Street art et démocratie en Amérique latine

Entretien/Analyse
Date : 
24/10/2019

 

Entretien avec Olivier Dabène, auteur de Street Art and Democracy in Latin America (Palgrave, 2019)


D’où vient votre intérêt pour le
street art ?

A l’origine de ce projet, il y a un séjour de deux ans (entre 2000 et 2002) à São Paulo, au Brésil. A l’époque, je m’intéressais surtout à la démocratie telle qu’elle pouvait fonctionner au niveau local dans des contextes difficiles, comme des niveaux de violence élevés et des inégalités dramatiques. C’est au cours de mon enquête dans les quartiers les plus défavorisés de la ville que j’ai découvert une créativité fascinante. J’ai commencé à étudier la manière dont certains groupes d’exclus se servaient de l’art comme expression de leur frustration et comme accès et contribution au débat public. La musique rap et la littérature que l’on pourrait qualifier de marginale ont fait l’objet d’un livre (Exclusion et politique à São Paulo. Les outsiders de la démocratie au Brésil publié chez Karthala en 2006) tandis que d’autres formes d’expression artistique politiques intéressantes étaient reléguées au second plan. Après dix années passées à explorer d’autres sujets, ma fascination pour la culture urbaine a repris le dessus et j’ai entamé une recherche comparative sur le street art et la démocratie.
 
Quelle est la thèse de l’ouvrage ? Quelles en sont les idées principales ?

Tl y a deux arguments principaux dans le livre. D’abord, lorsque les artistes envahissent l’espace public pour exprimer leur rage et pour faire connaître et diffuser leurs revendications ou leurs points de vue, ils contribuent à une prise de conscience du public et demandent des comptes aux autorités. Ils peuvent également interagir avec leurs voisins et contribuer au resserrement de liens communautaires. En conséquence, et tel est mon argument, ils se comportent en citoyens urbains et encouragent une démocratie délibérative de rue et ce, même s’ils violent la loi régulièrement. Ensuite, le street art révèle la manière dont l’espace public est gouverné. Lorsque les autorités locales tentent de contenir, de réguler, et de surveiller – voire de réprimer – les invasions de l’espace public, ils peuvent atteindre leurs objectifs de façon démocratique si au lieu de pénaliser l’activité ils entament un dialogue avec les artistes et tentent d’aboutir à une forme d’entente fondée sur la conception de la ville comme un commun.

Street art by Lapiztola

Copyright: Lapiztola

Comment avez-vous travaillé ? Quelle méthodologie avez-vous adoptée ? Comment avez-vous choisi les lieux que vous avez étudiés et les artistes que vous avez interrogés ?

J’ai conduit 63 entretiens dans cinq villes latino-américaines afin de collecter des données empiriques et réaliser des études de cas approfondis de chacune de ces villes.
J’ai choisi les cinq municipalités dans cet ouvrage en fonction de leur distance par rapport à un idéal-type démocratique qui s’appuie sur deux éléments qui se chevauchent et se nourrissent mutuellement : des artistes citoyens urbains qui renforcent la démocratie depuis la rue et des autorités désireuses de délibérer à propos de l’usage des espaces publics et d’encourager la gouvernance urbaine collaborative. Mon cas « repère » était Bogota (en Colombie), puis il y a eu São Paulo (Brésil), Valparaíso (Chili), Oaxaca (Mexique) et La Havane (Cuba).

Street art in Bogota. Copyright ShutterstuckStreet art in Valparaiso. Copyright Shutterstock

Gauche : Street art à Bogota. Droite :  street art à Valparaiso. Photos copyright: Shutterstock

Existe-t-il une contradiction – chez les street artists – entre le fait d’agir comme un citoyen urbain et le fait de violer la loi régulièrement ?

Le fait de violer la loi est un acte de défiance qui porte un sens politique. La plupart des artistes que j’ai interrogés m’ont expliqué qu’ils avaient un message à transmettre et qu’ils avaient choisi de leur faire en intervenant sur un mur, même s’ils prenaient le risque d’être arrêtés !
Pour moi, les street artists sont des citoyens urbains si/quand ils expriment publiquement des sujets de préoccupation communs. La légalité n’est pas un critère. J’admets volontiers que c’est une posture dont on peut débattre mais je mets délibérément l’accent sur ce qu’on appelle communément l’empowerment, c’est-à-dire dans le cas précis la capacité des groupes défavorisés à accéder au demos. Pour moi, la démocratie délibérative peut bien s’accommoder de quelques expressions illégales.

De quelle façon le street art montre-t-il la manière dont l’espace public est gouverné ? 

Il suffit d’observer les murs des villes pour savoir si les municipalités sont disposées à tolérer ou même à encourager certaines formes de street art ou si au contraire, elles ne le sont pas et se précipitent pour repeindre les murs. En allant un peu plus loin, on observe différents types d’interactions entre les artistes et les autorités. J’ai été particulièrement intéressé par la gouvernance coopérative, lorsque les artistes et les autorités ouvrent un espace de délibération et tentent de trouver un terrain d’entente, se mettent d’accord sur certaines règles inspirées de la conception de la ville comme appartenant à tous.

Street art in Havana. Copryright: Shutterstock

Street art à La Havane. Photo copyright: Shutterstock

Pixação in Sao Paolo

Pixação à Sao Paolo. Photo Olivier Dabène

Quelles surprises ont émaillé cette recherche ?

Je savais à l’avance que les artistes que j’allais rencontrer avaient de nombreuses histoires à me raconter sur le politique mais cette recherche de terrain m’a apporté plus que ce que j’avais espéré. Les artistes de La Havane, bravant les interdits pour intervenir sur les murs du centre-ville par exemple. Je ne m’attendais pas à trouver autant d’artistes s’exprimant publiquement à Cuba.
Reste qu’au-delà des surprises, ce projet m’a offert des rencontres incroyables. J’ai vraiment apprécié ce terrain. Les conversations que j’ai pu avoir avec les artistes étaient fluides et nous parvenions à aller au cœur des choses et de leur besoin de partager des émotions.

Commentaires de quelques œuvres

Dans mon ouvrage, je veux montrer que le street art contribue à la formation de l’opinion et ainsi, à la démocratie délibérative. Les trois exemples commentés ci-dessous illustrent cette proposition.

  • Stencil de Fidel Castro à La Havane, Cuba.

Stencil in Havana

Artiste anonyme

Je suis tombé sur ce pochoir à La Havane (Cuba), montrant le profil de Fidel Castro au-dessus d’une forme arithmétique simple : 90+. Pour certains, le message aura été un rappel de l’âge avancé de leur líder máximo tant aimé, une inquiétude transformée en peine et en nostalgie après sa mort en 2017. D’autres, probablement silencieux, y voyaient un rappel du fait – regrettable – que l’homme avait dirigé le pays pendant si longtemps, et même depuis son lit de malade pendant les dernières années. Qu’il s’agisse d’un hommage ou d’une critique, il n’y a aucun moyen de savoir a priori ce que l’artiste a voulu dire, mais il y a toutes les raisons de penser que tout le monde s’est senti concerné et s’est trouvé conforté dans son opinion.

  • Imaginez San José...

Stencil in San José par Yamil de la Paz Garcia

Copyright: Yamil de la Paz García

A San José (Costa Rica), j’ai pu rencontrer l’artiste Yamil de la Paz García, auteur d’un pochoir disant « Imaginez San José sans barreaux aux fenêtres »

L’injonction de Yamil à imaginer une ville différente sonne comme un défi posé aux habitants habitués à naviguer dans un environnement perçu comme hostile. Yamil n’essaie clairement pas d’imposer sa propre opinion, et c’est là qu’il se comporte en citoyen urbain, il invite ses concitoyens à reconsidérer leurs perceptions de la ville, à participer à des débats publics sur l’insécurité et à se faire leur propre opinion. Dans une certaine mesure, cette invitation à « imaginer » est neutre en ce qu’elle laisse la liberté à l’interprétation : il s’agit soit d’une évocation d’une époque dorée où il y avait une plus grande sociabilité dans les rues et les quartiers ou soit à l’inverse d’un futur cauchemardesque où les habitants seraient incapables de se protéger de la petite criminalité.

  • Le travail de Lapiztola à Oaxaca

Artwork by Lapiztola

Copyright: Lapiztola

IJe suis très admiratif du travail de Lapiztola à Oaxaca (Mexique), un crew composé de deux artistes, Rosario et Roberto.
Cette photographie est très emblématique de leur œuvre, qui comprend toujours plusieurs sens à partir de symboles et d’une attention particulière portée aux détails. Le pochoir représente une enfant indigène chassant un cochon, et sa mère qui l’observe - par nécessité de trouver à manger ? L’œuvre est en fait bien plus complexe que cette première impression. En réalité, la jeune fille essaie de tatouer le cochon, évoquant ainsi une marque de la propriété privée, comme les propriétaires terriens le font avec leur bétail. L’observation des détails nous montre cependant que la fillette elle-même porte des tatouages au bras droit. L’un dit « Union et force », l’autre représente un oiseau accompagné du mot « Libre ». Le porc a également deux tatouages : une aile et une fleur, dénommées avec ironie « Viva la vida » et l’autre représentant l’œil de la Providence. Le cochon porte plusieurs marques de blessures, que l’on pourrait interpréter comme des tentatives de tatouages ratées.
Lors d’une conversation avec Rosario, il a semblé qu’elle n’avait pas toutes les réponses et qu’elle souhaitait que certaines questions restent sans réponse. Ces deux artistes laissent libre court à leur imagination … et laissent les passants réagir.

Propos recueillis et traduits par Miriam Périer.