Brésil : élections générales 2018

Au mois d’octobre 2018 se dérouleront des élections générales au Brésil, permettant d’élire le président, les gouverneurs des États, les députés et sénateurs du Congreso Nacional, ainsi que les députés et sénateurs des assemblées législatives des États.

Le premier tour des élections se tiendra le 7 octobre 2018, et le second tour aura lieu trois semaines après, le 28 octobre 2018.


Liens utiles

Tribunal Superior Eleitoral


Les élections présidentielles

Officiellement, la campagne électoral débute au mois d’août 2018. Cependant, depuis le début de l’année dernière avec les annonces de pré-candidatures, s’est progressivement dessiné le panorama des élections. Preuve de ceci sont les sondages d'intention de vote menés tout au long de l'année 2017.

À l’attente de l’inscription officielle des candidats auprès du 15 août 2018, date limite des candidatures auprès du Tribunal Supremo Eleitoral, les pré-candidats à l’élection présidentielle sont les suivants :

  • Jair Bolsonaro
  • Geraldo Alckmin
  • Marina Silva (Rede)
  • Ciro Gomes (PDT)
  • Luciano Huck (indépendant)
  • Manuela D’Avila (PCdoB)
  • Álvaro Dias (Podemos)
  • João Almoedo (Novo)
  • Cinq pré candidats du PSOL
  • Paulo Rabello de Castro (PSC)
  • Henrique Meirelles (PSD)
  • Fernando Collor de Mello (PTC)

Le développement de l’affaire pénale concernant Luiz Inácio Lula da Silva, ancien président du Brésil au nom du Partido dos Trabalhadores (Parti des Travailleurs), a eu un impact sur la campagne. En effet, les sondages d’intention de vote étaient très favorables pour une victoire de l’ancien président. Au lendemain de son emprisonnement pour une condamnation de douze ans et un mois en lien avec l’enquête du Lava Jato, sa candidature se trouve .

En juillet 2017, l’ancien président avait été condamné à neuf ans de prison en première instance pour avoir accepté un appartement en échange de contrats octroyés à des entreprises privées sous son gouvernement. En janvier 2018 la peine a été alourdie pour condamner finalement Lula da Silva à douze ans de prison. Cette affaire s’inscrit dans le cadre d’une grande enquête de corruption concernant l’entreprise Petrobras et des compagnies de construction qui auraient réalisé des paiements pour remporter des contrats à des prix gonflés.

Samedi 7 avril 2018 Lula da Silva s’est rendu à la police tout en évitant de désigner un successeur à sa candidature au nom du PT.

Voir à ce sujet l’article du journal Le Monde et la chronologie établie par le journal El País.


Sondages d’intention de vote