• Sciences PoSciences Po

Como un líder indígena de Bolivia, sé a lo que la exclusión se parece. Antes de 1952 a mi pueblo no se le permitía ni siquiera entrar en las principales plazas de las ciudades, y casi no había políticos en el Gobierno hasta finales de 1990”.

Latinobarometro 2018

Pour la sixième année consécutive, le Latinobarometro enregistre une baisse des soutiens à la démocratie en Amérique latine. Cette désaffection ne se traduit pas en une préférence pour l'autoritarisme, mais plutôt par une indifférence vis-à-vis du type de régime.

  • Consulter le Latinobarometro 2018 en suivant ce lien.

 

 

Dix ans après le cycle électoral 2005-2006 et le tournant à gauche de l'Amérique latine, que l'OPALC avait analysé dans les livres Les élections contre la démocratie? et La gauche en Amérique latine, le continent connaît une nouvelle poussée de fièvre électorale. Entre 2017 et 2019, seize pays changent de président.

Paris, 15 novembre 2017
Dans le cadre de son partenariat avec la CAF Banque latinoaméricaine de développement, l'OPALC organise le 15 novembre ses IVèmes Rencontres sur le thème "Repenser les relations Europe Amérique latine".
6ème année consécutive de baisse

Le rapport 2017 du Latinobarometro fait état d'une baisse des soutiens à la démocratie en Amérique latine, de 61% en 2010 à 53% en 2017. L'opinion dominante est l'indifférence: 25% des enquêtés, proportion jamais atteinte auparavant. Les écarts entre les pays sont importants: la démocratie est soutenue par 78% des Vénézuéliens, mais seulement 34% des Honduriens.

  • Lire l'ensemble du rapport en suivant ce lien

 

 

Le dernier rapport de Transparence International sur la corruption en Amérique latine montre que dans de nombreux pays, les enquêtés estiment que la corruption est en augmentation. La police est considérée comme l'institution la plus corrompue, suivie de la classe politique. Partout les gouvernements sont tenus pour responsables de cette évolution.

  • Lire l'intégralité du rapport en suivant ce lien

 

L'Amérique latine perd en moyenne 3,5% de croissance chaque année en raison des coûts associés à la violence. Un rapport récent de la BID innove au plan méthodologique pour prendre la mesure du coût global (social, secteur privé, gouvernements) engendré par la violence sous ses différentes formes. Le continent est nettement plus handicapé que d'autres régions du monde. L'Amérique centrale est particuièrement pénalisée.

Dans son Panorama économique et sociale 2016, la CEPAL estime à 175 millions le nombre de pauvres en Amérique latine. Depuis 2012, la pauvreté progresse de nouveau dans le continent, après une décennie de baisse substantielle.

 

La Chine mène depuis une quinzaine d'années une offensive diplomatique en Amérique latine. Ses visées sont économiques, mais aussi politiques.

En 2009 et 2016, la Chine a publié deux livres blancs qui guident leur diplomatie.

 

Selon le rapport de OXFAM "Desterrados: tierra, poder y desigualdad en América latina", la région possède la répartition de terres la plus inégalitaire au monde. Le coefficient de gini atteint 0,91 au Chili. Lorsque OXFAM évalue le poids du 1% des plus grandes exploitations, le Pérou est en tête: elles y contrôlent 77% des terres.

Pour lire le rapport, suivez ce lien.

 

Retour en haut de page