Un voyage d'études à Seoul

  • Seoul © UrbanBrushSeoul © UrbanBrush

« Qui est gouverné et qu'est-ce qui est inclus dans les politiques d’innovation de Séoul ? ». Les étudiants du master Governing the Large Metropolis vont tenter de répondre à cette question lors de leur voyage d’études à Séoul du 12 au 19 janvier.

Connue sous le nom de "miracle sur le fleuve Han", la Corée du Sud est passée d’un pays en développement à un pays développé très rapidement après la guerre de Corée terminée en 1953 et le pays est aujourd’hui bien connu pour son industrie de haute technologie.

Séoul, en tant que capitale du pays, a été le centre de la richesse, du pouvoir et de la population du pays. Aujourd’hui, la ville veut être plus intelligente, plus inclusive et plus cultivée.

L'objectif du voyage d'étude, par conséquent, est d'observer les stratégies et la situation actuelle en rencontrant des organismes publics et privés concernés comme la mairie de Seoul, une association citoyenne coopérative, des ONG, des services d'insfrastructures urbaines et également en visitant des projets de sites urbains variés.

Après le voyage, les étudiants produiront un rapport qui sera publié à la fin de l'année.

Tags :

Portrait: Juan Cristellys, alumnus

  • Juan Cristellys Sancho © JCSJuan Cristellys Sancho © JCS
Juan Cristellys, espagnol, a été diplômé du Master Governing the Large Metropolis (GLM) en 2015. Il a effectué son Bachelor à Sciences Po, sur le campus de Poitiers qui est spécialisé dans les régions d'Amérique du Sud, d'Espagne et du Portugal.

Quel est votre poste actuel ?

Je suis consultant senior chez Eurogroup Consulting, un cabinet de conseil en stratégie. Je suis basé à Paris et j'ai deux missions principales. Tout d’abord, des projets de conseil stratégique CRS pour les entreprises impliquées dans l’organisation et le développement des Jeux Olympiques de Paris 2024. Ma deuxième tâche est le conseil organisationnel d'acteurs privés et publics dans le cadre de projets de fusion ou de restructuration.

Quel a été votre parcours depuis l'obtention de votre diplôme ? 

Après mon master, j'ai effectué un stage à l'EFUS (European forum for urban security), le seul réseau européen travaillant sur la prévention et la sécurité au niveau local.

Après ce stage, ils m'ont engagé comme Responsable de programme et j'ai passé 3 ans à travailler principalement sur les domaines d'activité suivants : conseil politique pour la création, la mise en œuvre et l’évaluation de stratégies de prévention de la criminalité pour des autorités locales et régionales; conception et gestion de projets européens (financés par l’UE), ayant un budget allant jusqu’à 600 000 € par projet, impliquant divers intervenants (municipalités, ministères, universités, etc.) et développement du réseau de villes de l’EFUS, principalement en Espagne.

Après ces trois ans passés chez Efus, j'ai décidé de rejoindre Eurogroup Consulting afin d'améliorer mon expertise dans d'autres domaines que la securité, comme le transport, l'énergie ou la RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises).

Qu'avez-vous pensé de votre formation à Sciences Po ?

Sciences Po vous donne la liberté de construire votre propre parcours académique et professionnel, du bachelor jusqu’au master. Ce n’est pas seulement en raison de la variété de son offre pédagogique, mais aussi en raison de la liberté qui vous est donnée de choisir le sujet à aborder à travers vos différentes travaux.

GLM, par exemple, accorde une importance particulière à votre autonomie et à vos propres intérêts lorsqu’il s’agit de travaux individuels et collectifs. Dans mon cas, j’ai toujours été en mesure d’entreprendre différents projets (capstone, paper, présentation, dissertation professionnelle, etc.) liés à mon domaine d’intérêt : à savoir, la conception de politiques et de conseil sur les questions de sécurité.

Pour résumer, Sciences Po vous donne les outils et c’est à vous de les activer en fonction de vos propres intérêts ! Dans mon cas, GLM et son équipe pédagogique ont été la clé pour concrétiser mon propre projet et trouver les sujets avec lesquels j’ai pu grandir.

Votre master vous a-t-il aidé à trouver un emploi ?

Absolument ! Pour 2 raisons principales : j’ai toujours eu le soutien et les conseils des équipes pédagogique et scientifique de mon master. C’était un facteur clé dans la recherche de mon stage et dans la prise de contact avec des organisations potentielles lors de la recherche d’opportunités d’emploi.

En outre, malgré les éventuelles différences entre les étudiants GLM en termes d’intérêts thématiques (transport, sécurité, logement, etc.), nous partageons tous des compétences communes développées au cours de notre master, qui sont les suivantes : cartographier les ressources pour les gérer, rédiger des recommandations et être en mesure d’évaluer l’impact des mesures prises. Toutes ces compétences ont été essentielles pour être considéré comme fiable dans mes emplois précédents et actuel.

Tags :

Zoom sur un projet collectif

  • Les étudiants et Vincent Lenouvel de GRDFLes étudiants et Vincent Lenouvel de GRDF
Les projets collectifs des étudiants du master Stratégies territoriales et urbaines ont débuté depuis trois mois. Corentin Casays, Chloé Chéfiare, Elorn Goasdoué et Caroline Pinton répondent à la demande de la société GRDF (Gaz réseau distribution France) qui souhaite approfondir la compréhension du fonctionnement du couple Région/EPCI dans la réalisation de la transition énergétique locale. Ils nous parlent de leur projet.

Vous avez choisi un projet sur le thème de la transition énergétique. Pouvez-vous nous en dire plus sur ce projet et pourquoi celui-ci vous a attiré ?

Co.C : C’est l'aspect analyse de la gouvernance qui m'a attiré dans ce sujet. Ce domaine est l'un de ceux qui m'ont poussé à vouloir compléter ma formation par un master à Sciences Po. C'est la raison pour laquelle je me suis naturellement tourné vers ce projet.

Ch.C. : Venant d’une faculté de droit, les questions de transition énergétique sont assez nouvelles pour moi. J’ai choisi ce projet collectif pour deux raisons. Tout d’abord parce qu’il porte principalement sur les relations entre acteurs, notamment du secteur public : les EPCI (Établissement public de coopération intercommunale) et les régions. Ensuite, la question énergétique, au delà des aspects techniques, est un élément structurant du territoire par la présence de réseaux, de grands distributeurs historiques et aussi de l’intérêt crucial d’adaptation aux objectifs environnementaux.

C.P. : Ce projet m'a attirée d'une part car il est en lien avec mon domaine d'étude d'origine et que ce sujet me tient à cœur, et d'autre part car il me permet d'aborder la question de la transition d'un point de vue différent de celui que j'avais jusqu'à présent (celui des sciences politiques), me permettant d'appliquer les nouveaux concepts et les nouvelles connaissance vues en cours à Sciences Po.

E.G. : La transition énergétique est un sujet auquel je suis assez sensible, car il me paraît être un enjeu majeur à l’échelle globale. La vitesse à laquelle avancera cette transition déterminera en bonne partie l’avenir du climat, ce qui justifie qu’on s’y intéresse et qu’on s’y investisse.

En quoi votre parcours est-il un atout pour ce projet collectif ?

C.P. : Mon parcours m'a dotée d'une excellente formation pour la manipulation des données quantitatives. En outre, j'ai suivi une spécialisation en microéconomie, ce qui me permet de bien saisir l'ensemble des enjeux économiques qui émergent à l'échelle locale.

E.G. : Mes deux ans à Sciences Po Nancy m’ont permis de développer mes capacités d’analyse, et mon passage à la Freie Universität m’a poussé à beaucoup me renseigner sur les initiatives de transition énergétique locale. Mon travail de bachelor portait précisément sur ce sujet, avec une analyse des politiques mises en place par la ville de Freiburg en Allemagne.

Ch.C. : Mon parcours me permet surtout de comprendre les ressorts institutionnels de l’action territoriale. C’est particulièrement stimulant de pouvoir confronter les règles théoriques aux applications pratiques constituant la gouvernance territoriale des politiques énergétiques locales.

Co.C. : Mon parcours me semble être un atout dans le sens où j'ai une connaissance techniques des enjeux de la transition énergétique assez fine. J'espère pouvoir les mettre à contribution lors de ce projet !

Le projet a été lancé il y a bientôt deux mois. Où en êtes-vous dans votre avancement et quelles sont vos impressions pour ces premières semaines ?

Ch.C. : Le projet en est actuellement à sa phase théorique, où nous nous familiarisons aux questions de gouvernance de la transition énergétique au niveau territorial. Il s’agit également d’identifier des premiers terrains et acteurs à interroger. L’articulation avec le travail à fournir pour les autres cours est assez délicate, d’autant plus que je souhaiterais pouvoir approfondir un maximum d’aspects très intéressants que je découvre au fur et à mesure.

Co.C. : L'appropriation d'un sujet aussi neuf que la coordination des régions et des intercommunalités, qui se sont affirmés comme le couple central dans les récentes réformes territoriales, n'est pas chose aisée. Il nous a fallu un certain temps pour nous permettre d'assimiler la littérature relative à cet enjeu et je pense que nous serons bientôt prêts pour nous rendre sur le terrain.

C.P. : Le projet a bien commencé, nous sommes bien cadrés dans notre travail. Pour l'instant, aucun retard n'a été pris quant aux objectifs que nous nous sommes fixés dans notre retro-planning.

E.G. : L’ambiance de travail est bonne et le projet avance bien. Les réunions sont souvent plus longues que ce que je prévois. A part ça, les travaux préliminaires sont presque terminés, la partie la plus intéressante ne va pas tarder !

Tags :

La Ruhr : d’un modèle à l’autre

Voyage d'étude STU 2019
  • Les étudiants STU M2 © STULes étudiants STU M2 © STU

Les étudiants du Master Stratégies territoriales et urbaines SE SONT RENDUS dans la région de la Ruhr du 12 au 16 novembre 2019 POUR UN VOYAGE D’ÉTUDES.

Cette région industrielle a connu une transformation économique spectaculaire par la mise en place d’une stratégie de revitalisation urbaine misant notamment sur des projets culturels et de renaturation. Le projet de l’Emscher Park mis en place par l’IBA dans les années 1990 est connu comme un exemple de transformation urbaine dont le modèle circule en Europe.

Aujourd’hui, face à un contexte de déclin démographique, de changement climatique et de transition économique et migratoire, ce territoire doit se réinventer et proposer de nouveaux modèles. Il s’agissait donc de regarder les stratégies déployées par la région pour faire face à ces nouveaux enjeux et de mettre en perspective les stratégies de planification et les politiques sectorielles qui sont développées dans différents domaines.

L’ambition était aussi d’appréhender les transformations du modèle de revitalisation urbaine de la Ruhr impulsé dans les années 1990. Au-delà des seules stratégies culturelles, la Ruhr ambitionne notamment de devenir une métropole verte neutre en carbone. Le territoire cherche aussi à déployer une stratégie innovante pour attirer les investisseurs et des entreprises notamment dans le secteur du numérique et devenir un hub pour les startups et les industries créatives.

Ce voyage a été riche en rencontres et découvertes. Les étudiants vont à présent réaliser un rapport qui sera diffusé prochainement. 

>> Découvrir le programme en images à travers l'album facebook

>> Voir le programme détaillé

Tags :

Le Cycle d'urbanisme fête ses 50 ans !

  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Depuis 50 ans, le Cycle d’urbanisme forme des professionnels de la fabrique de la ville. À CETTE OCCASION, L'ÉCOLE URBAINE ET L'ASSOCIATION SCIENCES PO URBA ORGANISENT DEUX JOURS DE CONFÉRENCES, DE DÉBATS ET DE RENCONTRES LES 5 ET 13 DÉCEMBRE.

Jeudi 5 décembre

  • 14h à 18hLes conférences de l’AESOP, Association of European School Of Planning.

En raison du mouvement social du 5 décembre, nous sommes contraints d'annuler cet événement.

Vendredi 13 décembre

  • 9h30 à 12h30 - Les rencontres du Cycle "50 minutes avec"
  • 13h30 à 17h30 - Le Grand débat
  • 19h à 5h - La soirée

Découvrir le programme détaillé.

>> INSCRIPTIONS CONFÉRENCES

>> INSCRIPTION SOIRÉE 

Tags :

L'École urbaine, membre du Global Urban Network

  • The representatives of the 25 schools © School of citiesThe representatives of the 25 schools © School of cities

L’ÉCOLE URBAINE A PARTICIPÉ À LA PREMIÈRE RÉUNION DES INSTITUTS URBAINS DU MONDE, ORGANISÉE PAR THE SCHOOL OF CITIES, À L'UNIVERSITÉ DE TORONTO.

25 instituts urbains venant des cinq continents ont participé à cet atelier du Global Urban Network pour échanger des idées et des expériences concernant l’impact de leur programmation sur la recherche urbaine, l’enseignement et l’apprentissage, la sensibilisation et l’engagement.

Pendant deux journées bien remplies, l’École urbaine a contribué à la discussion commune concernant les possibilités de collaboration internationale sur des échanges d’étudiants, des cours conjoints sur le terrain, un regroupement doctoral, des salles de classe virtuelles, des conférences et plus encore. La sensibilisation et les partenariats étaient également des sujets pertinents mis sur la table. Nous avons examiné les possibilités de collaboration mondiale avec les gouvernements, l’industrie, les organismes à but non lucratif et les organismes communautaires locaux qui peuvent faire progresser les objectifs d’éducation et de recherche.

Au cours de la dernière session, nous avons également tenu une discussion en groupe entre des universitaires et des fabricants des villes afin d’explorer les mécanismes et les processus de collaboration qui transcendent les perspectives de l’industrie et de la collectivité avec celles des chercheurs et des enseignants. Les participants à l’atelier ont comparé les stratégies visant l’accès à un financement continu, l’engagement du corps professoral et des étudiants et les partenariats à long terme réalisables. Nous avons discuté des compétences et des connaissances nécessaires pour la prochaine génération de praticiens urbains.

Cet atelier a reçu l’appui du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada. La prochaine réunion aura lieu en février prochain à Abu Dhabi, dans le cadre du Forum urbain mondial d’UN-Habitat, en vue de la constitution d’une Association des instituts urbains.

Tags :

Journée des Masters 2019 à Sciences Po

  • Journée des Masters 2019Journée des Masters 2019

La Journée des Masters est le rendez-vous à ne pas manquer, pour se renseigner sur son futur Master à Sciences Po. C’est l’occasion idéale pour rencontrer les étudiants de Sciences Po, s’informer sur nos procédures d’admission et discuter avec les équipes pédagogiques et administratives.

Tags :

Evénement : Conférence de Martha Delgado Peralta

  • Martha Delgado Peralta © Urban SchoolMartha Delgado Peralta © Urban School

Martha Delgado Peralta, Secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères et aux Droits de l’Homme du Mexique, sera à Sciences Po le 13 Novembre. Elle s'exprimera sur le sujet "Migration: Mexico’s contribution towards building prosperous, inclusive and tolerant cities".

Information sur l'événement : Mercredi13 Novembre - 17h - Amphithéâtre Jean Moulin, 13 rue de l'Université 75007 Paris - INSCRIPTION OBLIGATOIRE

Biographie

Martha Delgado est diplômée de l’Université Intercontinentale spécialisée en pédagogie et a terminé le programme LEAD d’études approfondies sur le développement durable et l’environnement au collège mexicain. Elle étudie actuellement la politique environnementale et le développement international à l’Université Harvard.

Elle a été conseillère à la présidence de l’Institut national d’écologie de 1993 à 1998. De 1998 à 2003, elle a été présidente de l’ONG Présence des Citoyens Mexicains (Presencia Ciudadana Mexicana) et de l’Union des Groupes Environnementaux (Unión de Grupos Ambientalistas).

De 2003 à 2006, elle a été élue députée indépendante à l’Assemblée législative de Mexico, où elle a créé et présidé la Commission de gestion de l’eau. En 2006-2012, Martha Delgado a été ministre de l’Environnement de Mexico, où elle a dirigé différents programmes environnementaux, comme ECOBICI, le premier système de partage de vélos en Amérique.

À l’échelle internationale, Madame Delgado a été chef adjointe du Conseil mondial de l’eau et présidente du Réseau des autorités de gestion de l’environnement dans les villes d’Amérique latine et des Caraïbes (2009-2010) et vice-président de l’ICLEI – Local Governments for Sustainability (2009-2014). Elle est membre du Comité consultatif d’experts de l’UNESCO sur l’eau et les établissements humains. En mai 2018, elle a été élue présidente de la première session de l’Assemblée d’ONU-Habitat.

Depuis le 1er décembre 2018, elle est Secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères et aux Droits de l’Homme du Mexique.

Tags :

Un nouveau master pour l'École urbaine !

Découvrez le master Governing Ecological Transitions in European Cities
  • Vidéo © Sciences PoVidéo © Sciences Po

LE NOUVEAU MASTER GOVERNING ECOLOGICAL TRANSITIONS IN EUROPEAN CITIES OUVRIRA SES PORTES DÈS LA RENTRÉE 2020.

Pourquoi cette nouvelle formation ? quels objectifs ? quels débouchés ?
Découvrez les réponses dans cette vidéo.

En savoir plus sur le master

Tags :

Le Forum UdM 2019 récompense deux de nos étudiants

  • LUCAS A. CIVIDANES et CLÉMENT DA CRUZ © L&CLUCAS A. CIVIDANES et CLÉMENT DA CRUZ © L&C

Lucas A. Cividanes et Clément Da Cruz, deux étudiants du Master Governing the Large Metropolis, ont remporté le Prix du Jury au Forum 2019 d’Urbanistes du Monde pour leur étude des politiques d’agriculture urbaine à São Paulo.

Durant près de deux mois, les deux étudiants ont mené des visites de terrain et plus d’une vingtaine d’entretiens avec les acteurs clés de l’agriculture urbaine de São Paulo (agriculteurs, ONGs, décideurs publics municipaux, chercheurs et militants en agroécologie).

Leur intérêt s’est plus spécifiquement porté sur l’analyse du programme « Ligue os Pontos », censé engager depuis 2016 une transition de la métropole vers un modèle de développement urbain  qui se voudrait durable, résilient et circulaire.

Leur rapport se propose alors d’évaluer la véritable durabilité, efficacité et désirabilité du programme «Ligue os Pontos», considérant tant la pertinence de son modèle de gouvernance que sa traduction sur le plan territorial et la relation qu’il définit entre les espaces ruraux et urbains de la mégalopole.

Découvrez les résultats de leurs recherches dans leur rapport.

-----------

Le Forum Urbanistes du Monde

Chaque année, l'association Urbanistes du Monde (UdM) permet à plus d’une dizaine d’étudiants de partir faire une recherche de terrain dans un pays du Sud, afin de produire un rapport d’étude sur le thème retenu par l'association. Pour le Forum 2019, les équipes sélectionnées ont été invitées à explorer la question suivante : «Urgences démographiques, urgences écologiques : Quels urbanismes de transition ? »

Le prix a été remis aux deux étudiants lors du colloque du Forum 2019, tenu le 11 octobre au Sénat, durant lequel les participants ont présenté le résultat de leurs recherches à un jury d’urbanistes, managers urbains et chercheurs.

Tags :

Intéressés par l’École urbaine ?

Revoir l'émission du 13 novembre 2019
  • Tout savoir sur l'École urbaineTout savoir sur l'École urbaine

Vous êtes titulaire d’un bac+3 et plus, ou jeune professionnel, et vous souhaitez vous porter candidat à l’École urbaine de Sciences Po ? Vous vous interrogez sur votre choix de master, sur les admissions et les différents débouchés professionnels ?

Patrick Le Galès, doyen de l’École urbaine et une étudiante ont répondu à toutes vos questions. Les échanges se sont déroulés en anglais.

Revoir l'émission du 13 novembre 2019 (en anglais).

Et pour ceux qui veulent candidater cette année : trouvez la procédure d’admission qui correspond à votre situation et présentez votre dossier de candidature en ligne sur le site des admissions.

Vous n’avez pas pu assister à notre Journée portes ouvertes 2019 ?

Visionnez le replay de la présentation de l'École urbaine :

En savoir plus

Retrouvez toutes les informations sur nos émissions

Tags :

Portrait : Hugo Ribadeau Dumas, Alumnus

  • Hugo Ribadeau Dumas, Afghanistan © HRDHugo Ribadeau Dumas, Afghanistan © HRD
  • Hugo Ribadeau Dumas, Afghanistan © HRDHugo Ribadeau Dumas, Afghanistan © HRD
Hugo Ribadeau Dumas a été diplômé du Master Governing the Large Metropolis en 2013. Il avait effectué son bachelor à Sciences Po et a passé sa troisième année en échange à l’Université Jamia Millia Islamia, en Inde, dans un master de journalisme.

Quel poste occupez-vous actuellement ?

Je travaille à New Delhi chez KPMG, à titre de conseiller pour le gouvernement indien (l’intitulé exact est Assistant Manager). KPMG est un réseau international de cabinets d’audits et de conseils.

Plusieurs types de projets m’ont été confiés dans des domaines aussi divers que le développement urbain, le tourisme et le commerce. En termes très généraux, mon travail consiste à proposer des solutions aux défis auxquels fait face l’administration indienne en matière de planification, de stratégie et de mise en œuvre.

Quel a été votre parcours depuis l’obtention de votre diplôme ? 

Depuis que j’ai obtenu mon diplôme, j’ai décidé de me spécialiser sur l’Asie du Sud, en raison de mes affinités culturelles personnelles et également pour les défis de développement gigantesques auxquels la région est actuellement confrontée. 

Au cours des six dernières années, j’ai travaillé en Inde, au Bangladesh et en Afghanistan. Ce faisant, j’ai appris plusieurs langues – hindi, ourdou, bengali, farsi – et j’ai donc approfondi ma connaissance de la région et de ses habitants. Ce fut un voyage fascinant que je tiens à poursuivre.

Sur le plan professionnel, je me suis spécialisé dans le secteur du développement. J’ai eu l’occasion d’observer ce secteur sous des angles très différents, grâce à des expériences de divers intervenants. J’ai d’abord été un mobilisateur communautaire auprès d’ONG en Inde, ce qui impliquait un travail de terrain intense. J’ai ensuite été engagé par une agence gouvernementale, l’AFD (Agence française de développement), pour laquelle j’ai coordonné la mise en œuvre de projets d’infrastructures à Dhaka, au Bangladesh. J’ai ensuite déménagé en Afghanistan où j’ai mené des recherches pour Altai Consulting afin d’évaluer l’impact des activités d’organismes donateurs. 

Enfin, j’ai rejoint l’entreprise privée KPMG.

Que pensez-vous de votre formation à Sciences Po ? 

La compétence la plus utile que j’ai tirée de mes études à Sciences Po est une certaine discipline intellectuelle. Qu’il s’agisse de réflexion analytique ou de compétences rédactionnelles, Sciences Po m’a certainement appris à rester aussi rigoureux que possible.  

Sciences Po m’a également aidé à devenir un professionnel très polyvalent, capable de travailler sur des questions très différentes à des postes très différents. Cela constitue la force majeure d’une formation dans cette institution.

Votre master vous a-t-il permis de trouver du travail plus facilement ?

Oui, parce qu’un master en gouvernance urbaine est encore relativement rare sur le marché du travail. Ce qui, je pense, a aidé à différencier mon profil des autres candidats. Cependant, le fait que j’ai obtenu un diplôme Sciences Po n’a pas été particulièrement utile en Asie du Sud, car l’école n’est pas encore bien connue en Inde et dans d’autres pays de la région.

Tags :

Admissions pour la rentrée 2020

Fin de la procédure française : 13 janvier !
  • Étudiants devant l'entrée du 27 rue Saint-Guillaume ©Manuel Braun / Sciences PoÉtudiants devant l'entrée du 27 rue Saint-Guillaume ©Manuel Braun / Sciences Po

LA PROCÉDURE D’ADMISSION POUR LA RENTRÉE 2020 EST OUVERTE. VOUS POUVEZ VOUS PORTER CANDIDAT AUX FORMATIONS SUIVANTES :

>> Dates limites de candidature :

Pour toutes questions relatives au master de votre choix, n'hésitez pas à contacter les responsables de chaque master.

Tags :

Le rapport de voyage à Mexico est en ligne !

  • Rapport de voyage © Ecole urbaineRapport de voyage © Ecole urbaine

ENTRE LE PREMIER ET LE SECOND SEMESTRE, LES ÉTUDIANTS DU MASTER Governing the Large Metropolis SONT PARTIS EN VOYAGE D'ÉTUDES À Mexico POUR REALISER UNE ENQUêTE COLLECTIVE.

Chaque année, une question de recherche précise détermine le choix des visites sur place, des réunions, des entrevues, des observations, de la collecte de données et des rencontres. En 2019, la principale question de recherche pour Mexico était la suivante : « Comment le changement politique influe-t-il sur le changement de politique? »

L’objectif principal du voyage d’étude est de recueillir des données pour un rapport collectif sur la dynamique de gouvernance d’une grande métropole. Les étudiants travaillent ensemble ou se divisent par équipe toute la journée pour recueillir des données qualitatives et quantitatives, font un débriefing dans la soirée sur les preuves, les interprétations, les difficultés, les sentiments contrastés. Le centre-ville et les banlieues sont couverts en essayant de saisir au mieux la dimension métropolitaine et les tensions liées à la gouvernance à plusieurs niveaux.

Au deuxième semestre, les étudiants décident de la table des matières du rapport et travaillent ensuite par équipes pour assurer la rédaction des chapitres, des cartes, des graphiques et des infographies, des croquis et de la mise en page du livre.

Lire leur rapport de voyage (EN)

>>>> Assistez à la présentation du rapport par les étudiants le 9 octobre

Tags :

France urbaine publie l'étude de nos étudiants

  • Poitiers © FotoliaPoitiers © Fotolia

Quatre étudiants ont réalisé un projet collectif pour France urbaine durant l'année scolaire 2018/2019. Leur travail vient d'être publié par France urbaine.

Margaux Barlet, Paul Foyart, Claire Gohet et Arthur Popelin, étudiants du master Stratégies territoriales et urbaines, ont effectué une étude sur La participation citoyenne à l'échelle des grandes villes, grandes intercommunalités et métropoles.

Découvrez leur travail 

Qu'est-ce qu'un projet collectif ?

Appelé également capstone ou groupe de travail, ce temps fort des masters met les étudiants en situation professionnelle. Ceux-ci doivent répondre à la commande d'une structure publique ou privée sur une problématique urbaine ou territoriale (habitat, aménagement, développement économique, transports, mobilité, etc.).

Pendant 5 à 9 mois (suivant la formation), chaque équipe de 4 à 5 étudiants travaille sous la supervision d'un tuteur, spécialiste de la question traitée. Le projet se conclut par une présentation orale des étudiants au commanditaire. Cette période de rendus a lieu de fin mai à mi-juin. 

Tags :

Publication du rapport de voyage à Madrid

  • Rapport de voyage © Ecole urbaineRapport de voyage © Ecole urbaine

LES ÉTUDIANTS EN 2ÈME ANNÉE DU MASTER STRATÉGIES TERRITORIALES ET URBAINES S'ÉTAIENT RENDUS À MADRID DU 12 AU 16 NOVEMBRE 2018 POUR LEUR VOYAGE D’ÉTUDE.

Pourquoi Madrid ? Notre ambition pendant ce voyage d'étude était de fournir à nos étudiants une compréhension de l’évolution des formes de gouvernance urbaine et de l'élaboration des politiques à Madrid et sa région. Par des rencontres avec une grande variété de parties prenantes et des visites de sites, nous avons examiné la trajectoire de cette ville européenne, marquée par la crise économique de 2008 qui a profondément affecté le développement urbain de la ville.

Lire le rapport de voyage

Voir l'album Facebook

Tags :

Forum carrières 2019

Vendredi 27 septembre, venez rencontrer votre futur employeur, développer votre réseau et vous entraîner aux entretiens d'embauche !
  • Forum carrières 2019Forum carrières 2019

Ce Forum annuel de recrutement en stage ou emploi constitue une occasion unique et privilégiée de rencontres et d'échanges avec les employeurs.

Le jour du Forum vous pourrez :

  • vous informer sur les activités, valeurs, opportunités et process de recrutement des différents recruteurs présents
  • trouver un stage (stage obligatoire ou de césure), un apprentissage, un 1er emploi, un apprentissage, un VIE-VIA, un graduate programme, etc.
  • définir / approfondir votre projet professionnel
  • développer votre réseau professionnel
  • vous entrainer aux entretiens d'embauche

Préparez votre Forum !

Inscrivez-vous !

L'inscription au Forum est obligatoire : je m'inscris.

Attention ! Le jour du Forum, merci de bien vouloir vous munir de votre carte étudiante et de votre confirmation d'inscription.

Le Forum Carrières 2019 se tiendra vendredi 27 septembre 2019 de 10h à 17h à Paris Expo Porte de Versailles (Hall 5.1).

Données clés

  • 1500 étudiants et jeunes diplômés
  • près de 120 employeurs
  • 600 collaborateurs RH, opérationnels
  • 3 espaces conseil (Sciences Po Carrières, Sciences Po Alumni, Partenaires)
  • Zones du Forum :
    • Finance Banque Assurance
    • Audit Conseil
    • Media Presse Communication Digital Divertissement
    • Luxe Distribution
    • Industries Transports Construction Immobillier Environnement
    • Start ups
    • Organisations Internationales
    • ONG
    • Administrations publiques

En savoir plus

Sciences Po Carrières

Tags :

Un nouveau Directeur exécutif pour l’École urbaine !

  • Guillermo Martin © GMGuillermo Martin © GM

Suite au départ en retraite de Brigitte Fouilland, Guillermo Martin prend la direction de l’École urbaine.

Diplômé de l’Université Paris Dauphine et de Sciences Po, Guillermo Martin a commencé sa carrière comme expert à la DG Regio, à la Commission européenne, puis a exercé au cabinet Algoé. Il a ensuite cofondé le cabinet de consultant "Résolutions Management Développement" et a réalisé de nombreuses missions avec les grandes entreprises privées, le secteur public et le secteur de l'économie sociale et solidaire.

Dès 2005, Guillermo Martin rejoint un des masters de l’école, le master Stratégies territoriales et urbaines, en tant qu’enseignant. En 2012, il est recruté par la Mairie de Vitry-sur-Seine pour diriger l'Opération d'Intérêt National des Ardoines, un projet d’aménagement.

Puis, en 2016, il intègre l’École urbaine en tant que directeur de l'Executive master Gouvernance territoriale et développement urbain, poste qu’il a occupé jusqu’à aujourd’hui.

Guillermo Martin a également rédigé plusieurs ouvrages :

  • Faire (re)naître la démocratie - Vers un nouvel engagement citoyen 

  • Construire le volet économique des démarches locales de développement durable 

  • Construire un projet territorial pour l'emploi et l'insertion 

  • L'évaluation peut-elle échapper au risque technocratique ? 

  • Le développement durable est-il la nouvelle donne de l'action publique locale ? 

Pour le contacter :

guillermo.martin@sciencespo.fr
01 58 71 71 53

Tags :

Parution de "Gouverner la ville numérique"

d'Antoine Courmont & Patrick Le Galès
  • Livre / A. Courmont et P. Le Galès © EULivre / A. Courmont et P. Le Galès © EU
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

L'ouvrage "Gouverner la ville numérique" d'Antoine Courmont et Patrick Le Galès, respectivement Responsable scientifique de la Chaire Villes et numérique et Doyen de l'École urbaine de Sciences Po, vient de paraître aux Editions PUF.

Sous l'effet du numérique, les villes et les territoires sont engagés dans un processus de transformation dont on mesure encore mal la radicalité et les effets. En moins d'une dizaine d'années, de nouveaux acteurs sont apparus, bouleversant des secteurs installés. Les données sont devenues des ressources stratégiques majeures et les algorithmes des instruments de politique publique trop souvent opaques.

À l'opposé d'une vision uniforme de la smart city, les analyses proposées dans cet ouvrage mettent en évidence des modalités différenciées de déploiement et de régulation des technologies numériques selon les territoires et leur environnement politico-institutionnel. En s'appuyant sur des études empiriques pluridisciplinaires, cet ouvrage interroge les mutations de la gouvernance urbaine à l'œuvre avec le numérique.

Ont également contribué à cet ouvrage : Thomas Aguilera, Francesca Artioli, Bilel Benbouzid, Dominique Cardon, Claire Colomb, Maxime Crépel, Brice Laurent, David Pontille et Félix Talvard.

Acheter l'ouvrage

Tags :

Nos étudiantes remportent la deuxième place du Geneva Challenge !

  • The group © Vidéo youtubeThe group © Vidéo youtube

Mise à jour

ANNA FECHTOR, HILLARY BIRCH, MARIA GIORDA ET NATALIE BOYCHUK ONT TERMINÉ SECONDES AU GENEVA CHALLENGE 2019 ! 

Découvrez ci-dessus une vidéo présentant leur projet (EN).

Toutes nos félicitations à elles pour le travail accompli !

-------

2/09/19

TROIS ÉTUDIANTES DU master Governing the Large Metropolis, Anna Fechtor, Hillary Birch, Maria Giorda ET UNE ÉTUDIANTE DE L'UNIVERSITÉ COLUMBIA, Natalie Boychuk, ONT ÉTÉ SELECTIONNÉES FINALISTES (TOP 5) DU GENEVA CHALLENGE 2019. FÉLICITATIONS !

Le Geneva Challenge est un concours international pour les étudiants diplômés : "Désireux de stimuler la réflexion et l’innovation sur le développement à partir de diverses perspectives disciplinaires et contextuelles, et avec le soutien généreux de l’Ambassadeur Jenö Staehelin, l’Institut des Diplômés de Genève a lancé, en 2014, l'Advancing Development Goals Contest."

Une équipe est sélectionnée pour chaque continent, et cette année, nos étudiantes représenteront l'Europe ! 
Elles ont élaboré une proposition d'intervention de santé urbaine pour les maladies infectieuses dans les quartiers "sauvages" d’Accra, avec une attention particulière à la gouvernance urbaine.

À la fin du mois de septembre, elles se rendront à Genève pour concourir pour la première place devant un jury. Nous leur souhaitons bonne chance.

Lire le résumé de leur proposition et les biographies des membres de l'équipe (EN)

En savoir plus sur le Geneva Challenge (EN)

 

Tags :

Un rapport de projet collectif publié sur cybergeo !

La biodiversité urbaine
  • Immeuble végétal © pxhereImmeuble végétal © pxhere

Le rapport final d'un projet collectif vient d'être publié sur cybergeo, la revue européenne de géographie. 

L'Institut pour la Recherche - CDC était le commanditaire de ce projet réalisé en 2018 par 5 étudiants du Master Stratégies territoriales et urbaines : Alexandre Dejean, Aurélia Hild, Roxana Rotaru, Martha Sasso et Djamila Vuilleumier-Papaloïzos.

Leur objectif était d'identifier des leviers d’action pour favoriser la biodiversité urbaine dans le cadre du processus de métropolisation :

"Aujourd’hui, la biodiversité apparaît comme un élément nécessaire à la construction des villes durables et résilientes, notamment par les services multiples qu’elle rend aux citadins. La faiblesse des prises en compte dans les politiques publiques, nous a interrogé sur l’intérêt d’un nouveau niveau de décision comme celui de la métropole, en pleine formalisation. Nous nous sommes posés la question de l’acceptabilité de cette biodiversité dans l’émergence de la métropole notamment en recherchant les leviers ou les freins à cette acceptabilité qui conditionne les prises de décisions.

Afin d’y répondre, nous avons construit une grille d’enquête pour réaliser une analyse croisée de quatre études de cas dans quatre métropoles françaises, Bordeaux, Montpellier, Nantes et Strasbourg. Nous y avons rencontré différents acteurs de la décision et de l’action publique (directeurs, services, associations). Nos entretiens ont abouti à l’identification de six leviers d’acceptabilité : la culture du naturel, la communication, la démocratie participative, le droit, l’économie et l’organisation administrative. Au regard des réponses obtenues, nous discutons ici des différentes catégories et des préconisations concrètes qui ont émergé."

Lire le rapport

----------------------------------

Qu'est-ce qu'un projet collectif ?

Tags :

Leçon inaugurale de l'École urbaine

  • Candidature JO 2024 / Expo universelle 2015 Candidature JO 2024 / Expo universelle 2015
  • Expo universelle Milan 2015Expo universelle Milan 2015

Comment les grands événements transforment durablement les villes ? Les cas de l'Exposition universelle de 2015 à Milan et des Jeux Olympiques Paris 2024

Intervenants :

Langues : anglais et français

Inscription obligatoire

Tags :

Disparition d'un collègue et ami

  • Luciano Vandelli © BolognaLuciano Vandelli © Bologna

Nous avons la tristesse de faire part du décès, survenu le 22 juillet, de notre collègue et ami Luciano Vandelli, de l’Université de Bologne.

On sait la richesse de la réflexion italienne sur les questions locales et urbaines. Luciano Vandelli en était, chez les juristes, l’un des moteurs principaux, sinon le moteur principal.

De longue date présent sur cette scène intellectuelle, il lui apportait un regard fortement comparatif et fortement nourri d’expérience pratique.

Comparatiste, il écrivit le premier ouvrage systématique consacré au système des communautés autonomes espagnoles. Il connaissait extrêmement bien le système français : il participait régulièrement aux discussions nationales, publiait chez nous et participait fréquemment à nos colloques.

Ses analyses s’alimentaient à une connaissance exceptionnelle des réalités de terrain, Luciano ayant été successivement assesseur à la Ville de Bologne, vice-président de la province et assesseur à l’innovation administrative et aux réformes institutionnelles de la Région Emilie-Romagne. Son savoir théorico-pratique était recherché et il fut l’un des inspirateurs principaux de la récente législation sur les cités métropolitaines.

Pour découvrir sa pensée, on peut lire, par exemple : « Formes et tendances des rapports entre collectivités territoriales » (Revue Française d’Administration Publique, 2007, n°1), « Evolution de la décentralisation en France et en Italie : un regard comparé » (avec Marzia de Donno, Mélanges Marcou, 2018) ou, si on comprend la langue de Dante, « Il sistema delle autonomie locali » (Il Mulino, 9° édition, 2018).

Toutes nos pensées à sa famille.

Jean-Bernard Auby,
Professeur émérite de Sciences Po

Tags :

Rendu final "Le Clos Saint-Louis, comment assurer un processus de transition ?"

  • Bord de Seine © Groupe de projetBord de Seine © Groupe de projet

LA PÉRIODE DE RENDUS DES PROJETS COLLECTIFS EST EN COURS. DÉCOUVREZ LE TRAVAIL DE NOS ÉTUDIANTS.

Le Projet "Le Clos Saint-Louis, comment assurer un processus de transition ?"

Commanditaire : EPA Sénart

Etudiants : Vanille Guichard, Claire Hoppenreys, Sarah Kenani, Clémence Lebozec et Elise Poredos du Cycle d'urbanisme

Travaux effectués :

Notre commande concernait la mise en place d’un projet d’urbanisme sur le Clos Saint-Louis, un terrain de 130 ha situé en bord de Seine sur la commune de Dammarie-les-Lys. Ce site anciennement industriel, très pollué, enclavé, support d’activités illicites fait depuis plusieurs années l’objet d’une réflexion sur le possible aménagement d’un nouveau quartier.

Entre désaccords parmi les acteurs institutionnels, réticences des propriétaires fonciers et fortes contraintes du site (pollution aux hydrocarbures, à l’amiante et à la sylvinite, enclavement etc.), la dynamique de projet s’est enlisée. C’est dans ce contexte que l’EPA Sénart s’est vu confier par l’Etat, l’Agglomération et la commune de Dammarie-les-Lys, la réactivation du site, dans le cadre d’un contrat partenarial conclu pour 5 ans, ayant pour objet « d’élaborer un consensus technique et politique sur les conditions de faisabilité et de scénarisation d’un projet d’aménagement public du Quartier Saint-Louis ». L’urbanisme transitoire est alors apparu comme une solution immédiate pour faire redécouvrir ce site à la population locale et contribuer à faire accepter l’idée d’un projet futur.

Notre démarche a été de mener de front rencontres avec les acteurs locaux et recherches sur l’histoire du site afin d’établir un diagnostic précis tant du terrain que des dynamiques qui l’entourent. En parallèle, nous avons réalisé un benchmark de différentes démarches participatives et occupations transitoires, en France et à l’étranger, dans le but de rassembler des retours d’expérience sur des actions comparables. Ces données ont été rassemblées au sein de livrables portant les grandes entrées suivantes : ACTEURS, TEMPS, LIEUX et ACTIONS.

Du fait de notre découverte et de notre connaissance du site, nous avons progressivement réorienté notre commande pour formuler plus qu’un projet et une réponse transitoire, une réelle méthodologie, un processus. Cette méthodologie et les esquisses de projet formulées sont regroupées au sein d’un dernier volet de notre rendu, le livret STRATÉGIE. Notre travail est donc constitué à la fois d’un diagnostic immersif, des propositions d’actions concrètes et d’une méthodologie de projet que nous espérons voir pérennisée et reprise en mains par les acteurs institutionnels à travers une mission d’accompagnement transversale sous le titre d’AMO processus.

Qu'est-ce qu'un groupe de travail ?

Appelé également capstone ou projet collectif, ce temps fort des masters met les étudiants en situation professionnelle. Ceux-ci doivent répondre à la commande d'une structure publique ou privée sur une problématique urbaine ou territoriale (habitat, aménagement, développement économique, transports, mobilité, etc.).

Pendant 5 à 9 mois (suivant la formation), chaque équipe de 4 à 5 étudiants travaille sous la supervision d'un tuteur, spécialiste de la question traitée. Le projet se conclut par une présentation orale des étudiants au commanditaire. Cette période de rendus a lieu de fin mai à mi-juin. 

Tags :

Rendu final "L'EcoQuartier Clichy-Batignolles"

  • L'EcoQuartier Clichy-Batignolles © Groupe de projetL'EcoQuartier Clichy-Batignolles © Groupe de projet

LA PÉRIODE DE RENDUS DES PROJETS COLLECTIFS EST EN COURS. DÉCOUVREZ LE TRAVAIL DE NOS ÉTUDIANTS.

Le Projet "L'EcoQuartier Clichy-Batignolles"

Commanditaire : Paris & Métropole Aménagement (P&MA)

Etudiants : Ky-Anne Dalix, Julie Guittard, Karolina Obuszko et Benoît Sénéchal du Cycle d'urbanisme

Travaux effectués :

En octobre 2018, Paris & Métropole Aménagement (P&MA) fait appel à un groupe d’étudiants pour mener une étude sociologique pendant 8 mois sur les pratiques et usages de l’ÉcoQuartier Clichy-Batignolles.

D’une part, il s’agit de livrer un diagnostic des pratiques et usages du quartier, en vue d’améliorer la prise en compte des besoins réels des habitants dans les pratiques de l’aménageur. D’autre part, il s’agit de produire des résultats en vue de la labellisation ÉcoQuartier étape 4, tout en proposant des outils de méthodologie d’évaluation déployables sur d’autres projets.

P&MA se pose ainsi en précurseur, puisque seuls cinq ÉcoQuartiers sont actuellement labellisés « étape 4 » en France. Cette enquête sociologique est donc l’occasion pour P&MA de participer à une évolution réelle des manières de faire la ville, par une meilleure prise en compte des besoins des usagers. Déjà engagé dans des projets valorisant la participation des habitants - dans le cadre de l’aménagement de l’ancien hôpital Saint-Vincent-de-Paul à Paris, notamment - il est aujourd’hui nécessaire de poursuivre cet effort en s’appuyant sur cette étude.

Qu'est-ce qu'un groupe de travail ?

Appelé également capstone ou projet collectif, ce temps fort des masters met les étudiants en situation professionnelle. Ceux-ci doivent répondre à la commande d'une structure publique ou privée sur une problématique urbaine ou territoriale (habitat, aménagement, développement économique, transports, mobilité, etc.).

Pendant 5 à 9 mois (suivant la formation), chaque équipe de 4 à 5 étudiants travaille sous la supervision d'un tuteur, spécialiste de la question traitée. Le projet se conclut par une présentation orale des étudiants au commanditaire. Cette période de rendus a lieu de fin mai à mi-juin. 

 

Tags :
Retour en haut de page