Auteur(s): 

Alain Dieckhoff, directeur de recherche au CNRS & directeur du CERI

Date de publication: 
Novembre 2017

En 2017, l’Allemagne célèbre les 500 ans de la Réforme protestante. Cette année a donc été ponctuée de festivités et d’événements relatifs à cet anniversaire. L’un des points d’orgue a été le discours prononcé à cette occasion par Angela Merkel le 31 octobre dernier. Alain Dieckhoff revient sur les enjeux toujours très actuels de cette révolution protestante.

Auteur(s): 

Sylvie Le Grand, maître de conférences HDR en études germaniques – université de Paris Nanterre

Date de publication: 
Novembre 2017
Illustration

La formation du gouvernement fédéral allemand s’annonçait longue et difficile dès le lendemain des élections au Bundestag du 24 septembre 2017, tant la coalition dite « Jamaïque » (CDU/CSU, Verts, libéraux du FDP) envisagée d’emblée s’apparentait à une quadrature du cercle, tant surtout les deux grandes familles politiques, chrétienne-démocrate d’une part et social-démocrate d’autre part, sortaient affaiblies du scrutin, à l’issue de deux périodes non consécutives de grande coalition (2005-2009 ; 2013-2017).

Auteur(s): 

Damien Simonneau, post-doctorant, Centre Emile Durkheim – Sciences Po Bordeaux

Date de publication: 
Juin 2017
Illustration

A Tucson en Arizona, comme ailleurs aux Etats-Unis, des organisations se mobilisent depuis l’élection de Donald Trump pour s’opposer à l’augmentation des expulsions de migrants non autorisés, prévue par l’administration fédérale. Parmi elles, les congrégations religieuses sont à la pointe, conformément à leur tradition d’hospitalité envers les migrants latinos, expérimentée depuis le mouvement « Sanctuaire » des années 1980.

Auteur(s): 

Marie Miran, maître de conférence à l’EHESS

Date de publication: 
Janvier 2017

Prélude : données géo-démographiques

La Côte d’Ivoire est un pays pluriconfessionnel : 42% de musulmans, 34% de chrétiens et une proportion non négligeable d’animistes. 72% des non-nationaux, représentant 24,2% de la population résidente, sont musulmans[fn]République de Côte d’Ivoire, Institut national de la Statistique, Recensement général de la population et de l’habitat 2014, Abidjan 2016.[/fn]. A la fin du 19e siècle, la présence de l’islam était limitée au nord soudano-sahélien, alors majoritairement animiste.

Auteur(s): 

Eran Tzidkiyahu*, Doctorant au CERI

Date de publication: 
Décembre 2016
Illustration

En Israël, la dernière version du projet de loi qui vise à contrôler l'utilisation de puissants haut-parleurs extérieurs par les mosquées (connue en Israël comme "la loi muezzin") sera discutée au Comité Ministériel Législatif. Ce projet a été proposé par le député à la Knesset Moti Yogev du parti de droite national-religieux HaBayiot HaYehud (Foyer juif) et le député David Bitan du parti du Likoud, qui est le parti au pouvoir (Bitan est également président de la coalition et du groupe parlementaire du Likoud).

Résumé 

Ce chapitre s’attache, à partir du cas français, à revenir, à la diversité et à la pluralité des judaïsmes à travers le monde. Aujourd’hui, le judaïsme ne se décline plus seulement comme une « religion », mais aussi comme une culture, l’ensemble des valeurs d’un groupe, une aspiration nationale, un mode de vie. Soixante-dix ans après la Shoah, la multiplicité des groupes qui s’en réclament témoigne de la vitalité du judaïsme.

Bibliographie 

Allouche-Benayoun Joëlle, « Introduction aux judaïsmes » et « Le judaïsme libéral », dans Anne-Laure Zwilling, Joëlle Allouche-Benayoun, Rita Hermont-Belot et Lionel Obadia (dir.), Panorama des minorités religieuses en France, Presses universitaires de Strasbourg, à paraître en décembre 2017.

Allouche-Benayoun Joëlle, « Women’s Rights and Reformed Judaism in France: Bat Mitswa as a Gaupe to Woman Status in Judaïsm », dans Michaela Moravcikova (ed.), Women and Religion, Bratislava, UVSC, 2007, p. 9-48.

Allouche-Benayoun Joëlle et Podselver Laurence, Les Mutations de la fonction rabbinique, Paris, Observatoire du monde juif, 2003.

Bebe Pauline, Isha. Dictionnaire des femmes et du judaïsme, Paris, Calmann-Lévy, 2001.

Bebe Pauline, Le Judaïsme libéral. Chantez à l’Éternel un chant nouveau, Paris, Jacques Grancher, 1993.

Cohen Martine et Ferran Paule, Une approche du judaïsme laïque en France : engagements associatifs et parcours individuels, Paris, CNRS-Fondation Posen, Paris, 2004.

Della Pergola Sergio, « World Jewish Population, 2016 », dans Arnold Dashefsky et Ira M. Sheskin (eds), America Jewish Year Book. The Annual Record of North America Jewish Communities, vol. 116, Paris, Springer, 2017, p. 253-332.

Greilsammer Ilan, Israël : les hommes en noir. Essai sur les partis ultra-orthodoxes, Paris, Presses de Sciences Po, 1991.

Haïat Pierre et Farhi Daniel, Anthologie du judaïsme libéral : 70 textes fondamentaux, Paroles et Silences, 2007.

Krygier Rivon, À la limite de Dieu : l’énigme de l’omniscience divine et du libre arbitre humain dans la pensée juive, Paris, Publisud, 1998.

Krygier Rivon (dir.), La Loi juive à l’aube du XXIe siècle, Paris, Biblieurope, 1999.

Lenglet-Ajchenbaum Jocelyne et Ajchenbaum Yves, Les Judaïsmes, Paris, Gallimard, coll. « Folio actuel », 2000.

Lupo Yaacov, Métamorphose ultra-orthodoxe chez les juifs du Maroc. Comment les séfarades sont devenus ashkénazes, Paris, L’Harmattan, 2006.

Obadia Lionel, Shalom Bouddha ! Judaïsme et bouddhisme, une rencontre inattendue, Paris, Berg international, 2015.

Podselver Laurence, Fragmentation et recomposition du judaïsme. Le cas français, Genève, Labor et Fides, 2004.

Podselver Laurence, Retour au judaïsme ? Les loubavitch de France, Paris, Odile Jacob, 2010.

Traverso Enzo, La Fin de la modernité juive. Histoire d’un tournant conservateur, Paris, La Découverte, 2016.

Vana Liliane, « Habad-Loubavitch », dans Anne-Laure Zwilling, Joëlle Allouche-Benayoun, Rita Hermont-Belot et Lionel Obadia (dir.),Panorama des minorités religieuses en France, Presses universitaires de Strasbourg, à paraître en décembre 2017.

Résumé 

La doukhovnost est désormais évoquée dans la plupart des discours et des textes politiques russes. On traduit volontiers ce terme par spiritualité, alors que la doukhovnost désigne tout autant la morale et une certaine conception de la culture, et qu’elle est de fait souvent assez éloignée de la religion ou même de la spiritualité. Pouvant être considérée aujourd’hui comme le cœur de la religion civile de la Russie, elle permet la construction d’une communauté politique fortement marquée par certaines exigences morales, dites ancrées dans la tradition russe, ainsi que par l’opposition entre le pays et le reste du monde, en particulier l’Occident. 

Bibliographie 

Agadjanian Alexander, Turns of Faith, Search for Meaning: Orthodox Christianity and Post-Soviet Experience, Francfort-sur-le-Main, Peter Lang, 2014.

Curanović Alicja, The Religious Factor in Russia’s Foreign Policy: Keeping God on our Side, Londres, Routledge, 2012.

Kharkhordin Oleg, « Why the Study of Virtues Tells Us More About Russia Than the Study of Values », PONARS Policy Memo, 280, octobre 2002.

Knox Zoe, Russian Society and the Orthodox Church: Religion in Russia after Communism, Londres, Routledge, 2005.

Luehrmann Sonja, « The Spirit of Late Socialism and the Value of Transformation. Brezhnevism through the Lens of Post‑Soviet Religious Revival », Cahiers du monde russe, 54 (3-4), 2013, p. 543-563.

Papkova Irina, The Orthodox Church and Russian Politics, Washington (D. C.) et Oxford, Woodrow Wilson Center Press-Oxford University Press, 2011.

Richters Katja, The Post-Soviet Russian Orthodox Church: Politics, Culture and Greater Russia, Londres, Routledge, 2013.

Rousselet Kathy (dir.), « L’orthodoxie russe aujourd’hui », Archives de sciences sociales des religions, 162, avril-juin 2013.

Rousselet Kathy, « De la réforme de la justice des mineurs au conflit de civilisations dans la société russe contemporaine », Les Études du CERI, 204, juin 2014.

Rousselet Kathy, « L’Église orthodoxe russe et la question des frontières : Sainte Russie, monde russe et territoire canonique », dans Anne de Tinguy (dir.), « Regards sur l’Eurasie », Les Études du CERI, 228-229, février 2017, p. 49-53.

Rousselet Kathy, « Sécularisation et orthodoxie dans la Russie contemporaine : pour une hypothèse continuiste ? », Questions de recherche, 42, mai 2013.

Rousselet Kathy, « The Church in the Service of the Fatherland », Europe-Asia Studies, 67 (1), janvier 2015, p. 49-67.

Shterin Marat, « Friends and Foes of the “Russian World”: Post-Soviet State’s Management of Religious Diversity », dans Dawson Andrew (ed.), Politics and Practice of Religious Diversity : Local Contexts, Global Issues , Londres, Routledge, 2016, p. 29-48.

Smolkin-Rothrock Viktoria, « The Ticket to the Soviet Soul: Science, Religion and the Spiritual Crisis of Late Soviet Atheism », Russian Review, 73, avril 2014, p. 171-197.

Stoeckl Kristina, « The Russian Orthodox Church as Moral Norm Entrepreneur », Religion, State and Society, 44 (2), 2016, p. 132-151.

Stoeckl Kristina, The Russian Orthodox Church and Human Rights, Londres, Routledge, 2014.

Zigon Jarrett (ed.), Multiple Moralities and Religions in Post-Soviet Russia, New York (N. Y.), Berghahn Books, 2011.

Résumé 

Comment le changement d’ordre politique en Bulgarie après 1989 a-t-il modifié l’éternel repos des défunts ? Dans ce chapitre, le monde des cimetières et le traitement des corps morts sont retenus comme sites d’observation des recompositions survenues, à la faveur de la conversion au capitalisme, dans les rapports de pouvoir et les imaginaires sociaux de la réussite, ici-bas comme dans l’au-delà. Nous y verrons les marches de la mort côtoyer le marché orthodoxe des dépouilles et les postulants à une ultime demeure solliciter, en des registres argumentatifs parfois très corporels, des droits de résidence sur des terres socialement hiérarchisées aux éternités indécises. 

Bibliographie 

Bundžulova Borjana, Potvărdždavane na socialni strukturi na smărtta. Centralnite Sofijski grobišta i grobnite mesta kato simvolni izmerenija na socialni distinktsii, mémoire de master en sociologie sous la direction de Maja Grekova, Sofia, Université de Sofia, 2012.

Elenkov Ivan, « Kăm văprosa na traurnija ritual i socialističeskata praznično-obredna sistema u nas, 1969-1971 », Hristjanstvo i kultura, 42, 2009, p. 88-99.

Esquerre Arnaud, Les Os, les cendres et l’État, Paris, Fayard, 2011.

Metodiev Momčil, « Obezličavaneto na pravoslavnata cărkva ot komunističeskata dăržava », Hristjanstvo i kultura, 21, 2007, p. 4-12.

Metodiev Momčil, Meždu vjarata i kompromisa. Bălgarskata pravoslavna cărkva i komunističeskata dăržava, Sofia, Siela, 2010.

Nikolov Dijan, « Bălgarinăt pošturja da kupuva grobove », Sega, 19 octobre 2000 (www.segabg.com/).

Verdery Katherine, The Political Lives of Dead Bodies, New York (N. Y.), Columbia University Press, 1999.

Yurchak Alexei, « Bodies of Lenin : The Hidden Science of Communist Sovereignty », Representations, 129 (1), hiver 2015, p. 116-157.

2 graphiques : Russie : organisations religieuses et vie publique, 2017

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Commentaire de Kathy Rousselet

Pouvant être considérée comme le cœur de la religion civile, la doukhovnost, largement véhiculée par les organisations religieuses, est appelée à construire une communauté politique fortement marquée par des exigences morales ancrées dans la tradition russe.

Retour en haut de page