Video of the conference Environmental and climate change in the French presidential elections: ambiguities and contradiction

  • Marche pour le climat - @HadrianMarche pour le climat - @Hadrian

Conference Co-organized by Sciences Po, CEE (UMR 8239) & School of Public Affairs 

Environmental and climate change have sparked continued attention, support and opposition during the last presidential tenure. What are the chances for this issue to become a central component of the presidential campaign? Will this be an issue that will be taken seriously at all beyond official statements? What are the main fault lines dividing both the opinion and political parties' positions in regard to the climate crisis? 

Speakers

Nicolas Sauger, Director at the Centre de données socio-politiques, Sciences Po

Hélène Soubelet, Director at The French Foundation for Biodiversity Research (FRB)

Xavier Timbeau, Sciences Po, OFCE

Chair

Charlotte Halpern, Researcher at the Centre for European Studies and Comparative Politics, Sciences Po 

Collective Discussion

For more information: contact.cee@sciencespo.fr  

Picture: Hadrian_Shutterstock

Tags :

CEE Digests-Why research matters

by CEE's researchers
New: Emiliano Grossman (CEE) and The Comparative Agendas Project
  • @MagicBones-shutterstock - Books in a library@MagicBones-shutterstock - Books in a library

The CEE is pleased to announce the CEE interviews Digests-Why research matters by presenting researchers' publications:

Emiliano Grossman (CEE) and The Comparative Agendas Project 

Emiliano Grossman, Associate Professor at Sciences Po and member of the CEE, presents his book "Comparative Policy Agendas". Theory, Tools, Data  (OUP Oxford, 2019)

This book brings data on government activities in twenty countries, and establishes a categorizing system to understand when a given institution of government in a particular country took action on any issue of public policy.

>

Transcript of the video

Question 1: Can you introduce your book?

The book was initially thought of as an essay companion to the comparative agendas Project website. The website basically presents the data and makes the data accessible for all the national projects that have adopted the Comparative Agendas Project.

So, what this book does is basically explaining first of all what this Comparative Agendas Project is. This project has now and almost 20 years history and it goes back to the initial US policy agenda project which started collecting data on policy-making and coding, theme coding that data for long periods of time.

In the US case it goes back to 1945, for most of the European projects we limited that to 1980. 

Second, we started collecting data on some parliamentary indicators, usually parliamentary questions or parliamentary debates where we also theme code what has been said in Parliament.

Third, the judiciary usually takes the Supreme Court or the Constitutional Court for most European countries. We theme code again the major decisions but not all decisions since 1980 that is some kind of part that has picked up speed in the recent years only where we are doing new coding of the party manifestos that have been done by the Party manifesto project.  However, we coded with the same coding scheme that we have used for all others for those countries that had the resources to do that.

Finally, we also coded some kind of media agenda, usually the first page of some major national daily newspaper.

So basically the history of this project is presented in this first part of the book with information and also the advice about how to code and how to use machine learning.

The second section presents the national chapters.

So, there are more than 20 national chapters presenting the data that has been collected in each country. Those differ a little bit to the extent that the projects are often of different forms, for different reasons of different inspirations and different goals, but  also different levels of resources. So, as a consequence of that, those chapters highlight the specificities of international projects to facilitate the usage of the data for those people who were interested in going to the website afterwards to download.

The third section, which is I think the most important one, illustrates possible comparative uses of those datas. So there is a chapter on parliamentary questions, another one on the link between parliamentary attention and media attention, another one on party competition.

The goal here is basically just to show more than to actually provide an analysis to show how this data could be used for future analysis.

So from that one point of view the whole book is Reading textbook for introducing the Comparative Agendas Project and to introduce national teams or to encourage national teams to use a particular method, and a bit of a protocol to make sure that data is comparable with other countries one to stop finished collecting the data in a specific country.  

Question 2: Why did you decide to release it on Open Acces?

The main reason for this is the Oxford University Press which is a great publishing house which makes more expensive books. I think the list price of the book is about 80 euros, that isn’t easily accessible to the individual reader but even to some universities that might be really expensive.

We were, while sharing, rather happily some of the chapters for copyright reasons for a long time to chat time book manuscripts, so we contacted Oxford University Press to see whether this was possible.

Actually they were open-minded about it. After the payment of an open access fee, they accepted to put the book in access.

The goal of this is basically to make the book much more accessible and also two teams and in not so rich countries as we try to encourage the enlargement of the Comparative Agendas Project also to countries where University simply don't have the means to have libraries with books of that kind of prize by Oxford University press or other expensive University Press.

Interview: Myriam Sefraoui, Scientific Mediation Officer (CEE)

Emiliano Grossman, Associate Professor at Sciences Po, Member of the CEE, presents his book co-written with Isabelle Guinaudeau "Do Elections (Still) Matter?" (Oxford University Press, December 2021)

It’s an ambitious study of democratic mandates through the lens of political agenda setting since the 1980s in five countries: Germany, France, Denmark, Italy, and the United Kingdom.

The research results contribute to a renewal of theories of representation and lead to a questioning of much of the comparative politics literature according to which majoritarian systems are more responsive than consensual systems. 

Transcript of the video

Question 1: Why did you choose an analysis from the 1980’s?

We started in the 1980’s because we have excess datas starting in 1970 and 1980.

So that’s a purely circumstantial argument, but the real motivation to adopt such a long term view of democracy is to ensure understanding  how  democracy has evolved overtime.

The idea basically was to make a study on the importance of elections over a long period of time because there is an argument, also in such academic literature, that says there was a decline. We want to question the decline, we want to see if the elections still matter. 

Question 2: Why did you study Germany, Denmark, France, Italy and the United Kingdom in your book?

We want to study the evolution of democracy in the advanced industrial democracies.

We picked five European countries because they are the countries we know, in particular, the countries which we have datas, but we could have had the chance to include countries like Belgium, the Netherlands and Spain.

We picked those five because we thought they represented a very nice diversity of political settings, of parties systems and political history.

We have on one hand, Denmark with a highly proportional democracy or consensual democracy, where decision making is highly consensual, but the government often has minority support but still manages the decisions.

At the other extreme, we have the UK with the Westminster system, a majoritarian system, the institutions give enormous power to the Prime minister.

And the three other countries, we have Italy, which has asymmetrical parliamentarism.They used to have a very strong parliament, but the parliament has become more powerful,  the government even though has become more stable.

Germany is a very complicated, mixed system. The proportional element dominates the system. He has a very complex institution set up where the chancellor spends most of his time managing this balance.

And finally, we have France, which is the more majoritarian with a very strong president, the effective head of executive except in”cohabitation”.

In the end we have five different countries. It  was a nice choice of cases to study the long term evolution of the effective election on policy making in the advanced industrial democracies. 

Question 3: Do elections still matter in our contemporary democracies?

This is the heart of the book.

We tried to answer the discussion from at least three different angles.

The first questions we asked: to which extent parties actually opposed each other during political campaigns?

So, we wanted to know, to which extent the parties respond to public opinion, or economic, or political context?

The parties in the short run, don't have the idea what the voters actually think.

The classic theory of democracy is the voters voted and gave mandate to parties, and parties implemented  the mandate.

It’s not really the way it happens.

First,  actually the parties present the program to the voters,then the voters choose.

The voters don't have an input in the first level.

What we say, in the short run, the only effective indicated are the other parties: its’ to win against the competitors. The parties first of all respond to other parties before responding to voters.

The voters are confronted with limited choices.

What we says, it’s note bad news for democracy, because basically there is a “tunnel of attention”, the concentration of attention on limited issues.

Other parties mobilised on the same issues, paid a lot of attention to the parties in government, made good on his promises, and forced parties to effectively take actions in this area.

This actually works, precisely because there is a kind of independence between those parties, they look at each other. There is also some kind of power that they have to force the government to go back to issues that the government promised to deal with. 

Interview: Myriam Sefraoui, Scientific mediation officer (CEE) 

Florence Haegel, Professor at Sciences Po, Director of the CEE., presents her article "Political socialization: Out of Purgatory?" published on 9 February 2021 in the European Journal of Sociology / Archives Européennes de Sociologie, Cambridge University Press.

Florence Haegel puts contemporary political socialization research in perspective.

She presents the reasons for the crisis in this field of research in 1970 and then turns her attention to post-crisis studies, beginning with the political socialization of children.

She explores lifelong political socialization and how it has developed around four research dynamics: the study of the civic and political socialization of school-age adolescents and young adults; generational renewal; the socialising effects of political mobilisation;  the processes and agents of secondary political socialization of adults.

The final part of the article asks what is political in political socialization.

Transcript of the video

Question 1: Why do you use the term «Purgatory» in your title?

Well, I have to come back to the story of  political socialization.

It’s a very interesting sub-field. And why? Because first it flourished during the 70’s and it was a very  promising topic within the field of american politics and it collapsed in the 70’s.

My paper addressed the question of  the exit of purgatory.

I offer state of the art of recent research dynamics on political socialization

Question 2: What are the reasons for  the crisis in this field of research?

It’s quite complex, but I will try to simplify the answer.

I think  my answer is both epistemological and political.

At this age, in american politics, political socialization was both predictive and normative. And the work on children in order to understand what type of adults they would become.

They portrait, very legitimist child, very respectful of the president and the policeman. Few years later, at the end of the 60’s, this very legitimist child became young men and women protesting against presidents, clashing with policy man in the streets.

So, finally political socialization runs the risk to be contradicted by social and political realities.

Question 3: Why is it useful to work on political socialization today?

I think it is useful because  there are a lot of social and political changes in contemporary societies. I will give you some examples.

There are more and more social and spatial mobilities including immigrants.

There are also changes in family structure, as the sociology of family is shown.

There is, for instance, a big generational gap on matters of politics.

All these changes make the question of political socialization very interesting, very challenging because working in political socialization is the way to understand how political change is transmitted and is integrated by individuals and groups.

Question 4: What research avenues have been recently explored?

I think there is a first big shift in new research dynamics because early research where  working on children and family  and now more and more works are focusing on what we call life-long political socialization.

But, I need to be more precise.

They are still working on children and family ,by using new methods in order to better gras the world of children , and they also address new questions.

For instance, they addressed the question of social, racial and gender inequalities within the process of political socialization.

They also addressed the question of the mechanism inside the family, for instance they have revaluted the role of mother inside the family. 

They have also shown that political socialization is not always vertical from the adults to children. In some cases, we have a reversed process, the children do socialise with their parents. It depends on the type of family and the type of issues. For instance, in the immigrant family you have the reverse political socialization but also for instance on ecological matters the children influence their parents both in attitude and environnement practices.

So we have new questions in research dynamics.

And finally, I think that the current research is not focused on children as I said, and it's  really  interested by life-long political socialization.

We know for instance, the university is very important as political socialization as concerned, couple formation is very crucial, but for instance we don't know a lot of things about the workplace and how political socialization occurs in the workplace.

As we see, there are many questions to be explored if you are interested in this question.

Interview: Myriam Sefraoui, Scientific Mediation Officer (CEE)

Florence Faucher and Gérôme Truc present their collective book Face aux attentats published by PUF (Presses Universitaires de France) in November 2020.

Through a multidisciplinary approach in the social sciences, this book offers keys to understand the effects and reactions of French society (from the street to social medias, and from victims to political leaders) in the face of the attacks of November 2015 and July 2016.

They answer the following questions:

  • How can the social sciences and humanities help us to understand the collective and individual impact of the attacks, and to better cope with them?
  • What was special about the attacks of January and November 2015?
  • What are the interactions between the state and public opinion in response to the attacks of January and November 2015 ?
  • What impact do the attacks have on our society?

Transcript of the podcast

Question 1: How can the social sciences and humanities help us to understand the collective and individual impact of the attacks, and to better cope with them?

When a society is faced with terrorist attacks, human and social sciences are sometimes criticized for being useless in preventing them, or complacent or indulgent with terrorists.

One remembers for instance that the Prime Minister of the time Manuel Valls complained that the explanations provided by social sciences to make sense of the situations were providing excuses to the perpetrators of senseless acts. Another example would be the recent polemic about islamo-leftism in French universities.
But what we are demonstrating in this book, which brings together the works of social scientists from different disciplinary backgrounds, is that academic research is the source of knowledge that allow society to make sense of what is happening to individuals and collectives in times of crisis, to engage with the difficult emotions and thus to find ways to respond to the challenges that arise with resilience and reflexivity. So the objective of the book is to contribute to the learning and healing processes that will take society, here French society, beyond the shock and horror of the events themselves and help renew the collective bonds. 

The expertise that we bring together here for instance helps us understand that terrorist attacks are moments of social effervescence that create the conditions for a certain degree of “hysteria” in social life: in other words, every single one of us is challenged into taking sides. Again, a symptom can be found in the accusations directed at social scientists. This is all the more striking as these academic disciplines are precisely useful to develop approaches that are reflective and self reflective. Social sciences draw lessons from empirical studies and their conclusions sometimes challenge taken-for granted notions or prejudices. One example would be the idea that individuals who are confronted with a situation of imminent lethal risk, such as a terrorist attack, are struck with panic and are driven to act irrationally and selfishly. Another example would be that Islamic terrorism automatically reinforces ethnic and social prejudice and therefore benefits the extreme-right. Many people think so but it is in fact much more complex than this.

Question 2: What was special about the attacks of January and November 2015?

The 2015 attacks were specific in many ways and in particular in terms of the targets, the number of victims and the repetition of attacks.

The targets are important first of all. As is often the case for terrorist attacks, they were selected for the symbolic message the attack would be able to convey. In January, the targets were famous journalists working for a satirical weekly magazine. Over the past 50 years, it has attracted a lot of attention for its many provocations, including the republication of cartoons of the Prophet Mohamed, originally published in Denmark. The other targets were members of the police force and shoppers in a Kosher supermarket. The interpretative framework that was immediately articulated by the public authorities and relayed by the media was that it was an attack on the Republic, on the State and of the French Nation.

In November the targets were random people in Paris and the suburbs and places they could recognize and imagine going to: a concert hall, a football stadium, restaurants and bars. The frame of interpretation that was promoted was one of an attack on French society in its diverse and multifaceted dimensions.

The second shock is linked to the very high number of victims and who they were: 17 dead in January and 130 in November with many more people wounded, caused by simultaneous attacks in Paris and around.

Thirdly, even if the January and November attacks are those that people remember most, they turned out to be part of a series: repetitions hit other parts of France, aiming at ordinary citizens, places of everyday activities including churches, private homes and streets. Families and children were also victims in the attack against Nice on 14 July 2016. The repetition created a climate of fear and concernment, which itself impacted French people.
This triple singularity of the Paris attacks led to a highly unusual academic research project, and the results of some of them are gathered in this book.

Question 3: What impact do the attacks have on our society?

Attacks such as those of 2015 are total social facts that have far reaching implications through all domains of social life.

The strength of a collective book such as this one is that it brings together in a concise yet detailed fashion the results of the diverse research projects conducted since 2015 in different social scientific disciplines and with a great diversity of approaches. What the book does is that it seeks to understand and to explain the effects of these attacks on French society and the responses that they triggered, at different levels of society.

The book published by the French University Press (the PUF), in November 2020 contains six chapters but a new updated and expanded version will be published in 2021 by Palgrave with two more contributions.

The book thus includes a chapter looking at how people at the Bataclan reacted to the attack and one analyzing the multiplication of street memorials set up by citizens on city squares across Paris and around the country. Two chapters explore the world of media and communication through the angle of the adaptation and regulation of TV coverage of terrorism and through the emergence of counterpublics created by social media.

Question 4: What are the interactions between the state and public opinion in response to the attacks of January and November 2015 ?

First they challenge the idea that Islamic terrorist attacks may have an automatic impact on public support for the executive. Second, they undermine the idea that racial prejudice and intolerance between communities are necessarily increased by terrorist attacks because political capital can be made from amalgamating terrorists with the general Muslim population.

In the months that followed January 2015, and to a lesser extent after November, the French executive benefited from a rise in public support, which was documented in opinion surveys, in the press and in the political arena. The political science literature talks about a rally around the flag and of a patriotic reflex. However, in the chapter I co-authored with Laurie Boussaguet, who is an Associate member of the CEE, we highlight the symbolic  work that was developed by the President, the Prime Minister, the Interior Minister and their teams to build the country’s resilience and to prevent centrifugal tendencies. We also demonstrate that symbolic public action was prepared carefully and consciously and intended to prevent potential outbursts of violence.

Indeed one could think that Islamic terrorism contributes to increase support for the extreme-right and that it contributes to feed xenophobic and authoritarians sentiments in the population. What Vincent Tiberj argues is that the survey data collected over several years on attitudes towards minorities  shows a decidedly more complex picture. In fact, tolerance has increased regularly over several years and the period 2015-2016 is no different. One possible explanation for such an evolution in public attitudes towards ethnic and religious minorities lies in the performative dimension of political discourse. The framing  of the events that was proposed by the State, particularly after January may well have contributed to such an evolution.

Interview: Myriam Sefraoui, Scientific mediation officer, Sciences Po, CEE

Cyril Benoît, Researcher fellow CNRS & Olivier Rozenberg, Associate professor at Sciences Po, CEE (eds.) present: The Handbook of Parliamentary Studies Interdisciplinary Approaches to  Legislatures(Edward Elgar Publishing, 2020).

This comprehensive Handbook takes a multidisciplinary approach to the study of parliaments, offering novel insights into the key aspects of legislatures, legislative institutions and legislative politics.

Dominique Boullier, Professor of Sociology at Sciences Po & member of the CEE is interviewed about his book: Comment sortir de l’emprise des réseaux sociaux (Le Passeur, 2020).

Thanks to its multidisciplinary approach, the author fundamentally renews our design of these platforms and offers innovative solutions to use them without suffering them.

Patrick Le Galès, CNRS Research Professor of Sociology and Politics at the CEE & Dean of Urban School of Sciences Po is interviewed about the book (ed) : Gouverner la métropole parisienne. État, conflits, institutions, réseaux (Les Presses de Sciences Po, 2020).

Informed by original research, this documented analysis accurately illuminates the political and institutional dynamics of an unfinished metropolisation.

This interview with Bruno Palier, CNRS Research Director at Sciences Po, is devoted to his latest book: "Growth and Welfare in Advanced Capitalist Economies. How have Growth Regimes evolved", co-edited with Anke Hassel.

  • Bruno Palier discusses the innovative nature of a reflection that brings together two fields of research: one dedicated to the analysis of growth regimes and the other specialized on the welfare state and welfare reforms.>

Matthias Thiemann, Associate Professor  at the Centre for European Studies and Comparative Politics at  Sciences Po is interviewed about the book : The Reinvention of Development Banking in the European Union: Industrial Policy in the Single Market and the Emergence of a Field (Daniel Mertens, Matthias Thiemann  and Peter Volberding (eds.), OUP, 2021).

The book Offers a new account of how national development banks are specifically impacted by EU regulations and constraint.

Tags :

Podcasts

of the CEE General Seminar
New: Chloe Alexandre, Florent Gougou, Simon Persico, Sciences Po Grenoble, Pacte "What unites and divides the environmental movement? Ideological consensus and conflict amongst French climate activists"
  • @Mingirov Yuriy_shutterstock@Mingirov Yuriy_shutterstock

The Centre’s general seminar invites colleagues from France and/or overseas to present their research, books, articles in progress. The seminar format consists in partnering senior and junior researchers.

Here you will find recordings from our previous seminars.

You can also subscribe to our newsletter on all our seminars, all cycles combined, to receive invitations to our future events.

Chloe Alexandre, Florent Gougou, Simon Persico (Sciences Po Grenoble, Pacte) "What unites and divides the environmental movement? Ideological consensus and conflict amongst French climate activists"

Le mouvement écologiste a franchi une étape supplémentaire ces dernières années, avec la naissance de nouvelles organisations utilisant de nouveaux répertoires et rassemblant un nombre sans précédent de partisans et d'activistes à travers le monde. Pourtant, plusieurs enjeux continuent de diviser ce mouvement. Comment les militants contemporains du climat se positionnent-ils face à ces débats ? Quelles valeurs définissent le mouvement écologiste et quels conflits idéologiques divisent les militants du climat qui y participent ? Afin de répondre à ces questions, cet article commence par rappeler sept grands débats idéologiques qui divisent le mouvement écologiste depuis ses origines : 1. Décroissance vs Productivisme ; 2. Écocentrisme vs Anthropocentrisme ; 3. Démocratie contre Autoritarisme ; 4. Néo-malthusianisme contre égalitarisme ; 5. Responsabilité individuelle contre action gouvernementale ; 6. Collapsologie vs Eco-optimisme ; 7. Technophobie vs. Techno-modernisme 8. Écoféminisme post-colonial vs. Valeurs occidentales traditionnelles vs. enquête ponctuelle auprès de plus de 10 000 répondants proches du mouvement climatique. Nous montrons que, dans un contexte de consensus élevé entre les répondants sur la plupart des questions environnementales, deux principales dimensions conflictuelles façonnent l'espace idéologique de l'activisme climatique français. Le premier et le plus puissant oppose les militants « verts clairs » aux plus radicaux. La deuxième dimension du conflit concerne la place laissée à la liberté individuelle par rapport au contrôle étatique.

Chloe Alexandre, Florent Gougou, Simon Persico (Sciences Po Grenoble, Pacte) présentent les résultats de leurs recherches qui confirment également l'alignement croissant du conflit environnemental sur le clivage gauche-droite.

Isabelle Guinaudeau, Sciences Po Bordeaux, Centre Emile Durkheim, CNRS: Unequal mandate representation? Group targeting and citizens’ responses to electoral pledges and their realisations

Isabelle Guinaudeau is a political scientist, CNRS researcher working on party competition and comparative politics.

She presents under the SGCEE her current research.

Shamus Khan, Professor of Sociology and American Studies at Princeton University "Sexual Citizens: A study of sexual assault on campus"

Shamus Khan presents at the CEE's General seminar the book "Sexual Citizens" co-written with Jennifer S. Hirsch. They draws upon their book an intimate portraits of life and sex among today’s college students.

It's an entirely new way to understand sexual assault. The result of their reflexion transforms the understanding of sexual assault and provides a new roadmap for how to address it.

Natascha Zaun, Assistant Professor in Migration Studies at the European Institute at LSE: When populist governments become assertive: The role of politicisation in explaining deadlock of EU asylum policymaking

Natascha Zaun specialises in EU and international migration governance and EU policymaking.

She presents during the general seminar of the Centre for European Studies and Comparative Politics her paper about the case of the deadlocked Dublin IV negotiations.

Brenda Van Coppenolle, Department of Government, University of Essex: Deliberating Constitutions: Lotteries in Constituent Assemblies, Denmark in 1848

Brenda Van Coppenolle, lecturer in the Department of Government, University of Essex, answered during the general seminar of the Center of european studies to the following questions:
How are constitutions drafted, and how does the structure of deliberation affect the final document?
Indeed, Brenda Van Coppenolle, Jens Carstens (Sciences Po, CEE) and Jan Rovny(Sciences Po, CEE & LIEPP) highlight the need to better understand the tools of deliberative democracy. Caterina Froio (Sciences Po, CEE) was the chair.

Bernhard Ebbinghaus, University of Oxford: Europe’s Social Model facing the Covid-19 Employment Crisis: Innovating Job Retention Policies to Avoid Mass Unemployment.

The Professor Bernhard Ebbinghaus, a visiting professor from the University of Oxford (Department of Social Policy & Intervention)analyzed during the general seminar of the Center of european studies an Europe facing multiple challenges during the Covid-19 pandemic, including the problem of securing jobs and income.

Cécile Laborde, Université d’Oxford, Nuffield Chair en Théorie Politique Laïcité, séparation et progressisme: l’Inde et la théorie politique comparée 

La laïcité, en Europe et en Amérique du Nord, est comprise comme un principe de séparation entre l’Etat et les religions. Cette définition toutefois ne rend pas pleinement compte de la logique constitutionnelle et politique à l’œuvre dans bon nombre d’Etats laïques non-occidentaux. En Inde, l’Etat intervient activement dans la sphère religieuse et reconnait officiellement les groupes religieux. Ces tendances interventionnistes condamnent-elles l’Inde à n’être qu’un Etat imparfaitement laïque, comme le jugeait Donald Smith dans India as a Secular State?

Dans cette conférence, l’auteure montre que la laïcité indienne ne saurait être mesurée à l’aune d’un simple principe de séparation. La laïcité à l’indienne aspire à des idéaux progressistes plus généraux : la liberté personnelle (pour les femmes et les dalits) et l’égalité de statut (pour les minorités religieuses). Elle est compatible, en principe, avec une intervention ciblée de l’Etat dans la sphère religieuse, au nom de ces idéaux. La compréhension de cette laïcité est utile à la fois dans une perspective de théorie politique comparée (le global secularism) et pour saisir l’originalité profonde du constitutionalisme indien.

Mais elle éclaire aussi des enjeux contemporains cruciaux, autour du déploiement de la rhétorique de la laïcité par les nationalistes hindous au pouvoir. C’est parce que le BJP adhère à une vision séparationniste plutôt que progressiste qu’il réussit à présenter son idéologie nationaliste comme le rétablissement d’une laïcité authentique. C’est ce que l’auteure entend démontrer en analysant le discours nationaliste hindou sur les droits des minorités, les droits des femmes, et sa défense de l’hindouisme comme culture plutôt que comme religion.

Chris Bickerton, University of Cambridge, Department of Politics and International Studies & Carlo Invernizzi Accetti, City College of New York "Technopopulism The New Logic of Democratic Politics"

Technocratic appeals to expertise and populist invocations of 'the people' have become mainstays of political competition in established democracies. This development is best understood as the emergence of technopopulism—a new political logic that is being superimposed on the traditional struggle between left and right. Political movements and actors—such as Italy's Five Star Movement and France's La République En Marche—combine technocratic and populist appeals in a variety of ways, as do more established parties that are adapting to the particular set of incentives and constraints implicit in this new, unmediated form of politics. In the first book-length treatment of the phenomenon of technopopulism, we combine theoretical and historical approaches, offering a systematic definition of the concept of technopopulism, while also exploring a number of salient contemporary examples. This book* provides a detailed account of the emergence of this new political logic, as well as a discussion of its troubling consequences for existing democratic regimes. It ends by considering some possible remedies that go beyond the simplistic idea that in the right 'dose' populism and technocracy can counter-balance one another.

Elisabeth Ivarsflaten, University of Bergen & Paul Sniderman, Stanford University "The Struggle for Inclusion: Muslim Minorities and the Democratic Ethos"

The politics of inclusion is about more than hate, exclusion, and discrimination. It is a window into the moral character of contemporary liberal democracies. The Struggle for Inclusion* introduces a new method to the study of public opinion: to probe, step by step, how far non-Muslim majorities are willing to be inclusive, where they draw the line, and why they draw it there and not elsewhere. Those committed to liberal democratic values and their concerns are the focus, not those advocating exclusion and intolerance.

Notwithstanding the turbulence and violence of the last decade over issues of immigration and of Muslims in the West, the results of this study demonstrate that the largest number of citizens in contemporary liberal democracies are more open to inclusion of Muslims than has been recognized. Not less important, the book reveals limits on inclusion that follow from the friction between liberal democratic values. This pioneering work thus brings to light both pathways to progress and polarization traps.

Frédéric Mérand, Centre d’études et de recherches internationales de l’Université de Montréal (CÉRIUM) "Un sociologue à la Commission européenne"

Proposant une sociologie du travail politique, ce livre rend compte de quatre années d’observation au sein du cabinet d'un commissaire européen. De 2015 à 2019, Pierre Moscovici et son équipe ont été confrontés à la crise grecque, aux faiblesses de l’Union économique et monétaire, aux scandales d'évasion fiscale et à la menace populiste italienne. Entre les luttes partisanes et les jeux diplomatiques, entre les tenants de la rigueur et les architectes d’un gouvernement économique, ils ont mené la politique de la zone euro. Frédéric Mérand a accompagné « les Moscovici » dans leurs réunions, de Bruxelles à Strasbourg, de Washington à Athènes. À la cantine ou dans les couloirs du Berlaymont, le siège de la Commission,l'auteur les a interrogés sur leurs stratégies et leurs espoirs. Frédéric Merand a aussirecueilli leurs peurs et leurs déceptions. Les observations qui en découlent permettent de comprendre comment on « fait de la politique » dans l'Union européenne. Au cours de ce récit ethnographique, la France n'est jamais loin. Décodant la trajectoire européenne d'un commissaire socialiste français, d'abord sous François Hollande puis Emmanuel Macron, Un sociologue à la Commission européenne explore les dynamiques qui parfois rapprochent Bruxelles et Paris, mais souvent les éloignent.

Paul Pierson, University of California, Berkeley "Let Them Eat Tweets: How the Right Rules in an Age of Extreme Inequality"

Let Them Eat Tweets: How the Right Rules in an Age of Extreme Inequality situates Donald Trump’s ascendance in the broader currents of American political development. Unlike many variants of "right-wing populism" the American version represents a curious hybrid of populism and plutocracy. Although American right-wing populism has real social roots, it has long been nurtured by powerful elites seeking to undercut support for modern structures of economic regulation and the welfare state. Steeply rising inequality in the United States generated an acute form of what Daniel Ziblatt has termed "the conservative dilemma." Over the past few decades, the Republican Party rejected a path of economic moderation. Instead, it chose to construct an apparatus for stoking political outrage, particularly in forms that accentuate and intensify racial divisions. American political institutions offered a distinctive opportunity for a populist figure to draw on this fury to first capture the nomination of the GOP, and from that position to ascend to the White House. Yet the administration’s substantive agenda constituted a full-throated endorsement of the GOP economic elite’s long-standing demands for cuts in social spending, sharp tax reductions for the wealthy, and the gutting of consumer, worker and environmental protections. The chasm between Trump’s rhetoric and his actions justifies a more skeptical assessment of the breadth and depth of American populism, one that acknowledges how its contours were shaped by the nation’s unusual political institutions, its intensifying political polarization and the out-sized influence of the wealthy. While Trump lost the 2020 election, these structural conditions remain. So do the distressing incentives these conditions create for one of the nation's two major political parties.

Tags :

MEZZEDITION

Newsletter trimestrielle qui propose une sélection de publications des membres du CEE
  • Mezzedition Sciences Po Centre d'études européennes & de politique comparée CNRSMezzedition Sciences Po Centre d'études européennes & de politique comparée CNRS

La Newsletter trimestrielle MEZZEDITION propose une sélection de publications des membres du CEE. Bonne lecture !

Tous les numéros

Vidéo de la conférence POLITEIA

Présidentielle 2022 : boulevard pour Macron, défaite annoncée des républicains ?
avec Émilien Houard-Vial, Sciences Po, CEE
  • POLITEIA#56 | Présidentielle 2022 : défaite annoncée des Républicains ? POLITEIA#56 | Présidentielle 2022 : défaite annoncée des Républicains ?

Médiathèque Marguerite Duras, 115 rue de Bagnolet, 75020 Paris

En dépit des nombreuses critiques qu’il a pu recevoir lors de son mandat présidentiel, Emmanuel Macron caracole en tête des sondages, et part largement favori pour l’élection d’avril. Le parti républicain, quant à lui, remonte dans les sondages, autour de la candidature de Valérie Pécresse. Pour autant, il semble aujourd’hui peu probable qu’il remporte l’élection, meurtri par des dissensions internes, et le départ de beaucoup de ses sympathisants vers LREM ou la candidature d’Éric Zemmour. Dans ce cadre, la candidature des républicains est-elle la chronique d’un échec annoncé ? Cette élection est-elle un boulevard pour Emmanuel Macron ? Ou ne sommes-nous pas à l’abri de rebondissements de dernière minute - comme en 2017 ?

Houard vialIntervenant

Émilien Houard-Vial, doctorant en science politique au Centre d'études européennes et de politique comparée, Sciences Po

La conférence pourra être suivie librement sur la page Facebook de Politeia, sur la chaîne Twitch de Politeia

Pour toute information : contact.cee@sciencespo.fr

Un pass sanitaire valide ainsi que le port du masque sont obligatoires pour assister à cet événement.

Retrouvez les vidéos des conférences précédentes

Tags :

Interviews et entretiens

New: Roberto Rodriguez presents the WHIG (What is governed in cities?)
  • @NGvozdeva_shutterstock@NGvozdeva_shutterstock

Roberto Rodriguez presents the WHIG (What is governed in cities?)

Roberto Rodriguez was recently a PhD candidate at the Center for European Studies and Comparative Politics (CEE). His project thesis was about the “interdependence between public policy areas in large metropolises: a comparative case study of Mexico City and Paris”.

Actually, he is a postdoc at the CEE and working on the links between housing and environmental policies.

Question 1: Can you introduce yourself ?

My name is Robert Rodriguez. I did my PhD at the Center for European Studies and Comparative Politics. Currently, I'm a postdoc at the same center working on the links between housing and environmental policies.

Question 2: Can you introduce WHIG?

The WHIG or what is governed is a group of researchers that discuss issues regarding urban governance, govern politics, govern policy, and issues related to urban studies in diverse cities, for example, Paris, Mexico City, Milan, São Paulo, and London.

However, we also discuss issues from other places. The main objective, as I see it, is to discuss precisely on which are our advancements on the issues to precisely go further in the register and get together to share our ideas, to share our research, and share our current projects on the issue.

Question 3: Can you present your involvement in the project ?

My participation in the project has been since 2018 and basically it's in the seminars that get together once a year.
I discuss my current research there regarding my PhD studies which was comparing Mexico City and Paris in air quality and climate change policies.

In that sense, my contribution is to share my work and to give some ideas regarding the words and the papers presented in the seminar as the results of their common understanding of the WHIG.

Interview  Myriam Sefraoui, scientific mediation, (CEE)

Climat : les cop sont bien utiles !

Rencontre une délégation plurielle de Sciences Po qui a participé à la COP26 : Arnault Barichella, doctorant au CEE, d'Ellen Ledger, étudiante en master à PSIA et de Carola Kloeck, chercheuse au CERI, spécialiste des politiques d'adaptation au réchauffement climatique

Depuis la COP21, organisée à Paris en 2015, dont les avancées ont été unanimement - ou presque ! - saluées, les éditions qui ont suivi ont engendré force déception et critiques. Mais les COP ne se résument pas aux engagements, rarement respectés, qu'y prennent des États. C'est ce dont témoigne une délégation plurielle de Sciences Po qui a participé à la COP26. Rencontre avec Arnault Barichella, doctorant au Centre d'études européennes, d'Ellen Ledger, étudiante en master à l'École des affaires internationales (PSIA) et de Carola Kloeck, chercheuse au Centre de recherches internationales (CERI), spécialiste des politiques d'adaptation au réchauffement climatique.

Quels sont les objectifs des COP ?

Carola Kloeck : Les Conférences des Parties (COP) sont issues de la Convention Cadre des Nations Unies sur le Changement Climatique (CCNUCC) adoptée en 1994. En la signant, les États s'engagaient alors à agir afin que les concentrations de gaz à effet de serre causées par les activités humaines ne dépassent pas un niveau mettant l'humanité en danger. C'était une avancée majeure, d'autant plus qu'à l'époque, on en savait beaucoup moins qu'aujourd'hui, même si les scientifiques avaient des éléments alarmants. Aujourd'hui, ce niveau étant dépassé, les COP doivent donner plus d'importance aux politiques d'adaptation et répondre aux pertes et dommages déjà causés.

En quoi la COP 26 de Glasgow en 2021 a-t-elle été différente des précédentes ?

Carola Kloeck : Elle était très attendue, puisqu'elle n'avait pas pu se tenir en 2020. Elle a attiré 23.000 participant.e.s. mais il aurait dû y en avoir davantage ! En effet, du fait des restrictions de déplacements dûes à la COVID, certain.e.s  délégué.es., notamment en provenance des petites îles du Pacifique n'ont pas pu venir. Deux sujets particulièrement clivants étaient au centre des discussions : ce que l’on appelle le Paris Rulebook et les financements climatiques. Sur ces deux éléments, la COP 26 a permis d'aboutir à de vrais compromis. L'élaboration du Paris Rulebook a été finalisée avec des règles sur le fonctionnement des marchés du carbone et sur le reporting des actions menées au niveau national. Pour ce qui est du financement, les parties avaient promis d'aider les pays en voie de développement à réduire leurs émissions et à s'y adapter, mais les financements mobilisés jusqu’ici ne suffisent pas et sont majoritairement destinés à l’atténuation, alors que l'adaptation est devenue un enjeu plus que majeur, surtout pour les petites îles, justement. Les décisions de Glasgow promettent un doublement des efforts financiers pour l'adaptation. D’autres accords et promesses y ont été annoncés : plus de cent pays se sont engagés à stopper leur déforestation d’ici 2030, et certains à réduire de 30% leurs émissions de méthane.

Comment Sciences Po a-t-il obtenu la possibilité d'y participer ?

En dehors des négociateurs et négociatrices des Parties, les COP mobilisent nombre d'ONG, de médias et d'universitaires qui, après avoir candidaté, peuvent être reconnus en tant que délégations. C'est ce que nous avons fait et obtenu cette année : Sciences Po a été reconnue comme "organisation observatrice" des COP ! Pour les chercheurs et les étudiants, c'est un lieu idéal pour alimenter leurs recherches et tester leurs hypothèses. Pour les chercheurs, c'est aussi une formidable opportunité pour partager leurs résultats.

Qu’avez-vous appris en participant à la COP 26 ?

Carola Kloeck : C'est fascinant d’observer de près ces négociations. Cela permet de saisir quelles sont les difficultés rencontrées par les quelque 200 pays participants pour se mettre d'accord, alors qu'ils ont des positions et des priorités extrêmement diverses. En temps normal, les observateurs - dont des chercheurs - peuvent assister aux négociations, mais cette année, du fait de la pandémie, l’accès aux salles où elles se déroulaient était limité. Mais n'assister qu'aux tables rondes - et à tous les à-côtés ! - permet beaucoup de choses : interagir avec des délégué.e.s, échanger avec des négociateurs et des chercheurs. Ensuite on garde le contact. Cette expérience nourrit mes travaux et mes enseignements,  tel que mon cours sur la politique environnementale internationale.

Ellen Ledger : Dans le cadre de mon Master in International Development à PSIA, je rédige un mémoire sur les politiques australiennes de développement et de finance climatique à destination des petits États insulaires en voie de développement dans le Pacifique. Pouvoir participer à la COP, grâce à l'invitation de Carola Kloeck, qui dirige mon mémoire, était une occasion en or pour conduire des recherches de terrain ! En particulier, mes recherches sur la finance climatique publique ont suscité mon intérêt pour les liens entre le cadre politique de la COP et le système international de financement du développement – ces deux systèmes qui ont beaucoup de parallèles mais aussi de désalignements, comme la promesse non tenue des pays développés de fournir 100 milliards de dollars par an de financement climatique aux pays en développement (ENG). J’y suis donc allée avec intérêt, mais aussi scepticisme.

Pour le côté négatif, j’y ai trouvé ce à quoi je pouvais m'attendre en termes d’inégalités et de greenwashing. Par exemple, le pavillon australien a mis en avant une entreprise gazière (ENG) ; alors que plusieurs Îles du Pacifique n’ont même pas eu la chance d’envoyer des représentants (ENG) venant directement de leurs pays (certains étaient représentés par le personnel de leurs ambassades). J’ai aussi été témoin de l’échec des États à établir un fond pour les "pertes et dommages" (ENG), demandé par de nombreux pays en développement. Il faut le dire, la notion de justice compensatoire est loin d'être légitimée au sein du "régime" climatique international, malgré de fortes pressions tant internes qu'externes pour qu'elle le devienne.

Côté positif : j’y ai rencontré énormément de personnalités passionnées par l’environnement et découvert une foule de nouvelles idées de développement en contexte de changement climatique dangereux. J’ai pu échanger avec des professionnels travaillant sur le changement climatique dans les Îles du Pacifique sur les programmes d’adaptation, le financement et le plaidoyer climatiques. Ces rencontres ont été très enrichissantes, elles m’ont aidée à comprendre comment les discussions à la COP se traduisent en programmes sur le terrain. Par exemple, l'accent a été mis sur le manque de données climatiques dans les Îles du Pacifique, où ces lacunes peuvent empêcher une adaptation réussie. De nombreux échanges portaient aussi sur l’amélioration de l’accès au financement climatique pour les États. Par exemple, les fonds multilatéraux comme le Green Climate Fund (ENG) pourraient contribuer à la démocratisation de la distribution de financements.

Arnault Barichella : J'écris une thèse sur le rôle des entités infra-étatiques dans la lutte contre le réchauffement climatique et tout particulièrement celui des villes. Depuis la COP21, le rôle de ces acteurs dans la CCNUCC (ENG) est de plus en plus reconnu. Ont notamment été créés des organismes tels le Global Climate Action Center (ENG), la plateforme centrale des Nations Unies pour les acteurs non étatiques, et le US Climate Action Center (pour les acteurs non étatiques américains) qui avaient des pavillons, que j'ai pu visiter.

Une partie de ma recherche doctorale se concentre sur l'étude de leurs contributions et s'appuie essentiellement sur une approche qualitative. Pouvoir accéder à la COP26 m'a permis d'assister à de nombreuses réunions et conférences et d'interviewer des responsables en charge de ces politiques, qui sont venus enrichir la soixantaine d'entretiens réalisés au cours des dernières années. J'ai notamment pu approcher des diplomates, des représentants de différentes villes et régions du monde, ainsi que des membres de la société civile et du secteur privé.

Les événements de la COP26 ont corroboré les conclusions développées dans ma thèse, en ce qui concerne la manière dont les villes et les entités infra-étatiques peuvent fournir un soutien essentiel aux gouvernements pour la mise en œuvre des "contributions déterminées au niveau national" (CDN). Un chapitre important de ma thèse examine l'adéquation de ces différents cadres, où je souligne plusieurs faiblesses par rapport aux mécanismes existant pour associer les acteurs infra-étatiques au processus de la CCNUCC. Pour y remédier, la COP 26 a entrepris de renforcer le Partenariat de Marrakech pour l'action climatique mondiale.

En savoir plus :

L'initiative de Sciences Po pour le climat : Climate Action Make it Work

Entretien : Equipe de rédaction de la Direction de la communication

Florence Ecormier-Nocca nous présente son parcours.

Depuis septembre 2021, elle est chercheuse post doctorante impliquée dans le projet ERC «DEPART: The de-party-politicization of Europe's political elites», coordonné par Laurenz Ennser-Jedenastik, au sein du Département du Gouvernement à l'Université de Vienne en Autriche.

Ses intérêts de recherche se situent au carrefour de la sociologie des partis politiques, des études législatives et de la communication politique dans une perspective comparée.

Retranscription du podcast

Question 1: Pouvez-vous nous présenter votre parcours ?

J’ai soutenu ma thèse de science politique le 16 septembre 2021. Cette thèse a été financée pendant ses trois premières années par un contrat doctoral « double culture » de l’Université Sorbonne Paris Cité. C’est un financement qui est attribué aux thèses qui se trouvent au carrefour de plusieurs disciplines, pour moi la science politique et l’informatique, et qui m’a permis de travailler sous la co-direction d’un politiste, Nicolas Sauger, anciennement au CEE et aujourd’hui directeur du Centre de Données Socio-Politiques de Sciences Po, et d’un chercheur en informatique, Mohamed Nadif, de l’Université de Paris.

Ma thèse se situe au croisement de l’étude des partis politiques, des études législatives, et de la communication politique. Elle porte sur les questions de diversité idéologique au sein des partis politiques dans une perspective comparée, dans les démocraties parlementaires européennes, et plus particulièrement en Espagne et en France. Je pars à contre-courant de l’idée répandue selon laquelle les partis devraient et seraient des entités unifiées où les divisions internes ne seraient que des accidents de parcours. Je montre au contraire que ces divisions peuvent être le résultat de stratégies négociées entre les différents niveaux du parti, par exemple entre la branche locale et l’organisation nationale, où entre les élus et leur parti. Ma thèse explique pourquoi et dans quelles circonstances ces stratégies sont mises en place. En partant de l’observation empirique de comment les députés d’un même parti se positionnent idéologiquement par rapport à leur parti aux niveaux national, régional et local, je montre que les députés expriment des positions stratégiques pour garantir leur réélection. Le contexte, et notamment le système électoral, les résultats électoraux des différents niveaux de leur parti, et leurs caractéristiques personnelles expliquent la capacité des députés à être autonomes vis-à-vis de leur parti dans son ensemble, ou au contraire, contraignent les députés à se rapprocher de leur parti à un niveau d’organisation précis. Ma thèse permet notamment d’expliquer comment et dans quelles circonstances les partis et les élus s’adaptent au territoire et à leurs électeurs et électrices.

C’est une expérience de recherche qui a duré cinq années, durant lesquelles j’ai travaillé sur des projets de recherche annexes. J’ai par exemple participé à l’élaboration d’une enquête électorale menée au CEE par Florent Gougou et Nicolas Sauger sur les élections présidentielles françaises de 2017. J’ai par ailleurs été chercheuse invitée à la Casa de Velazquez à Madrid en 2018. Durant ma thèse, j’ai aussi beaucoup enseigné, d’abord en tant que doctorante contractuelle à Sciences Po, où j’ai enseigné la science politique et les méthodes quantitatives au Collège Universitaire, à la PSIA et dans l'École d’Affaires Publiques. En 2020-2021, durant la dernière année de mon doctorat, j’ai aussi été recrutée comme attachée temporaire d’enseignement et de recherche à Sciences Po Bordeaux.

Question 2: Qu’envisagez-vous de faire à présent?

Durant mon doctorat, j’ai beaucoup apprécié à la fois mes activités de recherche et d’enseignement, et c’est pourquoi je souhaite poursuivre une carrière dans le milieu académique. J’ai commencé en septembre 2021 un post-doc à l’Université de Vienne en Autriche, où je vais travailler dans les 3 prochaines années dans un projet ERC (donc financé par le Conseil Européen de la Recherche) portant sur l’étude des trajectoires personnelles, professionnelles et politiques des ministres dans la majorité des démocraties européennes depuis 1945, et leur impact sur la démocratie représentative. En parallèle, je voudrais dans un premier temps publier les résultats de ma thèse, et poursuivre mes recherches sur le fonctionnement interne des partis politiques.

Question 3:  Pourquoi avoir choisi Sciences Po et plus précisément le CEE en tant  que  laboratoire ?

C’est un choix qui s’est fait assez naturellement parce qu’il s’inscrivait dans la logique de mon parcours. Avant d’être doctorante au CEE, j'ai effectué mon Master en science politique au sein de l’École Doctorale de Science Po. J’y ai rencontré mon futur directeur de mémoire, puis de thèse, Nicolas Sauger, qui y enseignait un cours sur les partis politiques. J’ai beaucoup apprécié mes deux années dans ce Master, et c’est donc pour cela que j’ai eu envie de continuer au sein de l’École Doctorale et du CEE pour le doctorat. C’est en plus un laboratoire où j’ai eu l’occasion de côtoyer d’excellents chercheurs et chercheuses, aussi bien français qu’internationaux, qui ont présenté leurs travaux en cours lors de séminaires, ou simplement lors de discussions plus informelles. Cela a été pour moi l’occasion de voir la recherche en train de se faire, de découvrir la cuisine, et pas seulement le produit fini que l’on peut lire dans les revues académiques. C’est selon moi un apprentissage indispensable, qui m’a permis d’améliorer mes propres pratiques de recherche.

Question 4: Comment s’est déroulée globalement votre thèse et plus particulièrement la fin de votre parcours de doctorante en période COVID ?

Ma thèse a duré 5 ans, ce qui est à la fois très court et très long. Ça été un moment très riche et très intense, qui a alterné des périodes de collecte de données, sur mon ordinateur ou sur le terrain, des périodes de confrontation et de présentation de mes résultats, au CEE ou dans des conférences en France et à l’étranger, et des périodes plus solitaires de réflexion, de lecture et de rédaction. En plus de cette recherche individuelle, j’ai aussi, comme je l’ai déjà mentionné, eu l’occasion de travailler dans des projets collectifs, mais aussi d’enseigner. C’est l’ensemble de toutes ces expériences qui font d’une thèse un moment si riche et si particulier.

Par rapport au COVID, j’ai eu de la chance dans le sens où cette période a coïncidé avec la période de rédaction de ma thèse, durant laquelle je n’avais pas besoin d’être sur le terrain, et où il fallait de toute façon se « confiner » pour se concentrer et écrire. J’ai par contre beaucoup de compassion pour mes collègues qui étaient dans les phases de début, où l’on a beaucoup plus besoin d’aller à la rencontre des autres, que ce soit pour collecter des données ou discuter de son travail.

Je dirais pour conclure que bien sûr il y a eu des moments difficiles ces cinq dernières années, des périodes d’incertitudes et de doutes, qui je pense sont des périodes nécessaires pour remettre en question son travail et le faire progresser. Mais c’était surtout une très belle aventure dont je garderai de vifs souvenirs.

Entretien: Myriam Sefraoui, Chargée de médiation scientifique (CEE)

Marcela Alonso Ferreira is a PhD candidate in political science at the Center for European Studies and Comparative Politics (CEE)

Her research interests are urban governance and the politics of public policies in the city and more particularly in large metropolises.

She presents her participation to the WHIG.

Transcript of the video

Question 1: Can you introduce yourself ?

Good Afternoon, my name Marcela Alonso Ferreira. I'm a second year PhD student in political science at the Center for European Studies and Comparative Politics.

My research interests are urban governance and the politics of public policies in the city and more particularly in large metropolises. My research focuses on informal housing and the policies addressing it.

Question 2 : Can you introduce WHIG?

WHIG stands for what is governed and not governed, and cities. This is a collective research project interested in governance issues in large metropolises around the world, notably Paris, London, São Paulo, Mexico City, but also Amsterdam and Milan.

This is a partnership between colleagues from both Universities in London, São Paulo, Amsterdam, Mexico, Milan and Paris.

This group gathers a very interdisciplinary team of junior and senior researchers from multiple disciplines like political science, sociology, and urban planning, and we are all very much interested in developing comparative work across these seeds that I mentioned.

So, within this larger project and social network there are specific projects under development. For example, there is one focusing on investments in the real estate market and the governance of housing production.

This project is looking at three European cities like Amsterdam, London and Paris and there are also other collaborations interested for example in the networks of local policy elites and some follow Paris, Milan, just to give you two examples of what we've been doing as a group.

Question 3: Can you present your involvement in the project ?

My participation in this project is through my PHD thesis project which is concerned with the governance of informal settlements and particularly on the public action to formalize and consolidate informal housing.

So, I focus on the cases of Sao Paulo and Mexico City, which are the largest metropolises in Latin America, and we're formalisation by the state has been put in place for a relatively long period for three to five decades.Uhm, and therefore my contribution to this project is by providing analysis of criminalization policies in these two cities through historical comparative approach. But, I must say that I don't really see informal settlements as a distinct, distinctive issue of countries of low and middle income.

So, I draw a lot from the historical literature on loans and unauthorized land divisions in Paris and London to discuss these two Latin American cases.

Question 4: What are the results of your common reflection through WHIG?

Our discussions within the week project generates maybe three main outputs.

First and foremost we overcome the divide in the urban studies literature that typically understand cities from the global North and South as fundamentally different entities, and they assume that it's not possible to carry on comparative work.

Also, these leads to a second point, which is that this project is has developed and continues to develop analytical tools to pursue this rigorous comparative research of apparently very different cities, but that can still be compared.They're still similar phenomenon that are interesting to discuss, and while still accounting for the historical trajectories of particularities of each context.

The third output that I would say that this project needs to be is by adopting these analytical tools and pushing forth this research agenda, this College in this network contributes to fundamentally proposed new empirical and theoretical contributions to the political science, to urban sociology and to urban studies literature in general.  

Interview  Myriam Sefraoui, scientific mediation, (CEE)

Arnault Barichella is finishing his Phd in political science at the Centre for European Studies and Comparatives Politics.

He focuses on the role of cities (specifically Paris, Boston and New-York city) in sub-national actors in the global climate regime. He presents his participation to the COP26.

Transcript of the video

Question 1: Introduce yourself and your interest in climate change negotiations.

My name is Arnault Barichella. I am finishing my PhD in political science at Sciences Po.

I'm in my fifth year at the Center for European Studies and Comparatives Politics.

My topic focuses on the role of cities in sub-national actors in the global climate regime.

I focus more specifically on three cities, Paris, Boston and New York City,  and multi level interactions with the higher echelons of governance.

Question 2: Why access to COP26 as part of the ScPo delegation was useful to your PHD work  and what did you do on location ?

Access to the COP26 was  extremely useful for my doctoral research because I was able to attend a number of different conferences and seminars, workshops and events on the role of cities and sub-national actors more generally in the global climate regime.

More specifically, I was able to attend these types of events.

At three or four different types of pavilions, the main one was the multi level action pavilion. That focus is really specifically on this topic. Also the global Climate Action Center, which is the hub at the cup for non-state actor contributions more generally.

Also, I Interestingly, there is a parallel American delegation known as US climate action, a center that is made up of non state actors. It was created under the Trump presidency to show that almost half the country who remained committed to the Paris Agreement and it's still are continuing even under President Biden in order to show that the renewed American pledge to the Paris Agreement enjoys broad based support across American Society.

Question 3: Provide some input about how the growing role of cities played out during that COP and the extent to which it confirms your main argument.

Before going to the COP 26,  I had done a lot of research and interviews on what are the potential contributions of cities and of sub-national actors in the global climate regime and the interviews I was able to conduct at the COP 26 in many ways corroborate these findings.

The cities can provide the climate actions that are additional to those of national governments, and in that respect that they can help to close. But it's called the global emissions gap, which stems from.Inadequate pulses at the national level and in cases where the policies of citizen and sub national actors overlap with those of national governments, they can help us so governments implement their national pledges more rapidly as well as one stolen.

So those are points which were seminars, interviews I was able to conduct and really corroborated my funds.

Then, there was a second aspect which I would like to emphasize is that my doctoral research pointed to two main weaknesses in the platforms which have been established to associated cities and sub-national actors.

So first thing there is a problem in terms of the inconsistency of metrics and measurement criteria for subnational actors and how they report their pledges, and there was also an issue with the fact that existing UN platforms do not track implementation over time.

These were two issues that were addressed in Cop 26 and a new framework was established in Glasgow known as improved Marrakech Partnerships for global action which specifically seeks to address these two weaknesses.

Interview  Myriam Sefraoui, scientific mediation, (CEE)

Eduardo Marques is a Full professor at the Department of Political Science and Director of the Center for Metropolitan Studies at the University of São Paulo

Eduardo Marques

His research interest covers public policy, sociology, urban politics, urban inequality and social networks.

Eduardo Marques presents the WHIG (What is governed in cities) and his contribution to this research network in December 2021 in Paris (Sciences Po). 

Can you present yourself?

My name is Eduardo Marques. I am a professor of political science at the University of São Paulo (USP) and the Director of the Center for Metropolitan Studies (USP).

Can you introduce WHIG?

WHIG is a research network, of which we are part since the very beginning, my center and myself, together with Patrick Le Galès from Sciences Po, a British team composed of several researchers located mainly at the University College London, professors from El Colegio de México and from the University of Milan Bicocca.

The idea is to analyze and compare the governance of policies and the governments of large metropolises.

Can you present your involvement in the project?

I'm the leading researcher on the Sao Paulo case. We are comparing five cities, mainly São Paulo, Mexico City, Paris, London and Milan, as well as other cities in specific themes. IN São Paulo we departed from monographic studies about cities and policy sectors themselves, to later compare the governance patterns which are behind cities and sectors.

So, in the case of São Paulo we have already published two books in Portuguese in English about the city and about these governance patterns, and comparative work with the other teams.

What are the results of your common reflection through WHIG?

We have been finding superposed governance patterns considering different policy sectors and at the same time involving actors which are from the public sector, from the private sector, and from civil society linked through both formal and informal ties and relationships within institutions. These patterns vary, but in the São Paulo case have been producing a kind of incremental progressivism, a conflictive but continuous process of building state capacities and producing more policies and broader policies through the last 35 years.

Interview  Myriam Sefraoui, scientific mediation, (CEE)

Ancienne doctorante au CEE, Sofia Wickberg est actuellement Assistant Professor en politiques publiques et gouvernance à l'Université d'Amsterdam

Elle présente son parcours et livre son expérience en tant que jeune chercheuse.

Pouvez-vous nous présenter votre parcours ?

J’ai effectué mes études de licence et de master à l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence. La recherche universitaire m’attirait déjà beaucoup mais j’avais envie de voir autre chose avant de me lancer dans une thèse.

J’ai donc travaillé pendant quelques années au sein de la diplomatie française, de l’Office des NU contre la drogue et le crime, puis au sein de Transparency International, qui est la principale ONG travaillant dans le domaine de la lutte contre la corruption.

Ce sont ces expériences professionnelles qui m’ont menée vers mon sujet de recherche. J’ai en effet voulu comprendre les effets de ces acteurs transnationaux sur les choix des gouvernements en matière de prévention de la corruption.

J’ai choisi de partir de l’exemple de la régulation des conflits d’intérêts des parlementaires. Je trouve ce sujet intéressant parce ce que ces situations d’interférence entre les devoirs du député et un intérêt privé pouvant influencer l’exercice de son mandat sont au cœur du problème de la corruption politique en Europe mais génèrent beaucoup de confusion et d’incompréhension.

Ma thèse analyse les mécanismes et les configurations d’acteurs qui ont amené la France, la Suède et le Royaume-Uni à adopter des instruments de régulation similaires (plus précisément un registre de déclaration d’intérêts et un code de conduite) mais à les mettre en œuvre de manière différente.

Elle contribue à l’analyse des politiques publiques en apportant un éclairage sur l’importance de l’instrumentation, de la temporalité et de l’incertitude dans les processus de transfert internationaux. Les pays pionniers en matière de régulation des conflits d’intérêts (RU et USA) ont en effet chercher à exporter leurs instruments et ont inspiré d’autres pays comme la France et la Suède, mais également les organisations internationales et ONG qui en ont fait des « bonnes pratiques » en matière de lutte contre la corruption.

Les résultats de ma thèse soulignent ainsi la nécessité de considérer la dimension transnationale de la fabrique des politiques publiques. Il est impossible de comprendre l’adoption des instruments de régulation étudiés dans ma thèse sans prendre en compte ce qui se passe au-delà des frontières nationales.

Néanmoins, en m’appuyant sur la notion de traduction, je montre le rôle essentiel des acteurs nationaux qui réinterprètent et localisent les politiques importées, en les adaptant au contexte et aux institutions politiques.

Après avoir soutenu ma thèse en juillet 2020, j’ai enseigné sur le campus rémois de Sciences Po. Puis j’ai rejoint l’Université d’Amsterdam où je travaille depuis le mois de septembre. 

Pouvez-vous nous exposer vos travaux de recherche actuels ?

Dans un premier temps, je vais me concentrer sur plusieurs projets de publication en lien avec ma thèse pour en diffuser les résultats. Je souhaite enrichir le débat sur les politiques anti-corruption, en soulignant la dimension politique de leur élaboration. Je veux également poursuivre la réflexion sur le renouvellement des méthodes d’enquête en montrant l’intérêt de suivre des objets, comme des instruments de politique publique par exemple, pour comprendre les processus de circulation transnationale. D’autre part, je veux présenter les bénéfices et la nécessaire réflexivité de la chercheuse embarquée que j’étais durant ma thèse, ayant un pied dans le monde universitaire et un pied dans le monde qu’elle étudie.

Je prépare également un nouveau projet de recherche qui s’intéresse à la fabrique de la lutte contre la corruption au sein de l’Union européenne. J’aimerais comprendre la difficulté des institutions européennes à se saisir de ce sujet et la fragmentation de ce domaine d’action publique au niveau communautaire.

Une piste intéressante concerne la construction de la corruption comme problème européen (nécessitant une action supranationale) et les définitions concurrentes de ce problème au sein de l’espace européen.

Pour quelle(s) raison(s) avez-vous intégré spécifiquement le CEE ?

Lorsque j’ai décidé de faire une thèse, il a fallu que j’identifie un directeur ou une directrice. J’ai passé plusieurs semaines à contacter des chercheurs et des chercheuses dont j’admirais les travaux et dont les sujets semblaient proches des miens. C’est comme ça que j’ai rencontré Colin Hay, qui a encadré ma thèse au sein du CEE.

Le CEE était un choix de laboratoire presque évident, du fait des recherches de Pierre Lascoumes, Philippe Bezes et d’autres sur la criminalité en col blanc, qui m’ont énormément inspirée. En plus des nombreux thèmes qui y sont abordés, c’est un centre de recherche qui présente un véritable pluralisme et une ouverture sur différentes approches théoriques et méthodologiques. Cela m’a également donné très envie d’intégrer le CEE.

Entretien: Myriam Sefraoui, Chargée de médiation scientifique (CEE)

Natasha Wunsch nous livre son parcours et partage ses recherches actuelles.

Aujourd'hui Assistant Professor en science politique/intégration européenne à Sciences Po, rattachée au Centre d’études européennes et de politique comparée (CEE), elle est également chercheuse senior à l’ETH de Zurich et membre du Balkans in Europe Policy Advisory Group.

Par ailleurs, elle dirige le projet « Régression démocratique en Europe de l’Est: séquence, stratégies, citoyens », financé de 2019-2023 par le Fonds national suisse (FNS) auprès de l’ETH de Zurich.

Ses recherches se situent à l’intersection des études européennes et de la politique comparée.
Natasha Wunsch s’intéresse particulièrement à la manière dont l’intégration européenne influence la transformation politique dans les pays candidats à l’adhésion et, à l’inverse, à l’impact de la régression démocratique et des tendances illibérales au sein de certains Etats membres sur la coopération au niveau européen.

Pouvez-vous nous présenter votre parcours ?

Je suis allemande et anglaise de naissance. J’ai fait ma scolarité en allemagne dans un lycée  franco-allemand
J'ai ensuite décidé d'intégrer Sciences Po dans le campus franco-allemand à Nancy. J’ai poursuivi avec un master franco-allemand entre Sciences Po et  l’Université de Berlin.

J’ai travaillé pendant deux ans pour un institut de recherche à Berlin en tant qu’experte sur l'élargissement de l’UE et l’accord occidentaux.

J'ai ensuite commencé ma thèse à Londres en travaillant sur le rôle des ONG dans les Balkans occidentaux dans le processus d'adhésion à l’UE.

J’ai intégré l’Ecole Polytechnique de Zurich en tant que postdoc avec une réorientation de ma recherche sur les régressions démocratiques que j'ai observé lors de mon terrain pour ma thèse, ce qui m’a amené à mon poste que j’occupe actuellement à Science po qui s'intéresse à la fois à l'intégration européenne et aussi à la crise de la démocratie et comment celle-ci affecte son processus.

Sur quoi porte vos recherches actuelles? 

Ma recherche porte sur la régression démocratique qu’on observe notamment en Europe de l’Est, qui s’est accentuée ces dernières années avec des tendances illibérales notamment en Hongrie et en Pologne.

Ma recherche s'intéresse véritablement aux dynamiques nationales, aux questions de conciliation dans des attitudes démocratiques au sein de ces pays et ce qui conduit les citoyens à élire.

L’autre volet s'intéresse à comment la régression démocratique dans plusieurs Etats de l’Union européenne peut avoir une incidence au niveau européen. Ces deux volets se rejoignent finalement un peu progressivement.

Pourquoi avoir intégré Sciences Po et plus particulièrement le CEE ?

J'avais déjà étudié à Science Po, donc je connaissais bien l'institution, au sein de laquelle j’avais aussi enseigné.
J’avais vu le poste ouvert en intégration européenne , en étude de la démocratie.
J’ai eu ensuite l'opportunité d’être recruté par le Centre d'études européennes et de politique comparée qui est un centre très dynamique, très ouvert à la collaboration, très internationale.

Entretien: Myriam Sefraoui, Chargée de médiation scientifique (CEE)

Portrait de Jessica Pidoux, Postdoctorante au CEE, Titulaire du Projet Horizon 2020 COESO

;

Dans le cadre du Projet Horizon 2020 COESO, Jessica Pidoux effectue un postdoctorat au Centre d’études européennes et de politique comparée (CEE).

Elle nous présente son parcours aux multiples facettes et livre son expérience en tant que jeune chercheuse.

Question 1: Pouvez-vous nous présenter votre parcours ainsi que vos travaux recherches actuelles?

J’ai un Master de l’Université de Lausanne en sociologie de la communication et de la culture.

J’ai ensuite réalisé un doctorat en humanité digitale à l’EPFL (l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne) en Suisse, plus spécifiquement en sociologie et en sciences des données.

Ma thèse portait sur le processus de communication entre les utilisateurs, utilisatrices des applications de rencontres et avec des acteurs non humains, donc des algorithmes, des machines, des interfaces graphiques qui permettent de trouver des partenaires comme sur des applications comme Meetic, Tinder.

Dans cette thèse, j’ai pu analyser les algorithmes de mise en relation des applications de rencontre, ce qui a permis d’avoir des réflexions plus larges sur le système de recommandation des plateformes dominantes comme Twitter, Facebook ou autres.

J’ai aussi déconstruit les modèles économiques des applications de rencontres.

Aujourd'hui j’effectue un postdoctorat au Centre d’études européennes et de politique comparée (CEE), dans le cadre du projet Horizon 2020. Le projet COESO a pour vocation de développer une plateforme collaborative, participative, où les chercheurs, chercheuses, et citoyennes, citoyens peuvent travailler ensemble, construire et produire ensemble des connaissances.

Mon rôle consiste à mener des recherches sur les dynamiques de coopération

Dans la science participative (citizens science) on va établir des mesures de coopérations qui permettent aux acteurs de recevoir un retour direct en temps réel sur la plateforme pour améliorer les pratiques. 

En parallèle de ma carrière académique, je suis aussi active dans le milieu associatif.

Je suis directrice de l'association “PersonalData.IO” qui a pour vocation de rendre praticable les droits en matière de protection des données personnelles.

J'ai également formé un collectif, qui s’appelle “Dating Privacy”, on cherche à comprendre les problématiques sociales des utilisateurs, utilisatrices des applications de rencontres.

Dans le passé, j'ai eu une expérience dans le secteur privé.

J’ai travaillé en Suisse dans une entreprise de développement de logiciel. Au Venezuela, j’ai une expérience d'assistance technique et sociale pour des projets communautaires.

Question 2: Pourquoi avoir Sciences po et plus particulièrement le CEE comme laboratoire d’accueil?

Aujourd’hui, je réalise un postdoctorat au Centre d’études européennes et de politique comparée (CEE) de Sciences po, où il y a une localisation privilégiée grâce à laquelle on peut interagir avec d’autres institutions au sujet de nos recherches, tels que la Cnil (la Commission nationale de l'informatique et des libertés), l’Ined (l'Institut national d'études démographiques), et le Media Lab.

Il y a également des recherches très intéressantes aux niveau local, national mais aussi international.

De manière générale, il y a un esprit de sororité, j'ai été très bien accueilli par mes collègues.

Il y a aussi une ouverture, une diversité culturelle, qui ont tout autant contribué à ce bel accueil.

Entretien: Myriam Sefraoui, Chargée de médiation scientifique (CEE)

Portrait de Anja Durovic, ancienne doctorante du CEE, actuellement Postdoctorante au Centre Emile Durkheim à Sciences Po Bordeaux

Titulaire d'un doctorat en science politique réalisé au Centre d'études européennes et de politique comparée de Sciences Po, Anja Durovic est actuellement chercheuse Postdoctorante au Centre Emile Durkheim à Sciences Po Bordeaux.

Ses intérêts de recherche portent sur la politique comparée, genre et politique, les comportements et la représentation politique ainsi que sur l'opinion publique.

Question 1: Pouvez-vous nous présenter votre parcours ?

Avant de devenir doctorante au Centre d’études européennes et de politique comparée de Sciences Po, j’ai fait un Bachelor en science politique et droit public à l’Université de Mannheim, en Allemagne, puis un Master de recherche en sociologie politique comparée à l’Ecole de la Recherche de Sciences Po.

Dans ma thèse je me suis s’intéressée aux persistances des inégalités de genre en matière de participation politique, c’est-à-dire d’aller voter ou manifester, de s’engager dans un parti politique ou une campagne politique ou encore de signer une pétition.  Plus particulièrement, ma thèse soulève une question centrale et qui demeure énigmatique : pourquoi les femmes, toujours plus diplômées et aujourd’hui engagées, de manière massive, dans le marché du travail, continuent-elles à moins participer dans certaines activités politiques que les hommes ? 

Mes résultats montrent qu’en Europe de l’ouest l’égalité politique n’est pas un long fleuve tranquille où progressivement les femmes allaient rejoindre les modes et les niveaux de participation politique des hommes. La réduction de l’écart des niveaux de participation politique entre les femmes et les hommes, qu’on appelle le « gender gap de la participation politique », dépend de la période temporelle, du pays, du mode d’action et de la cohorte de naissance.

Les résultats de ma thèse révèlent que des générations de femmes plus récentes ont rattrapé ou même dépassé les hommes de leurs générations en ce qui concerne leurs niveaux de participation dans la signature des pétitions ou lors des élections nationales. 

Cependant, ma thèse souligne aussi qu’en ce qui concerne des modes d’action plus institutionnel, comme l’engagement dans les partis politiques ou les campagnes politiques, la réduction de l’écart des niveaux d’engagement entre les femmes et les hommes des générations plus récentes tient parfois plus à la baisse de la participation des hommes qu’à l’accroissement de la participation des femmes. Donc, le renouvellement générationnel a un impact sur l’évolution des inégalités de genre dans la participation politique mais pas forcément l’impact que l’on avait attendu.

Question 2: Que faites-vous aujourd’hui ?

En ce moment, je me concentre sur différents projets de publication en lien avec mon travail de thèse pour faire connaître et discuter les résultats de ma recherche. Je voudrais surtout continuer à renouveler le débat sur les inégalités de genre dans la participation politique qui sont beaucoup plus complexes et hétérogènes que ce que l’on a pu le penser jusqu’à maintenant.

En parallèle, j’ai également commencé un postdoctorat à Sciences Po Bordeaux au Centre Emile Durkheim.

Question 3: Pourquoi avoir choisi Sciences Po et plus précisément ce laboratoire ?

Bien que j’aie commencé très tôt à m’intéresser au sujet des "inégalités de genre dans l’engagement politique" durant mes années de licence en Allemagne, c’est grâce au Master de recherche en sociologie politique comparée à Sciences Po que j’ai pu approfondir mes connaissances sur les comportements politiques, les études comparatives et de genre. Dans ce Master beaucoup de chercheurs et chercheuses du CEE y ont enseigné. Et donc, lorsque j’ai eu l’opportunité de faire ma formation doctorale à Sciences Po, c’était assez évident pour moi de poursuivre mes recherches au sein du CEE et travailler aux côtés et avec des chercheurs et chercheuses qui m’ont influencé et guidé durant mes années en Master.

Question 4: Comment s’est déroulée globalement votre thèse et plus particulièrement la fin de votre parcours de doctorante en période COVID ?

Mon travail de thèse est le fruit d’une co-direction de thèse très bénéfique, j’ai énormément profité du soutien intellectuel de mes directeurs de thèse, Nonna Mayer et Vincent Tiberj qui m’ont toujours incité à me confronter à des lectures et études aussi diverses que variées, mais ils m’ont aussi poussé à présenter très tôt les résultats de mes recherches en dehors de Sciences Po et notamment à des personnes qui - à priori - n'avaient rien à voir avec mon sujet de thèse. Au final, cela a été très bénéfique pour mon cadrage théorique mais aussi pour l’écriture de ma thèse.

Ceci dit, si ma thèse s’est aussi bien déroulée, c’est aussi grâce à mon séjour de recherche à l’Université d’Oxford dans le cadre du programme OxPo et grâce aux nombreuses collaborations scientifiques que j’ai eu pendant ma participation dans plusieurs projets de recherches français et internationaux en parallèle à mon travail de thèse. Personnellement, je pense que ces expériences d’échanges scientifiques, regroupant des personnes d’expertises différentes ont été des moments cruciaux pour le développement de mon travail de recherche et pour moi en tant que chercheuse.

Enfin, l’enseignement des cours de méthodologie quantitative et de science politique a également constitué une partie importante de mes activités depuis le début de ma thèse en 2015. Mais je dirais qu’enseigner en période de confinement et finir d’écrire en parallèle ma thèse en 2020 a été sans doute un des plus grands défis de mon parcours de thèse. 

Entretien: Myriam Sefraoui, Chargée de médiation scientifique (CEE)

Portrait de Blandine Mesnel, ancienne doctorante du CEE, actuellement ATER à l’Université Paris II Panthéon-Assas

 

Actuellement ATER à l’Université Paris II Panthéon-Assas, Blandine Mesnel, ancienne doctorante du CEE, présente son parcours et livre son expérience en tant que jeune enseignante-chercheuse.

Question 1  : Pouvez-vous nous présenter votre sujet de thèse ?

Ma thèse s’intéresse aux aides de la Politique agricole commune – la PAC – et la façon dont ces aides sont vécues et perçues par les agriculteurs et les agricultrices, en France et en Espagne. La comparaison entre la France et l’Espagne me permet de montrer que la partie administrative de la PAC – les formulaire, les  dossier de demande d’aides, les contrôles administratifs des bénéficiaires, la façon dont les administrations de terrain et les organisations agricoles accompagnent les agriculteurs dans leurs démarches – tous ces éléments sont déterminants pour comprendre comment les agriculteurs vivent et perçoivent la PAC dans les deux pays, et également par quels mécanismes cette politique publique transforme leur métier.

Mon sujet de thèse m’a passionnée à titre personnel car je suis moi-même fille d’agriculteur. C’est aussi un sujet important car la PAC joue un rôle central à la fois pour les agriculteurs, pour l’Union européenne, et pour la transition écologique en Europe.

On parle de plusieurs dizaines de milliers d’euros qui sont distribués chaque année à chaque exploitant agricole, et qui constituent souvent l’essentiel voire la totalité de leurs revenus.

La PAC est aussi une des politiques européennes les plus anciennes et les plus intégrées. Elle mobilise encore aujourd’hui près de 35% du budget européen.

Et, on débat beaucoup autour de la capacité de cette politique à réellement impulser la transition écologique de l’agriculture européenne en faisant changer les pratiques des agriculteurs.

Les résultats de ma thèse contribuent à éclairer ces différentes dimensions. Ils contribuent aussi de façon plus générale à la sociologie de l’action publique en soulignant la nécessité d’étudier  les démarches et les formalités administratives qui « donnent vie » aux politiques publiques pour comprendre comment l’action publique est vécue et perçue par les citoyens, et comment elle influence éventuellement leurs attitudes et comportements politiques.
Je montre aussi que les politiques environnementales et leur médiation administrative ont des conséquences qui ne se limitent pas à changer les comportements des individus et des groupes sociaux. En effet, le tournant environnemental  des aides de la PAC modifient aussi les perception des agriculteurs qu’ils ont d’eux-mêmes et de leur place dans la société, elles affectent leurs opinions envers les décideurs européens et nationaux, et leur désir de se mobiliser en politique.

Question 2 : Comment diriez-vous que votre thèse s’est déroulée globalement ?

C’est donc une recherche qui a duré cinq années, pendant lesquelles j’ai aussi enseigné la science politique dans plusieurs universités.

Cinq ans, ça peut paraître long et pourtant je dirais que ça s’est « bien passé » car j’ai pu trouver un équilibre entre plusieurs périodes de travail très différentes des périodes de lecture, de réflexion et de préparation des enquêtes de terrain ; des semaines voire des mois plus éloignés du milieu universitaire lors des enquêtes de terrain en France et en Espagne ; des moments plus sédentaires et solitaires d’écriture et de mise en forme des résultats ; et enfin des moments de confrontation et de discussion de mon travail avec d’autres chercheurs
C’est vraiment cette diversité des rencontres, des activités et des rythmes qui a rendu l’aventure passionnante pour moi, et qui a fait que c’est passé vite.

Question 3 : Pourquoi avoir choisi Sciences Po et plus particulièrement ce laboratoire ?

C’est surtout Sciences Po qui s’est imposé à moi car j’y ai effectué l’ensemble de mes études supérieures. C’était donc assez évident pour moi de poursuivre ma formation à la recherche aux côtés des chercheurs du CEE, que j’avais déjà côtoyés en tant qu’enseignants en Master.

Au CEE j’ai noué une relation de travail très riche avec mon directeur de thèse Philippe Bezes. J’ai aussi bénéficié de l’expérience de tous les chercheurs qui y pratiquent l’analyse comparée.

La comparaison internationale, et aussi la rigueur dans les enquêtes de terrain, ce sont vraiment pour moi deux marques de fabrique du CEE et j’ai appris énormément sur ces deux sujets, que ce soit dans les séminaires du labo ou auprès des doctorants plus âgés et des jeunes docteurs que j’ai eu la chance d’y côtoyer quotidiennement.

Question 4 : Que faites-vous actuellement et qu’envisagez-vous de faire ?

Depuis la soutenance de ma thèse, je me focalise essentiellement sur mes activités d’enseignement de la science politique. Je suis actuellement attachée temporaire d’enseignement et de recherche à l’Université de Lorraine, et l’année prochaine j’occuperai les mêmes fonctions à l’Université Paris 2 – Panthéon Assas.

En parallèle, je travaille sur la valorisation des résultats de ma thèse - dans le milieu académique et également auprès des acteurs du secteur agricole.

Je veux prendre ce temps nécessaire pour faire connaître et discuter les résultats de ma recherche avec les acteurs intéressés, avant de me lancer dans de nouveaux projets autour des administrations et de la réception des politiques publiques, ce qui devrait arriver bien assez vite.

Entretien: Myriam Sefraoui, Chargée de médiation scientifique (CEE)

Portrait de Léa Morabito, ancienne doctorante du CEE, chargée de mission-analyste à la Fondation RFIEA

Actuellement chargée de mission-analyste à la Fondation RFIEA (Réseau français des instituts d'études avancées), Léa Morabito, ancienne doctorante du CEE, présente son parcours et livre son expérience en tant que jeune chercheuse.

Question 1: Pouvez-vous nous présenter votre parcours ?

Au niveau de mon parcours académique, j’ai soutenu ma thèse au CEE de Sciences Po le 29 juin 2020.
L'objectif principal de ma thèse était de contribuer aux travaux sur la politisation des questions liées à la sexualité en France.

Pour ce faire, je me suis intéressée aux mobilisations à la fois en faveur et opposées à deux textes lois: le premier était le projet de loi ouvrant le mariage aux personnes de même sexe, le deuxième était la proposition de loi visant à renforcer la lutte conte le système prostitutionnel sur une période allant de 2012 à 2016.

Ce qui m’a intéressé à propos de ces mobilisations, c’est le fait qu’elles étaient liées à des conflits de fortes intensités entre mouvements opposés, et donc aux circulations complexes à la fois d’idées à la fois d’acteurs et d’idées entre ces camps opposés sur chacun de ces enjeux, mais aussi entre les deux enjeux, et entre le champ politique et l’espace des mouvements sociaux et les partis politiques.

En parallèle de cette thèse, j'ai beaucoup enseigné, ces activités ont eu une forte influence sur mon parcours.  J’ai donné de nombreux cours de méthodes statistiques notamment.

J’ai enseigné à Sciences Po dans le cadre des Master STU, PSIA et aussi au collège universitaire.  J’ai notamment donné de nombreux cours de méthodes statistiques.

J’ai été aussi tutrice de science politique pour le programme d’échange international Columbia à Paris.
J’ai ensuite eu l'opportunité d’être ATER pendant deux ans à l’Université de Rouen.

En parallèle de ma recherche personnelle et de mes activités d’enseignement j’ai aussi eu l'opportunité de travailler sur des projets de recherche collectifs à la fois en tant que chercheuse, en tant qu’enquêtrice, mais aussi en tant qu'assistante de recherche (avec un travail de coordination de projets de recherche).

J’ai notamment pu travailler avec Céline Braconnier, Nonna Mayer, puis avec Florence Haegel, Noya Mayer et Céline Braconnier.

Question 2: Que faites-vous aujourd’hui?

Aujourd'hui, je travaille pour la Fondation RFEA (Réseau français des instituts d’études avancées) depuis octobre 2020, relativement peu de temps après ma soutenance de thèse.

C'est une structure qui porte plusieurs missions qui ont en commun d’encourager, et de faciliter l'internationalisation de la recherche en sciences humaines et sociales.

Dans le cadre de ces missions, je travaille principalement sur un programme d’action qui vise à développer tout une action de veille, de production de récolte de données, de production d’analyse sur toutes ces questions d'internationalisation de la recherche en SHS.

En parallèle, je travaille aussi sur le projet FUNDIT. C’est une plateforme en ligne qui vise à regrouper les appels à projets, de financements de projets de recherche et de mobilité internationale en sciences humaines et sociales

Question 3: Pourquoi avoir choisi Sciences Po et plus précisément le CEE pour y effectuer votre thèse?

J'ai intégré Sciences Po en Master après avoir fait trois ans de classe préparatoire BL (Sciences Sociales, Mathématiques et littéraire). C’est dans ce cadre que j’ai vraiment découvert les sciences sociales, et ma passion pour cette discipline.

C’est pour ça que j’ai choisi d’intégrer Sciences Po dans le cadre du master recherche en science politique et de m’intéresser plus particulièrement à la science politique.

Un projet de recherche de mémoire sur les oppositions à la reconnaissance légale de l’homoparentalité en France.

J’ai travaillé sur une étude des opinions à travers des enquêtes quantitatives, et aussi sur un travail de cartographie du web où j’ai observé la structuration d’acteurs qui se sont ensuite mobilisés contre le mariage pour tous. J’ai pu in fine les étudier dans le cadre des mobilisations que j’ai suivi pour ma thèse.

Pourquoi le CEE? Il y a eu un processus de continuité entre mon master et ma thèse.

J’ai eu l'opportunité de rejoindre le CEE et travailler aux côtés et avec des chercheurs qui ont été mes enseignants en Master. Ils m’ont aussi donné envie de poursuivre cette recherche doctorale.

Entretien: Myriam Sefraoui, Chargée de médiation scientifique (CEE)

Portrait d'Arthur Borriello, Chargé de recherche et d'enseignement à l'Université Libre de Bruxelles et invité à Sciences Po, CEE (mai-juin 2021)

S'inscrivant plus largement dans le champ d’étude sur les partis politiques et leurs transformations, les travaux actuels d'Arthur Borriello portent sur les mouvements populistes contemporains et plus particulièrement sur Podemos (Espagne), le Mouvement 5 étoiles (Italie) et la France Insoumise (France).

Question 1: Pouvez-vous nous présenter votre parcours académique et professionnel?

J’ai fait mes études à l’Université Libre de Bruxelles (ULB) en Science politique. J’y ai également réalisé ma thèse de doctorat, toujours en Science Politique au Centre d’étude de la vie politique (le CEVIPOL) sous financement du FNRS, le Fonds National de la Recherche Scientifique (un peu l'équivalent belge du CNRS en France).

Ma thèse portait sur l’étude comparée des discours de légitimation des plans d'austérité en Europe du Sud, en particulier en Italie et en Espagne, et des discours des chefs d’exécutif en fonction durant la crise de la zone euro entre 2010 et 2013 avec l’idée de montrer les mécanismes de dépolitisation à travers leurs discours, les contradictions qui étaient aussi générées par ces types de discours.

Tout cela m’a amené à étudier par la suite les réactions politiques qui sont nées de cette période d’austérité, de ce type de discours.

Mon parcours professionnel:  à la suite de cette thèse, je suis allé en échange pour une année en tant que chercheur visiteur postdoctoral à l’Université de Cambridge sous la supervision du Professeur Christopher Bickerton.

Je suis ensuite revenu à l'ULB où j'ai exercé en tant qu'enseignant pendant un an avant d’obtenir des contrats de recherche successifs en étant toujours basé à l’Université Libre de Bruxelles au CEVIPOL, mais en réalisant des séjours de recherche notamment au City College de New York auprès du Professeur Carlo Invernizzi Accetti.
J’ai aussi réalisé un séjour de quelques mois à l'Université Complutense de Madrid fin 2019, début 2020.

Actuellement, je suis toujours chargé de recherche, donc chercheur postdoctoral, financé par le FNRS au sein du CEVIPOL à l'Université Libre de Bruxelles, et en train de réaliser un séjour de recherche au CEE à Sciences Po Paris.

Question 2: Sur quoi portent vos recherches actuelles ?

Je me suis intéressé après les discours d’austérité aux types de mouvements politiques qui sont nés en réaction contre ces discours et contre la dépolitisation des enjeux sociaux économiques en Europe du Sud, Podemos en Espagne et le Mouvement 5 Étoiles en Italie.

Dans un premier temps, je me suis intéressé à leurs discours, à leurs modes de communication, à leurs façons de former, d'articuler les identités politiques en privilégiant l’approche laclauienne (du nom d’Ernesto Laclau, grand théoricien argentin du populisme, du populisme de gauche en particulier).

Donc durant mes premières années postdoctorales je me suis intéressé à leurs conditions d’émergence et à leurs caractéristiques pour le dire assez largement et brièvement.

Ce sont des mouvements très jeunes qui sont en constante évolution.

Je me suis intéressé précisément à cette évolution en ajoutant un cas d’étude, la France Insoumise, qui dans une large mesure est comparable à un phénomène comme celui de Podemos en particulier.

Donc je travaille sur ces trois mouvements maintenant, sur la France insoumise, Podemos et le Mouvement 5 étoiles en mêlant analyse de leurs discours publiques et entretiens réalisés avec les militants et les cadres de ces mouvements et en m'intéressant en particulier à leur évolution sur les plans idéologique, organisationnel et stratégique.

Tout ça se situe dans le champ des études sur le populisme, qui est aujourd’hui un champ en plein essor depuis quelques années, depuis cinq, six ans.

En même temps, puisque je travaille aussi sur les modes d'organisation des partis, je m’inscris plus largement dans le champ d’étude sur les partis politiques et leurs transformations, qui est là aussi un champ d’étude bien banalisé en science politique.

Question 3: Pourquoi avoir choisi Science Po et plus particulièrement le CEE ?

En allant réaliser des entretiens auprès des militants et des cadres de la France Insoumise, qui est l’un des mouvements que j’étudie, sur lequel je travaille, ma présence à Paris était véritablement requise bien qu'auparavant j’ai réalisé plusieurs entretiens en ligne, Covid oblige.

Le deuxième objectif était de rencontrer des personnes au sein du Centre d'Études Européennes et de Politique Comparée, de pouvoir bénéficier de leurs expertises soit sur le contenu (leur expertise sur un mouvement social, un mouvement politique particulier, un contexte politique spécifique) et aussi de leur expertise méthodologique en particulier les personnes qui maîtrisent les méthodes quantitatives au sein de ce centre de recherche.

L’idée était d'avoir un retour sur base de cela sur mes recherches en cours, et aussi sur mes projets de recherche futurs, d’explorer des liens de collaboration potentielle avec ces personnes.

Et de ce point de vu là, c’est mission accomplie, puisque j'ai eu l'occasion de rencontrer de nombreuses personnes à l'intérieur de ce centre de recherche. Je pense à Madame Florence Haegel, Nonna Mayer, Jan Rovny, Caterina Froio qui se sont tous et toutes montrés extrêmement disponibles et qui m’ont permis de me nourrir de ces approches méthodologiques et de ces expertises.

Entretien: Myriam Sefraoui, Chargée de médiation scientifique (CEE)

Elisa Bellè, Marie Curie Fellow

BelléThank you very much Elisa for accepting to hold this interview with us at the CEE. We are very happy to have you! I would have a couple of questions to ask you, but first, can you tell us about your background?

Yes of course, it’s a pleasure to meet you! I graduated in Sociology, with a special Double degree program: I spent the first two years at the University of Trento, and the following two years in Dresden, Germany, at the Technische Universität. That was a highly formative experience, because at a very early stage of my academic education I discovered a different way to approach sociology, learning to compare and combine perspectives.
Then I came back to Italy, after 2 years and a half spent abroad. And that was another decisive moment for my academic pathway, as I started to work on my Master’s thesis. I decided to focus on gender and political participation, starting to deal with gender and politics, a theme that is still part of my research agenda. I analysed the political careers of men and women in 4 Italian political parties (2 centre-left and 2 centre-right), using narrative interviews, combined with a perspective on the parties as gendered organizations.

After that, I worked for 2 years, but the interest in research and Sociology found its way back again. As a result, I decided to try the admission at the Doctoral school of Sociology and Social Research at the University of Trento. For three years I had the privilege to work with a very dynamic research unit, specialized in the study of organizations, gender, masculinities issues. For my PhD thesis I decided to continue using the gender&organization approach in an interdisciplinary manner, to study political participation. Plus, I decided to accept a second challenge, a methodological one: I wanted to discover the ethnographic method, putting it at the service of politics. I studied the internal life of an Italian political party named Lega Nord (Northern League), which at that time was a federalist/regionalist rightwing force, born at the beginning of the 80’s from the ashes of the old Italian party system. I conducted an ethnographic fieldwork in 2 local party branches: one in a small town of Veneto (North East of Italy) and the other in the large urban context of Lombardia (North West). First of all, my attempt was to re-focus on political parties as territorial organizations (and especially the Lega). Second, I wanted to analyze the party from an internal perspective, as the emergent result of the daily work of militants and local leaders. The basic concept was to be there ? as Clifford Geertz says ? and discover the socio-political world of the party using an immersive technique. Plus, I wanted to compare two extremely different territories: on the one hand, a small town far from the organizational centers of the party, and on the other a very big city, well connected to the internal national leadership of the party.
The final goal was to study the overlap between organizational and territorial aspects in producing different forms of participation and different communities of partisans, although in the same party.

Well, thank you very much! I’m a bit curious about the Marie Curie scholarship that you have been awarded. Can you tell us about it, the whole application procedure and how you finally made it?

Of course! The first idea of my Marie Curie project was developed in Paris, at the Centre for European Studies and Comparative Politics (CEE), when I was there as a visiting fellow in February 2018.
I have to say, discovering the intense life of the CEE was inspiring for me. I started to participate in the general seminars, the seminars on methods etc. In that period, I began to process some basic ideas: the goal was to go more in-depth in the study of the so-called “populist radical right” (PRR).

I had a couple of very preliminary intuitions, which I proposed to Professor Haegel. She suggested to discuss about that with Professor Nonna Mayer, one of the CEE’s experts on PRR. So, I met Professor Mayer at the CEE, and I have to say that encounter was a turning point. She was incredibly helpful in the elaboration of the structure of the project, in precising the analytical structure, the research goals, the theoretical framework. She was also very encouraging throughout all the long process of submitting the proposal, which as we know is challenging and highly competitive (particularly considering that the ethnographic approach is not exactly mainstream). As a consequence, I had to finalize a strong proposal, both in terms of solidity, scientific impact, and innovation of the structure.
I tried the Marie Curie call a first time, unsuccessfully, and then I tried again a second time. After the first refusal, the support of Professor Mayer, the Conseil d’Unité and the MAPS office were really important in keeping my energy alive and trying the second time, that was successful.

Now briefly about the project: it is called ERRANT, standing for Ethnography of Radical Right Activism across Nations and Territories. The structure of the research is comparative and focuses on two leading actors of PRR family: the Italian Lega and the French Rassemblement National. The main goals are three, corresponding in my opinion to three research gaps in the study of PRR that is urgent to fill:

  • The first one is grassroot activism. The PRR has been studied so far much more from the electoral perspective, and less from the perspective of activists. Therefore, I want to shed light on the internal life of these two parties, and on the men and women that engage. Why and how they decide to join the parties? Which are the main pathways of activism (social background, ethnicity, gender, class and cultural capital differences, etc.)? What happens once they have entered? How is constructed a sense of collective belonging?
  • The second goal is, again and especially now, the territory. Political parties are prevalently approached as national actors, stressing the role of their national leaders (particularly PRR formations). However, these forces are very often extremely effective in constructing a strong territorial rootedness. Thus, the basic idea is to go there, where Lega and RN are already mainstream, institutionalized forces, to explore the genetic territories and the social production of their consent.
  • The third goal is the most experimental. It was carefully analyzed with Pr. Mayer. The main idea is the following: PPR are polarizing and dividing societies across Europe. Our aim therefore is to investigate how these frontlines of conflict work across territories, and exactly where these parties are culturally hegemonic. The strongest lines of polarization seem to be ethnicity and sexuality. In my opinion it has become urgent to examine the making-of of this conflicts, focusing both on party activists and their most direct social opponents in local civil societies. What is going on in our society when PRR parties and progressive civil society confront and conflict on gender/sexuality and ethnicity? How is constructed, represented, enacted this conflict? And can we, as publicly engaged researcher, try to build bridges across internal frontiers of fear?

Where does this personal interest of yours to study to extreme movements stem from?

My first curiosity was for parties, gender amd grassroot activism in general. Since I was very interested in masculinity as a central element in producing political identity, I found that Lega Nord was the most interesting political force, because it is historically characterized by a sexual imaginary of virilism, which has always played a crucial role in in constructing a collective identity and a sovereignist imaginary. So, I choose the Lega.

The fieldwork was an incredible occasion to discover a different social world, in terms of political values, beliefs, ways of representing social reality, etc. Of course, it was challenging, but at the same time I was deeply transformed by this experience, both as human being and as a researcher.

And I still believe that investigating such a challenging social milieu could be an innovative contribution to political sociology and collective knowledge. As a matter of fact, the study of right-wing activism is very rare: political ethnographies have been so far much more focused on left-wing movements, because qualitative research requires the construction of a human relationship with the social actors under analysis, and sometimes the distance can be hard to manage. Thus, we don’t have enough ethnographic material on PRR, and I am convinced that it is time to do it: we are already late!

Thank you for being that one person, Elisa! Maybe another question: why SciencesPo’s CEE specifically?

The starting point was the visiting fellowship, back in 2018. When I discovered the life of the CEE, I was so fascinated witch such an energizing atmosphere, full of stimulating topics to discuss, to read, full of encounters and cutting-edge researches. In addition, the solid research tradition on PRR, as well as that on partisan cultures, played an important role in my decision.

Besides, a third crucial point was the methodological openness of the CEE. In fact, often political science and sociology consider qualitative methods, and especially ethnography, as minor, anectodical, not fully “scientific”. On the contrary, at the CEE I immediately felt that quantitative, qualitative, voters, grassroots perspectives were equally treated as scientifically important, which made me feel welcome and stimulated.
Moreover, the CEE is engaging in a crucial scientific question: the centre/periphery divides that are splitting the social structure of Europe, opposing central metropolitan areas and regional areas that feel deprived and marginalized. In this regard, I believe I can bring a fresh empirical contribution to an already advanced debate, by focusing on the complex world of the province.

Well, thank you Elisa! If I had one last question, it would be: why France? Why comparing Italy to France?
Firstly, because I have always been particularly curios about French politics and culture, for personal reasons. Yet, in terms of scientific comparison, RN and Lega were a perfect match,: both are undergoing a big transformation, the RN with the so called “dédiabolisation”, and the Lega with its recent turn from regionalism to nationalism. Moreover, they are elaborating opposite strategies of institutionalization. RN is trying to give a renewed image of moderatism, whereas Lega reached its major consent radicalizing its message. Thus, there is an extremely interesting tension between radicalization and deradicalization that I think can be useful not only for comparing the two parties, but also for the analysis of the European PRR family.

Ok, well thank you very much! If you had anything else to add for those interested into your field of study, what would it be?

One last reflection about our current situation under this terrible pandemic time. It has indeed become more of a concern accessing the field, discovering new scientific environments, given the constraint of having to work remotely.
I have to say that starting a new scientific journey in this moment is not easy, but I’m trying to face the difficulties. I think that the current health crisis will have an influence on my fieldwork, when I will be in these two cities. I have always been interested in the use of public space made by PRR and I believe that observing, analyzing, reasoning about political participation and public space in this specific time of social distancing will be challenging but interesting.

Of course, it seems quite challenging to be doing social research while there is supposed to be no social life!
Yes, it will be complicated, but I think that we have also to stay open to the unexpected. In sociological terms we have the opportunity to observe something that was unthinkable just few months ago. We only have to put at work our scientific imagination, in order to do some kind of “bricolage” of our tools, readapting them to the new situation.

Thank you very much Elisa for your time and participation!

It was a pleasure to meet you, thank you.

Interview: Jason W. Essomba (January 2021)

Interview d'Abdelkarim Amengay, docteur en science politique (diplômé en 2019)

Amengay

Comment définiriez-vous votre parcours ?

J’ai un parcours assez atypique. J’ai débuté mes études universitaires à l’âge de 28 ans au Maroc en faisant deux licences à peu près en même temps. Une en science politique et droit constitutionnel, et l’autre à l’École Nationale d’Administration de Rabat en Administration Publique. Ensuite, j’ai travaillé comme administrateur au Ministère de l’Éducation au Maroc avant de partir au Canada où j’ai entamé mes études supérieures en science politique. C’est durant cette période que je me suis découvert une passion pour l’étude des comportements politiques.  
Au départ je n’étais pas vraiment partant pour faire des études doctorales car la recherche me faisait un peu peur ! Cela représentait un autre monde pour moi, qui me paraissait inaccessible. Cependant, au fur et à mesure des études de Master, j’ai pris confiance en moi.  Quand le moment est venu de faire un choix de sujet de thèse pour le doctorat, j’ai décidé de travailler sur l’extrême droite en Europe. Plus précisément, le rôle des médias dans les succès électoraux de ces partis à travers l’étude du cas du Rassemblement national, anciennement Front national (FN).

Durant les premiers mois de mon doctorat à l’université d’Ottawa, j’ai décidé de faire une cotutelle avec une université française. Du fait de sa renommée et de sa stature mondiale Sciences Po s’est imposée de manière presque naturelle. Sur recommandation de Nicolas Sauger, j’ai écrit à Emiliano Grossman pour lui présenter mon projet de thèse et il m’a fait l’honneur d’accepter d’être mon co-directeur de thèse à Sciences Po. Une fois ma demande d’admission en Doctorat à Sciences Po acceptée, le processus administratif de cotutelle fut bouclé en quelques semaines. Quatre ans plus tard, j’ai soutenu ma thèse -en Décembre 2019- devant un jury formé de membres prévenant des deux institutions.

Vos publications et contributions portent en général sur la thématique des radicalités, Qu’est-ce qui vous a poussé vers ce sujet ?

Je dirais qu’étant moi-même immigrant maghrébin au Canada, il arrive un certain moment où l’on se pose beaucoup de questions sur la montée des partis anti-immigrants au sein des démocraties dites libérales. On ne peut pas être insensible à la manière dont les médias nous submergent de contenus sur l’insécurité, l’immigration, l’islam et la place qu’y occupent des chroniqueurs et des commentateurs politiques assumant sans complexe leurs positionnement à l’extrême droite de l’échiquier politique. Donc, au départ, en plus de l’intérêt académique pour la question, il y avait également une motivation de nature personnelle. D’autant plus que, de manière assez surprenante, bien qu’en France on ait souvent invoqué le rôle des médias dans la montée électorale du FN à partir des années 80, cette question n’a presque jamais véritablement fait l’objet d’études poussées.

Pourquoi avoir choisi l’Université d’Ottawa pour votre formation doctorale ?

C’était un choix qui s’explique par deux éléments.  Primo, au Canada, mon pays d’accueil, l’un des rares experts de l’extrême droite en Europe est Daniel Stockemer qui travaille à l’Université d’Ottawa et qui, avec Emiliano Grossman seront mes deux co-directeurs. Secundo, l’Université d’Ottawa m’a offert un financement assez généreux pour ma thèse -que je remercie d’ailleurs- car, sans ce financement la réalisation de ma thèse aurait été très compliquée.

Pourquoi l’avoir complétée par une cotutelle au Centre d’études européennes et de politique comparée de Sciences Po ?

Pour moi le CEE était l’endroit où je pouvais avoir accès à des chercheurs de stature mondiale. Par exemple, Emiliano Grossman est l’un des plus grands experts européens en matière d’étude du rôle politique des médias. D’autant plus que les chercheurs qui travaillent sur cette question en France sont une minorité, encore moins ceux qui le font en mobilisant les analyses quantitatives (avec des statistiques).
Il y avait aussi Nonna Mayer, LA spécialiste française du vote FN.  J’ai eu la chance de pouvoir collaborer avec elle lors de mon passage au CEE.  Ensemble, avec Anja Durovic, nous avons publié un article sur le FN dans la Revue française de science politique. De plus, grâce à Nicolas Sauger, et sous sa direction, j’ai pris part aux travaux de l’équipe de chercheurs qui a préparé le questionnaire de l’Étude électorale française du CEE portant sur l’élection présidentielle de 2017. En somme, c’était la réputation scientifique du CEE et la qualité des chercheurs qui y exercent. Et je peux vous dire que je n’ai jamais regretté ce choix qui a eu un impact extrêmement positif sur ma carrière académique.

Ayant lu quelques-unes de vos recherches, j’ai trouvé assez intéressant d’observer votre approche quantitative dans l’étude de la montée de l’extrême droite. Cela a vraiment été pour moi une surprise de constater l’existence d’études quantitatives sur un tel sujet.

Je dirais, qu’au contraire, cela est très répandu. Si le recours aux méthodes quantitatives au sein de la science politique française a toujours été, et demeure encore aujourd’hui, un courant minoritaire, elles y sont cependant présentes depuis longtemps. Notamment, grâce aux travaux précurseurs de Nonna Mayer en matière de sociologie politique électorale dès les années 1980. Sciences Po en est d’ailleurs un des bastions dans l’Hexagone. Ce sont également ces méthodes que j’ai mobilisé dans ma thèse. Ce qui a nécessité la réalisation d’une base de données à partir de sources diverses. En particulier, les archives de la Bibliothèque nationale de France dans lesquelles j’ai passé plusieurs mois à consulter et à coder le contenu des Unes de la presse régionale pour les quatre-vingt-seize départements métropolitains. Pour chaque département, il s’agissait de couvrir les deux mois qui ont précédé les élections présidentielles françaises de 2012 et de 2017. Finalement, via des analyses statistiques, j’ai pu démontrer que la place qu’occupe la thématique de l’insécurité dans la presse régionale est fortement corrélée au vote pour le Rassemblement national. Là où la couverture médiatique de l’immigration ou de l’islam ne semble pas avoir nécessairement favorisé le vote pour Marine Le Pen lors les deux dernières élections présidentielles. Plus intéressant encore est que cette corrélation, entre la couverture médiatique de l’insécurité et le vote mariniste, apparaît complétement déconnectée de la réalité objective qu’est le niveau réel de la criminalité dans chaque département.

Pour revenir maintenant à votre actualité, qu’est-ce qui vous a mené à Doha ?

Pour beaucoup, cela peut être surprenant. Mais, il faut savoir, que depuis quelques années, il devient de plus en plus difficile de décrocher un poste de professeur directement après son doctorat sans avoir fait un postdoctorat. Alors lorsque le Doha Institute for Graduate Studies m’a offert ce poste, je n’ai pas hésité un seul instant. D’autant plus que cette jeune institution se donne comme mission de devenir la référence en matière de recherche en sciences sociales dans la région du Moyen-Orient et qu’elle offre beaucoup d’opportunités en matière de financement de recherche. Tous mes collègues actuels ont été formés ou ont travaillé dans les meilleures universités du monde. C’est une communauté scientifique très vibrante. J’y ai la possibilité d’enseigner la politique comparée et de continuer à travailler sur les questions de recherche qui m’intéressent, par exemple le populisme. Il y a également l’envie de transfert de connaissances dans cette partie du monde qui m’est chère. Une envie de redonner un peu à cette partie du monde et de partager les compétences que j’ai acquises au sein des universités occidentales, que ce soit en France ou au Canada. Le tout dans un cadre de vie agréable.

Peut-on justement savoir sur quelles thématiques ou quels projets de recherche vous travaillez aujourd’hui ?

Actuellement, j’ai quatre projets de recherche en cours.

Le premier projet porte sur le contenu des médias, ou plus précisément : la place de l’Islam dans les médias. Avec Mohammed Amine Brahmi, un chercheur postdoctoral à l’université de Columbia aux États-Unis, nous réalisons une étude comparative France-Québec de cette présence de cette thématique dans la presse écrite en période électorale. Les résultats de cette recherche, qui est encore en phase de développement, vont être publiés au cours de l’année 2021 dans un numéro spécial de la revue Politique et Société qui sera consacré à la question de l’islamophobie.

Le deuxième projet relève d’un autre de mes centres intérêts : la psychologie politique. Plus précisément, la question qui anime ma réflexion est celle de savoir « comment les traits de personnalité impactent-ils les comportements politiques ? » J’étudie actuellement la relation entre les traits de personnalité et le niveau de confiance que les individus peuvent avoir dans la classe politique via une comparaison France-États-Unis. En m’appuyant sur les travaux d’Herbert Kitschelt –qui a développé au début des années 1980, une classification des systèmes politiques selon laquelle la France serait un système politique fermé et les États-Unis un système politique ouvert– je démontre qu’en France, de par les contraintes imposées par son système politique fermé, les personnes dont la personnalité est plus portée sur l’innovation et la curiosité intellectuelle, autrement dit « les esprits libres », seraient moins amenées à faire confiance à la classe politique. Contrairement aux États-Unis, où ce trait de personnalité n’a aucun impact sur la confiance que peuvent avoir les individus dans les élites politiques de leur pays.

Mon troisième projet est celui d’un chapitre de livre, qui traite de la mobilisation des émotions par les leaders populistes. Il s’agit d’un ouvrage collectif qui réunit huit chercheurs de l’Europe, des deux Amériques et de l’Asie. Dirigé par Alwahab El-Affendi, le président du Doha Institute, cet ouvrage porte sur les travaux de Chantal Mouffe, la grande philosophe politique belge qui a consacré une grande partie de ses travaux à l’étude du populisme dans une perspective postmarxiste. Dans mon chapitre, je m’intéresse au rôle qu’elle donne aux émotions dans la mobilisation des citoyens. Plus particulièrement, je pose la question suivante : « Dans quelle mesure l’état de la recherche en psychologie politique permet de corroborer la théorie de Chantal Mouffe sur la centralité des émotions, et plus particulièrement la peur, dans la montée de la droite radicale populiste radicale en Europe et aux Amériques ?».

Le quatrième projet est un projet qui porte sur la représentation politique des jeunes au Moyen-Orient et en Afrique du nord. Avec Daniel Stockemer, nous venons de lancer un nouveau projet qui vise à identifier les potentiels changements qu’auraient connus la composition des élites politiques en Afrique du Nord et au Moyen-Orient dans la foulée de ce qui est communément appelé les printemps arabes de 2011. Nous nous s’intéressons en particulier à l’évolution de la composition des parlements nationaux (démocratiques ou non). La première phase de ce projet se focalise sur quatre pays : la Tunisie, l’Égypte, la Jordanie et la Syrie pour lesquels la collecte de données est en cours. À terme, nous espérons inclure l’ensemble des pays de la région, notamment ceux du Golf. Car, si la question de la participation politique des jeunes a été abondamment étudiée, celle de la représentation ne le fut que très peu. Encore moins pour cette région du monde.

M. Abdelkarim Amengay, Je vous remercie d’avoir accepté de participer à cette interview et de la richesse de cet échange. Souhaitez-vous ajouter un commentaire ?

Tout d’abord, je vous remercie. Je me suis senti honoré d’être contacté pour échanger sur ces sujets. Je voudrais conclure en disant, qu’au-delà de l’expérience académique enrichissante que j’ai eue au CEE, mon passage fut également une expérience humainement enrichissante. Le CEE dispose d’une formidable équipe de chercheurs de haut-calibre et d’une équipe administrative dévouée, avec à sa tête Mme Amrani, que je tiens à remercier. Merci à eux pour le formidable travail qu’ils accomplirent au quotidien. 

Propos recueillis par W. Jason Essomba (novembre 2020)

Interview of Vicente Ugalde, El Colegio de Mexico, Visiting Professor at Sciences Po, CEE

ugalde

Dear Professor Vicente Ugalde! Thank you for having agreed to hold this interview with Science sPo’s Centre for European Studies and Comparative Politics (CEE).

Could you tell me a bit about your background (studies, experience, research areas, etc.)?

Well, I studied Law in Mexico, in a city in the Center-North of Mexico called San Luis Potosi. I specialized in Local Law. After that, I did my master’s degree in Constitutional and Administrative Law in Mexico City. In the meantime, I was also doing a Master’s in Urban Studies at Colegio in Mexico. Following that, I travelled to France to further my studies. Once in France, I did a DEA in Sciences Administratives, i.e., Public Administration. Then, I did a PhD in Law but with a much more public policy-oriented PhD dissertation, consisting of using law and regulation to review and analyze environmental public policies in Mexico with a focus on hazardous waste management.

It seems that one of your areas of expertise is Urban governance. Is that true?

Yes, after I concluded my PhD, I went back to Mexico and joined the Centre for demographic urban and environmental studies and I started to teach local government. I progressively studied local systems a lot, as well as different problems arising in governing cities like Mexico City. I started to develop research in governance and local governance system. That is how I met, some years later, my current colleagues at the CEE. We launched a collaboration to study big metropolises around the world.

As you are in Paris at the time, what are the projects, topics or research areas you are currently working on?

At the beginning of my collaboration with the CEE, my interest was in the study of waste management systems in big cities. But right now, and over the past 2 or 3 years I have been studying how local governance drives urban development. In other words, I have been focusing on the study of regulation to organize construction, land use, property distribution control, the right to build, etc. I would like to find out how regulation works in the real world. To this end, I would look at official bodies or government’s agencies responsible for inspection. In order to understand how the legal system deploys its power to manage some tricky situations, I would also look into actual cases of low compliance of urban regulations. In France, we can hardly observe such things in our daily life. While in Mexico if you walk across the streets, you can see construction going on despite those signs and warrants from local authorities imposing to stop the construction.

So, you work quite a lot on urban planning?

Yes. Urban planning is fascinating, and its legal framework is a useful tool to understand it. In fact, in order to better understand what is happening in developing countries like Mexico, it is always critical to build perspective considering also the country’s legal system, how things work there. Comparing is always fruitful for such kinds of analyses. To me, France remains an interesting case study. Not necessarily Paris per se but rather its “banlieue” or surroundings, where urban development is on its way right now.

Can I ask you why specifically choosing Sciences Po’s CEE for your visiting stay?

Well, one of the main intellectual challenges when we have to study cities is comparison, but how? How to propose an elaborated approach, a methodological way to deploy an analysis on 2 or more cities? The CEE team has been working on comparing approaches over many years. One of the main concerns identified with my colleagues at the CEE is that of how to compare cities (for instance, cities from Global South with those in the developed world). Since we are talking about governments, systems, we are therefore also talking about people’s practices, which are not easy to compare. So, for me, this is one of the right places to think about comparison.

Comparative politics are of course one of the peculiarities of the CEE alongside the sociological approach to study social sciences societal phenomena.

I would like to ask would be why specifically Paris today? Why is it so dear or important to you to compare Paris with other cities like Mexico?

I have to say it has to do with some large research projects led by Patrick LE GALÈS to compare the huge metropolises around the world like Paris and Mexico City. That is important because apart from the long way to go in comparing cities, Paris is particularly interesting to start a case. When it comes to the administrative system, Paris (actually France) is similar to Mexico. As a matter of fact, Mexico inherited this legal system from Spain two centuries ago. The legal systems in the two cities (Paris and Mexico City) appear – to us – very familiar in the way in which administrative law is organized, especially in the field of urban law. The Urban legal system in Mexico is closer to the French system than it would be to the Anglo-Saxon system as an example. So, it’s an important point.

Could you just share with us some of your findings after having compared both cities: Paris and Mexico City?

Well, I started my fieldwork in Mexico two years ago. And it is typical of me to watch some of my fieldwork take up to 6 or 7 years …What I can say right now is that: my question is changing over the time.
Nevertheless, I found one global question which consists of trying to understand how urban legal systems work. It is not just about looking into corruption as a simple answer in this kind of research could be “All this could be explained by corruption!”. It is not just that. My research, my first findings drove to me to focus on enforcement systems. It's in the different enforcement systems that strong differences between two cities in urban development governance can be explained.

Well, Thank you very much for such a mind-opening conversation! Thank you for the time you took to discuss this topic with us.

Would you have anything else to add for anybody who would be interested into your field of studies or your research?

Simply that cities are a very interesting field to dig into many questions, not just about the cities themselves but about societies. There are many interesting topics we can study while watching the day-to-day life of cities. I think that Paris is a special case for thinking and finding more special questions about cities as a field of study.

@ Jason W. Essomba

Sélections d'interviews

Tags :

Présidentielle 2022 : l’abstention est-elle la grande gagnante de l’élection ?

Conférence Politeia
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Conférence Politeia#59

À chaque scrutin, qu’il soit local, régional ou national, l’abstention semble toujours plus importante. Si l’élection présidentielle est celle qui enregistre le plus haut taux de participation, il n’en reste pas moins que plus d’un quart des électeurs et électrices (et encore plus chez les jeunes) ne s’est pas déplacé pour aller voter au second tour, dans un régime français pourtant hyper-présidentiel. Cela met évidemment en question la légitimité de ces élections : comment considérer comme légitime un président qui n’a été choisi que par 38,5% des électeurs et électrices ? Comment enrayer le phénomène de l’abstention, qui est, aujourd’hui, le premier « parti » de France ? Faut-il prendre en compte le vote blanc, ou rendre le vote obligatoire ? Ou bien, faut-il totalement refondre notre système politique, par exemple vers un scrutin proportionnel, afin de mieux prendre en compte la pluralité des opinions exprimées ?

Intervenante

Cecile Braconnier Céline Braconnier, Professeure des universités, Sciences Po Saint-Germain-en -Laye

Immigration and border control as trail: Intractable policy problem or symbolic politics

Conférence
  • ©Kehl, Germany ©Kehl, Germany

Immigration and border control are prominent issues in the 2022 campaigns of the declared candidates of the Right and radical right (V. Pécresse, M. Le Pen and E. Zemmour) that use their strong stances as ideological markers. Issues linked to migrants’ integration also polarize debates within the Left. The Macron Presidency and Interior ministers have from the start vowed to be “firm” on immigration, with a law passed on 10 September 2018, the 28th such law since 1980. The government has also implemented very strict borders’ policies, with a continuance of internal Schengen checks at the borders between France, Italy and Spain, or cooperation with the UK in the Calais region to disperse potential migrants’ crossings. The current French presidency of the EU Council of Ministers has pledged to “reform Schengen.” How can we assess French policy during the last five years and the role of immigration in election time compared to other countries, in Europe or beyond? Is immigration an “intractable policy problem” or a matter of symbolic politics for incumbents and candidates? Do we overstate the importance of immigration in voters’ decisions? While the invasion of Ukraine and the millions of persons fleeing war has changed some public stances on refugees, does it affect voters' opinions, priorities and partisan positions?

Speakers

James Hollifield, Ora Nixon Arnold Professor in International Political Economy and Director of the Tower Center at Southern Methodist University (SMU) in Dallas, Texas and Visiting Professor at the Paris Institute for Advanced Study (IAS).

Nonna Mayer , CNRS Research Director Emerita at the Centre for European Studies and Comparative Politics (CEE) of Sciences Po, specialist in electoral sociology and in particular the extreme right, racism and anti-Semitism.

Chair

Virginie Guiraudon, CNRS Research Director at the Centre for European Studies and Comparative Politics (CEE) of Sciences Po, Specialist in migration and European policies.

PhD Candidate in comparative politics and representation

Job Application
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

PhD Candidate in comparative politics and representation (ANR-DFG programme UNEQUALMAND)

The Center for European Studies and Comparative Politics (CEE) at Sciences Po invites applications for a PhD fellowship on political inequalities in mandate representation, as part of the ANR-DFG project "Unequal mandate responsiveness? How electoral promises and their realizations target groups in France and Germany" (UNEQUALMAND).

The position is announced for a period of 3 years. There are no teaching obligations. Yet, a daily involvement in the project’s and research center’s activities is expected. The starting date for the fellowship is 1 September 2022.

Environment: The Center for European Studies and Comparative Politics

The CEE is a joint research unit of CNRS (UMR8239) and Sciences Po. It was founded in 2005 to pursue three main missions: to develop research on European questions and comparative politics at Sciences Po; to facilitate Sciences Po’s insertion in European research networks; to foster the European debate on the future of Europe. The quality of the CEE was acknowledged by the CNRS, granting a full integration of the CEE.

It is currently bringing together 34 full-time researchers and professors, 26 PhD students, and a large number of research associates and guest researchers. They form a strong team through their shared approach to research and participatory governance. The Centre’s researchers are affiliated with four departments (political science, sociology, law and history), with the School of Research as well as with the Paris School for International Affairs (PSIA), Urban School and School of Public Affairs.

Most of the research projects carried out at the CEE adopt an international and/or comparative approach, and the results are published in international peer-reviewed journals. About 90 scientific events take place every year, gathering scholars, media and civil society. The CEE contributes to the structuration of the European Research Space in social and political sciences, especially through the design and management of various programs and partnerships supported by EU institutions like the European Research Council ( http://www.sciencespo.fr/centre-etudes-europeennes/fr ).

With international research as its main purpose, the CEE sets major emphasis on PhD students’ training and supervision.

The PhD will benefit from all the facilities at Sciences Po, including a workplace, an extended access to the library and the electronic resources and a scientific support within the research center. This includes opportunities to develop scientific exchange as part of the teams working on the center’s various key themes, in particular on “strains on democratic representation” and “the state as producer of public policies”.

Project

Led by Isabelle Guinaudeau, Elisa Deiss-Helbig and Theres Matthiess, UNEQUALMAND examines political (in-)equality in France and Germany through the lens of group representation, with a focus on mandates and their realization in the form of policies. The project looks at the supply as well as the demand-side of political competition. How do pledges and fulfilled policy appeal to groups with different characteristics? How and under what conditions do citizens respond to group targeting in electoral manifestos (prospective) and pledge fulfillment (retrospective)? These questions will be addressed using an innovative research design that combines data on electoral promises, surveys, experimental designs, and case-studies. The project is based at Sciences Po, the University of Trier, and University of Stuttgart.

Job description

The tasks include:

• Own scientific qualification (PhD)

• Involvement in collecting the data relevant to own PhD research

• Case studies on group-targeting in electoral pledges and effective policy

• Supporting the organization of team meetings and workshops

• Assistance with project reports and publications

Supervision and PhD programme

• The PhD will be co-supervised by Isabelle Guinaudeau and Emiliano Grossman at Sciences Po, CEE, with additional opportunities to exchange with the UNEQUALMAND international research team.

• The successful candidate will be enrolled in the PhD programme of Sciences Po (School of Research) and the work will result in a doctorate in political science.

Requirements are:

• a master's degree in political science or a related discipline,

• excellent academic track record

• interest in research on representation, party competition, voting, and/or political inequality,

• ability to work both in a team and independently

• excellent French and English language skills

Desirable, but not required:

• Knowledge of German

• Knowledge of social science methods, text analysis, statistical software (e.g. R, Stata) and/or mixed methods

• Knowledge of LaTeX

• Knowledge of Git

We offer

In addition to the benefits of taking a team PhD as part of UNEQUALMAND, Sciences Po offers:

• Competitive salary

• Academically stimulating working environment

• Vibrant, integrated and international research community

Application procedure

Applications must be submitted by 18 May 2022:

Online Admission: The application must be submitted exclusively online, according to the Admissions calendar.

https://www.sciencespo.fr/ecole-doctorale/en/content/admission-phd.html

The application must include the following documents:

• Copy of ID

• Letter of motivation

• Outline of ideas for the doctoral project (2,000-3,000 words) and a summary

• Copy of BA and MA (if already available) degree diplomas

• CV with full summary of education, practice, academic and non-academic work experience, language proficiency, positions of trust, and other qualifying/extra-curricular activities. The period of enrolment (admission-completion) in the Master’s study programme must be specified

• If applicable: up to two academic publications (i.e. MA thesis or published articles)

• Optional: up to two references

As the application is completed, please send an email to Linda Amrani, General Secretary of the CEE ( linda.amrani@sciencespo.fr ) to confirm that you have applied for the UNEQUALMAND PhD position.

Equally well qualified disabled persons will be given priority. Women and people with an immigration background are expressly invited to apply.

If you have any questions, please send an e-mail to Isabelle Guinaudeau (iguinaudeau@gmail.com)

Job interviews are planned for 31 May, 2022.

Présidentielle 2022 : Les démocraties à l’épreuve de l’extrême droite en France et en Europe

Débat
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Le 24 avril, pour la troisième fois dans l’histoire de la Ve République, une candidate de l’extrême droite sera présente au second tour de l’élection présidentielle et pourrait arriver à l’Elysée. Cette possibilité soulève une série d’interrogations : que représente exactement cette famille politique historiquement et présentement, quel est son programme politique, économique, social et culturel, de quelle base sociologique dispose-t-elle, qu’est-ce que sa force actuelle révèle-t-elle de l’état de la démocratie française ? Politistes et historiens répondront à ces questionnements dans une première table ronde.

Mais la France n’est pas un cas exceptionnel. Nombre de pays européens enregistrent une progression de l’extrême droite qui peut constituer une force importante d’opposition mais aussi accéder au pouvoir et gouverner, instaurant, dans certains cas, des démocraties illibérales. Au Parlement européen, les représentants de ces partis tentent d’imposer leurs orientations critiques de l’Union européenne. Le seconde table ronde s’intéressera à l’analyse des caractéristiques et aux développements de l’extrême droite en Europe.

Première table ronde sur "L'extrême droite en France" avec :

  • Martial Foucault , Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF)
  • Florence Haegel , Centre d’études européennes et de politique comparée de Sciences Po
  • Eric Heyer , Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE)
  • Nonna Mayer , Centre d’études européennes et de politique comparée de Sciences Po
  • Gilles Richard, Société française d’Histoire politique.

Seconde table ronde sur "L'extrême droite en Europe" avec :

Les tables rondes seront animées par deux journalistes de France Culture Emmanuel Laurentin et Chloé Cambreling.

Poor housing of the Roma community in five European cities

Research
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Discrimination and poor housing of Roma communities have, unfortunately, become commonplace in many European cities (Paris, Barcelona, Milan, Gyöngyös, Miskolc); these phenomena of misery require new public and human investments. Through his investigation, Piégés dans un taudis ? Discrimination et privation des Roms en matière de logement dans les villes européennes published in March 2022, Tommaso Vitale (a research professor at Sciences Po's Center for European Studies and Comparative Politics) traces the unique trajectories of individuals experiencing more than just housing difficulties.

A SOCIALLY ADMITTED POVERTY

By giving voice to more than a hundred Roma, the research directed by Tommaso Vitale makes it possible to understand that "housing conditions depend on many urban socio-geographic factors, including residential, ethnic and social segregation, lack of infrastructure and public services.

The 128 qualitative interviews conducted highlighted similarities in the housing conditions of interviewees across cities and countries. Some situations, such as living in one common room in the home, but also having limited access to running water and energy (electricity and gas) are very common.

Social assistance measures exist to combat this high level of insecurity. However, they are not well received by the people interviewed. Some solutions manage to meet immediate housing needs, but at what cost? They have many failings, and sometimes do not guarantee access to the rudimentary elements of decent housing.

Tommaso Vitale links the deteriorating housing and living conditions of Europe's largest ethnic minority to public policies based on the principle "that you must first integrate and then eventually get a house. The wills and behaviors of public decision-makers must thus be observed in order to understand the concrete implementation of housing policies for Roma in the cities analyzed.

INAPPROPRIATE URBAN POLICIES

The public wills and policies to fight against the poor housing of Roma populations exist and are regularly mobilized in the framework of urban policies. This report highlights the importance of the formation and development of the skills of staff and social workers. The approaches of the administrative and social services to the target groups appear to be decisive elements in the allocation of housing and the social future of its inhabitants. This is why the research also included 10 focus groups, two in each country, with activists, social workers, local administrators and representatives of government agencies.

"Too many demagogic attempts have not produced sustainable solutions: we need to change our perspective. Family housing can be a fundamental starting point for any integration journey: it provides the stability needed for schooling, training and work. Traditionally, however, it is considered the point of arrival, which is reached when other preconditions have been met. To put housing at the top of the priority list is to emphasize a right that is not protected for many categories of the population. In particular for the Roma". Luciano Gualzetti, (Director of Caritas Ambrosiana)

The lack of transparency regarding the rules for the allocation of housing, the ethnic and racial discrimination, the failure to listen to the real needs of the population do not allow the application of equitable measures and thus testify to public policies not thought out for a complete social inclusion of the Roma in Europe.

After reaffirming politically the primacy of the right to housing, the research insists on the reinforcement of social work towards Roma populations. This support must be provided over a long period of time and be oriented towards a preventive approach to the financial difficulties that families encounter.

Read the investigation Piégés dans un taudis ? Discrimination et privation des Roms en matière de logement dans les villes européennes

A PROJECT AND DEDICATED SEMINARS

The R-Home project led by the CEE intends to disrupt these mechanisms of exclusion by placing at the center individuals and families showing "a very strong commitment to go beyond their own condition". A research project on housing and Roma, it studies the housing conditions of Roma minorities in most EU member states. The mechanisms and processes of discrimination and exclusion are studied in a systematic and comprehensive way.

Tags :

Poliverse : Un regard scientifique et accessible sur la campagne présidentielle

Blog
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Lancé en mars 2022 à l’initiative d’un collectif de chercheuses et chercheurs*, le blog Poliverse propose un éclairage original sur la campagne présidentielle et la vie politique française à partir de données et analyses issues de recherches en science politique. Objectifs : informer les citoyennes et citoyens et inviter à recentrer la campagne sur les débats de fond.

Des clés pour mieux comprendre la présidentielle 2022

Emiliano Grossman (Sciences Po, CEE), Benjamin Guinaudeau (Université de Constance), Isabelle Guinaudeau (Sciences Po Bordeaux, Centre Emile Durkheim, CNRS) et Simon Persico, (Sciences Po Grenoble, Pacte) posent le constat d’un fossé croissant entre vie politique et citoyens, et d’une nécessité à rendre plus lisible cette prochaine échéance démocratique et sa campagne.

Cette campagne présidentielle de 2022 apparaît comme singulière au regard de ses prédécesseurs. Dans un premier temps, l’implication limitée d’Emmanuel Macron aux joutes médiatiques et sa candidature tardive ne permettent pas l’examen nécessaire d’un quinquennat très riche. Ponctué par une crise sanitaire sans précédent et des frondes sociales inédites, à l’image de celle des « gilets jaunes », il mérite qu’une analyse rétrospective lui soit portée.

On assiste également à l'introduction de nouveaux acteurs politiques et médiatiques, aux codes parfois très éloignés des formes habituelles de communication politique. L’omniprésence du « buzz », les prises de paroles très formatées pour le digital tendent à reléguer au second plan les enjeux politiques et sociaux inhérents au scrutin le plus décisif de notre système démocratique. 

Les enquêtes montrent que les Françaises et les Français se sentent mal représentés par leurs élus et que l’écart continue de se creuser entre la vie politique et institutionnelle, d’une part, et les citoyens, de l’autre. Le sentiment de méfiance qui s'ensuit à l'égard des institutions devient alors la toile de fond de cette campagne.

Face à ses nombreux enseignements, Poliverse entend recentrer l’élection présidentielle de 2022 sur ce qu’elle implique, en mettant à disposition de chacune et chacun des fiches explicatives, des données factuelles et des analyses issues de recherches académiques indépendantes, le tout présenté de façon accessible. 

Consultez Poliverse

Une plateforme pluridimensionnelle

La mission de Poliverse se voulant être des plus complètes, la plateforme s’appuie sur trois rubriques principales :

  • La Présidentielle, c’est pas compliqué : des notices et vidéos explicatives introduisent les institutions françaises et leurs fonctionnement dans des termes simples, pour une compréhension complète des règles du jeu.

  • La Présidentielle, jour après jour : des notes d'analyse donnant la parole à des chercheurs et chercheuses en science politique. On y retrouve des clés d'analyse permettant de décrypter les enjeux au fil de la campagne.

  • Données : des tableaux de bords permettent d'explorer et de visualiser les données produites dans le cadre des recherches menées par le collectif.

Le CEE et l’ensemble des chercheuses et chercheurs associés du Centre vous invitent à découvrir et faire partager l’initiative Poliverse.

Contact : info@poliverse.fr

*​​Chercheuse et chercheurs à l’origine de Poliverse :

Conference Politeia

12/3 : Présidentielle 2022 : les partis politiques ont-ils encore un sens ?
avec Rémi Lefebvre, politiste, Université de Lille
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Retrouvez la vidéo de la conférence

Tags :

Le CEE s'installe au 1 place Saint-Thomas d'Aquin, Paris 7

  • Une partie de l'équipe du CEE au 1 place Saint-Thomas d'Aquin, Paris 7Une partie de l'équipe du CEE au 1 place Saint-Thomas d'Aquin, Paris 7

Découverte du site en quelques photos

@Martin Argyroglo_Sciences Po

@Caroline Mauffroid

@Martin Argyroglo_Sciences Po

Caroline Maufroid_ciences Po

 

Caroline Maufroid_ciences Po

Caroline Maufroid_ciences Po

Caroline Maufroid_ciences Po

Photos @Martin Argyroglo / Sciences Po et @Caroline Maffroid / Sciences Po

Tags :

Ulrike Lepont, chargée de recherche CNRS au CEE de Sciences Po

présente dans cet entretien son parcours ainsi que ses travaux de recherche
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Retranscription de la vidéo

Ulrike Lepont, chercheuse en science politique au Centre d'études européennes et de politique comparée (CEE) de Sciences Po, présente dans cet entretien son parcours ainsi que ses travaux de recherche.

Ses recherches actuelles portent sur les politiques d'investissement public en Europe et interrogent la transformation du rôle de l'Etat dans l'économie après les crises économiques de 2008 et 2020.

Question 1: Pouvez-vous nous présenter votre parcours?

J’ai obtenu un master 2 recherche à Sciences Po en sociologie de l'action publique.

J’ai ensuite réalisé une thèse à  Montpellier sous la direction de William Genyes au sujet des experts les plus consultés par les décideurs américains sur les réformes de protection maladie des années 70 à la réforme Obama de 2010.

Il s’agit d’une période de transformation assez importante dans l'agenda des partis politiques américains, à la fois républicains et démocrates, sur les questions de protection maladie.

J'ai croisé à la fois une sociologie des réformes et de l'action publique, pour analyser le rôle de ces experts dans l'évolution des programmes, avec une sociologie des savoirs et des connaissances pour comprendre les conditions sociales et politiques de production des savoirs qui sont à disposition des décideurs publics. J’ai également mobilisé une sociologie de l'État.

J'ai montré que ces experts, qui étaient essentiellement attachés à des centres d'expertise non gouvernementaux, constituaient une forme de péri administration ainsi qu’un vivier pour les décideurs politiques américains relativement comparables sur bien des points à une haute fonction publique européenne.

Suite à cette thèse, pour laquelle j'ai reçu le prix de thèse de thèse de l'Association Française de Science Politique, j'ai effectué trois post-docs.

Le premier avait lieu au Centre de Sociologie des Organisations (CSO) à Sciences-Po sur les politiques de la recherche. J’ai plus exactement  travaillé sur le dispositif des Labex.

Ensuite, j’ai fait mon autre post-doc dans le cadre d'une ANR qui portait sur les politiques économiques de la France après la crise de 2008.

J'ai terminé par un post-doc pour lequel j'ai rejoint à nouveau mon directeur de thèse, William Genyes, sur un programme Pro Act, portant sur les politiques de santé en France et en Allemagne après la crise de 2008.

Au cours de cette période, j'ai publié plusieurs articles sur ma thèse.

En parallèle, j'ai également commencé à réorienter mes projets de recherche sur les politiques économiques.

Je m’étais déjà intéressée pendant ma thèse à la sociologie des économistes et aussi aux théories économiques et notamment à leur influence sur l'action publique.

Ce sujet me semblait être matriciel dans l'analyse de l'action publique. J'avais donc envie d'être au cœur des enjeux. C’est au cours de l’ANR que l’occasion d’explorer empiriquement ces questions s’est présentée à moi d’explorer.

Question 2: Pouvez-vous nous exposer vos travaux de recherche actuels?

Mes travaux de recherche portent sur les politiques publiques d'investissement en Europe à partir du cas français, allemand et de l'Union européenne.

J’entends analyser ces politiques dans le sens où elles sont révélatrices de transformations profondes du rôle de l'État dans l'économie, ce qui renvoie à une sociologie des transformations à la fois du capitalisme et de l'État.

En effet, depuis la crise du COVID, on parle énormément des politiques d'investissement, des plans d'investissement.

Mon hypothèse, que j’ai commencé à formuler avant la crise du COVID? repose sur deux  points.

D'abord, ce regain d'intérêt pour l'investissement public, ne date pas de la crise du COVID, il remonte au moins à la crise financière de 2008. Il s’agit d’une période durant laquelle s’opère une transformation progressive de la manière d'envisager le rôle de l'État dans l'économie. L'État a un rôle moteur à jouer pour favoriser la croissance et doit répondre à une défaillance du marché qui ne prend pas suffisamment de risque. C'est un changement progressif qui fait rupture avec l'idée de l'État régulateur et qui se diffuse en Europe dans la décennie 2010.

Le deuxième point de mon hypothèse est le suivant:  contrairement au prétendu retour de l’Etat keynésien, ces politiques d'investissement prennent des modalités qui sont très différentes de celles de l'investissement public d'après-guerre.

Il ne s’agit pas pour l'Etat de se substituer au marché comme cela a pu être le cas durant l'après-guerre mais plutôt d'encourager le développement de l'activité de marché dans un périmètre qui demeure assez limité aux politiques industrielles.

Cela se remarque aussi au niveau des instruments d'action publique puisqu’on est passé de modalités basées sur la subvention à des modalités financiarisées.

Par conséquent,  mon projet consiste à la fois d’analyser la genèse, ce parcours de transformation dans les conceptions du rôle de l'État mais aussi d'analyser précisément la forme et les modalités qu'elle prend.

Question 3: Pour quelle(s) raison(s) avez-vous intégré le CEE?

J'ai rejoint le CEE parce que mon projet de recherche se situe à la croisée de deux axes très présents au sein du CEE. Il s’agit d’un axe centré sur l'économie politique et la transformation du capitalisme et d’un axe centré sur les transformations de l'État.

Ce sont deux axes au sein desquels j'entretiens des collaborations et avec lesquels j'espère pouvoir poursuivre et enrichir davantage mes collaborations.

Par ailleurs, il s’agit d’un laboratoire très dynamique qui me permettait aussi une ouverture à l'international.

Cette dimension internationale me semblait constituer un important atout pour mes recherches en économie politique qui est un champ  très internationalisé.

Entretien: Myriam Sefraoui, Chargée de médiation scientifique (CEE)

Tags :

Meet the speakers

TEPSA Network French Presidency
  • Meet the speakersMeet the speakers

Download here to meet the speakers (PDF 49 Ko)

Tags :

TEPSA Recommendations to the incoming French Presidency

  • TEPSA Recommendations to the incoming French PresidencyTEPSA Recommendations to the incoming French Presidency

TEPSA Recommendations to the French

Presidency of the Council of the European Union

On 9 December 2021, the TEPSA Recommendations to the incoming French Presidency of the Council of the EU were presented to David Cvach.

On the occasion of TEPSA’s French Pre-Presidency Conference, the TEPSA Recommendations to the upcoming French Presidency of the Council of the European Union were formally presented to David Cvach from the French Ministry of Foreign Affairs by Dr. Nicoletta Pirozzi (IAI, Italy), Dr. Funda Tekin (IEP, Germany), and Dr. Ilke Toygür (Elcano, Spain).

The main message of the TEPSA Recommendations is that one of the key issues for the upcoming leadership of the Union is how to Europeanize the French Presidency – meaning, how to make sure that European priorities and solutions put forth by the French Presidency respond to wider European, and not merely French, interests and views. In the meantime, reinforcing the Franco-German alliance will also be on the table since Germany is getting ready to send its new leader to the European Council. Three areas are going to be extremely important. Defining what “strategic autonomy” should entail; the execution of the recovery fund; and converting the results of the Conference on the Future of Europe into something tangible.

Further recommendations were discussed with researchers from the TEPSA Network. Francesco Saraceno (Sciences Po OFCE) calls on the French Presidency to create a central fiscal capacity to build a Europe better equipped to deal with future challenges; Héctor Sánchez Margalef (Barcelona Centre for International Affairs & TEPSA) urges the French Presidency to enhance the EU’s influence in the Southern neighbourhood and adjacent regions (Sahel, Horn of Africa, Arabian Peninsula) as well as bringing the Mediterranean higher on the EU agenda. Finally, Roderick Parkes (German Council on Foreign Policy & TEPSA) calls on the French Presidency to focus on transforming the EU into a military-strategic actor, since the Strategic Compass is due to be endorsed by the European Council in March Next year.

Upon reading the Recommendations, Mr Cvach commented: We don't want to use our Presidency to push our agenda down the throats of the other Member States. But Europe is about cooperation, about taking a higher view than the national interest […] your TEPSA Recommendations may actually prove to be followed by the French Presidency. Jim Cloos, Secretary-General of TEPSA encouraged the French Presidency to face challenges head-on: "You have to hope for the best, and then take what comes".

Download the Recommendations TEPSA Network French Presidency (PDF 499 Ko)

Video: TEPSA Recommendations to the French Presidency

Tags :

Joost de Moor, Assistant Professor in Political Science, presents his background and shares his current research

  • Joost de Moor - picture @Alexis LecomteJoost de Moor - picture @Alexis Lecomte

 Joost de Moor

Retranscription de la vidéo

Joost de Moor presents his background and shares his current research.

He is an Assistant Professor in Political Science at Sciences Po’s Centre for European Studies and Comparative Politics (CEE).

Joost de Moor’s research and teaching cover environmental politics, social movements, and political participation, using quantitative, qualitative and mixed-methods as well as comparative and case-study designs.

Question 1: Can you present your background?

My name is Joost de Moor, an interdisciplinary social scientist, combining backgrounds in cultural sciences, anthropology, political science, sociology, and applying that in both fields of urban studies and environmental studies.

So, I combined quite a few disciplines, but there is a clear line running through those fields where I combine an interest in how citizens engaged in politics very broadly speaking, both individually, through individual acts like signing petitions, joining demonstrations, and political consumerism. As well as how citizens engage in politics, more in collectives, which we tend to call social movements.

I did my PhD at the University of Antwerp, where I focused in particular on how this kind of engagement of citizens in politics takes place in the context of political globalization.

So, there's two main ways to understand political globalization.

On the one hand, it means it speaks to the fact that many of our most important problems have become global in nature and the best example to give here is probably climate change, which requires us to address at the global level. No single country can address this problem.

At the same time, our political decision-making processes themselves have become more politically more globalized. So, we're probably a few decades ago, the nation state was still the obvious center of power that citizens would then also turn towards.

State is still important, but alongside the state many other things have become important. Corporations have become more powerful. International organizations have become more powerful and so one of the things that I was particularly interested in is how citizens navigate that more complicated political field when they want to get something done.

Who did it turn to? One of the main changes in political participation and social movement activism that I've focused on in my PhD in response to this changing context, is the emergence of DIY activism or do-it-yourself activism.

One form of that is that citizens start doing politics in their everyday life. So, they start changing their lifestyles, their consumption, either individually or collectively, to directly make an impact on the thing that they worry about, such as the environment.

And the other form of do-it-yourself activism is to take matters into your own hands in terms of stopping things.

So, that is how I turned my attention to environmental politics, which is the topic that I still work on today.    

Question 2: Can you present your current research?

In my second postdoc at Stockholm University, I turned my attention to the question or the observation that in our society today people are becoming increasingly doubtful about whether we can still do something about the most important problems facing us, especially climate change.

So, I compared five European cities and looked at how climate activists in those cities deal with this kind of doubt and fear. And in particular, I looked at how this influences their strategizing.

So, what I found was that across all these five cities, many climate activists indeed shared his doubt. It changes from one moment to the next. Someday they might be more hopeful than the next, but there is definitely this fear as a central element of climate activism today.

The thing that I wanted to understand is how it is possible that at the same time this doesn't seem to have such a big influence on our strategizing.

What I found was that climate activists are actually very good at continuing their activism, continuing campaigning to stop climate change, or at least making sure that dangerous climate change doesn't happen, even though they were very doubtful about the potential success of this campaign.

This fits within a broader research agenda that I'm still pursuing today, namely an agenda that tries to understand how climate activists think about the future.

We are, I think, all facing quite uncertain futures and climate activists have to imagine what futures they are trying to avoid as well as what kind of futures they are trying to achieve.

And what we want to understand in a research project that I'm conducting together with several Swedish research colleagues is: how climate activists make sense of this uncertain future and how the way in which they make sense of this future shapes their activism?

So, how does it shape their strategies? How does it shape their goals and ultimately what we want to understand is how they shape their strategies in response to these doubts as an influence on wider society?

So, on public opinion and ultimately on political decision making and taking this research into the future, what I really want to understand is how in the context of the Anthropocene, where the impact of humans on the planet has taken such a geological proportion.

That it actually undermines some of the original foundations of our modern state and our modern democracies.

In that context, how might democracy and the state be evolving?

I think that looking at climate activism today gives us a window into that future and an opportunity to try and understand what might be coming towards us in terms of how we organize society politically.

Question 3: Why did you choose Sciences Po and more specifically the CEE as your laboratory?

I chose to come to Sciences Po because I think it is one of the most vibrant Centers for social science in Europe. One of the things that I like in particular about Sciences Po is its interdisciplinary nature, which fits very well with my profile. Political scientists, sociologists, economists talking to each other around shared problems like the environment.

And with regards to the Center for European Studies in particular, I think each of these qualities are represented very strongly that the CEE has a very strong environmental profile. It's focused on political science, but at the same time also has a clear interdisciplinary dimension and its research organized along four axes for topical folky that really fit with my own interest and it clearly overlaps with my interest in how we organize environmental challenges as a society.

So, there is the axis to democracy addresses which fits well with my focus on how citizens participate in politics. There is the axis of the city which matches well with my focus on how environmental and climate politics are organized in the city.  And there is the axis on how the state is organized and continuously being reimagined and reinvented in our society, which perfectly fits with my future research agenda to understand how this state and democracy will develop going into the Anthropocene.

It’s, I think, the perfect place for me to develop my career and to develop this image of a distributor and how we can organize environmental politics in the future.

Interview  Myriam Sefraoui, scientific mediation, (CEE)

Tags :

Feedback on the 2022 French Presidency of the Council of the European Union Conference

9 & 10 December 2021, TEPSA & Sciences Po, CEE
  • @patrice6000_shutterstock@patrice6000_shutterstock

CEE, CNRS, TEPSA

Opening Remarks from the members of the TEPSA network in the coming French Presidency of the Council of the European Union

The conference on the 2022 French Presidency of the Council of the European Union TEPSA French Pre-Presidency Conference’ was co-organised with the Trans European Policy Studies Association (TEPSA) on 9-10 December 2021. This initiative is co-funded by the Europe for Citizens programme of the European Union. The conference has offered a unique opportunity of dialogue between academics and decision-makers from different Member States.

Recommendations from the members of the TEPSA network in the coming French Presidency of the Council of the European Union

The main message of the TEPSA Recommendations is that one of the key issues for the upcoming leadership of the Union is how to Europeanize the French Presidency – meaning, how to make sure that European priorities and solutions put forth by the French Presidency respond to wider European, and not merely French, interests and views. In the meantime, reinforcing the Franco-German alliance will also be on the table since Germany is getting ready to send its new leader to the European Council. Three areas are going to be extremely important. Defining what “strategic autonomy” should entail; the execution of the recovery fund; and converting the results of the Conference on the Future of Europe into something tangible.

EU Green Deal

The recovery plan for Europe is supposed to contribute partly to the climate transition of the EU. A few months after its implementation this panel offers an assessment of the green dimension of Next Generation EU asking a simple question: does the Recovery and Resilience Facility genuinely tackle the environmental issue?

The Macroeconomic Capacity Of The EU

The recovery plan for Europe has provided an unprecedented endeavor at the EU level to support European economies. This panel questions the very nature of the plan through an analysis of the content of the Recovery and Resilience plans implemented within Members state. Are they boosting economic growth? Do they participate in the structural transformation of national economies? How does the EU deal with the risk that the new facilities focus on short term expenditures?

Rule of law and democratic backsliding

The EU has been struggling to develop an effective response to democratic backsliding and rule of law violations among its member states. Can the new rule of law conditionality for EU funding help overcome the current deadlock? Which other existing tools can the EU draw on, and which remain to be developed? And how can the EU tackle democratic backsliding among candidate countries?

The Future of European Integration

The reflection on the future of Europe sees an important development in 2021with the Conference on the Future of Europe which aims at fostering a participatory democracy and inclusive reform, giving a voice to the European Citizens. The panel will offer a first opportunity to assess the results and functioning of the Conference. It will also consider the issue of differentiated integration as a possible path for the future developments of the European political project.

The EU as a Global Actor

The EU is facing a multitude of challenges in its external relations: the need to rebuild a strained transatlantic partnership with the new Biden Administration, Russia’s presence in the neighborhood and its active support for the Lukaschenko regime in Belarus, and an increasingly assertive China that is expanding its economic presence in Europe. Is the current institutional set-up sufficient to allow the EU to play a strong role internationally? How to ensure European unity when individual member states are reluctant to join common initiatives or positions? Which tools for an effective European foreign policy?

Strategic Autonomy of EU

European sovereignty, strategic autonomy and a ‘geopolitical Europe have become buzzwords in the debates on Europe’s position in the world. How to fill these words to life? Which concrete actions does the EU need to take to ensure its voice is heard both in Europe and beyond? And how can member states rally around a common vision for Europe’s strategic positioning?

Concluding Remarks at TEPSA’S 

PPC Paris covered an impressive range of key issues, from the green and digital revolutions to the implementation of the Recovery and Resilience Fund and economic governance. It also discussed a number of more horizontal and rather formidable challenges the EU faces. Some are internal and generate heated debates within the Conference on the future of Europe; there are divergences of views on the functioning of democracy and rule of law and different readings of what European solidarity means. Others are external, hence the importance of working on strategic autonomy, i.e. the capacity to act and to actively shape the world. While speakers recognized the difficulty of the tasks ahead, they mostly expressed cautious optimism on the capacity of the EU to live up to the challenges

To know more

  • Contributions to the recommendations from members of the TEPSA Network to the French Presidency: The introduction to these recommendations have been summarised by the TEPSA Recommendations team and published as an opinion article in EUObserver. You can read the op-ed here.

 

Supported by

co-funded by the Eurpe for Citizens programme of the EU, Integrating Diversity in the EU, Parlement européen Bureau de liaison en France, This project has received funding from the EU's Horizon 2020 research and innovation programme under grant agreement N° 822304

Picture: patrice6000_shutterstock

Tags :

Pierre Charbonnier, chargé de recherche CNRS

Nouveau chercheur au CEE
  • Pierre CharbonnierPierre Charbonnier

Pierre Charbonnier

Retranscription de la vidéo

Philosophe, chargé de recherche CNRS à Sciences Po (Centre d'études européennes et de politique comparée), Pierre Charbonnier est ancien élève de l'École Normale Supérieure, agrégé et docteur en philosophie.

Ses travaux portent sur l’épistémologie et les formes de pouvoir associées au gouvernement de la nature dans les sociétés modernes.

A travers cet entretien, il nous livre son parcours.

Question 1 : Quel est votre parcours ?

Je suis Pierre Charbonnier, j’ai 38 ans. J’ai un parcours très classique de philosophie.

Je suis un ancien élève de Normale Supérieur. J’ai ensuite passé l’agrégation.

À ce moment-là, j’ai commencé à m’intéresser à des choses qui sortaient un petit peu du cadre de la philosophie telle qu'on l'enseigne dans les universités habituellement puisque j’ai abordé l’histoire de l'anthropologie sociale française.

J’ai élaboré une thèse sur la façon dont les sciences sociales, essentiellement en France, supposent les rapports entre nature et société.

On était au début des années 2000, les publications importantes de Bruno Latour, de Philippe Descola remettaient beaucoup en question la façon dont le social et le naturel s’articulent l’un à l’autre dans l’histoire des idées dans la trajectoire politique et sociale des sociétés occidentales.

J’ai voulu prolonger ces enquêtes là sur le mode encore des idées, en me demandant comment l'anthropologie avait géré le conflit de frontière entre ce qui relevait du social et du naturel. Cela a donné un premier livre qui s’appelle La fin d’un grand partage.

C’est à la suite de ces premiers travaux que j’ai été recruté par le CNRS.

J’ai eu la chance d’être recruté assez vite donc assez tôt pour disposer de beaucoup de temps afin de mener des travaux de recherche de fond.

Affecté dans un laboratoire de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), j’ai été amené à fréquenter la sociologie, l'économie, l’anthropologie et à être un petit peu en marge de la philosophie classique.

C'est autour de 2010-2012 que j’ai lancé un nouveau projet de recherche, qui a abouti à un nouvel ouvrage Abondance et liberté. Il relevait plus classiquement de la philosophie politique car le problème que je me suis posé dans ce livre était le suivant :  quel lien existe-t-il entre le processus de conquête de la liberté et les relations collectives à la nature ?

J'ai donc essayé de développer une méthode pour capter la façon dont l'univers normatif du droit, de la politique, de l'économie était toujours mis en contact avec des questions agraires, industrielles, de ressources, et des questions de territoire. C'est ce que j’ai appelé l'histoire environnementale des idées.

C'est ainsi que j’ai travaillé ces dix dernières années à essayer de comprendre, d’analyser la façon dont l'encadrement de la nature par des moyens institutionnels, économiques, idéologiques va de pair avec la trajectoire des idées politiques modernes.

Question 2 : Pourquoi avoir intégré spécifiquement le CEE ?

Je suis arrivé au Centre d’études européennes et de politique comparée (CEE) il y a quelques mois pour plusieurs raisons.

Je n’ai jamais fait partie de l'univers philosophique classique. J’ai toujours travaillé dans des laboratoires interdisciplinaires essentiellement auprès de sociologues, de juristes.

Je reste quelqu’un qui a une approche théorique, conceptuelle des problèmes dont le travail de conceptualisation est nourri par les approches d’autres sciences sociales

Je partage avec la plupart des collègues du CEE un langage intellectuel commun, par exemple les approches du capitalisme dans les termes des sciences des techniques.

De plus, dans le CEE, il existe une réflexion collective sur le point de jonction entre les transformations du capitalisme et les transformations conjointes de l’appareil d'État (de la bureaucratie, de la gouvernementalité).

Il me semble que l'impératif écologique doit être posé à l'intersection de ces deux enjeux.

Question 3 : Sur quoi portent vos recherches en cours ?

En ce moment, j’ai deux travaux en cours, le premier ne relève pas de la recherche.

C’est un travail de bilan (publié aux Presses de Sciences Po) dans lequel j’ai essayé de restituer une synthèse de débats qui ont eu lieu dans les sciences sociales autour de la question du climat, de l’environnement, de la biodiversité. C’est un livre lié à des cours que je dispense à Sciences Po depuis deux ans.

Il m’a semblé qu’il était temps de faire un bilan d’étape sur la façon dont les concepts en sciences sociales changent à l’épreuve de la crise planétaire sur les controverses qui animent les sciences sociales, les sciences humaines.

En parallèle, je travaille sur un projet qui qui s'inscrit dans la veine d’Abondance et Liberté. Je réemploie la méthode qui d’histoire environnementale des idées politiques pour m’intéresser à un autre problème. Il n'est plus question du lien entre abondance et émancipation mais du lien entre abondance ou croissance et la question de la paix.

Disons que c'est une énigme politique et politique qui suscite chez moi et chez d’autres l’envie de revisiter une histoire, de raconter autrement le lien qu’on établit classiquement entre croissance et stabilité internationale.

J’espère ainsi arriver à intégrer à la philosophie politique contemporaine les problèmes très directs qui sont soulevés par la géopolitique du climat, la géopolitique des énergies.

Il s'agissait de débats sur les modèles énergétiques et politiques industrielles.

Je crois que ça change tout à la conception donnée aux équilibres internationaux.

Enfin, le lien entre modification du système de croissance et des systèmes de protection sociale est abordé dans un autre projet. Ce sera un travail collectif avec les personnes du CEE et probablement d’ailleurs aussi.

 

Tags :

6 doctorantes et doctorants ont rejoint le CEE

  • Les nouveaux doctorants du CEELes nouveaux doctorants du CEE
  • Meryem Bezzaz (CEE & MaxPo): Natural ressources and international cooperation: price, competition and the new business power sous la direction de Cornelia Woll
  • Marius Bickhardt : La surpopulation à l’ère de l’Anthropocène : rareté, abondance et inégalités, du XVIIIe au XXIe siècle sous la direction de Pierre Charbonnier
  • Jens Carstens: Left-Behinds and Distrust – The legacy of Austerity policies in the European Union? under the co-direction of Jan Rovny and Emiliano Grossman
  • Léo Grillet : La nature des anarchistes : une avant-garde écologiste? Pour une histoire environnementale de l'anarchisme sous la responsabilité de Pierre Charbonnier
  • Claire Morgane Lejeune : La planification face aux crises : généalogie critique d’une gouvernementalité moderne, sous la direction de Pierre Charbonnier
  • Lucien Thabourey : Le mouvement écologiste et l’État : stratégies de confrontation et divergence d’interprétations. Une approche dynamique des liens entre processus de cadrage et répertoires d’action dans le mouvement écologiste en France et au Royaume-Uni sous la direction de Florence Faucher
Tags :

L' altra rivoluzione. Dal Sessantotto al femminismo

BELLÉ, Elisa. Rosenberg & Sellier, 2021
  • BELLÉ, Elisa. L’ altra rivoluzione. Dal Sessantotto al femminismo. BELLÉ, Elisa. L’ altra rivoluzione. Dal Sessantotto al femminismo.

BELLÉ, Elisa. L’ altra rivoluzione. Dal Sessantotto al femminismo. Questioni di genere. Rosenberg & Sellier, 2021.

Gli studi sul movimento femminista italiano presentano ancora molte lacune, e questo volume ne colma una fondamentale: quella della comparsa del femminismo della cosiddetta “seconda ondata” (quello degli anni Settanta) da uno dei luoghi simbolo del Sessantotto studentesco (la facoltà di Sociologia di Trento).
È la storia di un’altra rivoluzione e, al contempo, di una rivoluzione altra, quella delle donne. Un lavoro di ricerca che mette in dialogo la storia delle donne e la sociologia dei movimenti sociali, in cui la vicenda locale viene costantemente posta in relazione al più ampio quadro italiano, con un ricco e inedito corpus di documenti e le interviste condotte con le protagoniste. E al contempo un racconto di grande vivacità, che restituisce pienamente l’atmosfera di quegli anni attraversati da grandi passioni.

Podcast: Nel podcast di oggi Annalisa Dordoni (Università di Milano-Bicocca) intervista Elisa Bellè (Sciences Po, Centre d’études europénnes et de politique comparée) sul suo libro L’altra rivoluzione. Dal Sessantotto al femminismo, pubblicato nel 2021 da Rosenberg & Sellier.

Tags :

Facebook Live de la conférence "Simone Veil, l’Européenne de raison"

Podcast
  • Simone Veil - @Sandrine Gaudin/Sciences PoSimone Veil - @Sandrine Gaudin/Sciences Po
Tags :

CEE Support Campaign

Marie Sklodowska-Curie Actions Scholarships - 2022
Deadline: 20 May 2022
  • @Morphart Creation_shutterstock _ M. et Mme Curie in their Laboratory@Morphart Creation_shutterstock _ M. et Mme Curie in their Laboratory

We invite expressions of interest from researchers interested in submitting a Marie Sklodowska-Curie Individual Fellowship (MSCA IF) application with Sciences Po, Centre for European Studies and Comparative Politics.
We will provide support and guidance to applicants that successfully go through the internal selection process.
Submit your Expression of Interest : The call for applications closes on September 2019. Expressions of Interest are required by  20 May 2022 (to Linda Amrani, General Secretary of the CEE, linda.amani@sciencespo.fr).
Please sent:

  • letter of intention (with the name of supervisor requested)
  • CV and list of publications
  • draft project (1-2 pages) with the objectives

We will send this for review to the Board to confirm the support for your proposal (in June).

Tags :

Recruitment

Recruitment 2022 - Position available at Sciences Po: Full Professorship in Sociology
Deadine to apply: 2 May 2022
  • Join our Team - @penguiin_shutterstockJoin our Team - @penguiin_shutterstock

JOB DESCRIPTIONHR excellence in research

Position: The Centre for European Studies and Comparative Politics (CEE) is recruiting a Full Professor in the field of sociology  with affiliation to the Department of Sociology.

Discipline: Sociology

Profile: Sociology of crime, deviance and corruption

DUTIES

Research

The successful candidate should share research interest in one or several of the following: crime, deviance, corruption – as well as the policies to fight or prevent these phenomena. Candidates should be experts in criminal behaviour in contexts of multilevel governance and transnational circulations of goods, money, services and people.

The position is open to established sociologists from a wide range of backgrounds, theoretical approaches and methodological skills (qualitative, quantitative or mixed approaches). Demonstrable expertise in one or several social science methods (and the ability to teach about such methods) will be particularly valued, as well as an interest for transnational circulation perspectives and comparative research.

We are expecting to receive applications from scholars with an excellent record of publications in criminology and sociology journals and international book series, a strong integration in international networks, and substantial teaching experience.

Teaching

Annual teaching duties are 128 lecture-theatre class-equivalent (CM) hours that can generally be divided into three 24-hour lecture or seminar courses and 56 CM hours of complementary pedagogical services (e.g., student admissions, MA and PhD dissertation supervision, university administration roles, etc.).

The appointed professor will be expected to teach at the three levels of instruction offered by Sciences Po: its Undergraduate programme (College - on one of the seven Sciences Po regional campuses), its Graduate (Master) programme and its School of research.

The successful candidate will be required to teach Introduction to sociology at the undergraduate level in English and deliver master’s and doctoral level training in analysing mobilities, crime, and social problems.

Courses may be taught in English or French.

RECRUITMENT PROCESS

Application

Applicants must complete their application on the “Galaxie” portal of the Ministry of Higher Education and Research between the 28st March and the 2nd May 2022:

In addition to the documents required by the online application form of the “Galaxie” portal, this application must include the following additional documents:

  • A cover letter presenting the research projects that the applicant intends to pursue,
  • A CV and a complete list of publications,
  • five prominent publications,
  • A synopsis of 3 courses taught and, if possible, courses evaluations,
  • A copy of your passport.

Applications must also be electronically submitted before the 2nd May 2022 to the president of the selection committee: recruitment.cee@sciencespo.fr, as well as to Sciences Po’s academic centre: drh.poleacademique@sciencespo.fr .

The selection committee will examine applications and proceed to a shortlist of candidates to be interviewed at Sciences Po in June 2022.

Start date: January 2023

Eligibility

Eligible candidates are expected to meet the criteria for the French Professeur des Universités status. This includes candidates who have an Habilitation à Diriger des Recherches (HDR) and who have been qualified by the French National Council of University (CNU).

Applicants who teach at a higher education institution outside of France must already hold a full or associate professor position or an equivalent position at a foreign university at the time of recruitment.  They must apply on the Galaxie portal as well. Sciences Po ‘s Research Council will consider their eligibility based on their current position and career advancement.

Sciences Po is an equal opportunity employer, and is committed to balanced gender, geographical, and minority representation.  We particularly welcome applications from women.

UNIT OF AFFILIATION

The CEE (UMR 8239) is a multidisciplinary research unit specialising in comparative political focusing on Europe. The CEE is member of the Departments of Political Science and Sociology. The key research domains are grouped around four research axes:

  • Cities, borders and (im)mobilities,
  • Strains on democratic representation,
  • the state as a producer or public policies,
  • the transformations of capitalism.

The CEE is now home to more than 30 senior researchers and a professional support team of 7 staff.

CONTACTS

President of the selection committee

Philippe Bezes, CNRS Research Director, Professor at Sciences Po: recruitment.cee@sciencespo.fr

Selection Committee

Administrative contacts

Linda Amrani, General Secretary: linda.amrani@sciencespo.fr   

Silvia Duerich-Morandi, Executive Assistant: silvia.duerichmorandi@sciencespo.fr

Sciences Po is an institution of higher education and research in the humanities and social sciences. Its permanent research community – 250 professors and researchers – is built around 12 established and internationally recognized entities (including 5 units jointly run with the National Center for Scientific Research - CNRS), and is divided into 5 academic departments (Sociology, Political Science, History, Economics, and Law).

Closed recruitment campaigns

  • Chargé ou Chargée de communication H/F
  • Chargé (e) de médiation scientifique (FSEP, CNRS Délégation Ile-de-France Villejuif)
  • Postdoc Researcher H2020 - Project BRIDGES
  • Une ou un chercheur postdoctorant pour la chaire « Villes, Logement, Immobilier »
  • Une ou un assistant de recherche pour le programme “Transitions énergétiques en France”
  • Assistant Professor (tenure track) in Political Science, Comparative Politics of Ecological Transitions.

Call for papers

7th Conference of the ECPR Standing Group on Parliaments
30 June – 2 July 2022, Sciences Po, Paris
  • Megaphone - @Haali_shutterstockMegaphone - @Haali_shutterstock

L'appel à communication est disponible ici

Previous calls for papers

  • Quand les politiques publiques font de la politique. Apports et actualités des policy feedback, Sciences Po, CEE, 17 juin 2022.
  • The many hands of the State: Spaces, Actors and Instrument of the Recomposing of Public Action. 2021 CEE’s doctoral study day
  • 6th Conference of the ECPR Standing Group on Parliaments, 1-2 July 2021 Sciences Po, Paris, Via Zoom
  • Public investment policies in Europe (PDF, 172 Ko) - Workshop organized by Sciences Po, Centre for European Studies and Comparative Politics (Axis Transformations of Capitalism), to be held September 6th and 7th 2021 at the CEE, Sciences Po, Paris. The deadline ended on 19 of March 2021.
Tags :

Campagne de soutien CNRS 2022 sections 36 et 40 (sociologie et science politique)

  • CNRSCNRS

La campagne de soutien CNRS 2022 sections 36 et 40 (sociologie et science politique) est terminée

Tags :

Soutenance de thèse

23/2: Roberto Rodríguez
Coping with emissions. Institutions, ideas, and strategies in policy coordination processes: air quality and climate change policies in Mexico City and Paris
  • Roberto Rodriguez - @Céline Bansard, PM studioRoberto Rodriguez - @Céline Bansard, PM studio

Roberto Rodríguez defended his thesis on Wednesday, February 23 at Sciences Po.

The jury comprised:

  • Daniel KÜBLER, Professor, Universität Zürich
  • Patrick LE GALÈS, directeur de recherche, CNRS-CEE
  • Vicente UGALDE SALDAÑA, Profesor-Investigador, Centro de Estudios Demográficos, Urbanos y Ambientales (CEDUA), El Colegio de México, A.C. (reviewer)
  • Chloé Anne VLASSOPOULOU, maître de conférences, Université de Picardie Jules-Verne
  • Philippe ZITTOUN, directeur de recherche en science politique, Université de Lyon (reviewer)

Abstract

The thesis analyzes environmental policy coordination processes in cities. Based on a comparative case study of air quality and climate change policies in Mexico City and Paris, the research demonstrates that policy coordination in cities is a dynamic, sequential process where actors from the four governance dimensions – urban, vertical, horizontal, and international – with different competences and perceptions on how their actions affect each other, interact strategically under particular institutional configurations and cognitive references. To do so, the thesis develops a theoretical framework based on two approaches: historical institutionalism that addresses institutions as changing, power distributional elements, and cognitive theories of public policy that explain the organization of policy processes around ideational paradigms or frames of reference. The main argument is divided into two parts. First, policy coordination results from the interplay between (1) institutions that shape governance arrangements by distributing competences and establishing frameworks for action, (2) cognitive frameworks and ideational processes that define references, paradigms, and problems, and (3) the strategic interactions taking place within. The three elements combine, leading to positive coordination, negative coordination, or conflict. Second, those arrays remain steady until changes in the institutional context, either abrupt or incremental, rearrange the interactions by altering the frameworks of action, leading to different coordination sequences. Hence, I argue that due to the changing nature of the institutional context, coordination processes are sequential, rather than one-shot interactions due to the interplay between the abovementioned factors.

Résumé

Cette thèse analyse les processus de coordination des politiques environnementales dans les villes en menant une étude de cas comparé des politiques publiques de la qualité de l'air et de changement climatique à Mexico et à Paris. La recherche démontre que la coordination des politiques publiques dans les villes est un processus dynamique et séquentiel, où les acteurs provenant des quatre dimensions de la gouvernance – urbaine, verticale, horizontale et internationale – et qu’ont des compétences et perceptions différentes sur la façon dont leurs actions s'affectent mutuellement, interagissent stratégiquement sous des configurations institutionnelles et des références cognitives particulières. La thèse développe un cadre théorique basé sur deux approches : l'institutionnalisme historique qui aborde les institutions en tant qu'éléments changeants et distributives du pouvoir ; et les théories cognitives des politiques publiques qui expliquent l'organisation des processus politiques autour de cadres de référence et paradigmes idéationnels. L'argument principal est divisé en deux parties. Premièrement, la coordination des politiques résulte de l'interaction entre (1) des institutions qui façonnent les arrangements de gouvernance en distribuant des compétences et en établissant des cadres d'action, (2) des cadres cognitifs et des processus idéationnels qui définissent les références, les paradigmes et les problèmes, et (3) les interactions stratégiques qui s'y déroulent. Ces trois éléments se combinent, entraînant soit une coordination positive, soit une coordination négative, soit des conflits. Ensuite, ces réseaux restent stables jusqu'à ce que des changements dans le contexte institutionnel, qu'ils soient abrupts ou graduels, réorganisent les interactions en modifiant les cadres d'action, ce qui entraîne des séquences de coordination différentes. Par conséquent, je soutiens qu'en raison de la nature changeante du contexte institutionnel, les processus de coordination sont séquentiels, plutôt que des interactions ponctuelles dues à l'interaction entre les facteurs susmentionnés.

28/1 : Clément Claret "Intra-party pluralism at work: the manifestations of ideological diversity in local Labour Party activism"

Clément Claret a souteu sa thèse en science politique intitulée "Intra-party pluralism at work: the manifestations of ideological diversity in local Labour Party activism" le 28 janvier 2021 à 14 heures.

Le jury est composé de Emmanuel Avril, Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3 ; Katherine Dommett, University of Sheffield ; Colin Hay, Sciences Po, CEE ; Émilie van Haute, Université Libre de Bruxelles.

Abstract

This dissertation explores how ideological pluralism manifests itself in the local activities of the Labour Party, from the point of view of its members. It seeks to address the broader question of the interplay between agreement and dissent, cooperation and competition in voluntary political sociations. To which extent do Labour members manage to work towards shared objectives while expressing differing views? The party under scrutiny has been experiencing a polarisation of internal divergences and an accentuation of organised factionalism since 2015, making ideology-fuelled centrifugal dynamics particularly salient.
This thesis considers ideologies as cultural systems oriented towards political action, that not only provide a template for understanding the social world but also promote specific participatory practices and norms. It examines the competition between rival interpretations of how the organisation should operate and its members behave, and conversely how Labour handles its internal pluralism to function at the grassroot level. This is reflected by the methods used, the bulk of the evidence being provided by participant observation and interviewing of members from four local parties.

Résumé (Le pluralisme intra-partisan en action: les manifestations de la diversité idéologique au sein du Parti Travailliste britannique)

Cette thèse propose d’explorer comment le pluralisme idéologique se manifeste dans le Parti Travailliste contemporain, du point de vue de ses militants « de base » et dans le cadre des activités de ses sections. De manière générale, il s’agit d’interroger les interactions entre désaccords, compétition et coopération au sein de sociations politiques dont les membres se mobilisent le plus souvent bénévolement au nom d’une cause présumée partagée. Il s’agit d’évaluer dans quelle mesure des activistes parviennent à œuvrer ensemble à des objectifs communs tout en exprimant des visions parfois contradictoires. L’enquête porte sur un parti en proie à de fortes divergences internes depuis 2015, autrement dit un terrain où les effets centrifuges du désaccord s’avèrent particulièrement saillants.
La thèse se saisit des idéologies comme systèmes culturels tournés vers l’action politique, relayant à la fois des schèmes d’appréhension du monde social et des méthodes pour agir dessus. Ces moyens d’action recouvrent la doctrine, face labile et réflexive de l’idéologie servant notamment à la rédaction de programmes de gouvernement, mais aussi des préceptes normatifs contraignant les conduites militantes. Il en découle que les divergences idéologiques se traduisent entre autres par des interprétations différentes quant à la façon dont le parti doit opérer et ses membres se comporter. L’attention portée à l’activisme et à son interprétation justifie une démarche ethnographique s’appuyant sur l’observation participante de quatre sections locales du Labour et la réalisation d’entretiens approfondis avec leurs militants.

Tags :

Governing Capitalism, CEE’s Doctoral Study

Call for proposals
  • Governing Capitalism, CEE’s Doctoral StudyGoverning Capitalism, CEE’s Doctoral Study

Deadline : 9 October 2020

The PhD students of the Center for European Studies and Comparative Politics will organize on December 16 their first doctoral study day, on the themeGoverning Capitalism” (PDF, 174 Ko). The study day will be a series of three round tables, each focused on a specific theme and moderated by a CEE senior researcher and a CEE PhD candidate.

Each round table, two hours long, will begin with three communications of 20 minutes each, followed by a discussion by the moderators, and will be concluded by a questions-answers session. The goal is then to show how PhD candidates in social sciences can contribute to academical debates, while being understood by the widest audience.

Only PhD students can propose a communication for one or more round tables*. The proposals must be 1000 words long and be sent before October 9, 2020, along with a presentation paragraph indicating the research themes and the attachment unit of the candidate. The communications of the study day will be selected before October 31.

The proposals can be either in French or in English. If the proposal is in English (respectively in French), the candidate must declare whether he or she would be able to do its presentation and the follow-up discussion in French (respectively in English). The language of each round table will be decided following the preferences of the candidates.

The candidates are prompted, as far as possible, to present comparative works on European democracies. However, there is no restriction of discipline, geographical area or approach as far as the proposals fits with the angle of the round tables.

The proposals are to be sent to doctorants.ceesp@gmail.com

Study day’s theme: Governing Capitalism

This doctoral study day fits in the axis “The transformations of capitalism” of the Center for European Studies, whose premise is that global capitalism has entered a new phase: tertiarization and internationalization of economies, weakening of the state’s regulatory role, deregulation and privatization, increased role of financial actors, corporate concentration, intensified competition, acceleration of technical progress, growing importance of information and knowledge as factors of production, upheavals associated with the development of the digital economy, increased separation between labor and capital ownership, between execution and design. Thus, this study day deals with the political implications of these global transformations, through the problematic of the modes of governance and regulation of contemporary political economy.

Round table n°1: “Changing political economy: governing ecological transitions”

The challenges imposed by climate change are lobbying to get a transition to another society model leading to the emergence of new economic structures, more respectful of the environment and compliant to the objectives of sustainable development. Which role the State and the international and supranational institutions will be able to play to support this new economic model? Which powers of constraint do they have? Are they doomed to incentive actions, and with which efficiency? Above all, are they really determined to govern ecological transitions?

Discussion moderated by Richard Balme, University Professor at the Paris School of International Affairs, member of the CEE, coordinator of the Interdisciplinary Workshop of Environmental Researches (AIRE), and Weiting Chao, PhD candidate at the CEE.

Round table n°2: “Regulations, sectors and politics of real economy”

Either it’s about digital, health or energy, there are numerous sectors where business is entangled with ethical, social and geopolitical questions. As many regulation issues for public action who is struggling to tackle the rapid transformations of capitalism. To which levels can economy be controlled and with which instruments? Can political actors pretend to govern sectors in which they sometimes themselves have interests? How to regulate economic actors who seem sometimes more powerful than States themselves?

Discussion moderated by Cyril Benoît, CNRS research fellow at the CEE and member of the ANR project “Health Risk Market (MaRiSa)”, and Zoé Evrard, PhD candidate at the CEE and the MaxPo

Round table n°3: “Challenges of financial system’s governance”

The 2008 financial crisis revealed the political and social issues raised by the financialization of the economy and the lack of regulation of financial markets. Is it still possible, for political authorities, to keep the control of a system of private interests to serve the largest interest? Which measures have been set to avoid a new collapse which would reverberate onto the other economical sectors and onto the citizens in general? How to make the insurance market responsible for the collective risks of the ecological and health crises which will affect all the countries?

Discussion moderated by Cornelia Woll, Full Professor at Sciences Po, codirector of the MaxPo, member of the CEE and of the LIEPP, and Mattia Lupi, PhD candidate at the CEE and the MaxPo

* No financial support can be provided by the organization of the study day. If the health situation allows it, the study day will take place at Sciences Po Paris, or if necessary, by Zoom.

Tags :

COVID-19, sous le regard de chercheurs en SHS

  • Femmes, hommes et famille assis sur des livres journaux @Macrovector_ShutterstocFemmes, hommes et famille assis sur des livres journaux @Macrovector_Shutterstoc

Articles

ROVNY, Jan, BAKKER, Rya, HOOGHE, Liesbet, JOLLY, Seth, MARKS, Gary e t al.. Contesting Covid: The ideological bases of partisan responses to the Covid-19 pandemic. European Journal of Political Research, Springer Verlag, 2022,

BOUSSAGUET, Laurie , FAUCHER , Florence, FREUDLSPERGER, Christian. Performing Crisis Management: National Repertoires of Symbolic Action and Their Usage during the Covid-19 Pandemic in Europe. Political Studies. December 2021.

VITALE, Tommaso. Covid-19 and the Structural Crisis of Liberal Democracies. Determinants and Consequences of the Governance of Pandemic. Partecipazione e Conflitto. June 2021. vol 14, no. 1, p.1–37.

BOULLIER, Dominique. Quand la pandémie révèle la médiocrité de nos enveloppes d'urbanité : habit, habitat, habitacle, habitèle. Revue Internationale d'Urbanisme. février 2021, n  9.

GENIEYS, William. Fact check US: Can Joe Biden ‘stop the virus’ in the US as he claims? The conversation, 9 December 2020

GENIEYS, William. Fact check US : Joe Biden peut-il « arrêter le virus » aux États-Unis comme il l’affirme, et comment ? The conversation, 1er décembre 2020

KONSTANTINIDOU, Angeliki et VINTILA, Daniela. Policy Measures for the Diaspora during the COVID-19 Crisis: The Case of Cyprus. HAPSc Policy Brief Series. octobre 2020, vol 1, n° 1, p. 13-23.

LE GALÈS, Patrick. La taille des métropoles n’est qu’un bout de l’histoire. La semaine de Nancy, 17 septembre 2020.

GROSSMAN, Emiliano, L’action publique mise à mal par les clivages politiques, The conversation, 16 septembre 2020.

ROVNY, Jan. Rozhovor: ANO je historický omyl. Respekt, 23 August 2020, Online.

RECCHI, Ettore, FERRAGINA, Emanuele, Ferragin, SAUGER, Nicolas et al. The “Eye of the Hurricane” Paradox: An Unexpected and Unequal Rise of Well-Being During the Covid-19 Lockdown in France. Research in Social Stratification and Mobility, August 2020

BOUSSAGUET, Laurie et FAUCHER, Florence, Le yoyo de BoJo : la gestion symbolique de la crise du Covid-19 au Royaume-UniThe conversation, 24 juin 2020.

POLIZZI, Emanuele, VITALE, Tommaso, Il come, non solo il cosa. Per affrontare la crisi nei territori, non dimentichiamoci delle modalità di governo. La Rivista del Mulino, 15 June 2020.

VITALE, Tommaso et RECCHI, Ettore, La solidarité au temps du Covid-19 : vers de nouveaux engagements, The conversation, 7 juin 2020.

CREMASCHI, Marco. Pourquoi Bergame ? Le virus au bout du territoire. Métropolitiques, juin 2020.

BOUSSAGUET, Laurie et FAUCHER, Florence, Comment Emmanuel Macron a raté son rendez-vous symbolique avec les FrançaisThe conversation, 27 mai 2020.

VITALE, Tommaso et CASEAU, Anne-Cécile, Bidonvilles en déconfinement : les solidarités vont-elles tenir ?, The conversation, 24 mai 2020.

CALLON, Michel et LASCOUMES, Pierre. Penser l’après : Le Covid-19 pousse les scientifiques hors de leurs laboratoires. The Conversation, 22 mai 2020.

VITALE, Tommaso, Dalla ricerca applicata all’intervento contro la deprivazione alimentare durante la pandemia COVID-19, Generatività, 15 Maggio 2020.

STALOSA, Carllo, VITALE, Tommaso, #jeresteenbidonville. Le confinement dans les villages roms de RomeMétropolitiques. 21 mai 2020.

WUNSCH, Natasha. How Covid-19 Is Deepening Democratic Backsliding and Geopolitical Competition in the Western Balkans. LSE - The London School of Economics and Political Science - EUROPP, May 20, 2020.

STASOLLA, Carlo et VITALE, Tommaso. #IStayCamp. Health conditions, food deprivation and solidarity problems in the first days of the lockdown in the Roma Villages of Rome. Métropolitiques. 24 avril 2020.

THIEMANN, Matthias, and Peter VOLBERDING. Extending Loans and Providing Equity: The EIB and National Development Banks Must Act Now.  Social Europe, April 29, 2020.

BIEBER, Florian, Tena PRELEC, Marika DJOLAI, Donika EMINI, Jovana MAROVIC, Srdjan MAJSTOROVIC, Vedran DŽIHIC, Natasha Wunsch, et al. The Western Balkans in Times of the Global Pandemic. Balkans in Europe Policy Advisory Group, April 2020, 1–37.

STASOLLA, Carlo, and Tommaso VITALE. #IoRestonelCampo – L’impatto del lockdown raccontato da chi vive nelle baraccopoli. Animazione Sociale, 16 April, 2020.

COURMONT, Antoine (Chercheur associé à Sciences Po, CEE), Coronoptiques (1/4) : dispositifs de surveillance et gestion de l'épidémie, LINC (Laboratoire d’Innovation Numérique de la CNIL), 10 avril 2020.

VITALE, Tommaso. Penser l’engagement solidaire en temps de crise. Revue Projet, 3 avril 2020.

CALLON, Michel, et Pierre LASCOUMES. Covid-19 et néfaste oubli du principe de précaution. Analyse opinion critique, 27 mars 2020..

BOULLIER, Dominique. Virus, mèmes et bonnes pratiques: la compétition des propagations. The Conversation, 23 mars 2020.

Directions de numéros spéciaux

ALTERI, Luca, PARKS, Louisa , RAFFINI, Luca and Tommaso VITALE, eds. Covid-19 and the Structural Crisis of Liberal Democracies. Partecipazione e Conflitto. June 2021. vol 14, no. 1.

Chapitres d'ouvrages

LASCOUMES, Pierre. Covid-19, un défaut de précaution caractérisé?: les raisons d’un déni. In L’action publique face à la pandémie, edited by Christian PAUL, 49–58. Boulogne Billancourt: Éditions Berger-Levrault, 2021.

BAR-SIMANN-TOV, Ittai, BENOÎT, Cyril, ROZENBERG, Olivier, et al. Measuring Legislative Activity during the Covid-19 Pandemic: Introducing the ParlAct and ParlTech Indexes. International Journal of Parliamentary Studies. mai 2021, vol 1, n° 1, p. 109-126. 

BENOÎT, Cyril et ROZENBERG, Olivier. La démocratie parlementaire peut-elle se passer du Parlement ? In LAZAR, Marc, PLANTIN, Guillaume, RAGOT, Xavier (dir.). Le monde d’aujourd’hui. Les sciences sociales au temps de la Covid. Paris : Presses de Sciences Po, 2020, p. 191-206.

PALIER, Bruno. Pourquoi les personnes « essentielles » sont-elles si mal payées ? In LAZAR, Marc, PLANTIN, Guillaume, RAGOT, Xavier (dir.). Le Monde d'aujourd'hui : Les sciences sociales au temps de la Covid. Paris : Presses de Sciences Po, 2020, p

BOUSSAGUET, Laurie et FAUCHER, Florence. Comment mobiliser les populations ? La réponse symbolique des exécutifs français, italien et britannique. In LAZAR, Marc, PLANTIN, Guillaume, RAGOT, Xavier (dir.). Le Monde d'aujourd'hui : Les sciences sociales au temps de la Covid. Paris : Presses de Sciences Po, 2020, p. 243-262. 

Rapports/Enquêtes

BANDARIN, Francesco, CICIOTTI, Enrico, CREMASCHI, Marco, PERULLI, Paolo, FEEM presents “Which future for the Cities after COVID-19. An International Survey”, Fondazione Eni Enrico Mattei, 3 juillet 2020

SAUGER, Nicolas, Emanuele FERRAGINA, Emily HELMEID, Stefan PAULY, Ettore RECCHI, Mirna SAFI, et Jen SCHRADIE. La vie après le confinement : retour à la normale ou quête d’un nouveau cap ? Paris: Observatoire sociologique du changement, Juin 2020.

RECCHI, Ettore, Emanuele FERRAGINA, Emily HELMEID, Stefan PAULY, Mirna SAFI, Nicolas SAUGER, et Jen SCHRADIE. Confinement pour tous, épreuve pour certains. Les résultats de la première vague d’enquête du projet CoCo. Paris: Observatoire sociologique du changement, Avril 2020.

Policy Papers / Working papers / Blogs / Sites internet

PELLERIN-CARLIN, Thomas, EISL, Andreas, MAGDALINSKI, Emilie . Surmonter les crises liées au Covid-19. Grâce à une europe durable et résiliente. Décryptage 200410. Paris : Notre Europe - Institut Jacques Delors, mai 2020.

PALIER, Bruno. Crise covid : « On a besoin des centres de santé et des mutuelles pour une vraie politique de santé publique ». In Le Blog Viva. 12 janvier 2021.  

PALIER, Bruno. Trappe à bas salaires. In atlantico. 12 janvier 2021. 

COUTTO, Tatiana. The July European Council Summit as Seen by Southern European Newspapers. LSE - The London School of Economics and Political Science - EUROPP, August 25, 2020.

RECCHI, Ettore, FERRAGINA, Emanuele, SAUGER, Nicolas, et al. Living through Lockdown:  Social Inequalities and Transformations during the COVID-19 Crisis in France. OSC Papers 2020–1. Paris: Observatoire sociologique du changement, July 2020.

EISL, Andreas. Politique budgétaire à l’heure du Coronavirus. Notre Europe - institut Jacques Delors - Blog Post, juillet 2020.

ROZENBERG, Olivier. Post Pandemic Legislatures. Is Real Democracy Possible with Virtual Parliaments?. European Liberal Forum, Discussion Paper 2, July 2020.

GUIRAUDON, Virginie. Frontières: quel est l’impact du Covid-19 sur l’espace Schengen ?. Toute l’Europe, 1er juillet  2020.

EISL, Andreas. Politique budgétaire à l’heure du Coronavirus. Notre Europe - institut Jacques Delors - Blog Post, June 2020.

BOULLIER, Dominique. Analyser la réactivité des gouvernements à la pandémie: effets des structures sanitaires ou effets de propagations ?, shs3g.hypotheses.org, Mai 2020.

MERTENS, Daniel, Eulalia RUBIO, and Matthias THIEMANN. COVID-19 and the Mobilisation of Public Development Banks in the EU. Policy Paper N° 252. Paris: Notre Europe - Institut Jacques Delors, April 2020.

PELLERIN-CARLIN, Thomas, EISL, Andreas et Emilie MAGDALINSKI. Surmonter les crises liée au Covid-19. Construire une europe durable et résiliente. Décryptage. Paris: Notre Europe - Institut Jacques Delors, 2020.

Call for Papers

VITALE, Tommaso. COVID-19 and the Structural Crisis of Liberal Democracies. Determinants and Consequences of the Governance of Pandemic, PArtecipazione e COnflitto (30 September 2020).

Entretiens

GUIRAUDON, Virginie. L’espace Schengen à l’épreuve du Covid-19. Toute l’Europe.eu, Mai 2020.

VITALE, Tommaso. Distanziati ma vicini: la solidarietà ai tempi della COVID-19. Aggiornamenti Sociali. Maggio 2020.

Conférences/Séminaires

8 November 2021 - The EU after Covid: More integration, more coordination? with Andreas Noelke (University Frankfurt am Main), David Schaefer (European Commission’s Recovery and Resilience Task Force) and Waltraud Schelkle (LSE)

21 September 2021 - Europe’s Social Model facing the Covid-19 Employment Crisis: Innovating Job Retention Policies to Avoid Mass Unemployment with Bernhard Ebbinghaus, University of Oxford

10 June 2021 - Analysis of the impact of the COVID-19 pandemic in the care homes sector for the elderly in Europe with Francisco Javier Moreno-Fuentes,  Spanish National Research Council (IPP-CSIC).

13 avril 2021 - Les chantiers de la transition écologique : vecteurs de la lutte contre la pauvreté ? organisé par la Revue Projeten partenariat avec Sciences Po, CEE et l'Université de Tours, CITERES  avec Véronique Andrieux, directrice générale du WWF France, Frédéric Bosquet, initiateur du projet Tera dans le Lot-et-Garonne, soutenu par la Fondation Zoein, Emmanuel Combet, économiste à la direction Prospective et recherche de l'Ademe, Danyel Dubreuil, coordinateur de l’initiative Rénovons, alliance de la société civile pour la rénovation des logements, particulièrement les moins performants sur le plan énergétique, afin de résorber structurellement la précarité énergétique avec Véronique Andrieux, directrice générale du WWF France ; Frédéric Bosquet, initiateur du projet Tera dans le Lot-et-Garonne, soutenu par la Fondation Zoein ; Emmanuel Combet, économiste à la direction Prospective et recherche de l'Ademe ; Danyel Dubreuil, coordinateur de l’initiative Rénovons, alliance de la société civile pour la rénovation des logements, particulièrement les moins performants sur le plan énergétique, afin de résorber structurellement la précarité énergétique et Martin Monti-Lalaubie, journaliste à la Revue Projet.

17 mars 2021 - Lutter contre la pauvreté à l’heure de la pandémie : L’insertion économique : quelles places pour les moins qualifiés ? organisé par la Revue Projet en partenariat avec Sciences Po, CEE, Université de Tours, CITERES et Université Paul-Valéry de Montpellier, CERCE avec Davina Hundert, Cités Coop, Bruno Palier,  CNRS en  Sciences Po, CEE, CNRS, Alain Robin, Maison de l’emploi et de la Mission locale du Bocage Bressuirais (79), Chloé Simeha, directrice générale de Croix-Rouge insertion, une initiative de la Croix-Rouge française pour faire du développement de l’emploi dans les territoires un axe majeur de la lutte contre la précarité ; Animé par Laurence Estival, journaliste spécialiste des questions économiques et sociales et coordinatrice du dossier « Emploi : où est-ce qu’on va ? » de la Revue Projet (n°381 – avril-mai 2021). 

24 November 2020 - Europe's Crisis of Legitimacy. Governing by Rules and Ruling by Numbers in the Eurozone with Vivien A. Schmidt, Jean Monnet Professor of European Integration, Pardee School, Boston University,  Jan Boguslawski, Sciences Po, CEE & MaxPo et Cornelia Woll, Sciences Po, CEE & MaxPo

20 novembre 2020 - 100% Urbain : Quelle relation entre urbanisme et santé ? avec Charlotte Halpern, Sciences Po, CEE et Sandrine Delage, Grand Paris Aménagement. Organisé par Innovapresse

17 novembre 2020 - Webinaire Lutter contre la pauvreté à l’heure de la pandémie Quelles évolutions dans le rapport de force de la société civile avec les pouvoirs publics ?, organisé par la Revue Projet en partenariat avec Sciences Po, CEE, Université de Tours, CITERES et Université Paul-Valéry de Montpellier, CERCE avec Tommaso Vitale, Sciences Po, CEE, Christophe Robert, Fondation Abbé Pierre, Nicolas Duvoux, Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis et La vie des idées, Lydie Carloux-Yog, Secours catholique – Caritas France, Arnaud Trenta, IRES, Benoît Guillou, Revue Projet,  Marion Carrel, Université de Lille, CeRIES; Olivier Legros, Université de Tours, CITERES.

17 novembre 2020 - Les économistes face à la prochaine pandémie avec Philippe Aghion, Collège de France, Chaire « Institutions, Innovation, et Croissance », Mathias Dewatripont, Université Libre de Bruxelles, Florence Faucher Florence, Sciences Po, CEE, Charles Wyplosz, Institut de Hautes Études Internationales et du Développement (IHEID) à Genève et Centre International d’Études Monétaires et Bancaires.

4 novembre 2020 - Crise de la Covid-19 et fractures numériques en France avec Antoine Courmont, Sciences Po, CEE, Chaire Villes et numérique, CNIL, Dominique Boullier, Sciences Po, CEE, Jean-François Lucas, cabinet CHRONOS, Sciences Po, Chaire Digital, Gouvernance et Souveraineté et chercheur affilié à EPFL, LASUR, Dominique Pasquier, ENST et IMM, CEMS, Emmanuel Vandamme, Mednum et Groupe POP, Lille 3, Infocom

6 octobre 2020 - Lutter contre la pauvreté après le COVID. Que peut-on attendre des pouvoirs locaux aujourd’hui ? - avec Cyprien Avenel, sociologue, Coralie Breuillé-Jean, Solidarités et Centre Communal d’Action Sociale de la ville de Poitiers, Marion Brunat-Mortier, Action sociale du CCAS de la ville de Grenoble, Emmanuel Domergue, Fondation Abbé Pierre, Benoît Guillou, Revue Projet, Olivier Legros, Université de Tours, CITERES, Marion Lièvre, Université de Montpellier, CERCE, Simon Persico, Sciences Po Grenoble, Tommaso Vitale, Sciences Po, CEE

30 juin 2020 - La solidarité en Italie à l'époque du Covid - avec Tommaso Vitale, Sciences Po, CEE

30 juin 2020 - Lutter contre la pauvreté après la COVID. Premières pistes de réflexion et d’actions concrètes à partir du terrain - avec Pascal Garret, sociologue et photographe indépendant, Benoît Guillou, rédacteur en chef de la Revue Projet, Fabrice Krystof, directeur du CCAS de Villerupt, Olivier Legros, géographe, Université de Tours, Citeres, Marion Lièvre, anthropologue, Université de Montpellier, CERCE, Christophe Perrin, délégué national en région Montpellier de La Cimade Montpellier, Agnès Thouvenot, adjointe au maire de Villeurbanne, présidente de l’expérimentation « Territoire zéro chômeur de longue durée » à Villeurbanne, Daniel Verger, responsable du pôle Études-rechercher-opinion du Secours Catholique-Caritas France, Tommaso Vitale, sociologue, Sciences Po, CEE.

13 May 2020 - The Welfare States during and after hte COVID crisis - with  Anke Hassel (Hertie School), Bruno Palier (Sciences Po, CEE & LIEPP, CNRS), Anton Hemerijck (European University Institute), Waltraud Schelke (LSE).

27 April 2020 - The Social Impacts of ConfinementAnke Hassel (Hertie School) and Bruno Palier (Sciences Po, CEE & LIEPP, CNRS) present their analyses of the consequences on the labour market and social policy decisions taken in Germany, France and Europe more broadly in response to the pandemic.Bruno Palier.

Medias

MAYER, Nonna. Interview. Covid-19. La précarité créée par la crise sanitaire est source de défiance envers les institutions. Le Progrès le 12 octobre 2021

MAYER, Nonna. Interview. De la peste noire au Covid : l’antisémitisme, fléau des crises sanitaires*. L'Humanité le 20 août 2021

MAYER, Nonna. Entretien. Covid-19 : l'antisémitisme dans les manifestations "n'est pas le miroir de la société"*. Le Journal du Dimanche le 13 août 2021

EISL, Andreas. Interview. La Fortaleza de Europa: Reglas fiscales para una UE pos-Covid*. Expansió, 2 August 2021

MAYER, Nonna. Interview.Demokraté mají budoucnost stále ve svých rukou. Triumf populistu nemusí nastat ani kvuli tvrdým dopadum pandemie. Hospodárské noviny le 21 mai 2021

FAUCHER, Florence. La politique se grandit-elle avec le Covid ?. France Culture le 8 mars 2021

FAUCHER, Florence. Interview. Covid-19 : jour « J » pour la campagne de vaccination britannique. La Croix le 8 décembre 2020

GENIEYS, William. Covid-19 aux États-Unis: « Selon Joe Biden, son équipe n'arrêtera pas l'économie mais le virus ». RFI le 4 décembre 2020

EISL, Andreas. Interview. Coronavirus. Balayée par le Covid, l’Europe resserre la vis, Ouest France le 29 octobre 2020

LE LIDEC, Patrick, Interview, La centralisation, coupable de la mauvaise gestion française du Covid-19 ?, Slate, 14 octobre 2020

COURMONT, Antoine, Interview, La crise du coronavirus accélère la recomposition de la gouvernance de la ville numérique, Le Monde, 9 octobre 2020.

GENIEYS, William, Interview, Donald Trump peut-il bénéficier politiquement de sa contamination au Coronavirus ?, CNews, 6 octobre 2020.

LE LIDEC, Patrick, Interview, Emmanuel Macron n’a pas d’états d’âme avec les élus locauxLa Gazette des communes, 1er octobre 2020

EISL, Andreas. Interviews. Budget européen - Le billard à trois bandes. L’AGEFI Hebdo, le 24 septembre 2020.

GENIEYS, William. Interview. Covid-19: les courbes des Etats-Unis et de l'UE se sont-elles croisées ?. Huffington Post le 14 septembre 2020

EISL, Andreas, Macron and Merkel Deliver an $859 Billion Breakthrough. The EU’s $859 billion Covid-19 recovery fund is historic, even if it falls short of “Hamiltonian, Bloomberg, 21 July 2020.

DE CLOSETS, François, GENIEYS, William, HUSSON, Edouard . Pour un Raoult qui se rebelle combien de Français ‘déviants’ cloués au pilori par la technocratie alors qu’ils peuvent être utiles au pays ? Atlantico, June 24, 2020.

EISL, Andreas. Coronabonds : Une solution aux défis actuels et anciens. Le Drenche, 27 mai 2020

GUIRAUDON, Virginie. Frontières ouvertes ou fermées ? Le point sur la situation dans les pays de l’UE (Interview). Le Monde, 20 mai 2020.

EISL, Andreas. Coronavirus Pandemic: Top German Court Critical of ECB Bond-Bying from 2015 (Video). France 24, 7 May 2020.

EISL, Andreas. Coronabonds”: comprendre la Bataille des mots qui cache le vrai débat sur la solidarité européenne (Interview), Le Monde, 30 avril 2020.

EISL, Andreas. Coronavirus : des milliards pour endiguer la crise (Interview). La Croix, 18 avril 2020

EISL, Andreas. Coronavirus pandemic. EU struggles to bridge bitter split on ‘coronabonds’ (Video). France 24, 7 April 2020

GUIRAUDON, Virginie, Migrants et Covid-19: des vies suspendues, CERIUM, Université de Montréal, avec AFP. Avril 2020.

BRUNN, Matthias, GENIEYS, William, Bâtir la médecine de demain : Sortir des guerres mandarinales et façonner les futurs gardiens de la politique de santé. Atlantico, 25 avril 2020.

CLAVREUL, William, GENIEYS, William. "Bâtir la cathédrale du déconfinement" ou le meilleur moyen de le rater magistralement ?Atlantico, 23 avril 2020.

BRUNN, Matthias, and William GENIEYS, L’élite de la médecine en ‘temps de guerre, Midi Libre, 21 avril 2020

GUIRAUDON, Virginie, Sauvetage de migrants: la crise sanitaire met fin au mariage entre MSF et SOS Méditerranée, L'OBS, 17 avril 2020.

GENIEYS, William et al., Covid-19 : pourquoi il est difficile de comparer la France avec l'Allemagne, Les Echos, 17 avril 2020.

CREMASCHI, Marco, Coronavirus : tous à la campagne ?, Les Echos, 8 avril 2020.

FAUCHER Florence, Boris Johnson hospitalisé, comment le Royaume-Uni est-il dirigé ?, RFI, 7 avril 2020.

BOULLIER, Dominique, Temps de guerre ou temps du soin, Médiapart, 7 avril 2020.

GENIEYS, William, Etrange inertie, Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?, Atlantico, 6 avril 2020.

GUIRAUDON, Virginie, and Bruno PALIER. Coronavirus : l’obligation de résultat de l’Union européenne (Interview). La Croix, 29 mars 2020.

BOULLIER, Dominique. Ce que les applaudissements aux fenêtres disent de nous (Interview). Le Figaro, 27 mars, 2020.

EISL, Andreas. Patto di Stabilità sospeso per coronavirus. Tornerà mai più come prima? (Interview on the European fiscal framework and its escape clauses ) le 26 mars 2020. 

GUIRAUDON, Virginie. Europe Has Relied on Turkey to Stem Another Migration Crisis. That Plan Backfired (Analysis). The Washington Post, 25 March 2020.

MAYER, Nonna, Municipales 2020, premier tour : France Culture, Emissions spéciales, 15 mars 2020.

GUIRAUDON, Virginie. L’Union Européenne fait-elle tout ce qu’elle peut faire pour les migrants ?. RFI, 17 mars 2020.

©Macrovector_Shutterstock

Tags :

LPPR - Motion du CEE

  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Motion du Centre d’études européennes et de politique comparée de Sciences Po, élaborée collectivement et approuvée par l’ensemble du laboratoire, puis par le conseil d’unité (13 février 2020) (PDF 90 Ko))

 

Oui, nous avons besoin d’une réforme de la recherche et de l’enseignement supérieur. Oui, consacrer au moins 3% du PIB à la recherche est indispensable. Nous partageons largement les diagnostics des rapports préparatoires à la LPPR : diminution du nombre de postes (250 recrutements au CNRS en 2019 contre 568 en 2001, tandis que les recrutements de maîtresses et maîtres de conférence diminuaient également de moitié), précarisation croissante des jeunes chercheures et chercheurs, manque de personnel de support à la recherche dans les universités, insuffisante visibilité de la recherche française à l’international, etc.

Mais nous n’acceptons pas les solutions proposées par ces rapports.

Parce qu’elles ignorent complètement les spécificités de l'activité scientifique dans les sciences sociales. Or, ce sont ces dernières qui permettent de comprendre les enjeux majeurs d’aujourd’hui : crise de la démocratie, inégalités, changement climatique, migrations, défi numérique, etc.

Parce qu’elles entérinent la dévalorisation de l’enseignement supérieur, qui devient une variable d’ajustement de la recherche. Or, la situation de nombreuses universités publiques est particulièrement tendue et dégradée, et nous la dénonçons. Comment ne pas investir davantage dans les générations de demain ?

Parce qu’elles ne feraient que précariser davantage la recherche en multipliant les postes contractuels plutôt que de créer des postes pérennes indispensables à une recherche fondamentale de qualité. Cela est d’autant plus inquiétant compte tenu de la réforme de l’assurance-chômage et de la réforme des retraites en cours, qui fragilisent considérablement les personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Parce qu’elles ne prennent pas en compte les effets pervers bien connus des financements par projet, qui peuvent conduire à mettre plus de ressources dans le management de la recherche que dans la recherche elle-même.

Parce qu’elles ne préconisent pas les formes d’évaluation auxquelles nous tenons : par les pairs, transparente et qualitative. Largement financés par l’argent public, il nous semble normal d’être évalués régulièrement et de rendre des comptes, mais encore faut-il s’accorder sur les critères et sur les rythmes, et ne pas creuser les inégalités existantes.

Par conséquent, nous nous opposerons à une loi fondée sur les propositions inadaptées de ces rapports et nous associons aux mobilisations en cours dans l'enseignement supérieur et la recherche.

Tags :

Newsletter séminaires du CEE

24 mars 2022
  • Newsletter séminaires/seminars, Sciences Po, CEENewsletter séminaires/seminars, Sciences Po, CEE

Newsletter Séminaires du CEE

Vidéo du débat "L’Ukraine et l’Europe face à l’invasion russe : éclairages scientifiques"

  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Débat co-organisé par le GIS Eurolab et Sciences Po, CEE

Le Groupe d’intérêt scientifique Eurolab rassemble des européanistes de 27 institutions de recherche en France. Solidaires des ukrainiennes et des ukrainiens, de nos collègues et des étudiantes et étudiants en Ukraine, et des voix dissidentes en Russie et au Belarus, les chercheuses et chercheurs d’Eurolab se mobilisent pour éclairer la guerre en Ukraine, ses ressorts, et la réaction des pays et institutions européennes. Il s’agit de comprendre les enjeux de ce conflit et ses conséquences pour les ukrainiennes et les ukrainiens et nous interroger sur ce que cette guerre fait à notre compréhension de l’Europe et à nos recherches, quel que soit nos perspectives disciplinaires et nos objets.

Communiqué de l'Eurolab 

Programme

Mot de bienvenue : Guillaume Plantin, directeur scientifique de Sciences Po

Introduction : Virginie Guiraudon, Sciences Po, CEE, CNRS et Antoine Vauchez,  Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, CESSP, CNRS

Modération: Sylvain Kahn, Centre d’histoire de Sciences Po

Table ronde

Elsa Bernard, Université de Lille, CRDP

Pascal Bonnard, Université Jean Monnet de Saint-Étienne, Triangle

Gilles Favarel-Garrigues, Sciences Po, CERI

Alexandra Goujon, Université de Bourgogne, CREDESPO

Anna Colin Lebedev, Université de Paris-Nanterre, ISP

Jan Rovny, Sciences Po, CEE & LIEPP 

Discussion collective

Pour toute information : virginie.guiraudon@sciencespo.fr

Un pass sanitaire valide ainsi que le port du masque sont obligatoires pour assister à cet événement. 

Photo : Tomas Ragina_Shutterstock

Tags :

Prix et distinctions

Pierre Wokuri, postdoctorant au CEE, a obtenu 2 prix de thèse
  • Pierre WokuriPierre Wokuri

Pierre Wokuri, postdoctorant au CEE, a obtenu 2 prix pour sa thèse en Sciences Politiques : « Orienter et activer : les projets coopératifs d’énergie renouvelable à l’épreuve du marché. Une comparaison multi-niveaux Danemark, France, Royaume-Uni ».

Les autres distinctions des membres du CEE

 Abdelkarim Amengay 

a obtenu la prestigieuse bourse d’études supérieures du Canada Joseph-Armand-Bomb. Cette bourse d’une valeur de 75.000 euros sur trois ans, vise à développer les compétences en recherche en appuyant les étudiant.e.s qui ont obtenu d’excellents résultats dans leurs études de premier et de deuxième cycles en sciences humaines et qui démontrent un excellent potentiel en recherche.

Thomas Aguilera

multi-primé : En anglais : In 2016, Thomas Aguilera got three Awards for his PhD Dissertation.

Camille Allé 

a été distinguée par le jury du prix de thèse des collectivités territoriales pour sa thèse « Les politiques des finances locales : transformations des relations financières central/local en France (1970‑2010) » qu'elle a soutenue en janvier dernier, sous la direction de >Patrick Le Galès

Jenny Andersson

  • Awarded Major research grants from Riksbankens Jubileumsfond
  • Le CNRS a decerné une médaille de bronze à Jenny Andersson , historienne à Sciences Po, CEE. Destinée aux jeunes chercheurs et chercheuses, cette médaille vient récompenser leur talent et leur expertise. L’excellence des travaux de Jenny Andersson - déja récompensée par Conseil national scientifique suédois - avait été encore distinguée en 2012 par le Conseil européen de la recherche - European Research Council -  qui lui a attribué une de ses bourses (ERC Grant), connues pour être des plus sélectives à l’international. Ce soutien lui permet de conduire depuis lors un  projet de recherche unique en son genre : Futurepol
  • Présidente élue en 2018 pour les sciences de l'histoire à la Bank of Sweden Tercentenary Foundation
    Riksbankens Jubileumsfond (RJ) is an independent foundation with the goal of promoting and supporting research in the Humanities and Social Sciences. In 1962, the Riksdag approved a donation from Riksbanken (the Swedish Central Bank), aimed at celebrating Riksbanken’s 300th anniversary in 1968 and, simultaneously, supporting an important national objective.

Caroline Arnal

Lauréate du prix de recherche 2016 de la Fondation pour le lien social de la Croix-Rouge française. L’appel à Prix concernait les interrelations entre autonomie et liens sociaux et, plus précisément, les recherches menées sur les voies de construction, de maintien ou de rupture(s) de l’autonomie et de la réciprocité des conséquences sur la qualité des liens sociaux.

Christine Barwick

a reçu prix pour le meilleur essai, attribué par la Foundation of Urban and Regional Studies. Elle a également un prix de thèse de l'association allemande de sociologie, section de sociologie urbaine.

Clément Boisseuil

Marine Bourgeois 

A remporté

Nathalia Capellini Carvalho de Oliveira

A obtenu deux prix pour sa thèse intitulée : « Historiciser les barrages en Amazonie brésilienne : environnement, conflit et politique dans la planification et la construction de Tucuruí (1960- 1985), réalisée sous la direction de Grégory Quenet (Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines)

  • Le premier a été remis par l’Association des brésiliennistes d'Europe qui décerne chaque année le "Prix ABRE de la meilleure thèse européenne sur le Brésil" qui vise à récompenser la meilleure thèse de doctorat sur le Brésil en sciences humaines et sociales réalisée dans une institution universitaire européenne.
  • Le second a été remis par Institut des Amériques qui décerne chaque année un prix, sous forme d'aide à la publication, à une thèse en sciences humaines et sociales sur les Amériques

Tom Chevalier

  •  was awarded a John F. Kennedy Memorial Fellowship in 2017, providing him with funding to carry out a one-year research project at Harvard University's Center for European Studies. Having completed a doctoral thesis at Sciences Po which focused on how the welfare state takes care of young people across Europe, he now intends to turn his attention to the field of comparative political economy, taking a wider look at the ways institutions interact. Read the interview on Sciences Po website
  • a reçu le Doctoral Researcher Prize attribué chaque année par le Journal of European Social policy et l'European Network for Social Policy Analysis (ESPAnet) pour son article "Varieties of youth welfare citizenship. Towards a two-dimension typology". Son article a été publié dans le numéro de janvier 2016 du Journal of European Social Policy.

Amélie Corbel 

a obtenu une bourse de la fondation Atsumi et bénéficiera du statut de research student à l'université d'Hitotsubashi d'avril 2018 à mars 2019. Sa thèse porte sur l’administration – au sens large – des mariages entre nationaux et étrangers au Japon.

Antoine Courmont 

a reçu le prix de thèse sur la ville 2017  pour sa thèse de doctorat en science politique “Politique des données urbaines. Ce que l’open data fait au gouvernement urbain”, thèse soutenue à Sciences Po, sous la direction de Dominique Boullier

Marco Cremaschi

L’Assocation Européenne des Écoles de Urbanisme AESOP a conféré le prix annuel « Excellence in Teaching Award 2016 » au Cycle d’Urbanisme de l’Ecole Urbaine Sciences Po pour le workshop "Practical Plans: global migrants and local development in Lampedusa" organisé par les responsables scientifique et pédagogique Marco Cremaschi et Irène Mboumoua, et encadré par les enseignants du Cycle d’Urbanisme Jérôme Baratier, Marie Bassi, Alessandro Formisano. En savoir plus sur le site de l'École urbaine de Sciences Po 

Elodie Druez 

a reçu une bourse de recherche de la Ville de Paris pour son projet de recherche intitulé « Le vécu de la racisation et le rapport au politique des diplômés d’origine subsaharienne : Une comparaison Paris-Londres » (Sciences Po – INED). Lire l'article sur le site de la Mairie de Paris

Ruggero Gambacurta-Scopello

Son mémoire Les régimes passent, l'Etat développementaliste demeure a été publié chez L'Harmattan

Virginie Guiraudon

Élue présidente du comité de pilotage scientifique de l'ECPR Standing Group European Unon, 2020

Lisa Kastner

  • received PADEMIA Research Award and awarded by MPIfG
  • En anglais : Lisa Kastner received the 2016 PADEMIA Research Award for her dissertation Restraining Regulatory Capture: An Empirical Examination of the Power of Weak Interests in Financial Reforms in which she examines the role of civil society in the governance of finance after the financial crisis in 2008. The award was presented to Kastner on May 19, 2016, at the PADEMIA annual conference in Brussels.
  • Primée par l'MPIfG (Max-Planck-Institut für Gesellschaftsforschung), le plus important et prestigieux laboratoire allemand en sciences sociales.Le jury de la Société des Amis et anciens associés de la MPIfG (*) décerne à Lisa KASTNER le prix de la revue 2015 pour son article "Much Ado about Nothing?" Transnational Civil Society, Consumer Protection and Financial Regulatory Reform. Ce prix distingue le meilleur article publié par un chercheur de l'MPIfG.

Flip Kosteka

Patrick le Galès 

Nicolas Leron

  • a obtenu le Prix de Thèse Pierre PFLIMLIN
  • Un accessit a été délivré à Monsieur Nicolas LERON pour son travail intitulé "La gouvernance constitutionnelle des juges", une thèse en science politique soutenue le 29 janvier 2014 à Sciences Po. 

Nonna Mayer

Nonna Mayer et Tommaso Vitale 

nommé.e.s expert.e.s du Conseil Scientifique. Le Plan d'action 2015 -2017 contre le racisme et l'antisémitisme, dévoilé par le Premier ministre le 17 avril 2015, prévoit la création d'un Conseil scientifique auprès du Délégué interministériel à la lutte contre le racisme et l'antisémitisme. Pour en savoir plus

Myrtille Picaud

Lauréate de la fondation des sciences sociales

Clément Viktorovitch

a obtenu une Mention spéciale du Prix de thèse du Sénat 201. Le Jury du Prix de thèse du Sénat, réuni le 22 mai 2014 sous la présidence de M. Jean-Pierre BEL, Président du Sénat, a décerné une mention spéciale à Clément Viktorovitch.

Sofia Wickberg

Lauréate du prix Stopcorruption pour son chapitre ">Political Corruption in a World in Transition: The Fluctuating Boundaries of Corruption" dans Political Corruption in a World in Transition (Jonathan Mendilow and Eric Phelippeau eds, Vernon Press, 2019)>

Natasha Wunsch

Crédit photo : ©lenetstan/Shutterstock

Tags :
Back to top