Comprendre le salafisme

[Entretien publié le 28/01/15] Les attentats contre Charlie Hebdo ont été revendiqués par la branche yéménite d’Al-Qaida dans la péninsule arabique (AQPA), une organisation salafiste djihadiste. Mais d’où vient le salafisme et comment s’organisent les réseaux salafistes dans le monde ? Laurent Bonnefoy est chargé de recherche au CNRS et membre du CERI (Sciences Po), spécialiste des mouvements salafistes et de la péninsule arabique contemporaine.

Qu’est-ce que le salafisme ? Doit-on nécessairement associer le salafisme au terrorisme ?

Le salafisme est un mouvement de l’islam dont l’ambition réformiste est de revenir aux sources premières de la religion musulmane. Il est composé de différentes branches qui ne peuvent pas toutes être considérées comme des branches prônant la violence. Il y a donc une distinction forte entre le salafisme et le terrorisme.

Le courant le plus significatif du salafisme est le quiétisme, qui refuse la participation politique. Il y a également a ce qu’on appelle le courant djihadiste qui, lui, est associé à la violence et peut déboucher sur certaines pratiques qualifiées de terroristes, sans pour autant s’y réduire.

Said Kouachi, un des auteurs des attentats de Paris, serait passé par un des centres d’enseignement du salafisme au Yémen. Ce pays joue-t-il un rôle dans la formation des djihadistes ?

Au Yémen, le salafisme est essentiellement structuré autour de la dimension quiétiste apolitique. C’est cette branche qui a attiré pendant très longtemps des Français qui venaient pour étudier l’islam. En réalité, le passage de Français ou d’étrangers au Yémen n’a qu’à la marge généré des parcours vers la violence. Seule une faible minorité d’entre eux a évolué vers le salafisme djihadiste.

Concernant les frères Kouachi, je pense qu’il est important de ne pas surestimer le rôle qu’a pu jouer le Yémen dans leur radicalisation. Il y a manifestement eu un passage bref au Yémen, au cours duquel ils ont pu être formés au maniement des armes. Mais le parcours de radicalisation et d’engagement dans la violence des deux frères a été antérieur et s’explique avant tout par leur expérience en France et particulièrement en prison.

En France, faut-il s’inquiéter d’une montée du salafisme djihadiste ?

En France, l’essentiel du salafisme a été marqué par le courant quiétiste, avec lequel il existe un certain nombre de tensions, certes. La question du voile intégral dans les lieux publics, par exemple. Mais ces problèmes ne s’incarnent pas dans des opérations de violence ou de terrorisme – il est donc inutile de criminaliser le salafisme en tant que tel. Ce qui peut être plus inquiétant, c’est le passage de jeunes dans des réseaux qui les confrontent à des expériences de combat en Irak et en Syrie. Dans ce cas, on ne peut pas qualifier ces jeunes de salafistes puisque, dans leur grande majorité, ils n’ont pas réellement un profil religieux et ne s’inscrivent pas stricto-sensu dans la tradition salafiste.

Ghalia Kadiri

"montrer la révolution entrepreneuriale au féminin"

Diplômée du master en communication de Sciences Po, Nora Poggi est la réalisatrice du film documentaire « She Started It ». Projeté plus de 300 fois, entre autres aux universités de Harvard, de Columbia, de Yale… mais aussi à la Banque Mondiale, à Disney, ou encore chez Google et dans de nombreux festivals, ce film suit le parcours de cinq jeunes femmes qui ont lancé leur start-up dans la Silicon Valley. Interview avec la réalisatrice à l’occasion d’une conférence à Sciences Po.

Lire la suite
un nouveau master en marketing et luxe

un nouveau master en marketing et luxe

À la rentrée 2019, l’Ecole du management et de l’innovation ouvre un nouveau master intitulé « Master Marketing : New Luxury & Art de Vivre ». Entièrement en anglais, il a pour vocation d’accueillir 25 étudiants français et internationaux. Les participants auront des parcours très divers. Des connaissances préalables en marketing ne sont pas nécessaires.

Lire la suite
Réussissez le Bac avec Sciences Po !

Réussissez le Bac avec Sciences Po !

Vous révisez le Bac ? Sciences Po vous accompagne dans la dernière ligne droite avec ses tutoriels en vidéo. Dans “Sciences Po passe le Bac”, nos profs planchent sur un sujet et donnent leurs conseils pour le traiter. Dans nos fiches méthodo, on vous explique comment éviter le hors-sujet, lire une carte ou encore travailler en temps limité. De quoi se préparer aux épreuves en toute sérénité.

Lire la suite
« Le campus s'inscrit dans notre vision du grand paris »

« Le campus s'inscrit dans notre vision du grand paris »

Adjoint à la mairie de Paris, chargé de l’urbanisme, de l’architecture, des projets du Grand Paris, du développement économique et de l’attractivité, Jean-Louis Missika a suivi le projet du campus de l’Artillerie depuis ses prémisses. Il raconte comment la Ville de Paris s’est impliquée dans le dossier. L’enjeu ? Le déploiement, au cœur de l’espace urbain, d’un campus symbolisant le rôle prépondérant que les établissements universitaires sont appelés à jouer dans la métropole de demain.

Lire la suite
Mieux prévenir la criminalité

Mieux prévenir la criminalité

Comment prévenir la criminalité ? L’incarcération permet-elle de réduire durablement la récidive ? Roberto Galbiati, chercheur à Sciences Po, se penche sur “l’économie du crime”. Il propose d’ouvrir la boîte noire des politiques d’incarcération et de lutte contre la récidive en France, en Italie et aux États-Unis. Il présentera les enseignements de ses travaux le 4 juillet prochain lors d’un colloque co-organisé par le Laboratoire interdisciplinaire d’évaluation des politiques publiques de Sciences Po, en partenariat avec France Stratégie.

Lire la suite
La cogestion

La cogestion

En mai et juin, Sciences Po dévoile des documents et archives inédits sur les événements de mai 68 survenus dans ses murs. Photos, témoignages vidéos… L’ambition de cette série d’articles est de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et de comprendre la parole de 68 autant que son contenu. Septième épisode de “Ça s’est passé…” : le 17 juin 1968, le statut de cogestion, élaboré par le comité paritaire des études, est voté par les étudiants. Il sert de matrice à la réforme des statuts de l’IEP de janvier 1969.

Lire la suite
Core : un autre enseignement de l'économie est possible

Core : un autre enseignement de l'économie est possible

Enseigner l’économie comme si les 30 dernières années avaient vraiment eu lieu. Et (re)donner le goût pour cette discipline aux étudiants. Telles sont les ambitions de CORE, un nouveau cours et son manuel élaborés par des professeurs d’économie du monde entier, parmi lesquels Yann Algan à Sciences Po. Objectif de ce cours : montrer que l’économie, jugée souvent trop abstraite et théorique, peut contribuer à résoudre les problèmes et les crises du monde réel.

Lire la suite
Le mai des professeurs et des chercheurs

Le mai des professeurs et des chercheurs

En mai et juin, Sciences Po dévoile des documents inédits sur les événements de mai 68 survenus dans ses murs. Photos, témoignages, archives… L’ambition de cette série d’articles est de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et de comprendre la parole de 68 autant que son contenu. Sixième épisode de “Ça s’est passé…”, le 8 juin 1968, les enseignants de Sciences Po se réunissent pour la seconde fois en Assemblée générale. Leur action, conjointe à celle des étudiants, contribue à révolutionner leur statut au sein de l’école.

Lire la suite
Le mai de l’administration

Le mai de l’administration

En mai et juin, Sciences Po dévoile, à travers une série d’articles, des documents inédits sur les événements de mai 68 survenus dans ses murs. Photos, témoignages, archives… L’ambition est de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et de comprendre la parole de 68 autant que son contenu. Cinquième épisode de “Ça s’est passé…” : le 21 mai 1968, la direction, ayant pris acte de l’occupation de Sciences Po, cherche à composer avec le mouvement étudiant.

Lire la suite
L’attaque d’Occident

L’attaque d’Occident

En mai et juin, Sciences Po dévoile des documents inédits sur les événements de mai 68 survenus dans ses murs. Photos, témoignages, archives… L’ambition de cette série d’articles est de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et de comprendre la parole de 68 autant que son contenu. Quatrième opus avec le seul moment violent des événements de mai 68 à Sciences Po : le 20 mai, un commando attaque l’école.

Lire la suite