Rencontre avec Anthony Emorine

Rencontre avec Anthony Emorine

Diplômé 2014 de l'École de droit
  • Anthony EMORINEAnthony EMORINE

Quel a été votre parcours à Sciences Po ?

Je suis entré à Sciences Po en 2008. Après deux premières années passées sur le campus de Paris, je suis parti en troisième année à l’université du Cap, en Afrique du Sud. A mon retour, je me suis engagé dans le master Affaires publiques par appétence pour le droit public, ce master offrant alors une maquette pédagogique intéressante dans ce domaine. A ma sortie du master Affaires publiques, j’ai rejoint l’École de droit, au sein de laquelle une spécialité de Droit Public Économique venait d’être créée. Je suis un alumni de l’École de droit 2014.

Quelles sont vos activités aujourd'hui ?

J’exerce la profession d’avocat à la Cour depuis 2016 au sein d’un cabinet spécialisé en droit public des affaires et en droit de l’environnement. Il s’agit d’une structure française de taille moyenne particulièrement reconnue en droit de l’environnement, domaine vers lequel je souhaitais m’orienter à la sortie de l’École de droit en 2014 et plus encore à la sortie de l’École du barreau en 2016.

Pourquoi avez-vous souhaité rejoindre cette structure ?

Pour trois raisons principales. La première était l’excellente réputation du cabinet en matière de droit de l’environnement et la possibilité d’avoir en même temps une pratique plus générale de droit public des affaires. La deuxième était l’équilibre assuré entre une pratique de conseil fournie et une activité contentieuse variée, tant en droit public qu’en droit civil et en droit pénal de l’environnement. La troisième était le souci accordé par les associés aux activités de réflexion (publication d’articles, participation à la rédaction d’ouvrages, enseignement) et la rigueur juridique quotidienne que ce souci impose dans la gestion des dossiers.

Quels sont vos défis au quotidien ?

Je suis confronté aux défis quotidiens que connaissent tou.te.s les avocat.e.s, parmi lesquels figurent notamment, à mon sens, la nécessité de savoir jongler entre les dossiers et celle de développer de bonnes capacités rédactionnelles pour emporter la conviction des interlocuteurs (juge, administration, etc.) autour d’une argumentation juridique serrée.

Quels sont vos projets ?

J’entends naturellement poursuivre mon activité en droit de l’environnement et en droit public, développer une activité d’enseignement et, parallèlement, approfondir mon engagement en faveur notamment de l’économie circulaire et d’autres enjeux environnementaux qui me paraissent importants.

Quels conseils donneriez-vous aux étudiants qui souhaiteraient suivre votre parcours ?

Il y a différentes manières d’exercer la profession d’avocat : la nature des dossiers et la pratique du métier varient beaucoup selon le type de structure et selon le cabinet dans lequel vous vous trouvez. Il ne faut pas, à mon sens, voir une hiérarchie entre les divers types de structures et se laisser libre de faire le choix qui vous convient personnellement. Ce qui suppose d’identifier, dans la perspective de votre première collaboration, la spécialité et le type de pratique qui vous correspondent lors de vos différents stages, étant entendu, naturellement, que l’évolution de carrière permet à de nombreux confrères et à de nombreuses consœurs d’avoir plusieurs expériences différentes.

Anthony Emorine est diplômé 2014 du master Droit Économique spécialité Droit public économique (DPE)

Tags :
Retour en haut de page