NOUS SOUTENIR
NOUS SOUTENIR
28 mai 2020

La Chaire Femmes étudie les effets du confinement

©Zivica Kerkez/shutterstock.com

Le confinement a-t-il favorisé une plus grande égalité femmes-hommes, ou au contraire un retour vers une spécialisation accrue dans la répartition des tâches domestiques ? La Chaire pour l’entrepreneuriat des femmes de Sciences Po a lancé, en coopération avec Ipsos, une enquête pour estimer l’impact du confinement sur la répartition des tâches domestiques au sein des ménages

Les premiers résultats de l’enquête montrent que l’impact du confinement sur la répartition des tâches dans les couples hétérosexuels dépend très largement des circonstances du confinement : effets de celui-ci sur l’activité professionnelle, présence d’enfants à charge, contraintes de temps pesant sur les différents membres du couple. 

Globalement, les femmes ont été plus durement touchées par l’inactivité professionnelle pendant le confinement : 36% d’entre elles se sont retrouvées sans activité professionnelle, contre 28% des hommes. Les hommes ont été plus nombreux à continuer à travailler à l’extérieur du domicile (36% d’entre eux, contre 23% des femmes).

Pour autant, 30% des femmes ont perçu une amélioration de la division des tâches durant le confinement, alors que 21% ont constaté une détérioration – les 49% restantes ne déclarant aucun changement. Les femmes sont également plus nombreuses que les hommes à avoir ressenti une hausse de leur satisfaction générale pendant le confinement (24% d’entre elles, contre 19% des hommes).

> Lire l’interview d’Anne Boring, directrice de la Chaire pour l’entrepreneuriat des femmes

> Découvrir les premiers résultats de l’enquête Ipsos

La Chaire pour l’entrepreneuriat des femmes est soutenue par Axa, la Fondation Chanel, Goldman Sachs et la Pepsico Foundation. Pour rejoindre le club des partenaires de la chaire, n’hésitez pas à nous contacter.

> Visiter le site de la Chaire pour l’entrepreneuriat des femmes

> Découvrir le numéro de Cogito consacré à l’égalité des sexes