Toute l'actualité

Replays

Lutter contre la pauvreté
  • @Mingirov Yuriy_shutterstock@Mingirov Yuriy_shutterstock

17 novembre 2020 - Webinaire Lutter contre la pauvreté à l’heure de la pandémie Quelles évolutions dans le rapport de force de la société civile avec les pouvoirs publics ?, organisé par la Revue Projet en partenariat avec Sciences Po, CEE, Université de Tours, CITERES et Université Paul-Valéry de Montpellier, CERCE avec Tommaso Vitale, Sciences Po, CEE, Christophe Robert, Fondation Abbé Pierre, Nicolas Duvoux, Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis et La vie des idées, Lydie Carloux-Yog, Secours catholique – Caritas France, Arnaud Trenta, IRES, Benoît Guillou, Revue Projet,  Marion Carrel, Université de Lille, CeRIES; Olivier Legros, Université de Tours, CITERES - Vidéo

6 octobre 2020 - Webinaire Lutter contre la pauvreté après le COVID. Que peut-on attendre des pouvoirs locaux aujourd’hui ?, organisé par la Revue Projet en partenariat avec Sciences Po, CEE, Université de Tours, CITERES et Université Paul-Valéry de Montpellier, CERCE avec Cyprien Avenel, Direction des Statistiques, des Etudes et de la Recherche de la CNAF, Coralie Breuillé-Jean, Solidarités et Centre Communal d’Action Sociale de la ville de Poitiers, Marion Brunat-Mortier, Action sociale du CCAS de la ville de Grenoble, Emmanuel Domergue, Fondation Abbé Pierre, Benoît Guillou, Revue Projet, Olivier Legros, Université de Tours, CITERES, Marion Lièvre,Université de Montpellier, CERCE, Simon Persico, Sciences Po Grenoble & Tommaso Vitale, Sciences Po, CEE - Vidéo

30 juin 2020 - Webinaire "Lutter contre la pauvreté après la COVID. Premières pistes de réflexion et d’actions concrètes à partir du terrain", Organisé par Sciences Po, CEE en partenariat avec l’Université de Montpellier, CERCE, l’Université de Tours, CITERES  et la Revue Projet avec Pascal Garret, sociologue et photographe indépendant, Fabrice Krystof, CCAS de Villerupt, Olivier Legros, Université de Tours, CITERES, Marion Lièvre, Université de Montpellier, CERCE, Christophe Perrin, La Cimade Montpellier, Agnès Thouvenot, Mairie de Villeurbanne, « Territoire zéro chômeur de longue durée » à Villeurbanne, Daniel Verger, Études-rechercher-opinion du Secours Catholique-Caritas France, Tommaso Vitale, Sciences Po, CEE - Vidéo

Les autres replays

Tags :

Le Monde d'aujourd'hui

Les sciences sociales au temps de la Covid
  • Le monde d'aujourd'hui. Lazar, Plantin, RagotLe monde d'aujourd'hui. Lazar, Plantin, Ragot

Interview de Guillaume Plantin, directeur scientifique de Sciences Po, co-directeur de l’ouvrage, sur le site de Sciences Po :

Dès le printemps dernier, au cœur de la tourmente et devant la profusion des analyses sur la pandémie, l’idée a émergé à Sciences Po de produire sans plus attendre un ouvrage présentant nos recherches sur le Covid. Pari risqué tant la crise et ses effets étaient promis à durer. Pari réussi tant ces travaux, par leur rigueur, permettent d'éclaircir un paysage aux allures chaotiques. Si son titre - Le Monde d’aujourd’hui -  révèle l’intention de ne pas y prédire l’avenir, sa lecture fournit de nombreuses pistes à creuser pour sortir renforcés de ce “fait total”. Lire la suite sur le site de Sciences Po

Avec des chapitres des chercheurs du CEE :

BENOÎT, Cyril et ROZENBERG, Olivier. La démocratie parlementaire peut-elle se passer du Parlement ? In LAZAR, Marc, PLANTIN, Guillaume, RAGOT, Xavier (dir.). Le monde d’aujourd’hui. Les sciences sociales au temps de la Covid. Paris : Presses de Sciences Po, 2020, p. 191-206.

PALIER, Bruno. Pourquoi les personnes « essentielles » sont-elles si mal payées ? In LAZAR, Marc, PLANTIN, Guillaume, RAGOT, Xavier (dir.). Le Monde d'aujourd'hui : Les sciences sociales au temps de la Covid. Paris : Presses de Sciences Po, 2020, p

BOUSSAGUET, Laurie et FAUCHER, Florence. Comment mobiliser les populations ? La réponse symbolique des exécutifs français, italien et britannique. In LAZAR, Marc, PLANTIN, Guillaume, RAGOT, Xavier (dir.). Le Monde d'aujourd'hui : Les sciences sociales au temps de la Covid. Paris : Presses de Sciences Po, 2020, p. 243-262.

Tags :

Call for papers

Reading Economics as Political Theory
  • Megaphone - @Haali_shutterstockMegaphone - @Haali_shutterstock

Call for papers "Reading Economics as Political Theory" (PDDF, 99 Ko)

Workshop 17-18 of June 2021 - Sciences Po Paris

The deadline for submission is Friday the 4th of December 2020.

There is a consensus that economics is more than just a neutral and objective set of categories and variables to describe the economy and adjunct phenomena. Various literatures on the performativity of economic concepts have already traced how models inscribe themselves into the very fabric of modern economic practices. Historians of economic thought have equally outlined how Chicago economics have served as a yardstick to the conservative ‘revolutions’ of the 1970s in Latin America and the Big Bang of the 1980s in Europe. It is often pointed out, more generally, that economics as a profession allows economic experts to identify problems or demand reforms and streamline political debates.

In this workshop, we want to build on these insights and pursue the idea of economics as political theory. Political theory is traditionally understood as the discourse anchoring claims to sovereignty. Today unquestionably, it is economics which has come to represent the political theory par excellence. Reading economics as a new form of political theory however faces difficulties, the most important of which is the fact that this discourse is explicitly constructed as a logical discourse that is meant to abstract from politics. Its ability to couch itself in logical or scientific terms has in fact made it a particularly effective form of political theory in its ability to present specific positions as universal.

This framing has made it difficult to think through the politics of economics. Confronted with
highly technical or mathematically advanced discourses, scholars interested in politics often default to discuss broad axioms shared within economics. As a result, there is too often a divide between generic critiques of economics found in the works of those interested in politics and the more specific analysis of economic historians who tend to underspecify the contextual (or socio-political) significance of economic ideas.

With economics as political theory we seek to challenge this binary and reflect on ways to politicise the formal writings of economics. Thinking through the politics of economics, how the sovereign and the political is implicitly constructed in these models (e.g. of development or public choice), involves not only a reflection on the social context that frames the work of economists, but also a sociology of the economic field that refracts these political concerns in distinct ways. While addressing the politics of economics has traditionally meant identifying the interest behind the theory (Cox 1982), translating economics as political theory implies a broader ambition to reflect on the ways in which the question of politics is framed by an intersubjective field, the discipline itself, and thus requires us to decipher it more generally. Addressing both, we contend, is crucial to avoid reifying economics to treat it as a distinct discursive field, through which a variety of approaches have been articulated. In particular, we look for approaches that deal with:

  1. the performativity of economics and how to move beyond
  2. sociologies of the economic field
  3. the advent and transformative power of the economic profession
  4. textual contextualisation from historians of economics theory that locate economic ideas within the broader development of the discipline (Mirowski)
  5. economics and questions of hierarchy, power, authority, expertise

This workshop is intended as the first step in a broader project to survey the evolution of economics in political terms. It is preliminary planned to take place on the 17th and 18th of June 2021 at Sciences Po in Paris. Among confirmed participants to this workshop are Béatrice Cherrier, Dieter Phlewe and Matthew Watson.

After this more conceptual workshop we intend to put together a series of workshops that would broadly cover three different eras of the discipline of economics:

  1. the formalisation of the discipline in the 19th century with the rise of economics and the marginalist revolution
  2. the mathematisation and modelisation of economics with the rise of Keynesianism, developmental economics and cybernetics in the interwar and post war era
  3. The Neoliberal turn of the 1980s

Building on these workshops, we intend to put together a special issue or an edited book on the politics of economics.

Those interested in participating in the workshop and presenting a paper should submit a title and a proposal of no more than 500 words to Oliver Kessler (oliver.kessler@uni-erfurt.de), Samuel Knafo (s.knafo@sussex.ac.uk) or Matthias Thiemann (matthias.thiemann@sciencespo.fr).

The deadline for submission is Friday the 4th of December 2020.

Sciences Po CEE, Erfurt EAEPE, Sussex

Tags :

Soutenance de thèse

26/11 : Tiago Moreira Ramalho
  • Tiago Moreira RamalhoTiago Moreira Ramalho

Tiago Moreira Ramalho a soutenu sa thèse intitulée "Legitimating Austerity: The Crisis of Welfare Capitalism in Southern Europe" le jeudi 26 novembre 2020 à 14 heures par visioconférence.

Le jury était composé de : Andrew Gamble, Professor of Politics, University of Sheffield ; Colin Hay, Professeur des universités en science politique, Sciences Po, Paris (supervisor) ; Magnus Ryner, Professor of International Political Economy, King’s College London ; Sabine Saurugger, Professeure des universités en science politique, Sciences Po Grenoble (reviewer) ; Vivien Schmidt, Professor of International Relations and Political Science, Boston University (reviewer) ; Cornelia Woll, Professeure titulaire en science politique, Sciences Po, Paris

Abstract

This thesis proposes an investigation of the legitimation of austerity in Greece, Portugal, and Spain, in the period from 2009 to 2016. The research stems from the questioning of two influential approaches to the political economy of austerity during the Eurozone crises. The first sees austerity as an inevitability. Indebted to the ‘new politics’ literature on the welfare state, this approach understands austerity in southern Europe as an economic imperative. The second approach, informed by the literature on ‘disciplinary neoliberalism’, sees austerity as an external imposition forced upon southern European countries by a combination of market actors and foreign powers. Whereas the former builds on ontological premises that ultimately lead to the naturalisation of political outcomes, the latter fails to capture the complexity of the politics of austerity at the domestic level.

In turn, this research offers a reinterpretation of austerity in southern Europe that sees it as a political project construed and contested at the domestic, international, and transnational levels. The investigation is guided by the following question: how was austerity legitimated as a response to the southern European crises of the 2010s? Through the qualitative analysis of a substantial corpus of public declarations, parliamentary debates, and policy documents, combined with descriptive statistics, and semi-structured interviews, the thesis proposes an interpretive tracing of the processes of (de-)legitimation of austerity in the three countries during the period.

The thesis explores the construction of the southern European crisis narratives and their embedding in the crisis response, especially in the conditional financial assistance programmes negotiated between the countries and the Troika of European Commission, ECB, and IMF. This is followed by an analysis of how the austerity evolved as the policies were implemented and their outcomes observed, on the one hand, and as the radical critique of the social movement against austerity became increasingly institutionalised.

The in-depth analysis of the three cases sheds new light on how these crises were construed and on the discursive foundations for the legitimation of austerity as the only appropriate response to the economic predicaments in southern Europe.

Résumé

La légitimation de l’austérité : La crise du capitalisme social en Europe du Sud

Cette thèse propose une enquête sur la légitimation de l'austérité en Grèce, au Portugal et en Espagne, entre 2009 et 2016. La recherche prend pour point de départ la remise en cause de deux approches influentes de l'économie politique de l'austérité lors des crises de la zone euro. La première voit l'austérité comme une inévitabilité. Débiteuse de la littérature du « new politics » de l’État-providence, cette approche considère l’austérité dans le sud de l’Europe comme un impératif économique. La seconde approche, structurée par la littérature sur le « néolibéralisme disciplinaire », considère l’austérité comme une imposition externe aux pays du sud de l’Europe par une combinaison d’acteurs du marché et de puissances étrangères. Tandis que la première s'appuie sur des prémisses ontologiques qui conduisent à une naturalisation de faits politiques, la seconde ne parvient pas à saisir la complexité de la politique d'austérité au niveau national.

Cette recherche propose une réinterprétation de l'austérité dans le sud de l'Europe comme un projet politique interprété et contesté aux niveaux national, international et transnational. L'enquête est guidée par la question suivante : comment l'austérité a-t-elle été légitimée comme réponse aux crises du sud de l'Europe des années 2010 ? À travers l'analyse qualitative d'un corpus substantiel de déclarations publiques, de débats parlementaires et de documents politiques, combinée à des statistiques descriptives et des entretiens semi-structurés, la thèse réalise un traçage interprétatif des processus de légitimation et de délégitimation de l'austérité dans les trois pays au cours de la période.

La thèse explore la construction des récits de crise du sud de l'Europe et leur intégration dans la réponse à la crise, en particulier dans les programmes d'assistance financière conditionnelle négociés entre les pays et la Troïka de la Commission européenne, de la BCE et du FMI. Elle analyse ensuite l’évolution de l'austérité au fur et à mesure de la mise en œuvre des politiques et de l’observation de leurs résultats d'une part, et de l’institutionnalisation de la critique radicale du mouvement social contre l'austérité d’autre part.
L'analyse approfondie des trois cas apporte un nouvel éclairage sur la manière dont ces crises ont été interprétées et sur les fondements discursifs de la légitimation de l'austérité comme seule réponse adéquate aux difficultés économiques du sud de l'Europe.

Soutenances récentes

Blandine Mesnel a soutenu sa thèse intitulée "Des formulaires administratifs pour gouverner l'agriculture. Une comparaison des rapports des agriculteurs à la Politique agricole commune et des policy feedbacks, en France et en Espagne" le vendredi 20 novembre 2020 à 14h00, par visioconférence.

Le jury était composé de : Philippe Bezes, Directeur de recherche CNRS, Sciences Po, CEE (directeur de thèse) ; Claire Dupuy, Professeure, Université catholique de Louvain (rapporteure) ; Florence Haegel, Professeure, Sciences Po ; Francisco Javier Moreno Fuentes, Investigador científico del CSIC, Instituto de Políticas y Bienes Públicos ; François Purseigle, Professeur des universités, Institut national polytechnique de Toulouse (rapporteur) ; Alexis Spire, Directeur de recherche CNRS, École des hautes études en sciences sociales, Iris.

Anja Durovic a soutenu sa thèse intitulée "The gender gap paradox: Citizenship,cohort change and the evolution of gender inequalities in political participation in Western Europe (1981-2016)"  La soutenance aura lieu le vendredi 13 novembre 2020 par visioconférence.

Le jury était composé de : Catherine ACHIN, professeure des universités, IRISSO,Université Paris Dauphine (examinatrice), Hilde COFFE, professor, University of Bath (examinatrice), Frédéric GONTHIER, professeur des universités, Pacte, Sciences Po Grenoble (rapporteur), Eléonore LEPINARD, professeure associée, CEG, Université de Lausanne (rapporteure), Nonna MAYER, directrice de recherche émérite, CNRS, Sciences Po, CEE, Paris (directrice), Laura MORALES, professeure des universités, Sciences Po, CEE, Paris (examinatrice), Vincent TIBERJ, professeur des universités, CED, IEP de Bordeaux (directeur)

Ruggero-Carlo Gambacurta-Scopello a soutenu sa thèse de science politique intitulée "L’État développementaliste brésilien et la Banque nationale du développement économique et social (BNDES) : libéralisme, étatisme, clientélisme" le 22 octobre 2020 à Sciences Po par vidéoconférence.

Le jury était composé de : Emiliano Grossman, Sciences Po, CEE, Jacint Jordana, EBEI, Universitat Pompeu Fabra, Patrick Le Galès, Sciences Po, CEE, CNRS (Directeur de recherche), Renato Monseff-Perissinotto, UFPR, Yves Surel, Université Paris 2 Panthéon-Assas, Cornelia Woll, Sciences Po, CEE & MaxPo.

Pour en savoir plus

Toutes les soutenances récentes

Les jeunes docteures et docteurs

La rubrique du site « L’après CEE » pour voir les parcours des doctorantes et doctorants formés au Centre

Jeunes docteures et docteur

Elodie Druez, Mickaël Durand, Léa Morabito et Sofia Wickberg
  • @William Potter_Shutterstock@William Potter_Shutterstock

DruezElodie Druez a soutenu sa thèse de science politique intitulée « Is Blackness political? Racisation et politisation des diplômé.e.s d’origine subsaharienne à Paris et à Londres » le 17 juin 2020 dans les locaux de l'Ined, par visioconférence.

Le jury était composé de Florence Haegel, Professeure à l'institut d'études politiques de Paris(Directrice de recherche)  et de Patrick Simon, Directeur de recherche à l'INED (Directeur de recherche) Audrey Célestine, Maîtresse de conférence, Université de Lille, CERAPS, Michèle Lamont, Professor, Harvard University, Julien Talpin, Chargé de recherche CNRS, CERAPS, Université de Lille  (rapporteur), Vincent Tiberj, Professeur des Universités, Sciences Po Bordeaux, Centre Émile Durkheim (rapporteur).

DurandMickaël Durand a soutenu sa thèse intitulée "Homopoliticus. Socialisation politique et construction du rapport au politique des gays et lesbiennes en France" le 30 juin 2020 à Sciences Po par visioconférence.

Le jury était composé de : Catherine Achin : Professeure des Universités en science politique, Université Paris Dauphine-PSL, IRISSO (rapporteure), Muriel Darmon : Directrice de recherche au CNRS, CESSP, Florence Haegel : Professeur, Institut d'études politiques de Paris, CEE (directrice), Nonna Mayer : Directrice de recherche émérite au CNRS, CEE, Bruno Perreau : Professor of French Studies, MIT (rapporteur), Wilfried Rault : chargé de recherche, INED.

MorabitoLéa Morabito a soutenu sa thèse intitulée "Causes sexuelles en France : les « pro » contre les « anti ».Mariage pour tous et prostitution à l'interaction de mobilisations opposées" le 29 juin 2020 à Sciences Po, par visioconférence.

Le jury était composé de :  Céline Béraud : Directrice d'études, EHESS, CéSor (rapporteure), Laure Bereni : Directrice de recherche CNRS, ENS, Centre Maurice Halbwachs, Florence Haegel : Professeure, Sciences Po, CEE (directrice), Nonna Mayer : Directrice de recherche émérite CNRS, Sciences Po, CEE, David Paternotte : Professeur associé, Université Libre de Bruxelles (rapporteur), Anne Revillard : Professeure associée, Sciences Po, OSC-LIEPP.

WickbergSofia Wickberg a soutenu sa thèse intitutlée "Global instruments, local practices. Understanding the ‘divergent convergence’ of anti-corruption policy in Europe", le 2 juillet 2020 par visioconférence

Le jury était composé de Mr Patrick Hassenteufel, Professeur des universités en science politique, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (rapporteur), Mr Colin Hay, Professeur des universités en science politique, Sciences Po Paris (supervisor), Mr Eric Phélippeau, Professeur des universités en science politique, Université de Paris-Nanterre (rapporteur), Mr Bo Rothstein, Professor i statsvetenskap, Göteborgs universitet, Mrs Diane Stone, Dean and Professor of Political Science, Central European University, Mrs Cornelia Woll, Professeure titulaire en science politique, Sciences Po, Paris.