Le monde en 2030 – Comment le climat va redessiner la carte du monde

Auteur(s) : 

Luc de Barochez, avec la contribution de Carola Klöck

Les actualités
Date: 
07/01/2020

ÉPISODE 2. Le dérèglement climatique et la nécessaire transition énergétique vont bouleverser la donne géopolitique. En partenariat avec Sciences Po Ceri.

L’archipel de Tokelau est exemplaire. Cette nation d’à peine 1 500 habitants, dispersés sur 3 atolls perdus dans l’océan Pacifique, est la première à être devenue entièrement renouvelable. Son énergie, naguère tirée d’hydrocarbures importés à grands frais, est maintenant fournie à 100 % par des panneaux solaires et, dans les périodes nuageuses, par le biofioul dérivé de la noix de coco locale. L’effort consenti par Tokelau n’est qu’une goutte d’eau à l’échelle des émissions mondiales de gaz à effet de serre ; il témoigne néanmoins du défi que celles-ci posent à l’humanité – et surtout du fait qu’il peut être relevé.

Même si les prédictions apocalyptiques sur la destruction de la planète par l’homme sont très exagérées, le changement climatique apporte sa cohorte de problèmes qui modifient déjà, de manière parfois avantageuse mais souvent périlleuse, les grands équilibres géopolitiques. D’une part, la transition énergétique, c’est-à-dire le passage des énergies fossiles aux renouvelables, chambarde la géographie mondiale de l’énergie ; d’autre part, les écosystèmes de la planète sont bouleversés, ce qui a des conséquences pour les humains ; et enfin, certaines ressources utiles contre le réchauffement – par exemple, le cobalt, le lithium ou le nickel pour les batteries des voitures électriques – sont rares et disputées.

Inégalités

À l’aune de la mutation climatique, les pays ne sont pas tous égaux, loin de là. « D’une manière générale, les pays qui émettent le plus de gaz à effet de serre sont les moins touchés par la montée des températures, alors que ceux qui émettent le moins, comme les pays africains ou les pays insulaires, sont les plus affectés », explique la chercheuse Carola Kloeck, professeure assistante au Centre de recherches internationales (CERI) de Sciences Po.

L’injuste distribution géographique des gisements de charbon, de gaz naturel et de pétrole a façonné la géopolitique mondiale depuis le XIXe siècle. Le déclin programmé de leur usage va redessiner la carte politique du monde. Les énergies fossiles représentent aujourd’hui quelque 85 % de la consommation d’énergie. Le déclin du charbon est déjà bien engagé. Celui du pétrole et du gaz, loin de là, mais ce n’est qu’une question de temps.

La consommation d’énergies renouvelables augmente très rapidement, d’environ 15 % chaque année au niveau mondial. Plus cette tendance s’affirmera, plus des régions pétrolifères vont perdre en importance. Des détroits aussi exposés que celui d’Hormuz, dans le golfe Persique, par où transite une large partie du pétrole mondial, retrouveront un statut moins éminent. Des alliances stratégiques comme celle qui lie les États-Unis à l’Arabie saoudite vont se distendre. Des positions d’influence acquises grâce aux hydrocarbures, comme pour la Russie ou le Qatar, vont s’affaiblir.

La fin des hydrocarbures ?

Les pays qui devraient tirer le plus facilement leur épingle du jeu sont ceux qui dépendent le plus des hydrocarbures importés tout en maîtrisant le mieux les technologies des énergies renouvelables. Il s’agit, par exemple, du Japon, de la Chine ou de l’Allemagne, indique un rapport publié en 2019 par la Commission globale sur la géopolitique de la transformation énergétique, qui dépend de l’Agence internationale de l’énergie renouvelable (Irena). La Chine, qui détient à elle seule 26 % des brevets mondiaux d’énergies renouvelables et qui sait gérer le temps long, devrait y trouver un avantage dans son match avec les États-Unis, redevenus ces dernières années un important producteur d’hydrocarbures grâce au pétrole de schiste.

En revanche, des pays à l’économie fragile et dépendant de la rente pétrolière et gazière souffriront le plus du basculement énergétique. Il y a parmi eux l’Angola, la Libye, le Sud-Soudan, le Congo-Brazzaville et, dans une moindre mesure, la Russie, l’Algérie, l’Iran ou l’Arabie saoudite. Leurs économies vont devoir surmonter des difficultés titanesques pour se reconvertir, alors même que le prix du pétrole pourrait encore s’affaiblir dans la décennie qui vient.

Autoritarismes

Le réchauffement climatique peut favoriser la tendance mondiale à un surcroît d’autoritarisme en aiguisant la crainte parmi les populations qu’elles vont devoir subir un chamboulement de leur façon de vivre. « Pour réduire nos émissions, il va falloir modifier nos économies et nos modes de vie, observe Carola Kloeck. La transition énergétique a un coût, même s’il serait encore plus coûteux de ne pas la faire. Par exemple, les populations pauvres, qui émettent le moins de gaz à effet de serre, sont les plus affectées si le prix du carburant monte. Cela crée des tensions sociales qui peuvent être exploitées par les populistes. » On l’a bien vu en France avec le phénomène des Gilets jaunes en 2018.

S’y ajoute la difficulté pour les démocraties d’agir dans la durée, alors que la transition énergétique n’est pas une affaire à brève échéance. « L’échéance de la démocratie, ce sont les prochaines élections dans quatre ou cinq ans, pas le sort du monde dans quatre ou cinq décennies. Il est très facile d’éviter de mettre en place les mesures nécessaires, car elles sont coûteuses et impopulaires. Les gouvernements sont incités à reporter le problème à plus tard », dit la chercheuse du CERI.

La menace la plus immédiate, mais aussi la plus difficile à modéliser, est celle qui est posée par les phénomènes climatiques extrêmes – inondations, ouragans, sécheresses, etc. – qui pourraient se multiplier en raison du réchauffement. Des îles peuvent disparaître en raison de la montée des eaux. Cependant, des atolls comme les Tokelau ou les Maldives sont des écosystèmes dynamiques qui remontent avec l’augmentation du niveau de la mer. Mais la salinité des infiltrations suscite des pénuries en eau potable qui peuvent être dangereuses.

Pays vulnérables

En 2017, quand l’ouragan Irma a frappé la Barbade dans les Caraïbes, les 1 600 habitants de l’île ont dû être évacués en catastrophe vers Antigua. Beaucoup ne sont jamais revenus. De l’autre côté de la planète, Kiribati, un État du Pacifique composé de plusieurs îles très basses, a acheté une île de l’archipel des Fidji, à plus de 2 000 km de là, pour y préparer un refuge, au cas où.

Les pays les plus vulnérables aux phénomènes extrêmes sont ceux qui dépendent le plus de l’agriculture, en particulier lorsqu’ils sont dépourvus de systèmes d’irrigation performants, ainsi que ceux qui sont déjà le théâtre de conflits, et ceux qui ne sont pas ou peu démocratiques. Des recherches menées par les professeurs Joshua Busby, de l’université du Texas à Austin, et Nina von Uexkull, de l’université Uppsala en Suède, montrent que certains pays, pour leur malheur, combinent ces trois facteurs de risque. Plusieurs sont situés en Afrique. Il faut y ajouter le Pakistan, le Yémen et le Myanmar (Birmanie). Les écarts du climat, lorsqu’ils surviennent avec une fréquence désormais accrue, peuvent y avoir des conséquences catastrophiques.

« Le changement climatique contribue aux conflits lorsqu’il existe des situations déjà fragiles, insiste Carola Kloeck. Il peut être un facteur de plus qui mène à l’éruption de conflits. » Il favorise indirectement, de cette façon, l’exode rural et les migrations vers les pays voisins.

La communauté internationale désarmée

Ces secousses vont mettre à rude épreuve la communauté internationale, de manière encore largement imprévisible, à un moment où elle est déjà déstabilisée par la compétition entre les États-Unis et la Chine et la montée des nationalismes autoritaires dans plusieurs parties du monde. Pour l’instant, la réponse mondiale à la transformation climatique n’est pas à la hauteur des enjeux. « On négocie depuis la fin des années 1980, cela fait trente ans maintenant, et pas grand-chose ne s’est passé en termes d’action concrète », relève Carola Kloeck.

La conférence annuelle des Nations unies pour le climat (COP25) qui vient de se tenir à Madrid n’a pas apporté d’avancée importante. L’experte juge néanmoins « très important d’avoir un forum international où tout le monde est à la même table, les grands et petits États, les grandes entreprises, les organisations non gouvernementales et les experts ». Mais le fonctionnement, basé sur le consensus, patine. « Un seul pays peut bloquer la prise de décision et les États-Unis ou l’Arabie saoudite ne se gênent pas pour le faire », note Carola Kloeck.

L’Europe, qui représente moins de 10 % des émissions globales de gaz à effet de serre, pèse relativement peu, même si sa responsabilité historique dans le phénomène est certaine. Mais elle peut donner le bon exemple, et montrer surtout qu’il est possible de réduire les émissions, tout en maintenant le niveau de vie. Comme l’a fait l’archipel de Tokelau.

Pour aller plus loin, le Ceri vous propose une sélection d’articles en ligne.