© alphaspirit/Shutterstock
Quand la vérité nous dérange ou l’interprétation « motivée » des informations
11 février 2020
Illustration de l'ouvrage de Alexandre de Bar - Le Tour du Monde (1860) représentant une maison des esprits et une scène de cannibalisme.
Les transactions coloniales
11 février 2020

Des URLs des fake news à leur réception IRL #InRealLife

"#FakeNews, unfortunately." by cizauskas is licensed under CC BY-NC-ND 2.0 cc-icon

"#FakeNews, unfortunately." by cizauskas is licensed under CC BY-NC-ND 2.0 cc-icon

par Manon Berriche, doctorante au médialab

Trump's Fake News. © Jeff Gates/Flickr. CC BY-NC-ND 2.0

Trump’s Fake News. © Jeff Gates/Flickr. CC BY-NC-ND 2.0

Depuis les élections présidentielles américaines de 2016, les préoccupations liées à la désinformation ont envahi le débat public. Afin d’examiner ce phénomène à la loupe, chercheurs et journalistes peuvent bénéficier de l’essor des méthodes de big data et de sciences sociales computationnelles (1)Lazer, D., Pentland, A., Adamic, L., Aral, S., Barabási, A. L., Brewer, D., . & Jebara, T – Computational social science, Science, 2019 pour récolter d’immenses quantités de données sur les informations qui circulent sur le web — sans oublier les innombrables URLs qui leur sont associées.

Apports et limites des analyses quantitatives

C’est en recourant à ces méthodes que plusieurs études ont mis en avant la vitesse de propagation des fake news sur les réseaux sociaux (2)Vosoughi, S., Roy, D., & Aral, S. – The spread of true and false news online, Science, 2018 , ou les taux d’engagement – souvent considérables – qu’elles peuvent générer. Sur ce point, un article publié dans BuzzFeed a montré que les vingt fake news les plus performantes sur Facebook, pendant les mois qui ont précédé l’élection de Donald Trump, avaient suscité 8, 7 millions réactions, commentaires ou partages (3) Silverman, C.  This analysis shows how viral fake election news stories outperformed real news on Facebook. BuzzFeed, 16/11/2016.

© BuzzFeed News

© BuzzFeed New

Si ce volume impressionnant confirme l’attractivité de certaines fake news pour les internautes, il ne dit pas grand chose de leur impact sur l’opinion publique. D’une part, il faut comparer ce nombre avec la totalité des interactions des utilisateurs de Facebook. Ainsi, il suffirait que chacun des utilisateurs de Facebook  n’ait eu qu’une interaction par jour, sur la même période, pour que ces 8,7 millions d’interactions s’amenuisent en… 0,006% ! (4)Watts, D. J., & Rothschild, D. M. – The minority report on the fake news crisis:(spoiler alert: it’s the real news). in AA. VV., Understanding and Addressing the Disinformation Ecosystem, 2017
D’autre part, il est illusoire de croire que les traces numériques laissées par les internautes sont révélatrices des opinions ou comportements qu’ils ont dans la vraie vie (5)Bastard, I., Cardon, D., Fouetillou, G., Prieur, C., & Raux, S – Travail et travailleurs de la donnée, 2013. En effet, parmi ces 8,7 millions d’interactions, il y a des commentaires, des partages, et des 👍 😍 😯 😡 😢 😂, mais il est difficile d’interpréter avec justesse les significations cachées derrière ces ”forêts de symboles(6)Ces deux expressions sont issues du sonnet “Correspondance” de Charles Baudelaire qui offre une réflexion sur l’interprétation des signes que l’on peut percevoir dans la nature pour décoder les mystères du monde. Dans ce poème, Baudelaire propose d’adopter la méthode des synesthésies, c’est-à-dire de s’appuyer sur les correspondances ressenties entre différents sens car, pour le poète, la vérité de la sensation est accessible seulement à celui qui creuse ses perceptions et les exprime par des analogies, des images et des métaphores. Car ces réactions sont souvent moins la marque d’un intérêt authentique pour certains types d’information que des “signaux identitaires que les individus projettent vers leur sociabilité(7)Cardon, D. – Du lien au like sur Internet. Communications, 2013. On peut ainsi penser qu’un certain nombre de commentaires ou de partages de fake news soit moins le signe d’une crédulité de masse que l’expression d’une diversité de régimes d’opinion (i.e. critique, moquerie, désapprobation, soutien, etc.).

Préciser les taux d’engagement par des analyses qualitatives
The CorTexT Platform stands a research facility that proposes on-line applications for open-science on textual corpuses analysis

The CorTexT Platform stands a research facility that proposes on-line applications for open-science on textual corpuses analysis

Face à la désinformation sur les réseaux sociaux, il est en effet crucial de ne pas s’arrêter aux gros volumes agrégés de fake news en circulation ou aux hauts taux d’engagement qu’elles génèrent. Il faut aussi recourir à des approches plus qualitatives qui permettent d’identifier précisément si les fake news ont le succès que laissent présumer leurs données quantitatives.
Il devient ainsi nécessaire d’aller à la recherche des “confuses paroles” qu’elles recèlent et de les traiter via de nouvelles méthodes quali-quantitatives (8)Venturini, T., Cardon, D., & Cointet, J.-P. – Méthodes digitales: Approches quali/quanti des données numériques, Réseaux, 2015 , un instrument majeur des recherches conduites au médialab.

Contextes et fonctions des interactions sur les réseaux sociaux

 

Copie écran Facebook de Santé + Magazine

Copie écran Facebook de Santé + Magazine

Aller au-delà des nombres d’interactions pour comprendre les motivations et opinions qu’il y a derrière est l’objectif de ma thèse. A rebours du modèle de la “seringue hypodermique” de Lasswell (1927) postulant l’idée d’une emprise quasi magnétique des médias sur les individus, je souhaite dépasser la question des effets des contenus médiatiques pour s’interroger également sur leur fonction en réinscrivant la relation à l’information dans une compréhension plus fine des différents contextes de la vie sociale dans laquelle elle se déploie.
Mes premières recherches consistent à s’appuyer sur des théories issues à la fois de psychologie cognitive et de sociologie de la communication et des médias pour expliquer pourquoi certains contenus sont plus viraux que d’autres. Ma première étude réalisée sur la page Facebook de “Santé + Mag”, réputée pour être un cas emblématique de désinformation en santé (9)à propos de Santé Plus Mag : P. Bafoil  – Fausses rumeurs et prescriptions dangereuses sur « Santé Plus Mag », l’une des pages les plus populaires de Facebook, Les Inrockuptibles, 17/01/2018 // A. Sénécat – Santé+ Magazine, un site emblématique de la « mal-information » sur la santé, Le Monde, 25/05/2018 // A. Sénécat- Critiqué pour ses intox, Santé + Magazine assure avoir changé. Vraiment?Le Monde, 27/07/2019, a montré que même si celle-ci génère d’impressionnants volumes d’interactions d’environ 11 millions par mois (10)Fletcher. R., Cornia. A, Graves L, Nielsen R.K. – Measuring the reach of “fake news” and online disinformation in Europe, Factsheets Reuters Institute, 2018, ces dernières ne sont pas suscitées par les contenus douteux que la page Facebook publie sur les questions de santé. En réalité, son “succès” est surtout dû à des posts dépourvus de toute teneur informative mais contenant des expressions du langage quotidien telles que « bon week-end à tous » ou « je t’aime ma sœur »(11)Berriche, M., & Altay, S. – « Sister, I Love You! » Phatic Posts Are More Successful On Facebook Than Health Misinformation, 2019, dont la fonction est avant tout sociale, comme les cartes de vœux.

Par la suite, j’envisage d’analyser les commentaires accolés aux fake news, en ayant recours à des méthodes d’analyse textuelle (12)Cointet, J. P., & Parasie, S. – Ce que le big data fait à l’analyse sociologique des textes, Revue française de sociologie, 2018 //  Cointet, J. P., & Parasie, S. –  Enquêter à partir des traces textuelles du webReseaux, 2019, afin d’identifier comment des stratégies d’évaluation d’information peuvent se faire jour au milieu des discussions ordinaires des internautes.

Ce projet permettra ainsi d’apporter une meilleure connaissance des espaces conversationnels de la circulation d’informations et de compléter les travaux conduits au médialab sur la structure de l’espace public à l’ère du numérique (13)Cardon, D., Cointet, J.P., Ooghe, B., Plique, G. – Unfolding the Multi-Layered Structure of the French Mediascape. médialab working paper, 2019.

Manon Berriche est diplômée de la spécialité digital de l'École d'Affaires Publiques de Sciences Po ainsi que du Centre de Recherche Interdisciplinaire. Elle est aujourd'hui doctorante au médialab et au Centre de Recherches Interdisciplinaires.

Notes   [ + ]

1. Lazer, D., Pentland, A., Adamic, L., Aral, S., Barabási, A. L., Brewer, D., . & Jebara, T – Computational social science, Science, 2019
2. Vosoughi, S., Roy, D., & Aral, S. – The spread of true and false news online, Science, 2018
3. Silverman, C.  This analysis shows how viral fake election news stories outperformed real news on Facebook. BuzzFeed, 16/11/2016
4. Watts, D. J., & Rothschild, D. M. – The minority report on the fake news crisis:(spoiler alert: it’s the real news). in AA. VV., Understanding and Addressing the Disinformation Ecosystem, 2017
5. Bastard, I., Cardon, D., Fouetillou, G., Prieur, C., & Raux, S – Travail et travailleurs de la donnée, 2013
6. Ces deux expressions sont issues du sonnet “Correspondance” de Charles Baudelaire qui offre une réflexion sur l’interprétation des signes que l’on peut percevoir dans la nature pour décoder les mystères du monde. Dans ce poème, Baudelaire propose d’adopter la méthode des synesthésies, c’est-à-dire de s’appuyer sur les correspondances ressenties entre différents sens car, pour le poète, la vérité de la sensation est accessible seulement à celui qui creuse ses perceptions et les exprime par des analogies, des images et des métaphores
7. Cardon, D. – Du lien au like sur Internet. Communications, 2013
8. Venturini, T., Cardon, D., & Cointet, J.-P. – Méthodes digitales: Approches quali/quanti des données numériques, Réseaux, 2015
9. à propos de Santé Plus Mag : P. Bafoil  – Fausses rumeurs et prescriptions dangereuses sur « Santé Plus Mag », l’une des pages les plus populaires de Facebook, Les Inrockuptibles, 17/01/2018 // A. Sénécat – Santé+ Magazine, un site emblématique de la « mal-information » sur la santé, Le Monde, 25/05/2018 // A. Sénécat- Critiqué pour ses intox, Santé + Magazine assure avoir changé. Vraiment?Le Monde, 27/07/2019
10. Fletcher. R., Cornia. A, Graves L, Nielsen R.K. – Measuring the reach of “fake news” and online disinformation in Europe, Factsheets Reuters Institute, 2018
11. Berriche, M., & Altay, S. – « Sister, I Love You! » Phatic Posts Are More Successful On Facebook Than Health Misinformation, 2019
12. Cointet, J. P., & Parasie, S. – Ce que le big data fait à l’analyse sociologique des textes, Revue française de sociologie, 2018 //  Cointet, J. P., & Parasie, S. –  Enquêter à partir des traces textuelles du webReseaux, 2019
13. Cardon, D., Cointet, J.P., Ooghe, B., Plique, G. – Unfolding the Multi-Layered Structure of the French Mediascape. médialab working paper, 2019