Entretien avec Helen V. Milner

Entretien avec Helen V. Milner, Chercheure invitée au CEE par Hélène Naudet

Tous les ans, Sciences Po accueille plus de cent professeurs et chercheurs invités. Helen V. Milner, professeure de science politique et d’affaires internationales à Princeton University a fait partie cette année de ces hôtes prestigieux. Elle relate à Hélène Naudet, responsable de la communication scientifique, son séjour de plusieurs mois au Centre d'études européennes de politique comparée (CEE).
 
À quelle occasion avez-vous fait la connaissance de Sciences Po et en particulier du CEE ?
J’ai eu la chance de séjourner à Paris de nombreuses fois et j’ai des amis à Sciences Po depuis longtemps. Denis Lacorne du Centre de recherches internationales, le CERI, est le premier chercheur que j’ai rencontré - il y a fort longtemps ! - et en 2013, j’ai fait un séjour au Département d’économie. Aussi j’ai fait la connaissance de Cornelia Woll il y a de ça quelque temps et elle a d’ailleurs été d’une grande aide pour faciliter mon séjour au CEE. Enfin, c’est aussi grâce à l’accord de coopération entre Sciences Po et Princeton que j’ai pu rentrer en
contact avec mes collègues du CEE.

Quels étaient les objectifs de votre séjour ?
Je m'intéresse aux relations entre la globalisation de l’économie mondiale, la montée du populisme et de l’extrême droite dans les pays dits « développés ». Les chercheurs de Sciences Po et en particulier ceux du CEE sont connus au niveau mondial pour l’excellence de leurs travaux sur les questions de la vie politique en Europe, de l’État-providence et des partis d’extrême droite, notamment sur le Front National. C’était donc une occasion unique qui m’a été donnée pour découvrir leurs recherches, confronter nos idées, entrevoir de nouvelles pistes.

Quelles furent vos activités et les points positifs de votre séjour ?
J’ai pu présenter mes premières recherches lors d’un séminaire animé auquel participaient de nombreux chercheurs de haut niveau. Cet exercice m’a beaucoup apporté, comme toutes mes rencontres d’ailleurs. J’ai pu passer du temps avec les chercheurs pour échanger sur nos recherches. Nonna Mayer, Jan Rovny, Nicolas Sauger, Emiliano Grossman, Cornelia Woll, Colin Hay et Patrick Le Galès m’ont beaucoup apporté. Lors de la pause café informelle qui se tient toutes les semaines au CEE, j’ai aussi pu rencontrer de nombreux post-docs et des étudiants en Master. Mon séjour a été une expérience enrichissante et en général j’ai été très bien accueillie dans tout Sciences Po. J’aurais vraiment aimé rester plus longtemps et rencontrer encore plus de collègues et d’étudiants, c’est très enrichissant.

Avez-vous de nouveaux projets que vous voudriez conduire en lien avec Sciences Po ?
J’espère pouvoir revenir pour approfondir mes recherches et aussi écrire. Je voudrais avancer sur un ouvrage que je viens de commencer sur la mondialisation et le populisme Je suis en particulier intéressée par la possibilité de réaliser des sondages et de « tester » les réactions des citoyens envers la globalisation, notamment le commerce international, les investissements extérieurs, l’Union européenne et l’immigration. Mieux comprendre l’opinion publique est fondamental pour anticiper le futur.

Donnez-nous un exemple de ce qui vous a surpris pendant ce séjour ?
Pour être honnête, ce qui m’a le plus surprise c’est que tout le monde parle anglais à Sciences Po. Je ne m’y attendais pas !