Où en est la politique franco-latine ?

Très peu commentée par les médias, la politique de la France à l’égard de l’Amérique Latine a pourtant été présentée comme un « axe prioritaire » de la diplomatie française pour le quiquennat Hollande.

Mais qu’en est-il réellement ? Cinquante ans après le voyage du Général De Gaulle en Amérique du Sud, au cours duquel il remporta un franc succès du à la fois à l'héritage du prestige français en Amérique Latine et au fait d'avoir "défier" le géant américain, les relations entre la Vème République et le continent latin ne semblent plus vraiment au beau fixe. 

La CEPAL indique dans son dernier Panorama fiscal que l'Amérique latine a réalisé des progrès dans le domaine de la fiscalité progressive, mais les impôts directs et autres transferts n'ont toujours pas une grande capacité à réduire les inégalités de revenus. Les politiques fiscales ont un effet redistributif bien supérieur dans les pays de l'OCDE. 

  • Lire l'intégralité du rapport en suivant ce lien.

Comparée au reste du monde, l'Amérique latine apparaît plutôt bien classée dans le rapport 2014 du projet "Electoral Integrity Project". Trois pays sont classés parmi les meilleurs du monde (Costa Rica, Uruguay et Chili), tandis qu'à l'autre extrême, le Venezuela entre dans la catégorie "basse".

Le classement est établi sur la base d'un indice de perception de l'intégrité des élections (PEI) dans le monde, calculé à partir des réponses de spécialistes des pays concernés. 

Pour la troisième année consécutive, l'Indice de développement démocratique, publié par la Fondation Konrad Adenauer et Polilat, est en régression.

Réalisée par Gustavo Pastor et Gilda Di Carli.

La livraison 2014 du rapport annuel de l'Organisation mondiale pour l'alimentation (FAO) sur la sécurité alimentaire fait preuve de triomphalisme: à un an de l'échéance des objectifs du millénaire de l'ONU, l'Amérique latine a atteint l'objectif 1C qui consistait à réduire de moitié la proportion de sa population souffant de malnutrition. Ce résultat est le produit d'un engagement politique qui ne s'est pas démenti depuis une décennie. 

Le BIT lance une alerte

Dans sa livraison annuelle sur la situation de l'emploi en Amérique latine, le Bureau international du travail lance une alerte: le ralentissement de la croissance a privé le continent d'un million d'emplois supplémentaires potentiels en 2014. Le taux de chômage a continué à baisser, mais à un rythme plus lent. Si les prévisions de croissance molle se confirment, le taux de chômage devrait remonter, de 6,1% en 2014 à 6,5% en 2015. Il affectera en priorité les jeunes.

La CELADE-Division de la population de la CEPAL a présenté un document exceptionnel lors de la première réunion du bureau de la Conférence régionale sur la population et le développement en Amérique latine et dans la Caraïbe, qui s'est tenue les 12-14 novembre 2014 à Santiago. Ce document, intitulé "La nueva era demográfica en América latina y el Caribe. La hora de la igualdad según el reloj poblacional" fait un point très complet sur les évolutions démographiques du continent et leur impact économique. 

Le rapport 2014 de la CEPAL sur l'insertion internationale de l'Amérique latine fait état d'un progrès du commerce inter-régional, surtout si l'on exclut le Mexique, dont le commerce extérieur se réalise à 80% avec les Etats-Unis et le Canada. Les pays d'Amérique latine échangent essentiellement des produits manufacturés. Toutefois, à la différence de l'Asie, ce commerce porte sur des produits finis et non des biens intermédiaires qui pourraient consolider des chaînes de valeur. La CEPAL prone une intégration productive.

Selon la BID, la qualité de la fonction publique en Amérique latine s'améliore. L'écart reste important entre des pays comme le Chili ou le Brésil et ceux qui accusent encore un retard considérable, comme le Honduras ou la Bolivie, mais tous les pays ont réalisé des progrès depuis une dizaine d'années.

Lire l'intégralité du rapport en suivant ce lien.

 

Retour en haut de page