Cycle de conférences Politeia

Politeia est la première université populaire consacrée intégralement aux savoirs politiques.  Elle donne la parole à des chercheuses ayant à cœur de proposer leur éclairage sur les grandes questions de l’actualité, et démontre qu’il est possible de transmettre, de manière plaisante et accessible, les savoirs indispensables pour comprendre la politique.

Retrouvez Politeia chaque mois à la médiathèque Marguerite Duras (115 rue de Bagnolet, Paris 20è) et sur Internet, où l’intégralité des contenus sont rediffusés librement.

Politeia est un projet monté en partenariat avec avec l'association AEQUIVOX, le Centre d’études européennes et de politique comparée de Sciences Po et les bibliothèques de la ville de Paris. Plus d’informations sur Facebook.

Conférences de l'année universitaire 2020-2021

4 mai 2022 - Présidentielle 2022 : l’abstention est-elle la grande gagnante de l’élection ?

À chaque scrutin, qu’il soit local, régional ou national, l’abstention semble toujours plus importante. Si l’élection présidentielle est celle qui enregistre le plus haut taux de participation, il n’en reste pas moins que plus d’un quart des électeurs et électrices (et encore plus chez les jeunes) ne s’est pas déplacé pour aller voter au second tour, dans un régime français pourtant hyper-présidentiel. Cela met évidemment en question la légitimité de ces élections : comment considérer comme légitime un président qui n’a été choisi que par 38,5% des électeurs et électrices ? Comment enrayer le phénomène de l’abstention, qui est, aujourd’hui, le premier « parti » de France ? Faut-il prendre en compte le vote blanc, ou rendre le vote obligatoire ? Ou bien, faut-il totalement refondre notre système politique, par exemple vers un scrutin proportionnel, afin de mieux prendre en compte la pluralité des opinions exprimées ?

12 mars 2022 - Présidentielle 2022 : les partis politiques ont-ils encore un sens ? avec Rémi Lefebvre, politiste, Université de Lille

L’élection de 2017 a été marquée par l’effondrement des partis politiques traditionnels. Le PS a connu la pire débâcle de son histoire ; les Républicains ont été entachés par plusieurs scandales qui l’ont durablement affecté. En parallèle, le parti LREM a remporté une large victoire, alors même qu’il n’existait que depuis un an et ne possédait aucune base électorale ou militante. En 2022, les deux grands partis ne se sont pas tout-à-fait relevés, et LREM reste sur la première marche - mais n’existe qu’autour de la personne d’Emmanuel Macron. Ainsi, la vie politique française semble de plus en plus s’organiser autour de personnalités politiques charismatiques, au détriment des grands partis traditionnels. En effet, le Rassemblement National demeure le parti des Le Pen, la France Insoumise celui de Mélenchon, et, bien sûr, le tout nouveau parti Reconquête celui d’Eric Zemmour. Dans ce cadre, les partis politiques ont-ils encore un sens en France ? Ou le régime présidentiel français de la 5ème république mène-t-il inéluctablement à un effritement du statut des partis politiques ?

12 février 2022 - Présidentielle 2022 : boulevard pour Macron, défaite annoncée des républicains ? avec Émilien Houard-Vial, Sciences Po, CEE

En dépit des nombreuses critiques qu’il a pu recevoir lors de son mandat présidentiel, Emmanuel Macron caracole en tête des sondages, et part largement favori pour l’élection d’avril. Le parti républicain, quant à lui, remonte dans les sondages, autour de la candidature de Valérie Pécresse. Pour autant, il semble aujourd’hui peu probable qu’il remporte l’élection, meurtri par des dissensions internes, et le départ de beaucoup de ses sympathisants vers LREM ou la candidature d’Éric Zemmour. Dans ce cadre, la candidature des républicains est-elle la chronique d’un échec annoncé ? Cette élection est-elle un boulevard pour Emmanuel Macron ? Ou ne sommes-nous pas à l’abri de rebondissements de dernière minute - comme en 2017 ?

15 janvier 2022 - Présidentielle 2022 : la France est-elle de plus en plus de droite ? avec Vincent Tiberj, Sciences Po Bordeaux

Ces dernières années ont été marquées par une évolution des opinions concernant l’environnement mais également la lutte contre les discriminations, notamment de genre. L’ampleur prise par le mouvement MeToo et le succès des marches pour le climat témoignent d’une diffusion de valeurs progressistes dans la société.

Pourtant, alors que la campagne présidentielle est désormais largement entamée, le vocabulaire et les thématiques habituellement portées par la droite semblent avoir une grande place dans les débats et les programmes. Ce cadrage des débats par des thématiques de droite est tel que des candidats situés à gauche tendent à se saisir de thématiques qui étaient jusqu’alors l’apanage des partis d’extrême-droite. Quant aux partis de droite, ils semblent parfois glisser vers des thématiques d’extrême droite.

Le glissement des enjeux et thématiques portés par les partis pendant cette campagne présidentielle reflète-t-il une évolution de l’opinion des Françaises et des Français ? L’analyse des sondages, qui donnent la part belle aux candidates et candidats de droite et d’extrême droite est-elle révélatrice d’une droitisation de la société française ? Au contraire, la droitisation du débat politique est-elle en décalage avec l’évolution des opinions ?

4 décembre 2021 - Présidentielle 2022 : une élection perdue d’avance pour la gauche ? avec Frédéric Sawicki, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Depuis son échec cuisant à l’élection présidentielle de 2017, le Parti socialiste semble incapable de redevenir un acteur majeur de la vie politique française. Pris en étau entre la République en Marche, d’un côté, et la France insoumise, de l’autre, il ne parvient pas à faire entendre sa voix, et est totalement exsangue. Le parti de J.-L. Mélenchon, quant à lui, ne paraît pas avoir profité de son très haut score de 2017 pour s’imposer comme une force politique crédible, et avance cette fois sans le Parti Communiste. Les écologistes, enfin, peinent à convaincre en dehors d’une échelle locale.

La gauche semble ainsi divisée et incapable de se rassembler autour d’un projet commun, si bien que les candidatures se multiplient, sans véritable espoir d’un projet unifié et d’un candidat fédérateur.

Dans ce cadre, l’élection présidentielle de 2022 est-elle la chronique d’un échec annoncé pour la gauche ? Celle-ci parviendra-t-elle à imposer ses thèmes et à faire entendre ses idées, dans un paysage politique largement occupé par les thématiques de la droite ? Ou a-t-elle déjà perdu l’élection présidentielle ?

6 novembre 2021 - Présidentielle 2022 : l’écologie a-t-elle une chance ? avec Simon Persico, Politiste, Sciences Po, Grenoble

L’intensification du dérèglement climatique, et les rapports de plus en plus alarmistes du GIEC (groupe international d’experts sur le climat) mettent le sujet de l’écologie sur toutes les lèvres. Le parti écologiste remporte ainsi toujours plus de suffrages, en particulier aux élections locales, notamment aux dernières municipales. 

Les écologistes, cependant, ne paraissent pas totalement convaincre au niveau national. La crédibilité de leur candidat et de leur programme a souvent été remise en cause. La présidentielle 2022 pourrait-elle enrayer cette situation ? Va-t-elle confirmer la montée de la préoccupation écologique des électeurs, ou au contraire cantonner l’écologie à une échelle locale ? Il faut par ailleurs se demander si l’écologie est l’apanage du parti écologiste, c’est-à-dire d’Europe Écologie Les Verts. La meilleure chance pour l’écologie ne serait-elle pas de faire son entrée à l’Élysée via un autre parti, qui ne se revendiquerait pas comme exclusivement écologiste ? Ou ne s’agirait-il alors que d’un vernis écologiste, voire d’un contresens sur la notion même d’écologie ? En d’autres termes, l’écologie peut-elle être un thème parmi d’autres au sein d’un programme, ou doit-elle impérativement incarner le cœur d’un projet politique ?

Ainsi, l’écologie a-t-elle une chance en 2022 - et si oui, sous quelle forme ?

9 octobre 2021 - Présidentielle 2022 : faut-il avoir peur de Marine Le Pen ? avec Nonna Mayer, Sciences Po, CEE, CNRS

Après des années consacrées à dédiaboliser son image auprès des électeurs, Marine Le Pen se présente aujourd’hui comme l’une des principales forces en présence de la présidentielle. Créditée de presque 25% des intentions de vote au premier tour de l’élection, elle arriverait en deuxième place derrière Emmanuel Macron. Pourtant, personne ou presque ne croit réellement à son élection à la plus haute fonction de la République. Mais ne sommes-nous pas dans un déni collectif, qui pourrait finalement devenir préjudiciable ? Marine Le Pen a-t-elle véritablement une chance d’être élue première femme présidente de la République Française ? Et si elle en venait à être élue, quels seraient les effets de son programme, souvent qualifié de xénophobe et de réactionnaire, sur une France déjà divisée ? En d’autres termes, faut-il avoir peur de Marine Le Pen ?

29 mai 2021 - Précarité : la France sacrifie-t-elle sa jeunesse ? avec Tom Chevalier, Sciences Po Rennes, CNRS

Alors que la situation socio-économique des jeunes en France se dégrade depuis plusieurs années avec une augmentation de plus de 50% du taux de pauvreté parmi les 18-29 ans depuis 2002, la crise sanitaire rend encore plus visible la précarité des jeunes, aussi bien étudiantes et étudiants qu’en recherche d’emploi. Entre difficultés d’accès au logement et au marché du travail et perspectives d’avenir bien sombres, les jeunes apparaissent parfois comme des citoyens de seconde zone. Connaissant un taux de chômage de 20%, et étant exclus des prestations sociales comme le RSA, ils sont souvent condamnés à la précarité.

Dans ce cadre, la défiance des jeunes à l’égard de la politique traditionnelle et des gouvernants est de plus en plus importante, comme en témoignent l’augmentation de l’abstentionnisme et des votes en faveur de l’extrême-droite. L’exclusion économique semble alors se doubler d’une exclusion citoyenne.

Ainsi, la France sacrifie-t-elle sa jeunesse ? Les pouvoirs publics peuvent-ils enrayer ce sentiment d’abandon de la jeunesse ? Quelles sont les mesures possibles pour éviter que la génération de l’an 2000 ne soit une génération sacrifiée et désenchantée ?

10 avril 2021 - L’école républicaine tient-elle ses promesses ? avec Marie Duru-Bellat, Sciences Po, OSC

L’école républicaine, depuis sa création au XIXème siècle et sa massification dans les années 1960, promet de garantir l’égalité des chances et de susciter l’adhésion aux valeurs démocratiques. Pourtant, l’origine sociale pèse aujourd’hui encore largement dans la réussite scolaire des élèves, et la perte de confiance à l’égard des institutions politiques est croissante.

Si l’école s’est effectivement massifiée et que les jeunes sont de plus en plus diplômés, les inégalités persistent et les pédagogies descendantes et peu participatives restent dominantes, favorisant l’exclusion d’une part importante de la population.

Il semble donc que l’école échoue à être garante de l’égalité des chances et de la cohésion sociale. Dès lors, quels sont les effets sur la démocratie d’une école qui ancre des inégalités et façonne la défiance d’une partie des citoyen·nes ? A quelles conditions l’école peut-elle remplir ses promesses ?

6 mars 2021 - Violences sexistes et sexuelles : quelle place pour la parole des victimes en France ? avec Alice Debauche, Université de Strasbourg, SAGE

On assiste, depuis 2017 et le mouvement planétaire MeToo, à une libération de la parole des victimes de violences sexistes et sexuelles. Ce phénomène aurait permis une véritable prise de conscience collective sur les viols et agressions sexuelles : ainsi, en France, une femme sur cinq déclare avoir subi au cours de sa vie une forme de violence sexuelle – et 80% de ces agressions concerneraient des mineurs.

Les violences sexistes et sexuelles ne peuvent donc plus être minimisées. Mais la parole des victimes est-elle pour autant mieux entendue ? Le faible nombre de condamnations pénales pour violences sexistes et sexuelles semble infirmer la réalité de cette prise de conscience collective. Alors, quelle place pour la parole des victimes aujourd’hui ?

Politeia revient ce mois-ci sur cet enjeu profond de société, qui concerne à la fois la protection des femmes et celle des mineurs.

6 février 2021 - Prison, police, justice : faut-il abolir le système pénal ? avec Joël Charbit

 9 janvier 2021 - La France échappe-t-elle au racisme ? avec Pap Ndiaye, Sciences Po, Centre d'Histoire

La France échappe-t-elle au racisme ? Si la France se définit historiquement comme le pays des Droits de l'Homme, et comme une nation unie derrière un idéal républicain de liberté, d'égalité et de fraternité, l'année 2020 a pourtant assisté à une multiplication de polémiques qui remettent la question du racisme au cœur du débat politique. Les phénomènes racistes en France ne sont-ils que des faits isolés, ou témoignent-ils d'un problème fondamental de la nation française, c’est-à-dire d'un racisme systémique ? Politeia revient ce mois-ci sur le problème du racisme en France, qui met en péril l'idéal de société à la française.

 5 décembre 2020 - L'Écologie est-elle compatible avec le capitalisme ? avec Pierre Charbonnier

 Conférences des années précédentes

2019-2020

2018-2019

2017-2018

2016-2017

2015-2016

2014-2015

Pour en savoir plus

Poster du cycle de conférences

Back to top