Soutenance de thèse

26/11 : Tiago Moreira Ramalho
  • Tiago Moreira RamalhoTiago Moreira Ramalho

Tiago Moreira Ramalho a soutenu sa thèse intitulée "Legitimating Austerity: The Crisis of Welfare Capitalism in Southern Europe" le jeudi 26 novembre 2020 à 14 heures par visioconférence.

Le jury était composé de : Andrew Gamble, Professor of Politics, University of Sheffield ; Colin Hay, Professeur des universités en science politique, Sciences Po, Paris (supervisor) ; Magnus Ryner, Professor of International Political Economy, King’s College London ; Sabine Saurugger, Professeure des universités en science politique, Sciences Po Grenoble (reviewer) ; Vivien Schmidt, Professor of International Relations and Political Science, Boston University (reviewer) ; Cornelia Woll, Professeure titulaire en science politique, Sciences Po, Paris

Abstract

This thesis proposes an investigation of the legitimation of austerity in Greece, Portugal, and Spain, in the period from 2009 to 2016. The research stems from the questioning of two influential approaches to the political economy of austerity during the Eurozone crises. The first sees austerity as an inevitability. Indebted to the ‘new politics’ literature on the welfare state, this approach understands austerity in southern Europe as an economic imperative. The second approach, informed by the literature on ‘disciplinary neoliberalism’, sees austerity as an external imposition forced upon southern European countries by a combination of market actors and foreign powers. Whereas the former builds on ontological premises that ultimately lead to the naturalisation of political outcomes, the latter fails to capture the complexity of the politics of austerity at the domestic level.

In turn, this research offers a reinterpretation of austerity in southern Europe that sees it as a political project construed and contested at the domestic, international, and transnational levels. The investigation is guided by the following question: how was austerity legitimated as a response to the southern European crises of the 2010s? Through the qualitative analysis of a substantial corpus of public declarations, parliamentary debates, and policy documents, combined with descriptive statistics, and semi-structured interviews, the thesis proposes an interpretive tracing of the processes of (de-)legitimation of austerity in the three countries during the period.

The thesis explores the construction of the southern European crisis narratives and their embedding in the crisis response, especially in the conditional financial assistance programmes negotiated between the countries and the Troika of European Commission, ECB, and IMF. This is followed by an analysis of how the austerity evolved as the policies were implemented and their outcomes observed, on the one hand, and as the radical critique of the social movement against austerity became increasingly institutionalised.

The in-depth analysis of the three cases sheds new light on how these crises were construed and on the discursive foundations for the legitimation of austerity as the only appropriate response to the economic predicaments in southern Europe.

Résumé

La légitimation de l’austérité : La crise du capitalisme social en Europe du Sud

Cette thèse propose une enquête sur la légitimation de l'austérité en Grèce, au Portugal et en Espagne, entre 2009 et 2016. La recherche prend pour point de départ la remise en cause de deux approches influentes de l'économie politique de l'austérité lors des crises de la zone euro. La première voit l'austérité comme une inévitabilité. Débiteuse de la littérature du « new politics » de l’État-providence, cette approche considère l’austérité dans le sud de l’Europe comme un impératif économique. La seconde approche, structurée par la littérature sur le « néolibéralisme disciplinaire », considère l’austérité comme une imposition externe aux pays du sud de l’Europe par une combinaison d’acteurs du marché et de puissances étrangères. Tandis que la première s'appuie sur des prémisses ontologiques qui conduisent à une naturalisation de faits politiques, la seconde ne parvient pas à saisir la complexité de la politique d'austérité au niveau national.

Cette recherche propose une réinterprétation de l'austérité dans le sud de l'Europe comme un projet politique interprété et contesté aux niveaux national, international et transnational. L'enquête est guidée par la question suivante : comment l'austérité a-t-elle été légitimée comme réponse aux crises du sud de l'Europe des années 2010 ? À travers l'analyse qualitative d'un corpus substantiel de déclarations publiques, de débats parlementaires et de documents politiques, combinée à des statistiques descriptives et des entretiens semi-structurés, la thèse réalise un traçage interprétatif des processus de légitimation et de délégitimation de l'austérité dans les trois pays au cours de la période.

La thèse explore la construction des récits de crise du sud de l'Europe et leur intégration dans la réponse à la crise, en particulier dans les programmes d'assistance financière conditionnelle négociés entre les pays et la Troïka de la Commission européenne, de la BCE et du FMI. Elle analyse ensuite l’évolution de l'austérité au fur et à mesure de la mise en œuvre des politiques et de l’observation de leurs résultats d'une part, et de l’institutionnalisation de la critique radicale du mouvement social contre l'austérité d’autre part.
L'analyse approfondie des trois cas apporte un nouvel éclairage sur la manière dont ces crises ont été interprétées et sur les fondements discursifs de la légitimation de l'austérité comme seule réponse adéquate aux difficultés économiques du sud de l'Europe.

Soutenances récentes

Blandine Mesnel a soutenu sa thèse intitulée "Des formulaires administratifs pour gouverner l'agriculture. Une comparaison des rapports des agriculteurs à la Politique agricole commune et des policy feedbacks, en France et en Espagne" le vendredi 20 novembre 2020 à 14h00, par visioconférence.

Le jury était composé de : Philippe Bezes, Directeur de recherche CNRS, Sciences Po, CEE (directeur de thèse) ; Claire Dupuy, Professeure, Université catholique de Louvain (rapporteure) ; Florence Haegel, Professeure, Sciences Po ; Francisco Javier Moreno Fuentes, Investigador científico del CSIC, Instituto de Políticas y Bienes Públicos ; François Purseigle, Professeur des universités, Institut national polytechnique de Toulouse (rapporteur) ; Alexis Spire, Directeur de recherche CNRS, École des hautes études en sciences sociales, Iris.

Anja Durovic a soutenu sa thèse intitulée "The gender gap paradox: Citizenship,cohort change and the evolution of gender inequalities in political participation in Western Europe (1981-2016)"  La soutenance aura lieu le vendredi 13 novembre 2020 par visioconférence.

Le jury était composé de : Catherine ACHIN, professeure des universités, IRISSO,Université Paris Dauphine (examinatrice), Hilde COFFE, professor, University of Bath (examinatrice), Frédéric GONTHIER, professeur des universités, Pacte, Sciences Po Grenoble (rapporteur), Eléonore LEPINARD, professeure associée, CEG, Université de Lausanne (rapporteure), Nonna MAYER, directrice de recherche émérite, CNRS, Sciences Po, CEE, Paris (directrice), Laura MORALES, professeure des universités, Sciences Po, CEE, Paris (examinatrice), Vincent TIBERJ, professeur des universités, CED, IEP de Bordeaux (directeur)

Ruggero-Carlo Gambacurta-Scopello a soutenu sa thèse de science politique intitulée "L’État développementaliste brésilien et la Banque nationale du développement économique et social (BNDES) : libéralisme, étatisme, clientélisme" le 22 octobre 2020 à Sciences Po par vidéoconférence.

Le jury était composé de : Emiliano Grossman, Sciences Po, CEE, Jacint Jordana, EBEI, Universitat Pompeu Fabra, Patrick Le Galès, Sciences Po, CEE, CNRS (Directeur de recherche), Renato Monseff-Perissinotto, UFPR, Yves Surel, Université Paris 2 Panthéon-Assas, Cornelia Woll, Sciences Po, CEE & MaxPo.

Pour en savoir plus

Toutes les soutenances récentes

Les jeunes docteures et docteurs

La rubrique du site « L’après CEE » pour voir les parcours des doctorantes et doctorants formés au Centre