Senegacnik, Alexandre

Alexandre Senegacnik, franco-allemand, est candidat au doctorat en droit à l'École de droit de Sciences Po où il rédige sous la direction commune du professeur Diego P. Fernández Arroyo et du professeur Emmanuel Gaillard une thèse sur l'interprétation des traités de protection des investissements étrangers. Il est par ailleurs assistant académique du Secrétaire général de l’Académie internationale de droit comparé et attaché d'enseignement au sein du LL.M. 'Transnational Arbitration & Dispute Settlement’ de Sciences Po.

Diplômé du double cursus en droits français et allemand (Maîtrise/LL.M.) de l'Université Paris 1 Panthéon Sorbonne et de l'Université de Cologne il est titulaire d'un Master 2 Recherche en droit international privé et du commerce international de l'Université de Paris 1 (major de promotion). Il est également titulaire d'un Master 2 Recherche 'International Economic Governance' commun à l'Université de Paris 1 l’École de droit de Sciences Po et la Columbia Law School (major de promotion).

Il a enseigné sur les campus parisien euro-américain euro-asiatique et franco-allemand de Sciences Po (‘Public International Law’, ‘Private International Law in a Globalized World’, ‘International Investment Protection in the EU/US Perspective’, ‘International Institutional Law’, 'International Investment Protection in the EU/Canada Perspective'). Il a par ailleurs été assistant pour les cours 'Droit international privé’ ‘Arbitrage commercial international’ et 'Theories of Justice'. Alexandre a également enseigné à l'École de droit de la Sorbonne (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) en qualité d'ATER (droit international public, relations internationales, droit international économique).

Alexandre a poursuivi ses recherches en tant que chercheur invité à la Columbia Law School à New York (Etats-Unis) l’Institut Max-Planck de droit public et international comparé à Heidelberg (Allemagne) la faculté de droit de l’Université de Kyoto (Japon) ainsi qu’à la faculté de droit de la National University of Singapore (Singapour) et à l’Institut Max Planck de droit procédural réglementaire international et européen (Luxembourg).

Retour en haut de page