Slide
Lectures numériques de la Bible
6 novembre 2018
Cogito, la lettre de la recherche à Sciences Po, numéro5
Cogito n°5
6 novembre 2018

Un collectif pour repenser l’environnement

Marche pour le climat à Paris (arrivée place de la République). 8 septembre 2018 Crédits : JJ Georges Travail personnelDu contenu de nos assiettes jusqu’à celui des sommets internationaux, en s’attardant dans les champs, la crise environnementale est omniprésente. Face à la gravité des questions qu’elle soulève, plus d’une vingtaine de chercheurs de Sciences Po, toutes disciplines confondues, ont formés l’Atelier interdisciplinaire de recherches sur l’environnement afin d’en analyser les multiples dimensions et envisager des moyens d’y faire face.
Les contributions sélectionnées pour ce dossier illustrent les principales directions des recherches conduites :  gouvernance, mode de vie et santé, catastrophes soit-disant “naturelles”, pour terminer par le besoin de penser en collectif !

  • La fabrique des politiques environnementales : le cas chinois. En 2014, Xi Jinping, président du champion de l’émission de CO2, a déclaré la guerre à la pollution. Mais comment conduire cette bataille alors que démographie et croissance économique suivent encore – et pour longtemps – une courbe ascendante ? Un régime autoritaire peut-il prendre compte toutes les parties prenantes, société civile comprise ? C’est ce que Richard Balme analyse en retraçant les pleins et creux des avancées chinoises, insuffisantes, mais bien réelles. 
  • La consommation engagée, que peut le consommateur ? Si la Chine pollue autant, n’est-ce pas aussi parce que nous consommons sans retenue des produits “bon” marché ? Consommer moins et mieux, recycler, organiser des circuits courts, produire “durable” et socialement responsable sont autant de voies dans lesquelles nos sociétés s’engagent. Auteure d’un ouvrage de référence sur la consommation engagée, Sophie Dubuisson-Quellier décortique les tenants et aboutissants de ce mouvement qui n’a pas dit son dernier mot. 
  • Villes sobres : entre « business as usual » et décroissance ? Consommer moins, économiser et recycler des ressources, c’est aussi un objectif que de nombreuses villes se sont fixés. En analysant des exemples de politiques conduites en ce sens par de grandes villes du Nord et du Sud, Charlotte Halpern met en lumière leurs fonctionnements, enjeux économiques et motivations politiques. Elle en examine aussi les résultats qui restent bien en-deçà des ambitions affichées.
  • Lignes de faille : tremblements de terre et changement historique. Les catastrophes naturelles nous rappellent à quel point nos sociétés sont soumises à des forces qui nous les dépassent. Pour autant, ces événements ont, au delà des drames qu’ils provoquent, un avant et un après que nous pouvons maîtriser. En se penchant sur l’impact territorial de tremblements de terre historiques, Giacomo Parrinello analyse les aménagements qui en ont résulté. À prendre en compte puisque l’on sait que les catastrophes « naturelles » sont appelées à se multiplier.
  • Pesticides et santé humaine : entre toxicologie et épidémiologie. L’usage et l’impact des pesticides chimiques occupent le palmarès des préoccupations en matière de pollution. Si l’on peut démontrer qu’ils dégradent l’écosystème, la question de leurs effets sur la santé humaine est l’objet de polémiques virulentes. Les uns assurent qu’ils sont nocifs, les autres en doutent. Or, les premiers en réfèrent à l’épidémiologie, les seconds  à la toxicologie. Dans son article, Jean-Noël Jouzel explique comment et pourquoi ces deux courants peinent à dialoguer. 
  • Pensez ensemble (en même temps) la Terre de manière égale ! Faire en sorte que tous les types d’approches se fécondent pour aborder l’urgence environnementale apparaît comme une nécessité. Cette conviction, Bernard Reber la fait notre en appelant à une intelligence collective réunissant acteurs politiques,  scientifiques de toutes les disciplines et société civile.


EN SAVOIR PLUS