Se faire accompagner

À Sciences Po

Ouverte en 2015, la cellule de veille sur le harcèlement sexuel de Sciences Po se conforme à un modus operandi très strictement défini qui garantit la confidentialité des échanges et la protection de la personne dénonçant des faits subis ou observés.

Pourquoi ?

Les situations résultant d’un agissement sexiste, de harcèlement sexuel ou d’agression sexuelle sont uniques. La cellule est en compétence pour proposer des orientations nécessaires à la personne, qu’elles soient thérapeutique, pédagogique ou juridique.

Qui ?

La cellule est coordonnée par la référente égalité femmes-hommes de Sciences Po.

Les autres membres de la cellule sont : les cliniciens du pôle santé, l’assistante sociale de Sciences Po, la directrice de la scolarité, un responsable pédagogique anglophone, la directrice de l’Ecole d’été de Sciences Po.

L’ensemble des membres est formé aux situations spécifiques résultant d’un agissement sexiste, de harcèlement sexuel ou d’agression sexuelle.

Elle reçoit en français ou en anglais.

Comment ?

Lorsqu’elle est saisie, la cellule propose un entretien confidentiel avec deux membres de la cellule, pour garantir la qualité de l’écoute et de l’accompagnement.

Cet entretien fait l’objet d’un compte rendu qui est validé par la personne et conservé sur un serveur sécurisé.

La cellule de veille n'est pas une instance disciplinaire. Avec l’accord de la personne, elle alerte les instances disciplinaires.

Hors Sciences Po

Plusieurs organismes et associations d’aide existent en dehors de Sciences Po :

Retour en haut de page