Critique internationale

Revue comparative de sciences sociales

Couverture Critique Internationale Critique internationale est une revue trimestrielle de langue française publiée par les Presses de Sciences Po avec le soutien du Centre national du livre. Revue à comité de lecture, elle est portée depuis sa création en octobre 1998 par le Centre de recherches internationales (CERI-Sciences Po/CNRS).
Revue comparative de sciences sociales, Critique internationale a pour objectif d’éclairer les sciences sociales du politique dans une perspective comparatiste et empirique. Les articles soumis à la revue doivent donc reposer sur une connaissance fine du ou des terrain(s) étudié(s) acquise par les chercheurs au cours d’enquêtes localisées et d’immersions au long cours. Une telle démarche doit s’accompagner, en parallèle, d’un fort ancrage de la problématique de recherche dans les débats de sciences sociales.

Le comité de rédaction est composé de spécialistes des questions internationales (transferts de normes, transnationalisation de l’action collective et de l’action publique, rôle d’organisations internationales ou d’ONG dans de nombreux contextes de crises ou dans la vie routinière « des pays du Sud », migrations) appliquées à des terrains (hormis la France) situés sur les cinq continents. Anthropologues, sociologues, historiens et politistes, ses membres sont issus d’institutions variées (CNRS, IRD, FNSP, EHESS, Universités) et de centres de recherches dynamiques, en France et à l’étranger, où études comparatistes et études sur l’international apportent un regard pluriel sur la manière dont se fait la recherche aujourd’hui.
Critique internationale continue par ailleurs d’accorder une attention particulière à l’accompagnement des jeunes chercheurs dans leurs premières expériences de publication et de coordination de dossiers et reste attentive à la publication, dans ses colonnes, de travaux de collègues étrangers.
Chaque trimestre, un dossier thématique de cinq à six articles met en regard plusieurs cas d’étude autour d’une problématique transversale. L’une des spécificités de Critique internationale est d’aborder chaque fois des entités géographiques et culturelles très éloignées. Avec les articles publiés hors dossier dans chaque numéro (varia), ces études thématiques fournissent des matériaux particulièrement riches pour la comparaison en sciences sociales. Quant à la rubrique « Lectures », elle propose, outre des comptes rendus d’ouvrages, des états de littérature thématiques qui permettent de faire le bilan de la recherche dans un champ donné.
La revue accepte des articles en anglais, en espagnol, en russe et en allemand, et fournit aux auteurs des évaluations de leurs textes dans leurs langues originales. Ces textes sont ensuite traduits en français. Par ailleurs, Critique internationale traduit en anglais des articles initialement écrits en français ou dans une autre langue. Ces textes ainsi que l’ensemble de la collection sont diffusés via le portail de revues CAIRN.info

ISSN papier 1290-7839
ISSN électronique 1777-554X

 

Critique internationale revue en luttes. Réflexion sur une mobilisation d ailleurs.

Un mouvement de défense des retraites victorieux ? Le cas de la mobilisation des retraités espagnols en 2018. 

 

Critique internationale - Sommaire

Edito
5-6

 

Aucun résumé

 

Thema
Thema - États d’émergence en Afrique
Sous la responsabilité de Didier Péclard, Antoine Kernen et Guive Khan-Mohammad

Depuis le début des années 2010, l’image d’une « Afrique émergente », continent « plein d’espoir » dopé par une croissance économique sans précédent, s’est imposée dans les discussions d’experts du développement et à la « Une » des magazines. Dans un contexte international marqué par le retour de l’État comme moteur du développement, la grande majorité des pays africains se sont d'ailleurs dotés d’une « stratégie d’émergence ». À partir de terrains effectués au Sénégal, au Cameroun, en Côte d’Ivoire et au Kenya, les contributions réunies ici décortiquent cette rhétorique et les pratiques qu’elle met en œuvre. En formulant l’hypothèse de la formation d’« États d’émergence », ce dossier met en lumière les dynamiques de rupture et de continuité dans le gouvernement des inégalités, de la croissance et du développement en Afrique.

Thema
États d’émergence. Le gouvernement de la croissance et du développement en Afrique
Didier Péclard, Antoine Kernen et Guive Khan-Mohammad
9-27

 

Aucun résumé

 

Thema
Gouverner les frontières du développement : le retour de la question foncière et la « gestion » des investissements au Sénégal
Maura Benegiamo
29-51

La fin du Consensus de Washington a coïncidé avec le démarrage d'une nouvelle phase de développement impulsée par l’idée de l'émergence africaine. Au Sénégal, cela s’est traduit par la relance des politiques de développement agricole, marquée par une augmentation des investissements fonciers à grande échelle. Cette étude se fonde sur l'analyse de la gestion d'un investissement agro-industriel dans la région du delta du fleuve Sénégal qui a entraîné le transfert de 20 000 hectares de terres pastorales et du conflit qui s'est ensuivi avec les populations locales. Elle accorde une attention particulière aux procédures de gouvernance foncière qui sous-tendent l’investissement, aux formes de régulation formelles et informelles, publiques et privées qui accompagnent sa mise en place, ainsi qu’à la gestion des relations avec les populations affectées par le projet. Elle met en évidence l’articulation stratégique entre action étatique et gouvernance néolibérale dans la réorganisation des relations entre territoires, droits et habitants, qui poursuit l’avancement de la colonisation agricole du delta. Ces dynamiques reflètent la transformation néolibérale de l’« État du développement » et minent la possibilité de participation des populations locales dans les processus de développement portant sur leurs territoires.

Thema
Industrie et développement au Cameroun : les dynamiques d’un État dans l’« émergence »
Guive Khan-Mohammad, Gérard Amougou
53-74

L’industrialisation occupe une place centrale dans la nouvelle ingénierie de l’émergence au Cameroun. Le retour des pouvoirs publics dans la planification des politiques de développement est examiné ici à travers les projets de construction des infrastructures matérielles, de réformes institutionnelles et de financement du développement des entreprises. Il apparaît nettement que l’écart entre les objectifs déclarés, soit l’image présentée de lui-même par un régime soucieux de se construire une nouvelle légitimité, et les résultats atteints, soit les pratiques de l’État, informent sur les dynamiques du pouvoir dans le projet politique, économique et social de l’« émergence ». Notre terrain de recherche montre que cette configuration contribue à la réactualisation des logiques autour desquelles s’est historiquement structuré le pouvoir au Cameroun. Toutefois, même si les dynamiques de l’État convergent vers une préservation du statu quo, le projet de l’« émergence » s’accompagne de transformations importantes qui attestent la plasticité d’un régime capable de réinventer les formes de ce statu quo en permanence dans le but de garantir sa stabilité.

Thema
Redéployer l’État par le marché : la politique des logements sociaux en Côte d’Ivoire
Alex N’goran, Moussa Fofana et Francis Akindès
75-93

La rhétorique de l’émergence est récurrente en Afrique, et la Côte d’Ivoire se veut un laboratoire de son expérimentation. Face aux critiques de sa politique de croissance jugée peu inclusive, le gouvernement Alassane Ouattara a voulu renvoyer les signaux d’une politique distributive à travers des programmes sociaux dont la politique des logements sociaux (PLS) est un maillon essentiel. La fabrique de cette politique est envisagée comme une lucarne à travers laquelle les ambigüités de l’État et les enjeux liés au discours de l’émergence sont ici analysés. Les données collectées de février 2016 à avril 2019 auprès d’acteurs impliqués dans les interactions autour du Programme présidentiel de logements sociaux et économiques permettent de procéder à une sociologie de la régulation de la PLS par l’État. Il en ressort que les asymétries de pouvoir entre les acteurs ont compromis l’atteinte des objectifs du Programme. Or ce qui apparaît comme un échec de la régulation cache en réalité l’opportunité qu’a offerte la PLS d’élargir la sphère du patronage politique au secteur privé. La production du social par le marché se révèle être une utopie car derrière le discours fantasmé de l’émergence, l’État ivoirien développe une ingénierie d’instrumentalisation des réformes néolibérales pour son redéploiement.

Thema
La participation chinoise dans le développement des infrastructures de transport au Kenya : une transformation des géométries du pouvoir ?
Elisa Gambino
95-114

Historiquement, les infrastructures ont été à la fois un outil et un reflet du pouvoir étatique, et les projets destinés à les déployer qui sont mis en œuvre actuellement sur le continent africain contribuent au repositionnement de l’État comme moteur du développement. Au demeurant, les divergences d’agendas des acteurs étatiques et paraétatiques, ainsi que la participation d’acteurs privés ou étrangers produisent une réalité politique complexe et multiniveaux. L’implication croissante des acteurs chinois dans les projets d’infrastructures en Afrique appelle à multiplier les travaux de recherche sur les conséquences de cette participation étrangère sur les relations entre acteurs gouvernementaux et non gouvernementaux sur le continent. L’étude du projet portuaire de Lamu au nord du Kenya, financé par le gouvernement kenyan mais construit par une entreprise d’État chinoise, permet d’analyser les conflits qui opposent le gouvernement national et le gouvernement du comté de Lamu, et montre en particulier comment la présence d’acteurs chinois reproduit des géographies du pouvoir existantes tout en contribuant à l’émergence de nouvelles géométries du pouvoir.

Thema
« Le TER nous met à terre. » Le Sénégal sur les rails de l’émergence ?
Charline Kopf
115-139

Le Train Express Régional (TER) du Sénégal cristallise les débats relatifs à la promesse d’émergence et à ses limites, tant matérielles que discursives. Analyser l’écart qui existe entre la vision de la croissance présentée par les dirigeants et la réalité du chantier toujours inachevé à ce jour permet de souligner les effets des politiques de l’émergence sur la prise de décision et la relation entre l’État et les citoyens. Ces politiques, caractérisées par une centralisation de l’intervention étatique, s’inscrivent dans la continuité de logiques néolibérales. La multitude des acteurs impliqués dans le projet du TER engendre un manque de coordination qui désavantage les plus pauvres, physiquement et métaphoriquement pris entre plusieurs méga-infrastructures censées les projeter dans un avenir radieux. La critique de l’émergence revêt toutefois des formes variées, plus ou moins visibles et nuancées. Certes, le désaccord face au projet d’infrastructures tel qu’il est mené fait partie des dynamiques de constitution de l’État, mais les réactions des différents acteurs interrogent ici plus spécifiquement la notion de bien public et de croissance inclusive du Plan Sénégal Émergent.

Varia
Souverainistes et libéraux en lutte au sein du champ de l’Eurocratie. Le cas de l’adoption du « paquet défense »
Samuel B. H. Faure
143-163

Qui a défendu la constitution d’un marché intérieur de la défense au sein du champ de l’Eurocratie à la suite de l’adoption en 2009 du « paquet défense » ? Cette analyse met en lumière les acteurs de l’armement qui ont travaillé à ce changement d’action publique et ceux qui s’y sont opposés. M’appuyant sur une enquête de terrain, j’établis que cette rivalité au sommet de l’Union européenne ne se réduit ni aux intérêts nationaux qui opposent entre eux les États membres ni au clivage institutionnel attendu entre la Commission européenne et les États de l’UE. Les acteurs de l’armement défendant l’adoption du paquet défense sont des États membres et des institutions de l’UE, des acteurs publics et des acteurs industriels privés. À partir d’une approche « programmatique » se situant à la croisée de la sociologie de l’action publique européenne et de la sociologie des élites, je mets en lumière deux « associations » d’acteurs en lutte, les « souverainistes » et les « libéraux », qui se positionnent respectivement en adversaires et en partisans de l’adoption du paquet défense. Cette approche contribue à l’étude de la structuration du champ de l’Eurocratie au XXIe siècle.

Varia
Le populisme écologique comme stratégie internationale : l’Équateur et la Bolivie face au multilatéralisme environnemental
Pierre-Yves Cadalen
165-183

La notion de populisme est utilisée la plupart du temps pour décrire des scènes politiques nationales, et la pluralité de ses usages peut donner une impression d’indéfinition. Le populisme écologique, concept proposé ici, est décrit comme une stratégie dont les éléments peuvent être articulés au niveau national aussi bien qu’international. L’étude des politiques internationales bolivienne et équatorienne sous les gouvernements de Rafael Correa et d’Evo Morales permet de défendre la thèse selon laquelle cette stratégie politique se caractérise par un renouvellement de l’anti-impérialisme des années 1970 et l’usage d’un signifiant vide singulier, la Pachamama, ou Terre nourricière. Cette stratégie permet non seulement de réunir les milieux altermondialistes autour des diplomaties en question, mais aussi de renforcer la cohésion interne des blocs qui soutiennent les gouvernements Correa et Morales. Cependant, même s’il donne une visibilité inédite à ces pays au sein du multilatéralisme environnemental, le populisme écologique ne parvient pas, faute de puissance et d’intégration des propositions formulées, à transformer le cadre multilatéral contesté.

Lectures
Lectures
Erica Guevara
187-193

Gabriela Polit Dueñas, Unwanted Witnesses. Journalists and Conflict in Contemporary Latin America, Pittsburg, University of Pittsburg Press, 2019, XIII-161 pages.

Lectures
Lectures
Paul-Malo Winsback
195-199

Romain Lecler, Une contre-mondialisation audiovisuelle, ou comment la France exporte la diversité culturelle, Paris, Sorbonne Université Presses, 2019, 308 pages.

Lectures
Lectures
Audric Vitiello
201-205

Federico Tarragoni, L’esprit démocratique du populisme : une nouvelle analyse sociologique, Paris, La Découverte, 2019, 371 pages.

Lectures
Lectures
David Dumoulin Kervran
207-212

Arturo Escobar, Sentir-penser avec la Terre. L’écologie au-delà de l’Occident, Paris, Le Seuil, 2018, 225 pages.

Lectures
Lectures
Ioana Cîrstocea
213-219

Kristen Ghodsee, Second World, Second Sex. Socialist Women’s Activism and Global Solidarity during the Cold War, Durham, Duke University Press, 2019, XVIII-306 pages.

Retour en haut de page