Elections générales Mexique 2018

Le élections générales au Mexique, prévues le 1er juillet 2018 représentent un défi logistique et institutionnel pour le pays, représentant les plus grandes élections de l’histoire du pays. À cette date seront élus au total 3416 candidats pour occuper les postes de président, de vice-président, de sénateurs et députés à l’échelle nationale et locale et de gouverneurs et maires.

Sur un plan institutionnel, ces élections semblent menacées par la violence dont le gouvernement est conscient. En effet, au cours des derniers mois plusieurs candidats ont été assassinés dans différents états. En réaction à ces faits, le 16 mars, lors d’une conférence à Madrid le secrétaire général de l’Organisation des États Américains, Luis Almagro, a exprimé sa préoccupation au sujet de la violence politique qui hante les campagnes électorales.


Liens utiles

Instituto Nacional Electoral

Dossier des élections réalisé par El País

Dossier des élections réalisé par The New York Times


Elections présidentielles


  • Andrés Manuel López Obrador, candidat pour la coalition “Juntos Haremos Historia” constituée par les partis Movimiento de Regeneración Nacional (Morena), Encuentro Social (PES) et le Partido del Trabajo (PT). C’est sa troisième candidature aux élections présidentielles.
  • Ricardo Anaya candidat pour la coalition “Por México al Frente”, formée par le PAN, parti à tendance conservatrice, le parti de gauche PRD et Movimiento Ciudadano.
  • Margariza Zavala, candidate indépendante, ancienne première dame.
  • José Antonio Meade pour la coalition “Todos por México”, dirigé par le parti au pouvoir PRI, avec le Partido Ecologista de México (PVEM) et Nueva Alianza. Il a occupé le poste de secrétaire d’État sous le gouvernement d’Enrique Peña Nieto.
  • Jaime Rodríguez Calderón “El Bronco”, candidat indépendant, ancien gouverneur de l’état de Nuevo León.

 

Intention de vote

Faute d’un système d’élection du président à deux tours, les sondages jouent un rôle clé dans ce processus électoral.

 

 

Source : El País, 2 mars 2018

 

 

Historique de l’intention de vote pour les candidats aux élections présidentielles :

Source : Oraculus