Journées portes ouvertes Bachelor 2020

  • Portes ouvertes Bachelor 2020Portes ouvertes Bachelor 2020

Découvrez nos campus et notre bachelor en sciences humaines et sociales (grade de licence), un programme pluridisciplinaire qui vous permettra notamment d’effectuer votre 3ème année à l’étranger !

Une édition 2020 entièrement digitale pour permettre au plus grand nombre d’y participer quelles que soient les conditions sanitaires. Aucun visiteur ne sera accueilli sur nos campus.

Que deviennent nos diplômés ?

Les résultats de l'enquête 2020 sur la promotion 2018
  • Diplômées de la promotion 2018 @Christophe Da Silva et Hans Lucas / InspirienceDiplômées de la promotion 2018 @Christophe Da Silva et Hans Lucas / Inspirience

L’enquête jeunes diplômés 2020 portant sur la promotion 2018 conforte l’attractivité des étudiants de Sciences Po auprès des employeurs avec 9 diplômés sur 10 en activité professionnelle. Parmi eux, 86 % ont trouvé leur premier emploi en moins de 6 mois, et près des ¾ occupent un emploi stable. Ils sont de plus en plus nombreux (37 %) à travailler à l’étranger, dans 87 pays. Découvrez tous les résultats de notre enquête* !

L’enquête en 5 chiffres clés

  • 9 diplômés sur 10 ayant décidé d’entrer dans la vie professionnelle sont en activité (même chiffre que l’an dernier), soit une augmentation de 5 points depuis 2014.

  • 86 % ont trouvé leur premier emploi moins de 6 mois après l’obtention de leur diplôme (87 % pour la promo 2017), soit 5 points de plus qu’en 2014.

  • 66 % travaillent dans le secteur privé (70 % dans la promo 2017)
  • 37 % débutent leur carrière hors de France ( 34 % en 2017)
  • La rémunération brute annuelle moyenne (hors primes) passe de 38 k€ à 39 k€

Des diplômés qui s’insèrent bien et vite sur le marché du travail...

Parmi les diplômés ayant décidé d’entrer dans la vie professionnelle, 9 sur 10 sont en activité, un chiffre stable par rapport à l’an passé. 7, 7% d’entre eux seulement sont à la recherche d’un emploi (7,6 % en 2017). À noter que 76 % des répondants se déclarant à la recherche d’emploi ont en fait déjà occupé un premier emploi depuis leur sortie de Sciences Po, ce qui porte le taux d’insertion global à 98 % !

Les délais d'accès à l'emploi restent rapides : 86 % des diplômés ont trouvé un emploi en moins de 6 mois (87 % 2017, 88,4% en 2016, 87% en 2015, 81% en 2014). Parmi eux, 72 % occupent un emploi stable, un taux qui a progressé de 5 points depuis 2014 (67 %), mais connaît une légère baisse par rapport à la promotion 2017 (76 %). Cette évolution reflète surtout celle des choix de carrière : par rapport à l’enquête précédente, la part de CDD demeure identique, tandis qu’augmente la part des contrats en organisation internationale, les VIE/VIA à l’international, et la part d’indépendants et chefs d’entreprise.

... et choisissent un peu moins le privé 

66 % des diplômés en emploi travaillent dans le secteur privé ; ils étaient 70 % en 2017 et 2016, 71% en 2016, et 73% en 2015. Une tendance à la baisse qui s’esquisse, avec davantage de diplômés dans le public (22% contre 20 % en 2017) et 12 % dans les organisations internationales (10% en 2017). Cela témoigne-t-il d’une volonté de nos diplômés de prolonger au-delà du diplôme leurs multiples engagements, en choisissant des secteurs à impact directement positif ? Les prochaines enquêtes diront s’il s’agit là d’une évolution de long terme. 

Des salaires de plus en plus élevés

La rémunération brute annuelle moyenne atteint 39 172 €. Plus élevée que les années précédentes (38 634 € pour 2018, 37 164 € pour 2017), elle dépasse la moyenne (36,7 k€) de l’enquête menée par la Conférence des Grandes Écoles. Les diplômés qui travaillent à l’étranger gagnent davantage (40 611 € en moyenne). 

Bonne nouvelle de cette édition 2020 : l’écart de rémunération entre les femmes et les hommes se réduit, et passe de 16 % l’an dernier à 13 %, grâce au rattrapage des salaires féminins qui augmentent de 35 k€ à 37 k€ en moyenne. Si ces écarts s’expliquent toujours par des choix différents de master et de secteur d’activité, nous espérons y voir l’effet des actions entreprises : cycle d’ateliers, tables rondes, conférences, et travaux de la Chaire pour l'entrepreneuriat des femmes. Une évolution à suivre de près...

Des carrières de plus en plus internationales

37 % des répondants déclarent travailler hors de France, contre 34% pour la promotion 2017. Parmi eux, 55 % ont choisi l’Union européenne, 15 % en Afrique et Moyen-Orient, 14 % l’Asie/Pacifique, 11 % l’Amérique du Nord et 5% l’Amérique du Sud. 

Des secteurs toujours aussi variés 

L’audit et le conseil (19 % des diplômés), l’administration et le secteur public (17 %), le domaine banque/finance/assurance (8 %) et les organisations internationales (8 %) restent les premiers choix des diplômés. Nouveauté révélée par cette enquête 2020 : l’apparition d’un secteur Environnement/RSE à part entière, avec 3 % des diplômés. 

Expériences professionnelles et réseau, des tremplins essentiels

Les expériences professionnelles acquises avant le diplôme - stage ou  contrat d’apprentissage - ont permis à 34% des diplômés 2018 de trouver leur premier emploi, tandis que 26 % ont utilisé leur réseau personnel, professionnel ou lié à Sciences Po.

Les étudiants en apprentissage sont plus fréquemment en emploi et ont des délais d’insertion raccourcis, avec 55 % d’entre eux embauchés avant l’obtention du diplôme. 

Des diplômés satisfaits de leur poste 

Pour la deuxième année consécutive, l’enquête mesure le bien-être des diplômés au travail. Et ceux-ci se disent à 83 % satisfaits ou très satisfaits de leur emploi. Plus en détail, le taux de satisfaction atteint plus de 56 % pour les conditions de travail et l’autonomie, s’élève à 63% pour leur lieu de travail ; il est de 51.5% pour la rémunération. Plus de 62.5% des diplômés se disent “satisfaits” ou “très satisfaits” des relations avec leurs collègues

L'équipe éditoriale de Sciences Po

À propos

*L'édition 2020 de l'enquête d'insertion professionnelle a été réalisée par Sciences Po Carrières sous la supervision scientifique de Nicolas Sauger (Professeur associé à Sciences Po, chercheur affilié au Centre d’études européennes (CEE) et au Laboratoire interdisciplinaire d’évaluation des politiques publiques (LIEPP), directeur du Centre de données socio-politiques (CDSP), et avec le savoir-faire de Blazej Palat (ingénieur d’études au CDSP. La participation de la promotion représente 1702 diplômés, soit un taux de réponse important de 73 %.

En savoir plus

Journée portes ouvertes Masters : 28 novembre 2020

  • Journée des Masters 2020Journée des Masters 2020

Quel master de Sciences Po est fait pour vous ? Comment réussir votre admission ? Ne ratez pas la Journée des masters 2020 ! Une édition entièrement virtuelle pour obtenir les réponses à toutes vos questions.

Ouverte et accessible à tous, notre prochaine journée portes ouvertes de Sciences Po dédiée aux masters sera organisée entièrement en ligne le 28 novembre 2020 !

En raison des incertitudes sur la situation sanitaire, aucun visiteur ne sera accueilli sur nos campus de Paris.

Une rentrée inédite et novatrice

Sciences Po met en place le modèle du "double campus"
  • Étudiante sur le campus de Reims © Paul Rentler / Sciences PoÉtudiante sur le campus de Reims © Paul Rentler / Sciences Po

Comment organiser la rentrée universitaire dans le contexte actuel ? Après un semestre à distance, Sciences Po continue de se mobiliser afin de garantir à tous ses étudiants une scolarité complète et exigeante, fidèle à sa vocation de former des esprits libres, engagés et critiques, structurés intellectuellement par la recherche, les expériences de terrain et les contacts avec les professionnels, et de leur donner les moyens d’agir plus que jamais dans un monde incertain.

Un dispositif inédit et novateur permettra d’ouvrir aux 14 000 étudiants de l’établissement l’ensemble des programmes de formation auxquels ils sont inscrits, le premier jour de rentrée ayant été fixé au 14 septembre 2020.

Dans le respect de toutes les règles de sécurité sanitaires, Sciences Po continuera de promouvoir l’excellence de ses formations et fondera cette rentrée inédite sur trois grands principes :

  • l’égalité d’accès pour tous les étudiants à leur programme, quelle que soit leur localisation ; 
  • l’hybridité des formes pédagogiques, qui associeront enseignements à distance et modules de formation dans les murs ; 
  • la réversibilité pour s’adapter à l’évolution de la situation sanitaire. 

Une rentrée inédite selon le modèle de “double campus”

Au cours du semestre d’automne 2020, tous les étudiants de Sciences Po auront accès à un double campus :

  • Un campus numérique, offrant l'ensemble des contenus pédagogiques, dispensés dans des formats variés, adaptés à chaque cours.
  • Un campus physique, dans chacune des sept villes où Sciences Po est présent, sera ouvert et fera la part belle à l’activité étudiante en petits groupes : classes inversées, ateliers, tutorats, projets collectifs, travaux de groupes, activités associatives encadrées, etc. Ce campus physique sera bien évidemment connecté afin de garantir la participation des étudiants qui ne pourront pas être présents dans les locaux. 

Ce double campus combinera les avantages des formes pédagogiques numérique et physique en les articulant étroitement. Il sera flexible pour offrir une expérience académique la plus complète et la plus féconde possible, y compris pour ceux qui seront éloignés géographiquement, quelle que soit la durée de cet éloignement. Il accordera une large part aux événements de tous ordres qui ponctuent la vie de l’établissement et assurera la continuité d’une riche vie étudiante pour toutes et tous. L'accent sera mis sur l'accompagnement personnalisé, pédagogique mais également technique, pour offrir à chacune et à chacun une connexion optimale au campus numérique.

Ce dispositif s'appuiera sur l'expérience, entamée dès fin février dernier et généralisée depuis le 23 mars, au cours de laquelle tous les enseignements de Sciences Po ont été délivrés à distance, grâce à la mobilisation exceptionnelle des professeurs, des équipes pédagogiques, administratives et techniques, et à la solidarité dont a fait preuve la communauté étudiante. 

Les responsables du Collège Universitaire et de chacune des Écoles préciseront prochainement les maquettes et les modules pédagogiques qui seront proposés à la rentrée.

En savoir plus

Classement QS 2020 : Sciences Po 2ème en "science politique et relations internationales"

Voir les résultats
  • 2e place dans le Classement QS 2020 par discipline ©Sciences Po2e place dans le Classement QS 2020 par discipline ©Sciences Po

Sciences Po poursuit sa progression dans le classement QS 2020 des meilleures universités mondiales par discipline (PDF, 9.2 Mo), en passant de la troisième à la deuxième place mondiale en "Science politique & relations internationales". Dans ce classement dévoilé le 4 mars 2020, Sciences Po est classé ex aequo avec l'Université de Princeton, juste derrière l'Université de Harvard, et devant l'Université de Oxford et la London School of Economics and Political Studies (LSE). Sciences Po est pour la première fois la première université d'Europe dans cette discipline. 

Depuis sept ans, le classement de QS par discipline, qui compare plus de 1200 universités du monde entier, ne cesse de confirmer Sciences Po au sein des universités leaders en sciences sociales. En 2020, Sciences Po se place dans le top 50 mondial dans 5 disciplines, et affiche d’importantes progressions dans plusieurs domaines :

  • 2ème place mondiale en science politique et relations internationales (en progression d’une place par rapport à 2019)
  • 23ème place en Social Policy and Administration (22ème en 2019)
  • 28ème place en sociologie (comme en 2019)
  • 40ème place en Development Studies (avec une importante progression depuis 2019 où cette discipline figurait dans le top 100)
  • 50ème place mondiale en droit (avec là aussi une forte progression puisque Sciences Po figurait en 2019 dans le top 100)

Sciences Po progresse également en Économie and Économétrie en passant du top 150 au top 100 mondial.

En savoir plus

Abonnez-vous à "Une semaine à Sciences Po", et recevez chaque vendredi le meilleur de Sciences Po
Abonnez-vous à Cogito, le magazine de la recherche à Sciences Po

Admissions 2019 : nouveau record de candidatures

Tous les chiffres du bilan
  • Dessin d'une foule ©Sciences PoDessin d'une foule ©Sciences Po

Le dernier bilan des admissions confirme l’attractivité de Sciences Po avec plus de 20 000 candidatures en 2019. 4218 nouveaux étudiants issus de 137 pays ont rejoint nos cursus de premier cycle, de master et de doctorat. Les effectifs totaux de Sciences Po restent stables, et la sélectivité est en hausse avec un taux d’admis de l’ordre de 20%. 

Les admissions au Collège universitaire

L’attractivité de Sciences Po est toujours forte auprès des lycéens, qui étaient 11 123  à se présenter à l’entrée au premier cycle (en incluant les programmes de doubles diplômes nationaux et internationaux). Ils étaient 10 957 l’année précédente, soit une hausse de 1,5 % sur un an. Ils sont issus de près de 1 600 lycées en France et 1000 lycées dans le monde.

Cette année, la procédure par examen a attiré 5 794 candidats, en hausse de 2 % par rapport à l’année précédente (5 680 en 2018). Ce sont 3 343 candidats qui ont postulé à travers la procédure internationale ou à l’un des neuf doubles diplômes internationaux (3 325 en 2018) et 857 candidats à travers la procédure CEP (976 candidats en 2018).

Toutes procédures confondues, les admis représentent 1 960 élèves, soit un nombre stable par rapport à l’année précédente (1 904 admis en 2018) qui confirme une forte sélectivité. En France, ils sont plus nombreux à venir des régions hors Île-de-France (59 %).

Les admissions en master

Cette année, 8 952 candidats se sont présentés à l’entrée en master (8 915 en 2018). Ils étaient 3 771 à candidater à travers la procédure française, un chiffre stable par rapport à l’année précédente (3 717 en 2018). 5 181 étudiants ont candidaté à travers la procédure internationale et les doubles diplômes (5 198 en 2018).

Certaines filières continuent de progresser parmi les candidatures, conformément aux objectifs de diversification des profils visés par la réforme de la procédure de 2017 (suppression de l'épreuve écrite et double évaluation du dossier) : + 24 % sont issues d’écoles d’ingénieur, + 19 % d’études scientifiques, + 20 % d’écoles de commerce ou encore + 12 % d’études en économie.

2 047 élèves ont été admis en master (ils étaient 2 108 en 2018). 72 % de ces admis le sont par la voie de la procédure internationale ou des doubles diplômes internationaux, confortant ainsi le succès des 38 doubles diplômes créés avec des partenaires représentant 14 pays étrangers.

Sciences Po reste un des établissements sélectifs les plus ouverts socialement

Avec 2 094 élèves admis par la procédure des conventions éducation prioritaire (CEP) depuis son ouverture en 2001, Sciences Po se positionne comme un acteur majeur de la diversité sociale au sein des établissements d’enseignement supérieur.

Outre la procédure CEP, la dégressivité des droits de scolarité ainsi que la politique volontariste d’aide sociale favorisent une plus grande mixité sociale au sein de l’établissement. Les aides directes versées par Sciences Po représentent environ 11,1 millions d’euros et ont bénéficié à 36% d’étudiants boursiers ou aidés (bas revenus, situation de handicap, ajustement des droits de scolarité).

En savoir plus

Le bilan des admissions 2019

Sciences + Sciences Po : une double licence inédite

Deux nouveaux programmes ouverts dès la rentrée 2020
  • Portes ouvertes 2019 sur le campus de Reims @Paul Rentler/Sciences PoPortes ouvertes 2019 sur le campus de Reims @Paul Rentler/Sciences Po

Dès la rentrée universitaire 2020, une nouvelle double licence interdisciplinaire, le Bachelor of Arts and Sciences (BASc), sera proposée aux étudiants de première année, en partenariat avec des établissements universitaires français. Ce double cursus en quatre ans associe sciences et sciences humaines et sociales pour apprendre à penser et agir face aux défis de notre siècle. Les deux premiers parcours ciblent en particulier celui de la transition écologique. 

Un diplôme inédit en France

Forte de sa longue expérience en matière de doubles diplômes, Sciences Po lance avec ce Bachelor of Arts and Sciences une double licence inédite par son degré d’interdisciplinarité : les étudiants suivront à la fois la formation de premier cycle de Sciences Po, une licence en sciences chez le partenaire, mais aussi des cours originaux qui mêlent les deux domaines, conçus et délivrés conjointement par les deux institutions. 

Ce nouveau double diplôme se déploiera dès la rentrée de septembre 2020 sur deux campus et deux thématiques différentes : 

Deux autres doubles diplômes conçus sur le même modèle en partenariat avec l’Université de Paris verront le jour en 2021 : 

  • Un double diplôme “Algorithmes et décisions” en mathématique/informatique et sciences humaines et sociales pour explorer les défis du big data sur nos modes de vie.
  • Un double diplôme “Politiques du vivant et identités” en sciences du vivant et sciences humaines et sociales sera lui orienté vers les questions éthiques qui portent sur la manipulation du vivant. 

Pour Frédéric Mion, directeur de Sciences Po, “l’idée n’est pas seulement de juxtaposer les disciplines mais bel et bien de former des futurs responsables aux profils hybrides, capables d’apporter un regard nouveau sur les enjeux cruciaux de notre époque, dans lesquels sciences humaines et sociales et sciences dites dures ou fondamentales apportent des éclairages aujourd’hui indissociables.”

Un parcours exigeant en 4 ans

Ces nouvelles double licences se dérouleront en quatre ans : deux années en France entre les deux établissements partenaires, une année à l’international, et une dernière année consacrée à l’approfondissement des enseignements scientifiques et aux cours interdisciplinaires. 

Ce diplôme du Bachelor of Arts and Sciences s’adresse à des bacheliers dont les résultats sont tout aussi excellents dans les disciplines scientifiques que dans celles qui relèvent des sciences humaines et sociales. Une cinquantaine d’étudiants seront admis pour la première promotion à la rentrée 2020, puis une centaine par an à partir de la rentrée 2021. Les candidats suivront la procédure classique de recrutement pour le Collège universitaire, avec un oral d’admission devant un jury composé de représentants de chaque université. 

À l’issue des quatre années de formation, les étudiants obtiendront le Bachelor of Arts and Sciences délivré par Sciences Po ainsi qu’une licence de l’université partenaire de Sciences Po. Les étudiants diplômés pourront ensuite poursuivre leurs études en master à Sciences Po ou choisir l’un des masters en sciences de l’université partenaire.

En savoir plus

5 conseils pour réussir votre lettre de motivation

Préparez votre candidature pour la rentrée 2020
  • Ne vous y prenez pas au dernier moment ! ©Vincent Watel/Sciences PoNe vous y prenez pas au dernier moment ! ©Vincent Watel/Sciences Po

Vous souhaitez intégrer Sciences Po en 2020 ? Première étape de votre parcours du candidat, le dossier, et notamment sa pièce maîtresse : la lettre de motivation. Avant de vous lancer, quelques conseils et rappels utiles pour venir à bout de cet exercice. 

Il était une fois...vous : racontez une belle histoire

Qu’est-ce qui vous donne envie d’avoir un impact sur le monde ? À Sciences Po, nous recherchons des candidats qui souhaitent transformer leur talent en pouvoir d’agir. En racontant dans votre lettre une histoire personnelle, vous éclairez vos motivations, attestez de votre engagement et donnez du sens à votre candidature.

Votre lettre est à vous et à personne d’autre

Bien sûr, il est toujours bénéfique de demander un avis extérieur sur votre lettre. Mais ne multipliez ni les relecteurs, ni les révisions : si quelques ajustements peuvent améliorer l’ensemble, des changements trop nombreux peuvent dénaturer votre texte et au final lui faire perdre tout authenticité. Or, vous êtes la personne la mieux placée pour connaître et évoquer vos talents et vos compétences. Vous devez vous retrouver dans la version finale de la lettre, et en être fier. N’oubliez pas que, si vous êtes admissible et que vous allez à l’oral, vous devez pouvoir parler et commenter chaque mot sans difficulté.

“Se vendre” tout en restant humble : une question d’équilibre

N’ayez pas peur de mettre en avant vos forces et vos réussites. Mais assurez-vous d’une part de leur pertinence par rapport à votre projet académique ou professionnel. Et, d’autre part, pensez à les mettre en contexte, à donner des exemples précis qui illustrent ce que vous voulez décrire. Cela permet de vous valoriser de manière argumenté et réfléchie, sans tomber dans l’arrogance.

Faites des choix

Votre lettre de motivation n’est pas la seule pièce du dossier : elle sera lue et évaluée avec vos notes et votre CV. Nul besoin de reparcourir dans votre texte l’ensemble de votre parcours personnel et académique ni de faire une liste exhaustive de vos réalisations ou de vos engagements. Vous devez considérer la lettre comme une opportunité de préciser et d’étayer votre motivation pour les programmes auxquels vous postulez, et - pour les candidats en master notamment - pour le projet professionnel que vous envisagez. Vous devez faire des choix parmi toutes les histoires que vous pourriez raconter : il faut retenir celle(s) qui éclairent le plus votre motivation.

N’envoyez pas le premier jet et n’attendez pas la dernière minute

Vous ne pouvez pas aboutir à la version finale de votre lettre en une seule fois. Ne vous y prenez pas la veille du dernier jour : vous avez besoin de temps pour réfléchir, construire votre récit, puis le relire à tête reposée, l’améliorer, vérifier qu’il contient tous les éléments de motivation, et intégrer les - éventuelles - révisions d’un autre relecteur (qui doivent rester ponctuelles, cf. le conseil ci-dessus). Sans oublier, évidemment, les corrections d’orthographe et de syntaxe ! Style formel ou plus personnel ? Peu importe, tant que vous restez cohérent et sincère. Essayez de rédiger un texte agréable à lire, avec des idées claires et pertinentes. Visez la simplicité et l’efficacité ! Ce qui est loin d’être simple : c’est pour cela que vous aurez besoin de temps, à l’image de Blaise Pascal et son célèbre commentaire sur une de ses lettres :  « Je n'ai fait celle-ci plus longue que parce que je n'ai pas eu le loisir de la faire plus courte ».

Pour aller plus loin

"Sciences Po, c'est le Harvard français"

Notre programme de bourses pour l'Afrique
  • La cohorte actuelle de Mastercard ©Sciences PoLa cohorte actuelle de Mastercard ©Sciences Po

La Mastercard Foundation, en partenariat avec Sciences Po, attribue des bourses qui permettent d’accompagner et de former des étudiants du continent africain talentueux et engagés. Témoignages d'étudiants bénéficiaires de ce dispositif.

D’une durée de 6 ans (2017 - 2023), ce programme vise à accompagner les parcours d'étudiants africains talentueux. Celui-ci permet notamment de financer des bourses destinées aux lycéens et étudiants ressortissants des pays d'Afrique subsaharienne, faisant preuve d’un parcours académique d’excellence et d’un fort potentiel en matière de leadership, mais étant confrontés à des difficultés, notamment financières, d’accès à l'enseignement supérieur.

Candidatures 2020, mode d'emploi

En 2020, 5 bourses seront attribuées à des étudiants au niveau bachelor, 15 bourses seront attribuées à des étudiants au niveau master et 12 bourses seront attribuées pour étudier à la Summer School.

L'attribution des bourses se fait dans le cadre d'un réseau d'établissements partenaires habilités à nominer des candidats.

Les dates limites pour postuler sont le 5 décembre 2019 pour les bourses de niveau master, le 29 janvier 2020 pour les bourses de niveau bachelor et le 19 janvier 2020 pour les bourses Summer School.

Aller plus loin

Abonnez-vous à nos newsletters

Quand la ville s'adapte au climat

Un nouveau master à l'École urbaine
  • Berlin et la rivière Spree ©canadastock / ShutterstockBerlin et la rivière Spree ©canadastock / Shutterstock

Les villes sont en première ligne pour faire face à la crise climatique. Les futurs acteurs de la gouvernance urbaine en Europe ont désormais la possibilité de se former au pilotage des défis environnementaux dans le nouveau master Governing Ecological Transitions in European Cities de l’École urbaine, et ce dès la rentrée 2020.

Lors de cette formation de deux ans, accessible à partir d’un niveau licence et intégralement dispensée en anglais, les étudiants bénéficieront d’enseignements portant sur la transition écologique, principalement au niveau européen, mais aussi sur la façon dont les enjeux environnementaux doivent durablement s’inscrire dans une politique municipale. Ils auront, à l’issue de ce master, une bonne maîtrise des politiques environnementales et climatiques des villes européennes, de leurs échelles, et seront en mesure de piloter l’usage durable des ressources et l’action pour le climat.

Tout savoir sur le nouveau master Governing Ecological Transitions in European Cities.

Piloter l’action pour le climat dans les villes européennes

Comme tous les masters de l’École urbaine de Sciences Po, les sciences sociales se trouveront au coeur des enseignements dispensés durant ces deux années de formation. Les étudiants seront aussi amenés à réaliser diverses visites de terrain et un voyage d’études dans une ville européenne. Enfin, la formation sera ponctuée d’un stage et d’une mise en situation professionnelle qui aura pour but de répondre à la demande d’un commanditaire public ou privé.

Les débouchés sont variées et incluent les collectivités locales, les bureaux d’études et les cabinets de consultants spécialisés sur les questions environnementales et climatiques, les grandes firmes de services, le travail et l’entrepreneuriat associatif, les centres de recherche, les réseaux de villes, etc.

Les admissions sont ouvertes ! Rendez-vous sur le site des admissions pour candidater

En savoir plus

Quelle procédure d'admission pour la rentrée 2020 ?

Tout savoir pour candidater à Sciences Po
  • Des étudiants dans la cour du campus de Paris ©Manuel BraunDes étudiants dans la cour du campus de Paris ©Manuel Braun

Sciences Po propose plusieurs voies d’admission selon votre niveau d’études et les programmes auxquels vous postulez.

Quel niveau académique requis pour intégrer Sciences Po ?

Le jardin du campus de Reims ©Manuel Braun

L’admission à Sciences Po se fait :

  • en bachelor pour les titulaires d’un diplôme d’études secondaires;
  • en master pour les titulaires d’un diplôme de premier cycle universitaire;
  • en doctorat pour les titulaires d’un diplôme de deuxième cycle universitaire;
  • en master en un an pour les titulaires d’un diplôme de premier cycle universitaire (certains devant justifier d’un master et/ou d’une expérience professionnelle).

Les procédures d'admission à Sciences Po pour la rentrée 2020 sont ouvertes.

Comment candidater en bachelor ?

> Vous préparez cette année un baccalauréat général ou technologique de l'enseignement secondaire français et en France ?

Vous devez candidater via la procédure d’admission par examen.

> Vous préparez cette année, ou avez obtenu au cours des deux dernières années :

  1. le baccalauréat français obtenu à l'étranger ?
  2. un diplôme étranger obtenu en France ?
  3. un diplôme étranger obtenu à l'étranger ?

Vous pouvez candidater via la procédure internationale d’admission.

Remarque : la procédure internationale donne accès aux campus en régions. Pour le campus de Paris, les élèves qui préparent à l'étranger un diplôme d'études secondaires dont l'équivalence a été reconnue peuvent candidater via la procédure d’admission par examen.

Découvrez la procédure d’admission par examen et ses conditions d’éligibilité.

> Vous êtes actuellement lycéen dans un établissement de notre dispositif des Conventions Éducation Prioritaire (CEP) ?

Vous pouvez candidater via la procédure CEP.

> Vous souhaitez postuler à un double diplôme de bachelor ?
Les procédures d’admission et les calendriers sont spécifiques à chaque double diplôme.
Découvrez les procédures dédiées aux doubles diplômes nationaux et doubles diplômes internationaux.

À noter : la procédure d’admission en bachelor changera pour la rentrée universitaire 2021. Les trois voies d’admission actuelles laisseront place à une seule procédure. Découvrez ce qui change pour 2021.

Comment candidater en master ?

> Vous êtes titulaire d'un diplôme obtenu dans un établissement d'enseignement supérieur français validant au moins trois ans d'études supérieures (minimum Licence ou 180 crédits ECTS), ou étudiant dans un établissement conventionné avec Sciences Po pour l’admission en master ?

Vous devez candidater via la procédure française.

> Vous êtes titulaire au minimum un diplôme de niveau « Undergraduate » (Bachelor of Arts / Bachelor of Sciences/ licenciatura/licence), ou diplôme de master étranger (magister ou magistracy par exemple) ?

Vous pouvez candidater via la procédure internationale master.

> Vous souhaitez postuler à un double diplôme de master ? Découvrez les procédures dédiées aux doubles diplômes master.

Comment candidater en master en un an ?

Des étudiants en classe ©Martin Argyroglo

> Vous êtes titulaire à minima d’un diplôme de premier cycle universitaire et justifiez d’une expérience professionnelle ?
Boostez votre carrière  en candidatant  à l’un de nos 6 masters en un an. Découvrez la procédure d’admission aux masters en un an et leurs conditions d’éligibilité.

Comment candidater en doctorat ?

> Vous êtes titulaire d’un master et vous souhaitez suivre l’un des 5 programmes doctoraux proposés par l’Ecole doctorale en droit, économie, histoire, science politique et sociologie ? Découvrez la procédure d'admission à Sciences Po en thèse.

À savoir avant de candidater

Les admissions à Sciences Po se font en 1ère année de chaque programme proposé. Ainsi, il n’y a pas d’admission parallèle possible en 2ème ou 3ème année de bachelor ni en 2ème année de nos masters en deux ans.

Ouverture des admissions pour la rentrée 2020

  • Étudiants devant l'entrée du 27 rue Saint Guillaume, Paris ©Martin ArgyrogloÉtudiants devant l'entrée du 27 rue Saint Guillaume, Paris ©Martin Argyroglo
  • Sciences Po, campus de Dijon ©Sciences PoSciences Po, campus de Dijon ©Sciences Po

Les admissions pour la rentrée 2020 sont ouvertes !

Intéressés par Sciences Po ? On répond à toutes vos questions

  • Étudiants sur le campus de Paris ©Marta Nascimento / Sciences PoÉtudiants sur le campus de Paris ©Marta Nascimento / Sciences Po

Les doyennes et les doyens du Collège universitaire et de chacune des sept Écoles de Sciences Po vous présentent leurs formations lors d'émissions sur le site de Campus Channel.

Candidater au Collège universitaire (1er cycle)

Accessible à partir du baccalauréat (ou son équivalent à l’étranger), le Collège universitaire est une formation fondée sur l’étude des sciences humaines et sociales qui se déroule en trois ans sur l’un des sept campus de Sciences Po. Elle permet d’obtenir le diplôme de bachelor (bac +3).

Candidater à un master (2ème cycle)

Les sept écoles de Sciences Po présentent également leur offre de masters lors d'une émission en direct sur Campus Channel. Pendant 40 minutes, vous pourrez poser toutes vos questions aux doyens et aux étudiants de Sciences Po afin de mieux connaître les programmes et les métiers auxquels préparent nos écoles.

"Des profils intéressants car très conscients des enjeux environnementaux"

Retour sur le Forum carrières 2019
  • Vue du Forum Carrières 2019 ©Sciences PoVue du Forum Carrières 2019 ©Sciences Po

Ce vendredi 27 septembre 2019, Sciences Po organisait son Forum Carrières, un événement exclusif réservé aux étudiants souhaitant préparer leur avenir professionnel. Au programme : des stands de recruteurs, des conférences, des prises de vue de portraits pour le CV, etc. Retour en vidéo sur une étape incontournable de la préparation de sa carrière.

En savoir plus

Cérémonies du diplôme 2019 : les meilleurs moments

Voir le reportage
  • Étudiante lors de la cérémonie de remise de diplômes 2019 ©Corinne HauryÉtudiante lors de la cérémonie de remise de diplômes 2019 ©Corinne Haury

Plus de 7300 personnes ont assisté les 28 & 29 juin 2019 aux quatre cérémonies de remise des diplômes de la promotion 2019. Des parents, des amis, des professeurs, des compagnons, et parfois des enfants : c’est sous le regard fier, ému, et chaleureux de leurs proches et de leurs camarades que les diplômés ont ceint leur écharpe rouge pour ce premier jour du reste de leur vie. Découvrez quelques uns de ces moments uniques en vidéo et le résumé ci-dessous.  

Organisées pour la première fois dans la grande salle Pierre Boulez de la Philharmonie, les cérémonies du diplôme ont durant deux jours empli cette immense salle d’explosions de joie et de moments d’émotion tout aussi intenses. Sur la scène, au micro, dans la salle, c’est toute la singularité de l’expérience à Sciences Po qui se manifeste. À commencer par l’exceptionnelle diversité de la communauté étudiante : des saris chatoyants aux kilts, en passant par les uniformes, ce sont des talents de tous les horizons qui défilent, sourire aux lèvres et diplôme à la main.

Une exceptionnelle diversité de talents

Les discours solennels, eux, apportent en contrepoint leur vision de ce qui rassemble ces talents, au-delà de la diversité de leurs origines, de leur choix de masters, de leurs projets. Les diplômés d’honneur, aussi reconnaissants que libres de ton et d’esprit, incarnent dans leurs parcours les qualités que Sciences Po s’efforce de placer au premier plan : l’engagement de Fatoumata Diallo, le devoir d’impertinence de Marie Geoffroy, l’esprit d’ouverture d’Anne-Sophie Travert, mais aussi la capacité de résilience de Mas Mahmud, étudiant et réfugié.

Un diplôme et une responsabilité

Pour les invités d’honneur, le diplôme reçu a valeur de passeport mais aussi de responsabilité : celle de capacité à “sortir de soi” pour le journaliste Gilles Bouleau, l’urgence de penser “l’absolu de la dignité” pour le Défenseur des droits Jacques Toubon, l’énergie de créer pour l’entrepreneuse Emmanuelle Duez, et l’impératif catégorique de la crise climatique pour Mary Robinson, première femme présidente d’Irlande.

S’emparer de leur diplôme pour en faire un pouvoir d’agir, sans oublier “d’aimer avec passion”, selon les mots du directeur, Frédéric Mion, c’est aussi le message délivré par les doyens des sept Écoles de second cycle de Sciences Po : retrouvez les discours de Pierre François pour l’École Doctorale, Patrick Le Galès pour l’École urbaine, Bruno Patino pour l’École de journalisme, Christophe Jamin pour l’École de droit, Marie-Laure Djelic pour l'École du management et de l’innovation, Yann Algan pour l’École d’affaires publiques et Enrico Letta pour l’École des affaires internationales.

Abonnez-vous à nos newsletters !

Admission à Sciences Po en 1ère année : ce qui change pour 2021

Tout savoir sur la réforme
  • Admission en 1ère année : ce qui change pour 2021 ©Agence GorilleAdmission en 1ère année : ce qui change pour 2021 ©Agence Gorille

À compter de la promotion 2021-2022, les trois voies d’admission actuelles laisseront place à une seule procédure, aux critères d’excellence unifiés et étoffés, pour distinguer les talents de demain. 

Lire le communiqué de presse

Des critères d’admission à Sciences Po plus lisibles pour gagner en attractivité 

À partir de 2021, tous les candidats, français et internationaux, seront évalués de la même façon, selon quatre dimensions complémentaires

  • le contrôle continu au lycée sur trois ans, 
  • la moyenne des épreuves écrites du Baccalauréat, 
  • le profil du candidat et sa motivation, 
  • et enfin un entretien oral. 

Les critères d’admission, unifiés pour tous les candidats, seront plus lisibles et plus à même de révéler le potentiel de chacun, quel que soit son parcours.

Admission à Sciences Po sur Parcoursup

Par ailleurs, en intégrant Parcoursup, l’acte de candidature à Sciences Po se simplifiera pour les élèves de l’enseignement supérieur français : la voie “Sciences Po” figurera aux côtés de l’ensemble des autres parcours de l’enseignement supérieur, sélectifs ou non. Cette intégration aidera notamment à lutter contre l’autocensure, consciente ou non, de certains lycéens et les invitera à pousser les portes de l’établissement. 

Conjuguer excellence académique et ouverture sociale

Dans la droite ligne des exigences des plus grandes universités internationales, la nouvelle procédure a pour ambition de garantir la qualité et la richesse des profils en gardant le meilleur des trois voies qui coexistaient précédemment : l’exigence académique, évaluée notamment au travers des performances écrites des candidats, la prise en compte des expériences et engagements personnels, et l’importance de l’oral pour détecter parmi ces très bons élèves les personnalités les plus persévérantes, motivées, engagées. Autant de qualités que Sciences Po souhaite valoriser, convaincue que l’excellence ne se résume pas à l’accumulation de savoirs académiques.

Un dispositif Sciences Po / CEP renforcé et 30 % de boursiers a  minima par promotion

70 % des élèves défavorisés étudient hors des zones de l’éducation prioritaire. Pour  aller chercher les élèves les plus talentueux partout où ils se trouvent, dans les zones périurbaines mais aussi les zones rurales ou encore les DOM TOM, Sciences Po va renforcer le dispositif de ses Conventions Éducation Prioritaire

Pour cela, l’école va doubler le nombre d’établissements partenaires en passant de 106 à plus de 200 lycées dans les prochaines années et renforcer l’accompagnement des élèves volontaires au sein de ces lycées dès la seconde. 15 % des places seront réservées aux élèves ayant suivi ce parcours et 100 % des élèves recrutés via ce dispositif devront être boursiers.

Au total , Sciences Po s’engagera désormais à recruter a minima 30 % de boursiers dans chaque nouvelle promotion. Elle est le seul établissement sélectif supérieur à se donner un tel objectif. 

Le détail de la réforme sera dsponible sur notre site en septembre 2020. 

Abonnez-vous à nos newsletters !

Qui sont nos diplômés 2019

Revoir les cérémonies de la "diplo"
  • Un étudiant traverse la scène lors de la cérémonie de diplomation 2018Un étudiant traverse la scène lors de la cérémonie de diplomation 2018

Des étudiants et des étudiantes brillants et engagés. Des invités d’honneurs inspirants. Des parents débordant de fierté. Consécration de l’année universitaire, la cérémonie du diplôme a rassemblé, vendredi 28 et samedi 29 juin 2019, près de 2500 diplômés et leurs invités, pour la première fois à la Philharmonie de Paris. Qui sont les étudiants de la promo 2019 ? Découvrez leurs profils. 

2542 diplômés

C'est le nombre exact d'étudiantes et d'étudiants de la "Promo 2019" :

Une première : la Philharmonie

Pour la première fois de l'histoire de Sciences Po, les quatre cérémonies de remise de diplômes se sont déroulées dans la grande salle Pierre Boulez de la Philharmonie de Paris. Vous pouvez les revoir en intégralité sur notre Livestream : 

Cérémonie 1 : École de journalisme, École doctorale, École urbaine - Vendredi 29 juin de 10 h 30 à 12 h 40 Avec Bruno Patino, directeur de l’École de journalisme, Pierre François, doyen de l’École doctorale, et Patrick Le Galès, doyen de l’École urbaine.

Cérémonie 2 : École du management et de l’innovation, École de droit - Vendredi 29 juin de 18 h à 20 h 40 - Avec Marie-Laure Djelic, doyenne de l’École de management et de l’innovation, et Christophe Jamin, directeur de l’École de droit.

Cérémonie 3 : École d’affaires publiques - Samedi 30 juin de 10 h 30 à 13 h - Avec Yann Algan, directeur de l’École d’affaires publiques.

Cérémonie 4 : École des affaires internationales - Samedi 30 juin de 18 h  à 20 h 30 - Avec Enrico Letta, doyen de l’École des affaires internationales.

Et aussi

Retrouvez les infos pratiques sur le site de la cérémonie du diplôme

Revoir le best-of de la cérémonie 2018

Abonnez-vous à nos newsletters !

Les coulisses du Grand Oral

À quoi sert l’oral de sortie en 2019 ?
  • Une étudiante lors de son jury de Grand Oral ©Sciences PoUne étudiante lors de son jury de Grand Oral ©Sciences Po

Du discours de politique générale devant l'Assemblée nationale aux émissions de télévision, le “grand oral” a la cote et sera bientôt partie intégrante du nouveau Bac. Né à Sciences Po, le “Grand O” a, tout comme l’institution, profondément évolué au cours des dernières années. Qu’attend-on des étudiants en 2019 ? Loin du concours d’éloquence et des effets de manche, reportage dans les coulisses de ce rite de passage.

À Sciences Po, le “Grand O” existe de toute éternité. Principal oral de sortie de l’École libre des Sciences Politiques, il perdure comme passage obligé avant le diplôme lors de la création de l’Institut d’Études Politiques de Paris en 1945*. Mais s’il a traversé les quasi 150 d’existence de Sciences Po, le Grand Oral de 2019 n’a probablement plus grand-chose à voir avec celui des premiers diplômés de 1874.

Faire le lien entre l’expérience et les enseignements

“Le tirage au sort du sujet a disparu depuis les années 2000 et la mise en place des Écoles de second cycle, plus professionnelles et plus spécialisées”, rappelle Myriam Dubois-Monkachi, directrice de la scolarité. Nous avons voulu que le Grand Oral soit davantage adossé à la spécialité choisie”. Depuis la dernière réforme de 2016, le Grand Oral s’appuie ainsi sur l’expérience hors-les-murs que tous les étudiants effectuent en master : un stage, un mémoire de recherche, un séjour d’étude à l’international, ou l’apprentissage. L’objectif est d’évaluer la capacité de l’étudiant à faire le lien entre les enseignements fondamentaux reçus à Sciences Po et cette expérience. “Cette alliance permet d’assister à des histoires extraordinaires, raconte Myriam Dubois-Monkachi. Mais au-delà de l’immense diversité des expériences, l’exercice met en jeu la capacité à argumenter, à poser une problématique et à y répondre. C’est une compétence qui distingue nos diplômés dans leur vie professionnelle, et c’est cela qui se joue lors du Grand O.” 

Une épreuve “d’engagement intellectuel”

Bien loin de l’exercice de style ou du cliché sur l’art de “pouvoir parler un peu sur tous les sujets”, le Grand Oral d’aujourd’hui se présente comme une épreuve “d’engagement intellectuel” de la part du futur diplômé. “Avec ce nouveau Grand oral, les jurys ne sont plus dans une approche “sanction”, mais adoptent une posture à la fois exigeante et bienveillante”, témoigne un membre du jury. C’est un moment passionnant qui permet de mettre en lumière un parcours éthique et intellectuel”. Pour Myriam Dubois-Monkachi, la solennité du moment, partagé par l’ensemble d’une promotion, aux mêmes moments et au même endroit, apporte aussi “une dose de commun” à des étudiants qui ont entamé des trajectoires très diverses lors de leur master. Un “point d’aboutissement”, qui clôture la boucle ouverte lors de l’entrée à Sciences Po, où tout commence aussi...par un oral.

*D'après Odon Vallet dans Grand Oral (Masson, 1989) - À l’ENA et dans les concours administratifs, le terme désigne plutôt une étape redoutée de la sélection à l’entrée.

En savoir plus

Abonnez-vous à nos newsletters !

Classement U-Multirank 2019 : Sciences Po, une des meilleures universités mondiales pour la mobilité étudiante

  • Campus de Reims vu du ciel avec des étudiants assis sur l'herbe ©Sciences PoCampus de Reims vu du ciel avec des étudiants assis sur l'herbe ©Sciences Po

U-Multirank vient de publier l’édition 2019 de son évaluation des universités. Sciences Po obtient un excellent résultat en se classant dans le top 25 des meilleures universités mondiales pour la mobilité étudiante.

La mobilité fait en effet partie intégrante des valeurs de Sciences Po et et la formation qui y est dispensée. Près de la moitié des étudiants sont internationaux. Représentant 150 pays, ils sont issus des meilleurs établissements à l’étranger.

Les étudiants bénéficient du réseau de nos 480 universités partenaires internationales avec une 3e année à l’étranger pour tous les élèves du Collège universitaire (licence), ainsi qu'un semestre en échange pour les élèves de master. Sciences Po propose également une quarantaine de doubles diplômes à l’international, et des cursus entièrement en anglais.

Initié par la Commission européenne en 2014, Multirank est un classement qui souhaite offrir une alternative aux grands classements internationaux des universités, avec une évaluation fondée sur un large échantillon de critères.

En savoir plus

Tags :

Poitiers : 5 choses étonnantes sur notre nouveau campus

Visite guidée pour l'inauguration
  • L'entrée du nouveau campus de Sciences Po à Poitiers ©Sylvain RochasL'entrée du nouveau campus de Sciences Po à Poitiers ©Sylvain Rochas

Présent à Poitiers depuis 2001, le Collège universitaire de Sciences Po était à l’étroit dans ses locaux de l’hôtel Chaboureau : avec une croissance continue des effectifs, l’attractivité du programme latino-américain du premier cycle rendait un déménagement nécessaire. C’est chose faite depuis septembre 2018 au sein d’un nouveau site construit au XVIIIe siècle et réinventé pour le XXIe siècle. Visite guidée à l’occasion de l’inauguration officielle qui a lieu mercredi 10 avril.

Ce n’est pas la première fois qu’il s’appelle “Collège”

Occupant un des bâtiments - construits début XVIIIe siècle - de l’ancien couvent des Jacobins, le nouveau campus permet à ce site de renouer avec sa vocation d’enseignement. Ancien siège de l’université de Poitiers, l’institution créée au Moyen-Âge par les religieux a réussi l’exploit de survivre aux péripéties de l’histoire jusqu’à la Révolution française. En 1789, le couvent devient siège du club... des Jacobins (à ne pas confondre avec leurs prédécesseurs sur les lieux), puis caserne et enfin prison. En 1842, un philanthrope rachète les lieux pour y fonder l’école Saint-Vincent de Paul. Les propriétaires (religieux) changent, la vocation éducative de l’endroit demeure. En 1902, l’établissement prend le nom de Pensionnat Saint-Jean-Baptiste de La Salle, qui ferme en 1905, rouvre ailleurs, puis revient, ressuscité en collège Saint-Stanislas, qui y demeure jusqu’en 1980. Acquis et aménagé par la Région, le site a accueilli l’école de commerce ESCEM jusqu’en 2017. Grâce aux travaux financés par la Région et la Ville, le voici à nouveau “Collège” mais “universitaire”, façon premier cycle de Sciences Po. Une façon de synthétiser toute l’histoire de ce lieu exceptionnel, sis au 23, rue Jean Jaurès. 

Poitiers, c’est le futur Paris

On s’explique : l’aménagement de ce nouveau site, prévu spécifiquement pour Sciences Po, a permis d’en faire un “campus idéal” pour les besoins des étudiants et enseignants du XXIe siècle. Les étudiants ont d’abord plus d’espace : avec trois amphis contre un seul de 90 places dans l’ancien site, et 10 salles de cours au lieu de 5. Mais les lieux proposent aussi plus d’espaces, pour tous les usages : une salle artistique, une cafétéria, des bureaux associatifs, des espaces de coworking, un espace de détente, etc. Les salles de cours sont équipées du matériel pédagogique dernier cri, et les étudiants ont désormais accès à un pôle santé équipé de locaux dédiés. 

Le site est donc un site pilote, qui préfigure d’autres évolutions de campus, et notamment celui de Paris autour du nouveau site de l’Artillerie, qui ouvrira ses portes en 2021-2022. La signalétique, entièrement accessible, en est un autre exemple.

“Rendez-vous en Mafalda”

Oui, le foyer des étudiants a été baptisé “Espace Mafalda”. Mais nous ne sommes pas sur le campus latino-américain de Sciences Po pour rien : sachez que ce personnage de bande dessinée, créé par le dessinateur argentin Quino, et très populaire en Amérique latine, a une dimension politique. Son éditeur, Julian Delgado, est mort sous la torture. 

Au total, ce sont huit personnalités marquantes du monde latino et ibérique qui donnent leur noms à des espaces du campus. Soit autant de figures choisies parmi les propositions des étudiants : 

  • Amphithéâtre Gabriela Mistral - poétesse chilienne, première femme latino-américaine à obtenir le prix Nobel de littérature (1889 - 1957) 
  • Amphithéâtre Rubén Darío, poète, diplomate et journaliste nicaraguayen (1867-1916)
  • Amphithéâtre Paulo Freire, pédagogue brésilien (1921- 1997)
  • Bibliothèque Gabriel García Márquez, romancier, nouvelliste, journaliste et militant politique colombien, prix Nobel de littérature en 1982 (1927- 2014)
  • Cafétéria Mercedes Sosa, chanteuse argentine (1935-2009)
  • Studio vidéo Luis Buñuel, réalisateur et scénariste espagnol (1900- 1983)
  • Salle artistique Frida Kahlo, artiste peintre mexicaine (1907-1954) 
  • Salle Ana de Castro Osorio, écrivaine et femme politique portugaise (1872- 1935) 

Un campus glocal

Avec ses 30 nationalités pour 187 étudiants, le campus de Poitiers - à l’image des autres campus délocalisés du Collège universitaire, est à la fois international et ancré dans le tissu local.  60 % des étudiants sont ainsi internationaux - Brésiliens et Espagnols en tête. Mais depuis 2007, le campus a reçu 950 candidats issus de la région Nouvelle-Aquitaine. Les étudiants admis viennent de tous les horizons, et sont à la fois engagés dans le tissu associatif local et amenés à rencontrer des dirigeants du monde entier (depuis 2013, les chefs d’État du Costa Rica, de l’Uruguay et de l’Équateur y sont venus) et qui, une fois diplômés, n’hésitent pas à devenir ambassadeurs de leur campus dans le monde entier. 

Une coloc’ avec la Région

Le bâtiment du campus accueille également plus de 30 agents de la Région Nouvelle-Aquitaine. Et pour cause ! L’acquisition du site a été financée à parts égales par la Région Nouvelle-Aquitaine, le département de la Vienne et la communauté urbaine de Grand Poitiers. Les travaux de réhabilitation du bâtiment ont été pilotés par la Région Nouvelle-Aquitaine dès juillet 2017 et financés par la Région Nouvelle-Aquitaine et Grand Poitiers. Sciences Po a équipé le bâtiment avec l’aide de la Région et du Grand Poitiers. 

Quelques chiffres

  • 187 étudiants
  • 100 enseignants à l’année
  • 2500 m2
  • 15 salles
  • 30 nationalités représentées
  • 58% d’internationaux
  • 25,5% de boursiers
  • + 15% d’effectifs au cours des 5 dernières années

En savoir plus

Tags :

Candidats en master : derniers conseils pour les oraux

  • ©Peter Bernik / Shutterstock©Peter Bernik / Shutterstock

Vous avez été déclaré admissible à un master de Sciences Po. Il vous reste à réussir l’entretien oral pour intégrer l’une de nos sept écoles. Les épreuves d’admission se déroulent du 23 avril au 10 mai 2019. Elle peuvent parfois générer du stress car vous vous posez encore des questions sur le profil des candidats recherchés, sur votre capacité à démontrer votre motivation et à défendre votre projet…. Restez serein et gardez confiance en vous ! Voici nos derniers conseils pour cette dernière ligne droite. 

1/ Relire son dossier de candidature

L’objectif de l’oral est de déterminer votre motivation et de juger de l’adéquation de votre profil avec Sciences Po.

Aussi, relisez précisément votre lettre de motivation, votre CV et les différentes pièces que vous avez jointes au dossier de candidature. Remettez en perspective votre projet professionnel et toutes vos expériences : parcours universitaire, stages professionnels mais également toute autre activité telle que le bénévolat, un engagement politique ou social en lien avec votre projet. La commission d'entretien appréciera tout élément de votre personnalité qui saura vous distinguer des autres candidats.

2/ Bien connaître la maquette pédagogique et les débouchés de son futur master

Le master correspond à la décision de s’engager dans un projet professionnel réfléchi et réaliste. Vous devez montrer que vous savez où vous voulez aller et illustrer votre motivation de manière concrète et argumentée. Il est donc très important que vous ayez pris connaissance des enseignements qui vous seront dispensés si vous êtes admis. Ce master ne doit avoir aucun secret pour vous.

3/ S’intéresser à l’actualité concernant votre domaine de prédilection

Un étudiant de Sciences Po doit avoir une réelle appétence pour le monde contemporain et ses enjeux. Les membres de la commission d’entretien qui vont vous entendre seront sensibles à votre curiosité et à vos connaissances concernant l’actualité et l’univers professionnel auquel vous vous destinez : le droit, le journalisme, les affaires publiques….

Et quelques conseils pratiques !

Prévoyez d’arriver en avance sur les lieux pour trouver votre salle et commencer l’entretien de façon détendue.

Assurez-vous d’avoir avec vous les documents nécessaires : votre convocation et votre pièce d’identité vous seront demandées pour accéder au bâtiment.

Dans le cadre du plan Vigipirate, les mesures de sécurité sont renforcées. Il importe de prêter une attention toute particulière aux consignes de sécurité.

Pour aller plus loin

Candidats en 1ère année : 5 idées reçues sur les oraux

Examen d'entrée au Collège universitaire
  • 5 conseils pour les oraux5 conseils pour les oraux

En train de préparer la procédure par examen pour être admis à Sciences Po ? La deuxième quinzaine du mois de mai 2019, tous les candidats admissibles au Collège universitaire (1er cycle) de Sciences Po sont invités à un entretien. Une épreuve parfois stressante qui génère son lot d’idées reçues : voici quelques conseils pour se débarrasser des clichés et aborder ce dernier round avec le maximum de sérénité.

1/ Pour réussir, je dois parler (et m’habiller) comme “un étudiant de Sciences Po”.

FAUX. Soyez vous-mêmes.

Il n’existe pas de “profil type” d’étudiant : Sciences Po est ouvert à tous les candidats talentueux, quels que soient leur parcours, leur origine, leur série du Baccalauréat ou leurs centres d’intérêt. Inutile donc de vous faire passer pour quelqu’un que vous n’êtes pas.

Pour que la commission d’entretien puisse cerner votre personnalité, il ne faut pas “formater” vos réponses à l’avance. Il n’existe pas de phrases à prononcer absolument, ni de “bonne” ou de “mauvaise” réponse aux questions : vous devez être prêt à engager une conversation, pas à subir un interrogatoire.

N’achetez pas non plus de vêtements spéciaux pour l’occasion : soignez votre présentation, mais dans une tenue qui vous ressemble et dans laquelle vous êtes à l’aise.

2/ Je peux préparer toutes mes réponses à l’avance.

VRAI et FAUX. Restez serein avant, pendant et après l’oral.

Tout comme il n’y a pas “d’étudiant-type”, il n’existe pas de “commission-type”. Vous ne pouvez pas anticiper toutes les questions. Mais il ne faut pas pour autant vous laisser intimider par les membres de la commission. L’entretien doit servir à révéler votre motivation, votre personnalité, votre curiosité, votre ouverture au monde : ce qui compte, ce ne sont pas les questions, mais bien vos réponses.

Le jury* commence souvent par vous demander de vous présenter brièvement : préparez cette présentation à l’avance, cela vous permettra d’aborder le début de l’entretien plus détendu. Pour la suite de la conversation, tenez-vous informé de l’actualité, et lisez les conseils ci-dessous.

Ensuite, souriez, restez calme, prenez le temps de réfléchir à vos réponses et gardez confiance en vous !

> Et si on est timide ? (extrait de l'émission Campus Channel consacrée au Collège Universitaire)

3/ Le jury* ne connaît rien de vous.

FAUX. Relisez votre lettre de motivation.

La lettre de motivation que vous avez rédigée il y a maintenant cinq mois contient les éléments qui serviront certainement de base aux questions. Les membres de la commission d’entretien s’appuient également sur les informations de votre dossier qui peuvent les éclairer sur votre parcours et votre personnalité.

4/  Je peux répéter les “recettes” d’autres candidats qui ont préparé d’autres examens ou concours.

FAUX. Intéressez-vous à Sciences Po et parlez de vous !

Pour montrer sa motivation, il faut être capable de dire pourquoi vous souhaitez entrer à Sciences Po. Pour cela, il faut s’intéresser spécifiquement à l’établissement, à son projet, à ses formations, à ses débouchés. Parcourez donc soigneusement le site internet de Sciences Po, et notamment la page du Collège Universitaire (1er cycle). Abonnez-vous à sa newsletter, et suivez son actualité sur les réseaux sociaux : Twitter, Facebook, Instagram, vous avez le choix. Attention, ne répétez pas par cœur tout ce que vous avez pu lire sur le site web, il s’agit pour vous de découvrir la vraie nature des disciplines enseignées et de savoir pourquoi vous souhaitez intégrer Sciences Po !

Vous pouvez aussi écouter les conseils de ceux qui étaient à votre place l’an dernier (site de l'association SOS Sciences Po) , mais vous ne devez pas répéter leurs arguments, la commission veut vous entendre parler de vous !

5/ Si mon oral se passe mal, c’est que je suis vraiment nul.

FAUX. Relativisez.

Pour la plupart d’entre vous cet oral d’admission sera le premier entretien de votre vie. Si vous passez cet entretien, c’est que vous avez été déclaré(e) admissible et déjà accompli beaucoup. Quoi qu’il arrive, c’est déjà une formidable réussite et l’expérience vous sera extrêmement utile pour tous les entretiens que vous aurez à passer dans votre vie (et il y en aura beaucoup….). Et surtout, votre impression à la sortie de l’entretien n’est pas toujours fiable : ce que vous avez vécu comme une maladresse ou une “erreur” n’a pas forcément été vue comme telle par le jury. Donc relativisez et attendez les résultats le plus sereinement possible !

Pour arriver plus détendu le jour de votre entretien, il est aussi essentiel pour vous d'avoir en tête plusieurs options de trajectoires post-bac pour envisager plus calmement le déroulement de l'entretien et ses résultats. Sachez que certains candidats ne réussissent pas à l'entrée au Collège et rejoignent ensuite Sciences Po en master...

Bonne chance à toutes et tous !

* Le terme “jury” est parfois utilisé dans cet article pour plus de commodité : les candidats sont reçus par une “commission d’entretien”, qui ne prend pas de décision définitive au moment de l’entretien. Le jury d’admission se réunit après les entretiens : c’est la seule instance habilitée à prendre une décision souveraine, à partir de la note attribuée par la commission d’entretien, des notes obtenues à l’écrit, et du dossier complet du candidat.

Quelques conseils pratiques :

  • Prévoyez d’arriver en avance au 13, rue de l’Université (75007 Paris) pour trouver votre salle et commencer l’entretien de façon détendue.
  • Assurez-vous d’avoir avec vous les documents nécessaires : votre convocation et votre pièce d’identité vous seront demandées pour accéder au bâtiment.
  • Dans le cadre du plan Vigipirate, les mesures de sécurité sont renforcées. Merci de prêter une attention toute particulière aux consignes de sécurité.

Liens utiles

Dernière mise à jour : février 2019

Comment financer ses études à Sciences Po ?

4 étudiants sur 10 bénéficient d'une aide financière
  • ©Caroline Maufroid / Sciences Po©Caroline Maufroid / Sciences Po

Nous pensons que les difficultés financières ne doivent empêcher personne d’étudier à Sciences Po. C’est pourquoi nous consacrons chaque année 10,5 M d’euros aux bourses et à l’aide sociale. Grâce à ce volontarisme, nous aidons chaque année près de 4 étudiants sur 10 (chiffres 2017-2018).

1 étudiant sur 3 étudie gratuitement

Le premier engagement d’ouverture sociale de Sciences Po, c’est son système de tarification. Depuis 2005, Sciences Po a mis en place un dispositif original qui adapte les frais de scolarité aux ressources des familles, avec une échelle progressive de 14 tarifs différents. La première de ces 14 tranches tarifaires, c’est la tranche zéro, comme zéro euro. Une politique de gratuité avancée qui s’applique non seulement aux élèves boursiers du CROUS (tout échelon confondu), mais aussi aux non boursiers avec des revenus modestes, ainsi qu’à tout élève en situation de handicap. Résultat : en 2017/2018,  un étudiant sur trois ne paye aucun frais de scolarité.

Les bourses de scolarité pour étudier sereinement 

Pour les étudiants aux revenus modestes, étudier gratuitement ne suffit pas. Il faut aussi pouvoir faire face au coût de la vie. C’est pourquoi tout étudiant français ou européen boursier du CROUS - soit 26 % des étudiants en 2017/18 - perçoit une aide financière complémentaire de la part de Sciences Po, en plus de l’exonération des frais de scolarité. Cette aide représente 75% du montant de la bourse du CROUS. Par exemple, un élève boursier du dernier échelon CROUS reçoit 971 euros par mois grâce au complément Sciences Po, contre 555 euros par mois dans un autre établissement (chiffres 2017). En 2017/18, ces bourses ont permis à près de 2 400 étudiants français ou européens d’étudier plus sereinement.

Fidèle à ses engagements européens, Sciences Po consacre un effort particulier aux étudiants européens boursiers. Alors qu’ils ne peuvent bénéficier d’une bourse du CROUS qu’à partir de leur deuxième année en France, Sciences Po se substitue au CROUS en leur accordant une aide dès la première année : un volontarisme unique dans le paysage de l’enseignement supérieur français.

Pour les étudiants extra-européens, Sciences Po propose notamment des bourses baptisées “Emile Boutmy”, du nom du fondateur de l’école. Accordées sur critères académiques et sociaux, elles concernent 281 étudiants en 2017/18, et peuvent atteindre 19 000 euros par an. D’autres programmes existent : comme les bourses d’excellence créées avec la Fondation MasterCard pour les étudiants africains. 

Enfin, les étudiants de Sciences Po sont également nombreux à bénéficier de programmes de bourses et d’aides publiques ou privées.

Au total, Sciences Po aide financièrement près de 4 étudiants sur 10 : 36 % des étudiants sont exonérés (totalement ou partiellement) du paiement des droits de scolarité ou reçoivent une aide financière.

Des aides à la mobilité pour ne pas se censurer

À Sciences Po, la 3è année d’études à l’étranger est un passage obligé dans la scolarité - et aussi une expérience inoubliable pour les étudiants. Mais tous les étudiants n’ont pas les moyens de financer le départ ni le coût de la vie dans un pays étranger. Pour que tous les étudiants puissent choisir la destination de leur choix, des bourses de mobilité permettent aux étudiants les plus fragiles financièrement de compenser le surcoût du séjour à l’international, ou de prévoir les aménagements nécessaires pour compenser une situation de handicap. 

En cas de coup dur : un accompagnement sur mesure

Au-delà de ces dispositifs financiers, les services de Sciences Po accompagnent tous les étudiants pour que les difficultés de la vie quotidienne, administrative, ou de la vie tout court, ne pèsent pas trop sur leurs études :

  • un service dédié au logement centralise les petites annonces, appuie les étudiants dans leurs démarches, propose des logements grâce à nos partenariats avec des résidences étudiantes, et peut aussi les aider financièrement.
  • pour faire face à un coup dur, un aléa financier, ou un retard de bourse, nos services peuvent s’adapter aux situations individuelles, voire proposer des aides d’urgence. 
  • nous aidons les étudiants non-européens dans leurs démarches administratives pour l’obtention ou le renouvellement de leur visa et/ou titre de séjour
  • enfin, pour aider les étudiants à arrondir les fins de mois, nous proposons des jobs sous forme de vacations (plus de 600 chaque année) 

Et pour les soucis qui ne sont pas - ou pas uniquement - financiers ou administratif, c’est notre Pôle Santé qui prend le relais.

Source : La politique de l’aide financière et de services aux étudiants, bilan 2017-2018

En savoir plus

L'alternance : une transition douce avec le monde du travail

Lire le témoignage
  • Louis Gaucher, étudiant à l'École urbaine ©Xavier GranetLouis Gaucher, étudiant à l'École urbaine ©Xavier Granet

Étudiant à l’École urbaine, Louis Gaucher effectue sa deuxième année de master Stratégies Territoriales et Urbaines en apprentissage. Depuis juin 2018, il alterne entre ses cours à Sciences Po et la préparation (urbaine) des Jeux Olympiques et Paralympiques au sein de la Société de livraison des équipements olympiques et paralympiques (SOLIDEO). Entretien. 

Pourquoi avoir choisi l’alternance ? 

L’alternance est une formule douce pour organiser la transition entre l’école et le monde du travail : elle me permet de mettre en relation ma formation théorique et des connaissances pratiques. Après quatre ans d’études, j’éprouvais le besoin de sortir de la bulle académique. L’alternance donne la possibilité de suivre des projets professionnels sur l’année entière, ce qui est très stimulant. Enfin, il ne faut pas occulter le fait que l’alternance apporte également une certaine autonomie financière. 

Quelles sont vos missions en entreprise ? Êtes-vous autonome sur certaines ?

Je travaille au sein du pôle "Ambitions et Héritage" de la SOLIDEO, dont l’objectif est de préfigurer, entre autres, l’héritage des ouvrages et chantiers olympiques et paralympiques. Il s’agit de démontrer l’utilité des projets, notamment par rapport aux enjeux du développement durable. Concrètement, cela se traduit d’une part par un travail de synthèse de documents pour élaborer la vision stratégique. D’autre part, je dois aussi préparer, participer, voire animer un certain nombre de réunions de coordination entre les différents acteurs publics et privés impliqués. Enfin, il s’agit de préparer les aménagements : j’ai donc dû participer à la rédaction de marchés publics puis l’analyse des offres. 

La structure étant encore récente (la SOLIDEO a été créée au début de l’année 2018), les équipes ne sont pas encore complètement formées. Il a donc fallu que je sois rapidement autonome pour répondre à la charge de travail. Ce degré d’autonomie tend d’ailleurs à augmenter au fur et à mesure de ma mission.

Pourquoi avez-vous choisi cette entreprise ?

C’est un projet de longue date mûri depuis la candidature de Paris pour les Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024. Un certain nombre de questions se posent sur la capacité d’une métropole à absorber l’organisation de ce méga-événement, voire sur son intérêt au regard des principes du développement durable. J’ai puisé ma motivation dans ce défi : faire de cet événement une réussite sociale, environnementale et économique. La dynamique olympique permet de présenter, d’expérimenter des réponses à des besoins sociétaux et d’aménagement au sein même des villes du Grand Paris, et notamment de Seine-Saint-Denis. 

Comment avez-vous vécu ces premiers mois d’apprentissage ? 

Le premier bilan est très positif : j’ai pu observer des pratiques et actions qui répondent aux notions et concepts appris à l’École urbaine. Les cours du semestre actuel me permettent de mieux saisir mon environnement de travail, et inversement, le travail m’aide aussi à mieux saisir les enjeux des cours. Le fait de commencer l’alternance à temps plein, avant la reprise des cours, a aussi facilité mon intégration et ma formation. Enfin, la présence d’un autre stagiaire et d’un autre alternant dans la structure à mon arrivée m’ont aidé à trouver rapidement des repères. 

Le retour à l’école en septembre a été plus compliqué. J’ai eu besoin de temps pour trouver un équilibre entre le rythme soutenu de l’entreprise et le rythme académique qui se décline sur un temps plus long. Mais finalement, leur complémentarité me donne une véritable satisfaction, grâce aux liens qui s’établissent entre la formation académique et la formation professionnelle. 

Nos 8 masters accessibles en apprentissage :

Pour en savoir plus, consultez la brochure des masters en apprentissage.

En savoir plus

Des étudiants engagés sur le terrain

Témoignages sur le parcours civique
  • Étudiante en parcours civique ©Sciences PoÉtudiante en parcours civique ©Sciences Po

Né avec la réforme du Bachelor, il y a un an, le parcours civique est un dispositif unique qui se déploie sur les trois premières années de formation et structure le curriculum. Obligatoire pour tous, le parcours civique valorise l’apprentissage actif de la citoyenneté et de la responsabilité sociale en proposant aux étudiants de lier les enseignements du bachelor à des engagements sur le terrain.

Culture, éducation, emploi, environnement, justice sociale, santé... Dès la première année, les étudiants sont invités à trouver la thématique de leur projet personnel. Ils effectuent un stage de terrain d’un mois l’été auprès d’une institution partenaire : établissements publics, services de l’état, associations, etc.

Ainsi, Caroline Pernes, lors de son stage, a mis en place et organisé le tri sélectif dans une maison d'arrêt. Michaël Saillot a effectué une mission d'animation et d’accompagnement des personnes âgées dans une maison de retraite.

En deuxième année, ils poursuivent leur parcours civique par un projet civique libre sur le terrain. L’ensemble de ces expériences et apprentissages réalisé dans le cadre du parcours civique viendra nourrir le Grand écrit, l’épreuve finale du Bachelor.

En savoir plus sur le parcours civique

Retour en haut de page