Conseils pour vivre cette période sereinement

Conseils pour vivre cette période sereinement

Conseils pour vivre le confinement sereinement ©Nina Puankova / ShutterstockDans les périodes où nous devons toutes et tous adapter nos modes de vie, notre façon de suivre nos études ou de faire face à des moments de stress, il est important de faire attention à ses propres besoins et ressentis. Quelques habitudes simples vous permettront de cultiver votre sérénité : maintenir des liens avec vos proches, créer votre routine, ne pas craindre de vous déconnecter...

Maintenez le lien avec votre entourage

  • Restez en contact avec vos proches ou votre cercle de connaissances (par email, réseaux sociaux, vidéoconférence, téléphone...). Fixez-vous, chaque jour, quelques moments consacrés à ces appels. 
  • Téléphonez aux personnes que vous savez isolées et qui pourraient avoir besoin d'aide. Aidez les autres lorsqu’ils ont besoin de vous est bénéfique. 

Créez votre routine

N’hésitez pas à créer une routine, faite d’habitudes régulières mais aussi de moments de célébration. Parmi les habitudes importantes :

  • Limitez le temps passé au lit, et si votre espace de vie le permet, tâchez d’aménager un espace dédié au travail. 
  • Habillez-vous le matin comme si vous aviez rendez-vous à l’extérieur. 
  • Préparez des repas complets à heure fixe. 
  • Maintenez une activité physique à domicile, éventuellement grâce aux activités proposées par les associations étudiantes 
  • Séparez les moments de travail des moments de loisir (si nécessaire en vous fixant des horaires) et faites régulièrement de courtes pauses : ouvrez les fenêtres, étirez-vous, regardez aussi loin que vous le pouvez (cela entretient la vue). 
  • Si vous travaillez en réseau avec d’autres personnes, saluez-les quand vous vous connectez et signalez-leur quand vous arrêtez de travailler -- de la même façon que vous diriez “bonjour” ou “au revoir” !
  • Préservez, au moins une fois par semaine, une demi-journée complète de repos
  • Utilisez un agenda, des post-its, ou tout autre outil qui vous permet de visualiser vos activités dans le temps, et réservez des créneaux dans votre agenda pour avancer sur les tâches de fond qui demandent plus de temps.

Et n’oubliez pas de prévoir, dans cet agenda, des temps de “célébration” ! Un repas élaboré, un rendez-vous téléphonique, un temps de méditation… 

Déconnectez régulièrement 

  • Un flot continu d’information crée de l’anxiété chez n’importe quelle personne : informez-vous en vous fixant des moments précis dans la journée (par exemple une heure le matin et une heure le soir, ou lorsque les autorités de santé font des annonces importantes), et minimisez le temps passé à regarder, lire ou écouter les informations qui vous font vous sentir anxieux ou stressé. 
  • Efforcez-vous de limiter le temps passé sur les écrans, quitte à mettre en place certaines pratiques d’auto-contrôle : suppression des notifications, suivi du temps passé sur chaque écran, etc. 
  • Prenez vos informations auprès de sources fiables, dans le but de vous organiser, vous protéger et protéger vos proches. Privilégiez les canaux officiels et méfiez-vous des rumeurs et de la désinformation qui circulent fréquemment par courriel ou sur des messageries comme Whatsapp. Ces deux liens pourront vous aider dans cette démarche : 

Si vous êtes en situation d’isolement

Si vous êtes en situation d’isolement, signalez-vous aux services en charge de la vie étudiante à l’aide de ce formulaire. N’hésitez pas à le faire : nous sommes là pour vous. 

Si vous avez des enfants à charge

  • Pendant cette période de exceptionnelle où les habitudes semblent rompues, les enfants peuvent ressentir du stress, et l’exprimer de différentes façons : en étant plus « collants », anxieux, fuyants, colériques, agités, ou en faisant de nouveau pipi au lit par exemple. Ils observent aussi les émotions, les comportements et les réactions des adultes, à la recherche d’indices pour gérer leurs propres difficultés émotionnelles dans ce temps de crise.
  • Essayez de répondre de façon bienveillante à ces variations de comportement. Écoutez leurs inquiétudes, qui sont propres à leur âge, et témoignez-leur plus d’affection et d’attention que d’habitude. Aidez-les à trouver des moyens constructifs pour exprimer leurs émotions, et participez avec eux à des activités créatives (jeux, dessin…) qui facilitent bien souvent le partage des émotions. S’ils vous posent des questions, parlez du COVID-19 avec vos enfants en étant sincère, honnête et en utilisant un vocabulaire approprié pour leur âge.

Si vous avez une situation de santé particulière

  • Si vous avez des troubles cognitifs, il est possible que vous ressentiez plus d’anxiété, de stress ou d’agitation que d’habitude, ou que vous développiez des comportements de retrait. Appuyez-vous sur votre famille et sur vos proches (s’ils sont à même de vous apporter un soutien pratique et affectif), ou contactez un service spécialisé.
  • Si vous avez une maladie chronique, assurez-vous d’avoir une réserve de médicaments pour 15 jours. En cas de besoin, n’hésitez pas à prendre contact avec des personnes de votre entourage ou le Pôle santé.
  • Si vous êtes une personne à risque, ou que vous vous sentez anxieux, anticipez en préparant une liste « en cas de besoin » avec les numéros des services de santé, de livraison de nourriture, et de proches qui pourraient vous aider.

En savoir plus

Retour en haut de page