QUI SOMMES-NOUS ?

La mission de la « Chaire Digital, Gouvernance et Souveraineté » de Sciences Po est de créer un écosystème unique pour rapprocher l’univers des entreprises technologiques du monde de la recherche académique, du monde politique, de la société civile, et des incubateurs de politiques publiques et de régulation du numérique. Ces relations nécessitent un éco-système de recherche, d’innovation et de formation qui soit pluridisciplinaire, international et en prise directe avec la sphère publique.

Une chaire, à la croisée entre pensée et action

Dans un contexte de révolution numérique très rapide, la mission de la « Chaire Digital, Gouvernance et Souveraineté » est de contribuer, à l’échelle nationale et internationale, au débat, recherches et expérimentations en matière de gouvernance et de régulation de l’innovation numérique.

Elle a notamment pour objectif de :

  • Mener des recherches sur les trois axes de recherche de la Chaire
  • Proposer des programmes d’enseignement en formation initiale et exécutive
  • Créer un écosystème générateur d’idées et de propositions concrètes avec un incubateur des nouveaux modes d’économie et de société collaborative, et des politiques publiques du numérique

La Chaire est résolument pluridisciplinaire pour penser de façon holistique les transformations économiques, juridiques, sociales ou encore institutionnelles apportés par le numérique.

Portée par l’École d’Affaires publiques, elle est résolument pluridisciplinaire pour penser de façon holistique les transformations économiques, juridiques, sociales ou encore institutionnelles entraînées par le numérique.

Axes prioritaires de recherche

  • Les enjeux de souveraineté

L’absence de frontières sur les réseaux conduit à formuler à une nouvelle territorialité propre au monde numérique et à envisager de nouveaux modes de gouvernance et d’intervention étatique, face à des acteurs dont la localisation géographique peut être lointaine.

  • Les enjeux de régulation

L’émergence de grandes plateformes transnationales, conjuguée à l’évolution technologique (intelligence artificielle, blockchain), conduit à des situations inédites qui invitent à s’interroger sur de nouveaux modes de régulation.

  • Les enjeux démocratiques

Le scandale Cambridge Analytica l’a démontré : les grandes plateformes peuvent servir, plus ou moins consciemment, d’instrument à des puissances étrangères pour porter atteinte à la souveraineté d’un pays. D’un autre côté, elles permettent également de créer de nouveaux liens sociaux, voire de renforcer le lien démocratique entre les citoyens et le gouvernement par des expériences de démocratie directe, comme l’illustre l’exemple des Civic Tech.

Une Chaire visant à créer un écosystème dynamique

Portée par l’École d’Affaires publiques, qui accueille le secrétariat Global Public Policy Network (eng.) ainsi que l’Incubateur de politiques publiques, la Chaire mobilise l’ensemble des centres de recherche de Sciences Po en collaboration avec le Laboratoire Interdisciplinaire d’Evaluation des Politiques Publiques (LIEPP).

Elle a également vocation à rapprocher startups et pouvoirs publics, en particulier autour de l’Incubateur.