Cinq victoires électorales de suite font de Rafael Correa l’un des présidents les plus aimés par ses concitoyens dans l’histoire de son pays, l’Equateur. Selon l’enquête Mitofsky, il s’est fait remarquer comme le dirigeant avec le plus fort niveau d’acceptation dans toute l’Amérique latine.

 

  • Sciences PoSciences Po

A un peu plus d'un mois des élections présidentielles à El Salvador (2 février 2014), l'évolution des intentions de vote des salvadoriens montrent la difficulté du dépassement du bipartisme historique, malgré la candidature de l'ex-Président Antonio Saca et la formation d'une coalition de partis politique (Unidad).

Le candidat du FMLN, Salvador Sánchez Cerén est en tête des sondages.

 

La politique latino-américaine vue par ses acteurs et analystes.

 

Visite du Président équatorien Rafael Correa au Campus de Poitiers, novembre 2013.

 

 

 

 Interview de la Présidente costariecienne Laura Chinchilla au Campus de Poitiers, novembre 2013.

 

Votos y resultados: sitios de interés

 

A un an des élections présidentielles prévues en décembre 2014, les Boliviens sont majoritairement indécis. Evo Morales, qui a déjà déclaré sa candidature, est toutefois en tête des intentions de vote.

 

Antoine Maillet, Doctorant Sciences Po - Université catholique du Chili

A une dizaine de jours des élections chiliennes, le suspense s’est déplacé. La question n’est plus de savoir qui va l’emporter, mais si cette victoire aura lieu au premier ou deuxième tour.

Toutes les interviews d'OPALC TV 

Pour visionner la suite de l'interview cliquer sur: l'émergence du Brésil comme puissance mondiale.

Le Brésil connaît en 2014 une année particulièrement riche, avec l'organisation de la coupe du monde de football et les élections générales. En association avec le GRIB, l'OPALC publie des données et des analyses sur les élections.

 

 

A deux mois du premier tour des élections présidentielles (17 novembre), l'enquête d'opininon publique réalisée en juillet-août par le Centre d'Etudes Politiques chilien apporte des enseignements intéressants, que l'OPALC résume à l'aide de quelques indicateurs.

L'enquête confirme notamment la mauvaise image des partis politiques chiliens, ce qui se traduit par un manque d'intérêt pour la campagne et une tentation pour l'abstention élevée:

Retour en haut de page