5 juin 2019 - 5 juin 2020

Un an d'emprisonnement en Iran pour Fariba Adelkhah
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Le 5 juin 2019, Fariba Adelkhah et Roland Marchal, tous deux chercheurs au Centre de recherches internationales de Sciences Po (CERI), étaient arrêtés et emprisonnés à Téhéran.

Un an plus tard, malgré la libération de Roland Marchal le 20 mars 2020, Fariba Adelkhah demeure incarcérée dans la prison d’Evin.

À l’occasion de ce triste anniversaire, Shirin Ebadi, Prix Nobel de la Paix, soutient la chercheuse dans la message relayé par Olivier Duhamel, Président de la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP), et Frédéric Mion, Directeur de Sciences Po. 

Lire la suite

Shirin Ebadi demande la libération de Fariba Adelkhah (voir la vidéo)

Tags :

Quel droit à l’eau pour les femmes migrantes à Paris ?

Trois étudiantes de la Clinique présentent leurs recherches sur l'accès à l'eau et à l'assainissement
  • © Daniel Stockman / Flickr CC BY-SA 2.0© Daniel Stockman / Flickr CC BY-SA 2.0

Chaque année, l'École de droit de Sciences Po propose des “Cliniques” : des programmes pédagogiques situés à mi-chemin entre théorie et pratique, articulés autour d’une mission d’intérêt public.

Pendant neuf mois, Eline, Ivana et Juliette, étudiantes de l'Ecole de droit, ont étudié le sujet de l'accès à l'eau potable des populations migrantes, notamment des femmes migrantes, afin d’approfondir l’expertise du Collectif Coalition Eau

Elles racontent.

EN SAVOIR PLUS

Tags :

La Clinique de l’École de droit

Les admissions pour la rentrée 2020 sont ouvertes jusqu'au 8 juin 12h
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Chères étudiantes et Chers étudiants de 1ère année et de césure,

En 2ème année des masters Droit économique et Carrières judiciaires et juridiques vous aurez la possibilité de vous engager au sein de la Clinique de l'École de droit.

Voici le calendrier des admissions pour l'année universitaire 2020-2021 :

  • mercredi 27 juin 2020 : Ouverture des candidatures
  • lundi 8 juin 2020 à 12h : Date limite de candidature
  • du 15 au 28 juin 2020 : Auditions via Zoom
  • vendredi 10 juillet 2020 : Communication des résultats

En savoir plus sur la Clinique de l'Ecole de droit et les modalités de candidatures 2020

Contact : clinique.droit@sciencespo.fr

Tags :

L'Association des Juristes de Sciences Po (AJSP)

recrute sa nouvelle équipe pour l'année 2020-2021
  • Logo de l'AJSPLogo de l'AJSP

L'Association des Juristes de Sciences Po (AJSP) est à la recherche des futurs membres de son Bureau 2020-2021 parmi les futurs étudiants des masters Droit économique (English track students are welcome!), Droit et Finance et Carrières Judiciaires et Juridiques (CJJ).

Nous recrutons :

  • Un.e Président.e volontaire et organisé.e pour travailler en équipe et créer de la cohérence entre les Pôles. Nous cherchons quelqu'un d'impliqué et qui n'a pas peur de travailler sur plusieurs projets en même temps
  • Un.e Vice-Président.e disponible pour soutenir au besoin la/le Président.e (et éventuellement diriger un pôle). Répartition de la gestion des projets avec la/le Président.e
  • Un.e Trésorier.ère sans phobie administrative ou comptable pour gérer le budget de l’association (et éventuellement diriger un Pôle). Travail de coordination important. Coopération avec le Pôle Partenariats
  • Un.e Secrétaire Général.e dont le sens du contact est doublé de solides compétences en communication (et éventuellement diriger un Pôle) 
  • Un binôme Responsables Partenariats pour contacter des professionnels du droit en vue de former des partenariats durables et pour travailler sur le financement externe de l'association 
  • Un.e Responsable du Pôle CJJ, issu.e du master CJJ, pour mettre en avant la diversité des débouchés du master et faire découvrir l’actualité du monde judiciaire à l’Ecole de Droit
  • Un.e Responsable du Pôle Evénements matinal.e pour l’organisation des petits-déjeuners et couche-tard pour l’organisation de conférences, cocktails, et La Comparution etc. 
  • Un.e Responsable du Pôle Vie de Master pour l'organisation du Gala, d'afterworks et l'édition annuelle du Yearbook
  • Un.e Responsable du Pôle Contentieux et Arbitrage, issu.e du M2 CEA
  • Un.e Responsable du Pôle Sciences Pi, issu.e du M2 Droit de l’innovation, pour animer son M2 avec une large palette d’activités (candidature à envoyer à sciences.pi@sciencespo.fr)
  • Un Binôme de Rédacteurs en Chef de la Revue des Juristes de Sciences Po dont les deux membres ont un projet éditorial commun pertinent et disposent d’expériences préalables au sein d’une revue universitaire. Ils travailleront sur la parution d'un numéro papier par semestre (les thèmes de cette année : la privatisation de la justice et les nouveaux défis du droit de la santé). Ils coordonnent des travaux du blog avec les chroniqueurs et les étudiants de l'Ecole de Droit. Ils s'occupent enfin de la gestion administrative de La Revue : travail de développement des relations avec ses partenaires. Prérequis : une expérience au sein d'un comité de rédaction d'une revue et de bonnes compétences de gestions d'équipe sont préférées (candidature à envoyer à revue.ajsp@gmail.com)

Pour soumettre votre candidature, faites-nous parvenir à ajsp@sciencespo.fr un CV et un aperçu de vos projets pour l’année universitaire à venir ! Montrez-nous simplement votre motivation, les compétences dont vous disposez et indiquez-nous vos expériences antérieures (AJSP ou ailleurs) qui vous permettront de mener à bien vos idées !

Il n’est pas nécessaire, pour rejoindre le Bureau, d’avoir été membre de l’AJSP auparavant. La date limite de candidature par mail est fixée au 27 mai 2020 à 23h59. Par la suite, nous vous contacterons par e-mail pour les entretiens.

Nous espérons vos candidatures nombreuses ! 

Tags :

Webinar avec Anne Lemercier et Alexandre Couturier, associés du cabinet Clifford Chance

  • Anne Lemercier et Alexandre CouturierAnne Lemercier et Alexandre Couturier

Chères étudiantes, Chers étudiants,

Beaucoup d'entre vous qui se destinent au barreau nous ont fait part de leur inquiétude sur l'exercice de la profession d'avocat durant les années à venir et s'interrogent sur l'opportunité de présenter l'examen du barreau à court ou moyen terme.

Afin d'en débattre, Anne Lemercier et Alexandre Couturier, associés du cabinet Clifford Chance, partenaire privilégié de l'École de droit, ont accepté d'échanger avec vous au cours d'un webinar qui aura lieu le jeudi 28 mai 2020 à 17h.

Nous vous attendons nombreuses et nombreux pour cet échange !

Date de l'événement : 
Jeudi, 28 Mai, 2020 - 17:00 - 19:00
Tags :

Changement climatique et sexes : des perspectives en concurrence

par Helena Alviar García
  • Cueillette au Sri Lanka. Crédits photo : Anton MishinCueillette au Sri Lanka. Crédits photo : Anton Mishin

Est-il possible que la déprédation de l’environnement et le réchauffement climatique affectent différemment les femmes et les hommes ? Les féministes et certains acteurs de terrain posent cette question depuis plus d’un demi-siècle. Les analyses proposées sont diverses selon le type d’économies considérées, mais aussi selon la place des femmes dans ces modèles et dans les sociétés.

Lire la suite

Tags :

Concours d'Arbitrage International de Paris (CAIP)

Finale de la 15ème édition
  • Logo du CAIPLogo du CAIP

L'École de droit de Sciences Po, Clifford ChanceBredin Prat et White & Case  en partenariat avec la Cour internationale d’arbitrage de la Chambre de commerce internationale (CCI) et les Éditions Lamy/Wolters Kluwer ont le plaisir de vous informer de finale la 15ème édition du Concours d'Arbitrage International de Paris (CAIP).

Après deux phases écrites éliminatoires consistant en la rédaction de deux mémoires pour le demandeur et le défendeur, 8 équipes ont été sélectionnées pour la phase orale qui aura lieu les 16 et 17 juin 2020

L'équipe gagnante reçoit un prix de 8 000 euros des cabinets d'avocats partenaires avec un stage de 6 mois dans l'un de ceux-ci offert aux 2 membres titulaires et des ouvrages des éditions Lamy/Wolters Kluwer.

La seconde équipe reçoit un prix de 4 000 euros des cabinets d'avocats partenaires et des ouvrages des éditions Lamy/Wolters Kluwer.

En présence des membres du tribunal arbitral simulé présidé par Pierre Tercier, Professeur émérite de l'Université de Fribourg (Suisse), Président honoraire de la Cour internationale d’arbitrage de l’ICC.

Date de l'événement : 
Mercredi, 17 Juin, 2020 - 14:00 - 20:00
Lieu : 
Cabinet Clifford Chance - 1 rue d'Astorg - Paris 8ème (Sur invitation uniquement)
Tags :

A Political Economy of Contemporary Legality

Pr Duncan Kennedy
  • Professor Duncan KennedyProfessor Duncan Kennedy

The Sciences Po Law School and the Doctoral Program are pleased to invite you to the seminar by Professor Duncan Kennedy.

Professor Duncan Kennedy shared the following three questions that could inspire the discussion:

  1. This piece is based mainly on an account of American legality and it makes claims about the development of the Western European story; do you find the American story useful for understanding the European situation or are they too different? Why?
  2. Other than Wester Europe, do you consider this story useful to understand your own country? If not, what do you consider the principal differences between what Prof. Kennedy describes and your country's legal order?
  3. Professor Kennedy makes a statement at the beginning of the article about using political economy as a method. Do you consider this legal scholarship or not? Has your own work been informed by this method? 

Click here to access the free chapter

Date de l'événement : 
Jeudi, 14 Mai, 2020 - 17:30 - 19:30
Tags :

La clinique de l’École de droit : Le droit sur le terrain !

  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Deux groupes d’étudiant.e.s du programme clinique Migrations se sont rendus en janvier 2020 à Malte et à la frontière franco italienne dans le cadre de leurs projets clinique. Voici leurs témoignages.

Les mouvements migratoires en Méditerranée (Malte)

Fiona, Chloé et leur tutrice (avocate et membre du Gisti) sont parties en mission d’observation une semaine à Malte début janvier afin d’enquêter sur les conditions d’accueil des demandeurs d’asile arrivant dans le pays. Inscrite dans le cadre d’un partenariat avec le Groupe d'Information et de Soutien des Immigré.e.s (Gisti) et l'Observatoire des frontières Migreurop, l’enquête de terrain aboutira à un rapport retraçant le parcours des demandeurs d’asile arrivant à Malte depuis la Libye.

Le parcours le plus commun se déroule selon les étapes suivantes : le sauvetage en mer, le débarquement, puis le passage par le centre de réception initiale (IRC), la rétention et finalement la relocalisation ou le séjour d’une année en centre ouvert.

"La semaine a été riche en informations et en émotions et nous avons pu nous entretenir avec des acteurs institutionnels, des associations, des journalistes, des chercheurs et les principaux concernés, les demandeurs d'asile venant principalement du Soudan du Sud, d'Erythrée, de Somalie mais également de pays d'Afrique de l'Ouest comme le Mali, la Guinée et la Côte d’Ivoire.

En s'entretenant avec tous ces acteurs, il nous a été confirmé que, depuis 2018, le gouvernement maltais met en œuvre une rétention systématique et d'une durée indéfinie de toute personne secourue en mer ou entrant sur le territoire de façon irrégulière. Malgré des mois de recherches en amont, nous avons recueilli des témoignages pointant les conditions inhumaines et dégradantes des demandeurs d'asile séjournant sur le territoire. L'exemple frappant ressortant des témoignages que nous avons recueilli est le centre fermé de Safi qui compterait à ce jour, près de 1000 demandeurs d'asile dont des mineurs non accompagnés subiraient une violence physique et psychologique quotidienne.

Par ailleurs, les conditions dans le centre ouvert le plus important du pays, Hal Far Tent Village, que nous avons pu visiter, restent tout aussi précaires. Enfin, les nombreuses émeutes et protestations dans les divers centres, fermés comme ouverts, témoignent du désespoir lié à la situation vécue par les demandeurs d’asile sur le terrain.

De retour en France, nous nous sentons investies de la mission de contribuer à informer sur un système qui apparaît être en violation des directives européennes ainsi que du système européen et international de protection des droits humains."

Les privations de liberté dans le cadre des contrôles aux frontières à la frontière franco-italienne (Menton)

Sarah et Julien ont effectué un déplacement de terrain à la frontière franco-italienne, à Menton, dans le cadre d’un projet portant sur la privation de liberté à la frontière franco-italienne, en partenariat avec l’Association Nationale d’Assistance aux Frontières pour les Étrangers (ANAFÉ).

Ce projet s'inscrit dans le contexte du rétablissement des contrôles aux frontières intérieures. Depuis 2015, la France, comme d’autres pays de l’Union Européenne, a rétabli les contrôles à ses frontières intérieures, en application des articles 25 et suivants du Code Frontières Schengen. Ce règlement européen prévoit des mesures dérogatoires au principe d’absence de contrôle aux frontières intérieures afin de permettre ainsi aux États de répondre à des circonstances exceptionnelles de menaces graves pour l’ordre public ou pour leur sécurité́. Alors que le rétablissement des contrôles dans un cadre juridique imprécis se pérennise, le projet tente d’analyser les conditions dans lesquelles les personnes interpellées à la frontière sont privées de libertés dans l’attente de leur refoulement vers l’Italie.

"Ce déplacement fut l’occasion de rencontrer sur le terrain différents acteurs travaillant sur le rétablissement des contrôles aux frontières intérieures. Nous avons réalisé des entretiens avec des acteurs associatifs, ainsi qu’une avocate. Ces échanges nous ont permis de mieux appréhender les conséquences du rétablissement des contrôles sur les droits des personnes migrantes dans le contexte particulier de la zone frontalière. Nous avons également effectué un travail d'observation des lieux de contrôles et des lieux de privation de liberté. Enfin, nous avons pu échanger avec des personnes ayant été privées de liberté avant d’être refoulées vers l’Italie.

Cette expérience de terrain nourrira le travail d’analyse juridique que nous menons tout au long de l’année, sur le cadre juridique de la privation de liberté à la frontière franco-italienne et l’exercice des droits des personnes migrantes."

Tags :

Le projet "Le droit humain à l'eau potable et à l'assainissement en France" obtient le prix Anthony Mainguené 2020

Un projet du programme HEDG de la Clinique
  • Logo de la Fondation Anthony MainguenéLogo de la Fondation Anthony Mainguené

Le projet "Le droit humain à l'eau potable et à l'assainissement en France" du programme Human Rights, Economic Development and Globalization (HEDG) de la Clinique de l'École de droit, se voit décerner le prix Anthony Mainguené 2020.

Mené en partenariat avec le collectif Coalition Eau et la Fondation Danielle Mitterrand - France Libertés, ce projet avait pour but cette année d'approfondir l'expertise du collectif Coalition Eau et de ses partenaires sur les enjeux liés au droit à l‘eau potable en France.

Les étudiantes ont mené à bien une analyse et une étude de cas sur le sujet de l’accès à l'eau potable des populations migrantes, notamment des femmes. Cette analyse comprend, après plusieurs mois de travail, un diagnostic des enjeux actuels et des blocages liés à la non reconnaissance du droit à l'eau ainsi que des pistes de solutions et recommandations à l'attention des acteurs publics et associatifs.

Le Prix Anthony Mainguené permettra à ce projet de se poursuivre l’an prochain.

Nous présentons toutes nos félicitations aux lauréates Juliette de Raigniac, Ivana Jiminez Barrios et Eline Achterberget ainsi qu’à leur tuteur Benjamin Michel pour ce prix.

Une cérémonie officielle de remise de prix sera organisée dès que possible. 

Tags :

300 jours de détention pour Fariba Adelkhah

  • Fariba AdelkhahFariba Adelkhah

Fariba Adelkhah, chercheuse au Centre de recherches internationales de Sciences Po Paris, est en prison depuis plus de 300 jours en Iran. En affichant son visage sur le site des institutions universitaires et des équipes de recherche de France, nous voulons manifester le soutien de la communauté scientifique et inciter le gouvernement à tout mettre en œuvre pour sa libération.

Fariba est en danger. Nous devons agir d'urgence pour elle.

Tags :

APPEL À CANDIDATURES

Un ATER (1/2 poste) en droit
  • Mains tenant des CV candidature à un poste ©shutterstock/Sira AnamwongMains tenant des CV candidature à un poste ©shutterstock/Sira Anamwong

L’ÉCOLE DE DROIT DE SCIENCES PO RECRUTE POUR L’ANNÉE UNIVERSITAIRE 2020-2021 UN ATER (1/2 POSTE) EN DROIT

Les enseignements seront dispensés en français ou en anglais, au sein du Collège universitaire de Sciences Po, sur le campus de Paris et les campus en région.

Une excellente maitrise de l’anglais est indispensable.

Le dossier de candidature est constitué des pièces suivantes 

Dossier administratif

  • une déclaration de candidature 
  • une photocopie d'une pièce d'identité (recto-verso)
  • le(s) justificatif(s) de situation (carte d’étudiant·e, attestation de la directrice ou du directeur de thèse)
  • le cas échéant, copie du ou des contrat(s) d’ATER, contrat(s) doctoral(aux) précédemment obtenu(s)
  • pour les candidats étrangers : titre de séjour en cours de validité et le cas échéant une autorisation provisoire de travail
  • pour les candidat·e·s à une 4ème année, joindre une attestation de la directrice ou du directeur de thèse

Dossier scientifique

  • un curriculum vitae
  • une liste des travaux et articles
  • un résumé ou un plan de thèse
  • au moins un chapitre rédigé de la thèse
  • une lettre de motivation
  • les rapports d’activités rendus à l’École doctorale
  • une déclaration d'état d’avancement de la thèse
  • une attestation du directeur de thèse confirmant la soutenance avant le 31 août 2021
  • une lettre de recommandation du directeur de thèse
  • une publication significative
  • les évaluations des enseignements dispensés

L’ensemble de ces pièces doit être envoyé par courrier électronique avant le 21 avril 2020 à drh.poleacademique@sciencespo.fr.

Le résultat définitif sera communiqué le 2 juillet 2020.

Le comité de sélection s’appuiera sur l’excellence du parcours, l’état d’avancement de la recherche doctorale et sur la qualité des travaux présentés (en particulier la part d’ores et déjà rédigée de la thèse).

  • Année de campagne : 2020
  • Date de publication : 13 mars 2020
  • Établissement : IEP de Paris
  • Lieu d’exercice des fonctions : IEP (campus de Paris et campus en région)
  • Quotité du support : mi-temps
  • État du support : susceptible d’être vacant
  • Date d’ouverture des candidatures : 13 mars 2020
  • Date de clôture des candidatures : 21 avril 2020 

Contacts et adresses de correspondance 

Spécifications générales de cet appel à candidatures

Profil de l'appel à candidatures : profil susceptible d'une bonne insertion dans la communauté de recherche de l'École de droit, qui privilégie les approches globales, critiques et pluridisciplinaires du droit et de la pensée juridique. Maîtrise de l'anglais indispensable. Enseignements dispensés au sein du Collège universitaire de Sciences Po (campus de Paris et campus en région).

Job profile: the candidate is expected to fit in the research community of Sciences Po Law School. This community favours global, critical and pluridisciplinary approachs to the Law and legal thinking. The candidate is expected to teach in French and in English, at the College universitaire of Sciences Po (in any of the campuses of Sciences Po).

Tags :

Avenir de la profession d’avocat : la mission Perben

  • Les membres de la mission PerbenLes membres de la mission Perben

Nicole Belloubet, garde des Sceaux, ministre de la justice, a installé le 9 mars 2020 une mission sur l’avenir de la profession d’avocat, son équilibre économique et ses conditions d’exercice.

Cette mission, présidée par l'ancien garde des Sceaux Dominique Perbensera chargée d’identifier les propositions qui permettront de garantir aux avocats leur indépendance, leur liberté d’exercice et la viabilité de toutes les structures d’exercice. Les premières propositions de la mission sont attendues d’ici la fin du mois d’avril.

Dominique Perben, président de la commission, sera assisté d’un groupe de travail composé de Naïma Moutchou, députée, Philippe Bonnecarrère, sénateur, Christine Maugüé, conseillère d’État, Isabelle Gorce, présidente du tribunal judiciaire de Marseille, Dominique de la Garanderie, avocate, Jean-Michel Darrois, avocat, Thierry Wickers, avocat, et Christophe Jamin, professeur. 

Tags :

"On ne peut pas détourner le regard"

Entretien avec le Professeur Clément Bergère-Mestrinaro
  • Clément Bergère-MestrinaroClément Bergère-Mestrinaro

Rencontre avec Clément Bergère-Mestrinaro, Professeur affilié à l'École de droit de Sciences Po.

Quel a été votre parcours ?

Après des études secondaires en province, j'ai été admis à Sciences Po au sein du cursus Sciences et Sciences sociales qui venait d'ouvrir en partenariat avec l'Université Pierre et Marie Curie (Paris 6). Durant la période du collège universitaire, j'ai donc alterné les cours habituels de Sciences Po et les cours de sciences dures ; une expérience très stimulante !

Ma licence de chimie obtenue, j'ai abandonné les sciences pour me consacrer au droit au sein du master Carrières juridiques et judiciaires que j'ai obtenu en 2010. Reçu à l' École Nationale de la Magistrature (ENM) à l'issue du master, j'en suis sorti major en septembre 2013 pour rejoindre le tribunal d'instance de Fontainebleau.

En 2017, j'ai été nommé au tribunal judiciaire de Paris et affecté à la première chambre civile dans laquelle je traite principalement de la responsabilité de l'État pour les dysfonctionnements de la justice et de la responsabilité civile des professions du droit.

Quelles ont été vos motivations pour devenir magistrat ?

C'est un projet ancien, largement nourri par une magistrate de mon entourage. Ce métier m'est toujours apparu comme particulièrement varié et avec une forte dimension humaine. Le juge est au croisement entre la beauté du monde du droit, avec ses règles subtiles, pensées et exigences et la réalité de la société avec ses difficultés, ses incohérences et, évidemment, le facteur humain. Enfin, que le magistrat soit au siège ou au parquet, son quotidien est rempli de prises de décisions avec des conséquences souvent considérables : cette responsabilité est un facteur de motivation.

Quels sont vos défis au quotidien ?

Les fonctions de magistrat sont exigeantes en ce sens qu'elles exigent une permanente adaptation : le droit est vaste et changeant. Il faut à la fois le maîtriser, savoir l'appliquer et, surtout, pouvoir l'expliquer aux justiciables. A cet égard, les activités d'enseignement sont un formidable complément. La dimension humaine est aussi très intense car le juge est obligé de se confronter, sans filtre, à des réalités sociales parfois très dures. On ne peut pas détourner le regard.

Vous enseignez dans notre École depuis maintenant plusieurs années : pouvez-vous revenir sur les différentes missions que vous y exercez ?

J'ai eu la chance de rejoindre l'École de droit de Sciences Po en tant qu'enseignant dès 2013 et de redonner ainsi un peu à mon Alma Mater. J'ai enseigné le droit pénal en master Carrières juridiques et judiciaires et, parallèlement, le droit civil en classe préparatoire au concours de l'ENM.

Je me concentre désormais sur la classe préparatoire et son ambiance très concentrée et très stimulante. Outre la coordination et l'enseignement du droit civil, je participe à la vie du master Carrières juridiques et judiciaires en participant au recrutement des étudiants et au grand oral de diplôme.

Enfin, je suis à la disposition de l'équipe de l'École de droit pour participer et contribuer aux différents événements organisés par Sciences Po et pour lesquels je peux apporter mon aide.

Si vous aviez un seul conseil à donner à nos étudiants, lequel serait-ce ?

Faire preuve d'audace, intellectuellement et professionnellement ! Une société a toujours besoin de gens qui osent.

Tags :

"Un métier exigeant, stimulant et au service de l’intérêt général"

Rencontre avec Élise Lehoux, Major 2019 du concours de l'École Nationale de la Magistrature (ENM)
  • Élise LehouxÉlise Lehoux

Quel a été votre parcours à Sciences Po ?

Je suis entrée à Sciences Po au Collège universitaire sur le campus de Paris. Après mon année d’échange à l’étranger, que j’ai passée à Wellesley College, près de Boston, j’ai choisi le master Droit économique avec une spécialisation en Contentieux Économique et Arbitrage (CEA) en deuxième année. En effet, je souhaitais initialement travailler à l’international, notamment dans le domaine des droits de l’homme. Cependant, dès ma première année de Master, j’ai commencé à envisager de tenter d’intégrer la magistrature. Grâce à l’École de droit, j’ai ensuite eu l’opportunité de passer mon année de césure à la Cour européenne des droits de l’homme. Cette année m’a donné le recul nécessaire pour décider de préparer le concours, ce que j’ai fait l’année suivante.

Quelles ont été vos motivations pour passer le concours de l'École Nationale de la Magistrature (ENM) ?

La magistrature m’apparait comme un moyen d’unir à la fois la technicité et la rigueur du droit et des qualités humaines comme l’écoute et la compréhension. C’est la garantie d’un défi quotidien sur le plan personnel comme professionnel. Le magistrat doit comprendre et équilibrer des points de vue et intérêts différents, souvent opposés, et se retrouve ainsi confronté à la société dans toute sa complexité. Tous ces aspects font du métier de magistrat un métier exigeant, stimulant et au service de l’intérêt général.

Comment avez-vous préparé le concours ?

J’ai suivi la classe préparatoire de l'École de droit de Sciences Po en parallèle de mon Master 2. J’ai ainsi pu effectuer un grand nombre de concours blancs pour mieux comprendre et appliquer la méthodologie. Toutefois, j’ai principalement utilisé mes propres supports de révision car je préférais varier les sources et manuels utilisés. Enfin, j’ai eu la chance de pouvoir travailler beaucoup en groupe, notamment pour la préparation des oraux d’admission, ce qui a été indispensable pour rester motivée et réviser efficacement.

Quels conseils donneriez-vous aux étudiants qui souhaiteraient suivre votre parcours ?

Je leur conseillerais d’abord de prendre le temps de mûrir leur projet et de ne pas chercher à avoir un parcours "idéal". Faire des stages, travailler ou prendre une année de césure permettent de confirmer et de tester sa motivation avant de se lancer dans la préparation du concours, qui est longue et exigeante. Pour cela, faire des stages en juridiction et échanger avec des magistrats est un précieux avantage.

Tags :

Laëtitia Marchand et Hicham Kaddoum, vainqueurs de La Comparution 2020

  • Mohamed Essid, Laëtitia Marchand et Hicham Kaddoum ©Mélissandre EloiMohamed Essid, Laëtitia Marchand et Hicham Kaddoum ©Mélissandre Eloi

Le 27 février 2020 s’est tenue à la première chambre de la Cour d’appel de Paris la finale de La Comparution, le concours de plaidoiries de l’École de Droit de Sciences Po.

La Comparution s’inspire de la procédure de comparution immédiate et permet aux étudiants de découvrir la défense pénale d’urgence. Le concours, qui est né d’une collaboration entre l’Association des Juristes de Sciences Po (AJSP) et Sciences Polémiques, est devenu une tradition à l’École de Droit. Cette année a été célébrée la quatrième édition du concours, marquée par d’excellents réquisitoires et plaidoiries, un jury d’exception, et une finale pour la deuxième fois hors les murs de Sciences Po.

En phase de sélections, 52 candidats se sont fait face par paires, endossant le rôle du procureur représentant le ministère public ou celui de l’avocat qui défend le prévenu dans des affaires de vol, de trafic de stupéfiants, d’outrage ou encore de violences. Les jurés ont souligné la remarquable qualité des interventions, et chaque soir était un véritable cours pratique en droit pénal grâce aux commentaires du jury.

La finale a vu s’affronter trois candidats procureurs – Laëtitia Marchand, Grégoire Hue et Clémentine Marcon – et trois candidats avocats – Hicham Kaddoum, Mohamed Essid et Raphaël Saint-George – face à un éminent jury composé de M. Christophe Jamin, Me Corinne Dreyfus-Schmidt, Me Frédérique Baulieu, M. Denis Kenette, Mme Aude Buresi et M. Marc SommererChaque finaliste a su mener l’assistance à travers un raisonnement clair et éloquent pour convaincre, et a dû faire face aux exigeantes questions du jury.

Après de longues délibérations, le jury a déclaré Laëtitia Marchand et Hicham Kaddoum vainqueurs de l’édition 2020, avec une mention spéciale attribuée à Mohamed Essid pour sa performance remarquable.

Nous souhaitons remercier vivement le cabinet Temime & Associés pour son soutien continu depuis la création de ce concours. Merci aussi à la Première présidence de la Cour d'appel de Paris de nous avoir permis à nouveau d’organiser la finale dans une chambre si emblématique.

Nous remercions également l’École de Droit pour son aide tout au long de la préparation du concours. Merci aussi à toutes les personnes ayant pris le temps de faire partie du jury tant en phase de sélections qu’en finale. Enfin, merci à Mme Audrey Nielsen et Me Alexandra Boret qui ont critiqué les réquisitions et plaidoiries de finale avec humour et bienveillance, ainsi qu’à Me Bertrand Périer qui a aidé les finalistes à préparer leurs interventions.

À l’année prochaine pour la cinquième édition !

L’équipe de La Comparution 2020
Myriam Azzouz, Mathieu Loiseau, Benjamin Guillon et Valentine Launay

Tags :

Concours de l’Autorité de la concurrence

Félicitations à l'équipe de l'École de droit de Sciences Po !
  • Agnès Ramière de FortanierAgnès Ramière de Fortanier

Vendredi 14 février 2020 a eu lieu la finale de la deuxième édition du concours de l’Autorité de la concurrence.

Basé sur un dossier de 64 pièces préparé par les équipes de l'Autorité, douze écoles et universités se sont affrontées à l’écrit en endossant le rôle de rapporteur ou avocat. Les quatre équipes ayant produit les meilleurs écrits se sont qualifiées pour la finale.

Pour la deuxième année consécutive, l’équipe de Sciences Po composée cette année de Clarisse Böhmer, Éléonore Castagnet, Amel Krideche, Agnès Ramière de Fortanier (master Droit économique, spécialité Contencieux Économique et Arbitrage), Chloé Delay (master Droit économique, spécialité Entreprises, Marchés, Régulations) et Louis Roussier (master Droit économique, spécialité Droit Public Économique) a été finaliste.

Endossant le rôle de rapporteur, elle a pu participer à des plaidoiries orales devant des membres du Collège de l’Autorité. L’équipe tient à remercier Me Éric Paroche et le département Concurrence du cabinet Hogan Lovells pour leur aide précieuse tout au long de la préparation du concours. De même, l’équipe félicite le Master 2 Droit et Régulation des marchés de l’Université Paris Dauphine pour sa victoire.

« Ce concours de plaidoiries devant l'Autorité nous a permis de nous plonger dans un dossier tel que l'on pourrait être amenés à en connaître en cabinet d’avocats. L'expérience a été très enrichissante et nous a entraînée à l'exercice exigeant qu'est la plaidoirie. Nous sommes très heureux d’être arrivés en finale et espérons vivement que les prochaines promotions du Master Droit Économique participeront également à ce concours. »

Clarisse Böhmer et Amel Krideche

Clarisse Böhmer et Amel Krideche

Chloé Delay

Chloé Delay

Amel Krideche, Louis Roussier, Eléonore Castagnet

Amel Krideche, Louis Roussier et Eléonore Castagnet

Tags :

Any questions about the LLM in Transnational Arbitration & Dispute Settlement?

Ask us!
  • Paysage urbain de Paris avec la tour Eiffel ©shutterstock/photo.uaPaysage urbain de Paris avec la tour Eiffel ©shutterstock/photo.ua

Are you interested in applying to Sciences Po Law School's LLM in Transnational Arbitration & Dispute Settlement?
To give you an opportunity to discover the LLM no matter where you are in the world, and to answer all your possible questions, we are preparing a new innovative format which should be of interest to all prospective applicants.
Any questions about the LLM? Ask us!

Submit your questions before March 10 to ecole.droit@sciencepo.fr

A short 15-minute video is currently being prepared to offer an overview of the programme while discussing:

  • Admissions process
  • Curriculum
  • Professional opportunities

Answers will be provided from an academic, administrative and student perspective.

Discover our video on YouTube from March 17.

Tags :

Petit-déjeuner avec le cabinet Flichy-Grangé Avocats

AJSP
  • Logo AJSPLogo AJSP

L'Association des Juristes de Sciences Po (AJSP) a le plaisir de vous convier à un petit-déjeuner en présence de Flichy Grangé Avocats, spécialistes en droit social et droit du travail, le 11 mars de 8h à 10h.

Flichy Grangé Avocats, fort d’un équipe aux profils issus de tous horizons (université, HEC, Sciences Po), bénéficie d’une approche complète et transversale du droit social, tant dans ses aspects juridiques que pragmatiques, comptables, financiers ou commerciaux. Le cabinet s’ouvre également sur l’international en alliant une maîtrise parfaite de l’anglais par ses équipes ainsi qu’un réseau mondial de cabinets partenaires.

Pour en savoir plus sur le cabinet : https://www.flichygrange.fr/accueil.htm

Si vous êtes intéressés par ce cabinet et que vous souhaitez postuler : https://www.flichygrange.fr/recrutement.htm

Le nombre de places étant limité, merci de vous inscrire à l'événement via Eventbrite.
S'INSCRIRE C'EST VENIR. En cas d'empêchement, merci de passer directement par la billetterie en ligne pour procéder à votre désinscription.

Date de l'événement : 
Mercredi, 11 Mars, 2020 - 08:00 - 10:00
Lieu : 
Sciences Po - 56 rue des Saints-Pères – Paris 7ème - Salle B103
Tags :

SÉMINAIRE ANNULÉ : Sciences comportementales et régulation juridique : le "nudging" entre libertarianisme et paternalisme

Séminaire de l’École de droit

SÉMINAIRE ANNULÉ

Une fois que l'on reconnaît que les individus ne sont pas (comme dans la représentation utilitariste classique) rationnels, et motivés par la maximisation de leur utilité individuelle, comment influencer leurs comportements de la manière à la fois la plus efficace et la plus respectueuse de leur liberté individuelle ?

Le "nudging" (la manipulation de l'environnement au sein duquel l'individu fait ses choix) constitue-t-il la promesse d'un droit mieux outillé à atteindre ses objectifs, et en même temps plus modeste car soucieux de prendre en compte les biais et "irrationalités" de l'agent individuel ?

A partir d’une présentation des acquis des sciences comportementales, développées notamment par les psychologues A. Tversky et D. Kahneman, ainsi que des conséquences qu’en ont tirées pour l’économie et le droit R. Thaler et C. Sunstein, l’on tentera de poser dans ce séminaire la question de savoir si le nudging ne doit pas aller plus loin afin d’inciter les individus à être non seulement réflexifs, mais également autonomes, au sens où l’entendait Castoriadis.

Olivier De Schutter : Co-chair, International Panel of Experts on Sustainable Food Systems (IPES-Food) ; Member, UN Committee on Economic, Social and Cultural Rights, Institute for Interdisciplinary Research in Legal Sciences (JUR-I), University of Louvain (UCLouvain).

Date de l'événement : 
Jeudi, 19 Mars, 2020 - 12:45 - 14:15
Lieu : 
-
Tags :

EVENT CANCELLED: Latin-American Arbitration Practitioners’ Roundtable

Paris Arbitration Week 2020

EVENT CANCELLED

On April 2nd 2020, Sciences Po Law School will host a Latin-American Arbitration Practitioners’ Roundtable to discuss the current state and recent developments on the continent.

The Roundtable will be moderated by Diego P. Fernández Arroyo and José Ricardo Feris.

The Roundtable Speakers are Francesco Campora, Eleonora Coelho, Valeria Galindez, Renato Grion, Elena Gutierrez, Christa Mueller, Rafael Rincón, Ana Serra e Moura, Claus von Wobeser and Bernardo Wayar Ocampo.

Date de l'événement : 
Jeudi, 2 Avril, 2020 - 08:00 - 10:30
Lieu : 
-
Tags :

ÉVÉNEMENT ANNULÉ : Afterwork EY Société d'Avocats et Cocktail networking

Sciences Po Carrières, EY et EY Société d'avocats

ÉVÉNEMENT ANNULÉ

Mercredi 11 mars à 17h30, vivez l'expérience EY, participez à l'Afterwork !

Rencontrez des collaborateurs d'EY et EY Société d'Avocats et participez à un cocktail networking à l'issue de la présentation.

17h30 : Présentation par Olivier Macard, Associé EY

18h30 : Cocktail de networking

Date de l'événement : 
Mercredi, 11 Mars, 2020 - 17:30 - 19:30
Lieu : 
-
Tags :

Petit-déjeuner sur le thème du droit à l'oubli avec l'équipe IP/IT du cabinet White & Case

Pôle Sciences Pi de l’AJSP
  • Human head with futuristic elements and binary code ©shutterstock/Daniel ReinerHuman head with futuristic elements and binary code ©shutterstock/Daniel Reiner

Le Pôle Sciences Pi de l’Association des Juristes de Sciences Po (AJSP) a le plaisir de vous convier à un petit-déjeuner sur le thème du droit à l’oubli le jeudi 12 mars à 8h30 organisé par l’équipe IP/IT du cabinet White & Case.

Cette rencontre est destinée aux étudiants de M1 et M2 intéressés par les problématiques des données à caractère personnel mais également de façon plus générale par les sujets de propriété intellectuelle et de technologies de l’information.

L’équipe IP/IT présentera la notion de droit à l’oubli et les différentes questions y afférent. Elle sera également disponible pour répondre à vos questions quant à la pratique du métier d’avocat dans le domaine de la propriété intellectuelle et des technologies de l’information.

White & Case, créé en 1901 à Wall Street et présent à Paris depuis 1926, est un cabinet d’avocats d’affaires international. Les avocats apportent leurs expertises tant en conseil qu’en contentieux et conseillent des clients français et internationaux.

S’inscrire c’est venir. En cas d’empêchement, merci de passer directement par la billetterie en ligne pour procéder à voter désinscription. 

Date de l'événement : 
Jeudi, 12 Mars, 2020 - 08:30 - 10:00
Lieu : 
White & Case LLP - 19 Place Vendôme - 75001 Paris
Tags :

ÉVÉNEMENT ANNULÉ : Représentation de la troupe de théâtre des étudiants de l'École de droit

Save the date

ÉVÉNEMENT ANNULÉ

Étudiant(e)s, Professeur(e)s de l’École de droit et d’ailleurs, la troupe de théâtre de l'École de droit revient sur scène pour la neuvième année consécutive !

Oubliez enfin vos questionnements existentiels, vos recherches de stage, vos changements de parcours inopinés, vos voyages à annuler, vos papers à boucler et vos examens à préparer !

Venez sourire et rire avec le nouveau spectacle des Drôles de Juristes le jeudi 2 avril 2020 à 17h en amphithéâtre Jean Moulin.

On vous y attend !

Date de l'événement : 
Jeudi, 2 Avril, 2020 - 17:00 - 19:00
Lieu : 
-
Tags :

GRADUATE CONFERENCE (18 juin 2020)

Appel à candidatures
  •  Medardo Rosso dans son atelier Medardo Rosso dans son atelier

Les doctorants de l’École de droit de Sciences Po à Paris sont heureux d’annoncer la tenue de la 9ème édition de la Conférence des Jeunes Chercheurs (Graduate Conference) qui se déroulera durant la Semaine Doctorale Intensive.

Au cours de cette conférence, nous poserons la question suivante :

LE DROIT INVENTE-T-IL LA RÉALITÉ ?

9ème CONFÉRENCE DES JEUNES CHERCHEURS : UN APERÇU
Le droit est une institution régulatrice du pouvoir politique qui, en tant que discipline, ordonne les interactions principales de la société, les définissant au sein de la fiction de son langage. Se faisant, plus sujet écrivant qu’objet d’écriture, il raconte la “réalité”. Ainsi, le droit ferait-il plus que retranscrire la réalité ? N’aurait-il pas aussi un effet créateur ? Il semblerait que la narration juridique oscille entre transcription et création, entre intégration et interprétation. L’objectif de la conférence est d’interroger cette perméabilité du droit à la réalité, entendue comme un enfant de la modernité. La modernité peut être perçue comme le mythe de l’objectivité scientifique, de l’efficacité technique et du rendement économique. Dépositaire du paradigme moderne, le droit participe de cette mythologie et, en cela, s’institue comme “constructeur de monde”. Or, le droit est-il capable de réflexivité vis-à-vis de cette mythologie ? Inversement, n’est-il pas toujours contraint à s’y conformer, toujours avec un temps de retard ?

Contact : gradconf.law@sciencespo.fr

Tags :
Retour en haut de page