Accueil>Publications>Domaine genre aux presses de Sciences Po

Domaine genre aux presses de Sciences Po

Un domaine éditorial créé en 2017

En 2017 les Presses de Sciences Po ont créé un domaine genre afin d’éditer, de diffuser et de valoriser les recherches en études de genre. Ce domaine est dirigé par Hélène Périvier, économiste à l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), Rebecca Rogers, professeure des universités en histoire de l'éducation à l'Université Paris Cité, et Réjane Sénac, directrice de recherche CNRS au Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF). Les questions liées au genre traversent les sciences sociales et, plus largement, l'ensemble de la recherche. Ce domaine publie des travaux à la croisée de différentes disciplines.

Liste des ouvrages

Les entreprises et l'égalité femmes-hommes

Dominique Meurs, 2023

Afin de comprendre pourquoi l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, exigée par le droit, n'est pas encore pleinement effective, Dominique Meurs propose dans cet ouvrage une synthèse des analyses les plus récentes réalisées par des économistes.

Selon le Code du travail, il "incombe à l'employeur de prendre en compte les objectifs en matière d’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes dans l’entreprise, et les mesures permettant de les atteindre".
Afin de comprendre pourquoi cette égalité exigée par le droit n’est pas encore pleinement effective, Dominique Meurs propose dans cet ouvrage une synthèse des analyses les plus récentes réalisées par des économistes. Grâce à des partenariats de recherche avec de grandes entreprises, elle a, en outre, pu observer en situation les inégalités de rémunération et de carrière entre les femmes et les hommes, et explorer certains mécanismes internes qui contribuent à ce "plafond de verre". Elle montre que, si le monde professionnel n’est pas seul responsable de la persistance des inégalités, les entreprises, en changeant leurs modes d’organisation, peuvent constituer un puissant levier pour faire évoluer les mentalités vers une égalité accrue entre femmes et hommes dans toute la société.

Les entreprises et l'égalité femmes-hommes sur le site des Presses de Sciences Po

Un corps à nous. Luttes féministes pour la réappropriation du corps.

Lucile Quéré, 2023

Dénonciation des violences gynécologiques, multiplication des représentations du clitoris, politisation du sang menstruel, ateliers dédiés au plaisir féminin : remettant au goût du jour la revendication des années 1970 de disposer librement de leur corps, une nouvelle génération de féministes, marquée par le moment #MeToo, s'empare aujourd’hui du corps et en fait l’outil principal d’une lutte commune contre l’oppression.

Pendant six ans, Lucile Quéré a mené une enquête ethnographique en France, en Suisse et en Belgique auprès de collectifs féministes de self-help qui contestent l’emprise médicale sur le corps et la sexualité des femmes. À travers la question du corps et de l’intime, ce sont les frontières du sujet politique du féminisme qui se trouvent interrogées et la possibilité de créer un « nous » qui ne soit pas excluant.

Un corps à nous. Luttes féministes pour la réappropriation du corps sur le site des Presses de Sciences Po

Radicales et fluides

Réjane Sénac, 2021

Réjane Sénac a interrogé 130 responsables d'association ou de collectif, entrepreneurs sociaux et activistes aux affiliations plurielles, afin de mieux comprendre leur rapport à l’émancipation, notamment la place qu’ils accordent au principe d’égalité.

S'approprier l’espace public, y prendre la parole pour dénoncer les injustices vécues : tel est le principal modus operandi des mobilisations contemporaines, des mouvements d’occupation des places à #MeToo en passant par les Gilets jaunes. Réjane Sénac a interrogé 130 responsables d’association ou de collectif, entrepreneurs sociaux et activistes aux affiliations plurielles, afin de mieux comprendre leur rapport à l’émancipation, notamment la place qu’ils accordent au principe d’égalité. Deux traits communs émergent de cette enquête : les mobilisations – pour la justice sociale et écologique, contre le racisme, le sexisme et le spécisme – sont radicales par les remises en cause et les utopies qu’elles portent, et fluides par leur refus d’un cadre fixe et définitif. La transformation de la société passe par une diversité de tactiques et d’expérimentations. Plus de grand soir à l’horizon, mais des jardins partagés.

Radicales et Fluides. Les mobilisations contemporaines sur le site des Presses de Sciences Po

Écouter le podcast Genre etc avec Réjane Sénac sur son ouvrage

Les filles du coin

Yaëlle Amsellem-Mainguy, 2021 ; 2e édition, 2023.

On entend rarement celles à qui ce livre donne la parole. Collégiennes, lycéennes ou jeunes actives, issues de milieux populaires, elles ont grandi et vivent dans la frange rurale de l'Hexagone. Celles qui travaillent ont le plus souvent un emploi au bas de l’échelle, quand bien même leur formation leur permettrait de prétendre à "mieux".

Lors d’une enquête menée dans les Deux-Sèvres, les Ardennes, la presqu’île de Crozon et le massif de la Chartreuse, Yaëlle Amsellem-Mainguy est allée à la rencontre de cette partie de la jeunesse a priori "sans problème" et pourtant largement concernée par les grandes évolutions économiques, sociales et politiques du pays. Les "filles du coin" lui ont raconté leur vie quotidienne, leurs relations familiales, leurs amours, les amitiés qui se font et se défont. Elles lui ont confié le poids de la réputation et de la respectabilité, la nécessité d’avoir du réseau et de savoir s’adapter face à l’éloignement des grandes villes et à la disparition des services de proximité. Elles lui ont décrit leur parcours scolaire, leurs rêves et leurs aspirations, et la question qui se pose à elles dès l’adolescence : partir ou rester ?

Les filles du coin sur le site des Presses de Sciences Po.

Écouter le podcast Genre etc avec Yaëlle Amsellem-Mainguy sur son ouvrage.

Adolescences sous contrôle

 Arthur Vuattoux, 2021

Parce qu'elle est à la fois chargée de les juger et de les protéger, la justice des mineurs est une des institutions symboles de l’universalisme républicain. Traite-t-elle pour autant tous ces justiciables de la même manière ?

Arthur Vuattoux a mené l’enquête auprès de deux tribunaux, suivi plusieurs procès, analysé plus de deux cents affaires mettant en cause des adolescents. Verdict : les normes de genre orientent profondément la façon dont les professionnels consultés par les juges et les juges eux-mêmes appréhendent les déviances à cet âge. Autant ils ramènent volontiers celles des garçons aux actes commis et au rôle des pairs, autant ils sont enclins à sexualiser et à médicaliser les comportements des filles.

Ce traitement différencié dépasse les questions de genre, il touche aussi la race, l’âge, la classe sociale. Il contribue à produire ou à renforcer, au coeur même de l’institution judiciaire, les discriminations systémiques envers des populations minoritaires.

Adolescences sous contrôle sur le site des Presses de Sciences Po

L'Économie féministe

Hélène Périvier, 2020

La science économique a été pensée par des hommes, pour être au service d'une société dirigée par des hommes. Elle est aussi la science sociale la moins féminisée : les femmes représentent à peine un quart des économistes.

"Je suis une économiste féministe", affirme Hélène Périvier. En levant le voile sur l’apparente neutralité des concepts et des analyses de cette discipline, elle met au jour les ressorts d’une organisation sociale issue du modèle patriarcal, centrée sur Monsieur Gagnepain, tandis que Madame Aufoyer est devenue Madame Gagnemiettes.

L’économie féministe, parce qu’elle renouvelle les thèmes et les approches de la discipline, déploie des savoirs et des outils pour atteindre l’égalité des sexes.

L'Économie féministe sur le site des Presses de Sciences Po

Le Nouvel âge des femmes au travail

Nathalie Lapeyre, 2019

« Vous leur donnez votre point de vue, vous les faites participer. Ils se disent, elle a besoin de nous, même si vous n'en avez absolument pas besoin [rires], mais globalement ça marche. » « Faire la blonde » est l’une des ruses régulièrement employées par Marielle et d’autres jeunes ingénieures et manageuses d’Airbus pour être acceptée et obtenir des informations dans leur travail quotidien au sein de ce bastion masculin qu’est l’avionneur européen.

Les témoignages et récits recueillis par Nathalie Lapeyre au fil de cinq ans d’enquête montrent un phénomène nouveau : le pragmatisme dont font preuve les jeunes générations de femmes cadres pour s’emparer des opportunités offertes par les récents dispositifs d’égalité professionnelle. Être inféodées aux hommes comme leurs aînées, très peu pour elles ! L’égalité, elles sont déterminées à la faire advenir, individuellement et surtout en groupe.

Avec une bonne dose d’humour et de modestie, elles usent de leur réflexivité dans l’analyse des expériences ordinaires de la domination, au travail comme à la maison, pour développer des capacités d’action, voire d’empowerment, qui peuvent rejaillir sur l’ensemble des femmes d’Airbus. Bien conscientes de la fragilité de leurs acquis, masquant parfois leur réussite jusque dans leur famille, elles sont extrêmement lucides sur le chemin qu’il reste à parcourir

Le Nouvel âge des femmes au travail sur le site des Presses de Sciences Po

Viol. Que fait la justice ?

Véronique Le Goaziou, 2019

"La victime [est] la grande oubliée du procès pénal. Quiconque assiste à un procès d'assises pour viol s’en rend rapidement compte." Malgré la sévérité des textes et l’unanime réprobation sociétale, très peu d’affaires de viol sont portées devant l’institution judiciaire, la plupart sont classées, certaines sont requalifiées en simples agressions sexuelles et les rares condamnations semblent plus satisfaire l’opinion publique que les victimes elles-mêmes.

Véronique Le Goaziou montre toutes les contradictions qu’il peut y avoir à défendre une cause collective et politique devant une instance qui ne traite que des affaires individuelles. Elle revient en détail sur ce qui motive les décisions des magistrats aux prises avec les délicates questions touchant à la violence, au désir et à la sexualité, et décrit le parcours des victimes tout au long d’un processus judiciaire parfois vécu comme un second viol.

Face au traitement strictement pénal des violences sexuelles, qui privilégie la recherche de la faute et la sanction du coupable, ne serait-il pas temps d’écouter les victimes ? De leur demander ce qu’elles attendent de la justice comme de la société ? De trouver d’autres voies pour leur permettre de se reconstruire ?

Viol. Que fait la justice ? sur le site des Presses de Sciences Po

Écouter la conférence de Véronique Le Goaziou sur son ouvrage

Qui a peur de la théorie queer ?

Bruno Perreau, 2018

Après l'ouverture du mariage aux couples homosexuels en France, les mouvements réactionnaires ont orchestré une vaste campagne contre la « théorie du genre », dangereuse propagande venue tout droit des campus américains.

Bruno Perreau démontre que cette campagne s'attaque en réalité à la théorie queer, précisément parce que celle-ci est largement inspirée de penseurs français tels que Foucault, Beauvoir et Derrida. Il propose une enquête sur les liens entre identité, communauté et nation en France : si la théorie queer dérange autant, c’est parce qu’elle soutient l’idée que le sentiment d’appartenance ne naît pas d’un socle de valeurs et de références communes mais, au contraire, de la capacité à en contester le bien-fondé.

Qui a peur de la théorie queer ? sur le site des Presses de Sciences Po.

Écouter la conférence de Bruno Perreau sur son ouvrage

Syndiquées. Défendre les intérêts des femmes au travail

Cécile Guillaume, 2018

Les parcours de militantes retracés dans ce livre témoignent des difficultés quotidiennes rencontrées par les femmes ayant osé pénétrer ces bastions masculins que sont les syndicats. Alors qu’elles ont massivement investi le marché du travail depuis les années 1970, leur représentation syndicale n’a commencé à devenir une réalité qu’à partir des années 2000.

À travers des récits riches et touchants sur un sujet peu visité, celui de la parole syndicale des femmes, tout un pan de la réalité sociale se dévoile ici.

Syndiquées sur le site des Presses de Sciences Po.

La Tyrannie du genre

Marie Duru-Bellat, 2017

Un déguisement de princesse et un aspirateur pour les filles, un château fort et une voiture radiocommandée pour les garçons… On pourrait penser qu'un choix de jouets aussi stéréotypé appartiendrait au passé. Il n'en est rien. Une sexualisation de plus en plus marquée s’observe dans l’éducation comme dans tous les domaines de la vie sociale.

La tyrannie du genre sur le site des Presses de Sciences Po.

La Sexualité en prison de femmes

Myriam Joël, 2017         

Pendant deux ans, la sociologue Myriam Joël a recueilli les confidences de 80 détenues et 70 professionnels et bénévoles officiant en détention féminine. Son enquête rapporte une parole étonnamment libre sur un sujet frappé d'illégitimité et ignoré des sciences sociales : la sexualité en prison de femmes.

La sexualité en prison de femmes sur le site des Presses de Sciences Po.

Écouter la conférence de Myriam Joël sur son ouvrage

Violences conjugales. Du combat féministe à la cause publique

Pauline Delage, 2017

À travers la question des violences conjugales et en comparant des cas français et américain, à Paris et à Los Angeles, Pauline Delage analyse avec acuité quelles sont, de part et d'autre de l'Atlantique, les formes légitimes de l’intervention publique dans le domaine de l’intime et des inégalités sexuées.

Violences conjuguales sur le site des Presses de Sciences Po.

Écouter la conférence de Pauline Delage sur son ouvrage

Les non-frères au pays de l'égalité

Réjane Sénac, 2017

La France serait-elle plus fraternelle qu'égalitaire ? Réjane Sénac analyse la façon dont la frontière entre frères et non-frères – femmes, non-binaires, non-blanc.he.s – se redessine au lieu de disparaître.

Les non-frères au pays de l'égalité sur le site des Presses de Sciences Po.

Les défis de la République. Genre, territoires, citoyenneté

Bruno Perreau, Joan Scott , et al., 2017    

Parité, action positive, bureaux des temps, inversion de la charge de la preuve en matière de discrimination, égalité dans l'accès à l'espace public... La République est en pleine mutation. Ce livre ouvre les yeux sur la mise en politique de la question des femmes et des minorités.

Les défis de la République sur le site des Presses de Sciences Po.

CONTACT AUX PRESSES DE SCIENCES PO

Pascal Montagnon : pascal.montagnon-at-sciencespo.fr

Catalogue des cours

Nos derniers podcasts

Inscrivez-vous à la lettre d'information