Toute l'actualité

02/07 : Soutenance de thèse de Sofia Wickberg

  • Sofia Wickberg - ©Céline Bansard, PM studioSofia Wickberg - ©Céline Bansard, PM studio

Sofia Wickberg soutiendra sa thèse intitutlée "Global instruments, local practices. Understanding the ‘divergent convergence’ of anti-corruption policy in Europe", le 2 juillet 2020 à 9h30 par visioconférence (les places du public sont limitées mais n'hésitez pas à me contacter d'ici lundi 29 juin si vous souhaitez y assister).

Le jury est composé de Mr Patrick Hassenteufel, Professeur des universités en science politique, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (rapporteur), Mr Colin Hay, Professeur des universités en science politique, Sciences Po Paris (supervisor), Mr Eric Phélippeau, Professeur des universités en science politique, Université de Paris-Nanterre (rapporteur), Mr Bo Rothstein, Professor i statsvetenskap, Göteborgs universitet, Mrs Diane Stone, Dean and Professor of Political Science, Central European University, Mrs Cornelia Woll, Professeure titulaire en science politique, Sciences Po Paris

Abstract

On the basis of the comparison of conflict of interest regulation in Great Britain, France and Sweden, this dissertation set out to understand how anti-corruption policy became a case of what I have termed ‘divergent convergence’. Indeed, while conflict of interest regulation in the three countries grew increasingly alike between the 1990s and the 2010s with the adoption of similar instruments (public interest registers and codes of conduct), these instruments were actually implemented in strikingly different ways in the three contexts, resulting in significant divergence in practice. To do so, it uses a theoretical framework grounded in constructivist institutionalism and building on the notion of policy translation, drawing on primary empirical materials from archives, a range of documentary sources (official, media and civil society, national and international), participant observation and semi-structured interviews with key stakeholders in the making of conflict of interest regulation. The dissertation shows that policy convergence is here the result of the emulation of powerful pioneers in the Anglosphere reinforced by the emergence of a transnational anti-corruption community. International policy brokers created institutional tools to encourage anti-corruption reforms reflecting their policy preferences in member-states. They also shaped the cognitive framework of domestic policy-making through knowledge production and argumentation. This research however also shows that policies are translated as they travel into new political contexts and institutions. Intermediaries and national policy-makers indeed transform international templates as they put flesh on them, leading not to a linear process of convergence (of conflict of interest regulation) but to a more complex ‘divergent convergence’.

Résumé

Cette thèse part du constat que les politiques de prévention de la corruption ont suivi un processus de ‘convergence divergente’ en Europe, à partir de l’exemple de la régulation des conflits d’intérêts des parlementaires. Elle analyse les mécanismes, processus et configurations d’acteurs et d’organisations qui ont amené la France, la Suède et le Royaume-Uni à adopter des instruments de régulation similaires (registre de déclaration d’intérêts et code de conduite) et à les mettre en œuvre de manière différente, ce qui génère une divergence des pratiques de régulation. S’appuyant sur une enquête auprès des acteurs clés de ce processus, sur une analyse documentaire et l’observation directe de forums internationaux, elle suit ces deux instruments dans leur circulation du monde anglo-saxon où ils ont été imaginés, par-delà les frontières et les niveaux de gouvernance, jusqu’en France et en Suède où ils se sont traduits par une hybridation du modèle originel. Ses résultats soulignent que la convergence de ces politiques anti-corruption est le résultat, d’une part, de l’émulation des instruments élaborer par des États ‘pionniers’ (États-Unis et Royaume-Uni), qui ont fortement contribué à l’internationalisation de la lutte contre la corruption. D’autre part, elle est une conséquence de l’émergence d’une communauté transnationale de lutte contre la corruption ayant contribué à la légitimation de ces instruments en les inscrivant dans des conventions internationales et à leur diffusion par la production de rapports, de boîtes à outils et de benchmarks. Enfin, cette thèse s’appuie sur la notion de traduction des politiques publiques pour expliquer les dimensions divergentes de la régulation des conflits d’intérêts. Ces dernières sont en effet le résultat de la réinterprétation de ces instruments par les acteurs nationaux et les intermédiaires impliqués dans ce processus d’import/export. Le contexte de politisation et les agencements institutionnels façonnent également la manière dont les registres de déclaration d’intérêts et les codes de conduite ont été traduit dans les trois pays étudiés.

Tags :

30/06 : Soutenance de thèse de Mickaël Durand

  • Mickaël DurandMickaël Durand

Mickaël Durand soutiendra sa thèse intitulée "Homopoliticus. Socialisation politique et construction du rapport au politique des gays et lesbiennes en France" le 30 juin 2020 à 17h à Sciences Po par visioconférence.

Le jury sera composé de : Catherine Achin : Professeure des Universités en science politique, Université Paris Dauphine-PSL, IRISSO (rapporteure), Muriel Darmon : Directrice de recherche au CNRS, CESSP, Florence Haegel : Professeur, Institut d'études politiques de Paris, CEE (directrice), Nonna Mayer : Directrice de recherche émérite au CNRS, CEE, Bruno Perreau : Professor of French Studies, MIT (rapporteur), Wilfried Rault : chargé de recherche, INED.

Résumé

Cette thèse cherche à comprendre comment l’homosexualité contribue à la socialisation politique des individus. Elle considère à la fois la construction de l’appartenance homosexuelle et celle du rapport de l’individu à la politique, entendu comme rapport au monde social et à la politique institutionnelle. L’enquête se fonde sur un corpus de 90 entretiens approfondis alliant récit de vie et entretien compréhensif. Le recrutement repose sur un principe de diversification poussée du point de vue du genre, de la race, de la religiosité, de la classe sociale.
Ce travail souligne d’abord l’importance du décalage produit par l’hétéronormativité du monde social à l’aide de la notion de « socialisation (primaire) ratée ». Il met en lumière quatre formes d’appartenance homosexuelle (affirmée, conformée, déconscientisée, ghettoïsée) qui mettent en jeu le rapport de l’individu au genre, à la visibilité homosexuelle, et le sentiment d’appartenance. Le rapport plus ou moins conflictualisé au monde social apparaît fondamental de ces formes de l’appartenance, et sont interprétées au travers d’une logique dite de compensation sociale. Enfin, la thèse contribue à expliquer l’orientation politique des homosexuel.le.s en montrant l’imbrication entre socialisations politiques primaire et secondaire, et souligne que le positionnement à gauche des gays et lesbiennes repose sur un mécanisme de cohérence, alors qu’il repose sur un mécanisme de hiérarchisation des appartenances sociales à droite. La thèse soutient alors que l’ancrage plus fort à gauche des gays et lesbiennes en tant que groupe - ou sexuality gap - repose sur les mécanismes de transformation politique par l’homosexualité.

Abstract

This thesis raises the question of how homosexuality participates to the process of political socialization. It considers as much the individual construction of homosexual identity as the question of the individual’s relation to politics, conceived of in terms of how she relates to the social world and to institutional politics. The analysis is based on a corpus of 90 in-depth interviews mixing life story and comprehensive approaches. The interviewees recruitment relies on a principle of high diversification considering gender, race, religiosity, social class.

This work first underlines the importance of the social gap produced by heteronormativity at the individual level, through the notion of “unsuccessful (primary) socialization”. It then higlights four forms of homosexual identity (affirmation, conformation, uncontentionalization,  ghettoisation) which depends on the individual’s relation to gender, homosexual visibility, and his/her feeling of belonging. The more or less contentious  relation to the social world appears fundamental of these forms of identity, which are interpreted through a logic of social compensation. Finally, this work contributes to explain gays and lesbians left/right orientation, showing the interaction between primary and secondary political socialization. It underlines that leftist position relies on a mechanism of coherence while rightist orientation relies on a mechanism of hierarchisation of social identities. This work finally contends that gays and lesbians leftist leaning as a group - known as the sexuality gap in the literature - rests upon mechanisms of political transformation through homosexuality.

Tags :

Vidéo : Lutter contre la pauvreté après la COVID.

Premières pistes de réflexion et d’actions concrètes à partir du terrain, Webinaire
  • Revue Projet. Lutter contre la pauvreté. Les leçons du terrainRevue Projet. Lutter contre la pauvreté. Les leçons du terrain

Mardi 30 juin 2020, 18h - 19h30, Inscription via Zoom

Organisation : Sciences Po, CEE (UMR 8239) en partenariat avec l’Université de Montpellier, CECE, l’Université de Tours, CITERES (UMR 7324) et la Revue Projet

La crise sanitaire que l’on vient de traverser doit placer la lutte contre la pauvreté au cœur des priorités de notre société. Mais comment s’y prendre concrètement ?

L’appel à la participation s’est progressivement imposé comme un mot d’ordre et un principe d’action publique. Mais, finalement, les politiques de lutte contre la pauvreté restent plutôt conçues et décidées au « sommet », comme si, en fin de compte, l’expérience de terrain ne comptait pas aux yeux des décideurs et des experts. Dans le fil de travaux récents lors d’un colloque international issue de l’ANR Marg In* et d’un dossier de la Revue Projet, l’objectif de ce webinaire est, à l’inverse des tendances actuelles, de partir de l’expérience du terrain et de croiser le regard des chercheurs avec celui des acteurs de terrain pour réfléchir à  de nouveaux dispositifs de lutte contre la pauvreté.

Les intervenantes et intervenants partiront des quatre propositions concrètes issues du dossier le Revue Projet « Lutter contre la pauvreté : les leçons du terrain » n°376 juin/juillet 2020, pour discuter des questions suivantes :

  • Comment soutenir les initiatives économiques des personnes en précarité ?
  • Comment renforcer l’intermédiation sociale et « aller vers » les personnes en précarité ?
  • Comment intégrer la notion d’urgence aux politiques sociales existantes ?
  • Comment développer les compétences politiques des personnes en situation précaire et lutter contre les inégalités ?

Avec la participation de :

  • Pascal Garret, sociologue et photographe indépendant
  • Fabrice Krystof, directeur du Centre communal d’action sociale (CCAS) de Villerupt (Meurthe-et-Moselle)
  • Olivier Legros, géographe, Université de Tours, UMR Cités territoires, environnement et sociétés (Citeres)
  • Marion Lièvre, anthropologue, Université de Montpellier, Centre d'Études et de Recherches Comparatives en Ethnologie (Cerce)
  • Christophe Perrin, délégué national en région Montpellier de La Cimade Montpellier
  • Agnès Thouvenot, adjointe au maire de Villeurbanne, présidente de l’expérimentation « Territoire zéro chômeur de longue durée » à Villeurbanne
  • Daniel Verger, responsable du pôle Études-rechercher-opinion du Secours Catholique-Caritas France
  • Tommaso Vitale, sociologue, Sciences Po, Centre d’études européennes et de politique comparée (CEE)

Échanges animés par Benoît Guillou, rédacteur en chef de la Revue Projet.

Contact: tommaso.vitale@sciencespo.fr

*Marginalisation/Inclusion : les effets à moyen/long terme des politiques de régulation de la pauvreté étrangère sur les populations cibles : le cas des migrants dits « roms » dans les villes d’Europe occidentale (France, Italie, Espagne)

Tags :

29/06 : Soutenance de thèse de Léa Morabito

  • Morabito ©Céline Bansard, PM studioMorabito ©Céline Bansard, PM studio

Léa Morabito soutiendra sa thèse intitulée "Causes sexuelles en France : les « pro » contre les « anti ».Mariage pour tous et prostitution à l'interaction de mobilisations opposées" le 29 juin 2020 à 14h à Sciences Po, par visioconférence.

Le jury est composé de :  Céline Béraud : Directrice d'études, EHESS, CéSor (rapporteure), Laure Bereni : Directrice de recherche CNRS, ENS, Centre Maurice Halbwachs, Florence Haegel : Professeure, Sciences Po, CEE (directrice), Nonna Mayer : Directrice de recherche émérite CNRS, Sciences Po, CEE, David Paternotte : Professeur associé, Université Libre de Bruxelles (rapporteur), Anne Revillard : Professeure associée, Sciences Po, OSC-LIEPP.

Résumé

Cette thèse contribue aux travaux sur la politisation de la sexualité en France en étudiant les mobilisations opposées et favorables au projet de loi ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe et à la proposition de loi visant à renforcer la lutte contre le système prostitutionnel de 2012 et 2016. Elle s’intéresse particulièrement aux circulations complexes d’acteurs et d’idées entre les camps opposés, entre les deux enjeux et entre l’espace des mouvements sociaux et le champ politique.

A l’aide d’une méthodologie qualitative plurielle, cette recherche montre comment les oppositions entre mouvements affectent les dynamiques et les stratégies de mobilisation. Elles ont des conséquences sur le choix des répertoires d’action et ont contribué à mettre la manifestation au cœur de la séquence de mobilisation.

Elles influent aussi sur les cadrages des mobilisations et la construction des enjeux sexuels : les conflits ont en effet renforcé la multidimensionnalité de ces enjeux qui participent à questionner un ordre social, économique et national.

Enfin, les mobilisations opposées affectent les systèmes d’acteurs mobilisés. Les dynamiques unitaires laissent place à une polarisation et une fragmentation des espaces de mobilisation. Outre la structuration d’un mouvement conservateur opposé au mariage pour tous, la séquence est caractérisée par la structuration d’un pôle militant radical, inclusif et intersectionnel, transversal aux mobilisations sur les deux enjeux ainsi qu’aux mouvements féministe et LGBT.

Abstract

This thesis contributes to the study of the politicization of sexuality in France. It analyzes the mobilizations in favor and opposed to the same-sex marriage bill, as well as the movements encouraging and opposed to the bill aiming to strengthen the fight against prostitution system between 2012 and 2016. It focuses on the complex circulations of actors and ideas between opposed sides, between both issues and between social movements and political actors.

Using a pluralistic qualitative methodology, this research shows how oppositions between movements impact the overall mobilization dynamics and strategies. They influence the collective action repertoire choices and highlight demonstrations during the mobilization sequence.

They also impact the frames of mobilization and the definition of sexuality public problems: conflicts reinforce the multidimensionality of these issues that question a social, economic, and national order.

Finally, opposed mobilizations impact the actors’ system. Unitarian dynamics are replaced by polarization and fragmentation of mobilization spaces. Besides the structuration of a conservative movement opposed to same-sex marriage, the study shows the structuration of an intersectional, inclusive, activist pole mobilized on both issues and present in both feminist and LGBT movements.

Tags :

"Brains" and their "Servants": the New Class Domination

A Response to Torben Iversen by Bruno Palier
  • Adam Fagen, “Uber 4U” (Creative Commons)Adam Fagen, “Uber 4U” (Creative Commons)

In Books & Ideas, June 2020

Torben Iversen, Reinventing Capitalism. The Transition to the Knowledge Economy

A Response to Torben Iversen by Bruno Palier, ''Brains” and their “Servants”: the New Class Domination

A Response to Torben Iversen by Jenny Andersson (Part I) and by Cyril Benoit (Part II), "Are Capitalist Democracies Really Resilient?"

Dans La vie des idées, juin 2019

Torben Iversen, Réinventer le capitalisme. La transition vers l’économie du savoir

Les démocraties capitalistes sont-elles vraiment résilientes ? Réponses à Torben Iversen par Jenny Andersson, Cyril Benoit & Bruno Palier

Tags :

Les mots du confinement et leur pouvoir

Vidéo, Karim Duval dialogue avec Dominique Boullier
  • Les mots du confinement et leur pouvoir, Boullier, DuvalLes mots du confinement et leur pouvoir, Boullier, Duval

Les mots du confinement et leur pouvoir - Karim Duval dialogue avec Dominique Boullier - Webinaire du 4 juin.

Karim Duval est à la fois humoriste, comédien, scénariste et entrepreneur. Dominique Boullier, sociologue et linguiste, chercheur au Centre d'études européennes et de politiques comparées.

Tags :

Pourquoi Bergame ? Le virus au bout du territoire

Marco Cremaschi, Métropolitiques
  • Bergame, leoks_ShutterstockBergame, leoks_Shutterstock

CREMASCHI, Marco. Pourquoi Bergame ? Le virus au bout du territoire. Métropolitiques, juin 2020.

Tags :