aucune loi concernant l'établissement d'une religion (clause d'Établissement) ou interdisant son libre exercice (clause de libre exercice) ».

Auteur(s): 

Pierre-Jean Luizard, Directeur de recherche CNRS

Date de publication: 
Décembre 2016
Illustration

Soldat américain se préparant à engager le combat (companie B., 1er battaillon, 126e régiment d'infanterie, 2e brigade de combat, 101e division Airborne), checkpoints de Qayyarah (31 oct. 2016).

Mossoul connaîtra-t-elle le sort tragique d’Alep ? Dans les deux cas, nous assistons à la tentative de reconquête de la seconde ville de chacun des deux pays par des gouvernements qui proclament lutter contre le « terrorisme » et agir pour restaurer la souveraineté de l’Etat. Car en Irak comme en Syrie, l’Etat a cédé la place à une conception communautaire du territoire.

Résumé 

Durant la phase de jeunesse d'Israël (1948-1967), l'Etat, alors dominé par la gauche sioniste, mit en œuvre une politique d'intégration vigoureuse des nouveaux immigrants qui venaient pour l'essentiel d'Europe orientale et des pays d'islam. L'Etat fut l'agent central de construction de la nation juive reterritorialisée, mais sous les auspices d'un patriotisme séculier. La guerre des Six jours (juin 1967) constitua un tournant : en permettant un contact renouvelé avec certains hauts lieux du judaïsme (Jérusalem, Cisjordanie), elle fait émerger un nationalisme religieux qui voit dans le développement de la présence juive un impératif religieux indiscutable. Ce nationalisme religieux n'a pas épargné certains cercles ultra-orthodoxes et, surtout, les milieux traditionnalistes sépharades. Cette valorisation forte de la judéité de l’Etat ouvre la voie à une relativisation de la démocratie, la loi religieuse étant censée être supérieure à la loi civile.

Bibliographie 

Dieckhoff Alain, « Nationalisme d’État et intégrisme nationaliste : le cas d’Israël », dans Pierre Birnbaum (dir.), Sociologie des nationalismes, Paris, PUF, 1997, p. 145-162.

Dieckhoff Alain, Le Conflit israélo-arabe, Paris, Armand Colin, 2017.

Efron Noah, Real Jews : Secular versus Ultra-orthodox and the Struggle for Jewish Identity in Israel, New York (N. Y.), Basic Books, 2003.

Elizur Yuval et Malkin Lawrence, The War within : Israel’s Ultra-orthodox Threat to Democracy and the Nation, New York (N. Y.), Overlook Duckworth, 2013.

Feige Michael, Settling in the Hearts : Jewish Fundamentalism in the Occupied Territories, Detroit (Ill.), Wayne State University Press, 2009.

Friedman Robert, Zealots for Zion. Inside Israel’s West Bank Settlement Movement, New York (N. Y.), Random House, 1992.

Heilman Samuel, Defenders of the Faith : Inside Ultra-orthodox Jewry, New York (N. Y.), Schocken Books, 1992.

Inbari Motti, Jewish Fundamentalism and the Temple Mount, Albany (N. Y.), Suny Press, 2009.

Juergensmeyer Mark, The New Cold War ? Religious Nationalism Confronts the Secular State, Berkeley (Calif.), University of California Press, 1993.

Kriegel Maurice, « Nation et religion : aux origines des “néo-messianismes” dans l’Israël d’aujourd’hui », Annales. Histoire, sciences sociales, 54 (1), 1999, p. 3-28.

Kriegel Maurice, « Religieux et laïques : entre confrontation et transaction », dans Alain Dieckhoff (dir.), L’État d’Israël, Paris, Fayard, 2008, p. 175-188.

Lehmann David et Siebzehner Batia, Remaking Israeli Judaism : The Challenge of the Shas, Londres, Hurst, 2006.

Leon Nissim, « The Haredi-Secular Debate and the Shas Approach », dans Eliezer Ben-Rafael et al., Handbook of Israel : Major Debates, vol. 1, Berlin et Boston, De Gruyter Oldenbourg, 2016, p. 131-145.

Snegaroff Claire et Blum Michaël, Qui sont les colons ? Une enquête de Gaza à la Cisjordanie, Paris, Flammarion, 2005.

Tzidkiyahu Eran, « “God Cannot Keep Silent”. Strong Religious-Nationalism – Theory and Practice », Questions de recherche, 47, octobre 2015.

Retour en haut de page