LIEPP IN THE MEDIA - JANUARY 2023

  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Socio-fiscal policies research group

Evaluation of democracy research group

Educational policies research group

Health policies research group

Tags :

LIEPP Newsletter - january 2023

  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

 To access the latest news from LIEPP, read the Newsletter.  

Tags :

Ten Principles For Policymaking In The Energy Transition

Environmental Policies Research Group roundtable. 03/02. 12:30pm - 2pm
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

LIEPP's Environmental Policies Research Group is pleased to convene the Round table:  

Ten Principles for Policymaking in the Energy Transition. EEIST’s 2022 Report launch event in France. 

Paris, February 3rd, 2023, 12.30-2 pm CET 

Venue: Sciences Po, 9 rue de la chaise, Room 910

Registration link

Presentation : 

The most outstanding successes so far in low carbon transitions in China, India, Brazil and Europe were achieved by policies implemented despite, not because of, dominant economic analysis and advice. That was the striking finding of the EEIST (Economics of Energy Innovation and System Transition) project’s report released at COP26. Now, a new report  from the same group has been launched in Fall 2022, outlining ten principles for successful policymaking on low-carbon transitions. Based on detailed empirical evidence, these overturn conventional wisdom and suggest a new way forward to help countries accelerate innovation, job creation, and cost reduction in the shift from fossil fuels to clean technologies. The report highlights the need for governments to proactively use the three levers of policy: investment, tax and regulation, to accelerate innovation and cost reduction in clean technologies and to target ‘tipping points’, where clean technologies gain an advantage over fossil fuels, to achieve our climate goals. 

LIEPP’s environmental research group is pleased to welcome Pr. Cristina Peñasco, one of the leading authors of the report. She will present the report and its main findings, followed by a round table discussion of the report by leading experts in the field.

The report is available here: EEIST website  

The EEIST is a University of Exeter led project, funded by the Department of Business, Energy and Industrial Strategy of the UK Government and by the CIFF foundation.

Keynote : 

Pr. Cristina Peñasco (Cambridge University & Bennett Institute) 

Panel discussion :

Nicolas Berghmans, IDDRI, Lead European Affairs, Energy and Climate expert

Aurore Colin, I4CE, Cheffe de projet Territoires et climat

Romain Svartzman, Banque de France, Climate Change Centre (CCC)

The round table will be chaired by Charlotte Halpern (Sciences Po, CEE and LIEPP), co-director of LIEPP's environmental policies research group.

Contact : environnement.liepp@sciencespo.fr

LIEPP IN THE MEDIA - DECEMBER 2022

  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Discriminations and Category-Based policies research group

L'exécutif toujours déterminé à repousser l'âge légal de départ à la retraite, émission de France Culture avec Virginie Guiraudon du 08/12/2022

L’Europe face aux flux migratoires, émission de France Culture avec Virginie Guiraudon du 19/11/2022

Les violences sexistes après #MeToo, recension de l'ouvrage de Catherine Cavalin publié par Actualitté le 17/11/2022

Il faut trouver une nouvelle articulation entre le marché, la famille et l'État social, entretien avec Helene Perivier publié par Eigensinn le 17/11/2022

Evaluation of Democracy research group 

Citizen assemblies and the challenges of democratic equality, article d'Annabelle Lever publié par The Conversation le 05/12/2022

Hanouna ou les dangers du télé-populisme, article citant les propos de Julia Cagé publié par L'OBS le 23/11/2022

Les empires médiatiques comme celui de Bolloré dévorent notre démocratie, article citant les propos de Julia Cagé publié par Le Monde le 16/11/2022

Socio-fiscal policies research group

Carte bancaire : l’argent n’a pas de matière, émission de France Culture avec Jeanne Lazarus du 12/12/2022

Précarité étudiante : entre étudier ou manger il faut parfois choisir, émission de France Inter avec Tom Chevalier du 12/12/2022

Il n’y a pas besoin de faire une réforme purement budgétaire des retraites, article de Bruno Palier publié par Alternatives Economiques le 10/12/2022

Retraites, vers un âge légal de départ à 65 ans ?, émission de BFMTV avec Michael Zemmour du 05/12/2022

Cinq pistes pour combler le déficit des retraites sans se fatiguer, tribune de Michael Zemmour publiée par Alternatives Economiques le 05/12/2022

Les femmes se sentent moins légitimes à disposer de leur argent, entretien avec Jeanne Lazarus publié par Causette le 18/11/2022

La hausse inéluctable des taxes foncières, chronique d'Etienne Wasmer publiée par Les Echos le 17/11/2022

La valeur du foncier, recension de l'ouvrage d'Etienne Wasmer et Alain Trannoy publiée par Idées le 16/11/2022

Pourquoi augmenter la taxe foncière ?, émission de France Culture avec Etienne Wasmer du 15/11/2022

Educational policies research group 

Qui peut encore acheter près d’un « bon » collège ?, article sur les recherches de Marco Oberti et Quentin Ramond publié par Le Café Pédagogique le 15/12/2022

Ecole : qui a peur de la mixité sociale ?, émission de France Culture avec Marco Oberti du 12/12/2022

«Travailler les compétences de lecture à la maison favorise l’apprentissage à l’école », entretien avec Anne-Claudine Oller publié par LaCroix le 01/12/2022

Les politiques jeunesse sources d’une « citoyenneté économique refusée » ?, article citant les propos de Tom Chevalier publié par Le Courrier des Maires le 01/12/2022

L’État paternaliste, recension de l'ouvrage de Coralie Chevallier publiée par Idées le 28/11/2022

Les méthodes en psychologie, recension de l'ouvrage de Grégoire Borst et Arnaud Cachia publiée par Actualitté le 16/11/2022

Tags :

LIEPP Newsletter- December 2022

  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

To access the latest news from LIEPP, read the Newsletter.

Tags :

5th Workshop Economics & Politics

Evaluation of democracy workshop, organized with Lille University. December 12 & 13
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

LIEPP's Evaluation of democracy research group, Lille University and the department of applied economics of the Université libre de Bruxelles are pleased to convene this workshop : 

5th Workshop Economics & Politics 

Lille University, December 12th and 13th. 

PROGRAMME : 

Monday 12

9.30 – 10.00 Welcome coffee

10.00 – 12.00 Session 1: Election

Chairman: Q. David (Lille University)
L.Coufalová (Masaryk University), The Grass Is Not Greener on the Other Side: The Role of Attention in Voting Behaviour. Disc: C.Le Pennec and J.Navarro

M.Fonseca (Nova SBE), The Electoral Impact of a Large Return Migration Shock in a Nascent Democracy. Disc: L.Coufalová and Q.David

G.Sandri (Université catholique de Lille), Did Perceptions of Governmental Action Against Covid-19 Affect Voting Choices in the 2022 French Presidential Election ? Disc: M.Fonseca and A.François

C.Le Pennec (HEC Montréal), Keep your Enemies Closer: Strategic Candidate Adjustments in U.S. and French Elections. Disc: G.Sandri and P-G.Méon

12:00 – 14:00: Lunch

14.00 – 16.00 Session 2: Conflict

Chairman: E. Grossman (Sciences PO)

N.Zakharov (University of Freiburg), Who Goes to (Proxy) War? The Long Shadow of the USSR Collapse and Volunteer Russian Fighters in Donbas. Disc: S.Varaine and S.Panel

L.Chauvet (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), D-Day in the long-run: Economic recovery after the Battle of Normandy? Disc: N.Zakharov and N.Lagios

A.Pietri (University of Montpellier (CEE-M)), Testing evolutionary game theory in the lab: The case of a Tullock contest. Disc: L.Chauvet and A.Chatelain

S.Varaine (Pacte - Sciences Po Grenoble), Dying to die. New micro and macro evidence that suicide terrorists are suicidal. Disc: A.Pietri and Q.David

16.00 – 16.30 Coffee Break

16.30 – 18.00 Session 3: Norms and gender

Chairman: A. François (Lille University)

E.Borisova (Université de Lille), Agricultural ancestry and gender roles. Disc: P.Schafer and J.Lacroix

J.Haddad (Université libre de Bruxelles), Settlers and Norms. Disc: E.Borisova and J.Beuve

P.Schafer (University of Fribourg), Yes, we can! Political context and female political participation after their enfranchisement. Disc: J.Haddad and V.Westergren

19.30 – ... : Social Dinner 

Tuesday 13

8.00 – 8.30 Welcome coffee

8.30 – 10.00 Session 4: Protest and political crisis

Chairman: S. Panel (Sciences PO Grenoble)

B.Monnery (EconomiX), Participatory democracy in step with social protest? Evidence from the Yellow Vests movement. Disc: C.Varriale and F.Briatte

M.Dorsch (Central European University), From the street to the ballot box: BLM protests and voting in federal elections. Disc: B.Monnery and I.Tojerow

C.Varriale (Bocconi University), The effectiveness of leaders’ public communication during crises. Disc: M.Dorsch and E.Grossman

10.00 – 10.30 Coffee Break

10.30 – 12.30 Session 5: Public opinion and action

Chairman: I. Tojerow (ULB)

Y.Elkhateeb (Paris 1 Panthéon-Sorbonne University), (Mis-)information technology: Internet use and perception of democracy in Africa. Disc: M.Guillot and E.Grossman

J.Fidrmuc (Université de Lille), Who Believes in Conspiracy Theories, and Why? Disc: T.Bastin and I.Tojerow

T.Schnatterer (Sciences Po Bordeaux), What governments want to know about citizens’ preferences: the agenda of government polls in Germany (2013-2020). Disc: J.Fidrmuc and V.Westergren

M.Guillot (Université de Liège), Is Charitable Giving Political? Evidence from Wealth and Income Tax Returns. Disc: T.Schnatterer and A.François

12.30 – 14.00 Lunch

14.00 – 15.30 Session 6: Politics of identity and culture
Chairman: P-G. Méon (ULB)

M.Laméris (University of Groningen), National identification and voting behaviour. Disc: V.Pons and N.Lagios

O.Hammar (Research Institute of Industrial Economics (IFN)), The Cultural Assimilation of Individualism and Preferences for Redistribution. Disc: M.Laméris and S.Panel

V.Pons (Harvard University), How Neighborhoods Shape Political Identity and Behavior: Evidence from Young Movers. Disc: O.Hammar and J.de Wit

This workshop was convened with the support of La Région Hauts-de-France. 

Le Laboratoire d'Économie de Dauphine – PSL recrute

Deux assistant(e)s de recherche
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

 

Le Laboratoire d'Économie de Dauphine – PSL recrute deux assistant(e)s de recherche pour participer à une étude visant à réduire les inégalités sociales à l’école

Rémunération : Stage (gratification légale 3,90€ / heure) si étudiant(e) ou CDD si diplômé(e) (1800-2100€ brut / mois selon qualification)

Durée : d’avril 2023 à juin ou juillet 2023 (selon les préférences) à temps plein

Lieu : Université Paris Dauphine (déplacements éventuels dans l'académie de Versailles : Yvelines, Essonne, Hauts-deSeine, Val d'Oise et dans Paris)

Date limite de candidature : 30 janvier 2023 (les candidatures seront étudiées au fur et à mesure)

Contexte : Le Laboratoire d'Économie de Dauphine – PSL recrute deux assistant(e)s de recherche dans le cadre du projet de recherche 123CP visant à réduire les inégalités sociales à l’école en favorisant l’implication des parents dans l’accompagnement scolaire de leurs enfants. Soutenir la parentalité des familles d’origine défavorisée est crucial pour lutter contre les difficultés scolaires et transformer en profondeur la réussite à l'école primaire.

Le projet 123CP est mené par une équipe pluridisciplinaire alliant l’économie, la psychologie et la sociologie. L’équipe comprend cinq chercheurs : Elise Huillery (Dauphine), Carlo Barone (Sciences Po), Nina Guyon (ENS), Mélanie Maximino (Université Paris Cité), et Grégoire Borst (Université Paris Cité), ainsi qu’une cheffe de projet Louise Thibau (Dauphine).

L’équipe de recherche a développé un programme d’accompagnement des parents qui est mis en place dans certaines classes durant l’année scolaire 2022-2023, avec un protocole d’évaluation scientifique permettant de mesurer les effets du programme sur l’implication des parents et la réussite scolaire des enfants.

Profil :

  • Etudiant(e) ou diplômé(e) de Master 2
  • Excellente maitrise du français à l’oral comme à l’écrit
  • Excellentes capacités d’organisation et de communication, goût pour le travail en équipe • Connaissance du système éducatif français ainsi qu’un intérêt pour l’éducation
  • Une familiarité avec le logiciel Stata et la manipulation de bases de données serait un plus
  • Une connaissance des méthodes d’évaluation en économétrie serait un plus

Missions :

Les assistant(e)s de recherche, placé(e)s sous la responsabilité de la cheffe de projet, participeront aux tâches suivantes :

1. Organisation de l’enquête :

  • Préparation des questionnaires, du matériel d’enquête et des outils de suivi de la collecte de données • Supervision de la communication avec les établissements scolaires et enseignants pour fixer le calendrier des visites 
  • Formation et supervision d’une équipe d’enquêteurs

2. Participation à l’enquête :

  • Appui ponctuel à la collecte de données en allant parfois dans les écoles primaires
  • Suivi du bon déroulement de la collecte (vérification de la qualité des données collectées et suivi de l’attrition)

 3. Traitement des données issues de l’enquête :

  • Appariement et premier nettoyage des données sur STATA 
  • Premières analyses des données 

À la fin du contrat, le(la) assistant(e) de recherche sera familiarisé(e) avec les outils de l’évaluation quantitative de politiques publiques, la gestion de projet et plus particulièrement avec les impératifs liés à l’organisation d’enquêtes en milieu scolaire. 

Pour candidater:

Merci d’envoyer vos candidatures (lettre de motivation et CV) par mail à l’adresse suivante : projet123cp@gmail.com en y précisant vos disponibilités, si vous êtes étudiant(e) (stage) ou diplômé(e) d’un M2 (CDD) et en indiquant en objet « Recrutement – Assistant(e) de Recherche 123 CP 2023»

Fiche de poste en PDF

Seminars of the Environmental policies research group

  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

The environmental policies research group organizes seminars open to all, presenting research work on various topics related to its research themes.

Upcoming sessions : 

Past sessions : 

2022

  • 23/09/2022 : Planetary health, protecting nature to protect ourselves : a discussion with Samuel Myers. Programme 
  • 15/09/2022 : Politiques climatiques et énergétiques du "Plan Vert" européen. Programme 
  • 8/09/2022 : Governing Nutrient Pollution Beyond Farmers. Programme 
  • 6/04/2022 : The politics and policy of the allocation of development finance for renewable energy projects. Programme 
  • 15/03/2022 : 3ème workshop climat urbain. Programme 
  • 7/03/2022 : Évaluation économique de la Stratégie Nationale Bas Carbone en Tunisie (AIRE). Programme

Cycle of seminars : Methods and approaches in evaluation (METHEVAL)

  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

 

 

Presentation of the seminar cycle 

The series of seminars "Methods and Approaches in Evaluation" (METHEVAL) aims to deepen the reflection on methods and approaches in public policy evaluation from an interdisciplinary point of view open to the diversity of perspectives. The aim is both to encourage exchanges between researchers using different types of methods, to strengthen collective evaluation skills by gradually building up a commun corpus of references, and to clarify the LIEPP's position with regard to the most recent debates in the international field of evaluation. 

Cross-cutting to the different thematic areas of LIEPP (educational policies, discrimination and category policies, socio-fiscal policies, evaluation of democracy, environmental policies, health policies), this reflection on evaluation methods and approaches provides a forum for exchqnge and for the development of a common evaluation culture. 

On the basis of presentations by internal and external speakers from diverse disciplines (economics, sociology political science, education, health, etc.), the cycle will take into account, over the course of the sessions, the plurality of methods currently used in evaluation (e.g. impact studies, econometric methods, qualitative or mixed methods, analysis of implementation, literature reviews, etc.) in a variety of fields and national contexts. 

Who is the cycle aimed at ?

Beyond the deepening of different methodological techniques, this seminar aims to open a reflection on the epistemological and ethical stakes of evaluation, but also on its uses and its impact on society and public action. It is also intended to be a place for exchange between academic and non-academic (administrative, associative, consultants, etc.) actors in evaluation. 

What is its purpose ?

The cycle of seminars and its digital traces, freely accessible, are also intended to function as a resource for other academic, administrative, professional and associative actors involved in public policy evaluation processes. A collective publication project in the form of a book could be based on this seminar, with the discussion of the presentations enabling progress to be made in this editorial project. 

 

Program

Nota bene : seminars are always held on Thursdays from 5:00 pm to 6:00 pm (unless another schedule is specified) 

UPCOMING SESSIONS :

  • February 16th : Le développement des capacités en évaluation : l'expérience de l'ENAP

Speakers :

Bonnes pratiques en accompagnement organisationnel en évaluation 
Aref Ben Abdallah (Ecole nationale d'administration publique, Canada)

L’Évaluation de programme au Québec
Annie d’Amours (Ecole nationale d'administration publique, Canada) 

Mandatory Registration

PAST SESSIONS :

2023

  • January 12th : Qualitative Comparative Analysis as an evaluation tool: Potential and challenges
    Speaker: Valerie Pattyn (Institute of Public Administration of Leiden University).

2022

  • December 8th :  Les approches d'évaluation basées sur la théorie. Speacker: Agathe Devaux-Spatarakis (Quadrant Conseil).
  • November 10th:  Too “Full Of Gender”. How Activists Conceptualize The Promises And Pitfalls Of Gender-Neutral Identity Documents.

Speakers : Abigail Saguy (UCLA Department of Sociology, UCLA Department of Gender Studies)

  • October 6thKnowledge brokering (title to be announced), co-organized with IRD
    Speakers : Valéry Ridde (Université de Paris and IRD)
  • June 9th: Les méthodes mixtes en science politique et en sociologie : objectifs, stratégie, fabrique

Speakers: Thomas Aguilera (CEE, Sciences Po Rennes), Tom Chevalier (CEE, LIEPP, Sciences Po Rennes) Clément Pin (LIEPP) et Carlo Barone (OSC, LIEPP). Summary of the session. Video 

  • May 9th: Experimental Evaluation Design for Program Improvement 

Speaker: Laura Peck (Principal Scientist, Abt Associates, Social & Economic Policy Division). Summary of the session. Video

  • April 7thUnderstanding Realist Methodology and the Context-Mechanism-Outcome Configuration

Speaker: Justin Jagosh (Center for Advancement in Realist Evaluation and Synthesis - CARES). Summary of the session. Video

  • March 10thÉvaluation économique des produits de santé et exemples des agences HTA (Haute Autorité de Santé)

Speaker: Salah Ghabri (Haute Autorité de Santé). Summary of the session

  • February 17th: Evaluative Criteria: A Model to Strengthen Criteria Specification in Practice 

Speaker : Rebecca Teasdale (University of Illinois Chicago). Summary of the session. Video

  • January 13thL'évaluation au-delà des méthodes et des codes : une sagesse pratique 

Speaker: Marthe Hurteau (UQÀM). Summary of the session. Video

2021 

  • December 9th: Introduction aux méthodes expérimentales pour l'étude du comportement humain

Speaker: Lou Safra (CEVIPOF, LIEPP). Summary of the session. Video

Speaker: Nicolas Jacquemet (Université Paris 1, PSE). Summary of the session. Video

  • September 23rd: Les analyses coûts-bénéfices

Speaker: Clément Carbonnier (Université Paris 8, LIEPP). Summary of the session. PPT presentation

  • May 6th: Evaluer les initiatives de transition avec l'analyse de contribution

Speakers: Thomas Delahais et Adrien Flichy, Quadrant Conseil. Summary of the session 

  • April 15th: What is evaluation and how does it differ from research? (session in English) 

Speaker: Dana Linnell Wanzer, University of Wisconsin-Stout (USA). Summary of the session. Video   

  • March 25th: Évaluer les innovations publiques : enjeux, concepts et perspectives 

Speaker: Mathias Béjean, Université Paris Est Créteil. Session organized in partnership with the Chaire innovation publiqueSummary of the session. Video 

  • March 4th: Les principes généraux de revues systématiques : la démarche Cochrane 

Speaker: Isabelle Boutron, Université Paris Descartes, Centre de Recherches en Epidémiologie et Statistiques. Session co-organized with the Institut Santé Publique Paris (Paris Public Health). Summary of the session 

  • February 11th: Évaluation des politiques publiques et indépendance. Le cas des expérimentations aléatoires

Speaker: Jules Simha, CERLIS, Université de Paris. Summary of the session 

  • January 21st : Benchmark des politiques évaluatives 

Speakers : Adam Baïz and Vincent Aussilloux (France Stratégie). Summary of the sessionPresentation (pdf). Reading

  • January 7th : Les revues de littéraures mixtes 

Speaker: Quan Nha Hong McGill (Canada). Summary of the session. Reading

2020

  • December 10th: The craft of interviewing (individuals and groups) in realist evaluation 

Speaker: Dr. Ana Manzano, Associate Professor in Public Policy, School of Sociology & Social Policy (University of Leeds). Summary of the session. Reading. Video

  • November 26th : De l’usage des cadres et théories pour l’évaluation des interventions

Speaker: Valéry Ridde, Directeur de recherche au CEPED (Université de Paris/IRD). Summary of the session. Reading. Video

  • November 5th : Les enjeux d'imputation causale : focus sur quelques méthodes quantitatives

Speaker: Denis Fougère, OSC et LIEPP de Sciences Po. Summary of the session. Reading. Video

  • October 8th : Un aperçu international sur l’évaluation des politiques publiques. 

Speaker: Stephane Jacobzone (OCDE). Summary of the session. Reading 

  • September 24th : L’apport des méthodes mixtes pour l’évaluation d’un programme par expérimentation randomisée. 

Speaker: Clément Pin, chercheur postdoctoral au LIEPP, et Carlo Barone, professeur de sociologie à Sciences Po (OSC-LIEPP). Summary of the session. Video

  • September 10th : Cartographie de quelques méthodes de revues systématiques utilisées en sciences sociales et de la santé. 

Speaker: Loubna Belaid, chercheure associée à CIET Trust et au groupe de recherche participative au département de médecine de famille, Université McGill, Montréal, Canada. Summary of the session. Reading

Evaluation de l'impact thermique des cours d'école OASIS

Entretien avec Martin Hendel, chercheur affilié au LIEPP
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Droits réservés.Le projet européen OASIS (Ouverture, Adaptation, Sensibilisation, Innovation, Solidarité), porté par la Ville de Paris, vise à transformer des espaces urbains pour les adapter au changement climatique avec deux objectifs stratégiques majeurs : réduire les risques sanitaires liés aux vagues de chaleur et favoriser la cohésion sociale à l’échelle du voisinage.

Martin Hendel, co-directeur de l’axe politiques environnementales du LIEPP, a pris part au projet OASIS en tant que membre du Laboratoire interdisciplinaire des énergies de demain (LIED, Université Paris Cité) afin d’évaluer l’impact climatique et thermique des cours d’école OASIS. Pour en savoir plus sur l’impact social du projet, lire l’entretien de Carlo Barone (CRIS et co-directeur de l’axe politiques éducatives du LIEPP).

Pouvez-vous nous expliquer brièvement en quoi a consisté l’évaluation des impacts climatiques des cours d’école OASIS et comment vous y avez procédé ?

Mon équipe au LIED a été chargée d’évaluer l’impact microclimatique des transformations opérées dans les 10 cours d’écoles pilotes du projet FEDER UIA OASIS. L’objectif est de quantifier l’impact de ces travaux sur le niveau de stress ou de confort thermique ressenti par un piéton grâce à des mesures fixes et mobiles réalisées dans les cours avant et après transformations. Ce stress thermique quantifie les paramètres environnementaux qui impactent le bilan thermique d’un piéton en prenant compte, en plus de la température de l’air, l’humidité de l’air, la vitesse du vent et des échanges radiatifs comme l’ensoleillement direct ou le rayonnement thermique des surfaces chaudes. Il s’agit d’un paramètre pertinent du point de vue du vécu des personnes et en termes d’impact sanitaire de la chaleur.

Les mesures sont effectuées par des stations météos fixes fonctionnant en continu par paires: une station d’étude placée dans la cour, une autre servant de témoin située dans l’espace public à proximité. Ces dernières ont fonctionné en continu avant et après travaux afin de capter la variabilité statistique des conditions microclimatiques en vue d’obtenir une évaluation la plus robuste possible du rafraîchissement créé par les transformations. Ces stations météos fixes sont complétées par des mesures mobiles mobilisées pour relever les conditions microclimatiques et leur variabilité spatiale en plusieurs points de la cour lors de campagnes ponctuelles.

En complément de ces mesures, nous avons réalisé des analyses cartographiques du potentiel de rafraîchissement visant à hiérarchiser les cours d’écoles parisiennes dans leur globalité puis à identifier les “points chauds” de chaque cour pilote.Ces cartographies sont confrontées aux mesures pour valider l’approche géomatique mise au point et l’améliorer le cas échéant. Enfin, des études expérimentales en laboratoire sur les anciens et nouveaux revêtements ont complété ces analyses pour caractériser leur comportement thermique lors de vague de chaleur.

Quelles ont été les principaux défis/ les principales surprises rencontrées sur le terrain lors de l’évaluation ?

Le projet relève d’une recherche-action, il combine ainsi les avantages et les inconvénients des deux mondes. Du côté des avantages, il permet par exemple de créer des impacts bénéfiques pour les usagers tout en faisant avancer la connaissance scientifique du domaine. Du côté des inconvénients, du point du vue du physicien, les conditions expérimentales ont été fortement contraintes par les conditions opérationnelles. Par exemple, les stations météos ne sont souvent pas situées à l’emplacement idéal du point de vue du rafraîchissement attendu par les travaux, mais plutôt à des endroits où elles ne gênent pas trop l’utilisation de la cour. Ce type d’arbitrage, bien que parfaitement justifié, génère des défis méthodologiques suites aux adaptations rendues nécessaires. La richesse des approches déployées facilite ce type d’improvisations et approches non anticipées en amont du projet.

Au-delà de ce type de défi, nos travaux avaient dès le départ une visée méthodologique, notamment pour identifier jusqu’où il est possible de caractériser de façon fiablement les effets rafraîchissants de travaux de ce type à partir de mesures mobiles réalisées lors de campagnes de mesure occasionnelles. Jusqu’à présent, nous déployions des mesures fixes, continues dans le temps et à même de capter la variabilité statistique des conditions météorologiques rencontrées lors de vagues de chaleur. Cela nécessite des moyens et un temps d’évaluation long et qui anticipe le phasage du projet suffisamment tôt pour permettre la réalisation de mesures avant travaux. Ces contraintes méthodologiques sont difficiles à concilier avec la temporalité des projets.

Suite à votre observation sur le terrain, quels résultats attendez-vous dans les cours d’école transformées ?

Le stress thermique est un indicateur très variable dans l’espace : il vous suffit de traverser la rue du côté ensoleillé vers le côté ombragé pour que le stress thermique chute d’une dizaine de degrés en température équivalente ou ressentie. On sait également que c’est l’ombrage qui est le plus efficace pour améliorer le stress thermique, les matériaux au sol ayant un impact plus limité.

Dans les cours étudiées, on s’attend à observer des variations de stress thermique qui dépendront de la conception précise des nouvelles cours, fonction par exemple de la position des nouveaux arbres, de la disposition des matériaux au sol, de l’ensoleillement de la cour… L’évaluation au cours de l’été 2021 est réalisée alors que les végétaux ont à peine été plantés (cf. photos).
On s’attend également à des surprises : c’est tout l’intérêt de la recherche !

Cours des écoles élémentaire (gauche) et maternelle (droite) Emeriau (Paris 15e), février 2021. Photo: Martin Hendel.Cours des écoles élémentaire (gauche) et maternelle (droite) Emeriau (Paris 15e), février 2021.
Photo: Martin Hendel.

Droits réservés.

Cours des écoles élémentaire (gauche) et maternelle (droite) Emeriau (Paris 15e), septembre 2022.
Photo: Martin Hendel.

Call for applications for postdoctoral fellowships at LIEPP

  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

 

Position Definition: Post-doctoral fellowship
Location: the postdoctoral researcher will be based at LIEPP, Sciences Po in Paris, France
Type of contract: Temporary contract 
Contract duration: 12 months 
Expected start date: between April 1st, 2023, and June 1st, 2023
Work time: full-time 
Required degree level: PhD in any relevant disciplines (Sociology, Political Science, Economics, Psychology, or related fields)
Application deadline: January 31st, 2023

The Laboratory for Interdisciplinary Evaluation of Public Policies (LIEPP), a research platform at Sciences Po (Paris, France), launches a call for applications for two postdoctoral fellowships of 1-year each. This call aims at supporting young researchers’ careers and fostering excellence in policy evaluation.

Created in 2011 under the "Investissements d'avenir" programme of the French National Research Agency, this laboratory has been redeployed since 2020 in partnership with Université Paris Cité. LIEPP develops an innovative approach to evaluative research: articulating quantitative, qualitative and comparative methods; confronting disciplinary views on the evaluated policies; and promoting the cross-fertilization of methodological and theoretical inputs from different disciplines, with those from the international field of evaluation. LIEPP thus works on anchoring policy evaluation in academic research.

This call for applications aims to promote research projects that fit within one of the following collective research programmes (more details on each theme in the appendix, pdf):

- Mapping the social risks of environmental transitions (Environmental policies and Sociofiscal policies research groups, supervision by Bruno Palier)

- What drives firms’ donations and (how) should existing tax schemes be reformed? Novel evidence from French corporate tax returns (Evaluation of democracy research group, supervision by Julia Cagé)

- Educational policies and early skills inequalities: the DEPP longitudinal study on ‘petite section’ (Educational policies research group, supervision by Carlo Barone)

In addition of these specific priority programmes, applications can be submitted on projects dealing with the organizational dimension of health policies (Health policies research group, supervision by Henri Bergeron).

Applications are welcome from all disciplines.

Functions

Successful candidates are expected, for the duration of their contract:

- To conduct their research project as submitted in relation with one of the research programmes indicated above,

- To participate in the scientific activities of the laboratory (annual seminar, seminars of the corresponding research group).

The research activities are expected to lead to peer-reviewed publications (which may come out after the end of the contract). In this perspective, research teams are encouraged to submit a working paper for LIEPP’s publication collection, as well as a policy brief to be submitted after the peer-reviewed publication has been accepted.

We expect the postdoctoral fellows to work 80% on the LIEPP-proposed project topic and 20% on their own research priorities.

Application requirements

Doctoral degree should have been completed at the date of the Call deadline. Applicants who have successfully defended their doctoral thesis but who have not yet formally been awarded the doctoral degree will also be considered eligible to apply. Applications for postdoctoral fellowship can be made up to 3 years after the doctoral thesis.

Sciences Po’s working languages are English and French. Mastering French is helpful, but not required for the positions. The publications expected to derive from the projects will be in English.

Employment conditions

Selected candidates will be recruited on a one-year contract. The contracts will start as soon as possible after the selection, depending on the previous obligations and commitments of the candidates. Candidates must take up their positions between April 1st, 2023, and June 1st, 2023.

The remuneration is 3,400 € gross (salaire brut) per month. Employment in France guarantees full access to healthcare, other social security benefits and social acquis (such as luncheon vouchers, contribution to transport costs).

Successful candidates will benefit from LIEPP’s working environment. Each candidate will receive a personal research fund of 2,000 euros for the duration of his/her contract.

Location

Sciences Po – Laboratory for Interdisciplinary Evaluation of Public Policies (LIEPP), Paris, France. Our offices are located in the center of Paris. A workspace will be available for the postdoctoral fellow, as well as access to the Sciences Po Library.

Application procedure

Candidates can contact the supervisors indicated for each research programme listed above, ahead of their application, to discuss their project.

The deadline for application is Tuesday, January 31st, 2023
The results of the selection will be made available at the end of February.

The selection of applications will be made by the laboratory council (composed of the research groups directors and the director of LIEPP), on the basis of the scientific quality of the project and of the candidate’s profile, and the project’s fit with one of LIEPP’s priority programmes mentioned above. Remote interviews may be organized in order to prepare the selection.

Applications should be sent to liepp@sciencespo.fr [subject: Postdoctoral Fellowship]. They include:

● A curriculum vitae;

● A cover letter (notably stressing how the candidate’s prior research experiences prepare them well for this project);

● A research proposal including project title, abstract (300 words maximum), project description specifying the theoretical framework of the project, the research question(s), the methods, the expected results, as well as planned publications and dissemination strategy (2500 words maximum)

● A single-authored piece of writing in English, whether a chapter of the PhD thesis, a conference paper or an article submitted to a journal.

Full call for applications text (pdf) 


Tags :

Les violences sexistes après #MeToo

Entretien avec Catherine Cavalin, chercheuse affiliée au LIEPP
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Droits réservés.Catherine Cavalin est chercheuse affiliées au LIEPP et sociologue chargée de recherche à l'Institut de recherche interdisciplinaire en sciences sociales (IRISSO) du CNRS. Elle est coauteure de l'ouvrage "Les violences sexistes après #MeToo" publié par les Presses des Mines en novembre 2022, 5 ans après l'émergence du hastag #MeToo. 

Le débat public fait régulièrement référence au hashtag « #MeToo ». En quoi peut-on dire que son apparition a constitué un moment-charnière ?

Savoir si le mouvement #MeToo a constitué une charnière, c’est une question en soi sur #MeToo. Et c’est une question historique. #MeToo est-il nouveau ? Si oui, qu’apporte-t-il de nouveau ? Et par rapport à quelle(s) histoire(s), précisément ? Globalement, disons que #MeToo se discute à la fois comme une rupture et comme un mouvement qui prolonge une dénonciation plus ancienne des violences sexistes et sexuelles. Si bien que la qualification de #MeToo comme « charnière » n’est pas immédiate…

Pour répondre plus en détail, on peut commencer par rappeler quelques éléments de chronologie. Les médias viennent de célébrer ce dernier mois d’octobre comme marquant les cinq ans de #MeToo. En octobre 2017, le producteur de cinéma hollywoodien Harvey Weinstein a commencé de faire l’objet d’accusations pour agressions sexuelles par plusieurs dizaines de femmes, en même temps que le New Yorker et le New York Times enquêtaient sur les faits dénoncés par celles-ci. Alors, l’actrice Alyssa Milano relayait ces dénonciations en publiant le 15 octobre 2017 un tweet invitant les femmes victimes de harcèlement sexuel ou d’agression sexuelle à répondre « me too » à son message, pour révéler ou publiciser les violences dont elles avaient fait l’objet.

Le rappel – ou la véritable commémoration – des cinq ans de #MeToo que les médias viennent de produire célèbre ce moment-là : octobre 2022, à cinq ans de distance d’octobre 2017. Le hashtag #MeToo se double pourtant d’une chronologie plus longue, dans laquelle octobre 2017 apparaît au moins autant comme prolongeant un mouvement précédemment engagé que comme constituant un retournement ou une charnière.

Dix ans auparavant, en effet, l’activiste afro-américaine Tarana Burke avait utilisé cette expression (« me too », sans hashtag à l’époque). Alors, l’intention qu’elle avait placée dans son « me too » était largement analogue à celle qu’ont ensuite exprimée les milliers de tweets et autres messages publiés à partir de l’automne 2017. Dire    « #MeToo », c’est exprimer que l’on a vécu l’expérience des violences sexuelles et sexistes, l’énoncer comme une expérience personnelle, et l’énoncer aussi en sachant et en disant que c’est une expérience partagée par une foule innombrable d’autres personnes. D’une certaine façon, le #MeToo de 2017 dont les développements – notamment sur les réseaux sociaux – ne sont aujourd’hui pas encore clos, n’a donc pas publicisé un message totalement neuf. Et par ailleurs entre 2007 et 2017, de nombreux autres mouvements, même sans l’expression « me too » ou le hashtag « #MeToo », avaient aussi très largement publicisé une dénonciation de la prévalence très grande et trop tue des violences sexistes et sexuelles perpétrées par des hommes, de l’impunité dont bénéficiaient ces actes, et de la nécessité d’en porter témoignage pour rendre visible le poids énorme de cette victimation. Cela a par exemple été le cas des « slutwalks » au Canada, des mobilisations féministes latino-américaines Ni Una [muerta] más puis Ni Una Menos dans les années 2010, des mouvements Ni Una menos et Non Una di Meno, en Espagne et en Italie respectivement ou encore, dans l’univers francophone, du blog Vie de meuf lancé en 2010 par Osez le féminisme !, suivi par les innombrables « Paye ta… » (Paye ta schneck, Paye ta blouse, etc.) et autre Chair collaboratrice, sites internet dédiés ou blogs dénonçant la perpétration de violences sexistes et sexuelles dans le cadre du travail. 2017 marque donc à la fois une rupture par l’immensité du déferlement des témoignages, et un mouvement venant prolonger des dénonciations dont l’expression « me too » énoncée par Tarana Burke en 2007 était une manifestation parmi d’autres.

Plus en amont, bien évidemment, #MeToo s’inscrit dans l’histoire longue des féminismes et de ses « vagues » historiques, particulièrement dans la continuité des deuxième et troisième vagues (Pavard 2017) qui ont toutes deux promu une dénonciation des violences fondées sur le genre et comme instrument d’inégalité entre les sexes. Même sans se référer explicitement à l’histoire des féminismes, c’est aussi cette profondeur temporelle en amont de #MeToo qu’évoque Vanessa Springora, l’une des figures marquantes de #MeToo lorsqu’elle écrit : « On le sait désormais, cette vague n’est pas née en octobre 2017 à Hollywood, et ne se limite pas à une déclinaison de hashtags. C’est un raz-de-marée qui vient de loin, une onde sous-marine porteuse de toutes les voix qui, à chaque décennie, ont le courage de raconter le vécu traumatique de l’abus sexuel, malgré les risques encourus : le mépris, l’humiliation, l’inversion du rapport bourreau-victime. La douche froide est arrivée lorsqu’il a bien fallu se confronter à une réalité que personne ne voulait voir : le caractère systémique des violences sexuelles, l’impunité et la loi du silence qui autorisaient la perpétuation de ce système » (Springora 2022) .

La continuité historique de la cause défendue se discute toujours, cependant, en regard de sa discontinuité. Les vagues féministes peuvent être considérées à la fois comme le prolongement historique toujours recommencé des féminismes, en même temps qu’un renouvellement si sensible de leurs formes, de leurs contenus, et pour partie de leurs actrices que l’on peut aussi considérer qu’elles sont en rupture les unes par rapport aux autres. Spécifiquement dans le cas de #MeToo, la nouveauté de l’expression numérique des témoignages individuels (par les blogs, les sites et l’ensemble des canaux qu’autorise l’usage des réseaux sociaux) incite fortement à traiter #MeToo comme un moment-charnière. Comme le montrent Josiane Jouët, Katarina Niemeyer et Bibia Pavard, en changeant les modalités de la lutte sociale, l’usage du numérique modifie aussi potentiellement le contenu et les actrices de cette lutte. La lutte sociale, au moins pour partie, devient une « campagne de communication ». Et l’usage de moyens de communication qui précisément peuvent donner la parole à des millions de personnes prend un sens tout particulier, au sein de luttes féministes qui depuis des décennies cherchent à promouvoir la prise de parole par les femmes (Jouët, Niemeyer, et Pavard 2017, 25) .

Alors précisément, en quoi le numérique a-t-il changé la façon dont le débat public aborde les violences sexistes et sexuelles ?

Les toutes premières lignes de l’ouvrage que j’ai codirigé avec Jaércio da Silva, Pauline Delage, Irène Despontin Lefèvre, Delphine Lacombe et Bibia Pavard présentent le hashtag #MeToo comme un hashtag « total ». L’idée contenue dans ce caractère de « totalité » du hashtag est une façon de répondre à votre question. #MeToo a cumulé et continue de cumuler, dans ses résurgences toujours actives (#MeTooInceste, #MeTooGay, etc.), de nombreuses caractéristiques des ressorts et des effets que produisent les réseaux sociaux. #MeToo a été immédiatement viral et immédiatement transnational, d’abord amplifié par l’usage de l’anglais puis relayé par de nombreuses déclinaisons nationales et non anglophones (#YoTambién en Espagne et dans l’hispanophonie, #IamNotAfraidToSpeak en Russie, #WoYeShi en Chine, #BalanceTonSaïSaï au Sénégal dans le prolongement de #balancetonporc en France, etc.). #MeToo a également été immédiatement transformateur, en exprimant une volonté impérieuse de changement radical de la société et des rapports de pouvoir qui la gouvernent. Cette idée d’une radicalité et d’une urgence des revendications portées par #MeToo se trouve dans la tribune de Vanessa Springora récemment publiée par Le Monde, déjà citée précédemment : « […] au-delà de ces révélations, #metoo, dans un bouillonnement ininterrompu, a ouvert la brèche à bien d’autres sujets. Rarement on aura vécu une période d’effervescence intellectuelle aussi féconde, et vu les questions intimes s’imposer avec autant de force dans le champ politique » (Springora 2022) . Dénonciation des agressions subies, revendication de la légitimité de la parole des victimes ; mais aussi critique radicale de l’inaction des pouvoirs publics et de l’impunité des agresseurs ; mais encore, en allant plus loin, politisation à l’extrême de ce que Vanessa Springora désigne comme « les questions intimes ».
On retrouve ici le débat sur la continuité et la solution de continuité entre #MeToo et ce qui l’a précédé. Par cette publicisation et cette politisation de l’intime, #MeToo se place dans la ligne du slogan féministe des années 1970 : « The personal is political ». Il prolonge également le mouvement d’ampleur qui, depuis la fin des années 1970 et surtout depuis les années 1990, a conduit à de profondes réformes législatives dans des domaines précédemment cantonnés à l’intime, hors d’atteinte du politique (réformes des lois définissant le viol, statut de conjoint ou ex-conjoint comme circonstance aggravante des violences commises, etc.). Mais avec #MeToo, ce sont des millions de voix de victimes qui l’énoncent, qui interagissent, et qui ne sont pas seulement des voix de femmes victimes, et cela en change la portée.
Droits réservés.D’un autre côté, si le débat public sur les violences sexistes et sexuelles est transformé par l’usage du numérique, c’est aussi parce qu’en réaction à #MeToo, on assiste à des réactions hostiles et des résistances. C’est ce que l’on désigne souvent comme un « backlash », en reprenant l’expression proposée par Susan Faludi (Faludi 1993) pour décrire un retour de bâton connu à d’autres moments de l’histoire des féminismes. Cela consiste dans des réactions auto-déclarées antiféministes et qui remettent en cause non seulement la légitimité de la parole des victimes, mais aussi celle du mouvement tout entier (#Me Too va-t-il « trop loin » ?), dans un contexte de « brutalisation des débats » (Badouard 2017) . Le chapitre écrit par Kaitlynn Mendes (Mendes 2022) dans l’ouvrage que nous avons tout juste publié montre en particulier comment les personnes qui témoignent sur les plateformes numériques des agressions sexistes et sexuelles qu’elles ont subies peuvent faire l’objet de dénigrements et de cyberharcèlement. Ces analyses rejoignent de nombreuses situations que les médias nous donnent souvent à connaître, soit à propos d’interactions entre personnes inconnues du public soit à propos de personnes de grande notoriété qui contribuent à entretenir le backlash. Donald Trump, avant, pendant ou depuis la fin de son mandat comme président des États- Unis d’Amérique, multiplie ainsi les propos obscènes sur sa supposée légitimité à disposer du corps des femmes en tant qu’homme puissant, tout en tournant en dérision les dizaines de plaintes ou révélations de femmes qui, depuis les années 1970, rapportent avoir subi des agressions à caractère sexuel de sa part (Levine et El-Faizy 2019) . Ces « plaisanteries » vulgaires et insultantes sur la douleur des victimes ou l’inégalité du rapport de forces dans lequel elles se trouvent par rapport à leur agresseur reçoivent régulièrement le soutien des supporters du camp trumpien. À ce titre, le backlash dépasse des cas individuels qu’on pourrait décrire comme singuliers (même si très symboliques, comme dans le cas de Trump), et peut s’analyser dans une réflexion plus large sur la polarisation des luttes au sein des régimes démocratiques (sans se limiter aux États-Unis). Autour de #MeToo et au- delà des cas individuels d’auteurs, le backlash s’exprime comme un rejet global de comportements décriés comme injustement délateurs, et en conséquence comme un rejet de la légitimité de la parole des victimes présumées « diffamantes ». Tous ces phénomènes connaissent aussi une diffusion virale par les plateformes numériques.

Comment les analyses des violences sexistes et sexuelles par les sciences sociales ont-elles été impactées par le hashtag #MeToo ? En quoi le # a-t-il fait évoluer l’analyse des violences sexistes et sexuelles en sciences sociales ?

Pour apporter des éléments de réponse à cette question, on peut tout d’abord prolonger la réponse précédente. Pour les sciences sociales (ici l’histoire, l’anthropologie et la sociologie), la question de la nouveauté introduite par l’usage des moyens d’expression numérique fait interagir nouvellement l’étude des médias, l’analyse des mouvements sociaux et celle des féminismes. Par exemple, on peut se demander dans quelle mesure les outils numériques renouvellent les mouvements sociaux mais aussi, tout autant, dans quelle mesure c’est la dynamique propre des mouvements sociaux qui produit des usages spécifiques de ces outils. En particulier, alors que l’expression de « féminisme numérique » connaît aujourd’hui un usage croissant, elle constitue un objet à part entière d’interrogation pour les sciences sociales (dans le prolongement des questions mentionnées plus haut sur les « vagues » féministes, leurs continuités et leurs ruptures). On peut se demander dans quelle mesure, également, les plateformes elles-mêmes façonnent les causes défendues à travers l’imposition d’un format, d’un langage et de la diffusion d’une forme de mise en récit, autrement dit d’un « jargon » pour reprendre l’expression utilisée dans les travaux sur les réseaux sociaux. 
Pour ces trois mêmes sciences sociales, une autre question importante émerge avec #MeToo : celle de la catégorisation « femmes ». Dans le prolongement de la troisième vague féministe (qui a vu converger les causes homosexuelles et féministes, et s’ouvrir le périmètre des militant.e.s aux groupes lesbiens, gays, bi et trans) et de la quatrième vague (un intérêt public croissant pour les féminismes en même temps que le développement d’un activisme numérique chez celles et ceux qui se déclarent relié.e.s aux féminismes, d’une manière ou d’une autre), #MeToo questionne encore davantage la centralité de la catégorie « femmes » comme objet de luttes. La diversité revendiquée des identités de genre parmi les populations contribuant au développement du mouvement dissout – et conteste en partie – la spécificité de la cause des femmes, en étendant considérablement la dénonciation de rapports de pouvoir liés aux rapports de genre et à la sexualité. Globalement, toutefois, il ne faut pas oublier que les dénonciations portent quasi-exclusivement sur des auteurs de violences qui sont des hommes.

Entre autres nombreuses questions auxquelles #MeToo confronte les sciences sociales, on peut également mentionner la place et le rôle très structurant que joue le monde du travail dans la dénonciation des violences sexistes et sexuelles. Il s’agit de politiser des questions relatives à l’intimité. Certes, des relations que l’on peut définir de prime abord comme intimes sont mises à jour par #MeToo : relations violentes dans le couple, agressions sur les plus jeunes – filles et garçons – au sein de la famille dénoncées comme incestes, etc.Mais la survenue des violences dans les relations de travail, souvent énoncées par #MeToo de manière sectorielle (#MeToo dans le cinéma, #MeToo dans le sport, #MeToo à l’hôpital, etc.), tient une place cruciale qui questionne en particulier la possibilité de survenue de ces violences dans un cadre qu’en principe le droit encadre très strictement. Ainsi, cela pousse à questionner la potentielle insuffisance des changements législatifs qui, depuis les années 1990, ont cherché à mieux définir et sanctionner les comportements de harcèlement sur les lieux de travail et dans les relations de travail. En outre, se pose la question méthodologique toujours renouvelée pour les sciences sociales devant le caractère fuyant de la notion de violence(s) : comment apposer une étiquette homogène « violences » sur des agressions qui sont dénoncées comme autant de situations spécifiques à des relations de travail contextuelles (relations hiérarchiques et poids professionnel et symbolique du genre dans l’Église catholique, travail avec et sur le corps dans l’activité professionnelle du théâtre, du cinéma ou du sport, etc.) ?

Enfin, et sans épuiser les questions, un autre champ de travail important – lui aussi méthodologiquement difficile – s’ouvre aux sciences sociales avec #MeToo. Comme le montre le chapitre de Kaitlynn Mendes précédemment mentionné, la prise de parole sur les réseaux sociaux pour dénoncer des violences sexistes et sexuelles subies n’est pas également partagée. À l’évidente inégalité générationnelle qui donne à l’agilité numérique des plus jeunes un accès plus aisé aux outils numériques, s’ajoutent des inégalités de race et de classe. Celles-ci paraissent patentes, au bénéfice de la parole prise par des femmes blanches et bien dotées du point de vue économique ou culturel. Ces inégalités demeurent toutefois difficiles à mesurer, du fait même de la nature des expressions en ligne, souvent anonymes ou difficilement caractérisables d’un point de vue social.

En matière d’inégalités raciales, on rappellera que celles-ci ont d’ailleurs, depuis les années 1960, déjà divisé les luttes féministes (en particulier aux États-Unis comme l’a dénoncé le black feminism (Davis 1983) ). Dans le mouvement #MeToo, ces inégalités se manifestent à nouveau, comme le rapporte le témoignage de Tarana Burke (Burke 2021) , lorsqu’elle explique la stupeur dans laquelle l’a plongée l’émergence des témoignages portés par les réseaux sociaux sous le hashtag #MeToo en octobre 2017. Loin de considérer immédiatement que le message qu’elle-même portait en tant qu’activiste afro-américaine depuis des années était en train de connaître une reconnaissance inouïe, elle déclare avoir été profondément perturbée par la manifestation en masse de ces témoignages. Outre le fait que Tarana Burke affirme avoir ressenti de la crainte pour toutes ces personnes qui, en prenant la parole publiquement, s’exposaient sans protection et sans accompagnement pour le faire, elle relate avoir été choquée par le fait que les victimes faisant usage du hashtag #MeToo étaient pour beaucoup d’entre elles des stars du cinéma hollywoodien. Leur reconnaissant le statut de victimes de violences sexuelles, Tarana Burke rappelle pourtant à quel point les situations vécues par ces innombrables personnes lui ont paru éloignées des réalités (raciales et donc aussi sociales) des violences sexuelles subies au sein des communautés afro-américaines dans lesquelles elle travaille comme promotrice de programmes artistiques destinés aux plus jeunes et comme éducatrice (“Other than these women being survivors of sexual violence, none of what was happening in Hollywood felt related to the work I had been entrenched in in my own community for so many years. Seeing "me too", the phrase I had built my work and purpose around, used by people outside of that community, was jarring.” (Prologue de (Burke 2021))

Comment le #MeToo a-t-il transformé ou fait évoluer l’action publique sur les violences sexistes et sexuelles ? 

Droits réservés.Dans l’ouvrage que nous venons de publier, il est question de l’action publique à de nombreuses reprises, souvent au titre du contexte des événements violents survenus. Et dans deux chapitres, l’action publique fournit directement la matière à réflexion. Chloé Mour et Linda Sehili s’intéressent (Mour et Sehili 2022) à l’effectivité de l’action de l’État employeur contre les violences sexistes et sexuelles dans les relations professionnelles du milieu de l’enseignement et de la recherche d’une part, et au Ministère de l’Économie et des Finances d’autre part. Alors que les protocoles d’accord et autres outils législatifs se sont multipliés dans l’administration dès avant #MeToo, ces deux autrices montrent que l’activation de ces instruments passe souvent « par le bas », du fait de l’action de personnes qui se mobilisent spécifiquement sur cette cause, mais sans que l’administration en tant que telle s’engage véritablement. Dans ce contexte, également compliqué par une relative disette budgétaire, les sanctions à l’encontre des auteurs restent difficiles à mettre en œuvre.

Le chapitre signé par Catherine Le Magueresse (Le Magueresse 2022) concerne pour sa part la sphère juridique, domaine qui a été le plus vivement interpellé à l’occasion des cinq ans de #MeToo dans la presse, à la fois comme univers professionnel et secteur des politiques publiques : univers professionnel questionné comme lieu de survenue de violences en son sein même (Défenseur des droits et al. 2018) , et comme lieu de représentations et de normes potentiellement en retrait des revendications portées par #MeToo, en particulier sur le problème de l’impunité des auteurs. On se souvient de la radicalité avec laquelle Adèle Haenel, témoignant auprès de Mediapart des agressions subies au cours de son adolescence, concluait : « La justice nous ignore, on ignore la justice » (Turchi 2019) . Pour établir un bilan de ce que #MeToo a pu (ou non) changer dans ce qu’elle nomme « le monde du droit », Catherine Le Magueresse prend en compte de nombreuses dimensions. Elle interroge des professionnels du droit (avocates, magistrates mais aussi universitaires), s’intéresse à la jurisprudence et aux textes doctrinaux, inclut dans son analyse des comptes rendus de procès publiés dans la presse, et examine les travaux parlementaires qui depuis 2018 ont porté sur les violences sexuelles. Son bilan est contrasté : entre une sensibilité croissante mais encore limitée des avocat.e.s et des magistrat.e.s à cette cause, de réels effets de #MeToo sur l’activité législative entre 2019 et 2021, et la difficulté à évaluer avec un recul suffisant la mesure dans laquelle des condamnations s’appliqueraient aujourd’hui avec une plus grande fermeté. Les forces contraires aux effets de #MeToo sur la justice sont nombreux, explique l’autrice, à la fois parce que la politique pénale reste sous-dotée, que la jurisprudence de la Cour de cassation est pour partie invisible et pour partie contradictoire et parce que plus largement le backlash est bien réel, qui peut se manifester par la multiplication des embûches – déjà nombreuses – dans le parcours des victimes de violences sexistes et sexuelles auprès de la Justice.

Ce type de conclusion rejoint sur le fond les contradictions ou les sources de blocages mises en évidence par Solenne Jouanneau (Jouanneau 2022) à propos de la conception et de la mise en œuvre de l’ordonnance de protection en cas de relations violentes au sein du couple. Une juridicisation et une judiciarisation originellement appuyées sur des bases féministes se trouvent finalement confiées aux juges aux affaires familiales qui éprouvent des réticences certaines à prendre des décisions sévères à l’encontre des conjoints et pères violents. La charge de la preuve continue de reposer lourdement sur les femmes victimes et, malgré des politiques publiques plus largement nourries d’intentions et d’outils d’inspiration féministe, la gestion familialiste de la protection des femmes victimes débouche aujourd’hui sur un bilan très en demi-teinte.

Les années qui ont précédé #MeToo puis celles qui suivent ce mouvement, marquées par un renouveau du droit et une judiciarisation des violences perpétrées en particulier dans l’intimité, laissent les politiques publiques encore au milieu du gué.

Références : 

Badouard, Romain. 2017. Le désenchantement de l’internet. Désinformation, rumeur et propagande. Présence/Questions de société. Limoges: FYP Editions.

Burke, Tarana. 2021. Unbound. My Stry of Liberation and the Birth of the Me Too Movement. Flatiron Books: An Oprah Book.

Davis, Angela Y. 1983. Women, Race & Class. New York: VIntage Books. A Division of Random House.

Défenseur des droits, Nathalie Bajos, Catherine Cavalin, Martin Clément, et Manon Brocvielle. 2018. « Conditions de travail et expériences des discriminations dans la profession d’avocat·e en France ». Paris: Défenseur des droits.

Jouanneau, Solenne. 2022. « Une protection sous conditions. Les magistrat·es de la famille face à la lutte contre les violences masculines dans le couple ». Mémoire original présenté pour l’Habilitation à Diriger des Recherches, Paris: Université de Paris.

Jouët, Josiane, Katarina Niemeyer, et Bibia Pavard. 2017. « Faire des vagues. Les mobilisations féministes en ligne ». Réseaux, n o 201: 21‑57.

Le Magueresse, Catherine. 2022. « À la recherche d’un effet #MeToo sur le monde du droit in Catherine Cavalin, Jaércio da Silva, Pauline Delage, Irène Despontin

Lefèvre, Delphine Lacombe, Bibia Pavard (dir.) ». In Les violences sexistes après #MeToo, 97‑112. Paris: Presses des Mines.

Levine, Barry, et Monique El-Faizy. 2019. All the President’s Women: Donald Trump and the Making of a Predator. Hachette UK.

Mendes, Kaitlynn. 2022. « #MeToo, selfies et mèmes : une exploration des récits numérisés des violences sexuelles in Catherine Cavalin, Jaércio da Silva, Pauline Delage, Irène Despontin Lefèvre, Delphine Lacombe, Bibia Pavard (dir.) ». In Les violences sexistes après #MeToo, 23‑36. Paris: Presses des Mines.

Mour, Chloé, et LIinda Sehili. 2022. « Après #MeToo,l’État est-il devenu un employeur exemplaire ? in Catherine Cavalin, Jaércio da Silva, Pauline Delage, Irène Despontin Lefèvre, Delphine Lacombe, Bibia Pavard (dir.) ». In Les violences sexistes après #MeToo, 113‑27. Paris: Presses des Mines.

Pavard, Bibia. 2017. « Faire naître et mourir les vagues : comment s’écrit l’histoire des féminismes ». Itinéraires [En ligne], 1‑17.

Springora, Vanessa. 2022. « Le soutien du mouvement #metoo, cette solidarité invisible, anonyme, m’a littéralement portée ». Le Monde, 14 octobre 2022.

Turchi, Marine. 2019. « #MeToo dans le cinéma : l’actrice Adèle Haenel brise un nouveau tabou ». Mediapart, 3 novembre 2019. https://www.mediapart.fr/journal/france/031119/metoo-dans-le-cinema-l-actrice-adele-haenel-brise-un-nouveau-tabou.

LIEPP IN THE MEDIA - NOVEMBER 2022

  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Discriminations and Category-Based policies research group

Evaluation of Democracy research group

Socio-fiscal policies research group 

Educational policies research group

Health Policies research group

Tags :

Evaluer les politiques pénales en France et aux Etats-Unis

Entretien avec Aurélie Ouss, professeure invitée au LIEPP en 2022
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Droits réservés.Aurélie Ouss est professeure au département de criminologie de l'Université de Pennsylvanie. Ses recherches portent sur la manière dont une bonne conception des institutions et des politiques de justice pénale peut rendre l'application de la loi plus équitable et plus efficace. Elle est aujourd'hui chercheuse affiliée au LIEPP, après avoir été professeure invitée du laboratoire en 2022. 

La réforme de notre système judiciaire est au cœur du débat public depuis plusieurs années. Pourquoi est-il important aujourd’hui d’évaluer le fonctionnement de nos institutions judiciaires et la pertinence de nos politiques de justice pénale?

Je suis économiste de formation et j’ai commencé à m’intéresser à la justice en me posant des questions d’évaluation des politiques publiques. La plupart des discussions sur les réformes de la justice sont assez normatives; elles affirment qu’il faut agir d’une certaine façon parce que c’est ce que méritent les personnes qui ont commis des crimes, ou parce qu'une politique particulière (ex: des peine plus longues, plus de déploiement de la police) pourrait réduire la criminalité. Dans ma recherche j’essaye de savoir si ces politiques fonctionnent vraiment. Je cherche à répondre à des questions causales sur l’effet de différentes politiques pénales.
Apporter une approche plus quantitative d’évaluation des politiques publiques dans le domaine de la justice peut nous aider à voir les effets escomptés des politiques qu’on développe et donc à mieux atteindre les objectifs de politique publique qu’on se fixe.

Pouvez-vous nous donner des exemples de recherches que vous avez menées sur l’évaluation des politiques pénales ?

En tant qu’économiste je peux réfléchir aux coûts et aux bénéfices escomptés des différentes politiques qui sont développées. Dans ma recherche j’ai étudié aux Etats-Unis les politiques pénales mises en place lorsqu’une personne est accusée pour l’encourager à venir à son procès. Il existe différents outils dans l’arsenal législatif américain pour qu’une personne vienne à son procès. J’ai pris comme fixe l’objectif qu’une personne vienne à son procès et j’ai observé les outils qui existent et qui pourraient exister pour atteindre cet objectif. J’évalue ainsi l'efficacité de différents outils.

L’outil le plus souvent utilisé aux Etats Unis est la caution financière. Une personne peut sortir de détention provisoire en échange d’une caution mais elle perd cet argent si elle ne se présente pas aux dates de son procès. J’ai interrogé l’efficacité de ces cautions financières, qui se basent sur l’idée que les personnes pourraient être motivées à se rendre à leur procès pour ne pas perdre d’argent. J’ai pu étudier une politique qui a consisté à réduire l’utilisation des cautions financières pour certains délits. En comparant si les personnes qui ont bénéficié de cette réduction d’utilisation des cautions financières viennent à leur procès à des taux différents des personnes qui ne sont pas concernées par cette politique; on trouve que cela n’a aucun effet sur le fait que les personnes assistent ou non à leur procès.

Ce résultat peut paraître contre-intuitif : dans un modèle économique, si un prix financier est mis à ce qu’une personne vienne, on se dit que la personne viendra pour ne pas perdre d’argent. Cette recherche est utile parce qu’elle montre que quelque chose qu’on prend pour acquis, l’effet de l’argent comme contrainte, ne fonctionne pas forcément.

La seconde question posée dans le cadre de ma recherche a été de comprendre pourquoi les gens ne viennent pas à leur procès. J’ai testé une autre intervention qui consiste à envoyer des SMS de rappel aux personnes à mesure que leur date de procès se rapproche. Là on trouve que si on rappelle la date du procès aux personnes, elles sont plus à même de venir.

Dans cet exemple, ce qui doit être fait n’est pas forcément le but de la recherche. Le but est d'évaluer le fonctionnement de la politique publique mise en place. Je vois mon rôle de chercheuse en sciences sociales comme celui d’interroger si un objectif est atteint ou non et d’élargir le champ de recherche par rapport à ce que les politiques pénales prendraient en compte spontanément.

D’après vos recherches sur le système pénal États-Uniens, en quoi les politiques de justice pénale peuvent-elles être discriminantes ?

Si l’on observe l’expérience pénale aux Etats-Unis d’un point de vue macro, elle touche tout particulièrement les hommes, les personnes noires et surtout les hommes noirs. On ne peut pas se poser la question des politiques pénales aux Etats-Unis sans prendre en compte la concentration socio-démographique (raciale, économique, genrée) touchée par ces politiques pénales.

Les économistes n’ont pas forcément les outils les plus développés pour traiter finement des questions de l’ampleur, des causes et des conséquences des discriminations ethno-raciales. Dans mes projets, j’essaye de comprendre comment différentes réformes judiciaires peuvent impacter ces écarts de traitement en les augmentant, en les réduisant ou en les maintenant.

Il y a cependant des questions importantes pour lesquelles les économistes ne sont pas assez bien équipés, comme comprendre pourquoi il existe à cette échelle une telle prévalence de personnes d’un certain groupe impactées par les politiques pénales. Est-ce qu’à cause des inégalités on voit une implication dans la criminalité d’une partie de la population et/ou est-ce que les comportements discriminants des policiers, des procureurs, des juges, des avocats, etc.. impactent la criminalisation d’une partie de la population ?

Au LIEPP, vous avez été professeure invitée de l’axe Discriminations et politiques catégorielles. Quel bilan dressez-vous de votre expérience en tant que professeure invitée au LIEPP?

Pour l’instant j’ai beaucoup parlé de mes recherches aux Etats-Unis mais ce qui m’intéresse évidemment serait de pouvoir prolonger ce genre de projet en France. J’aimerai aborder à la fois l’évaluation des politiques pénales (ce que j’ai fait en France en étudiant par exemple l’effet des journaux télévisés sur les décisions des jurés et des juges professionnels) mais aussi m’intéresser à la question des discriminations en France. Mon expérience en tant que professeure invitée au LIEPP a été l’occasion d’échanger avec d’autres chercheurs, à la fois en économie, des personnes avec qui j’avais déjà pu travailler (Roberto Galbiati, Arnaud Philippe), mais aussi d’autres chercheurs comme par exemple Thomas Léonard que j’ai pu rencontrer au cours de la Journée d’étude Criminalité & Justice : nouvelles perspectives en termes d'inégalités.

Cette journée d’étude interdisciplinaire a été très utile parce qu’il y avait des sociologues, des économistes, des politologues […] qui partageaient leurs perspectives et leurs travaux dans le domaine.

Je suis en train de lancer un projet interdisciplinaire pour comprendre les discriminations dans les décisions de justice (projet SoDeJuPe), à la fois au niveau des juges professionnels et des jurés d'assises. Mon expérience au LIEPP a été une excellente opportunité de lancer cette recherche interdisciplinaire et d’en apprendre plus sur les politiques pénales en France. Ce projet vient d'obtenir un financement dans le cadre de l'appel à projets du LIEPP en évaluation des politiques publiques: la collaboration avec le LIEPP va donc se poursuivre !

Qui peut encore acheter un logement proche d’un bon collège ?

Séminaire de l'axe Politiques éducatives. 13 décembre. 17h - 18h30.
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

L'axe Politiques éducatives du LIEPP a le plaisir de vous inviter au séminaire : 

Qui peut encore acheter un logement proche d’un bon collège ? Accès à la propriété et sectorisation scolaire dans la métropole parisienne

13 décembre. 17h - 18h30

Lieu : Sciences Po, 1 place St Thomas d'Aquin, 75007 Paris

Salle : Salle d'innovation du LIEPP

Inscription obligatoire 

Intervenants : 

  • Marco Oberti (Sciences Po - CRIS et LIEPP)
  • Quentin Ramond (Institut d’études urbaines et territoriales, Université catholique du Chili)

Résumé : 

Nous analysons la relation entre l’accession à la propriété et deux dimensions des inégalités scolaires : la distribution des ménages entre les secteurs scolaires et l’offre de collège public et privé de proximité permettant d’activer les stratégies d’évitement. L’analyse empirique s’appuie sur le traitement de la Base d’informations économiques notariales (BIEN, 2006-2015) que nous apparions avec la carte scolaire de Paris et des départements de la petite couronne et les caractéristiques des collèges. Les résultats montrent que les écarts de prix immobilier en fonction de la qualité du collège public local ont augmenté de manière significative. Par conséquent, les ménages à bas revenus sont de plus en plus exclus du marché de l’accession, et tout particulièrement dans les meilleurs secteurs scolaires, tout comme une frange des classes moyennes qui s’est progressivement reportée sur le marché immobilier dans les secteurs scolaires peu attractifs. Les catégories supérieures ont consolidé leur accès à la propriété dans toute la métropole parisienne, y compris dans les secteurs scolaires les plus valorisés. Finalement, cette étude montre que la sectorisation scolaire joue un rôle clef dans la reproduction des inégalités sociales, puisqu’elle affecte la qualité de l’établissement de scolarisation des enfants et les possibilités d’accumulation patrimoniale, ce qui pose des défis complexes pour les politiques publiques.

“La recherche expérimentale au service de l’éducation”, conférence de lancement du programme IDEE

Conférence de l'axe politiques éducatives, 28/11, 9h - 18h30
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

L'axe Politiques éducatives du LIEPP est ravi de vous inviter à la conférence : 

La recherche expérimentale au service de l'éducation 

Le Lundi 28 novembre, 9h - 18h30, en présentiel 

Lieu : Lycée Pierre-Gilles de Gennes 13 rue Pirandello, 75013 Paris.

Inscription obligatoire

Résumé : 

Le 28 novembre 2022 se tiendra la conférence de lancement du programme “Innovations, Données et Expérimentations en Éducation" (IDEE) intitulée “La recherche expérimentale au service de l’éducation”. La conférence est organisée par le J-PAL Europe, la Direction générale de l’enseignement scolaire et le Conseil scientifique de l’éducation nationale, du Ministère de l’Education nationale et de la Jeunesse.

En présence de Monsieur Pap Ndiaye, Ministre de l’Education nationale et de la Jeunesse, et de Madame Esther Duflo, prix Nobel d’économie et co-directrice de J-PAL, la journée aura pour objectif de créer des temps de partage de connaissances, et de retour d’expérience, autour de la recherche expérimentale en éducation.

Qu’il s’agisse de la réduction des inégalités scolaires, de l’amélioration des compétences en sciences ou encore du renforcement des compétences socio-émotionnelles des élèves, l’expérimentation scientifique peut en effet aider à identifier des solutions efficaces s’appuyant sur l’expertise des chercheurs et chercheuses, mais aussi sur celle des cadres, personnels et partenaires de l’Education nationale.

Le programme IDEE, financé par le Programme d’investissements d’avenir via l’Agence nationale de la recherche, est porté par l’université PSL et mis en œuvre par le J-PAL Europe, avec de nombreux laboratoires partenaires. Il vise à soutenir le développement de  la recherche expérimentale au service de l’éducation et à promouvoir l’utilisation des résultats produits pour nourrir les politiques publiques et les pratiques professionnelles. 

Le LIEPP prend part dans le volet consacré aux outils méthodologiques et aux instruments de mesure pour la recherche expérimentale par le développement de protocoles de recherche et de mesure partagés. Il se focalise plus particulièrement sur la mesure des dimensions parentales en éducation.

La conférence aura notamment pour objectif : de présenter les enjeux, méthodes et résultats de la recherche expérimentale en éducation ; d’échanger avec l’ensemble des participants sur l’intérêt et les modalités pratiques pour mener à bien des expérimentations scientifiques ; et de débattre des agendas de recherches et d’actions à la croisée des enjeux de politiques publiques, de terrain et de recherche.

Programme détaillé 

Policy Instruments for the energy efficiency sector: enabling mechanisms for a “FIT for 55”

Environmental Policies Workshop, organized with the European Investment Bank. 5 december, 12.30 pm - 5 pm
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

LIEPP's Environmental Policies Research Group and the European Investment Bank are pleased to convene: 

Policy Instruments for the energy efficiency sector: enabling mechanisms for a “FIT for 55”

Kick-off consultation and engagement workshop

Brussels, 5 december 2022, 12.30 pm - 5 pm CET

Venue: EIB Office, Rond-Point Robert Schuman, 6, B-1040 Brussels

Workshop organizers :

Cristina Peñasco (Cambridge University & Bennett Institute) and Marc Ringel (Sciences Po, European Chair for Sustainable Development and Climate Transition).

Presentation : 

Energy efficiency stands out as a key policy area in Fit for 55-package, the RePowerEU communication and the common agreement of EU member states on a voluntary reduction of natural gas demand by 15%. It is described as one of the quickest, fastest and more cost-effective ways to deliver all together climate, energy and social goals.

With the negotiations of the notably Energy Efficiency Directive (EED) coming to its last phase, this raises many questions about the next step, the implementation of the updated legislation: How can a swift and ambitious implementation in the member states be supported? Is further guidance and governance needed from the European level? Which measures and policy options should be frontloaded to deliver quick results? Did the negotiations leave out policy options that could be taken up in the next round of designing policies? How can especially action on energy efficiency in the building sector be enhanced with a clear gap between intended and implemented retrofit decisions?

The project “Policy Instruments For The Residential Energy Efficiency Sector: Enabling Mechanisms For A Fit For 55 Efficient Transition” (PIREES55) aims to look into these questions by aligning closely with experts and policy actors. The present workshop acts as a kick-off meeting to gather the views and recommendations from policy-makers and practitioners to co-design the focus of the research efforts. Based on inputs from the European Commission and the European Investment Bank it will allow experts to exchange and discuss the next steps of EU energy efficiency policies.

The workshop will be chaired by Charlotte Halpern (Sciences Po, CEE & LIEPP) and Fulceri Bruni Roccia (EIB). It is organized with the support of the Sciences Po European Chair for Sustainable Development and Cambridge University.

Contact : charlotte.halpern@sciencespo.fr

        

Parliamentary Stayers in Western Democracies: Mind the Gender-Gap in Political Endurance

Discriminations and Category-Based Policies, co-organized with the CEE, 22 Novembre, 12:30 - 14:00
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

LIEPP's Discriminations and category-based policies research group and the CEE are pleased to convene this seminar : 

Parliamentary Stayers in Western Democracies: Mind the Gender-Gap in Political Endurance 

Tuesday 22 Novembre, 12:30 - 14:00, hybrid event (Zoom or in person)

Location : Sciences Po, 1 place Saint-Thomas d'Aquin 75007 

Room : Salle K.011

Mandatory registration 

Speaker : 

Ragnhild Louise Muriaas is a Professor of Political Science at the Department of Government, University of Bergen

Earlier this year Ragnhild Louise Muriaas started a project funded by The European Research Council (ERC-Consolidator) with the title “Gender-Gap in Political Endurance: a novel political inclusion theory” (SUCCESS). The paper discuss the novelty of the concept of political endurance and aims to establish how the size of a gender gap in political endurance varies over time and countries in western democracies.Ragnhild Louise Muriaas obtained her PhD in comparative politics at the University of Bergen in 2008. Her research concerns questions of politics and gender with a focus on representation, political careers, and political financing. She was the PI of a large FRIPRO project financed by the Research Council of Norway called “Money Talks: Gendered Electoral Financing in Democratic and Democratizing States” (2016-2021) and she is currently also a research partner in a project on gender aspects of political violence.

She has published four books—one monography, two edited volumes and a text book, and she has published articles in such journals as the American Political Science Review, Comparative Political Studies, African Affairs, Political Studies and International Political Science Review. From 2017 to 2021 she served as the Vice Dean of Research at the Faculty of Social Sciences and the leader of the board at the Centre for Women's and Gender Research (SKOK) at the University of Bergen. She is a visiting scholar at LIEPP this semester and will join the Center for European Studies and Comparative Politics in the Spring.

Discussant : 

Abstract : 

Based on research conducted by Ragnhild Louise Muriaas and Torill Stavenes

Read the paper : Parliamentary Stayers in Western Democracies: Mind the Gender-Gap in Political Endurance 

Read the presentation 

The scholars study how gender shapes political endurance in parliaments, building on the research documenting how newcomers are disadvantaged their first term in office, while senior members enjoy certain privileges. Thus, if there are gender gaps in political endurance women could face more barriers than men in getting their job done as representatives. They put forward three different measures to study gender gaps in political endurance to find out if, how and when men are more likely than women to be a parliamentary stayer. Studying the endurance of all parliamentarians in 10 western democracies from 1965 to 2021 they show that there are gender gaps in political endurance across the different measurements, but that gender gaps are particularly apparent if they concentrate on those that have served as parliamentarians for three or more terms.

Ouvrage "Portraits de travailleuses handicapées"

Disponible en open access
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

L'axe Discriminations et politiques catégorielles du LIEPP a le plaisir de vous annoncer la sortie de l'ouvrage : 

Portraits de travailleuses handicapées

réalisé sous la direction de Mathéa Boudinet et Anne Revillard.

L'ouvrage Portraits de travailleuses handicapées est disponible en open access aux Editions science et bien commun. 

Pour télécharger le PDF, cliquez ici.

Résumé : 

Marginalisées sur le marché du travail, les femmes handicapées font face à de multiples difficultés : limitations liées à l’état de santé, discriminations, inadaptation des environnements de travail, mais aussi contraintes liées à la division sexuée du travail. Préparé dans le cadre d’une recherche sociologique participative, cet ouvrage vise à rendre compte de ces réalités et de ces difficultés, mais aussi de la résilience, de la ténacité et de la créativité des femmes en prise avec ces obstacles. Les 24 portraits ici réunis mettent en lumière leurs initiatives, bricolages, négociations, en bref leur agentivité pour se faire une place sur le marché du travail et dans la société.

LIEPP IN THE MEDIA : OCTOBER 2022

  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Axe évaluation de la démocratie 

Axe évaluation des politiques socio-fiscales

Axe politiques éducatives 

Axe politiques de santé 

Axe politiques environnementales 

 

Tags :

Journée de restitution Projet REF-SANTE

Journée de restitution de l'axe Politiques de Santé
11 novembre, 10h-18h

L'axe Politiques de santé du LIEPP a organisé une journée de restitution :

Journée d'étude autour du projet REF-SANTE.

Vendredi 11 novembre à Londres. 

Résumé du projet : 

La réforme des études de santé, inscrite dans la loi du 24 juillet 2019 et en vigueur depuis la rentrée 2020, met fin à la Première Année Commune aux Études de Santé (PACES) et au numerus clausus. Le projet REF-SANTE vise une analyse scientifique de la réforme depuis sa conception jusqu’à sa mise en œuvre. L’évaluation porte à la fois sur le contexte de la décision politique et sur son impact sur les universités et ses usagers, notamment les inégalités de réussite et d’expérience étudiante.

Programme : 

10h-10h45 : Acceuil et introduction 

10h45-11h : Alice Oliver (Université de Lille / CRIS) et al. "The enactment and reception of the French reform of  medical studies"

11h05-11h30 : Q&A

11h55-12h10 : Kath Woolf "Social background and medical school choice in the UK"

12h15-12h30 : Claudia Finger "Stratified diversity? Application strategies and admission chances for medical schools in Germany"

12h35-13h00 : Q&A 

14h00-14h15 : Sally Curtis, Heather Mozley "Bursting bubbles: Exploring discourses, perceptions and experiences of widening participation in two UK medical schools"

14h20-14h35 : Anouk Wouters "How moving from lottery-based admissions to selection-based admissions impacted student diversity in the Netherlands"

14h35-14h50 : Q&A 

15h15-15h30 : Léon Marbach & Agnès van Zanten "Applications and admissions in French medical studies"

15h35-15h50 : Paul Tiffin "Equality implications of selection to medicine on non-cognitive factors"

15h55-16h20 : Q&A 

16h40-18h00 : Collaboration and Special Edition planning

Journée (In)Justices environnementales et climatiques

Journée d'étude de l'axe Politiques environnementales. 5 décembre. 9h00 - 18h
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

L'axe Politiques environnementales du LIEPP et le Centre des Politiques de la Terre sont ravis de vous inviter à la journée d'étude : 

Journée (In)Justices environnementales et climatiques : 

Les justices au coeur de la transition sociale et écologique des territoires

Lundi 5 décembre, 9h00 - 18h, en présentiel 

Lieu : Amphithéâtre Albert Sorel, 27 rue Saint Guillaume, 75007 Paris

Compte rendu de la journée d'étude "Les justices au cœur de la transition sociale et écologiques des territoires : Journée (in)justices environnementales et climatiques"

Résumé : 

Les inégalités socio-écologiques sont au cœur des enjeux de transition sur les territoires. Or en se centrant sur les objectifs d’atténuation et en négligeant relativement les questions d’adaptation au changement climatique, les politiques de transition exacerbent les inégalités. Cependant, des mobilisations variées en configurations, en modes d’interpellation, ou encore en publics, innovent en lien avec les acteurs publics dans un esprit de justice sociale et de solidarité. Cette journée, organisée à la suite du projet de recherche CIVIC ACT 2, explore les manières selon lesquelles action collective et publique se ressaisissent des réponses à apporter aux crises sociale et environnementale à l’échelle des territoires habités dans un esprit de justice sociale et de solidarité collective. Cette journée de recherche porte sur les justices environnementale et climatique, au cœur de la transition des territoires. 

Programme :

9h00 : Accueil

9h30 – 11h : Richesse de l'action collective dans la transition

Intervenant·es : Camille Arnodin (directrice d’études qualitatives), Charles Aurouet (Chargé de mission Habitat et renouvellement urbain. Service politique de la ville - DDCT), Léa Billen (Université de Nanterre), Elisabeth Lehec (Chargée de mission, Ville de Paris), Hugo Rochard (Ladyss, Université Paris Cité)

Discutante : Laurence Grandchamp (MCF Université de Strasbourg)

11h20 – 13h : La démocratie locale aux prises avec la crise climatique

Intervenant·es :

Laurent Monnet (Maire adjoint à la transformation écologique Saint-Denis,Plaine Commune,Président de l’ALEC), Thomas Lamarche (Université Paris Cité), Sylvain Raifaud (Conseiller municipal et métropolitain de Paris), Stéphane Vincent (Délégué général de la 27ème région), et sous réserve Bernard Prieur (élu Ivry-sur-Seine)

Discutante : Léa Billen (Université de Nanterre)

13h – 14h30 : Déjeuner

14h30 – 16h : Enjeux de justices et inégalités sociales, environnementales et climatiques

Intervenant·es : Nathalie Blanc (CNRS, Université Paris Cité), Jean Chiche (Sciences Po), Laurence Grandchamp (Université de Strasbourg), Eloi Laurent (OFCE), Samuel Rufat (CY Cergy-Pontoise)

Discutante : Caroline Gallez (Université Gustave Eiffel)

16h20 – 17h30 : Regards croisés sur quatre territoires engagés dans la transition 

Intervenant·es : Diego Antolinos-Basso (CEVIPOF-médialab, Sciences Po), Nathalie Blanc (CNRS, Université Paris Cité), Jean Chiche (CEVIPOF, Sciences Po), Caroline Gallez (Université Gustave Eiffel), Eléonore Genest (LIEPP)

18h00 : Cocktail et buffet

Newsletter du LIEPP - octobre 2022

  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Pour accéder aux dernières actualités du LIEPP, lire la Newsletter.

Tags :

L’économie du savoir-être

Séminaire de l'axe Politiques éducatives. 1er décembre, 17h - 18h30
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

L'axe Politiques éducatives du LIEPP a le plaisir de vous inviter au séminaire : 

L'économie du savoir-être 

Reporté au jeudi 1er décembre (initialement le 24 novembre), 17h - 18h30, en présentiel 

Lieu : Sciences Po, 27, rue Saint Guillaume, 75007 Paris

Salle : Amphi Jeannie de Clarens

Inscription obligatoire

Intervenants : 

Résumé : 

Toutes les études internationales le montrent, les Français se démarquent par un faible niveau de confiance en soi, de sentiment d’efficacité personnelle, de persévérance et de coopération. Aux racines du phénomène, un système éducatif qui se focalise uniquement sur les facultés intellectuelles et néglige la relation à soi et aux autres. Résultat, nos élèves sont plus anxieux qu’ailleurs, craignent d’être considérés comme incompétents en cas d’échec, considèrent la réussite scolaire comme innée, et reculent devant l’obstacle et l’inconnu.

Dans ce séminaire, nous présentons une synthèse des recherches montrant qu’ un tel déficit de compétences sociales et comportementales a un impact élevé sur la réussite et les inégalités scolaires, l’insertion et la vie professionnelles et, plus généralement sur l’innovation et la réussite économique. Ces recherches sont présentées dans notre livre « L’économie du savoir-être », co-écrit par Elise Huillery et Yann Algan (Presses de Sciences Po 2022).

“Saturé de genre” : Affirmer ou minimiser le genre dans les papiers d'identité

Séminaire de l'axe Discriminations et politiques catégorielles.
10 novembre, 12h30 - 13h30
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

L'axe Discriminations et politiques catégorielles du LIEPP a le plaisir de vous inviter au séminaire : 

“Saturé de genre” : Affirmer ou minimiser le genre dans les papiers d'identité

Jeudi 10 novembre, 12h30 - 13h30, format hybride

Lieu : Sciences Po, 1 place St Thomas d'Aquin, 75007 Paris

Salle : Salle d'innovation du LIEPP 

Inscription obligatoire pour assiter au séminaire à distance / en présentiel 

Intervenante : 

Abigail Saguy (UCLA)

Discutante : 

Lila Braunschweig (SciencesPo)

Résumé : 

La littérature des mouvements sociaux identifie un dilemme auquel les personnes militantes se confrontent entre les principes d'affirmation et de déconstruction de l'identité de genre. S'appuyant sur des entretiens approfondis avec 87 personnes militantes de diverses perspectives politiques, cette recherche montre qu'en discutant des documents d'identité, les progressistes ont adopté une approche pragmatique qui reconnaissait à la fois les avantages et les inconvénients d’une telle forme de reconnaissance. Elles ont exprimé leur soutien à la fois aux initiatives qui fourniraient des options supplémentaires de marqueurs de sexe/genre sur les pièces d'identité et à celles qui supprimeraient complètement les marqueurs de sexe/genre des pièces d'identité. Cette recherche soutient que les progressistes ont facilement perçu les inconvénients de la reconnaissance dans le cas des pièces d'identité parce que ce contexte—plus que d'autres—suscite des inquiétudes concernant la réglementation et la surveillance de l'État. Les personnes militantes conservatrices, qui préconisent de limiter le pouvoir du gouvernement dans d'autres contextes, étaient moins susceptibles que les progressistes de soutenir l'idée de supprimer les marqueurs de sexe/genre des pièces d'identité du gouvernement, faisant appel à d'autres priorités pour justifier cette position. Ensemble, ces résultats soulignent à quel point les préoccupations pragmatiques motivent les personnes militantes. Ils montrent également comment l'orientation politique et le contexte social façonnent les préférences pour mettre l'accent sur le sexe/genre plutôt que de le réduire.

 

Sur la base de l'article Too full of gender : How activists conceptualize the promises and pitfalls of gender-neutral identity documents. 

Annexe 1. 

Annexe 2. 

Handicap, genre et emploi : regards croisés

Journée d'étude de l'axe Discriminations et politiques catégorielles
8 novembre, 9h15-17h15
  •  Illustration Kate McDonnel, 2022 Illustration Kate McDonnel, 2022

L'axe Discriminations et politiques catégorielles du LIEPP a le plaisir de vous inviter à la journée d'étude : 

HANDICAP, GENRE ET EMPLOI : REGARDS CROISÉS

Mardi 8 novembre, 9h15-17h15, format hybride

Lieu : Salle 910, 9 rue de la Chaise, Paris 7ème 

Compte rendu de la journée "Handicap, genre et emploi : Regards croisés"

Résumé : 

Journée de restitution et d’échanges autour du projet de recherche participative « Handicap, genre et précarité professionnelle : parcours biographiques et réception de l’action publique », financé par la FIRAH et l’Agefiph et mené à Sciences Po (CRIS-LIEPP) sous la direction d' Anne Revillard. Cette journée donnera lieu à des échanges autour du projet avec des chercheur.e.s, des personnes concernées et des acteurs publics et associatifs.

La recherche visait un double objectif : une meilleure connaissance des facteurs de précarisation professionnelle des femmes handicapées, et l’identification de pistes d’amélioration de l’action publique à partir de l’expertise expérientielle des personnes. Elle a été conçue en étroite relation avec six associations du secteur qui partagent un engagement commun en faveur de l’emploi des personnes handicapées, tout en ayant des formats et des spécialisations complémentaires : LADAPT, Agefiph, apiDV, APF-France handicap, Femmes pour le Dire Femmes pour Agir (FDFA), Fibromyalgie France.

Pour plus de renseignements, consultez la page du projet.

Programme prévisionnel : 

 9h20 - Mots d’accueil par Cécile Vallée (Chargée de développement, FIRAH) et Christophe Roth (Président de l’Agefiph)

9h30 - Handicap, genre et précarité professionnelle : une recherche participative et appliquée

Cette session revient sur la démarche participative du projet. Les associations partenaires ont été impliquées à toutes les étapes du projet, de la conception au questionnement à la diffusion des résultats, selon un triple rôle : expertise, relai, et opérationnalisation des savoirs. La recherche a ainsi vocation à produire des savoirs utiles pour la pratique.  

 - Présentation générale du projet par Cécile Vallée (Chargée de développement, FIRAH)

 - Présentation du cadre scientifique du projet par Anne Revillard (Professeure associée en sociologie, Sciences Po - CRIS et LIEPP)

 - Retours d'expériences des associations sur leur participation au projet, par Carole Saleres (APF - France handicap) et Carole Robert (Fibroymalgie France)

 - Résultats et valorisation, par Mathéa Boudinet (Doctorante en sociologie, Sciences Po, CRIS-LIEPP)

 - Dimension appliquée du projet, par Véronique Bustreel (Agefiph)

10h30 - Handicap, genre et travail : quelles données ?

Cette session revient sur les données qualitatives et quantitatives disponibles ou à produire pour investiguer l'articulation entre handicap genre et travail.

- Insertion professionnelle selon le handicap et le sexe, par Marc Collet (Responsable du suivi de l'insertion professionnelle des personnes handicapées, Ministère du Travail - Dares)

- Les données disponibles et manquantes, par Arnaud Lenoir (Agefiph)

- Présentation de l'ouvrage « Portraits de travailleuses handicapées », par Anne Revillard et Mathéa Boudinet (CRIS-LIEPP)

11h30 - Handicap, genre et accès à l’emploi

Quelles sont les difficultés d'accès à l'emploi des personnes handicapées et notamment des femmes ? Cette session croise les points de vue des chercheuses, d'une spécialiste de l'accompagnement vers l'emploi et de femmes directement concernées

- Handicap et division du travail au sein des couples, par Célia Bouchet (Postdoctorante en sociologie, Mission pour la place des femmes, CNRS, associée CRIS).

- Discrimination dans l'accès à l'emploi en raison du handicap, par Naomie Mahmoudi (Postdoctorante au CNAM, chercheuse affiliée au laboratoire de recherche ERUDIT)

- Accompagner vers l’emploi, par Déguène Alix (APF - France handicap)

- Témoignages de créatrices d’entreprise

13h – 14h30 – Pause déjeuner

14h30 - Handicap et genre au travail

Comment se joue l'articulation entre handicap et genre dans les expériences au travail ? Une fois en emploi, à quels obstacles les femmes handicapées doivent-elles faire face ? Quels sont les dispositifs publics et les pratiques des entreprises pour favoriser leur accompagnement ? Comment les faire évoluer ?  

- L’endométriose, un enjeu de santé au travail, par Alice Romerio (Postdoctorante Gis-CREAPT, Ceet-CNAM, Cresppa)

- Barrières systémiques à l’insertion professionnelle : entre handicap, genre et culture, par Audrey Dupont (Postdoctorante Université de Montréal/CHU Ste-Justine - Université du Québec à Rimouski)

16h15 – Handicap, genre et politiques de l’emploi

Cette session ouvre un débat sur les recommandations issues de cette recherche participative et des autres travaux présentés au cours de la journée : comment améliorer l'accompagnement des femmes handicapées vers et dans l'emploi ?  

 - Quelles recommandations à l'issue de cette recherche, par Mathéa Boudinet (Doctorante en sociologie, Sciences Po - CRIS et LIEPP)

 - Présentation de l’action de FDFA en matière d’emploi, et apports de cette recherche pour la réflexion et l’action associatives, par Claire Desaint (Vice-présidente de Femmes pour le Dire Femmes pour Agir, FDFA)

Retour vidéo sur cette journée (Réalisation Thomas Arrivé, Sciences Po). 

bandeau partenaires

Newsletter du LIEPP - septembre 2022

  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Pour accéder aux dernières actualités du LIEPP, lire la Newsletter.

Tags :

Planetary health, protecting nature to protect ourselves : a discussion with Samuel Myers

Environmental Policies Seminar - September 23rd, 12:30 - 02:30pm
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

LIEPP's Environmental Policies Research Group and the Centre des Politiques de la Terre are pleased to convene this seminar : 

Planetary health, protecting nature to protect ourselves : a discussion with Samuel Myers 

Friday September 23rd, 12:30 - 2:30 pm

Location : Sciences Po, 13 Rue de l'Université, 75007 Paris

Room : Amphithéâtre C. Erignac

Mandatory registration 

Speaker : 

Samuel Myers (Harvard T.H. Chan School of Public Health & Director, Planetary Health Alliance)

Abstract : 

The publication of the French translation of this introduction to the planetary health paradigm will give us the opportunity to discuss with the author, Samuel Myers, Researcher at Harvard University. Samuel will present the challenges of this emerging discipline. Indeed, understanding how environment changes affect our health is increasingly critical to a variety of disciplines and professions. With an interdisciplinary approach, this collective book addresses a wide range of health impacts felt in the Anthropocene, including food and nutrition, infectious disease, non-communicable disease, dislocation and conflict, and mental health. It also presents strategies to combat environmental changes and its ill-effects, such as controlling toxic exposures, investing in clean energy, improving urban design, and more. 

Chairs : 

Anneliese Depoux (Université Paris Cité, Centre Virchow-Villermé de Santé Publique Paris-Berlin et CPT), Anne Revillard (LIEPP, CRIS) and Martin Hendel (ESIEE Paris, Université Paris Cité, LIED et LIEPP)

This seminar is organized with the support of the Alliance Santé Planétaire, the Centre Virchow Villermé and Rue de l'échiquier publishing house.

Contact : charlotte.halpern@sciencespo.fr

             

Prosecutor discretion in courtroom workgroups

Discriminations and Category-Based Policies Seminar - October 6th, 12:30-01:30pm
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

LIEPP'S Discriminations and category-based policies Research group is pleased to convene this seminar : 

Prosecutor discretion in courtroom workgroups

Thursday October 6th, 12:30 - 01:30pm

Location : Sciences Po, 1 place St Thomas d'Aquin, 75007 Paris

Room : C.S16

Mandatory registration

Speaker : 

Aurélie Ouss (University of Pennsylvania)

Abstract:

In the United States, prosecutors wield a wide array of discretion in their decisions of whether and how to charge cases, what plea offers to make, and whether to withdraw cases. Their priorities and decision-making processes are often hidden from public view leading some to describe prosecutorial discretion as a “black box”. This discretion could lead to sentencing disparities and coercive practices that undermine fairness and efficacy in the criminal justice system. Guidelines that place constraints on line prosecutor's discretion are one policy lever that head prosecutors can use to address this issue. However, the net effect will depend on how other legal actors, such as judges or defense attorneys, respond to these guidelines. We examine the effect of two internal guidelines, which differed in terms of transparency and precision, on sentencing outcomes. Both policy memos created sizeable decreases in the average sentencing severity; though, they did not change the distribution of sentences. This is partially driven by responses from other legal actors: we show that when concrete targets are offered, defense attorneys compare the “going rate” between prosecutors and judges when deciding how to resolve a case for their defendant. This paper provides empirical evidence that prosecutor guidelines can constrain discretion, but changes in the criminal justice must be considered in the broader context of interconnected decisions.

Read Aurélie Ouss's interview "Evaluer les politiques pénales en France et aux Etats-Unis"

Governing Nutrient Pollution Beyond Farmers

Environmental Policies Seminar - September 8th, 01:00 - 2:30 pm
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

LIEPP's Environmental Policies Research Group is happy to invite you to the seminar: 

Governing Nutrient Pollution Beyond Farmers

Thursday September 8th, 1:00 - 2:30 pm

Location: Salle C.S16, 1 place Saint Thomas d'Aquin, Paris 7ème

Mandatory registration

Presented by:

David Kanter (New York University)

Abstract:

Nutrient pollution is one of the most significant environmental issues of our time, driven by the oversupply of fertilizer and manure to agricultural land. Most policies focus on changing farmer behavior, which is extremely difficult, largely ineffective and a major reason why pollution levels continue to rise. A more creative governance framework that can avoid the pitfalls of farmer-focused policies while spurring reductions in agricultural nutrient pollution is critical. Consequently, the core objective of the Governing Nutrient Pollution Beyond Farmers project is to design a new governance framework to address agricultural nutrient pollution in the US and the EU aimed at agri-food system actors beyond the farm capable of influencing farm-level nutrient management – from fertilizer companies to multinational retailers. Doing so would shift the regulatory burden away from the farmer and transform an intractable non-point source problem into a series of more manageable point source approaches.

Climate and energy policies of the European Green Deal

Environmental Policies Seminar - September 15th, 05:00 - 6:30 pm
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

LIEPP's Environmental Policies Research Group is happy to invite you to the seminar:

Climate and energy policies of the European Green Deal

Thursday September 15th, 5:00 - 06:30 pm

Location: Salle d'Innovation du LIEPP, 1 place Saint Thomas d'Aquin, Paris 7ème

Mandatory registration

Presented by:

Marc Ringel (European Chair for Sustainable Development and Climate Transition, Sciences Po)

Abstract:

The European Green Deal’s ambition to decarbonise the EU by 2050 and to reduce greenhouse gas emissions by 55% until 2030 raises the level of ambition of EU climate and energy policies. The legislative proposals for increased energy efficiency and stronger use of renewable energies (“Fit for 55 package“) have again been stepped up in the light of the present energy supply concerns and complemented by voluntary national saving targets for natural gas. From a climate and energy policy perspective, this raises many research questions: How and by which measures can the policy objectives be translated into effective national policy implementation? Will stakeholders support the ambitious decarbonisation measures? Which barriers and solutions exist for lowering energy consumption in the building sector? How would the next generation of policy measures in the field of energy efficiency look like? In this seminar, Marc Ringel (Director of the European Chair of Sustainable Development and Climate Transition) will present his research agenda in the framework of LIEPP to discuss cooperation and synergies with other LIEPP activities and members.

Atelier Jeune Recherche (2022-2023)

  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Présentation générale de l'atelier

Animation : Anne Revillard

Email: anne.revillard@sciencespo.fr

Volume horaire : 20h (une séance de deux heures par mois de septembre à juin, le lundi de 11h à 13h)

Calendrier prévisionnel 2022-2023 :

Lundi 26 septembre 11h-12h : Introduction de l'atelier (pas de présentation) et présentation de l'équipe administrative du LIEPP pour les lauréats du Programme Jeune Recherche

Lundi 24 octobre 11h-13h

  • Audrey Harroche, CSO Sciences Po, sociologie: “La crise du Covid à l’aune des réformes de l’enseignement supérieur et la recherche. Le cas de la controverse autour de hydroxychloroquine.” 
Lundi 21 novembre 11h-12h30

  • Louise Freulet, UPC, éducation, Titre: “Une division sociale du travail de politisation ? Les jeunesses associatives de l’éducation populaire face aux rapports sociaux de pouvoir” (présentation)
  • Formation : préparer un poster de recherche
Lundi 12 décembre 11h-13h

  • Edgard Dewitte, Sciences Po, économie: "The Historical Roots of Climate Change Denial"
  • Noémie Morize, CSO Sciences Po, Sociologie, “Construire le collectif par la rémunération ? Des professionnels de santé libéraux en prise avec l’exercice coordonné”. 

Lundi 16 janvier 11h-13h:

  • Julie Madon, CSO Sciences Po, Sociologie: Atelier écriture
  • Thomas Delahais, Quadrant Conseil 

Lundi 13 février 11h-14h (Attention, horaire inhabituel)

  • Session de préparation des posters: Tous les participant.e.s à l'atelier doivent avoir envoyé leur poster une semaine à l'avance

Lundi 13 mars 11h-13h

  • Viviane Spitzhofer, CEE Sciences Po, Sciences Politiques, Titre: “Dispersal Policies of Asylum Seekers in European Member States” (titre à confirmer)  

Lundi 17 avril 11h-13h 

  • Alain Abena Tsongui, CSO Sciences Po, Socioligie: titre à préciser

Lundi 15 mai 11h-13h

  • Ana Cleaver, URMIS, UPC, Sociologie: “Travailleuses Domestiques et Politiques Publiques: une analyse sociologique des inégalités structurelles au Brésil” (titre à confirmer) (présentation), français
  • Carlo de Nuzzo, Cevipof:  "The binomial of Citizenship. A comparison between France  and Italy, from the rise of Mass Society to the Maastricht Treaty 1919-1992"

 

Tags :

Criminalité & Justice : nouvelles perspectives en termes d'inégalités

Journée d'étude le 14 septembre, 9h30 - 17h00
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

L'axe Discriminations et politiques catégorielles du LIEPP organise une journée d'étude:

Criminalité & Justice : nouvelles perspectives en termes d'inégalités

Le mercredi 14 septembre de 9h30 à 17h00, en présentiel

Lieu: Salle K011, 1 place Saint Thomas d'Aquin, Paris 7ème

Inscription obligatoire

 

Programme

Communications en français et en anglais

9h30-10h00: accueil/coffee

10h00-10h45: 

A justice rendered by women for women? What judicial intervention does to gender wealth gap,
Nicolas Frémeaux (Université Paris Panthéon-Assas) et Sibylle Gollac (CRESPPA)

10h45-11h30: 

Border Apprehensions and Federal Sentencing of Hispanic Citizens in the United States,
Simone Bertoli (CERDI)

11h30-12h15: 

Quand la mobilité des magistrats engendre une inégalité territoriale du traitement judiciaire. Le cas de la justice des mineurs, 
Thomas Léonard (ENPJJ)

12h15-14h: lunch / déjeuner

14h-14h45: 

Officer-Involved: The Media Language of Police Killings, 
Aurélie Ouss (UPenn)

14h45-15h30: 

Why do people commit crime ?, 
Arnaud Philippe (University of Bristol)

15h30-16h15: 

Victim or Threat? Shipwrecks, Terrorist Attacks and Asylum Decisions in France, 
Mathilde Emeriau (LSE)

16h15-16h45: farewell coffee


Le LIEPP recrute

  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

AXE DISCRIMINATIONS ET POLITIQUES CATÉGORIELLES - 12h/mois en 2022/2023

L'Axe « Discriminations et politiques catégorielles » du LIEPP recrute un.e assistant.e de recherche (doctorant.e ou masterant.e) en appui aux activités de l’axe Le Laboratoire Interdisciplinaire d'Evaluation des Politiques Publiques (LIEPP) de Sciences Po recrute un.e assistant.e de recherche (doctorant.e ou masterant.e)  en appui de l'Axe...

En savoir plus

DISPOSITIFS DE FORMATION CONTRE LES DISCRIMINATIONS - CDD 3 mois 

Placé(e) sous la responsabilité de la secrétaire générale du LIEPP et d’une équipe de chercheuses de l’axe « discriminations et politiques catégorielles », vous serez chargé(e) de la réalisation d’une revue systématique de littérature en anglais sur les dispositifs de formation contre les discriminations (anti-discriminatory training)....

En savoir plus

PROJET IDEE - Postdoc 21 mois

Le LIEPP recrute  1 Chercheur(e) postDoctorAl(e) en CDD Le Laboratoire Interdisciplinaire d’Evaluation des Politiques Publiques (LIEPP) recrute un(e) chercheur(e) postdoctoral(e) dans le cadre du programme IDEE (Innovations, Données et Expérimentations en Éducation). Ce programme aide les chercheurs à mener des expérimentations éducatives...

En savoir plus

PRELÈVEMENTS SOCIAUX - CDD 1 à 3 mois

Placé.e sous la responsabilité d’une équipe de recherche de l’axe « politiques socio-fiscales » et de la secrétaire générale du LIEPP, vous apportez votre soutien dans un projet de recherche sur l’évolution des prélèvements sociaux dans le temps. Le travail consiste, à analyser l’évolution des barèmes de prélèvements en comparaison...

En savoir plus

Tags :

La « Santé dans toutes les politiques », une démarche encore trop rare en France

Entretien avec Laurence Warin, Lauréate du Programme Jeune recherche du LIEPP
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Lauréate 2021-2022 du programme de soutien à la jeune recherche en évaluation des politiques publiques du LIEPP, Laurence Warin est docteure en droit d'Université Paris Cité , où elle a soutenu le 30 mars 2022 une thèse sur l'approche « Santé dans toutes les politiques ».

En quoi consiste l'approche « santé dans toutes les politiques » ?

La « santé dans toutes les politiques » est une approche transversale des politiques publiques qui promeut la prise en compte des enjeux sanitaires dans la prise de décision publique de l’ensemble des secteurs. Selon François Bourdillon, ancien directeur de Santé publique France, le Nutriscore est l’un des meilleurs exemples de l’intégration de la santé dans une autre politique en France. En effet, en accord avec la réglementation européenne, et suite à l'adoption de la loi de modernisation de notre système de santé en 2016, le législateur français a mis en œuvre un dispositif complémentaire d’information nutritionnelle facultatif mais dont la forme est unifiée par la loi. Il s’agit du Nutriscore, une pastille composée d’une lettre et d’une couleur, qui informe les consommateurs sur la qualité nutritionnelle d’un produit. Le produit est ainsi classé sur une échelle à cinq niveaux allant du plus favorable (A) au moins favorable (E) sur le plan nutritionnel. Ce logo a été conçu par l’agence Santé publique France, qui en protège la marque au niveau français et européen et en a établi ses règles d’utilisation. L’objectif est d’améliorer l’information nutritionnelle placée sur les produits pour aider les consommateurs à acheter des aliments de meilleure qualité nutritionnelle, mais on peut aussi s’attendre à ce que ce dispositif incite les industriels à revoir la composition de leurs produits afin de pouvoir apposer un meilleur score sur leur emballage et ainsi attirer les clients. Nous avons là un exemple où deux secteurs sont mobilisés : celui de la santé et celui de la consommation, en vue d’atteindre un objectif commun, l’amélioration de la santé des consommateurs.

D'où vient cette démarche ?

L’approche « santé dans toutes les politiques » est le fruit d’une longue réflexion menée au niveau mondial par l’OMS et la plupart des États. Depuis les années 1970, la santé est progressivement appréhendée de façon globale, en lien avec les facteurs qui l’influencent : l’environnement dans lequel on vit, l’emploi que l’on occupe, le réseau social, le logement, mais aussi les comportements que chacun adopte (alimentation, tabagisme, sédentarité, etc.). Avec le développement de diverses notions telles que celle d’environnement favorable à la santé, et celle de promotion de la santé, émerge aussi l’idée selon laquelle on ne peut atteindre un bon niveau de santé de la population uniquement grâce aux soins médicaux ; il apparaît nécessaire d’intégrer les questions de santé dans la conception et l’élaboration des politiques des autres secteurs : éducation, alimentation, transports, etc. C’est en 2006, lors de la Présidence finlandaise de l’Union européenne, que le terme de « santé dans toutes les politiques » est avancé. Puis, plusieurs conférences mondiales chapeautées par l’OMS précisent cette approche, en particulier la Déclaration d’Helsinki sur la « santé dans toutes les politiques », adoptée en 2013. Certains États ont adopté cette approche dans leur législation nationale ou au niveau infranational, par exemple la Californie, l’Australie-Méridionale, le Québec.

Quelles sont les limites à sa mise en œuvre en France ?

En France, il n’y a pas de cadre juridique mis en place pour intégrer la santé dans les autres politiques publiques. En effet, aucune règle de droit ne prévoit de prendre en compte, de façon obligatoire ou non, cette question lors de la mise en place des politiques publiques d’autres secteurs. Certes, un principe transversal d’intégration de la santé est inscrit en droit de l’Union européenne, dans le Traité pour le fonctionnement de l’Union européenne, et fait, à ce titre, partie du système juridique français, mais le manque de précision de cette disposition donne peu de résultats concrets au niveau européen, et a fortiori en France.

D’autre part, la France manque de moyens financiers et opérationnels pour mettre en œuvre la « santé dans toutes les politiques ». Par exemple, le Comité interministériel pour la santé, qui existe depuis 2014, présente un potentiel intéressant pour affirmer la place des questions de santé dans d’autres politiques, mais il reste encore très effacé et peu productif.

Quel bilan dressez-vous de votre participation au programme jeune recherche du LIEPP ?

Le programme jeune recherche du LIEPP présente de nombreux avantages : faire découvrir les sujets de recherche d’autres jeunes chercheurs, ouvrir à d’autres méthodes de recherche et d’autres disciplines, et parfois échanger sur les éventuelles difficultés que l’on peut rencontrer pendant la thèse. Par exemple, j’ai trouvé très intéressante la démarche qui consiste à ce que chacun donne son avis et ses conseils sur un projet de publication que l’un de nous a choisi de présenter aux autres.

Dans les démarches universitaires en évaluation des politiques publiques, la voix des juristes n'est pas forcément très présente. Quelle peut être selon vous leur apport à la démarche d'évaluation ?

Que ce soit au cours d’une évaluation a priori, in itinere ou a posteriori, des questions portant sur la ou les normes impliquées peuvent se poser. Il peut donc être intéressant d’avoir le regard du droit sur les enjeux juridiques qui jalonnent les différentes étapes d’évaluation.

Tags :

Séminaire d'intégration du LIEPP 2022

21 et 22 juin 2022
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

 

                                                                         

Mardi 21 juin - Amphi Albert Sorel – 27, rue Saint Guillaume

9h00 – 9h30 : Accueil – café

9h30 - 10h15 : Le LIEPP en 2022 – Anne Revillard (LIEPP / OSC, sociologie)

10h15 - 11h15 : Axe Politiques de Santé

11h15 – 11h30 :  Pause-café 

11h30 – 12h30 : Axe Evaluation de la démocratie

12h30 - 14h00 : Pause déjeuner dans le jardin

14h00 – 15h30 : Axe Politiques éducatives

15h30 – 16h15 : Pause-café et échanges par axe

16h15 – 17h15 : Axe Discriminations et politiques catégorielles

17h30 : Cocktail dans le cloître au 1, place Saint Thomas d’Aquin

 

Mercredi 22 juin - Salle K.011 - 1, place Saint Thomas d'Aquin

13h30 - 15h00 : Axe Politiques sociofiscales

15h00 - 15h45 : Pause-café - Session posters sous les voûtes

15h45 - 16h45 : Axe Politiques environnementales 

17h15 - 18h45 : Visite guidée du quartier de Saint Germain des Prés (départ église de Saint Germain des Prés, arrivée place Saint Thomas d’Aquin).

 

 

Tags :

Understanding the visible representation gaps in democratic parliaments

  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

 

On the occasion of the French legislative elections of June, the team at LIEPP (Sciences Po) discuss with Laura Morales (Professor of Comparative Politics at Sciences Po) and Claire Vincent-Mory (Post-doctoral researcher at LIEPP) how the project "Inclusive Democracies? Conceptualising and Measuring the Descriptive and Substantive Political Representation of Under-represented Groups in Democratic Parliaments (InclusiveParl)" can inform discussions and debates around the candidates running for these elections. 

 

First, can you tell us briefly what is the focus of the project and what is its relevance?

Established representative democracies are currently facing a major crisis of citizen confidence, which manifests itself by a strong feeling among citizens that elected representatives are detached from the needs and demands of those whom they represent, and by growing electoral abstention. Oftentimes, this detachment is partly attributed (both by citizens and analysts) to the professionalisation and lack of social inclusiveness of representative institutions. 

The aspiration to make public institutions more inclusive clearly affects various bodies and centres of power at the economic (e.g., boards of directors), social (e.g., mass media), and political (e.g., elected office) levels. However, it is in the political arena where the representation of the diversity of our societies has the most wide-ranging implications. Elected officials not only constitute key symbols of the allocation of power in society, they also exercise power and influence the regulation of diversity in other arenas of the public sphere. 

As an illustration of this tension between aspirations and realisation, in June 2017 in France, the then newly created party led by Emmanuel Macron (La République en Marche !) won a majority of 53% of the seats in the National Assembly. This unprecedented success was partially fostered by the pledge to renew the political ranks that would enable 'normal people' to enter national politics. A similar impetus for political renewal and greater inclusiveness happened also in Italy and Spain in the mid-2010s, with the emergence of new and strong challenger parties (Movimento Cinque Stelle, and Ciudadanos and Podemos, respectively). A few years after this wave of renewal of the ranks of national legislative elites, it is unclear whether elite renewal has transferred into actual substantive change in terms of policy outputs. The project InclusiveParl addresses a number of interrelated questions around these tensions of political representation: To what extent is democratic representation biassed? Is there a link between the "visible" presence of elected representatives from marginalised and minority groups and the way and extent to which the interests and issues that these groups care about are included in the political and policy agenda? Does this link vary across European countries and over time?

The project InclusiveParl addresses these questions through an examination of the link between the visible descriptive political representation of several under-represented groups (women, youth, working classes, ethnic and migrant minorities, religious minorities, people with disabilities and LGBTI+) and their substantive political representation in four national parliaments (France, Italy, Spain and the United Kingdom).

 

How do you approach the examination of these challenges around political representation?

Since Hanna Pitkin's seminal 1967 book on The Concept of Representation, scholarship in political science has traditionally distinguished between descriptive, substantive and symbolic representation. Descriptive representation, applied to the political domain, refers to the ability of those present to re-present (or stand for) those absent and, hence, to mirror in one way or another (some of) their key characteristics. Substantive representation, instead, requires that the representatives act for those absent by representing their preferences, interests, demands or needs. Symbolic representation refers to the ability to stand in for, to substitute or replace the represented without necessarily resembling them or accurately corresponding to them. 

Given these long-established distinctions, most of the research on the gaps in descriptive political representation revolves around the notion of presence and judges the quality of political descriptive representation based on it. By contrast, we contend that the conceptual and theoretical discussion around representation gaps needs to better incorporate an additional element to judge the ability to descriptively represent any group or category: visibility. We argue that the visibility of group identities and belonging is a necessary (but insufficient) condition to legitimately claim to descriptively represent a social group or category. 

For example, an elected representative may belong to a religious denomination, or have a minority gender identity or sexual orientation without these being visible in the public arena. In such cases, the invisibility of their identities and belongings prevents them from descriptively representing such groups, despite their presence. We consider visibility as the result of various intersecting mechanisms: the material characteristics of the elected official (what is present), the agency of the official (what is presented), and voter perceptions (what is perceived).

From an empirical point of view, the project articulates the study of descriptive political representation around the measurement of the visibility of self-designation statements or of the social characteristics of elected legislators through the creation of large databases for the four countries studied since the 1990s, using detailed and comprehensive coding protocols that operationalise our approach to visibility. The various complexities in apprehending visible descriptive representation require a balanced approach: self-designation does not always match what is materially visible or voters' perceptions. In turn, substantive representation is studied through the analysis of the written questions submitted by legislators to the Executive, as well as through the selection of a number of law projects that particularly affect the interests of the studied under-represented groups.

 

What are the project findings at this stage and how can they inform the forthcoming French legislative elections? 

At this stage we have collected biographical information on all the legislators who have held a seat in the lower chambers of parliament in France, Italy, Spain and the United Kingdom since the early 1990s for: their (apparent) sex, age, occupation prior to being elected parliamentarian, their own (and their parents') countries of birth and nationality, their self-designated ethnic identity (if any), their self-designated religious affiliation (if any) and, since the mid-2000s their self-designated gender identity and sexual orientation (if any) and their statements about any disabilities or impairments they may have [1]. These large biographical data sets contain also a wide range of information about their parliamentary tenure, the political and partisan careers, as well as their participation in parliamentary committees and activities. All of these pieces of information have been extracted from publicly available sources on the members of parliament, from the parliamentary websites, their own personal websites, their social media pages, newspaper and TV interviews, etc.

With these biographical data and the official statistics and survey data relating to the overall population in France, Italy, Spain and the United Kingdom, we can portray the extent of the representation gaps for each of the various social categories in the four countries and how they have evolved over time. We illustrate this with Figure 1, where we show the extent of the gaps for each of the eight social categories considered. The red areas demarcate the respective shares in the population, the blue areas represent the shares visibly identified among parliamentarians in the late 2000s or early 2010s, and the yellow areas in the more recent legislative terms. 

Figure 1. The gap between population shares and visible descriptive presence in parliament in France, Italy, Spain and the United Kingdom for two recent parliamentary terms

 

 

Source: InclusiveParl project data set for data on legislators, several official statistics and surveys for the data on the population. 

As we can see, the visible descriptive representation of the working and popular classes (which includes both skilled and low-skilled workers) and the youth present the largest gaps in all four countries, with little to no progress in recent times. Women's representation has improved in France and Italy in their most recent complete parliamentary terms, but both countries started from a worse prior point compared to the 40% representation of women in the Spanish parliament in 2011. The UK House of Commons still lags behind with only around 30% of women MPs (35% in the current 2019-2024 legislature). Overall, for France, the expanding yellow area in the graph suggests that visible descriptive representation has been gradually expanding from one parliamentary term to the next. 

The considerable evolution of the inclusiveness of the French National Assembly in the last three terms, as well as the remaining visible descriptive representation gaps, are most evident in Figure 2, which provides the overtime change in the visible presence of legislators per social category compared to the population shares. While it is clear that political parties and electoral coalitions have become gradually more inclusive of women and the population of immigrant origin, the increased visibility of other social groups is still minimal (e.g. for youth and LGBTI+) or none (for the working classes, religious minorities or people with disabilities). 

Figure 2. The visible descriptive representation gap in France, 2007-2022

Source: InclusiveParl project data set for data on legislators

Although the gap in visible descriptive representation is, to a certain extent, due to the absence of legislators from some of these groups (e.g. in the case of women, youth or working classes), for other groups the gap is also due to the lack of visibility of such group identities or belongings. For example, it is very likely that a larger number of French legislators are of immigrant origin or of minority religious faiths but that they have been reluctant to share the information about their ancestry and religious feelings because of the strong emphasis in France around the notion of laicité and the political taboo around communitarian identities (communautarisme). Similarly, it is quite likely that a larger number of them have some form of disability or impairment, or a non-heteronormal sexual preference or gender identity, and that they have not shared this with the public because they feel this information pertains to their private life and not their public representation role. Some may prefer not to share such details about themselves for fear of harassment or electoral penalties, and others may prefer not to be 'pigeonholed' in a given social category. 

In fact, out of the 12 French 2017-2022 parliamentarians who publicly identified as LGBTI+, 7 were 'out' before the elections (58%) and the remaining 5 did so at a later stage. Similarly, out of the 11 French 2017-2022 parliamentarians who publicly declared to have a disability, only 4 (36%) did so before the 2017 elections.

Candidates to elected office may have extremely valid and legitimate reasons not to disclose personal information about themselves, and qualitative research on minority legislators demonstrates that the aforementioned reasons are recurrent concerns expressed by legislators who refrain from sharing such biographical information with the public. Nevertheless, this project shows that the pro-active agency of elected officials - what they present to the public -  is an essential component of descriptive representation, as without this agency some groups will not be visibly present and without such visibility they cannot be descriptively represented. Now that parties and coalitions are presenting new candidates for the June 2022 French legislative elections, these candidates have a good opportunity to present themselves to the French electorate in a variety of ways. Opening up to the public on the various social characteristics, belongings and identities that define 'who they are' - individually, for each of them - will allow them both to help the public getting to know them better (and, hence, nurture that feeling of closeness that will facilitate voting for them) and also to provide visible descriptive representation to groups that have been traditionally marginalised from political representation. 

 

Do prejudice and discriminatory attitudes play a role? 

To a certain extent, they do, but not in obvious ways. On the one hand, the differences in the degree of parliamentary inclusiveness that we can observe across the four countries seem to run parallel to the relative degree of acceptance of (or lack of prejudice against) each of the studied groups. Figure 3 shows the percentage of citizens in each country (and for two time points, in 2012 and 2018) that say that they are completely comfortable with a person with a given characteristic holding the highest elected office in the country (i.e. President or Prime Minister). As a general rule and for most groups, the UK public is the most accepting or least prejudiced, followed by the Spanish, and then the French. For most groups, Italian citizens are (by a large margin) the least accepting or most prejudiced, and particularly of LGBTI+ minorities. 

On the other hand, there is a link between inclusivity in parliaments and the public awareness of the discrimination faced by most of these under-represented groups. This has increased, as can be seen from the perceptions of widespread discrimination that citizens report on Eurobarometer surveys (Figure 4). Generally speaking, these are larger for ethnic minorities, LGBTI+ minorities and religious minorities. Interestingly enough, citizens of these four countries do not tend to consider that discrimination against young people is widespread, and the Eurobarometer surveys do not include questions about working class people or poorer people. Hence, the trend towards greater inclusivity over time matches the trend towards greater awareness of the discrimination facing these marginalized groups, but public perceptions of discrimination do not necessarily match the gap in visible presence in parliaments, given that the groups that face larger representation gaps are those for which there is a reduced awareness of them experiencing discrimination.

Figure 3. Acceptance of people with given characteristics for the highest elected office by group and country

Source: Eurobarometer 393 (2012) and Eurobarometer 83.4 (2018)

 

Figure 4.  Public perceptions of widespread discrimination by group and country

Source: Eurobarometer 393 (2012) and Eurobarometer 83.4 (2018)

These results suggest that citizens' attitudes are connected in complex ways to how inclusive their parliaments are, as political elites reflect the underlying awareness of the need to combat discrimination at the same time that they grapple with the underlying prejudice vis à vis the supposed political abilities and trustworthiness that they will perceive (and to a certain extent share) amidst their voters. In turn, greater parliamentary inclusivity may also foster attitudinal change. Hence, achieving greater democratic inclusivity requires both initiative from political parties and elites, and changes in public perceptions and attitudes towards under-represented groups. 

____

[1] We empirically appraise these social characteristics and self-designations as follows: 1) Sex: the stated or apparent sex of the legislator (male, female, other); 2) Age: the stated year of birth of the legislator; 3) Immigrant origin: whether the legislator and/or any of their parents were born in a country other than the country where the legislator was elected with foreign nationality at birth; 4) Ethnic minority: whether the legislator has self-identified with any ethnic, racial or bi-national label; 5) Religious minority: whether the legislator has self-identified with a non-Christian religion; 6) Disability: whether the legislator either has declared a disability or is visibly disabled; 7) LGBTI+: whether the legislator has declared being LGBTI+ or a trusted source has published that the legislator is LGBTI+; 7) Workers: based on the occupation of the legislator immediately prior to first joining parliament (coded into ISCO-08), and Daniel Oesch's (2006) classification of occupations based on ISCO-08 we include all occupations classified as skilled or low-skilled manual workers (ISCO groups 6 and 8), skilled and unskilled clerks (ISCO group 4 with a few exceptions and a few inclusions from groups 3 and 5), and skilled and low-skilled service workers (most of ISCO group 5 and a few from groups 3, 8 and 9). 

 

References cited: 

Oesch, Daniel. 2006. "Coming to Grips with a Changing Class Structure. An Analysis of Employment Stratification in Britain, Germany, Sweden and Switzerland.", International Sociology, 21 (2): 263-288. 

Pitkin, Hanna F. 1967. The Concept of Representation. Berkeley: University of California Press.

 

Acknowledgements

This project and publication benefits from the support provided by the ANR and the French Government under the "Investissements d'Avenir" program LABEX LIEPP (ANR-11-LABX-0091, ANR-11-IDEX-0005-02) and the IdEx Université Paris Cité (ANR-18-IDEX-0001)

Laura Morales and Claire Vincent-Mory thank the research assistance of: Lucile Baumann, Martha Bearne, Charlotte Beddouk-Ginesy, Camille Brebion, Annina Claesson, Alma Gamper Saez, Gianni de Gennaro, Clémence Fontan-Ducret, Emma Lancha Hernández, Ester Molinaroli, Valerie Rein, and Yuxi Yi.

 

 

Qu’est-ce qu’un bon lycée ? Mesurer les effets établissements, au-delà de la moyenne

Séminaire politiques éducatives - 28 juin, 17h-18h30
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

L'axe Politiques éducatives du LIEPP a le plaisir de vous inviter au séminaire : 

Qu’est-ce qu’un bon lycée ? Mesurer les effets établissements, au-delà de la moyenne

Mardi 28 juin, 17h-18h30, en présentiel
Lieu : Salle C.S16, 1 place Saint Thomas d'Aquin, 75007
Présentation par : 

Étude réalisée avec Milena Suarez Castillo (PSE - EHESS)

Résumé : 

Mesurer la capacité d’un établissement scolaire à faire progresser les élèves qu’il scolarise est un exercice complexe. Cette étude propose une discussion introductive sur les principaux indicateurs qui sont mobilisés pour identifier les « bons lycées », et l’usage qui peut en être fait. Même en se limitant aux indicateurs liés à la réussite scolaire, il rappelle qu’il est difficile de distinguer ce qui relève des effets propres de lycées du niveau initial des élèves. Des taux de réussite au baccalauréat élevé peuvent surtout refléter le degré de sélectivité du recrutement plutôt que la qualité du suivi des élèves. Par ailleurs, des indicateurs sur les taux de réussite moyens d’un établissement ne renseignent qu’imparfaitement sur la réussite de l’ensemble de ses élèves. A partir de données françaises sur le baccalauréat 2015, cette étude montre que, à composition sociale et scolaire donnée, certains lycées tendent à amplifier les écarts de niveau scolaire entre les élèves qu’ils scolarisent, tandis que d'autres parviennent à réduire les écarts de réussite, sans sacrifier le niveau moyen.

Où en est l'innovation publique ?

  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Le LIEPP et l'École d'Affaires Publiques de Sciences Po sont partenaires du colloque de la Chaire Innovation Publique organisé par l'Institut national du service public (INSP), l'École nationale supérieure de création industrielle (ENSCI), Sciences Po et l'École Polytechnique : 

Où en est l'innovation publique ? 

23 et 24 novembre 2022
Lieu : 2 avenue de l'Observatoire, 75006, Paris

Ce colloque vise à croiser les regards entre praticiens et chercheurs dans le domaine de l’action publique et dans toutes les disciplines (sciences politiques, droit, histoire, sciences sociales, sciences de gestion, recherche en design, sciences du numérique, sciences comportementales…).

Il s'agit d'un événement ouvert à contributions ainsi qu'à toutes les méthodes de recherche. Une sélection des meilleures contributions présentées lors du colloque fera l'objet d'un dossier thématique et sera publiée dans la Revue française d’administration publique (RFAP).

Les intentions de communication - présentant une recherche finalisée (« recherche aboutie ») ou dont le terrain est en cours (« recherche en cours ») - devront contenir de 1 000 à 2 000 mots maximum, bibliographie et notes comprises.
Elles peuvent être rédigées en français ou en anglais.
Elles sont à déposer en ligne sur innopublique22.sciencesconf.org

1er juillet 2022 : date limite des soumissions en ligne

Retrouvez des propositions d'axes, les modalités de soumission et les dates prévisionnelles dans l'appel à communication

Pour plus d'informations 

Developing policy evaluation in an academic setting: assets and challenges

Snowball seminar organized by LIEPP as part of CIVICA Research (Democracy in the 21st Century)
Friday, June, 24th, 2022, 2:00-5:30 PM, Sciences Po Paris
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

This half-day snowball seminar organized at Sciences Po (Paris) aims at bringing together scholars interested in discussing the specificities of developing policy evaluation in an academic setting. The practice of evaluation involves a diversity of actors beyond academia: public administrations, parliaments, private consultants, NGOs… What are the specificities of academic evaluation, and how can we foster this practice in an academic setting?

There are arguably particular assets to developing evaluation from an academic standpoint, for example in terms of autonomy in the choice of objects of evaluation, in the possibility of developing long-term research frameworks, or in the capacity to bring “non-evaluation” academic research into the evaluative discussion. On the other hand, there are challenges to developing evaluation in an academic setting: for example, the rhythm of academic research may be too slow for evaluative needs, doing evaluation is valued to very varying degrees in the different academic disciplines, and the interdisciplinary approach often required by evaluation is a challenge when researchers themselves are evaluated based on disciplinary criteria. To what extent does producing research in an evaluative perspective favour certain types of methods, formats or research designs, such as systematic literature reviews or the promotion of more participatory approaches?

Beyond producing evaluative research, how can we make sure that the process and results of this research are conveyed to relevant stakeholders in adapted and efficient format that actually favour their impact on policymaking and civil society? Making research actionable and relevant to policymakers and civil society is a key component of policy evaluation. What publics do academic institutions target, what are the relevant formats? What role should academic institutions play in the training of policymakers, NGOs, etc., in evaluation? Can investing in training favour a broader awareness of the need for a more systematic evaluation of public policies?

The organization of this snowball seminar draws on the experience of Sciences Po’s Laboratory for interdisciplinary evaluation of public policies (LIEPP), in view of exchanging with scholars from other CIVICA member institutions on these institutional aspects of developing academic evaluation. It aims at connecting research centres and individual academic researchers involved in policy evaluation, and functioning as a breeding ground for new projects in this domain.

Location: Room K.008 (1 place Saint Thomas d'Aquin), 75007 or zoom

Mandatory registrationRegister for a physical attendance - Register for a remote attendance

Programme: 

2:00 - 2:10 : Introduction by Anne Revillard (Associate Professor, member of OSC and director of LIEPP, Sciences Po Paris)

2:10 - 3:40 : Roundtable 1: Developing academic evaluative research

This roundtable will reflect on the specificities of developing evaluative research from an academic setting. Who conducts evaluative research within academia? How is this research funded? What are the topics covered? How can we draw on the inputs of topic-based fundamental research to better inform evaluative practice? To what extent does producing research in an evaluative perspective favour certain types of methods, formats or research designs, such as systematic literature reviews or the promotion of more participatory approaches? This roundtable will also address the challenges to developing evaluation in an academic setting: for example, the rhythm of academic research may be too slow for evaluative needs, doing evaluation is valued to very varying degrees in the different academic disciplines, and the interdisciplinary approach often required by evaluation is a challenge when researchers themselves are evaluated based on disciplinary criteria. These are some of the questions which will be addressed in this first roundtable.

Speakers: 

  • Lucia Corno (Executive director, Laboratory for Effective AntiPoverty Policies (LEAP), Bocconi University, Milano) 
  • José Luis Fernández (Director of Care Policy and Evaluation Centre, London School of Economics, London)
  • Danielle Mason (Head of Policy, What Works Centre for Local Economic Growth, Centre for Cities) 
  • Gaby Umbach (Robert Schuman Centre for Advanced Studies, European University Institute, Florence)
  • Anne Revillard (Associate Professor, member of OSC and director of LIEPP, Sciences Po, Paris)

3:40 - 4:00: Pause 

4:00 - 5:30 : Roundtable 2 : The role of academic institutions in outreach and training in evaluation

Making research actionable and relevant to policymakers and civil society is a key component of policy evaluation. This roundtable addresses the role of academic institutions in outreach and training in evaluation. Beyond producing evaluative research, how can we make sure that the process and results of this research are conveyed to relevant stakeholders in adapted and efficient format that actually favour their impact on policymaking and civil society? What publics do we target, what are the relevant formats? What role should academic institutions play in the training of policymakers, NGOs, etc., in evaluation? Can investing in training favour a broader awareness of the need for a more systematic evaluation of public policies?

Speakers: 

  • Thilo Bodenstein (Associate Professor at the Department of Public Policy, Central European University, Budapest)
  • Andrew Cartwright (Associate Professor at the Department of Public Policy, Central European University, Budapest)
  • Ioana-Roxana Melenciuc (Head of Department of International Relations and European Integration, Scoala Nationala de Studii Politice si Administrative, Bucarest)
  • Diane Stone (School of Transnational Governance, European University Institute, Florence)
  • Kai Wegrich (Professor of Public Administration and Public Policy, Hertie School of Governance, Berlin)

Equal Pay in Practice: Comparative Research on Policy Implementation

ZIF Workshop
June 20th-21st , 2022

 

MONDAY, JUNE 20TH : COUNTRY ANALYSIS BY REGION

Short 10 minute presentations with 15 minutes of discussion after each regional grouping (s) and a question or two from the discussants to kick-off discussion.

Discussants:

  • Jill Rubery (University of Manchester) (Day 1 Only)
  • Iga Magda (Warsaw School of Economics)

9:00-9:30 Introductions: Goals, Framework and Agenda

Isabelle Engeli (Exeter University), Amy Mazur (Washington State University)
Sophie Pochic (CNRS Centre Maurice Halbwachs), Alexandra Scheele (Bielefeld University)
Ania Plomien (London School of Economics)

9:30-10:30 Southern Europe
Spain 
National : Olga Salido (Universidad Compultense Madrid)
France Firm level : Sophie Pochic (CNRS Centre Maurice Halbachs)
Italy : Elisa Chieregato (Goethe University/ University of Verona)

10:30-11:15 Germanic Europe
Austria : Stefanie Wöhl (University of Applied Sciences BFI Vienna) on-line?
Germany : Alexandra Scheele (Bielefeld University) and Andrea Jochmann-Doell (GEFA, Essen)
Belgium : Patrizia Zanoni and Veronika Lemeire

11:30-12:30 Nordic Countries

Norway : Mari Teigen and Ines Wagner (Institute for Social Research, Oslo)
Sweden National : Lenita Friedenvall (University of Stockholm)
Sweden Sub-national/ Firm Level : Anne Charlotte Callerstig (Orebro University) on-line?
Finland : Paula Koskinen Sandberg (Tampere University) – online?

13:30-14:00 EU – Sophie Jacquot (Université Saint-Louis – Bruxelles)

14:00-15:00 Central Eastern Europe

Poland : Ania Plomien (London School of Economics) and Zofia Łapniewska (Jagiellonian University in Kraków)
Albania and Montenegro : Ingrid Bego (Western Carolina University)
Croatia and North Macedonia : Andrea Spehar (University of Gothenburg)

15:00 -16:00 Anglo-American Countries

Australia Lucie Newsome (University of New England) on-line?
Canada : Francesca Scala ( University of Concordia)
UK : Susan Milner (University of Bath) - paper pre recorded?
USA National Level: Ashley English and (University of North Texas) and Meredith Neizgoda (University of North Texas)
USA Sub-National/ State: Season Hoard (Washington State University) and Sydney Smith (Washington State University)

16:30 -17h30 GROUP DISCUSSION: Lessons Learned Thus Far?

 

TUESDAY, JUNE 21ST : DISCUSSION OF CROSS-NATIONAL THEMES

Divided into 4 thematic sessions that come out of the first day. Each theme will have a 90 minute facilitated discussion with the discussant starting.

9:30-10:00 Organizing the Thematic Sessions

10:00-11:15 Collective Bargaining System as Implementation Practice  (Actors and Empowerment) 

11:30-12:30 Mix of Policy Instruments: Legislation, Court Cases, Pay Transparency (Reporting)/ Certificates/ Complaints – Outputs and Practice (Actors and Empowerment) 

13:30-14:45 Multi Level/ Dimensional Issues 

  • By Level of Governing Institution: EU/ National/ Sub-National ( Federal Systems)

  • By Collective Bargain Structure: Intersectoral/ Sectoral Firm Level – Practice and Empowerment 

  • “ Street-Level”

15:00- 16:15 Outcomes/ The What If Problem

  • Direct – Gender Wages Gaps – How to Measure
  • Indirect – Change in implementers frames and social attitudes about equal pay Coffee Break
  • Overall Gender Transformation

16:15 -17:30 Closing Session

 

La réforme des études de santé: de la genèse à la mise en œuvre

Séminaire de restitution de résultats, 8 juin 16h30 - 18h00
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Le projet REF-Santé vous invite au séminaire de restitution des résultats de l'étude : 

La réforme des études de santé : de la genèse à la mise en œuvre 

Mercredi 8 juin, 16h30 - 18h

Lieu : Salle C.S25, 1 place Saint Thomas d'Aquin, 75007

Inscription obligatoire 

Programme : 

La première intervention concerne la genèse et la mise en œuvre de la réforme. Le focus est mis sur le temps long de réflexions et paradigmes sur la formation des professionnels de santé, y compris l’introduction de la « Paces » (première année commune aux études en santé) et les expérimentations qui s'ensuivent. Un intérêt particulier est porté vers les acteurs de la réforme et le processus de décision entre eux.

Interventions de : 

Lors de la deuxième intervention, l'équipe du projet reviendra sur la façon dont la réforme a été reçue et mise en œuvre du point de vue des usager.ères, à savoir les candidat.es aux filières PASS et L.AS, les étudiant.es et leurs parents. Elle éclairera entre autres les ressorts du mouvement de contestation de la réforme.

Interventions de : 

2nd LIEPP International scholars in policy evaluation programme

  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

 

LIEPP International scholars in policy evaluation programme

Call for Applications for a research stay in 2023

 

The Laboratory for Interdisciplinary Evaluation of Public Policies (LIEPP), a research platform at Sciences Po (Paris, France), launches its second International scholars in policy evaluation programme. The visiting fellowships funded as part of this programme (for visits in 2023) aim at fostering the incoming mobility of scholars from universities and research institutions outside of France, in order to expand LIEPP’s research activities and develop its international relations.

Created in 2011 under the "Investissements d'avenir" programme of the French National Research Agency, this laboratory is being redeployed since 2020 in partnership with Université Paris Cité.

LIEPP develops an innovative approach to evaluative research: articulating quantitative, qualitative and comparative methods; confronting disciplinary views on the evaluated policies; and promoting the cross-fertilization of methodological and theoretical inputs from different disciplines, with those from the international field of evaluation. LIEPP thus works on anchoring the evaluation approach in academic research.

This call for applications is targeted at scholars specializing in policy evaluation and who, in their universities or research institutions, are in permanent academic positions equivalent to those of Full Professor, Associate Professor, or Assistant Professor. Applications from all countries outside of France are welcome. LIEPP is open to all social science disciplines, including (but not limited to) economics, education, environmental science, management, political science, public administration, psychology, sociology.

Research activities conducted by the visiting scholar should focus on one or more of the following areas of specialization of LIEPP (see links for a description of each research program):

Applications by scholars with a broader (methodological or theoretical) specialization in evaluation are also welcome.

The selection of applications will be made by the laboratory council (composed of the research groups directors and the director of LIEPP), on the basis of the scientific quality of the project, its relevance in terms of policy evaluation, and its fit with one or more of LIEPP’s areas of specialization.

For more information about LIEPP’s activities, please check our website : www.sciencespo.fr/liepp/en

Terms & conditions

As part of this visiting programme, LIEPP is offering a stay of one month covering the expenses related to accommodation in Paris up to 3000 euros for one month. In addition, LIEPP will finance travel expenses for one roundtrip ticket to Paris in economy class (and airport transfers).

The one-month stay is to be scheduled between January 2nd, 2023 and December 15th, 2023 (except in August).

Scientific contribution

During the stay, the visiting scholars will be asked to present their work in one of our seminars, and to contribute to our LIEPP Open Access publication series via a working paper or a policy brief(1) on a topic of relevance to policy evaluation. The working paper or policy brief, whose title and abstract will be sent with your application, should be delivered within four months after the visit at the latest.

Location

Sciences Po – Laboratory for Interdisciplinary Evaluation of Public Policies (LIEPP), Paris, France. Our offices are located in the center of Paris. A part-time workspace should be available for the visiting scholar (depending on office space availability at the time of visit), as well as access to the Sciences Po Library.

Deadline for application

The deadline for application is September 8th, 2022.
The results of the selection will be made available at the beginning of October, 2022.

Application

Applications can be written in English or French.
They should be sent to liepp@sciencespo.fr [subject: Visiting programme]. They include:

  • A curriculum vitae ;

  • A cover letter explaining your interest and contribution to policy evaluation in one of the LIEPP research areas, or broader methodological or theoretical contribution to policy evaluation. Specify which project(s) you would plan to work on during your stay. Collaborations with LIEPP affiliates are encouraged. Make sure to mention precisely which LIEPP research group your fellowship would be affiliated to (see list above).

  • A pdf copy of one published (or in print) article or book chapter that illustrates your contribution to policy evaluation.

  • The first draft (or at least title and abstract) of your working paper or policy brief to be published in LIEPP’s publication series.

  • A seminar proposal: title of your presentation and abstract (the seminar may be organized around your working paper proposal).

Don’t hesitate to contact us at liepp@sciencespo.fr if you need additional information ahead of your application.

 Programme Laureates : 

(1) LIEPP Policy Briefs are intended to present the results of research that has already been completed, and that has already been validated in the form of a research report or scientific article, for example, which should be referenced in the PB. The PB aims to present these results in a synthetic manner, emphasizing the implications for the evaluation of public policies. The PB is short (less than 5,000 words) and aims to make the results of the research accessible to a wide audience (public actors, civil society).

Full text (PDF) 

Tags :

Call for projects « Interdisciplinary Evaluation of gender policies » (closed) 2022

  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po
 

LIEPP call for projets 2022:
« Interdisciplinary evaluation of gender policies » 

The Laboratory for Interdisciplinary Evaluation of Public Policies (LIEPP) is launching its second call for projects in partnership with the PRESAGE programme and the Cité du Genre, on interdisciplinary evaluation of gender policies. This call for projects is part of the redeployment of LIEPP in partnership with Université Paris Cité.

It aims to promote the development and valorisation of interdisciplinary academic research on evaluation of public policies, either on the design, implementation and effects of policies that explicitly address gender issues (e.g. gender equality policies, policies on gender identity and LGBTQI+ issues), or on the effects, in terms of gender, of public policies that address other issues relevant to the research themes (e.g. social and fiscal policies, migration policies, policies relating to health or disability, educational policies, environmental policies, evaluation of democracy).

Contributions should be interdisciplinary, as the call is broadly open to all disciplines that contribute to public policy thinking. Three types of projects can be submitted: interdisciplinary literature reviews, research projects, and organisation of interdisciplinary events or networks in public policy evaluation.

Each project is led by one or two researchers, at least one of whom must be a full researcher whose main affiliation is with a Sciences Po or Université Paris Cité laboratory. Funded projects have a maximum duration of 24 months, with a timetable ending in November 2024 at the latest.

Those interested in this call for projects are invited to contact LIEPP adminisitrative team to express their wish to submit a project, by sending a short message with the subject [Call for gender projects] to liepp@sciencespo.fr. LIEPP administrative team will be at their disposal to answer their questions and assist them in setting up their project (in particular, strengthening interdisciplinarity and budgeting) (NB: LIEPP administrative team will not be available between 22 July and 26 August).

Projects can be submitted in English or French.

If you want to know everything about this call in the form of FAQs, check this link

Projects must be submitted by 18 September 2022 at the latest, using the online application form.

Incomplete or late applications will not be considered. The results will be announced at the end of October, and projects can start in November 2022.

Attached documents :

List of selected projects : 

Tags :

LIEPP general call for projects 2022 (closed)

  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

LIEPP general Call for projects 2022 (closed)

“Interdisciplinary Evaluation of public policies”

The Laboratory for Interdisciplinary Evaluation of Public Policies is launching a new general call for projects to strengthen the activities of its research groups. This call for projects is part of the redeployment of the LIEPP in partnership with Université Paris Cité.

LIEPP promotes research which, whatever their disciplines and methods, contributes to the evaluation of public policies, by studying the functioning and effects of different policies. LIEPP is based on an innovative approach to evaluative research: articulating quantitative, qualitative and comparative methods; confronting disciplinary views on the evaluated policies; and promoting the cross-fertilization of methodological and theoretical knowledge from different disciplines, with those from the international field of evaluation. Its activities are organised around six research groups (discriminations and category-based policies, evaluation of democracy, educational policies, environmental policies, socio-fiscal policies, health policies). 

This call for projects aims to strengthen the activities of LIEPP's six thematic research groups. Each research group is briefly presented in the full text of the call, specifying, where appropriate, its priority research themes. Beyond these priority themes, any project corresponding to the research groups general themes will be considered. For more information, please contact the directors of each research group (indicated on the page of each research group on LIEPP website).

Contributions should be interdisciplinary, as the call is broadly open to all disciplines that contribute to public policy thinking. Three types of projects can be submitted: interdisciplinary literature reviews, research projects and organisation of interdisciplinary events or networks in public policy evaluation.

Each project is led by one or two researchers, at least one of whom must be a full researcher whose main affiliation is with a Sciences Po or Université Paris Cité laboratory. Funded projects have a maximum duration of 24 months, ending no later than November 2024.

The funding provided may vary according to needs, from punctual co-funding of a project already underway to more substantial funding involving, for example, the recruitment of a research assistant for a few months (see the list of eligible expenses in the full text of the call for proposals, below). Interested parties are invited to contact LIEPP administrative team (liepp@sciencespo.fr) as soon as possible and before submitting their project to discuss the budgetary arrangements (NB: the team will not be available to answer questions between 22 July and 26 August).

Projects can be submitted in English or French.

If you want to know more about this call in the form of FAQs, check this link

Projects must be submitted by 18 September 2022 at the latest, using the online application form.

If it is impossible to submit your file via google.form due to technical problems, please send your project (word and excel document) to andreana.khristova@sciencespo.fr and liepp@sciencespo.fr

Incomplete or late applications will not be considered. The results will be announced in November and projects can start from the beginning of November 2022.

Attached documents: 

List of selected projects: 

Tags :

LIEPP internship on interdisciplinary environmental research

  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Sophia Noel is a third year student in the Sciences Po college universitaire, majoring in economy and society. She will begin her master’s in sociology at the Sciences Po School of Research in fall 2022. During the spring semester 2022, she has been working as a research intern at LIEPP, with the Environmental research group. 

What has led you to take an internship at LIEPP?

Throughout my time at Sciences Po, I have found purpose in substantial research projects such as the Grand Ecrit. Given my interest in research, enrolling in the School of Research following my bachelor was a clear choice. When I learned about the research initiation internship offered to 3rd year students, I saw it as an opportunity to begin learning about research at Sciences Po before I even began my Master's. I chose to apply to LIEPP specifically because of its focus on interdisciplinary thinking. Before my internship, I had spent a semester at UCL’s Arts and Sciences department which offers classes on interdisciplinary themes. This, together with the pluridisciplinary foundation I recieved at the college universitaire, has thoroughly convinced me on the value of interdisciplinary research. The project I am part of at LIEPP not only cuts across the social sciences, but environmental and planetary science too. Prior to enrolling at Sciences Po, I had a strong interest in earth sciences. Though I am quite happy with my decision to pursue sociology, it has been exciting to go beyond what I typically study and exercise different mental muscles.

What projects have you been involved in?

I am an intern on the Environmental research group, which is headed by Prof. Charlotte Halpern. For the first few months of the internship, I was tasked with forming an exploratory literature review for the CAPin GHG project. This project studies the interaction between urban greenhouse gas (GHG) inventories, policymakers, and other stakeholders. I read and summarized 50+ books and articles on the subject, and produced a summary regarding the methodology of GHG inventories and state of the literature concerning their study. I have enjoyed researching the politics of these inventories, which are the basis for any mitigation policy in cities across the world. I am looking forward to the next stages of the project, which will include field research regarding how the case study cities of Paris, Barcelona, Kuala Lumpur and Singapore adopt and react to inventories.

More recently, I have had the opportunity to support a panel at Sciences Po which will discuss the role of cities in adapting to climate change. To support this event, I read and summarized the context and key findings of the recent IPCC report’s chapter on cities. The chapter spotlights the main challenges cities face in adapting to climate change, including knowledge silos and policy versus implementation gaps.

What is it like to work in a research laboratory?

Even as an intern, I have been warmly integrated in life at LIEPP. I have had the pleasure of attending several methodological seminars, the subjects of which are wide ranging. I have attended events on the economics of medical research, and international foreign aid networks. Because of LIEPP's interdisciplinary structure, there are students and researchers from various disciplinary backgrounds and universities. This makes for a very dynamic intellectual environment. In a few months, I have learned much about the subject of my project, as well as subjects not immediately related but stimulating nonetheless. Regarding my specific project, I have been really happy with the substantiveness of my assignments and the collegiality of my supervisors. This is what has made this internship such a worthwhile experience for me.

How has this internship informed your professional project?

This internship has strongly affirmed my choice to enroll in the School of Research this fall. I have been happy with the intellectual challenges of research, and I am looking forward to further developing my knowledge through the master. This internship has also created an ambition in me to pursue a PhD one day. Furthermore, my work in the environmental research group has emphasized to me the absolute importance of climate change as an issue. Climate change will add, and already is adding, a layer of complexity to all problems studied by social scientists: health, the future of work, migration, inequalities, the list continues. Social scientists have a huge responsibility to absorb what environmental scientists are saying about the planetary realities and explain what this means for human societies. Whether or not warming is kept under 1.5 C, societies will have to cope with dramatic changes: either through a reconstruction of our economic system to stay under 1.5 C, or unfathomable environmental changes if we don’t. The risks of each scenario are unequally distributed through society, and the same level of energy that has gone towards understanding the heterogeneous social effects of globalization and COVID-19 needs to go towards climate change.

Interview realized on 27/04/2022

Young Research Program (2022)

Laureates
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

The support program for young researchers in public policy evaluation is part of the redeployment of the LIEPP in partnership with the University of Paris. In 2022, it is open to doctoral students (from the first year of their thesis at the beginning of the 2022-2023 academic year) and young doctors (who have defended their thesis less than two years ago, and whose thesis must have been defended after August 31, 2020) whose main affiliation is with a Sciences Po or University of Paris laboratory, regardless of discipline. 

See the complete description of the program in 2022 and the application procedures.

PROGRAM Laureates WINNERS FOR 2022/2023: 

ABENA TSOUNGUI, Alain, sociologie, CSO (Sciences Po): Tentative d'évaluation du compte de santé des étrangers en France 

L’essentiel du débat sur le coût des dépenses de santé appliquées aux personnes étrangères en France (immigrés légaux et illégaux), qui revient inlassablement au-devant de l’actualité médiatique à chaque période électorale, est focalisé sur le rythme d’évolution rapide de l’aide médicale d’Etat (AME). Il s’agit d’un dispositif de couverture santé offert aux personnes étrangères en situation irrégulière pouvant démontrer une résidence d’au moins trois mois en France et un faible niveau de ressources. Ce dispositif est complété par deux autres mécanismes de financement des soins : i) le dispositif des soins urgents et vitaux, qui permet de compenser les dépenses engagées par les hôpitaux pour l’octroi des soins à des étrangers en situation irrégulière non éligible à l’AME; ii) la protection universelle maladie PUMA dont bénéficient les demandeurs d’asile et qui a remplacé la CMU. 
La politisation dont fait l’objet l’AME depuis sa création en 1999 est exemplaire de la manière dont est traité le problème de l’immigration en France, avant tout à travers la charge qu’elle représenterait pour les finances publiques. 
L’ambition ici est d’investiguer sur le compte des charges et des recettes qui composent les dépenses de santé des étrangers en France, en vue d’en dégager un solde. Il s’agira de se baser sur des statistiques déjà produites par un ensemble d’institutions publiques (DREES, CNAMTS, IGAS-IGF, etc) ou par divers chercheurs sur la consommation des soins des étrangers, et de produire au besoin des données propres sur des aspects de cette dépense. Il s’agira pour nous d’offrir une vue d’ensemble du financement des soins des étrangers.

CLEAVER Ana, sociologie, URMIS (UPC): Travailleuses domestiques et politiques publiques: une analyse sociologique des inégalités structurelles au Brésil

Ce projet de recherche entend analyser comment des politiques publiques spécifiques de lutte contre la pauvreté, vouées à la réduction des inégalités sociales et à l’accès au droit du travail, ont eu un impact sur les conditions de vie et de travail des travailleuses domestiques brésiliennes. Pour cela, l’analyse sera menée sur deux volets: d’une part, un examen des statistiques officielles permettra d’identifier, dans la durée, l’impact des différentes politiques publiques mises en place sur la vie des travailleuses domestiques. Ensuite, l’expérience vécue par les femmes employées dans cette catégorie socioprofessionnelle sera étudiée, afin de discuter les difficultés auxquelles elles sont confrontées pour leur survie et de comprendre leur perception sur les voies nécessaires pour la réduction des inégalités et la lutte contre la pauvreté. Ainsi, il est possible de donner de la densité aux données statistiques, en les inscrivant dans l’expérience vécue par les travailleuses domestiques. À la suite de l’analyse, la thèse proposée entend présenter des propositions pratiques, basées sur les analyses réalisées et sur l’expérience des travailleuses domestiques en tant qu’utilisatrices des politiques et services publics, pour leur inclusion économique et sociale.

DE NUZZO, Carlo, sociologie politique comparée, CEVIPOF (Sciences Po): Evaluation de la citoyenneté : une comparaison entre la France et l'Italie, de la naissance de la société de masse au traité de Maastricht 1919-1992.

Citizenship is one of the keywords of the contemporary philosophical and political vocabulary, since it touches on some of the central issues being discussed in the political arena: human rights, the foundation, definition and nature of which are the subject of intense debate; the nature of the political community, which had long been identified with the nation-state, but the boundaries of which are now being discussed, and often extended to include supranational formations. 
Citizenship is an expression that can be used to focus on the fundamental political relationship and its main articulations: expectations and requests, rights and duties, modes of belonging and criteria for differentiation, strategies for inclusion and exclusion. Citizenship is composed of two meanings: the first, of a legal nature, coincides with a normative status, a subject linked through territorial connections, family ties to the legal system of a state. The second, of a theoretical- political type, coincides with the social status of the citizen, i.e. with all the political, economic and cultural conditions that are guaranteed to those who are full members of an organised social group. 
Citizenship can be represented as a triangle, with Structure, Discourse, and Agency as its sides. Citizenship is produced by laws and public policies (Structure); but also from cultural constructions and their variations across time and space (Discourse); lastly, it can be tied to a broad set of actors (Agency). To try to understand citizenship we must consider all sides of this triangle, because it derives from the interplay between structure, agency and discourse. 
To try to understand citizenship we must consider all three sides of this triangle, because citizenship derives from the interplay between structure, agency and discourse. If we do not rely on such a multidimensional concept of citizenship, we cannot fully grasp what citizenship entails over time and in different contexts. The triangle of citizenship is necessary in order to understand the link between the individual, civil rights and the political community. To think about citizenship means analysing the connecting points between an individual and a politically organised community. The triangle of citizenship raises the question of how a given society has approached and resolved the problem of the relationship between the individual and the legal and political order. The answers to this question will differ depending on the context and the specific problems faced by a given society.

DEWITTE, Edgard, économie, Département d'économie (Sciences Po): The Historical Roots of Climate Change Denial 

Plus de 30% des américains déclarent ne pas croire au changement climatique anthropogénique, et cette fraction est restée relativement constante depuis que les premieres enquêtes d'envergure sur le sujet. Souvent pointée du doigt, la polarisation de la question sur des lignes politiques est bien réelle. Cependant, ces croyances font montre d'une forte hétérogénéité, géographique notamment, au sein même de ces affiliations politiques. Par ailleurs, cette explication, comme la plupart des corrélats étudiés par la littérature naissante sur le sujet (genre, éducation, revenus,..), est souvent insatisfaisante: pourquoi les républicains sont-ils climato-sceptiques? Dans ce projet, il s'agit de rechercher des explications plus spécifiques, et historiques, aux niveaux relativement hauts et persistent de climato-scepticisme observés aux Etats Unis. 
Le cadre conceptuel est celui de la formation des croyances et en particulier des "raisonnements motivés" qui pourraient être à l'oeuvre avec un sujet mobilisant tellement d'enjeux économiques et sociaux. Dans ce cadre, des travaux existants ont montré que lorsque le "cout" du déni devient trop grand, par exemple faisant face à des événements climatiques extrêmes, les croyances s'en voyaient affecté positivement. Mais l'effet de ces chocs est souvent de courte durée, et ne permet en tout cas pas d'expliquer les niveaux actuels. Cette recherche regarde la question sous l'angle opposé: quelle désirabilité pourrait-il y avoir à de telles croyances? Elle est menée dans le cadre spécifique des communautés exposées à l'extraction d'énergies fossiles. 

FREULET, Louise, éducation, CERLIS (UPC): Une division sociale du travail de politisation ? Associations d’éducation populaire et jeunesses face aux inégalités ethnoraciales, de genre et de religion

En France, le problème des « discriminations » liées à « l’origine » est mis à l’agenda politique dans les années 1990. Dans la continuité, des associations d’éducation non-formelle – dites d’ « éducation populaire » - déploient des dispositifs pour que les jeunes « s’engagent » contre les inégalités ethnoraciales, mais aussi de genre, de sexualité et de religion. D’un dispositif à l’autre, les profils sociodémographiques des jeunes (classe/genre/race/religion) sont fortement contrastés. A l’intersection des sciences de l’éducation et de la sociologie politique, ma thèse vise à évaluer ces programmes en répondant à la problématique suivante : ces interventions associatives façonnent-elles – et si oui, comment – les manières dont différents profils de jeunes politisent le problème des inégalités ethnoraciales, de genre et de religion ? Comment les jeunes se divisent-ielles socialement ce travail de politisation et qu’est-ce que cela dit des effets (in)égalitaires de ces interventions associatives ? 

HARROCHE Audrey, sociologie, CSO (Sciences Po): Gouverner par les inégalités : la mise en œuvre d’une initiative d’excellence dans l’enseignement supérieur et la recherche

La thèse prend pour objet les Initiatives d’excellence (Idex) qui constituent la déclinaison française des réformes de l’enseignement supérieur et de la recherche menées au nom de l’excellence à travers l’Europe. Plusieurs pays tels que l’Allemagne, la Grande Bretagne, l’Espagne, ou encore la Suède, le Danemark, et la Norvège ont réformé ce secteur afin de modifier le système d’attribution des crédits symboliques et financiers au profit d’une plus grande concentration des fonds et de leur attribution compétitive. Les Idex prennet la forme d’appels à projets lancés dans le cadre du Programme d’Investissement d’Avenir (le PIA) créé en 2011 et constituent la clef de voute de ce programme. Les plus dotés et les plus transformateurs, ce sont eux qui portent les ambitions réformatrices du PIA. Ils distribuent 7,7 milliards d’euros à une dizaine de sites universitaires. L’enjeu est de différencier et de hiérarchiser les établissements afin de faire émerger des pôles d’excellence pluridisciplinaires capables de rivaliser avec les meilleures universités du monde. Afin d’obtenir ces fonds, les équipes dirigeantes des établissements doivent se constituer en consortiums et formaliser un projet dont l’essentiel, en fait, porte sur l’introduction de dispositifs permettant de hiérarchiser les activités et les personnes au sein des universités. Après quatre ans de mise en œuvre, les projets sont évalués : si l’évaluation est positive, la totalité de la dotation est accordée et le projet est définitivement pérennisé. Dans ce projet, les Idex sont envisagés comme un instrument d’action publique au service d’une politique inégalitaire c’est-à-dire une politique qui a pour but d’accroitre les inégalités et qui comporte les trois dimensions suivantes : un traitement différencié, aussi bien au niveau matériel que symbolique, des individus ; le fait que ce traitement différencié résulte d’une hiérarchisation des organisations, des activités, et des personnes ; le fait que cette hiérarchisation soit organisée par les pouvoirs publics dans le cadre d’une réforme.

MADON, Julie, sociologie , CSO (Sciences Po): Quelles politiques publiques pour la durée de vie des produits ?

Dans ce projet, il s'agit explorer les extensions possibles d’un travail de thèse sur le thème de la durée de vie des produits. Cette question, qui a été mise sur le devant de la scène avec les polémiques sur l’obsolescence programmée dans les années 2010, a pour intérêt de mêler au moins deux enjeux aux yeux des acteurs publics et privés qui s’en emparent : l’enjeu économique d’une part, et l’enjeu environnemental de l’autre. Dans la sphère associative, par exemple, la question de l’obsolescence interpelle autant des associations consuméristes, qui cherchent à défendre le pouvoir d’achat des consommateurs, que des associations environnementales, qui critiquent le coût en ressources de la production et la pollution générée par les déchets. Des politiques publiques ont été déployées sur ces sujets à plusieurs reprises, encadrant les pratiques industrielles: loi Hamon contre l’obsolescence programmée en 2015, extension de la durée de garantie en 2016, et bien plus récemment, loi anti-gaspillage en 2020.

Tags :

La fréquentation de l’internat au lycée public dans l’Éducation nationale

Séminaire politiques éducatives - 10 mai, 17h-18h30
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

L'axe Politiques éducatives du LIEPP a le plaisir de vous inviter au séminaire : 

La fréquentation de l’internat au lycée public dans l’Éducation nationale
Quel impact sur la réussite scolaire ?

Mardi 10 mai, 17h-18h30
Lieu : Salle d'innovation du LIEPP, 1 place Saint Thomas d'Aquin, 75007
Présentation par : 

Étude réalisée avec Audrey Farges (Ensai et Université de Rennes 1)

Résumé : 

Fréquenter l’internat au lycée permet-il de mieux réussir ses études secondaires ? Cette présentation vise à apporter des éléments de réponse, à partir d’une étude des parcours d’élèves scolarisés en lycée public sous tutelle de l’Éducation nationale dans les années 2010. Elle s’appuie sur les données recueillies par la Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP) dans le cadre du panel des élèves entrés en sixième en 2007. Ces élèves sont pour la plupart entrés au lycée au début des années 2010. Le parcours des élèves ayant été internes pendant leur scolarité au lycée est comparé à celui des élèves n’ayant pas été internes. Les critères de comparaison sont l’obtention d’un diplôme, en particulier du baccalauréat, et la mention obtenue à cet examen. Le panel de la DEPP permet de tenir compte des différences de structure entre les deux populations comparées, en matière de contexte familial, et de profils scolaires et comportementaux pouvant influencer la réussite scolaire.

Tags :

Book presentation: "Le Grand retour de la terre dans les patrimoines"

May 16th, 5pm-7pm (hybrid format)
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

LIEPP is glad to invite you to the book presentation: 

Le Grand Retour de la terre dans les patrimoines 

Monday May 16th, 5pm - 7pm
Location : C.S25, 1 place Saint Thomas d'Aquin, 75007 and zoom
Mandatory registration

Alain TRANNOY, Étienne WASMER, Le Grand Retour de la terre dans les patrimoines. Et pourquoi c'est une bonne nouvelle !, Odile Jacob, 2022. 

Presentation by : 

  • Étienne Wasmer, Professor of Economics, NYU Abu Dhabi and co-founder of LIEPP

Discussion by: 

  • Jacques-François Thisse, Professor of Economics, Louvain la Neuve
  • Bruno Palier, Political science CNRS research director, CEE, Sciences Po and former LIEPP director
  • Hans Helmut Kotz, Senior fellow in Economics, Leibniz Institute for Financial Research and Visiting professor of Economics, Harvard University

Book abstract: 

France is rich. The value of its property holdings is now worth 7,000 billion euros, or three years of national income, compared with barely one year after the Second World War. How can this increase be explained and who benefits from it? Is this a real-estate bubble that is a little more sustainable than others? And, if not, what consequences should we draw from it for our economy?

In this fascinating and meticulously documented book, Alain Trannoy and Étienne Wasmer explain why urban land has increased in value considerably over the last thirty years, a trend that the French preference for land and ecological constraints ("zéro artificialisation") can only reinforce. So what should we do with this providential windfall? The authors propose nothing less than a fiscal revolution. With one objective: to significantly reduce taxes on economic activity, to increase wages while supporting the accumulation of productive capital, in order to perpetuate our social model.

LIEPP in the Media: April 2022

  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po
Axe politiques socio-fiscales

Axe évaluation de la démocratie

Axe discriminations et politiques catégorielles

Axe politiques de santé

Axe politiques éducatives

Autres thèmes de recherche

Tags :

LIEPP in the Media: February 2022

  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Axe évaluation de la démocratie

Axe politiques socio-fiscales

Axe politiques éducatives

Autres thèmes de recherche

Tags :

L’évaluation, entre recherche et action

  • © Studio Sciences Po© Studio Sciences Po

Sciences Po lance fin 2011 un laboratoire de recherche consacré à l’évaluation des politiques publiques à partir de quatre centres fondateurs, le Centre d’études européennes et de politique comparée, le Centre de sociologie des organisations, l’Observatoire sociologique du changement, et le Département d’économie. Créé d'abord comme LabEx (Laboratoire d’Excellence), le Laboratoire interdisciplinaire d’évaluation des politiques publiques (LIEPP), qui compte plus de 80 affiliés, se redéploie depuis 2020 en partenariat avec Université Paris Cité.

Mobilisant une approche innovante, interdisciplinaire, de l'évaluation, ce centre de recherche fête cette année, avec quelques mois de retard, ses 10 ans d’existence. À l'occasion de cet anniversaire, le LIEPP organise une rencontre sur le thème : 

L’évaluation, entre recherche et action

Vendredi 13 mai, 9h00 - 17h30
Amphithéâtre Emile Boutmy - 27, rue Saint Guillaume

 

Lire l'interview d'Anne Revillard, directrice du LIEPP, donné à l'occasion des 10 ans pour le site de Sciences Po.

Lire le compte rendu de la journée.

 

Programme

9h00 - 9h30 : Accueil

9h30 - 9h35 : Ouverture par Philippe Martin, Doyen de l'École d'affaires publiques de Sciences Po. Voir vidéo

9h35 - 10h05 : Le LIEPP dans le paysage de l’évaluation des politiques publiques. Voir vidéo

  • Aux origines - Etienne Wasmer (NYU Abu Dhabi, LIEPP) et Cornelia Woll (Hertie School of Governance, CEE) 
  • Au fil du temps - Bruno Palier (CEE, LIEPP)
  • Aujourd’hui et demain - Anne Revillard (OSC, LIEPP)

10h05 - 11h15 : Une pluralité des méthodes d’évaluation des politiques publiques. Voir vidéo

  • L'apport des méthodes mixtes à l'évaluation des politiques éducatives : le cas de deux expérimentations éducatives - Carlo Barone (OSC, LIEPP), discussion : Yann Renisio (OSC)
  • Les politiques publiques par les incitations fiscales - Clément Carbonnier (LED, LIEPP), discussion : Philippe-Pierre Cabourdin (Cour des comptes)
  • Utilisation de testing pour mesurer les discriminations - Dylan Glover (INSEAD, LIEPP), discussion : Emmanuel Valat (ERUDITE, Université Gustave Eiffel)

Animation : Bruno Palier (CEE, LIEPP)

11h15 - 11h30 : Pause 

11h30 - 13h00 : Regards internationaux sur les enjeux contemporains de l’évaluation. Voir vidéo

(Table ronde en anglais)

  • Thomas Cook (Professeur émérite en sociologie à Northwestern University, Institute for Policy Research et Joan&Sarepta Harrison Chair in Ethics and Justice)
  • Sandra Mathison (Professeure en sciences de l'éducation à l’Université de Colombie britannique)
  • Ray Pawson (Professeur émérite à l’Université de Leeds)
  • Laura Peck (Chercheuse en Politique sociale et économique à Abt Associates)
  • Robin Stryker (Professeure en sociologie, Purdue University)
  • David Aubin (Professeur en science politique, Université Catholique de Louvain) 

Animation : Anne Revillard (OSC, LIEPP)

13h00 - 14h00 : Buffet déjeuner

14h00 - 15h30 : L’évaluation face aux crises. Voir vidéo

  • Expertise, coopération et crise sanitaire - Henri Bergeron (CSO, LIEPP), discussion: Nathalie Latour (Fédération des acteurs de la solidarité)
  • Réduire le déficit d'adaptation des villes aux canicules : les cours OASIS - Martin Hendel (LIED, LIEPP), discussion : Élisabeth Lehec (Ville de Paris)
  • Scientoscepticisme : une approche comparative et interdisciplinaire - Emiliano Grossman (CEE, LIEPP), Charlotte Halpern (CEE, LIEPP) et Henri Bergeron (CSO, LIEPP), discussion : Grégoire Chauvière Le Drian (Banque européenne d'investissement)

Animation : Morgane Laouénan (Université Paris 1, LIEPP) 

15h30 - 15h45 : Pause 

15h45 - 17h15 : Renforcer les collaborations autour de l'évaluation des politiques publiques en France. Voir vidéo

  • Virginie Gimbert (Responsable Département recherche et valorisation scientifique - Cnaf) 
  • Isabelle Duchefdelaville (Présidente de la Société Française de l'Evaluation) 
  • Adam Baïz (Responsable de l'évaluation des politiques publiques, à France Stratégie) 
  • Philippe Hayez (Conseiller maître à la Cour des comptes)

Animation : Agathe Devaux-Spatarakis (Quadrant Conseil)

A partir de 18h00 : Cocktail

Seminar: Social Identity and Criminal Justice Contact

May 12th, 12h30 - 14h30
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

LIEPP's Evaluation of democracy and Discriminations research groups and the Centre for European Studies and Comparative Politics (CEE) are glad to invite you to the seminar 

Social Identity and Criminal Justice Contact 

Thursday May 12th, 12h30 - 14h30 (CET)
Location: Room K.011, 1 place Saint Thomas d'Aquin, 75007
Mandatory registration

During this seminar, Frank Baumgartner (Department of Political Science, University of North Carolina) will present his recent work with Marty A. Davidson, II and Kaneesha R. Johnson on "Social Identity and Criminal Justice Contact". 

Abstract: 

We use a census of over seven million defendants from the North Carolina judicial system, each person who was arrested from 2013 through 2019 to understand the impact of social and demographic factors on contact with the judicial system. We build a composite index of disadvantage, incorporating information on age, race, and gender as well as information we impute from the individual’s home address. Using geocoded residential addresses allows us to map each individual to different neighborhoods defined by common property values or income levels. We develop a five-fold index based on estimated income, age, race, gender, and characteristics of the neighborhood. This index is strongly associated with various measurable outcomes from the criminal justice system: Contact (rates of arrest), charge dismissals, plea deal acceptance, hiring of private legal counsel, and sentencing outcomes. Here, we focus on contact.

Challenges and innovations in rule of law measurement

Seminar, June 16th 2022, 12h-14h
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

LIEPP's Evaluation of democracy research group is glad to invite you to the seminar: 

Challenges and Innovations in rule of law measurement 

Thursday, June 16th, 12h00 - 14h00
Location: Room C.S16, 1, place Saint Thomas d'Aquin, 75007
Mandatory registration 

Presentation by: 

Abstract: 

The new stress on rule of law due to Sustainable Development Goal 16, on one hand, and the EU new Rule of Law mechanism, on the other, exposes on old vulnerability that scholars have long been aware. Rule of law is notoriously difficult to measure, and the thicker the concept the greater the difficulty, as it’s a basket (multidimensional) concept. Even more difficult is to identify a comprehensive and reliable measurement across time. The most popular governance indicators are perception ones, like the World Bank Institute Governance Indicators, the World Economic Forum Global Competitiveness Survey or Transparency International’s Corruption Perception Index. Such indicators have proved vulnerable to the reputation change of countries. In Europe, high deficit countries, most notably Greece, deteriorated on their World Bank Rule of Law and Corruption Perception Index after the euro crisis hit, exactly when they had embarked on reforms to correct imbalances and rationalize their governance. Once the popular perception attributed their economic problems to their chronic governance quality, experts rushed to correct their previously high rankings, thus punishing precisely the more reform-minded governments, which were trying to fix the problem.

Measurement of institutional change is a formidable problem, and despite advances in governance measurement due to open data there is little guidance for policymakers. A United Nations Development Programme review report noted: ‘To put it plainly, there is little value in a measurement if it does not tell us what needs to be fixed’ (UNDP 2008, p. 8). We need to establish both the present status and the evolution over time of rule of law if we are to succeed in evaluating rule of law across time and provide action-able advice.

This seminar discusses the challenges of operational definitions of rule of law, reviews critically the current measures, and proposes a strategy to use fact-based measures allowing more precise monitoring over time of changes in rule of law. A new generation of fact-based indicators is proposed drawing on the current work of the lecturer as academic consultant for governance measurement for UNODC.

Do Audit Experiments Reflect Applicant Behavior? Cautions for Calculations of Probabilities of Success

Seminar, May 20th, 11h30-13h
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

LIEPP' Discriminations and category-based policies and OSC are glad to invite you to the seminar: 

Do Audit Experiments Reflect Applicant Behavior? Cautions for Calculations of Probabilities of Success

May 20th, 11h30-13h

Location: Room K008, 1 place Saint Thomas d'Aquin

Manatory registration

Speaker: Michael VuoloPhD, is an Associate Professor in the Department of Sociology at The Ohio State University and Editor-in-Chief of Sociological Methodology, the official methods journal of the American Sociological Association. His research interests include law, crime, and deviance; health; employment; substance use; the life course; and statistics and methodology.

Abstract: Audit and correspondence studies have flourished in sociology and related disciplines. By sending actual applications that differ only by particular treatments, this method allows researchers to tap into discrimination by decision-makers such as employers, landlords, and schools that surveys and qualitative interviews are unlikely to reveal, with the strong internal validity of an experiment. However, the applicant is assumed to apply to all available openings for which they are qualified, and the probability of success represents an estimate at the unit level rather than that of the applicant. This presentation uses two studies in progress to consider these two assumptions. First, I present the results of an experiment and qualitative interviews with individuals with criminal records regarding whether they apply for jobs based on inquiries regarding records appearing on job applications. We find that when applications have criminal record questions or warnings of a criminal background check, applicants are less likely to apply for a position and that the reasoning behind such self-selection differs by race and gender. In other words, applicants do not apply to all positions as audits typically assume. Second, I demonstrate via the binomial distribution that unit-level probabilities do not accurately reflect real world applicant chance of success. For most studies of the labor market, they underrepresent the effects of discrimination and do not consider the degree of choice in jobs that applicants of differing treatments attain. For studies of other units such as housing and schools, the unit-level probabilities that note discrimination are of relatively little consequence for real-world applicants. Both studies necessitate a new focus on applicants within audit experiments, with a consideration of both self-selection into applying and applicant-level probabilities of success.

Planetary Boundaries Workshops

May 3rd and May 4th 2022
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Presentation

Laboratory for Interdisciplinary Evaluation of Public Policies’s Environmental Policies research group and the Earth Politics Center are organising two workshops on planetary boundaries in order to analyse the link between this policy framework and the collective action dynamics that it generates. These workshops will bring together academics and practitioners to think jointly, and in an interdisciplinary perspective, about the nature, uses and effects of the concept of planetary boundaries. 

Objectives

The concept of "planetary boundaries" is hotly debated in academic circles, public environmental agencies and civil society organisations. This concept, developed by Johan Rockström and a research team from the Stockholm Resilience Center, proposes to understand environmental transformations at the global level on the basis of nine processes that appear to be "planetary boundaries", i.e. thresholds beyond which the Earth system is heading towards an uncertain future.

Academic debates have focused, first of all, on the scientific relevance of the concept of planetary boundaries, the choice of the nine processes identified and the threshold values beyond which a threshold would be crossed, or even the quantification of their cumulative effects over time. Despite these criticisms, the concept of planetary boundaries is the subject of strong and growing interest among public, collective and private actors in the field of the environment, as shown by its rapid dissemination within national environmental agencies, economic actors and civil society. By proposing a global and coherent framework for action, the concept of planetary boundaries makes it possible to document the ecological impact of current transformations and to quantify the changes specific to each country or region, thus contributing to the production of scientific expertise on a global scale. In addition to renewing the knowledge mobilised, the link with the human activities involved also makes it possible to consider the link with the creation of public policies and collective action, in terms of defining objectives and timetables, legitimising new actors, renewing choice and selection methods, as well as monitoring and evaluation.

The focus will be on the academic debates and the uses of this concept in the public policy-making process. How can we understand this concept, which originated in the experimental sciences, and which is linked to a method of quantification and a representation of environmental transformations on the scale of the Earth system? What are the explanatory factors for its rapid dissemination among public environmental authorities at different scales, despite the considerable challenges raised by the collection and processing of data on each of the transformations underway? How do planetary boundaries contribute, on a global scale, to the renewal of scientific and political controversies on the formulation of objectives and the choice of means? Finally, what are the uses of planetary boundaries in the production of public action, and in particular in the monitoring and evaluation of public policies?

Programme :

11h00 - 11h20 : Welcome and Introduction
Charlotte Halpern (Sciences Po, CEE & LIEPP / CPT)

11h20 - 11h50 : Discussion critique de la notion de limites planétaires du point de vue des sciences expérimentales
Magali Ader (IPGP, UPC)

11h50 - 12h20 : Les limites planétaires : l'inévitabilité des transformations profondes et systémiques pénètre la gouvernance du climat 
Sébastien Treyer (IDDRI)

12h20 - 12h50 : Collective discussion

13h00 - 14h00 : Lunch

14h00 - 14h30 : Penser la dynamique des systèmes socio-écologiques en lien avec les transformations planétaires
Juliette Pugliesi (Chargée de projets capital naturel - WWF France & Coordinatrice du groupe de travail Biodiversité SBTN (Science Based Targets Network) 

14h30 - 15h00 : Soutenabilité et structuration des enjeux climatiques au sein de l'État 
Johanna Barasz (France Stratégie) 

15h00 - 15h30 : Collective discussion

15h30 - 15h45 : Break

15h45 - 16h15 : How good are IPCC graphs at communicating climate science to policy-makers? 
Helen Fischer (University of Mainz & Leibniz Institute for Knowledge Media, Tübingem) 

16h15 - 16h45 : Discussion
Anneliese Depoux (co-directrice du Centre Virchow-Villermé et membre du Centre des Politiques de la Terre, Université Paris Cité) 

16h45 - 17h00 : Discussion

 

  • Workshop: Planetary boundaries, mobilising knowledge for collective action
    Université Paris Cité, May 4th, 2-6pm
    Registration required
    Contact: Nathalie Blanc (CNRS, LADYSS, Université Paris Cité & CPT)

This second workshop on planetary boundaries will focus on the mobilizing capacities of a conceptualization from the experimental sciences for civil society organizations. Can planetary limits therefore constitute a vector of commitment, in particular for non-experts? How have environmental associations and movements appropriated this notion and integrated it into their repertoire of action? What place is given to scientific knowledge in the action? What does this expression allow for in terms of collective action?

Programme : 

14h00 - 14h15 : Welcome and introduction
Nathalie Blanc (CNRS, LADYSS, CPT) et Romain Leclerq (CPT) 

14h15 - 15h00 : Intervention by Marine Calmet (Wild Legal) 
En 2020, l'association Wild Legal construit aux côtés de la Convention Citoyenne pour le Climat une proposition visant à la création d'une Haute Autorité pour le Climat, instance supra ministérielle compétente pour garantir l’application et le respect des mécanismes biologiques des écosystèmes ainsi que leurs interactions. Il s'agit d'apporter une réponse transversale aux enjeux climatiques et écologiques mais également de provoquer une profonde refonte de l’ensemble de nos politiques écologiques en misant sur l’adoption d’outils juridiques nouveaux issus de la collaboration entre scientifiques, juristes et citoyens.

15h00 - 15h15 : Q&A

15h15 - 16h00 : Intervention by Yamina Saheb (OpenExp) 
A l’appui des exemples de l’Union européenne, de la France et de l’Allemagne, cette intervention permettra de mettre en avant ce en quoi les objectifs de décarbonation annoncés par les pays de l’OCDE ne sont pas alignés avec la limite qui leur est propre, déjà dépassée. Ces objectifs n’étant pas non plus compatibles avec les trajectoires des autres pays, la dichotomie Nord-Sud est d’autant plus renforcée.

16h00 - 17h30 : Collective discussion

Methodological ressources for literature reviews

 LIEPP promotes interdisciplinary literature reviews as a tool for public policy evaluation.

Several sessions of its METHEVAL seminar have been devoted to this issue, and a section of its calls for projects is dedicated to funding interdisciplinary literature reviews.
This page aims to bring together and make accessible methodological resources for conducting different types of literature reviews in order to facilitate this practice.
  • What Review is Right for You?

This tool is designed to provide guidance and supporting material to reviewers on methods for the conduct and reporting of knowledge synthesis.

Right Review : https://rightreview.knowledgetranslation.net/

  • The scoping review

"The scoping review" or "mapping review" is a more recent approach. Its objective is to take a rapid stock of knowledge on a subject (scientific research and/or other types of literature). [The exploratory literature review remains above all a work of identification research, essentially descriptive in nature, with broader inclusion criteria than a systematic review.

Methodological note by Chloé Mour

  • The systematic literature review

"A systematic review attempts to collate all empirical evidence that fits pre-specified eligibility criteria in order to answer a specific research question. It uses explicit, systematic methods that are selected with a view to minimizing bias, thus providing more reliable findings from which conclusions can be drawn and decisions made" (Antman 1992, Oxman 1993)

Belaïd, Loubna and Valéry Ridde, "Une cartographie de quelques méthodes de revues systématiques", Ceped Working Paper, n°44, Ceped (UMR 196 Université de Paris IRD, ERL 1244 Inserm), Paris, March 2020.

Cochrane Handbook for Systematic Reviews of Interventions

Seminar : Firms and the Intergenerational Transmission of Labor Market Advantage

April 15th, 11h30-13h (CET)
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

LIEPP's Educational Policies research group and OSC are glad to invite you to the seminar: 

Firms and the Intergenerational Transmission of Labor Market Advantage

Friday April 15th, 11h30-13h00 (CET)
Location: Room K.008, 1 place Saint Thomas d'Aquin, 75007
Mandatory registration 

During this seminar, Per Engzell (Research Fellow in Sociology, postdoctoral Researcher in the Leverhulme Centre for Demographic Science, University of Oxford and visiting professor at LIEPP from March to April 2022) will present his recent paper with Nathan Wilmers (MIT Sloan): 

Abstract: 

Recent research finds that pay inequality stems both from from pay-setting and from workers’ individual characteristics. Yet, intergenerational mobility research remains focused on transmission of individual traits, and has failed to test how firms shape the inheritance of inequality. We study this question using three decades of Swedish population register data, and decompose the intergenerational earnings correlation into firm pay premiums and stable worker effects. One quarter of the intergenerational earnings correlation at midlife is explained by sorting between firms with unequal pay. Employer or industry inheritance account for a surprisingly small share of this firm-based earnings transmission. Instead, children from high-income backgrounds benefit from matching with high-paying firms irrespective of the sources of parents’ earnings advantage. Our analysis reveals how an imperfectly competitive labor market provides an opening for skill-based rewards in one generation to become class-based advantages in the next.

Seminar : The politics and policy of the allocation of development finance for renewable energy projects

April 6th, 12h-14h (CET)
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

LIEPP's Environmental Policies research group is glad to invite you to the seminar : 

The politics and policy of the allocation of development finance for renewable energy projects

Wednesday April 6th, 12h00-14h00 (CET)
Location : Innovation Room, LIEPP, 1 place Saint Thomas d'Aquin, 75007
Mandatory registration

Presentation by: 

  • Cristina Peñasco: Professor of Public Policy, University of Cambridge and visiting professor at LIEPP in March-April 2022. 

Abtract: The access to affordable and clean energy is one of the global goals in the Agenda 2030. Energy is a priority resource as it acts as an asset at the core of sustainable development: it can help overcome social, economic and environmental challenges. The transition to low carbon economies is essential for economic development in developing economies and it opens venues for developed countries to think strategically about energy and foreign policy in a changing context. Analysing how bilateral aid for renewable energy projects i.e. mitigation energy projects for energy generation with renewable sources, is allocated is essential to understand if donor countries prioritize social and environmental goals or if their motives are less altruistic and more focused on their own economic and strategic benefits. This seminar will explore the factors behind the decision of donor countries regarding the provision of Official Development Assistance (ODA) for renewable energy projects in developing countries and will propose policy solutions to foster the effectiveness of ODA and its catalytic role in reducing risks and secure further investments on renewable energy generation infrastructure.

3ème workshop climat urbain

Journée d'étude, 15/03 de 9h30 à 16h00, format hybride
  • Martin HendelMartin Hendel

Le Laboratoire Interdisciplinaire des Énergies de Demain (LIED) (Université de Paris) et l'axe Politiques environnementales du LIEPP (Sciences Po) ont le plaisir de vous inviter à une journée d'étude dédiée au climat urbain : 

3ème Workshop Climat Urbain
Du fondamental aux solutions d'adaptation au changement climatique

La journée aura lieu mardi 15 mars 2022 de 9h30 à 16h00, en format hybride.
Lieux : UFR de Physique de l'Université de Paris, (4 rue Elsa Morante, 75013 Paris) et via Zoom

  • matin : amphithéâtre Pierre-Gilles de Gennes, au 1er sous-sol
  • après-midi : salle Luc Valentin 454A

Inscription gratuite mais obligatoire auprès de martin.hendel@u-paris.fr

Merci de noter que pour les personnes participant en présentiel à l’événement le contrôle du passe vaccinal est obligatoire

Programme :

  • 9h30-10h00 : Accueil-café

  • 10h00-12h00 : Urban climate change considerations for Singapore - séminaire de Matthias Roth (Professor in the Department of Geography at the National University of Singapore)

Abstract : Cites in warm or hot regions are strongly affected by the UHI which increases ambient outdoor temperature and decreases outdoor thermal comfort to possibly intolerable levels. The situation is exacerbated in equatorial/wet climates, where high day- and nighttime air temperature in combination with the high humidity characteristic of the wet tropics, present a particularly challenging living environment for urban residents. Such additional warming generated by the UHI on top of anthropogenic global warming is clearly undesirable. Singapore, located in the tropics next to the equator, is no exception to this. Rapid growth of the city has generated a nocturnal canopy-layer UHI intensity which has doubled in magnitude since 1965; at the same time the spatial extent of the nocturnal UHI has also expanded to accommodate a growing population and expanding industries, often at the expense of vegetated areas. Local growth and development aspirations are therefore likely responsible for a local temperature increase which is about twice that of the global temperature trend over land. Given the homemade nature of this local urban climate change, options exist to mitigate some of the unwanted warming, irrespective of (in)action at the global level regarding anthropogenic global warming. This presentation demonstrates how Singapore has become a hot “little red dot” and introduces some observational and modeling work directed at better understanding the local urban climate.

  • 12h00-14h00 : Pause déjeuner

  • 14h00-16h00 : Workshop "Projets d'adaptation climatique des cours d'école" du groupe de travail "Climat urbain et applications opérationnelles"

Etudier, comprendre et appréhender les violences fondées sur le genre

Ecole thématique, lundi 16 mai-vendredi 20 mai
  • Catherine CavalinCatherine Cavalin

Le LIEPP co-organise l'École thématique : 

Étudier, comprendre et appréhender les violences fondées sur le genre.
Perspectives interdisciplinaires et internationales (Violences_Genre) 

Dates : du lundi 16 mai 2022 au vendredi 20 mai 2022

Lieu : Centre d'hébergement Paul Langevin (CAES du CNRS) à Aussois, Savoie 

Objectifs scientifiques de l'école 

L’objectif de cette école thématique est double : il s’agit de proposer un état des lieux des savoirs sur les violences fondées sur le genre et de revenir sur les différents types de politiques publiques qui existent pour les combattre. À ce titre, dans le contexte de prise en compte croissante de ces violences, l’école thématique vise à acquérir des bases indispensables des savoirs sur les violences de genre : épistémologiques, sociologiques, historiques, anthropologiques, juridiques ou encore épidémiologiques.

Les violences de genre sont aussi façonnées par les contextes politiques et sociaux. L’école thématique s’intéressera aux effets contextuels sur ces violences, en particulier là où les violences interindividuelles de tous types et létales façonnent au quotidien toutes les sociabilités. Comment des contextes de crime organisé, de violences de masse, ou des états de guerre modifient-ils la construction et la perception des violences de genre ? En quoi ces contextes, malgré leur diversité, se rejoignent-ils cependant dans une possible interprétation à travers le filtre du genre ? Pour répondre à ces interrogations, l’école thématique tâchera de faire émerger des questionnements communs à différentes traditions académiques et s’appuiera sur différentes perspectives disciplinaires (droit, sociologie, philosophie, anthropologie, médecine, etc.).

Publics concernés 

L’objectif de cette école thématique est de permettre des discussions entre des chercheuses et des chercheurs spécialistes des violences de genre, doctorant.e.s, docteur.e.s, titulaires ou non, et des personnes travaillant à d’autres titres sur les violences :

a) chercheur·e·s étudiant d’autres formes de violences (violences de guerre, violences de masse, autres formes de violences interpersonnelles) qui n’ont pas nécessairement questionné leurs terrains sous l’angle du genre ;

b) chercheur·e·s ayant rencontré la problématique des violences de genre au cours de leurs recherches, mais de manière annexe ou connexe et qui souhaitent s’en saisir plus avant. En ce sens, notre école thématique invitera des chercheur·e·s à réaliser en quelque sorte une revisite de leurs propres travaux dans l’optique des violences de genre : font-elles sens, dans ces matériaux d’enquête constitués sur d’autres thématiques ou à d’autres fins ? Qu’éclairent-elles sur ces terrains “décalés” ?

c) chercheur·e·s qui travaillent sur les violences de genre et qui souhaitent renforcer leurs connaissances ; 

d) non-chercheur·e·s dont la pratique professionnelle, non nécessairement orientée par une grille de lecture genrée, concerne les violences à un titre ou un autre.

Modalités d'inscription 

Les demandes d’inscription doivent être envoyées à l’adresse suivante : et.violencesdegenre@gmail.com

Date limite de préinscription : 15 mars 2022

Confirmation et paiement des inscriptions : 16-30 mars 2022

Toutes les informations et le programme détaillé

Évaluation économique de la Stratégie Nationale Bas Carbone en Tunisie

7 mars, 12h30 - 14h30

La direction scientifique de Sciences Po et l'axe politiques environnementales du LIEPP co-organisent le prochain séminaire dans le cadre de l'Atelier interdisciplinaire recherches sur l'environnement (AIRE) : 

Évaluation économique de la Stratégie Nationale Bas Carbone (SNBC) en Tunisie 

7 mars, 12h30 - 14h30
En ligne
Inscriptions auprès de marina.abelskaiagraziani@sciencespo.fr

Présentation : 

Avec l’accord de Paris, les parties de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC) se sont engagées à une politique climatique ambitieuse pour parvenir à la neutralité carbone en 2050. Les gouvernements sont appelés à engager deux actions complémentaires dans la lutte contre le changement climatique :

i. Une contribution déterminée au niveau national (CDN) visant à inciter les pays à fixer des objectifs quantitatifs de réduction des émissions de GES à l’horizon 2030.

ii. Une stratégie nationale bas carbone (SNBC) visant à adopter des politiques climatiques d’atténuations à l’horizon 2050 afin de décarboner profondément leurs économies. Face à l’urgence de l’action climatique, la Tunisie doit entreprendre des réformes structurelles et mettre en place les conditions propices pour favoriser le développement socio-économique à faibles émissions de gaz à effet de serre (GES) et résilient au changement climatique. L’élaboration de la SNBC représente pour la Tunisie une opportunité pour moderniser son modèle économique tout en réduisant les émissions de GES. Dans cette présentation, nous ferons une introduction sur les enjeux énergétiques, climatiques et économiques en Tunisie. Nous passerons en revue la démarche adoptée pour l’élaboration de la SNBC ainsi que la vision climatique et énergétique et les différents leviers techniques et économiques de mise en œuvre. Finalement, nous présenterons une évaluation quantitative de la SNBC en Tunisie à l’aide du modèle ThreeME. Nous simulons différents scénarios qui combinent plusieurs instruments ou mesures de lutte contre le changement climatique : une pénétration significative des énergies renouvelables dans le mix électrique, l'élimination des subventions aux énergies fossiles et la mise en place d'une taxe carbone.

Intervenant.e.s : 
  • Gissela Landa, spécialiste de la modélisation macroéconomique. Elle a rejoint en 2012 l’OFCE au sein du pôle environnement pour travailler sur les problématiques de la transition énergétique, notamment à l’aide du modèle ThreeME et pour lequel elle en a opéré son adaptation à l’économie mexicaine et tunisienne. Ses recherches sont consacrées à l’impact de politiques environnementales et aux liens entre changement climatique, transition énergétique et développement. Avant cela, Gissela travaillait à l’Agence de l’Environnement et de la maîtrise de l’Energie (ADEME) au sein du département « Économie et Prospective » où elle a contribué au développement d’un modèle du secteur forestier intitulé DEFIBOA.
  • Frédéric Reynès, directeur de NEO (Netherlands Economic Observatory, Dept. International) et chercheur associé à l’OFCE en charge du Pôle Environnement. Il est spécialiste en modélisation macroéconomique et des méthodes d’analyse quantitative. Son expertise et ses intérêts de recherche principaux portent sur la macroéconomie appliquée, les questions énergétiques et environnementales (en particulier les politiques fiscales et le marché pétrolier) et le marché du travail. Depuis 2008, il supervise les développements du modèle ThreeME (Multi-sector Macroeconomic Model for the Evaluation of Environmental and Energy policy).
Chair : 

Charlotte Halpern, chercheuse au Centre d'Études Européennes et de politique comparée (CEE) et co-directrice de l'axe politiques environnementales du LIEPP

Vidéo de la séance 

Is Journalistic Truth Dead?

Online seminar 4th June, 12h30-13h30 
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Online seminar co-organized with the Department of Economics (Sciences Po)

Mandatory registration

Speaker:


Andrea PRAT (Visiting professor at LIEPP and Department of Economics from May 31st to June 25th 2021) is the Richard Paul Richman Professor of Business at Columbia Business School and Professor of Economics at the Department of Economics, Columbia University . He is editor-in-chief of the Journal of Law, Economics, and Organization, an Associate Editor of Theoretical Economics and a director of the Industrial Organisation programme of the Centre for Economic Policy Research (CEPR). Professor Prat was elected a Fellow of the British Academy in 2011 and a Fellow of the Econometric Society in 2013.

His research focuses on organisational economics and political economy. His current research in organisational economics explores - through theoretical modeling, field experiments, and data analysis - issues such as organisational design, corporate leadership, employee motivation, and optimal disclosure. His current research in political economy attempts to define and measure the influence of the media industry on the democratic process.

During this seminar, Andrea Prat will present his paper, co-signed with Charles Angelucci (MIT):
Is Journalistic Truth Dead? Measuring How Informed Voters Are about Political News

Abstract:

Are voters able to distinguish real news from fake news? We develop a methodology that combines a protocol for identifying major mainstream real news stories, a quiz administered to survey participants, and the structural estimation of a model that disentangles individual information levels from news story salience. We focus on news about US domestic politics in a monthly sample of 1,000 US voters repeated 8 times. On average, 59% of voters confidently identify the major story of the month, 39% are uncertain, and 3% confidently identify it as false. Also, on average 12% of voters believe fake news stories. While partisan bias affects whether an individual believes a specific news story, socioeconomic characteristics play an even larger role in determining voter information. Our results indicate that the starkest pattern about the ability of voters to identify major news stories is not the generalized death of truth or its ideological polarization but rather its unequal distribution along socioeconomic lines.

Bilan et perspectives des dispositifs d'ouverture sociale à Sciences Po

Séminaire politiques éducatives - Vendredi 18 février 16h30-18h30 (en ligne)
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

L'axe politiques éducatives du LIEPP a le plaisir de vous inviter au séminaire : 

Bilan et perspectives du dispositif d'ouverture sociale à Sciences Po

Vendredi 18 février, 16h30-18h30 (en ligne)
Inscription obligatoire

Interventions : 

  • Stratégies de présentation de soi et modes de jugement des performances à l’oral des candidats à Sciences Po par la voie « Convention éducation prioritaire » (CEP) par Agnès VAN ZANTEN (OSC, LIEPP)

Cette présentation s’appuiera sur deux ensembles de matériaux recueillis dans le cadre d’une enquête qualitative plus vaste, réalisée entre 2013 et 2020 et portant sur les trajectoires et expériences des étudiants ayant été admis à Sciences Po par la voie « Convention éducation prioritaire ». Il s’agit tout d’abord de 72 entretiens avec des jeunes « CEP » dont 30 effectuant encore des études à Sciences Po en premier cycle ou en Master et 42 diplômés, tous sauf un exerçant déjà un emploi. Il s’agit ensuite d’entretiens avec 30 membres des commissions d’admission par la voie CEP et avec 9 organisateurs de ces commissions, à quoi s’ajoutent des observations participantes d’une dizaine de commissions. La perspective interactionniste adoptée mettra l’accent sur la façon dont deux modalités idéaltypiques de présentation de soi adoptées par les étudiants (méritocratique et stratégique) interagissent avec deux modalités de jugement des membres des commissions (le jugement professoral et le jugement managérial) et sur leurs effets sur les chances d’admission des candidats.

  • Dynamiques sociales et territoriales du recrutement à Sciences Po : l’impact du CEP par Marco Oberti (OSC, LIEPP)
A partir des données de la scolarité sur les élèves, et de celles de la base APAE sur les lycées, nous présenterons d’une part, l’évolution du profil social, territorial et scolaire des étudiants sur la période récente, et d’autre part les caractéristiques de leur lycée d’origine. Nous nous intéresserons aux deux procédures d’admission (procédure par examen et CEP) qui, jusqu’en 2021, concernaient les élèves issus des établissements situés en métropole ou dans les DROM. Si le CEP a permis à une part non négligeable d’élèves de milieu populaire d’intégrer Sciences Po, la part de ceux issus des classes supérieures admis par cette voie reste majoritaire. Parallèlement, le profil de ceux admis par la procédure par examen reste stable dans le temps et très sélectif et homogène sur le plan social, scolaire et territorial. Ces résultats sur la période 2014-2018 seront discutés à l‘aune des premiers éléments dont nous disposons pour la période la plus récente, caractérisée par des changements institutionnels très importants (réforme de la procédure d’admission et du baccalauréat, intégration à Parcoursup) mais aussi par une pandémie.

Echange autour de l’ouvrage - Evaluation : fondements, controverses, perspectives

Mardi 8 mars 17h-19h, format hybride
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Le LIEPP (Sciences Po) et le Ceped (Université de Paris) ont le plaisir de vous inviter à l'échange autour de l’ouvrage:

Évaluation : fondements, controverses, perspectives, ESBC, 2021 (disponible en Open access)

Anthologie coordonnée par Thomas DELAHAIS (Quadrant Conseil), Agathe DEVAUX-SPATARAKIS (Quadrant Conseil), Anne REVILLARD (Sciences Po, OSC, LIEPP) et Valéry RIDDE (Université de Paris, Ceped et IRD)

Mardi 8 mars 2022, 17h00-19h00

L'événément aura lieu dans l'amphithéâtre Emile Boutmy, 27 rue Saint Guillaume, 75007 et pourra également être suivi à distance

Merci de noter que le passe sanitaire sera requis pour une participation en présentiel à l'événement. 

Résumé de l'ouvrage :

Nombre d'institutions publiques locales, nationales ou internationales mobilisent des pratiques d’évaluation pour dresser le bilan de leurs interventions et nourrir la décision publique. L’évaluation reste toutefois relativement mal connue dans ses fondements théoriques et dans la diversité de ses pratiques.

À quoi sert-elle ? Qui évalue et comment ? En fonction de quelles valeurs évalue-t-on ? L’évaluation est-elle une science, et sur quels paradigmes repose-t-elle ? Telles sont les grandes questions explorées par cet ouvrage. Sans défendre une « école » particulière, nous rendons compte de la diversité des approches à partir de la traduction en français de textes fondateurs et contemporains du champ international de l’évaluation.

Ciblant un lectorat divers (au sein des universités, des administrations, du secteur privé ou associatif), cet ouvrage en accès ouvert entend ainsi favoriser les échanges et contribuer à la consolidation d’un socle de références communes en évaluation. Plus de détails sur l’ouvrage

Programme : 

L'échange sera organisé autour de deux tables rondes. 

  • 17h00 - 17h15 : Introduction par les auteurs et autrices de l'ouvrage. Voir vidéo
    Thomas Delahais (Quadrant conseil), Agathe Devaux-Spatarakis (Quadrant conseil), Anne Revillard (Sciences Po, OSC, LIEPP) et Valéry Ridde (Université de Paris, Ceped et IRD)
  • 17h15 - 18h05 : L'évaluation entre recherche et action. Voir vidéo
    Intervenant.e.s : Nathalie Mons (Cnesco), Rigas Arvanitis (Ceped-IRD), Adam Baïz (France Stratégie)
  • 18h05 - 19h00 : Qui évalue en fonction de quelles valeurs ? Voir vidéo
    Intervenant.e.s : Paul Cotton (Jeunes SFE), Danièle Lamarque (Société européenne d'évaluation), Karen Rousseau (AFD)

LIEPP in the media : January 2022

  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po
Axe politiques socio-fiscales

Axe politiques éducatives

Axe discriminations et politiques catégorielles

Axe évaluation de la démocratie

Autres thèmes de recherche

Tags :

Séminaire revues de littérature

Mardi 8 février, 16h00-17h30
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Le LIEPP a le plaisir de vous inviter à un séminaire de présentation de revues de la littérature encadrées par les axes Discriminations et politiques catégorielles et Politiques environnementales. Le séminaire a pour objectif de mutualiser et d'échanger autour des enseignements, des méthodes et des difficultés de ces revues. 

Mardi 8 février 2022, 16h00-17h30 - Format hybride 
Zoom ou Salle d'innovation du LIEPP, 1, place Saint Thomas d'Aquin, 75007, Paris

Inscription obligatoire

Merci de noter que le passe sanitaire sera requis pour une participation en présentiel au séminaire

Présentation des revues : 

  • Anti-discrimination policies in higher education institutions : an interdisciplinary scoping review

Par Chloé Mour (LIEPP) en collaboration avec Daniel Sabbagh (CERI) et Anne Revillard (OSC, directrice du LIEPP et co-directrice de l'axe Discriminations et politiques catégorielles). Toutes les informations sur le projet

 Over the last decades, academic institutions have increasingly introduced initiatives aimed at reducing a wide range of discriminations (based on charasteritics such as gender, race, class, disability, religion, sexual orientation) hindering studies or career advancement. However, little is known about their intended effects. This interdisciplinary scoping review maps the literature on the evaluation of policies tackling discriminations in higher education institutions (HEIs). The review includes research evidence assessing implemented policies across every geographical location and across time.

Results will be presented during the workshop. The overarching goal is to provide a clear picture of a complex and wide area of research (and policy-making) for both researchers and practitioners. A second item of discussion relates to the applied methodology, here the Joanna Briggs Institute's methodology for scoping reviews. Initially used in health studies, scoping review is becoming a popular method to synthesize research evidence in social sciences. Issues and challenges faced with this methodology will be raised.

 

  • Les politiques publiques et la gouvernance des transitions écologiques

Par Nathalia Cappelini (Institut de hautes études internationales et du développement) en collaboration avec Charlotte Halpern (CEE, co-directrice de l'axe Politiques environnementales du LIEPP)

Cette revue de littérature systématique et exploratoire a pour objectif d’interroger la part dévolue, dans les études sur les transitions écologiques, aux régulations politiques et en particulier aux politiques politiques et la gouvernance. À partir d’un corpus de 100 articles scientifiques nous avons conduit des analyses par métadonnées, par secteur et enfin transversales, pour identifier comment les politiques publiques et la gouvernance - comme objet d’étude et comme disciplines - éclairent l’analyse des transitions écologiques. En tant qu’objet d’étude, quelles dimensions des politiques publiques et de la gouvernance sont mobilisées par les travaux sur les transitions pour rendre compte des transformations en cours ? En tant que disciplines, quels concepts, cadres d’analyse, outils et méthodes des policy et des governance studies sont retenus dans le champ des études de la transition ? Dans une deuxième étape, cette revue de littérature vise aussi à établir un dialogue avec les praticiens qui interviennent dans l’évaluation des transition, et ce pour affiner la compréhension du rôle des politiques publiques et de la gouvernance dans ces processus.

LIEPP in the media : November 2021

  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

 

Axe discriminations et politiques catégorielles


Axe politiques éducatives

Axe évaluation de la démocratie

Axe politiques de santé

Axe politiques socio-fiscales

Tags :

LIEPP in the media : October 2021

  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

 

Tags :

Telemedicine in Abortion Care

Webinar on January 27, 2022 at 6pm (CET)
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

In March 2020, right during the Coronavirus pandemic, both France and the United Kingdom liberalised abortion regulations: women were allowed to be consulted about abortion care remotely through telemedicine and to take abortion medications at home. Medication abortions conducted by telemedicine increase access to safe abortion and recent research conducted on this topic shows that it gives people a strong sense of privacy, confidentiality, convenience and autonomy.

A discussion with researchers who conducted pioneering research:

  • Hazal Atay, doctoral student at Sciences Po’s Center for Political Science (CEVIPOF), LIEPP affiliate
  • E. Chloe Romanis, Assistant Professor in Biolaw at Durham University, United Kingdom
  • Jordan A. Parsons, Research Associate and PhD Candidate in Medical Ethics and Law at the University of Bristol, United Kingdom

Moderation by Emmanuelle Levrier, Research Assistant at Sciences Po.

The Webinar will be introduced by Hélène Périvier, Sciences Po’s Gender Studies Programme (PRESAGE) Director and Anne Revillard, Head of Sciences Po’s Laboratory for Interdisciplinary Evaluation of Public Policies (LIEPP).

Registration is mandatory.

Tags :

Nouvel ouvrage - Evaluation : fondements, controverses perspectives

  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Évaluation : fondements, controverses, perspectives 

ANTHOLOGIE COORDONNÉE PAR THOMAS DELAHAIS, AGATHE SPATARAKIS, ANNE REVILLARD ET VALÉRY RIDDE 

Évaluation : fondements, controverses, perspectives, ESBC, 2021

Nombre d'institutions publiques locales, nationales ou internationales mobilisent des pratiques d’évaluation pour dresser le bilan de leurs interventions et nourrir la décision publique. L’évaluation reste toutefois relativement mal connue dans ses fondements théoriques et dans la diversité de ses pratiques.

À quoi sert-elle ? Qui évalue et comment ? En fonction de quelles valeurs évalue-t-on ? L’évaluation est-elle une science, et sur quels paradigmes repose-t-elle ? Telles sont les grandes questions explorées par cet ouvrage. Sans défendre une « école » particulière, nous rendons compte de la diversité des approches à partir de la traduction en français de textes fondateurs et contemporains du champ international de l’évaluation.

Ciblant un lectorat divers (au sein des universités, des administrations, du secteur privé ou associatif), cet ouvrage en accès ouvert entend ainsi favoriser les échanges et contribuer à la consolidation d’un socle de références communes en évaluation.

Premiers retours sur l'ouvrage : 

« L’évaluation sert à constater la valeur de biens publics. Ce livre introduit la francophonie au progrès déjà réalisé dans le monde académique anglo-saxon sur le chemin vers une pratique qui évalue mieux la conception des programmes sociaux, la qualité de leur mise en œuvre, et les effets qui leur sont attribués, sans oublier l’utilisation des résultats empiriques issus de l’évaluation.
On cherche en vain un texte en français sur l’évaluation de la qualité de celui-ci. Lisez-le ! Vous y découvrirez un nouveau corpus à la fois intellectuel et pratique, qui pourrait même améliorer les services publics offerts dans votre pays. »

Thomas D. Cook, professeur émérite de sociologie à la l’Université de Northwestern et membre émérite de leur Institute for Policy Research

« Cette anthologie remplit un vide, et en même temps offre une perspective.
Elle paraît au moment où l’on voudrait mieux connaître les effets de politiques conçues pour résoudre des problèmes toujours plus complexes, et quand forte est l’illusion de pouvoir se concentrer sur des pratiques, toutes sophistiquées qu’elles soient. Et pousse à chérir une longue expérience au cours de laquelle on a raisonné autour de problèmes cruciaux se référant aux usages, aux méthodes, aux tendances de l’évaluation.
Cette activité théorique-pratique est née et s’est diffusée dans un environnement (les États-Unis) et à un moment historique (le lancement des politiques de welfare des années 1960) différents de ceux d’aujourd’hui, mais elle a intéressé d’autres environnements, et d’autres champs d’intervention, grâce à sa versatilité et à sa capacité de comprendre les exigences de connaissance et de développement répandues partout. Par conséquent, la traduction de ces textes - “fondateurs” et contemporains – loin d’être une opération purement académique, offre l’opportunité d’un éclairage théorique sur des questions qui ont une forte pertinence pratique dans le monde actuel, et qui peuvent fournir une précieuse orientation à tous les acteurs qui sont impliqués : des décideurs aux opérateurs, des évaluateurs à ceux auxquels les politiques sont adressées et qui les font vivre.
À l’intérieur de chaque partie de l’anthologie sont présentés les arguments les plus importants autours desquels se sont déroulés les débats qui ont fait progresser les connaissances évaluatives. Ici, les auteurs ont proposé un regard complet et non partisan, tout en opérant un choix inspiré des critères fortement cohérents avec les enjeux de l’évaluation: pluralisme (des éléments de définition et des approches), démocratie, aspiration à contribuer à un monde plus juste.
Un mérite non moins important de cette anthologie est sa disponibilité en open access: un service à la démocratie. »

Nicoletta Stame, Université de Rome ‘La Sapienza’

« Ce livre est une œuvre magistrale et intemporelle, qui illumine tant dans sa forme que dans le propos. Ouvrage de référence traitant tant de l’épistémologie que de la praxis de l’évaluation, il vient pallier le manque d’accès par le public francophone, aux classiques dans un domaine longtemps emporté par la marée de l’anglicisation. »

Sanni Yaya, Professeur titulaire, Vice-recteur International et Francophonie, Université d’Ottawa

Pour plus d'information, voir la page du projet 

Tags :

Workshop Economics & Politics 2021

December 13th and 14th

LIEPP, LEM (Lille Economics Management) and ULB DULBEA (Département d'Économie Appliquée de l'ULB) co-organize the Workshop Economics and Politics 2021 in Paris on December 13th and 14th. 

Location: Sciences Po Paris, 27 rue Saint Guillaume, 75007 (salle 404)

Program 

Monday 13

10.00 – 10.30 Welcome

10.30 – 12.00 Session 1: Redistribution

  • Is redistribution driven by politicians' or voters' preferences? An experimental study with local French politicians. Roberto Brunetti (Université de Rennes 1)
    Discutants: Vincent Pons & Ilan Tojerow
  • Why do ruling elites in authoritarian contexts support redistribution? The sources of Moroccan MPs' support for welfare policy issues. Ahmed Fouad EL HADDAD (Sciences Po Bordeaux - Centre Emile Durkheim)
    Discutants: Sophie Panel & Quentin David
  • Nonviolent and violent protests, A dynamic relationship. Maria Marino (Universitat Autonoma de Barcelona)
    Discutants: Kevin Dano & Jean Lacroix

12.00 - 14.00 Lunch

14.00 – 15.30 Session 2: Public opinion and attitude

  • Where you live tells you how much you trust: local and national trust as a consequence of the perceived periphery? Davide Vittori (Université Libre de Bruxelles)
    Discutants: Michael Dorsch & Abel François
  • Does information about the inflation rate affect laypersons’ trust in the European Central Bank? A survey experiment from Germany. Pierre-Guillaume Méon (Université Libre de Bruxelles)
    Discutants: Sebastien Rojon & Laurent Weil

15.30 – 15.45 Coffee Break

15.45 – 17.15 Session 3: Historical Experiences

  • Partyless Christian democracy : Evidence from the Papal condemnation of the Action Française. Jean Lacroix (Université Paris-Saclay)
    Discutants: Ilan Tojerow & Abel François
  • Can Television Reduce Xenophobia? The Case of East Germany. Sven Hartmann (IAAEU - Trier University)
    Discutants: Maite Laméris & Michaela Limardi
  • Public trust and compliance behavior in the shadow of empire. Michael Dorsch (Central European University)
    Discutants: Roberto Ricciuti & Damien Bol

19.30 - … Social Dinner in Paris

Tuesday 14

9.00 – 10.30 Session 4: Voter decision making

  • Political Ads and Issue Salience. Cameron Shelton (Institute for Advanced Study, Toulouse)
    Discutants: Sven Hartmann & Emiliano Grossman
  • Forced to vote populist? Polarization around progressive issues as a driver of populist votes. Maite Laméris (University of Groningen)
    Discutants: Davide Vittori & Pierre-Guillaume Méon
  • Weather to Protest: The Effect of Black Lives Matter Protests on the 2020 Presidential Election. George Melios (London School of Economics and Political Science)
    Discutants: Roberto Brunetti & Pierre-Guillaume Méon

10.30 – 10.45 Coffee Break

10.45 – 12.15 Session 5: Actors’ strategies

  • Coordination and Incumbency Advantage in Multi-Party Systems - Evidence from French Elections. Kevin Dano (University of California, Berkeley)
    Discutants: Cameron Shelton & Emiliano Grossman
  • Different citizens, different strategies: identifying citizens’ repertoires of (in)action for influencing politics. Sebastien Rojon (Université Libre de Bruxelles)
    Discutants: George Melios & Quentin David
  • Electoral Turnovers and Country Performance: Evidence from 2,500 National Elections. Vincent Pons (Harvard University)
    Discutants: Abel François & Benjamin Monnery

12.15 – 14.00 Lunch

14.00 – 15.30 Session 6: Politician behaviors

  • The politics of bank failures in Russia. Laurent Weill (University of Strasbourg)
    Discutants: Sophie Panel & David Gomtsyan
  • The Words that Keep People Apart. Official Language, Accountability and Fiscal Capacity. Roberto Ricciuti (University of Verona and CESifo)
    Discutants: Morgan Tanvé & Sophie Panel
  • Understanding the party system agenda. Emiliano Grossman (Sciences Po / CEE)
    Discutants: Jean Lacroix & Ahmed Fouad el Haddad

Contact: epal.lille@gmail.com

Program (PDF)

Résilience des systèmes de santé : définition et perspectives à la lumière de la crise de Covid-19

Table ronde de l'axe Politiques de santé, mardi 7 décembre 9h30-12h00
Salle Jeannie de Clarens et visioconférence (format hybride)
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

L'axe Politiques de santé du LIEPP a le plaisir de vous inviter à la table ronde : 

"Résilience des systèmes de santé : définition et perspectives à la lumière de la crise de la Covid-19"

Mardi 7 décembre, 9h30-12h00
Salle Jeannie de Clarens, 27 rue Saint Guillaume 

Inscription obligatoire

Merci de noter que le passe sanitaire sera exigé pour une participation en présentiel au séminaire

La crise de la Covid-19 a profondément ébranlé les systèmes de protection sociale du monde entier, et placé au centre du débat public l’idée de résilience des systèmes de santé. Pourtant, la définition du concept de résilience reste très largement débattue, voire contestée. Dans le cadre de son programme de travail sur l'adaptation des systèmes de santé (1), l’axe Politiques de Santé du LIEPP propose une table ronde plurisdisciplinaire pour tenter de préciser la notion de résilience et faire un premier bilan des ajustements qui ont dû être mis en œuvre par nos systèmes de santé lors de la crise sanitaire, à la lumière de différentes approches en sciences humaines et sociales.

(1) Cf. : Dedet, G., Kraepiel, L. & Rapp, T. (2021). Résilience des systèmes de santé européens à la crise de la Covid-19. Les Tribunes de la santé, 68, 73-83.

Modérateurs : 

  • Thomas Rapp
    Co-directeur de l'axe Politiques de santé, LIEPP
    Maître de conférences (HDR) en économie à Université de Paris
  • Henri Bergeron
    Co-directeur de l'axe Politiques de santé, LIEPP
    Directeur de Recherche CNRS, CSO Sciences Po

Intervenant.e.s : 

  • Fanny Chabrol 
    Chargée de recherche
    Institut de recherches pour le développement (IRD)
    Centre Population & Développement (CEPED)
  • Élisa Chelle
    Professeure des universités en science politique
    Université Paris Nanterre (UFR DSP / UMR ISP)
    Chercheuse affiliée au LIEPP de Sciences Po
  • Guillaume Dedet
    Médecin et analyste des politiques de santé à l’OCDE
  • Fabrice Gzil
    Directeur Adjoint de l’Espace éthique IdF
    Membre du Comité Consultatif National d’Éthique
    Chercheur associé Inserm / Université Paris Saclay
  • Julien Mousquès
    Directeur de Recherche, IRDES
  • Miquel Oliu-Barton
    Maître de conférence en mathématiques et économie
    Université Paris-Dauphine

DEFISC - Les politiques publiques par les crédits d’impôts

Journée d’étude organisée par l’axe “politiques socio-fiscales”
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Vendredi 10 décembre 2021, 9h15-17h

La France s’inscrit dans un mouvement général d’utilisation croissante de l’outil fiscal à des fins de politiques sociales, d’emploi ou de soutien à différents secteurs (culture, environnement…). Certaines mesures modifient le financement de ces secteurs tandis que d’autres utilisent l’outil fiscal comme alternative aux prestations directes. Ces politiques fiscales, en s’appuyant sur les incitations, constituent un instrument d’intervention publique aux propriétés économiques et politiques distinctes d’autres instruments (dépenses directes, réglementation). S’appuyant sur un recensement original des dispositifs existants et de l’état des connaissances, cette journée d’étude vise à multiplier les points de vue pour fournir à terme une évaluation aussi complète que possible, interdisciplinaire et comparative des différents usages de l’outil fiscal dans différents domaines, en traitant des questions suivantes: Quel est le coût des différents dispositifs ? Quelle efficacité de ces dispositifs? En particulier, il s’agit de s’interroger sur le coût d’opportunité des politiques mettant en œuvre des dépenses fiscales dans différents domaines d’intervention publique. Dans quelle mesure ces dépenses sont-elles plus efficientes que les dépenses directes ? Comment évaluer la performance comparée des politiques de défiscalisation dans différents secteurs de politiques publiques ? Au-delà de l’évaluation de l’efficacité de l’instrument fiscal, il s’agit également de s’interroger sur le recours croissant à ce type d’instrument: Pourquoi? Par qui? Quel impact sur le pilotage et la gouvernance des politiques publiques (par exemple, en termes distributifs, d’un point de vue démocratique, de légitimité, sur la constitution de groupes d’intérêts…) ?

Programme : 

  • 9h15-9h30 : Accueil des participants 
  • 9h30-10h00 : Introduction, histoire, enjeux - Bruno Palier (CEE, LIEPP)
  • 10h00-10h45 : Politiques fiscales de santé - Michaël Zemmour (Université Paris 1, LIEPP) 
  • 10h45-11h00 : Pause 
  • 11h00-11h45 : Politiques fiscales envers les familles - Mathias André (ENSAE)
  • 11h45-12h30 : De la prime pour l'emploi à la prime d'activité - Guillaume Allègre (OFCE)
  • 12h30-13h45 : Déjeuner 
  • 13h45-14h30 : Politiques fiscales de logement - Guillaume Chapelle (Université Cercy-Pontoise, LIEPP)
  • 14h30-15h15 : Politiques fiscales environnementales - Céline Grislain-Letrémy (Banque de France, CREST) et Amélie Mauroux (Insee)
  • 15h15-15h30 : Pause 
  • 15h30-16h15 : Politiques fiscales et philantropie - Anne Bory (Université de Lille)
  • 16h15-17h00 : Wrap up et discussion générale

Réforme des études médicales : quelles avancées ?

  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Le LIEPP prend part aux Rendez-vous de la recherche organisés par la direction scientifique de Sciences Po et vous invite aux deux tables rondes sur le thème : 

Réforme des études médicales : quelles avancées ?

18 novembre 2021, 17h00-19h00

Amphithéâtre Jean Moulin, 13 rue de l'Université, Paris 75007.

Veuillez prévoir de vous présenter à l'entrée de Sciences Po 15 minutes avant munis de votre passe sanitaire et de votre invitation. 

  • 17h00-18h00 - Réforme des études médicales : quelles conséquences pour les étudiants ? 

Avec la participation de :

-Agnès Van Zanten : sociologue, directrice de recherche CNRS à l'OSC, affiliée au LIEPP où elle dirige notamment le projet Ref-Santé - une étude de la réforme du premier cycle des études de santé 

-Alice Oliviersociologue, Centre lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques, associée à l'OSC

-Marine Conan : vice-présidente générale de l'Association pour l’Accès Santé Université de Paris, étudiante en médecine.

  • 18h00-19h00 - Réforme des études médicales : quel impact sur les politiques de santé ?

Avec la participation de : 

-Matthias Brunn : politiste, chercheur affilié au LIEPP

-Nils Kessel : chercheur au département d'histoire des sciences de la vie et de la santé, Faculté de médecine de l'Université de Strasbourg

-Céline Lefève : maîtresse de conférences en philosophie, co-directrice de l’Institut interdisciplinaire « La Personne en médecine », Université de Paris.

Modération par Anne Revillard (professeure associée en sociologie à l'OSC, directrice du LIEPP) et Patrick Castel (directeur de recherche au CSO, directeur scientifique de ce Rendez-vous de la recherche). 

Pour plus d'informations et inscriptions 

LIEPP in the media: September 2021

  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Axe discriminations et politiques catégorielles

Axe évaluation de la démocratie

Axe politiques socio-fiscales

Tags :

Prix du mémoire de Master en Évaluation des politiques publiques

  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Le LIEPP s'associe à la Société Française de l'Évaluation et au groupe Jeunes Évaluateur·ice·s Émergent·e·s pour lancer la 1ère édition du "Prix de Mémoire en Évaluation des politiques publiques". Anne Revillard (OSC, directrice du LIEPP) préside le jury composé de praticiens·nnes, commanditaires et universitaires spécialistes en évaluation des politiques publiques.

La cérémonie de remise des prix a eu lieu en décembre 2021. 

Pour plus d'informations

Témoignage d'Anne-Pauline de Cler, lauréate du prix 

Tags :

Quels effets de l'aide au mérite sur les trajectoires de ses bénéficiaires dans l'enseignement supérieur ?

Séminaire politiques éducatives - 28 septembre 17h-18h30 (en ligne)
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

L'axe Politiques éducatives du LIEPP a le plaisir de vous inviter au séminaire : 

Quels effets de l'aide au mérite sur les trajectoires de ses bénéficiaires dans l'enseignement supérieur ?

Mardi 28 septembre 2021, 17h00-18h30 (en ligne) - Inscription obligatoire

Intervenant : 

Résumé :

Ce travail en cours propose des premiers résultats d'une évaluation de l’impact de l’aide au mérite dans l’enseignement supérieur sur les trajectoires scolaires de ses bénéficiaires. Introduite en 2008, l’aide au mérite accordait 200 euros supplémentaires par mois aux étudiant.e.s boursier.e.s sur critères sociaux ayant obtenu la mention Très Bien au Bac. En utilisant une régression sur discontinuité et de riches données administratives sur les bachelier.e.s de 2008 à 2011, cette politique semble avoir eu un impact positif mais faible sur les inscriptions dans le supérieur, mais aucun effet statistiquement significatif sur la persévérance en 2ème ou 3ème année. Les effets sur l’inscription ne semblent significatifs que pour les boursier.e.s échelon 0 et les effets sur la persévérance en 3e année que pour les échelons 2 et plus. Ces résultats sont encore préliminaires et des analyses supplémentaires sont encore en cours afin d'évaluer l'effet de l'aide au mérite sur d'autres outcomes (par exemple, l'obtention du diplôme, la motivation des élèves du secondaire) ainsi que pour comprendre les mécanismes qui pourraient expliquer l'absence d'effet de cette aide sur les outcomes mentionnés.

Seminars of the Discriminations and category-based policies research group

  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

The discriminations and category-based policies research group organizes seminars open to all, presenting research work on various topics related to its research themes.

Upcoming sessions: 

Past sessions : 

2022

  • 22 novembre (co-organisée avec le CEE) Parliamentary Stayers in Western Democracies: Mind the Gender-Gap in Political Endurance. ProgrammePresentation.
  • 10 novembre : "Saturé de Genre" : affirmer ou minimiser le genre dans les papiers d’identité. Programme 
  • 8 novembre : Journée d’étude Handicap, Genre et Emploi : Regards Croisés. Programme 
  • 6 octobre : Prosecutor discretion in courtroom workgroups. Programme
  • 14 septembre : Criminalité & Justice : nouvelles perspectives en termes d'inégalités. Programme
  • 18 mai : Analyse des procédures de recrutements des musiciennes et musiciens dans les orchestres permanents : réflexions méthodologiques autour du projet PRODIGE. Programme
  • 12 mai : Social Identity and Criminal Justice Contact. Programme
  • 23 mars : Changer la société par la famille et par le droit ? Minorités sexuelles et de genre d'un continent à l'autre. Programme 
  • 16 février : Visible Representation ? The Descriptive and Substantive Political Representation of Marginalised Groups in Democratic Parliaments. Programme 
  • 19 janvier : Que peuvent les chiffres contre les discriminations ? Retour sur le dossier : "L'égalité par les chiffres" des Cahiers de la lutte contre les discriminations. Programme 

2021

  • 24 novembre : Les quotas de genre dans les Conseils d'Administration. Programme 
  • 20 octobre : Obstacles psychosociaux à l'égalité femmes-hommes : idéologies légitimatrices, effet backlash et opposition à l'action collective. Programme 
  • 29 septembre (en anglais) : Separating race from religion? Dilemmas of the Committee on the Elimination of Racial Discrimination (CERD). Programme

LIEPP International scholars in policy evaluation programme

Call for Applications - AY 2021-2022
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

The Laboratory for Interdisciplinary Evaluation of Public Policies (LIEPP), a research platform at Sciences Po (Paris, France), launches its first International scholars in policy evaluation programme. The visiting fellowships funded as part of this programme (for visits during the academic year 2021/2022) aim at fostering the incoming mobility of scholars from universities and research institutions outside of France, in order to expand LIEPP’s research activities and develop its international relations.

Created in 2011 under the "Investissements d'avenir" programme of the French National Research Agency, this laboratory is being redeployed since 2020 in partnership with Université de Paris.

LIEPP develops an innovative approach to evaluative research: articulating quantitative, qualitative and comparative methods; confronting disciplinary views on the evaluated policies; and promoting the cross-fertilization of methodological and theoretical inputs from different disciplines, with those from the international field of evaluation. LIEPP thus works on anchoring the evaluation approach in academic research.

This call for applications is targeted at scholars specializing in policy evaluation and who, in their universities or research institutions, are in permanent academic positions equivalent to those of Full Professor, Associate Professor, or Assistant Professor. Applications from all countries outside of France are welcome. LIEPP is open to all social science disciplines, including (but not limited to) economics, education, environmental science, management, political science, public administration, psychology, sociology.

Research activities conducted by the visiting scholar should focus on one or more of the following areas of specialization of LIEPP (see links for a description of each research program):

Applications by scholars with a broader (methodological or theoretical) specialization in evaluation are also welcome.

The selection of applications will be made by the laboratory council (composed of the research groups directors and the director of LIEPP), on the basis of the scientific quality of the project, its relevance in terms of policy evaluation, and its fit with one or more of LIEPP’s areas of specialization.

For more information about LIEPP’s activities, please check our website : www.sciencespo.fr/liepp/en

Terms & conditions

As part of this visiting programme, LIEPP is offering a stay of one month covering the expenses related to accommodation in Paris up to 3000 euros for one month. In addition, LIEPP will finance travel expenses for one roundtrip ticket to Paris in economy class (and airport transfers).

The one-month stay is to be scheduled between January and October 2022 (except in August).

Scientific contribution

During the stay, the visiting scholars will be asked to present their work in one of our seminars, and to contribute to our LIEPP Open Access publication series via a working paper or a policy brief(1) on a topic of relevance to policy evaluation. The working paper or policy brief, whose title and abstract will be sent with your application, should be delivered within four months after the visit at the latest.

Location

Sciences Po – Laboratory for Interdisciplinary Evaluation of Public Policies (LIEPP), Paris, France. Our offices are located in the center of Paris. A part-time workspace should be available for the visiting scholar (depending on office space availability at the time of visit), as well as access to the Sciences Po Library.

Deadline for application

The deadline for application is October 25th, 2021.
The results of the selection will be made available around November 10th, 2021.

Application

Applications can be written in English or French.
They should be sent to liepp@sciencespo.fr [subject: Visiting programme]. They include:

  • A curriculum vitae ;

  • A cover letter explaining your interest and contribution to policy evaluation in one of the LIEPP research areas, or broader methodological or theoretical contribution to policy evaluation. Specify which project(s) you would plan to work on during your stay. Collaborations with LIEPP affiliates are encouraged. Make sure to mention precisely which LIEPP research group your fellowship would be affiliated to (see list above).

  • A pdf copy of one published (or in print) article or book chapter that illustrates your contribution to policy evaluation.

  • The first draft (or at least title and abstract) of your working paper or policy brief to be published in LIEPP’s publication series.

  • A seminar proposal: title of your presentation and abstract (the seminar may be organized around your working paper proposal).

Don’t hesitate to contact us at liepp@sciencespo.fr if you need additional information ahead of your application.

Programme Laureates : 

(1) LIEPP Policy Briefs are intended to present the results of research that has already been completed, and that has already been validated in the form of a research report or scientific article, for example, which should be referenced in the PB. The PB aims to present these results in a synthetic manner, emphasizing the implications for the evaluation of public policies. The PB is short (less than 5,000 words) and aims to make the results of the research accessible to a wide audience (public actors, civil society).

Full text (PDF) 

Tags :

Atelier Jeune Recherche (2020-2021)

  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Présentation générale de l'atelier

Animation : Anne Revillard

Email: anne.revillard@sciencespo.fr

Volume horaire : 20h (une séance de deux heures par mois de septembre à juin, le lundi de 11h à 13h)

Calendrier 2020-2021 :

1. Lundi 21 septembre 11h-13h

  • Introduction Camille Urvoy, Département d'Économie - Sciences Po: Political profits from Nonprofits: Evidence from governmental transfers

2. Lundi 12 octobre 11h-13h:

  • Aifang MA, CEE - Sciences Po, science politique: A schizophrenic logic in the quadrilateral regulation of the Internet and social media in contemporary China

  • Celia Bouchet, OSC/LIEPP - Sciences Po: "Salaires et handicaps de survenue précoce. Du constat d’inégalités plurielles…à l'identification d'enjeux de politiques publiques"

3. Lundi 9 novembre 11h-13h:

  • Sponton Alix, OSC - Sciences Po, sociologie: "Le congé de paternité, à quoi ça sert ? Usages et représentations du congé de paternité du point de vue des pères"

4. Lundi 7 décembre 11h-13h:

  • Blandine MESNEL, CEE - Sciences Po, science politique: Les démarches administratives comme point d’entrée pour saisir “par le bas” les effets de l’action publique sur les ressortissants : le cas des agriculteurs face à la Politique agricole commune en France et en Espagne (titre provisoire : projet d’article)

  • Elena MAJ, EVCAU - Université de PARIS, architecture urbanisme paysage et patrimoine: Transformation numérique et notion de qualité dans les politiques actuelles de logement et d’aménagement en France.

  • Manon POTHET, OSC - Sciences Po, sociologie: "Politique de logements sociaux à Paris : Étude des Conseils du 16e arrondissement de Paris"

5. Lundi 11 janvier 11h-13h

  • Rachida LARINOUNA, LADYSS - Université de Paris, Sciences économiques: "Intégration des instances de participation citoyenne dans les systèmes de gouvernance urbaine en Algérie: entre institutionnalisation et autoorganisation".

  • Hugo ROCHARD, Ladyss - Université de Paris, Géographie: “L’action collective sur les espaces publics de nature à Paris et à New York : formes de néolibéralisation de l’action publique environnementale ou nouveaux territoires d’engagement environnementaliste ?”

  • Louisette RASOLONAINA, ICT - EVCAU - Uiniversité de Paris - ENSAPVS, Architecture & Culture Numérique: “Mégarégion et économie circulaire au prisme des politiques territoriales et environnementales”

6. Lundi 8 février 11h-13h

  • Inès MOSGALIK, Médialab et CHSP - Sciences Po, histoire : “From statistically unfathomable households tied to their electricity suppliers by legal obligation to pro-sumers”

  • Ségal LE GUERN HERRY, Département d’Economie - Sciences Po, économie: “Will we ever be able to track offshore wealth? How suspects investments responded to automatic exchange of information"

  • Naoual MAHROUG, Cerlis - Université de Paris, anthropologie, "La réception par le corps des politiques européennes en matière d'asile (réglementations européennes dites Dublin III)".

7. Lundi 8 mars 11h-13h Thématique : Politiques de l’enseignement supérieur/études supérieures et inégalités

  • Marion VALARCHER, OSC - Sciences Po, sociologie: "Calendrier Parcoursup et calendriers lycéens : temporalités de l’orientation post-bac en Île-de-France"

  • Gustave KENEDI, Département d’Économie - Sciences Po, économie: "Evaluation d'impact de l'aide au mérite sur les trajectoires scolaires dans l'enseignement supérieur".

8. Lundi 12 avril 11h-13h

  • Antoine RIEU, CESSMA - Université de Paris, socioéconomie et gestion: “Les Joint-Ventures Sociales comme instrument pour l’insertion socioprofessionnelle et la responsabilisation des entreprises"

  • Micha METTOUCHI, ICT - Université de Paris, sociologie: “Les politiques inclusives à destination des étudiants en situation de handicap à l’université en France et en Angleterre"

  • Mathéa BOUDINET, OOSC, LIEPP - Sciences Po, sociologie: “Étude des parcours professionnels de femmes handicapées au prisme de la réception de l’action publique”

9. Lundi 3 mai 11h-13h

  • Iris NIKOLOPOULOU, LADYSS - Université de Paris, Sciences économiques et sociales: "A socioeconomic evaluation of austerity and labour market reforms in Greece after the 2008 crisis".

  • Nona NENOVSKA, LADYSS - Université de Paris, Sciences économiques et sociales: "Institutions et gestion des biens communs, le cas d’une aire maritime protégée sur la côte de la mer noire bulgare"

  • Charlotte GLINEL, CSO - Sciences Po, sociologie: "Verdir ou dépérir ? Redéfinir la gestion forestière à l’heure du réchauffement climatique"

10. Lundi 7 juin 11h-13h

  • Mamaye IDRISS, Cessma - Université de Paris, histoire: "Genèse de la société immobilière de Mayotte : prolégomènes d’une politique de l’habitat"

  • Federico FILETTI, Sciences Po - OSC/LIEPP - "Eppur si muove: labour market protection varieties and trajectories of change across 21 high-income countries and three decades".

  • Paulus WAGNER , Sciences Po - CEE/LIEPP, “Manual workers, moral economy, and the welfare state”

Voir le programme de l'atelier jeune recherche 2021-2022

Tags :

Programme Jeune Recherche (2020)

  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Le programme de soutien à la jeune recherche en évaluation des politiques publiques s’inscrit dans la dynamique de redéploiement du LIEPP en partenariat avec Université de Paris. Il est ouvert aux doctorant.e.s (à partir de la 2ème année de thèse) et jeunes docteur.e.s (ayant soutenu depuis moins de 2 ans) dont l’affiliation principale est un laboratoire de Sciences Po ou d’Université de Paris, toutes disciplines confondues pour chaque année scolaire. Il a fait l'objet d'un premier appel à candidature en juillet 2020 (voir liste des lauréats ci-dessous).

Voir le descriptif complet du programme en 2020 et les modalités de candidature

LAUREATS DU PROGRAMME POUR 2020/2021

GLINEL, Charlotte , Sociologie, CSO (Sciences Po): Mobiliser les forêts françaises contre le réchauffement climatique. Enjeux de valorisation et d’expertise dans l’action publique multiniveau.

Aux échelles européenne, nationale et régionale, la captation du carbone dans les forêts représente un enjeu de plus en plus majeur des politiques d'atténuation du réchauffement climatique, comme le climat constitue un enjeu toujours plus présent dans la définition des politiques forestières. Les formes de sylviculture à adopter dans le cadre des politiques de lutte contre le réchauffement climatique font l'objet de débats et contestations à l'intérieur et en dehors de la filière-bois. Aussi, la construction de l’information et l’arbitrage entre modèles d’exploitation sylvicole pour définir les politiques publiques de stockage carbone dans les forêts et de leur adaptation constituent désormais une ressource stratégique dans les négociations des acteurs, publics et privés, de la filière bois publique et privée. Dès lors, nous cherchons à analyser les effets de la transformation des forêts en espaces stratégiques de lutte contre le réchauffement climatique, à travers l'analyse d’instruments de travail, de quantification et modélisation, en portant en particulier l'attention sur les jeux d’échelles spatiales et temporelles complexes dans lesquels ils sont mobilisés. Nous étudions ainsi les processus par lesquels les acteurs parviennent, ou non, à s'accorder sur la valeur des forêts, ce que gérer durablement les forêts signifie, et en amont, sur la bonne mesure des effets de cette gestion sur le réchauffement climatique et la biodiversité.

IDRISS, Mamaye , Histoire, CESSMA (Université de Paris): Politique urbaine et gestion de l’habitat informel à Mayotte : L’exemple du projet de réaménagement de la ville de Longoni.

Situées au croisement de la sociologie du genre, de l’anthropologie politique et des théories postcoloniales, ces recherches portent sur Mayotte et son inscription régionale dans l’océan Indien occidental. Elles explorent les dynamiques régionales féminines (migratoires, urbaines, éducatives, professionnelles) dans les sociétés insulaires, les transferts et recompositions socio-politiques selon une approche intersectionnelle des rapports de domination.

KENEDI, Gustave , Economie, Departement d'économie (Sciences Po): Évaluation de l’aide au mérite dans l’enseignement supérieur en France.

L'objectif de ce projet de recherche est d'évaluer l'impact de l'aide au mérite dans l'enseignement supérieur sur les trajectoires scolaires de ses bénéficiaires. L'aide au mérite, introduite à la rentrée scolaire 2008, octroyait 200 euros par mois (sur 9 mois) aux étudiant.e.s boursier.e.s (sur critères sociaux) ayant obtenu la mention Très Bien au Bac. Il s'agit ici d'évaluer si cette aide financière supplémentaire a eu une incidence causale sur la probabilité d'inscription dans un établissement du supérieur, le type de filière choisie, la mobilité géographique, et la probabilité de succès en licence des bénéficiaires. La stratégie d'identification exploite le fait qu'autour de 16/20 au Bac, les étudiant.e.s boursier.e.s sont essentiellement identiques si ce n'est que ceux.celles qui sont juste au-dessus de 16 reçoivent l'aide et ceux.celles juste en-dessous ne la reçoivent pas.

LE GUERN HERRY, Ségal , Economie, Departement d'économie (Sciences Po): Will we ever be able to tax offshore wealth ? The impact of automatic exchange of informations on suspect investments in real estate markets.

À partir de 2014, de nombreux pays – dont un grand nombre de paradis fiscaux – se sont engagés à échanger automatiquement des informations bancaires et fiscales avec leurs partenaires, sur la base d’une norme commune établie sous l’impulsion de l’OCDE, et baptisée Common Reporting Standard (CRS). L’objectif de ces échanges d’information est d’empêcher les contribuables d’un pays donné de détenir des actifs ou de percevoir des revenus dans un autre pays sans que son pays de résidence n’en soit informé. Ce projet propose d’estimer l’effet de l’adoption du CRS sur les stratégies d’investissement déployées par les contribuables concernés en se basant sur le marché immobilier, qui échappe aux échanges de données. L'idée de ce travail est donc de déterminer s’il y a eu une substitution entre les actifs financiers couverts par les accords et les actifs immobiliers non couverts, en étudiant la dynamique et l’origine des investissements immobiliers dans plusieurs villes mondiales.

MA, Aifang , Science politique, CEE (Sciences Po): Particularité de la régulation de l’Internet et des réseaux sociaux en Chine en comparaison avec des régimes démocratiques (la France, les Etats-Unis, l’Inde) et non-démocratiques (Iran).

Aifang Ma travaille sur la régulation de l'Internet et des réseaux sociaux en Chine de 1987 à 2020. Basé sur les théories de régulation et les études de communication, ce projet vise à dégager la spécificité de la régulation du marché numérique chinois par rapport aux pays démocratiques (la France et les Etats-Unis) ainsi que d'autres régimes non-libéraux (l'Inde et l'Iran). Il ambitionne de comprendre les manières dont les parties prenantes, y compris l'Etat-Parti, les agences de régulation, les entreprises et les internautes, interagissent les uns avec les autres, la priorité étant de comprendre la marge de manoeuvre dont les entreprises et les internautes chinois disposent pour défendre leurs propres intérêts. Cette analyse prétend aboutir à une conceptualisation sur le modèle de régulation de l'Internet et des réseaux sociaux dans les pays autoritaires représentés par la Chine.

MAHROUG, Naoual , Anthropologie, CERLIS ((Université de Paris): Point de vue des demandeurs d’asile - des demandeurs de l’asile qui jugent l’asile.

À partir d’une ethnographique multi située sur les usages du droit au quotidien par les exilé.e.s, ce travail de thèse a pour objectif de rendre compte des expériences subjectives des exilé.e.s qui endurent cette procédure de demande d’asile. Plus précisément, il s’agit de voir comment les demandeurs de l’asile se conforment ou pas au quotidien à ce dispositif qu’est le droit d’asile ? Comment le subvertissent-ils ? L’enquête a révélé que les démarches de demande d’asile ne s’incarnent pas dans une procédure rectiligne suivant des étapes prédéfinies, elles s’inscrivent davantage dans une forme circulaire qui impose à chaque seuil de la procédure un rite d’institution, tel une (re)naissance administrative (et bien plus) continuelle. L’éternel recommencement est la caractéristique première de cette procédure, telle qu’elle est vécue par les demandeurs de l’asile. Néanmoins, face aux assignations imposées par cette procédure qui réifie, des sujets procèdent à des bricolages juridiques et linguistiques pour construire des marges de manœuvre dans la zone grise du droit. Des espaces de résistances souterraines et éphémères naissent à partir des chuchotements contre l’ordre du droit dans les espaces administratifs, des acceptations passives et désimpliquées de certaines règles, des tactiques d’invisibilisation assurant un piétinement silencieux et quotidien de la procédure de demande d’asile, autant de dimensions peu développées jusqu’à présent dans les recherches auprès des exilé.e.s.

MESNEL, Blandine , Science politique, CEE (Sciences Po): Des formulaires administratifs pour gouverner l’agriculture ? Une comparaison des expériences de la politique agricole commune par les agriculteurs en France et en Espagne.

La thèse étudie les rapports ordinaires des agriculteurs aux démarches administratives en France et en Espagne, dans le contexte de la programmation 2014-2020 de la Politique agricole commune (PAC). Elle permet de comprendre comment la contrainte administrative occasionnée par les politiques publiques influence la façon dont elles produisent leurs effets sur les ressortissants et leur rapport au politique. L’enquête empirique s’appuie sur une approche comparative et « par le bas » de l'action publique. Elle s'est déroulée dans plusieurs espaces (privés, administratifs, syndicaux) et à plusieurs niveaux (local et national) de la mise en œuvre de la PAC, en France et en Espagne. Le matériau recueilli repose sur des entretiens semi-directifs, des observations et des analyses de sources écrites. Sur le plan théorique, les analyses se situent au croisement de la sociologie de l'action publique, de la sociologie des administrations et de la sociologie des comportements politiques. La thèse mobilise en particulier les notions de "fardeau administratif" (administrative burden) et de policy feedbacks pour montrer comment les démarches administratives façonnent les inégalités entre agriculteurs face à la PAC et nourrissent certaines de leurs attitudes et comportements politiques.

METTOUCHI, Micha , Sociologie, Laboratoire Identités Cultures Territoires (Université de Paris): Les politiques d’inclusion scolaire des universités à destination des étudiants en situation de handicap en France et en Angleterre depuis 2000.

Cette recherche vise à étudier les réponses apportées par les politiques publiques en matière d'éducation inclusive à l’université et la manière dont elles influencent l'expérience des étudiants en situation de handicap en France et en Angleterre. Autrement dit, il s'agit d'étudier et de mettre en parallèle les concepts, approches, politiques, dispositifs et pratiques mis en place pour faciliter la scolarisation des étudiants en situation de handicap à l'université et de sonder l'efficacité en termes de réussite scolaire en analysant les parcours universitaires de ces étudiants. Cette étude a donc pour objectif de mettre en lumière les facteurs expliquant les difficultés ou les réussites universitaires des étudiants en situation de handicap. Nous nous intéressons en effet aux processus et aux conditions qui mènent à la réussite ou à l'échec universitaire et à comment les politiques prévues, déclinées en dispositifs et mises en pratique par les acteurs universitaires agissent sur les destinées universitaires. Cette comparaison des politiques et systèmes scolaires permet d’analyser et de déterminer les failles et innovations ainsi que la pertinence et l'efficacité de chaque système. L'objectif est de proposer des pistes, des voies d'amélioration et des bonnes pratiques permettant à ces étudiants d'optimiser leurs chances de réussite.

NIKOLOPOULOU, Iris , Economie, LADYSS (Université de Paris): A socioeconomic evaluation of austerity and labour market reforms in Greece after the 2008 crisis

The Greek crisis, starting in late 2009, offers a series of theoretical and empirical questions regarding the relationship between the onset of the sovereign debt crisis, the accumulation regime and certain institutional characteristics specific to Greece. Part of a broader thesis, this project proposes an alternative investigation of the labour market reforms that were applied in Greece during the last economic crisis. The purpose of these reforms was to enhance the competitiveness of the Greek economy and help it exit the crisis faster, while ensuring its ability to repay its loans. Failing to see those objectives being clearly achieved, while observing an evident impact of internal devaluation on social well-being, this project attempts to provide an alternative interpretation of the impact of these labour market reforms. Based on an institutional approach, and through the use of mainly qualitative research methods, this project aims: to evaluate the socio-economic impact of labour market reforms in Greece during the last 10 years, and to investigate the possible alternative public policies that could replace the doctrine of internal devaluation. Thereby, this endeavour aspires to open up a constructive dialogue, beyond this problematic.

RIEU, Antoine , Économie, Sociologie, Gestion, CESSMA (Université de Paris): Les Joint-Ventures Sociales comme instrument pour l’insertion socio-professionnelle et la responsabilisation des entreprises. Une analyse éco-politique de la valeur.

La thèse d'Antoine Rieu porte sur les joint-ventures sociales (JVS) qui sont des filiales créées et détenues le plus souvent par une entreprise capitaliste et une structure de l’économie sociale et solidaire. Un focus est porté sur les JVS qui ont une mission d’insertion sociale et professionnelle en France. En étudiant leur genèse et leur fonctionnement, Antoine Rieu questionne leur potentiel de contribution à la « Grande Transition » - écologique, solidaire, etc. Dans le cadre du programme de soutien à la jeune recherche du LIEPP, l’objectif est triple : (i) rendre compte de la contribution des JVS aux politiques sociales et de l’emploi, (ii) rendre compte de leur potentiel pour responsabiliser les entreprises et (iii) identifier les conditions suivant lesquelles les JVS peuvent contribuer à la fabrique d’innovations cohérentes avec les ambitions déclarées de transition écologique et sociale.

ROCHARD Hugo, Géographie, Sciences de la Terre et de l'environnement, LADYSS (Université de Paris): Politiques environnementales urbaines et mobilisations citoyennes.

Dans le contexte actuel d'urbanisation globale, les défis se multiplient face aux changements environnementaux liés à l'impact des activités humaines sur les milieux. Les acteurs institutionnels ne sont pas les seuls à prendre en charge la gestion des problèmes environnementaux : il existe un ensemble d'associations et de collectifs de citoyens qui semble y contribuer selon des modalités diverses allant de l’action encadrée par les institutions publiques à l’initiative spontanée ou informelle. Cette thèse vise à s’intéresser aux associations locales environnementales revendiquant une action bénéfique pour les qualités écologiques des milieux urbains à l’échelle de deux métropoles mondiales : le Grand Paris (France) et de la ville de New York (Etats-Unis). Ces formes innovantes de gestion citoyenne des espaces de nature en ville visant à favoriser la biodiversité recouvrent, par exemple, la restauration d'habitats pour la faune, la réintroduction d'espèces locales au détriment d’espèces invasives ou encore la végétalisation d'espaces délaissés. Ces collectifs locaux mis en comparaison à l'échelle internationale semblent prendre part aux reconfigurations socio-territoriales dans des métropoles en expansion qui connaissent aussi des phénomènes de fortes polarisation et ségrégation et où les politiques urbaines et les procédures de participation ne semblent pas toujours répondre aux revendications de justice écologique.

SPONTON, Alix , Sociologie, OSC (Sciences Po): L'Etat peut-il changer les rôles ? Le congé de paternité et la division sexuée du travail en France.

En dépit de la progression massive de l'activité professionnelle féminine au cours du dernier demi-siècle, les femmes restent les principales responsables des tâches domestiques et parentales. Les congés réservés aux pères font partie des rares mesures politiques qui encouragent une plus grande implication des hommes dans la sphère familiale. Cette thèse étudie dans quelle mesure et via quels mécanismes le congé de paternité développe l'investissement des hommes dans les tâches parentales et domestiques en alliant trois niveaux d’analyse. Un axe macrologique compare la répartition du travail domestique selon différents régimes de politiques publiques à partir de la Generations and Gender Survey. Un axe micrologique étudie l'effet de la prise du congé en France sur la répartition des tâches et les carrières des conjoints avec l'enquête Génération 2010 du Céreq. Enfin, des entretiens répétés auprès de pères avant et après la naissance de leur enfant observent via quels mécanismes le congé de paternité peut influencer l'organisation familiale.

VALARCHER, Marion, Sociologie, OSC (Sciences Po): Les temporalités de l’orientation post-bac.

A travers l’analyse de la temporalité de l’orientation des lycéens et lycéennes vers l’enseignement supérieur, le projet soutenu par le LIEPP entend proposer une évaluation d’une politique publique à la fois récente (Parcoursup) et très ancienne (injonction au projet). Il s’agit également de se demander ce que les enquêtes par entretiens ou reposant sur des dispositifs peu utilisés en sociologie (jeux de cartes, analyse de « cartes mentales ») peuvent apporter sur le plan méthodologique à l’évaluation des politiques publiques.

Tags :

Atelier Jeune Recherche (2021-2022)

  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Présentation générale de l'atelier

Animation : Anne Revillard

Email: anne.revillard@sciencespo.fr

Volume horaire : 20h (une séance de deux heures par mois de septembre à juin, le lundi de 11h à 13h)

Calendrier prévisionnel 2021-2022 :

1. Lundi 20 septembre 11h-13h, salle Percheron (98, rue de l'Université)

Séance introductive

2. Lundi 18 octobre 11h-13h, salle du LIEPP (Tour Montparnasse, 18ème étage)

Laurence Warin (Institut Droit et Santé, Université de Paris), droit: La “santé dans toutes les politiques” saisie par le droit, un bref aperçu.

3. Lundi 15 novembre 11h-13h, salle du LIEPP (Tour Montparnasse, 18ème étage)

Ayse Gizem Yasar (Ecole de Droit, Sciences Po): “Re-examining Schumpeter’s Legacy: Creative Destruction as Competition, Innovation and Capitalism” introduction pages (présentation en anglais) 

4. Lundi 6 décembre 11h-13h, salle Percheron (98, rue de l'Université)

Nathan RIVET (CSO - Sciences Po): "La prison en partenariat public-privé ? Enjeux et dynamiques autour du recours au secteur privé dans le fonctionnement des établissements pénitentiaires"

Alix Sptonton (OSC - Sciences Po): "Le confinement, on l’avait déjà vécu".L’arrivée d’une naissance et le repli sur la sphère domestique du point de vue des pères

5. Lundi 10 janvier 11h-13h, visioconférence

Blaise Truong-Loï (CHSP - Sciences Po) : "Evaluer les politiques d’amélioration de la solvabilité publique à la fin du XIXe siècle. Le cas des institutions de contrôle financier international"

Tony Zitti, (CEPED - Université de Paris, santé publique): "Stratégie de transfert des connaissances pendant la thèse"

6. Lundi 7 février 11h-13h, salle d'innovation publique au LIEPP (Place Saint Thomas d'Aquin)

Paulus Wagner (Sciences Po LIEPP & CEE): "The Making of Populism at the Workplace"

Ngum Brenda Masanga (ICT- Université de Paris): "La prise en compte des Minorités Sexuelles et de Genre (MSG) dans les politiques publiques au Cameroun"

7. Lundi 14 mars 11h-13h, C.S16 (Place Saint Thomas d'Aquin)

Laudine Carbuccia (OSC, Sciences Po) : Unequal access to early childcare: what role for cognitive and behavioral factors? A PRISMA systematic review.

8. Lundi 11 avril 11h-13h, salle d'innovation publique au LIEPP (Place Saint Thomas d'Aquin)

Rachida Larinouna (LADYSS - Université de Paris): "La participation citoyenne institutionnalisée dans les systèmes de gouvernance urbaine : vers la production de modèles d'apprentissage collectif ? - Cas des Conseils de Développement en France". 

Pierre Wokuri (CEE - Sciences Po): "La diffusion et la promotion de l’idée de transparence : renforcement ou affaiblissement du pouvoir des firmes multinationales ? Analyse à partir du cas des activités pétrolières en Ouganda"

9. Lundi 16 mai 11h-13h, salle d'innovation publique au LIEPP (Place Saint Thomas d'Aquin)

Manon Pothet (OSC - Sciences Po) - "Découper l'espace pour transformer le social - Étude d'une re-sectorisation à Paris"

Maël Ginsburger (OSC - Sciences Po) - "Formation et déformation d'une norme : l'écocitoyenneté, de l'ADEME aux particuliers"

10. Lundi 13 juin 11h-13h: Séance annulée

Voir le programme de l'atelier jeune recherche 2020-2021

Tags :

LIEPP in the media : June 2021

  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po
Axe discriminations et politiques catégorielles

Axe évaluation de la démocratie

Axe politiques éducatives

Axe politiques de santé

Axe politiques socio-fiscales

Tags :

Séminaire d'intégration du LIEPP 2021

21 et 22 juin
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

9ème séminaire annuel d'intégration du LIEPP

21 et 22 juin 2021

Amphithéâtre Simone Veil


Lundi 21 juin

  • 10h00 – 10h30 : Accueil - café
  • 10h30 - 12h30 : Où en est le LIEPP? Bilan du redéploiement en partenariat avec UP

- Méthodes et approches en évaluation interdisciplinaire des politiques publiques : Anne Revillard (OSC/LIEPP, sociologie) - 10 min

- Retour d’expérience sur le Programme jeune recherche du LIEPP : Charlotte Glinel (CSO, sociologie) et Micha Mettouchi (Laboratoire Identités Cultures Territoires - Université de Paris, économie) - 5 min

- Création d’un nouvel axe, Politiques de santé - Henri Bergeron (CSO, sociologie) et Thomas Rapp (Université de Paris, économie) - 10 min

- REF-SANTE, une étude de la réforme du premier cycle des études de santéAgnès van Zanten (OSC, sociologie) - 10 min - Présentation.

- Gestion de la crise COVID en France et en Allemagne : Aïssa Halidou (Chaire Alfred-Grosser de Sciences Po, science politique) - 5 min - Présentation.

- Création d’un nouvel axe, Politiques environnementales : Charlotte Halpern (CEE, sciences politique) - 10 min - Présentation.

- Revue de littérature sur l’évaluation des politiques environnementales : Nathalia Cappellini (LIEPP) - 5 min - Présentation.

- Comprendre le rôle des collectifs et leurs relations avec les politiques publiques de réduction des inégalités socio-environnementales : Eleonore Genest (LIEPP/Centre des politiques de la Terre) - 5 min - Présentation.

- Les politiques régionales d'orientation, un vecteur de socialisation des jeunes aux règles du marché ? (ORIREG) : Clément Pin (LIEPP, sociologie) - 5 min - Présentation.

- Does desegregation at school work? Evidence from public housing demolitions and schools' final closures in deprived neighborhoods: Nina Guyon (National Univeristy of Singapour, économie) - 5 min 

Mardi 22 juin

Amphi Simone Veil – 28, rue des Saints Pères

(+ salles H401, H402, H403 – 28, rue des Saints Pères)

- Présentation de l’axe Discriminations et politiques catégorielles : Morgane Laouénan (Centre d’économie de la Sorbonne, économie) - 10 min - Présenttaion.

- Access to Abortion and Telemedicine abortion in France: Hazal Atay (LIEPP/CEVIPOF) - 5 min - Présentation.

- Handicap, genre et précarité professionnelle: Mathéa Boudinet (OSC, sociologie) - 5 min

- Présentation de l’axe Evaluation de la démocratie : Emiliano Grossman (CEE, science politique) - 10 min - Présentation.

- Revue de littérature sur les attitudes anti-sciences : Yasmine Tuffy (OSC, sociologie) - 5 min

- Public opinion, democratic accountability and evaluation of defence (OPIDEF) : Lou Safra (CEVIPOF, psychologie politique), Cyrille Thiebaut (CEVIPOF, Université de Cergy, Science politique) - 5 min - Présentation.

  • 15h30 - 16h00: Échanges au sein des axes du LIEPP - 20 min – Amphi Simone Veil et salles H401, H402, H403
  • 16h00-16h30 : Pause-café
  • 16h30 - 17h30 : Activités des axes Politiques sociofiscales et projets hors axes

- Présentation de l’axe Politiques sociofiscales : Clément Carbonnier (Université Paris 8, économie), Nathalie Morel (CEE, science politique), Michael Zemmour (Université Paris 1, économie) - 10 min - Présentation.

- Political Economy of Tax Incentives - Clément Carbonnier (Université Paris 8, économie), Michael Zemmour (Université Paris 1, économie) (5 min) - Présentation.

- Comment définir et mesurer la grande pauvreté : Julien Blasco (Université de Cergy-Pontoise, économie) - 5 min - Présentation.

- L’influence de l’offre de travail et de logement sur les dynamiques urbaines : Guillaume Chapelle (Université de Cergy-Pontoise, économie) - 5 min

See the program of previous integration seminars 

Pauvreté, perspectives multidisciplinaires

Journée d'études LIEPP/CNLE, 29 juin 9h00-17h00, en ligne
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

L'axe politiques socio-fiscales du LIEPP et le Comité scientifique du Conseil national des politiques de lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale (CNLE) ont le plaisir de vous inviter à la journée d'études : 

Pauvreté, perspectives multidisciplinaires 

Mardi 29 juin, 9h00-17h00 (en ligne) 

Inscription obligatoire 

Les travaux sur la pauvreté ont connu des développements substantiels ces dernières années. C’est parce que ce sujet est transversal avec des enjeux de politiques publiques forts, qu’il appelle un travail scientifique d’utilité sociale au croisement des approches disciplinaires pour mieux appréhender ce phénomène multidimensionnel. Dans cette perspective, le Comité scientifique du Conseil national des politiques de lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale (CNLE) et le LIEPP organisent conjointement une journée d'études dédiée à cette question sociale d’importance.

Lors de cette journée, des chercheurs et chercheuses analysant la pauvreté sous toutes ses dimensions, mais aussi des acteurs associatifs au contact des personnes les plus précaires ainsi que des actrices et acteurs impliqués dans la mise en œuvre des politiques de lutte contre la pauvreté partageront leurs résultats et analyses. Quatre table-rondes aborderont les questions de mesure, de trajectoire, d’action publique et associées aux caractéristiques des populations concernées dans un esprit de discussion collective pour faire progresser la connaissance dans ce domaine et donner des ressources, des éléments d’expertise aux décideurs.

Programme : 

  • 9h00 : Introduction 

Anne Revillard : directrice du LIEPP, co-directrice de l'axe discriminations du LIEPP et chercheuse à l'OSC 

Nicolas Duvoux : président du CNLE, professeur de sociologie à l'Université Paris 8, rédacteur en chef de La Vie des Idées

  • 9h10 - 10h40 : Table ronde n°1 : Définition et mesures 

Intervenant(e)s : 

- Julien Blaso 

- Henri Martin 

- Michèle Lelièvre et Muriel Pucci 

- Clément Carbonnier 

- Membre ATD Quart Monde

  • 11h00 - 12h30 : Table ronde n°2 : Populations 

Intervenant(e)s : 

- Tom Chevalier

- Tomasso Vitale 

- Thomas Lellouch 

- Jeanne Lazarus 

  • 13h30 - 15h00 : Table ronde n°3 : Trajectoires 

Intervenant(e)s : 

- Christine Olm 

- Pierre Blavier 

- Axelle Brodiez 

- Luc-Olivier Hervé

- Michèle Lelièvre 

  • 15h30 - 17h00 : Table ronde n°4 : Action publique

Intervenant(e)s : 

- Alain Noël

- Clara Deville 

- Julie Oudot 

- Nicolas Duvoux 

 

Epidemiological challenges of COVID-19 in France and in Germany

Online seminar, June 18th, 10h (CET)
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Online seminar, Friday June 18th 2021, 10h (CET)

Mandatory registration 

In spring 2020 the covid-19 pandemic hit Europe. Initially Germany did very well thanks to its epidemiological crisis management, in comparison with several of its European neighbors, France included. But, during the so-called second wave of the pandemic, while the situation was getting better in France, the number of COVID-19 cases (infections and deaths) was increasing in Germany so much, so that by the third wave, both countries faced similar epidemiological challenges.

15 months after COVID-19 patient 0 in France and Germany, respectively on 25th and 28th January 2020, we are still facing and challenging the pandemic. What went wrong? What are the current challenges? What about the „COVID-0-Strategy“ or how can we do better?

German and french epidemiologists and the Laboratory for Interdisciplinary Evaluation of Public Policies (LIEPP), on behalf of the Alfred Grosser-Program of Science Po, will present and try to answer these questions from an epidemiological perspective, so that the EU and its Member States can learn for the future.

Chair: 

  • Aissa Halidou: Professor for Health Policy and Global Health for the Alfred Grosser Chair of Sciences Po and research associate at the Laboratory for Interdisciplinary Evaluation of public policies (LIEPP).

Speakers:  

  • Antoine Flahault: Professor of Public Health at the University of Geneva (Switzerland). Director of the Institute of global health. Deputy-Director of the Swiss School of Public Health, Zürich.
  • Arnaud Fontanet: Professor at Institut Pasteur and the „Conservatoire National des Arts et Métiers“. Member of the Scientific Council on the COVID-19 crisis (Conseil Scientifique sur la crise COVID-19) advising the French government.
  • Ralf Reintjes: Professor for Epidemiology and Surveillance at Hamburg University of Applied Sciences (Germany), and for Infectious Disease Epidemiology at Tampere University (Finland) & consultant for the WHO and the EU. Member of the Covid-19 Task force of the Association of Schools of Public Health in the European Region (ASPHER).
  • Wolfgang Hoffmann: Professor for Population-based Epidemiology of Health Care and Community Health. Managing Director of the Institute for Community Medicine at the University Medicine Greifswald (Germany). Co-founder of the Germany Association of Epidemilogy (DGEpi) and Member of the Committee on Health Reporting and Health Monitoring (Kommission“Gesundheitsberichterstattung und Gesundheitsmonitoring”) at the Robert Koch Institute (RKI) in Berlin.

See the previous seminar on this topic organized by Aissa Halidou 

Fake news, complotisme, idéologie des chaînes d'information : pour une approche pluridisciplinaire des médias

Journée d'études LIEPP/Medialab, 7 juin 2021 (format hybride)
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

L'axe Évaluation de la démocratie du LIEPP et le Médialab (Sciences Po) ont le plaisir de vous inviter à la journée d'études : 

Fake news, complotisme, idéologie des chaînes d'information: pour une approche pluridisciplinaire des médias 

Lundi 7 juin 2021, 14h00-18h00 

L'événement pourra être suivi en présentiel (amphithéâtre Chapsal, 27 rue Saint Guillaume 75007 - 2ème étage) ou en ligne (le lien zoom sera envoyé aux inscrits dans la matinée du 7 juin). 

Inscription obligatoire 

Vidéo complète de l'événement disponible 

Programme : 

  •  14h-14h30

Introduction de la journée : Julia Cagé (Département d'Économie et LIEPP)
Présentation des travaux récents (ouvrage) du Médialab : Dominique Cardon (Médialab)

  • 14h30-15h15

Espace médiatique et fake news : Manon Berriche, Dominique Cardon (Médialab) 
Discussion : Emeric Henry (Département d'économie)

  • 15h30-16h15

Biais médiatique dans l'audiovisuel : le rôle des journalistes et des actionnaires : Camille Urvoy (Département d'Économie et LIEPP)
Discussion : Sylvain Parasie (Médialab)

  • 16h30-17h15
La critique des médias : Les Gilets Jaunes et le complotisme sur YouTube : Jean-Phillipe Cointet, Benjamin Tainturier (Médialab)
Discussion : François Quinton (INA, La revue des médias)

  • 17h30-18h00

Conclusion et perspectives de recherches jointes : Jean-Philippe Cointet (Médialab)

Programme à télécharger (pdf) 

Is Journalistic Truth Dead? Measuring How Informed Voters Are about Political News

Online seminar 4th June 2021, 12h30-13h30 (CET)
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

4th June, 12h30-13h30 

Online seminar co-organized with the Department of Economics (Sciences Po) 

Mandatory registration

Speakers: 

Andrea PRAT is the Richard Paul Richman Professor of Business at Columbia Business School and Professor of Economics at the Department of Economics, Columbia University . He is editor-in-chief of the Journal of Law, Economics, and Organization, an Associate Editor of Theoretical Economics and a director of the Industrial Organisation programme of the Centre for Economic Policy Research (CEPR). Professor Prat was elected a Fellow of the British Academy in 2011 and a Fellow of the Econometric Society in 2013.

His research focuses on organisational economics and political economy. His current research in organisational economics explores - through theoretical modeling, field experiments, and data analysis - issues such as organisational design, corporate leadership, employee motivation, and optimal disclosure. His current research in political economy attempts to define and measure the influence of the media industry on the democratic process.

During this seminar, Andrea Prat will present his paper, co-signed with Charles Angelucci (MIT): 

Is Journalistic Truth Dead? Measuring How Informed Voters Are about Political News (abstract/paper to follow) 

LIEPP in the media : May 2021

  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po
Axe politiques éducatives

Axe discriminations et politiques catégorielles

Axe évaluation de la démocratie

Autres thèmes de recherche

Tags :

La crise de Covid-19 replacée dans le temps long

Lecture croisée de l'ouvrage : La Grande Extension, Histoire de la santé humaine de Jean-David Zeitoun (Ed. Denoël). Mardi 25 mai, 12h30-14h
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

L'axe politiques de santé a le plaisir de vous inviter au séminaire : 

La crise de Covid-19 replacée dans le temps long.
Lecture croisée de l'ouvrage La Grande Extension, Histoire de la santé humaine de Jean-David Zeitoun (Ed. Denoël)

Mardi 25 mai 2021, 12h30 - 14h (CET) en ligne 

Inscription obligatoire 

Intervenants : 

  •  Jean-David Zeitoun (jdzeitoun@yahoo.fr) : docteur en médecine, spécialisé en hépato-gastroentérologie. Il a été interne et chef de clinique à l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris. Il est également diplômé de Sciences Po Paris et docteur en épidémiologie clinique (Université Paris-Descartes). 
  • Henri Bergeron : directeur de Recherche CNRS, co-directeur de l’axe « Politiques de Santé » du LIEPP, coordinateur scientifique de la Chaire Santé de Sciences Po-FNSP et co-directeur du «domaine santé » aux Presses de Sciences Po.
  • Thomas Rapp : maître de Conférence (HDR) au LIRAES, Université de Paris, co-directeur de l’axe « Politiques de Santé » du LIEPP. 

Résumé : 

L’amélioration de la santé humaine s’est faite en deux phases. Entre le milieu du 18ème siècle et jusqu’à la seconde guerre mondiale, la longévité moyenne des humains occidentaux a doublé. Cette progression inédite s’est faite grâce aux pratiques dites de santé publique, ce qui a permis de réduire la mortalité infantile en luttant plus efficacement contre les maladies microbiennes. La deuxième phase a commencé après la guerre et a consisté à réduire la mortalité cardiovasculaire et par cancer. Cette phase a surtout mobilisé la médecine et la pharmacie. Elle a permis d’élever encore l’espérance de vie de 15 à 20 ans selon les pays. Depuis 2010, la situation est moins claire et des signes de rétrogression ont été observés.
La pandémie de Covid-19 est une illustration de la nouvelle équation de la santé mondiale. Elle n’est pas un fait du hasard mais un produit de l’empreinte humaine sur l’environnement.
La Grande Extension raconte cette histoire de la santé humaine – qui n’est pas l’histoire de la médecine – et permet pour la première fois de saisir une vision d’ensemble des progrès et des incertitudes récentes de la santé et la longévité humaines.

Colloque international francophone féministe. Saison 3 : "Genre et travail social"

10 et 11 juin 2021 (format hybride)
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Colloque international francophone féministe saison 3 : "Genre et travail social"

Des politiques sociales égalitaires ? Des principes à la réalité de l’exercice professionnel du travail social

10 et 11 juin 2021, format hybride. 
(l'ensemble de la conférence peut être suivie en présentiel ou en distantiel) 
Inscription obligatoire avant le 31 mai 
Programme détaillé à venir (pdf) 

Co-organisé par :

Lieux : 

  • 10 juin : Sciences Po - 27, rue Saint Guillaume, 75007 Paris 
    Amphithéâtre Émile Boutmy 
  • 11 juin : IRFASE - 5, Terrasses de l'Agora, 91304 Evry
Arguments du colloque

Des politiques sociales considérées par leurs promoteurs et promotrices comme susceptibles de contrecarrer les inégalités de genre ont été développées et expérimentées dans les dernières années en Europe, à l’instar des mesures de soutien pour les victimes de violences sexuelles et conjugales, du développement des structures d’accueil extrafamilial ou encore de la formation et de l’insertion en emploi des jeunes filles et des femmes chômeuses et migrantes, notamment. Pourtant, ces politiques, souvent très segmentées, continuent de se heurter à des traitements différenciés, voire discriminants, et ce dans les différents secteurs du travail social. Les précédentes éditions de Genre et Travail social l’ont d’ailleurs bien illustré. Plus largement, les inégalités structurelles en défaveur des femmes concernant les rémunérations et l’accès à l’emploi, mais aussi la prévalence des violences dont elles sont victimes ou leur assignation aux activités de care rendent complexe la mise en œuvre de politiques sociales visant l’égalité.

Pour cette troisième édition du Colloque international féministe Genre et Travail social, il apparaissait important d’aller au-delà de ces constats généraux en interrogeant les processus concrets qui, dans l’exercice professionnel du travail social, conduisent à des traitements différenciés (re)producteurs de discriminations de genre. Les contributions s’intéresseront aux formes de l’intervention sociale, elles pourront porter sur les aspects d’essentialisation inhérents à certains dispositifs des politiques sociales, sur les mécanismes quotidiens ou routiniers de reproduction de représentations genrées ou sur les discriminations induites par certaines pratiques dans le cadre de la mise en œuvre des politiques sociales. Les présentations pourront questionner diverses politiques sociales dans des contextes sociaux, historiques et géographiques eux-aussi divers.

La visée du colloque est d’offrir un espace de dialogue pour croiser les points de vue situés de chercheur·es, d’intervenant·es sociaux, de formatrices et formateurs du travail social. En effet, la thématique que nous proposons – l’approche intégrée du genre dans les politiques sociales à travers l’intervention en train de se faire – nécessite un décalage par rapport aux formes classiques des colloques scientifiques. À cet égard, a été encouragée la collaboration entre chercheur·es et travailleurs et travailleuses sociales pour la présentation d’analyses et d’expériences de terrain, en ouvrant à divers formats de communication (filmés, graphiques, etc.) des résultats de la recherche et de l’action ou encore de recherches-actions.

Plus d'information sur le colloque 

Adresse mail de contact :
Nadia Zbidi : nadia.zbidi@irfase.com

L'impact des outils numériques sur les apprentissages des élèves - Évaluation du Plan numérique de 2015

Séminaire politiques éducatives - 4 mai 17h-18h30 (en ligne)
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

L'axe politiques éducatives du LIEPP vous invite au séminaire : 

L'impact des outils numériques sur les apprentissages des élèves

Évaluation du plan numérique de 2015 

Mardi 4 mai, 17h00 - 18h30 (en ligne) 

Inscription obligatoire 

Intervenante : 

  • Clémence Lobut : Doctorante, Département d'économie de Sciences Po. Chargée d'études à la Direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP), Ministère de l'éducation nationale, de la jeunesse et des sports

Résumé :

L’étude propose une évaluation de l'impact du Plan numérique sur les apprentissages des collégiens. Lancé en 2015, le Plan numérique avait pour ambition majeure le déploiement à l’échelle nationale d’équipements numériques mobiles dans les écoles et collèges français. Grâce au suivi d’un panel d’élèves de la cinquième à l’entrée en seconde et de leurs enseignants au sein d’un échantillon représentatif de collèges, cette étude permet d’estimer l’impact de l’intervention sur les compétences cognitives des élèves durant trois années, grâce à des méthodes d’appariement statistique. L’étude met également en lumière l’hétérogénéité des effets, notamment en fonction de l’origine sociale des élèves. Nous constatons que la distribution de tablettes individuelles a eu un effet positif sur l'apprentissage des élèves en compréhension orale du français, en mathématiques et en compétences numériques à la fin de la deuxième année (fin de quatrième) et des effets qualitativement similaires à l’entrée en seconde. Les effets sur les compétences numériques et en mathématiques sont plus importants dans les collèges accueillant une plus grande proportion d’élèves d’origine sociale défavorisée. La distribution d’équipements partagés, cependant, n’a pas eu d’effet, ou un effet positif modeste, sur la plupart des compétences examinées.

Texte de référence : Ghazala AZMAT, Denis FOUGERE, Clémence LOBUT, "Évaluation multidimensionnelle de l’impact de l’utilisation d’équipements numériques mobiles sur les apprentissages des élèves - Premiers résultats du Plan numérique de 2015"Document de travail 2021-E01, Série Etudes, DEPP, janvier 2021.

LIEPP in the media : April 2021

  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po
Axe discriminations et politiques catégorielles
Axe évaluation de la démocratie
Axe politiques environnementales
Axe politiques socio-fiscales
Autres thèmes de recherche
Tags :

The rise of online data and the critical role bots have to play

Webinar April 26th 2021, 2pm CET
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

April 26th 2021, 2 pm CET

   Mandatory registration 

Event co-organized by:

Bright Data and LIEPP, Sciences Po 

Speakers: 

  • Or Lenchner, CEO of Bright Data
  • Nimrod Kozlovski, Partner & Head of Tech and Regulation at HFN & Herzog Strategic

About this event:

When we hear the term ‘bots’, negative connotations come to mind - most of us automatically think it’s a dirty word. Sure, bots have gotten a bad rap, but perhaps unfairly so. After all, they’re just technology tools, neither good nor bad. It’s how they’re used that makes them beneficial, benign, or malicious.

The fact is, bots can be extremely beneficial. They can automate manual work and make us all more efficient. They are a vital component in driving our entire global market forward. For example, when it comes to collecting mission-critical mass-scale data, crucial for decision making, bots can simplify the process tremendously. Thanks to bots, this practice that would normally take weeks to complete, actually takes mere minutes.

If you think about it, the ability to use credit cards digitally makes our lives much easier. Sometimes this ability is taken advantage of and used for malicious purposes - does that mean we should stop using them digitally? Or does the solution actually lie in finding ways to protect its digital use?

The time has come to open up the conversation and rethink our opinion of bots. When it comes to fueling the digital economy, bots play a vital role - a role that enables efficient data collection and drives the data economy forward. In fact, Gartner predicts that by 2022, 70% of customer interactions will involve emerging technologies such as machine learning (ML) applications, chatbots and mobile messaging, up from 15% in 2018.

However, as mentioned previously, there can also be a dark side to bots - if they are misused (as with any new technological innovation). So, the question is - how do we protect our operations and ensure that the benefits of bots outweigh any attempt to use them “for bad.”

In this session, Or Lenchner, CEO of Bright Data and Nimrod Kozlovski, Partner & Head of Tech and Regulation at HFN & Herzog Strategic, will look at online data collection and discuss practical ways to safeguard your automated data collection process from those who wish to harm it.

Tags :

Quelles leçons tirer de la gestion politique d'un an de pandémie? Une comparaison franco-allemande

Séminaire en ligne, 30 avril 2021, 11h-12h30 (CET)
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

30 avril 2021, 11h-12h30 (CET)

      Inscription obligatoire 

Résumé : La gestion allemande de la crise sanitaire lors de la 1ère vague a été exemplaire comparée à celle de la France. Les résultats de la 2ème vague ont été moins bons pour l’Allemagne pendant que la France semblait avoir mieux maîtrisé la situation. Une maîtrise qui n’a pas empêché une 3ème vague farouche dans les deux pays. Les dirigeants politiques n'ont-ils pas tiré de leçons des vagues précédentes ou est-ce que ce sont les scientifiques qui ont failli? Un échange sur les interprétations et comparaisons des décisions politiques sur la crise sanitaire avec des scientifiques et des politiciens allemands.

Mot d'accueil par Anne Revillard : directrice du LIEPP, professeure associée en sociologie à Sciences Po et membre de l'Observatoire Sociologique du Changement  

Animation et discussion par Aissa Halidou : Épidémiologiste, socio-économiste, professeure de la Chaire Alfred-Grosser de Sciences Po et chercheuse au LIEPP. 

Intervenants :

  • Aissa Halidou : Épidémiologiste, socio-économiste, professeure de la Chaire Alfred-Grosser de Sciences Po et chercheuse au LIEPP. 
  • Bruno Jobert : Politiste, directeur de recherches honoraire au CNRS et associé au laboratoire PACTE de l'IEP de Grenoble
  • Henri Bergeron : Directeur de recherche CNRS, affilié au CSO et co-directeur de l'axe Politiques de santé du LIEPP
  • Karamba Diaby : Biologiste et député du Bundestag pour le parti socialiste démocrate allemand (SPD) et membre de la sous-commission "santé internationale" du parlement allemand
  • Konrad Rippmann : Chirurgien, économiste de la santé et codirecteur de l'entreprise Lohmann Konzept à Hambourg (entreprise spécialisée dans le management des hôpitaux et les conseils économiques sanitaires).
  • Pierrette Herzberger-Fofana : Députée et représentante des verts allemands (Die Grüne) au Parlement européen à Bruxelles
  • York Zöllner : Économiste de la santé et professeur à l'Université des sciences appliquées de Hambourg (HAW-Hamburg)

Vidéo de l'événement

LIEPP in the media : March 2021

  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po
Dans les médias 
Axe évaluation de la démocratie

Axe discriminations et politiques catégorielles

Axe politiques éducatives

Axe politiques socio-fiscales

Tags :

Programme Jeune Recherche (2021)

  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Le programme de soutien à la jeune recherche en évaluation des politiques publiques s’inscrit dans la dynamique de redéploiement du LIEPP en partenariat avec Université de Paris. En 2021, il est ouvert aux doctorant.e.s (inscrit.e.s au moins en 3ème année de thèse à la rentrée universitaire 2021-2022) et jeunes docteur.e.s (ayant soutenu depuis moins de 2 ans, la thèse devant avoir été soutenue après le 31 août 2019) dont l’affiliation principale est un laboratoire de Sciences Po ou d’Université de Paris, toutes disciplines confondues. 

Voir le descriptif complet du programme en 2021 et les modalités de candidature.

Lauréat.e.s du Programme pour 2021/2022 : 

GINSBURGER, Maël, sociologie, OSC (Sciences Po): Verdir la consommation : Constructions et appropriations différentielles des prescriptions environnementales.

La mise sur agenda de la question environnementale s’est traduite par une série d’injonctions adressées aux individus et portées en France depuis les années 1990 par des institutions publiques, au premier rang desquelles le ministère de l’Écologie et l’ADEME. Diffusées au travers de campagnes de communication, de livrets pratiques ou de programmes éducatifs, reprises et promues par une variété d’acteurs — fondations, associations, médias, entreprises —, ces injonctions visent à amener les individus à réformer leur mode de vie et en particulier leurs manières de consommer en mettant en œuvre un ensemble de gestes, de pratiques ou d’investissements moins nocifs pour l’environnement. De telles injonctions impliquent d’identifier les pratiques les plus nocives ainsi que celles jugées particulièrement bonnes pour la planète et de les étiqueter en fonction d’un tel critère. Ce projet de recherche vise à étudier la nature et l’intensité de l’étiquetage environnemental des pratiques de consommation émis par les institutions publiques prescriptrices de comportements individuels ainsi que son inégale appropriation par les individus. 

LARINOUNA, Rachida, économie, LADYSS (Université de Paris): La gouvernance urbaine face à la démocratie participative : évaluation des processus d’institutionnalisation, jeux d’acteurs et multipolarités - cas du Grand Alger.

La recherche entreprise questionne les processus d’appropriation adoptés par les différents acteurs face à l’institutionnalisation des instances de démocratie participative dans les systèmes de gouvernance urbaine. Elle tend à répondre aux questions suivantes : Comment s’opère l’appropriation des mécanismes d’intégration de la société civile, crées dans l’optique d’une ouverture des arènes décisionnelles dans le cadre d'une politique de la ville plus inclusive ? Comment s’imbriquent-ils dans les systèmes d’intermédiation traditionnels, et par extension, dans le jeu d’acteurs au caractère multipolaire ? Comment influent-ils sur l’exercice du pouvoir métropolitain et quelle est la réelle portée dans le cadre de l'élaboration et la mise en œuvre des politiques publiques ?

NGUM, Brenda Masanga, sociologie, Identités Cultures Territoires (Université de Paris): L’évaluation de la prise en compte des Minorités Sexuelles et de Genre (MSG) dans les politiques publiques au Cameroun.

Cette recherche doctorale porte sur la construction de l’identité sociale chez les femmes transgenre au Cameroun. Elle se situe au confluent de la sociologie du genre, de la sexualité, de la déviance, de l’identité sociale et de ce qu’on pourrait qualifier de « queer studies ». Il est proposé de faire une analyse sociologique de ce phénomène en contexte camerounais à partir d’une lecture de la déconstruction et de la reconstruction de l’identité féminine au sein des différents espaces de sociabilité des femmes transgenre, à savoir : la famille, les associations LGBT et les associations transgenres.

Dans le cadre du projet de recherche avec le LIEPP, il s’agit de faire une évaluation ex post de la prise en charge des Minorités Sexuelles et de Genre dans les politiques publiques entre 2011 et 2016 au Cameroun. Une approche ethnographique sera adoptée pour saisir la pertinence de la prise en charge des Minorités Sexuelles et de Genre dans les politiques publiques au Cameroun. Il s’agit là d’une évaluation par le bas, c’est-à-dire, celle qui tient compte des critères de jugement par les bénéficiaires de ces politiques.

POTHET, Manonsociologie, OSC (Sciences Po): Au cœur des politiques de répartition de l’offre scolaire parisienne – une étude de l’élaboration de la sectorisation.

La définition de la carte scolaire est une pratique politique dont l’objectif est de déterminer et répartir l’offre scolaire présente sur un territoire délimité administrativement. Présentée comme un mode de régulation du marché scolaire, elle est étudiée dans un certain nombre de recherches au travers de son contournement par les familles. Ses limites en matière d’objectif de mixité sociale sont analysées dans des études interrogeant les réformes instituant son assouplissement. Cette recherche se propose d’interroger la manière dont est conçue, pensée et modifiée la carte scolaire, et plus particulièrement la sectorisation, dans l’espace urbain particulièrement ségrégé qu’est la Ville de Paris d’une part, et comment ce changement d’allocation des ressources scolaires est perçu et discuté par les différents acteurs institutionnels, politiques et éducatifs d’autre part.

RIVET, Nathan, sociologie, CSO (Sciences Po): La prison en partenariat public-privé ? Enjeux et dynamiques autour du recours au secteur privé dans le fonctionnement des établissements pénitentiaires.

Depuis 1987, l’administration pénitentiaire délègue dans un nombre croissant de prisons une partie des missions qu’elle assurait à des entreprises privées. Prenant la forme d’un dispositif intitulé « gestion déléguée » ou de partenariats public-privé, cette sous-traitance concerne des missions dites « non-régaliennes ». Certaines sont relatives à l’entretien des infrastructures comme la maintenance ou le nettoyage. D’autres sont des services à la personne tels que la restauration, la buanderie, le transport, la cantine -épicerie interne des prisonniers-, l’accueil des familles ou encore la formation professionnelle des détenus ainsi que le travail pénitentiaire. Nathan Rivet interroge les modalités de coopération, de coordination, d’opposition et parfois d’hybridation entre public et privé. Il travaille ainsi sur plusieurs niveaux au sein de l’administration pénitentiaire. Il interroge la mise en œuvre concrète de la gestion déléguée et des partenariats public-privé : comment l’administration pénitentiaire organise, met en œuvre et contrôle-t-elle la délégation d’activités auparavant exécutées en régie directe ? Il cherche également à rendre compte des conséquences organisationnelles et professionnelles de cette transformation pour les personnels présents : comment le travail des surveillants, des directeurs ou des personnels administratifs a-t-il évolué suite à cette externalisation ? Il étudie enfin les évolutions de cette délégation au cours des 30 dernières années, les conséquences qu’elle a eu pour l’administration pénitentiaire dans sa gouvernance, son contrôle de gestion et sa gestion budgétaire : quels effets à plus grande échelle le recours institutionnalisé et formalisé à des entreprises privées a-t-il engendrés ? Pour répondre à cette multitude de questionnements, Nathan Rivet réalise de l’observation dans plusieurs prisons françaises ainsi que dans des services centraux. Il mène par ailleurs des entretiens avec des fonctionnaires pénitentiaires, des personnels privés ou des haut-fonctionnaires.

TRUONG-LOÏ, Blaise, histoire, CHSP (Sciences Po): Évaluer les politiques de solvabilisation des États endettés. L’exemple du contrôle financier tunisien (1869 – 1881).

Les recherches de Blaise Truong-Loï portent sur les institutions de contrôle financier international à la fin du XIXe siècle - c'est-à-dire des institutions qui administraient pour le compte des créanciers étrangers les finances publiques d'Etats en difficulté avec le remboursement de leur dette souveraine. Le projet soutenu par le LIEPP explore les politiques publiques mises en place par ces institutions pour réorganiser les économies et les administrations locales afin d'assurer aux créanciers occidentaux un service régulier de la dette.

WAGNER, Paulus, science politique, CEE (Sciences Po): The formation of "welfare chauvinist" policy attitudes.

La recherche de Paulus Wagner au LIEPP se concentre sur les attitudes citoyennes sur la politique sociale. Dans sa thèse, il s'interesse pour le "chauvinisme de l'état-providence" (welfare chauvinism), un phénomène lié à la politique populiste d'extrême droite. Dans le cadre d'un approche des méthodes mixtes, il a mené 150 entretiens biographiques avec des citoyens allemands et autrichiens, la moitié d'eux des ouvriers manuels par occupation, pour analyser la génèse de ces attitudes. En testant une théorie sur le rapport des attitudes populistes avec les problèmes expérimentés surtout par les classes populaires (modernization loser theory), sa thèse formule la théorie qu'au fait la génèse des attitudes "welfare chauvinistes" est souvent lié à l'expérience des problèmes au domaines de travail et  du contact avec l'état-providence. Ces situations problématiques, à leur part, sont produits par les dynamiques de des-intégration sociale surtout au niveau "meso", i.e. au sein des organisations et dans le contact des organisations avec des citoyens.

WARIN, Laurence, droit, Institut droit et santé (Université de Paris): Les études d’impact en France issues de la loi organique de 2009 : propositions de pistes d’amélioration pour davantage y intégrer les questions sanitaires.

Combinant des approches juridique, de santé publique et de sciences politiques, ce projet vise à mettre en lumière dans quelle mesure les considérations sanitaires pourraient être davantage prises en compte dans les études d’impact des projets de lois. La problématique du bruit, par définition intersectorielle et dont les conséquences sanitaires sont multiples, sera abordée tout particulièrement à travers cette recherche.

WOKURI, Pierre, science politique, CEE (Sciences Po): Informer, habiliter et améliorer ? Instruments de transparence et prise en compte des enjeux environnementaux par les acteurs économiques. Le cas de la loi française sur le devoir de vigilance des firmes multinationales.

YASAR, Ayse Gizem, droit, Ecole de droit (Sciences Po): Disruptive Innovation and Competition Law: A Critical History.

This PhD project targets to lay bare some of the fundamental contradictions in competition law and policy through the lens of disruptive innovation. The first part sets out the conceptual foundations of disruptive innovation, from philosophy and economics to management studies. The second part is a detailed survey of how competition law and policy has approached disruptive innovation in the EU and the US since the enactment of the first federal US antitrust laws at the end of the 19th century. The third part sets out the factual and logical errors in this approach and connects them to broader fundamental contradictions in competition law and policy. The analysis rests on economic history (focusing on the works of Joseph Schumpeter), business literature on disruptive innovation, studies in the sociology of technology, and the author’s interviews with start-ups, investors, and established “tech” companies in the EU and the US.

ZITTI, Zardelon, santé publique, CEPED (Université de Paris): Analyse de la mise en œuvre du financement basé sur les résultats (FBR) dans les hôpitaux de district : Etude de cas multiples au Mali.

Le financement basé sur les résultats (FBR) suscite de plus en plus d’intérêt des gouvernements et des organismes d’aide au développement dans les pays à faible revenu, notamment en Afrique. C’est ainsi que pour améliorer la performance du système de santé, le gouvernement malien a mis en œuvre un projet pilote de financement basé sur les résultats dans le domaine de la santé de la reproduction. Le FBR est une approche de financement des soins de santé qui propose une alternative au financement centré sur les intrants. Il s’agit d’un mécanisme par lequel les centres de santé sont payés sur base de leur performance, mesurée par la quantité et la qualité des services prodigués. Cela permettrait d’accroître la productivité et la qualité des prestations de soins de santé offerts aux populations. Cette thèse analyse le processus de mise en œuvre du FBR au niveau des hôpitaux de district, un rare objet d’étude en Afrique. Elle a pour but de fournir une compréhension sur les problèmes liés à la conception du modèle d’intervention du FBR, sur l’influence du contexte local, et de montrer les spécificités des normes et valeurs locales lors de la mise en œuvre du FBR au niveau des hôpitaux de district au Mali.

Tags :

Appel à projets au fil de l'eau

  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Appel à projets au fil de l'eau du LIEPP (clos)

"Évaluation interdisciplinaire des politiques publiques" 

Le LIEPP lance un appel à projets au fil de l’eau sur l’évaluation interdisciplinaire des politiques publiques. Visant à renforcer les activités de ses axes de recherche, cet appel à projet s’inscrit dans la dynamique de redéploiement du LIEPP en partenariat avec Université de Paris.

Champ thématique de l'appel à projets : évaluation interdisciplinaire des politiques publiques (discriminations et politiques catégorielles, politiques socio-fiscales, politiques éducatives, évaluation de la démocratie, politiques environnementales , politiques de santé).

Condition d'éligibilité : le projet est porté par au moins un.e chercheur.e titulaire : soit ayant pour affiliation principale un laboratoire de Sciences Po ou d'Université de Paris, soit externe à ce périmètre mais ayant une affiliation en cours de validité au LIEPP.

Type de projets possibles : projet de recherche, revue de littérature interdisciplinaire, organisation d'événements ou de réseaux interdisciplinaires. Les demandes de (co-)financement peuvent porter sur des projets déjà en cours. Les contributions doivent être interdisciplinaires, l’appel étant ouvert de façon large à toutes les disciplines permettant d’alimenter la réflexion sur l’action publique.

Montant maximal du financement demandé : 15 000 € par projet 

Les projets peuvent être soumis à tout moment et sont évalués au fil de l'eau. Les décisions de financement sont prises, sur la base d'une double évaluation, par le conseil de laboratoire du LIEPP qui se réunit deux fois par trimestre.

Les dépenses relatives au projets seront éligibles jusqu'au 31 décembre 2022.

Merci de consulter ci-dessous les détails de l'appel à projets pour plus de précisions.

Les projets peuvent être soumis en français ou en anglais, par le biais du : 

formulaire de candidature en ligne 

Documents joints :

- Texte complet de l’appel à projets

- Formulaire de candidature à prévisualiser (pdf)

- Fiche budgétaire à télécharger

 

Liste des projets sélectionnés : 

Tags :

Conjugating Entrepreneurship with women: What Prospects for tomorrow ?

Tuesday 11th March, 18h30 -20h (online)
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Tuesday 11th March, 6:30 pm. Madatory registration (FR) 

To discuss this topic, the Women in Business Chair is joining forces with We_Start, Sciences Po's entrepreneurship student association , to organize this conference which will take place online on Thursday, March 11, from 6:30 pm to 8 pm, in the presence of four guests:

  • Anne Boring, Director of the Women in Business Chair, Assistant Professor of economics at Erasmus University Rotterdam and Associate Researcher at Sciences Po.
  • Youssef Oudahman, co-founder of Meet My Mama.
  • Caroline Ramade, founder and CEO of 50inTech, fellow at Station F and member of the Board of Directors of UN Women France.
  • Eva Sadoun, founder and president of LITA.co and Rift, co-president of Mouvement Impact France.

This event is open to all.

Back to top