Slide
Ecole polytechnique Université Paris-Saclay 10 mo Crédit photographique : © École polytechnique - J.Barande
Des risques professionnels à la loupe
1 février 2017
A cartoon from Punch from 1890: The phylloxera, a true gourmet, finds out the best vineyards and attaches itself to the best wines.
Voler pour survivre
10 février 2017

Vulnérabilité des savoirs et nucléaire

Nuclear French test. Crédits ; James VaughanCC BY-NC-SA 2.0

Nuclear French test. Crédits ; James VaughanCC BY-NC-SA 2.0

A l’heure où tous les États dotés d’armes nucléaires lancent des programmes de « modernisation » de leur arsenal s’étendant sur plusieurs décennies, force est de constater que les savoirs dont nos sociétés disposent au sujet de l’armement nucléaire sont plus que vulnérables.

Une vulnérabilité qui, selon Benoît Pélopidas, découle de trois phénomènes :

  • une confiance excessive en la validité du savoir dont nous disposons pour analyser et faire face aux problèmes de sécurité et de défense.
  • une confiance excessive en l’existence d’un apprentissage des leçons du passé
  • l’unanimité sur les  leçons à en tirer.

C’est dans le cadre d’une chaire d’excellence de Sorbonne Paris Cité que Benoît Pélopidas se propose d’étudier cette question, en s’intéressant notamment aux savoirs (et non savoirs !) dont disposent non seulement les populations mais aussi les élites politiques et militaires.

Au delà de ses objectifs scientifiques, ce projet veut se mettre au service d’un débat public mieux informé. Y-a-t-il des alternatives aux projets de modernisation  des arsenaux nucléaires ?  Que faut-il craindre de ces armes à l’heure où l’entrée en fonction du Président Donald Trump soulève des inquiétudes ?

Lire la première publication de ce programme de recherche :
Nuclear Weapons Scholarship as a Case of Self-Censorship in Security Studies, Benoît Pélopidas, Journal of Global Security Studies, Decembre 2016.