Auteur(s): 

Jean-François Ratelle, université d’Ottawa (Canada)

Date de publication: 
Octobre 2017

Depuis 2012, entre 4 000 et 5 000 citoyens russes ont gagné la Syrie ou l’Irak pour rejoindre les rangs des différentes factions jihadistes incluant plus de 1 000 Daghestanais et Tchétchènes[fn]Патрушев назвал число воюющих в Сирии и Ираке жителей Северного Кавказа, Lenta.ru, 19 avril 2017, URL : https://lenta.ru/news/2017/04/19/nortcaucasus/[/fn]. Ce nombre fait de la Fédération de Russie le principal exportateur de combattants étrangers dans le conflit, dépassant même, en cela, des pays comme l’Arabie Saoudite, la Turquie et la Jordanie.

Auteur(s): 

Observatoire international du religieux

Date de publication: 
Octobre 2017

Le renouveau religieux de la Fédération de Russie nécessite d’être recontextualisé par rapport à l’ensemble des transformations postsoviétiques. Le développement de l’Etat séculier russe se caractérise en effet par la disparition du régime totalitaire et la « parade des souverainetés »[fn]Cette expression désigne les dynamiques conflictuelles entre 1988 et 1991 qui ont conduit les républiques de l’URSS, ainsi que les républiques et les districts autonomes au sein de la République socialiste fédérative soviétique de la Russie, à déclarer leur indépendance.

Auteur(s): 

Anne Le Huérou, université Paris Nanterre, ISP
Silvia Serrano, université Paris Sorbonne, Eur’Orbem

Date de publication: 
Octobre 2017
Illustration

ARGUN, CHECHNYA, RUSSIA - Aug 17, 2016: Muslims praying in Aymani Kadyrova Mosque in Argun, Chechnya, Russia.

L’évocation de l’islam en Tchétchénie est généralement associée à deux tendances. D’une part, il constitue un élément de mobilisation pour la rébellion qui s’est affirmée dès les années 1990 et a culminé avec la création d’un Emirat du Caucase, suivie d’un ralliement à l’Etat islamique de la plupart des groupes insurgés de Tchétchénie et des républiques voisines du Caucase du Nord. D’autre part, Ramzan Kadyrov, qui dirige la République de Tchétchénie depuis 2006, utilise l’islam comme un élément de légitimation de son pouvoir personnel.

Retour en haut de page