Comprendre le salafisme

[Entretien publié le 28/01/15] Les attentats contre Charlie Hebdo ont été revendiqués par la branche yéménite d’Al-Qaida dans la péninsule arabique (AQPA), une organisation salafiste djihadiste. Mais d’où vient le salafisme et comment s’organisent les réseaux salafistes dans le monde ? Laurent Bonnefoy est chargé de recherche au CNRS et membre du CERI (Sciences Po), spécialiste des mouvements salafistes et de la péninsule arabique contemporaine.

Qu’est-ce que le salafisme ? Doit-on nécessairement associer le salafisme au terrorisme ?

Le salafisme est un mouvement de l’islam dont l’ambition réformiste est de revenir aux sources premières de la religion musulmane. Il est composé de différentes branches qui ne peuvent pas toutes être considérées comme des branches prônant la violence. Il y a donc une distinction forte entre le salafisme et le terrorisme.

Le courant le plus significatif du salafisme est le quiétisme, qui refuse la participation politique. Il y a également a ce qu’on appelle le courant djihadiste qui, lui, est associé à la violence et peut déboucher sur certaines pratiques qualifiées de terroristes, sans pour autant s’y réduire.

Said Kouachi, un des auteurs des attentats de Paris, serait passé par un des centres d’enseignement du salafisme au Yémen. Ce pays joue-t-il un rôle dans la formation des djihadistes ?

Au Yémen, le salafisme est essentiellement structuré autour de la dimension quiétiste apolitique. C’est cette branche qui a attiré pendant très longtemps des Français qui venaient pour étudier l’islam. En réalité, le passage de Français ou d’étrangers au Yémen n’a qu’à la marge généré des parcours vers la violence. Seule une faible minorité d’entre eux a évolué vers le salafisme djihadiste.

Concernant les frères Kouachi, je pense qu’il est important de ne pas surestimer le rôle qu’a pu jouer le Yémen dans leur radicalisation. Il y a manifestement eu un passage bref au Yémen, au cours duquel ils ont pu être formés au maniement des armes. Mais le parcours de radicalisation et d’engagement dans la violence des deux frères a été antérieur et s’explique avant tout par leur expérience en France et particulièrement en prison.

En France, faut-il s’inquiéter d’une montée du salafisme djihadiste ?

En France, l’essentiel du salafisme a été marqué par le courant quiétiste, avec lequel il existe un certain nombre de tensions, certes. La question du voile intégral dans les lieux publics, par exemple. Mais ces problèmes ne s’incarnent pas dans des opérations de violence ou de terrorisme – il est donc inutile de criminaliser le salafisme en tant que tel. Ce qui peut être plus inquiétant, c’est le passage de jeunes dans des réseaux qui les confrontent à des expériences de combat en Irak et en Syrie. Dans ce cas, on ne peut pas qualifier ces jeunes de salafistes puisque, dans leur grande majorité, ils n’ont pas réellement un profil religieux et ne s’inscrivent pas stricto-sensu dans la tradition salafiste.

Ghalia Kadiri

"Vous êtes romancier ou historien ?"

Le 18 novembre dernier, le traditionnel salon littéraire des étudiants de Sciences Po s’est tenu à la mairie du 7ème arrondissement. La “Journée des Auteurs”, organisée depuis 1947 par le Bureau des Arts, fêtait sa 70e édition en présence, entre autres, de l’auteur de bandes dessinées Joann Sfar et du romancier Olivier Guez, prix Renaudot 2017. Retour sur la littérature française, les filiations littéraires et le sens du romanesque.

Lire la suite
“Tout le monde peut postuler à Sciences Po”

“Tout le monde peut postuler à Sciences Po”

Samedi 25 novembre, Sciences Po ouvre ses portes pour la Journée des masters. L’occasion d’affiner un projet professionnel et d’y rencontrer les responsables des sept écoles de second cycle de Sciences Po. Pourquoi choisir un master à Sciences Po ? Quels sont les profils recherchés ? Réponses en amont de l’événement avec Cornelia Woll, directrice des études et de la scolarité.

Lire la suite
“Être doctorant, c’est être au cœur de la production du savoir”

“Être doctorant, c’est être au cœur de la production du savoir”

Parmi les 7 écoles que compte Sciences Po, l’une a un statut un peu à part : l’École doctorale. Délivrant à la fois des masters et des doctorats, c’est elle qui accompagne les aspirants chercheurs dans leurs premiers pas vers la recherche en droit, économie, histoire, science politique et sociologie. À l’occasion du Forum de la recherche, - événement qui invite chaque année les étudiants  à s’intéresser à une carrière scientifique - , entretien avec le nouveau doyen de l’École doctorale et chercheur au Centre de sociologie des organisations, Pierre François.  

Lire la suite
“L’histoire est aussi importante que la photo”

“L’histoire est aussi importante que la photo”

Avec la série à succès Humans of Paris, il photographie depuis de nombreuses années des personnes croisées dans les rues de Paris et sa page Facebook compte désormais plus de 300 000 fans. Marco Hazan, photographe amoureux des Parisiens, est également étudiant à Sciences Po, où il suit un master Marketing et études. Portrait vidéo d’un photographe convaincu que le digital permet de connecter les gens et d’encourager l’esprit de tolérance.

Lire la suite
Une recherche au cœur du politique

Une recherche au cœur du politique

Mardi 21 novembre, Sciences Po présente son Forum de la recherche. Une occasion unique de découvrir les centres et de dialoguer avec des chercheurs. Mais en quoi consiste la recherche ? Christine Musselin, directrice scientifique, nous éclaire sur ce qui constitue l’un des fondamentaux de Sciences Po.

Lire la suite
“Je veux rester proche des étudiants”

“Je veux rester proche des étudiants”

Elle a passé ses 20 dernières années au coeur du réacteur de la formation à Sciences Po : la direction des études et de la scolarité (DES). “J’ai commencé ma carrière au sein de la direction des systèmes d’information mais, très rapidement, j’ai eu envie de basculer du côté de la formation, le coeur de métier de l’école”, se souvient-elle. Il y a encore peu directrice du pilotage transversal au sein de la DES de Sciences Po, Pascale Leclercq vient d’entamer une nouvelle étape de sa carrière en devenant la toute nouvelle directrice du campus de Poitiers. Portrait.

Lire la suite
Agir face aux urgences du développement

Agir face aux urgences du développement

Rémy Rioux, Directeur général de l’Agence Française de Développement (AFD) et Frédéric Mion, Directeur de Sciences Po, ont signé le 15 novembre un nouveau partenariat qui vient renforcer et élargir une longue tradition de coopération. Son ambition : alimenter la recherche et le débat public sur les questions de développement, et mieux former les futurs acteurs du développement.

Lire la suite
Un chef étoilé en masterclass

Un chef étoilé en masterclass

Propriétaire du restaurant trois étoiles L’Arpège, Alain Passard est venu donner, ce 8 novembre 2017, une masterclass exceptionnelle aux étudiants de l’École du management et de l’innovation de Sciences Po. Créativité, importance du respect des saisons et des produits ou encore vision du chef d’entreprise, il a partagé ses inspirations.

Lire la suite
Se spécialiser en défense et sécurité

Se spécialiser en défense et sécurité

Une nouvelle formation a vu le jour dans le cadre du master Politiques publiques de l'École d'affaires publiques de Sciences Po : la spécialité Sécurité et défense. Inaugurée à la rentrée 2017 avec une promotion de 62 étudiants,  celle-ci vise à permettre aux étudiants de se forger une culture et une compréhension des enjeux de sécurité et de défense du XXIe siècle : nouvelles menaces, coopération public-privé, cybersurveillance, etc. Les étudiants qui la suivent auront ensuite la possibilité de travailler aussi bien dans des ministères (de l’Intérieur, de la Défense) que dans des entreprises de services de sécurité et de défense.

Lire la suite