Politiques du moment colonial. Historicités indigènes et rapports vernaculaires au politique en « situation coloniale »

Questions de recherche
Qdr N°: 
26
Date : 
10/2008
Résumé: 

Malgré un récent retour en force des études du « fait colonial », accompli au sortir d’une période d’innovations théoriques majeures, il est encore souvent un point aveugle de l’analyse des situations de « rencontre » impériale ou coloniale des 17e, 18e et 19e siècles : le domaine des pratiques et des entendements ‘‘indigènes’’ (nous dirons plutôt : vernaculaires) peu ou pas finalisés par le rapport, contraint ou volontaire, aux Européens. Or, la prise en compte de ce ‘‘hors-champ indigène’’ du monde colonial – pensé ici comme une configuration de situations régies par des « régimes d’historicité » distincts – autorise une compréhension renouvelée de l’historicité des sociétés politiques asiatiques, océaniennes ou africaines. Elle implique en particulier d’interpréter le moment colonial de ces sociétés à l’aune de leurs propres trajectoires au long cours, déployées sur des siècles, et donc entamées bien avant « la venue des Européens » (laquelle ne fit pas toujours, loin s’en faut, ‘‘événement’’ parmi les lettrés locaux). Cette perspective de recherche oblige également à repenser à sa juste mesure l’enracinement toujours partiel et précaire des dominations coloniales, et ce faisant à renoncer à faire de la rencontre avec l’Europe l’axe unique des chronologies extraeuropéennes. Elle permet, enfin, à rebours des commodités trompeuses du paradigme désormais dominant de « l’appropriation indigène de la modernité coloniale/européenne », de pousser l’analyse au-delà de la simple assignation d’une agency (capacité individualisée d’action) aux Indigènes, et notamment d’interroger les constructions locales, vernaculaires, de l’intentionnalité et du rapport au temps.

Fichier(s) attaché(s)Poids
Politiques du moment colonial. Historicités indigènes et rapports vernaculaires au politique en « situation coloniale »383.77 Ko