Slide
éoliennes. Crédits : Domaine public
Énergies renouvelables et structuration des filières en Europe
2 octobre 2017
Manifestation du 28 avril 2016, Nuit debout par Kwikwaju, CC BY-NC 2.0
La jeunesse en France : “une citoyenneté refusée”
4 octobre 2017

La chaire « Villes et numérique »

businesswoman looking at futuristic interface screen by Chombosan , Shutterstock
Creative and Smart City. By Maurizio.Carta (Own work) [CC BY 3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by/3.0)], via Wikimedia Commons

Creative and Smart City by Maurizio Carta CC BY 3.0

En mars dernier, l’École urbaine de Sciences Po, avec le Centre d’études européennes, a inauguré une nouvelle chaire de recherche et d’enseignement intitulée « Villes et numérique ». Cette chaire a pour objet de développer enseignements et recherche sur les  transformations des villes au regard de la révolution numérique, en y associant des entreprises. Placée sous la responsabilité de Patrick Le Galès et de Brigitte Fouilland respectivement doyen et directrice exécutive de l’École urbaine, la chaire est animée par Antoine Courmont, jeune docteur de Sciences Po en science politique, qui en est le responsable scientifique.

Les partenaires

Quatre mécènes, engagés dans un partenariat de trois ans, soutiennent la chaire : Cisco, La Poste, Réseau de Transport d’Électricité (RTE) et la Caisse des Dépôts. Pour eux, il s’agit – en aidant le développement des recherches touchant aux effets du numérique sur la gouvernance urbaine – de générer des connaissances et des pistes de réflexion pour mieux comprendre les transformations rapides et incertaines desquelles ils sont à la fois acteurs et témoins.

Nouveaux champs de recherche

La Chaire « Villes et numérique » vise à ouvrir de nouveaux champs de recherche questionnant l’interaction entre numérique et gouvernance territoriale, dans une perspective comparée – notamment entre Paris et Lyon – en développant deux axes de questionnement :

BoulevardConnecté-VictoiresAP. Crédits : Jef Klak

Boulevard connecté. VictoiresAP. Crédits : Jef Klak

Le premier axe de recherche de la chaire vise à interroger une question cruciale, mais souvent peu explorée, les rapports entre le numérique et les territoires :  qu’est-ce que le numérique fait à la ville ? Inversement, qu’est-ce que la ville fait au numérique ? Ces deux points nous conduisent à analyser les relations entre numérique et villes pour traiter des enjeux fondamentaux comme l’évolution de la forme urbaine à l’ère de la ville numérique, les inégalités spatiales et sociales que peut induire le numérique, les rapports entre les territoires urbains ou ruraux ou encore la recomposition des frontières territoriales.

Parallèlement, le second axe des recherches de la chaire vise l’analyse des politiques de données urbaines. Il s’agit de questionner ce que l’usage croissant des données fait aux politiques urbaines, d’identifier l’évolution des modalités de coordination des acteurs par l’intermédiaire des données.

 

Il s’agit aussi de comprendre comment de nouveaux acteurs apparaissent dans la gouvernance urbaine grâce à leurs capacités à collecter, traiter et analyser des données, et enfin, d’interroger les stratégies de gouvernement des flux de données et leurs impacts sur les organisations.

Alimenter les enseignements

Ecole urbaine de Sciences Po. Droits réservés

École urbaine de Sciences Po. Droits réservés

En lien avec ce programme de recherche, la chaire vise également à développer les enseignements sur ces thématiques numériques au sein des différentes formations de l’École urbaine. Le numérique est en effet un axe prioritaire de développement pour l’École urbaine dans les années à venir. Dès la rentrée prochaine, des enseignements sur la ville numérique seront proposés au sein du master Stratégies Territoriales et Urbaines (STU) et du cycle d’urbanisme afin d’appréhender les enjeux sociopolitiques du numérique et ses effets sur les politiques publiques ainsi que sur la gouvernance des territoires. En outre, depuis sa création, l’École urbaine propose  des projets collectifs sur ces questions à ses étudiants  qui sont de plus en plus nombreux à faire des stages ou être recrutés dans ce secteur.

En savoir plus :