Slide
Portrait d'Altaf Hussain, le leader du MQM, dans le quartier colonial de Burns Road (2010). Crédits : Laurent Gayer
Karachi, un désordre ordonné
2 octobre 2017
éoliennes. Crédits : Domaine public
Énergies renouvelables et structuration des filières en Europe
2 octobre 2017

Les années 70 : Les gauches européennes et la globalisation

Willy Brandt et Gilles Martinet, fin des années 70 / brandt 001-4 / Fonds Gilles Martinet, CHSP. Droits réservés.

Willy Brandt et Gilles Martinet, fin des années 70 / brandt 001-4 / Fonds Gilles Martinet, CHSP. Droits réservés.

Willy Brandt et Gilles Martinet, fin des années 70 / brandt 001-4 / Fonds Gilles Martinet, CHSP. Droits réservés.

Willy Brandt et Gilles Martinet, fin des années 70 / brandt 001-4 / Fonds Gilles Martinet, CHSP. Droits réservés.

Aux yeux des historiens, les années 70 sont incontestablement un tournant décisif  de la vie politique européenne et internationale. Constatant que les transformations majeures qui prirent alors place, notamment l’érosion des outils d’interventionnisme économique et les métamorphoses des relations transatlantiques, eurent des effets majeurs sur la social-démocratie en Europe, Michele Di Donato –  chercheur au Centre d’histoire de Sciences Po – a entrepris des recherches* pour en déceler les trajets, les processus et les effets.

De fait, les sociaux-démocrates, alors acteurs politiques de premier plan en Europe, furent particulièrement touchés par ces évolutions qui les ont appelés à réviser leurs approches des sociétés et leurs programmes. Ils durent notamment revoir les « compromis keynésien » établis à la sortie de la Seconde Guerre mondiale.

Afin de mieux comprendre ces transformations, Michele Di Donato  en étudiera trois dimensions  :

  • La social-démocratie comme mouvement transnational : il se penchera sur la circulation des idées et des politiques publiques ainsi que sur les processus d’apprentissage.
    Carter & Brezhnev sign SALT II. Credits: Bill Fitz-Patrick. Domaine public

    Carter & Brezhnev sign SALT II. Credits: Bill Fitz-Patrick. Domaine public

    Il explorera aussi  les conflits idéologiques qui prirent place au sein de la famille sociale-démocrate européenne.

  • La gauche européenne comme acteur des relations internationales des années 70-80 : il cherchera à comprendre comment la gauche européenne fut une variable de transformation de la guerre froide en prenant en compte l’évolution des relations idéologiques, politiques et économiques entre les deux blocs. Par ailleurs, il examinera l’évolution du partenariat transatlantique ainsi que l’impact de la mondialisation au sein des deux blocs.
  • La social-démocratie et l’intégration européenne : il cherchera à déceler et décrire les débats qui ont émergé au cours des  années 70 et 80 sur le développement de la Communauté européenne, débats influencés par la crise économique, la mondialisation et les limites des politiques réformistes conduites par les États-nations.

Une autre façon d’aborder l’histoire des gauches

En adoptant cette optique transnationale, l’histoire de la gauche européenne n’est donc plus abordée  dans un cadre « autoréférentiel » mais est examinée comme une composante d’un tableau bien plus vaste où les partis socialistes sont considérés à la fois comme acteurs, interprètes et objets des transformations qui modifient le panorama socio-politique de l’Europe.
Pour réaliser ce projet, Michele Di Donato exploitera des archives situées dans cinq pays européens ainsi qu’aux États-Unis.

*Ce projet de recherche (EUROSOCIAL) est financé par l’Union européenne dans le cadre du programme Marie-Curie, un des outils du programme européen pour la recherche et l’innovation (Horizon 2020) dont un des volets principaux porte sur l’ «Europe dans un monde qui change»