Auteur(s): 

Gabrielle Angey, doctorante au CETOBAC, ATER à l’Université Paris-Dauphine

Date de publication: 
Mars 2017

Le mouvement musulman de Fethullah Gülen est un groupement religieux né en Turquie à la fin des années 1960, prônant l’engagement social de ses membres au « service » de l’humanité. Il est composé d’hommes d’affaires, d’intellectuels et d’enseignants turcs qui centrent leur action sur l’ouverture d’écoles dans le monde. Il s’est inséré dans le champ éducatif turc à l’aune de sa libéralisation à partir des années 1980.

Auteur(s): 

Bayram Balci, Ingénieur de recherche, CNRS

Date de publication: 
Octobre 2016

Rien ne va plus entre l’équipe AKP au pouvoir en Turquie depuis 2002 et le mouvement socio-religieux de Fethullah Gülen, entré en disgrâce aux yeux du président Erdoğan à partir de 2012. Les raisons de cette rupture entre les deux hommes les plus influents du pays tournent autour de désaccords sur plusieurs questions de politique intérieure et extérieure mais aussi de leur rivalité pour un pouvoir d’influence sur les esprits, sinon pour gouverner.

Auteur(s): 

Nevzet Çelik, docteur du GSRL/ EPHE

Date de publication: 
Octobre 2016

Le mouvement Gülen est une organisation internationale fondée par le prêcheur turc Fethullah Gülen (né en 1941). Mouvement religieux et nationaliste qui cultive le secret, celui-ci a rencontré un large succès ces trois dernières décennies. Il s’est imposé en particulier dans le domaine de l’éducation, des médias mais aussi du grand commerce et de la finance. Dans la présente contribution, j’aborderai essentiellement la question du journal que cette communauté a fondé en France en 2005, jusqu’à sa disparition en 2016.

Auteur(s): 

sous la direction de Thierry Zarcone, Directeur de recherche HDR CNRS

Date de publication: 
Septembre 2016
Illustration

27 July 2016, Konyal - TURKEY: After the military coup in Turkey continues to keep democracy seizures occur in people with flag.

La tentative de coup d’Etat survenue en Turquie le 15 juillet 2016 est immédiatement attribuée par le président du pays, Recep Tayyib Erdoğan, à la communauté religieuse Hizmet (Service) et à son leader Fethullah Gülen. Ennemie déclarée du président depuis 2013, cette communauté, riche de 5 millions de membres environ, a néanmoins été son alliée et celle du parti AKP (parti de la Justice et du Développement) depuis 2000.

Auteur(s): 

Bayram Balci, Chercheur au CERI

Date de publication: 
Décembre 2016
Illustration

Réfugiés syriens provenant d'Alep, au camp d'Essalame, à la frontière de la Turquie on Turkey (2 février 2016)

La Turquie est le pays qui accueille le plus grand nombre de réfugiés syriens. Selon les dernières données du Haut Commissariat aux Réfugiés des Nations Unies, sur les cinq millions de réfugiés syriens, près de trois millions sont en Turquie. Cette situation fait de la Turquie le premier pays d’accueil de réfugiés au monde.

Intervention de Bayram Balci lors du colloque annuel de l’Association française de sciences sociales des religions (AFSR), "Partis Politiques et Religions (XXe-XXIe siècles)", organisé par Myriam Aït-Aoudia (Centre Émile Durkheim – Sciences Po Bordeaux), Philippe Portier (GSRL – EPHE), Yann Raison du Cleuziou (Centre Émile Durkheim – Université de Bordeaux) - 6 février 2017

Résumé 

Issu de l’islam politique, Recep Tayyip Erdoğan s’est considérablement éloigné de l’idéologie des Frères musulmans dès son arrivée au pouvoir et a entrepris des réformes qui ont fait de la Turquie un « pays modèle » où islam et démocratie semblaient parfaitement coexister. Ainsi, jusqu’en 2011, l’action du gouvernement était guidée par les principes de dialogue et de démocratie. Pourtant, enivré par ses successives victoires électorales et piégé par la crise syrienne dans laquelle le pays s’est enlisé, le pouvoir a vite oublié la démocratie pour promouvoir une « nouvelle Turquie » où islamisme et nationalisme font bon ménage.

Bibliographie 

Amstrong William, « Turkish Islamic Nationalism: A New Balance », Turkish Policy Quarterly, 10 (4), hiver 2012, p. 1-6.

Bardakci Mehmet, « The Alevi Opening of the AKP Government in Turkey : Walking a Tightrope between Democracy and Identity », Turkish Studies, 16 (3), 2015, p. 349-370.

Bedlek Emine Yesim, Imagined Communities in Greece and Turkey : Trauma and the Population Exchanges Under Atatürk, Londres, I. B. Tauris, 2016.

Czajk Agnes et Wastnidge Edward, « “The Centre of World Politics ?” Neo-Ottomanism in Turkish Foreign and Domestic Politics ».

Göle Nilüfer, « La Turquie, le Printemps arabe et la post-européanité », Confluences Méditerranée, 79, automne 2011, p. 47-56.

Görener Aylin Ş. et Ucal Meltem Ş., « The Personality and Leadership Style of Recep Tayyip Erdogan : Implications for Turkish Foreign Policy », Turkish Studies, 12 (3), 2011, p. 357-381

Gürsel Kadir, « The Cult of Erdogan », Al Monitor, 6 août 2014.

Insel Ahmet, La Nouvelle Turquie d’Erdoğan. Du rêve démocratique à la dérive autoritaire, Paris, La Découverte, 2017.

Jevakhoff Alexandre, Kemal Atatürk : les chemins de l’Occident, Paris, Tallandier, 2004.

Kocamaner Hikmet, « How New is Erdogan’s “New Turkey” ? », Middle East Brief, 91, Waltham (Mass.), Brandeis University, Crown Center for Middle East Studies, avril 2015.

Öktem Kerem et Akkoyunlu Karabekir, « Exit from Democracy : Illiberal Governance in Turkey and beyond », Southeast European and Black Sea Studies, 16 (4), 2016, p. 469-480.

Pérouse Jean-François et Cheviron Nicolas, Erdoğan : nouveau père de la Turquie ?, Paris, François Bourin, 2016.

Selçuk Orçun, « Strong Presidents and Weak Institutions: Populism in Turkey, Venezuela and Ecuador », Southeast European and Black Sea Studies, 16 (4), 2016, p. 571-589.

Seufert Günter, « Erdogan’s “New Turkey” », SWP Comments, 44, octobre 2014.

Somer Murat, « Understanding Turkey’s Democratic Breakdown: Old vs. New and Indigenous vs. Global Authoritarianism », Southeast European and Black Sea Studies, 16 (4), 2016, p. 481-503.

Tugal Cihan, Passive Revolution : Absorbing the Islamic Challenge to Capitalism, Stanford (Calif.), Stanford University Press, 2009.

Uzer Umut, An Intellectual History of Turkish Nationalism : Between Turkish Ethnicity and Islamic Identity, Salt Lake City (Utah), University of Utah Press, 2016.

Zürcher Erik J., Turkey: A Modern History, Londres, I. B. Tauris, 2004.

Retour en haut de page