Nos indicateurs

Sciences Po
Sciences Po
Sciences Po
Sciences Po
Sciences Po
Sciences Po
Sciences Po
Sciences Po

Pour plus de précisions sur les indicateurs de l'OPALC, suivez ce lien.

 

Nos dossiers

- Elections 2018

Négociations de paix

- Elections 2015: suivez le travail réalisé par la Mission d'observation électorale (société civile)

- Elections 2014: Suivi et analyse des élections

Tags :

Entrevista con Álvaro Uribe Vélez (Presidente de la República de Colombia entre 2002 y 2010), realizada en enero del 2012 por Nicolas Avila Venegas

Réalisée par Nicolás Ávila Venegas, Aurélie Claudel et Gustavo Pastor (en espagnol).

Réalisée par Gustavo Pastor et Claire-Sophie Dagnan.

Juan Manuel Santos, ancien ministre de la défense du gouvernement d'Alvaro Uribe a remporté haut la main les élections présidentielles du 20 juin en Colombie. Santos a recueilli 69 % des suffrages , contre 27 % pour son adversaire, Antanas Mockus. Cette victoire incontestable est cependant ternie par une abstention de 57 % des inscrits, soit six points de plus que celle du premier tour, mais elle n'est pas atypique pour la Colombie.

Les résultats du premier tour de l'élection présidentielle en Colombie (30 mai) appellent trois commentaires. Le premier sera de souligner l'ancrage démocratique du pays. Le deuxième porte sur l'échec des prévisionnistes. Le troisième sur le rôle des réseaux sociaux.

L'ancien maire de Bogotá, Antanas Mockus, s'est imposé en quelques semaines comme la principale alternative à l'uribisme pour l'élection présidentielle colombienne du 30 mai 2010. Lui qui n'avait recueilli que 1,2% des suffrages en 2006 fait maintenant trembler le pouvoir en place, alors qu'Alvaro Uribe espère assurer la continuité en imposant son ancien ministre de la Défense, Juan Manuel Santos.

Réalisée par Delphine Lecombe, Gustavo Pastor, João Alencar, Gaspard Estrada, Magdalena Arbelaez, Nicolas de Ligny Tandefelt, Andrés Melendro et Santiago Munevar.

Réalisée par Gustavo Pastor et Joao Alencar.

Les élections législatives du 14 mars ont été l'occasion d'analyser les effets des scandales qui ont ébranlé la dernière législature. Avec plus de 80 parlementaires mis en examen ou condamnés pour liens avec les groupes paramilitaires, on aurait pu s'attendre à une lourde sanction électorale, ou du moins à un certain renouvellement des élites parlementaires.

Retour en haut de page